Zone sports

Archive, janvier 2010

Vendredi 29 janvier 2010 | Mise en ligne à 10h30 | Commenter Commentaires (5)

Salut Maurice!

 maurice.jpg

Un monument du journalisme sportif dépose son calepin aujourd’hui. Si je le sais, ce n’est certainement pas parce qu’il l’a crié sur tous les toits. C’est plutôt parce qu’il s’agit de mon voisin de bureau… Tout un voisin de bureau.

En tant que petite dernière de la section des sports du Soleil, je n’aurai bénéficié de la direction de Maurice Dumas que pendant quelques mois. Je suis donc mal placée, contrairement à mon collègue Kevin Johnston, pour relater les savoureuses anecdotes — généralement de l’époque des Nordiques — dont Maurice a été le héros. Par contre, je peux vous dire ce que ce n’est pas d’hier que je respecte et suis le travail de ce dernier.

Je devais bien avoir une douzaine d’années. Maniaque de notre sport national, je dévorais tous les jours la section sportive du Soleil, le quotidien préféré de mon grand-père, et les textes de ses talentueux journalistes, dont Maurice Dumas. Une fois à l’école, j’essayais d’émuler leurs savantes analyses dans les pages de mon journal étudiant, où je signais des papiers sur le hockey.

Si la vie m’a effectivement amenée au journalisme, elle ne m’a pas immédiatement permis d’aller au bout de ce rêve de gamine de devenir journaliste sportive. D’autres opportunités se seront présentées à une époque où le milieu était aussi embouteillé que le filet du Canadien… Je vous passe les détails.

Il y a bien eu cet épisode de quelques mois, en 2000, où j’ai eu la chance de faire un passage dans la section des sports que Maurice dirigeait déjà à l’époque. Il n’avait pas hésité à confier à une petite journaliste surnuméraire le dossier des célébrations du 50e anniversaire du Colisée. Jamais je n’oublierai la façon dont il m’avait présentée aux Jean Béliveau, Michel Goulet et Peter Stastny, mon idole d’adolescence, comme «son homme de confiance». J’en ai encore des frissons.

Dix ans plus tard, alors que j’arrive au but, Maurice s’en va. Sans avoir terminé mon éducation sportive. En quelques mois, il m’aura toutefois, par l’exemple, appris de précieuses leçons. Ne serait-ce que par sa façon de se «mettre sur le téléphone» et de pourchasser le scoop, par sa ténacité à ramener les lecteurs aux opinions discordantes de son bord, par sa passion contagieuse pour le baseball dont il est une encyclopédie vivante — Il n’est pas membre du Temple de la renommée du baseball québecois pour rien! —, par sa personnalité plus grande que nature qui avait le don d’animer notre section. Et de que dire de sa fierté envers sa petite famille!

Si, comme il se plaît à me le répéter, on ne peut juger de la carrière d’un athlète que par «les chiffres sur le tableau et le temps», Maurice aura été un véritable joueur de concession pour la section des sports du Soleil. En 36 ans, sa moyenne au bâton n’aura jamais fléchi.

Comme Kevin, je sais que Maurice ne sera pas content que je lui consacre un blogue ce matin. Parce qu’il ne part qu’à moitié — il continuera d’écrire dans nos pages —, il ne voulait pas d’hommage. Mais s’il y a quelques chose que j’aurai retenu de notre mentor, c’est qu’on ne doit jamais se laisser arrêter par un «non»…

Salut Maurice!

Lire les commentaires (5)  |  Commenter cet article






Lundi 18 janvier 2010 | Mise en ligne à 20h01 | Commenter Commentaires (2)

L’inspiration de «Tiger»

tamblesse.jpg

(Photo PC)

L’un des éléments les plus intéressants, à mon sens, du point de presse donné par Patrick Roy ce soir, a été le récit de la réaction de ses joueurs face à l’incident qui a expédié le défenseur Mikaël Tam à l’hôpital, hier.

Dans des circonstances pénibles, un groupe formé en grande partie de nouveaux venus s’est serré les coudes et a fait preuve d’un esprit d’équipe  incomparable.

Voilà qui tend à faire réfléchir…

Surtout qu’on avait commencé, avec les deux victoires de la fin de semaine, à voir des signes de chimie intéressants sur la glace de la part de cette même équipe. Qu’on a pu apercevoir les jeunes vétérans des Remparts rapidement embrasser leurs nouveaux rôles de leaders (Vallerand, Tam, Paquette, Marchessault, etc.), autant sur la patinoire qu’en dehors de celle-ci. Sans parler des espoirs de la formation qui, forts de la confiance placée en eux par leur entraîneur, ont su relever leur jeu d’un cran (Domingue, Lefevbre) et contribuer de façon significative aux triomphes du weekend.

C’est à se demander jusqu’où, inspirés par la mésaventure du coéquipier Tam, les Remparts peuvent maintenant se rendre?

Seule la deuxième moitié de la saison, qu’ils entament en première position de la Division Est, apportera une réponse à cette question.

Chose certaine, Patrick Roy doit se féliciter d’avoir regarni la banque de défenseurs de son équipe pendant la dernière période des échanges.

Ces derniers auront fort à faire, au cours des prochaines semaines, afin de combler le trou béant laissé par leur chum «Tiger»…

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article






Lundi 18 janvier 2010 | Mise en ligne à 0h45 | Commenter Commentaires (22)

Incident Cormier: des mesures exemplaires?

 bancremparts.jpg

(Photo Huskies de Rouyn-Noranda, Jean Lapointe)

Réaction d’effroi sur le banc des Remparts après le coup porté par Patrice Cormier sur Mikaël Tam au Centre Dave Keon, hier.

Depuis hier soir, les chaînes sportives repassent en boucle des images de l’agression de l’attaquant Patrice Cormier, des Huskies de Rouyn-Noranda, sur le défenseur Mikaël Tam, des Remparts.

Pour ceux qui n’auraient pas vu la séquence, je me contenterai, puisque je n’étais pas sur place, de vous dire que le premier a porté un coup de coude à la tête du second (qui n’avait pas la rondelle) au centre de la patinoire. Sous la violence du choc, le petit arrière s’est écroulé sur la glace, où il a été pris de convulsions. Si bien qu’on a dû intervenir rapidement et le sortir sur une civière, sous les regards horrifiés de milliers d’amateurs.

Diagnostic des médecins: traumatisme crânien. Pas commotion cérébrale. Pire: traumatisme crânien.

Mikaël a plus tard été déclaré hors de danger, mais devra rester sous observation à l’hôpital de Rouyn pendant 48 heures. Un transfert dans un hôpital montréalais est aussi envisagé. Quant à l’équipe de Patrick Roy, elle est demeurée sur place afin d’accompagner son joueur.

Il n’y a pas à dire, il s’agit du genre d’«accident» qu’on ne souhaite à personne. Surtout à un gentil garçon comme Mikaël Tam, le futur capitaine des Remparts, dont je faisais justement un portrait dans Le Soleil de mardi.

Heureusement, le défenseur a pu, après avoir retrouvé ses esprits, s’entretenir avec sa mère, hier. Quant à son père, il est présentement en voyage en Chine, mais a été joint par les Remparts.

Si vous tenez vraiment à voir les images de l’incident, vous savez où les trouver. De mon côté, je ne contribuerai pas, comme le suggère l’actuel capitaine des Remparts Marc-Olivier Vallerand, à les faire circuler.

Par contre, je suis curieuse de savoir quelles mesures seront prises à l’égard de Patrice Cormier…

L’une des vedettes du Circuit Courteau, ce dernier avait été nommé capitaine d’Équipe Canada lors des derniers Mondiaux juniors. À cette occasion, il avait d’ailleurs été impliqué dans un incident semblable auprès d’un joueur suédois. Le geste n’avait pas été puni.

Un espoir des Devils du New Jersey, Cormier, 19 ans, doit-il, à l’instar de Michael Liambas dans la Ligue de hockey de l’Ontario, être banni à vie?

On sait déjà que la Sûreté de Québec a été alertée à la suite du malheureux événement. Assistera-t-on à des poursuites judiciaires?

Chose certaine,  tous les yeux du monde du hockey sont maintenant tournés vers l’organisation des Huskies, la LHJMQ et la SQ. Ira-t-on de mesures exemplaires?

Pour ceux que ça intéresse, quelques notes biographiques sur Mikaël Tam…

Surnommé «Tiger» en raison de sa ressemblance avec le golfeur professionnel Tiger Woods, Mikaël Tam est le fils du restaurateur très connu de la région de Québec, Tomas Tam. Âgé de 18 ans, le choix de 2e ronde des Remparts en 2007 (19e au total), est surtout reconnu pour sa fiabilité en défensive, alors qu’il terminait la saison 2008-2009, sa deuxième chez les Diables rouges, avec une fiche de 18 points (en 68 matchs) et un impressionnant différentiel de +36. Après 47 matchs cette saison, Tam se dirigeait vers sa meilleure campagne chez les Remparts, ayant déjà inscrit 10 buts et 22 points.

Lire les commentaires (22)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    janvier 2010
    D L Ma Me J V S
    « déc   fév »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité