LPA Style

Archive du 11 octobre 2011

Mardi 11 octobre 2011 | Mise en ligne à 12h40 | Commenter Aucun commentaire

Mackage

macmen1macmen6

Difficile de résister aux manteaux pour hommes de la marque montréalaise Mackage. Bien que plus petite que la collection pour femmes, la ligne masculine a vraiment tout pour séduire. L’entreprise offre toujours des coupes impeccables à un prix, somme toute, abordable.

On affectionne particulièrement le modèle « Clark ». Un manteau droit, sobre et classique, qui est parfait pour le bureau. Les appliqués en cuir lui donnent une touche plus contemporaine. On n’hésite pas à le jouer de façon plus relaxe pendant les week-ends. Avec jeans, pull et baskets, « Clark » prendra une toute autre allure. Prix de détail : 660 dollars.

Le blouson d’aviateur a toujours la cote auprès des hommes. Le modèle « Paul » de Mackage s’annonce comme un « must » de la saison. Le manteau en cuir d’agneau offre quatre poches à l’avant et un capuchon en nylon dissimulé dans le col. Offert en noir ou en marron, le blouson « Paul » se détaille 890 dollars.

Fondée en 2000, par Eran Elfassy et Elisa Dahan, la marque Mackage est née de l’idée qu’un manteau ne devrait jamais cacher (ou gâcher) l’allure d’une personne. La griffe offre une collection masculine seulement depuis 2008. Mackage possède une boutique à Paris et une autre à New-York. On consulte le site de l’entreprise pour connaître tous les points de vente à Montréal. www.mackage.com

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Mardi 11 octobre 2011 | Mise en ligne à 10h12 | Commenter Aucun commentaire

VEJA

images

Les Français Ghislain Morillon et Sébastien Kopp sont deux passionnés de chaussures de sport et de développement durable. Leur marque, VEJA, est un modèle de commerce équitable. Difficile d’en apprendre davantage sur les deux hommes. Leur budget, pour le marketing et les communications, est toujours presque nul. Selon les derniers chiffres disponibles, il était de 3 euros…en 2004.

Leurs matières premières, comme le coton biologique et le caoutchouc, sont fournis par des petits producteurs brésiliens. Et la fabrication des chaussures se fait toujours sur place. La marchandise est ensuite rapatriée en France par cargo. L’avion est un moyen de transport trop polluant.

Le design des « baskets » est épuré avec une touche « vintage » et la palette de couleurs est vaste. Le logo de VEJA (un V) est parfois d’une couleur contrastante, parfois ton sur ton ou tout simplement en surpiqûres subtiles. VEJA a lancé tout récemment une ligne de sacs et de portefeuilles. Comme pour ses chaussures, les accessoires ont un petit côté rétro et sont 100% écolo.

Le prix d’une paire de VEJA est comparable aux prix des chaussures de sport des autres grandes marques. Mais quand on sait que VEJA paye son coton trois fois le prix du marché mondial et que les employés brésiliens ont un salaire décent. En plus de toucher une redevance substantielle sur les bénéfices…La seule iniquité réside dans la différence entre les profits de VEJA et ceux des autres compagnies. On consulte le site de l’entreprise pour connaître les points de vente à Montréal. www.veja.fr

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • catégories



  • publicité





  •  

    octobre 2011
    D L Ma Me J V S
        nov »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives