Les Zappeuses

 Les Zappeuses - Auteur
  • Les Zappeuses

    Laura Lévesque et Patricia Rainville sont journalistes au Quotidien depuis plus de trois ans.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 5 novembre 2012 | Mise en ligne à 15h38 | Commenter Commentaires (6)

    À regarder avec un coeur d’enfant

    moonrise-kingdom1

    Par Patricia Rainville

    J’ai des goûts cinématographiques assez particuliers. Je n’aime pas ce que les gens aiment en général. J’attendais donc avec impatience la sortie d’un film qui allait certainement me plaire. Moorise Kingdom, de Wes Anderson et Roman Coppola.

    Un vrai petit bijou de film. Un film américain qui fait plutôt penser à une oeuvre britannique.

    J’adore les longs métrages qui ne ressemblent à rien de déjà vu.
    Je n’ai pas été déçue, car c’est le cas de Moorise Kingdom. Drôle, mignon et pas trop long, le film raconte l’histoire de deux jeunes adolescents amoureux, campés par de nouveaux venus; Jared Gilman et Kara Hayward.

    À la fin de l’été 1965, alors que se pointe la plus grosse tempête de la deuxième moitié du XXe siècle, le jeune Sam, 12 ans, fuit le camp scout de la petite île de New Penzance pour retrouver Lucy, une jeune fille de son âge qui a aussi fugué de la maison.

    Bon, ça l’air très ordinaire raconté comme ça, mais je vous l’assure, c’est bon!

    Mettant en vedette des acteurs tels que Bill Murray, Bruce Willis, Edward Norton et France McDormand, Moonrise Kingdom a d’ailleurs ouvert le Festival de Cannes 2012.

    Ce film ne plaira certainement pas à un large public, j’en conviens. Il faut aimer le genre cynique et absurde. Il faut aimer les longues scènes de dialogues. Oubliez l’action et l’humour comme on a l’habitude d’en voir au cinéma.

    Samedi dernier, j’ai donc fini par convaincre mon copain de louer ce film. Après 30 minutes, il ronflait sur le divan.
    J’ai terminé l’écoute seule, ravie de cette histoire rafraichissante.

    Et simplement de voir la binette de Bill Murray a fait ma soirée.

    hr_moonrise_kingdom_19


    • Bonjour Mme Rainville,
      J’ai beaucoup aimé ce film, comme vous avez dit, c’est un film rafraichissant comme on en voit rarement.
      Auriez-vous une suggestion dans le même genre à me proposer?

    • C’est totalement le genre de film que je déteste! Des diaglogues qui ne mènent ;a rien, une humour sarcastique queje ne comprends pas.
      Mais j’ai aimé ca! :)
      Ma copine m’a fait écouté Moorise en fin de semaine, je pensais bien m’endormir après dix minutes (comme votre ccopain) mais non, je l’ai écouté jusqu’au bout!
      C’est amusant de voir comment on peu dévier de notre genre de film habituel. Ca fait du bien.

      En passant, Bruce Willis est très bon dans le film.

    • Bonjour Mme Rainville

      Qu’entendez vous par «Un film américain qui fait plutôt penser à une oeuvre britannique.»

      Votre argument n’est jamais justifié. Qu’est-ce qui fait que Wes Anderson a davantage une approche britannique plutôt qu’américaine? Au fait, qu’est-ce qu’une «oeuvre britannique»? Je suis curieux.

      Pour moi Anderson me semble au contraire un cinéaste très américain qui, par son style très cinéphilique et stylisé, s’apparente à la génération du cinéma indépendant des Spike Lee, Jim Jarmusch, frères Coen, Tarantino, etc.

      il cite d’ailleurs comme ses influences principales des réalisateurs américains tels Scorsese et John Huston.

      Ce côté «britannique», ne proviendrait-il pas simplement du fait que le récit est campé en Nouvelle-Angleterre?

    • Vous avez peut-être raison. Tarantino, peut-être, mais Spike Lee, je ne suis pas certaine.
      Je trouve que son style s’apparente plutôt à celui de Guy Ritchie, surtout lorsque je pense à Crime, arnaques et botanique.
      Mais bon, ce que je voulais dire, c’est qu’on ne doit pas s’attendre à un film typiquement américain.

    • A Caro888: J’ai beaucoup aimé Ice Storm de Ang Lee, mais il y a plusieurs années que ce film est sorti et il n’avait pas rencontré une très grande popularité… Vraiment un bon film, tiré du roman de Rick Moody.
      À voir, si ce n’est déjà fait.

    • Merci pour votre réponse, quoique je ne suis toujours pas certain de comprendre le terme «typiquement américain», étant donné que les États-Unis ont la culture cinématographique la plus riche et diversifiée du septième art (quatre titres du Top 10 des meilleurs films de Sight & Sound, la liste la plus prestigieuse du genre, sont américains : http://www.bfi.org.uk/news/50-greatest-films-all-time). Et comparer Guy Ritchie à Wes Anderson, c’est un peu beaucoup une insulte. Anderson est un véritable artiste, Ritchie est un clippeur sans réelle vision, un réalisateur interchangeable.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  •  

    novembre 2012
    D L Ma Me J V S
    « oct   déc »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archives

  • publicité