Le blogue immobilier

Le blogue immobilier - Auteur
  • Maxime Bergeron

    Journaliste à La Presse depuis 2003, Maxime Bergeron a fait ses premières armes au Soleil de Québec après des études en journalisme à l’UQAM. Ses reportages l’ont mené des alumineries d’Arvida aux bidonvilles d’Accra, en passant par les gratte-ciels de Dubaï et les manifestations de Moscou. En parallèle à ses dossiers sur une panoplie de sujets économiques, il entretient depuis des années un vif intérêt pour l’immobilier.
  • Lire la suite »

    Partage

    Samedi 26 novembre 2016 | Mise en ligne à 11h03 | Commenter Commentaires (13)

    «L’effet Trump» sur les taux d’intérêt

    Après avoir atteint un plancher historique au cours des derniers mois au Canada, les taux hypothécaires ont entamé une remontée que rien ne semble vouloir arrêter.

    Sans trop faire de bruit, les banques Royale et TD ont haussé leurs taux à une journée d’intervalle, la semaine dernière.

    Pour un terme de cinq ans, amorti sur 25 ans, le taux fixe est passé de 2,59 % à 2,69 % à la TD, et de 2,64 % à 2,94 % chez RBC. Et ce n’est pas fini.

    « On peut s’attendre à ce que les autres institutions financières emboîtent le pas à la Banque Royale et la Banque TD au cours des prochaines semaines et haussent leurs taux d’intérêt hypothécaires », fait valoir Paul Cardinal, directeur de l’analyse du marché à la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ).

    L’EFFET TRUMP

    Cette montée récente des taux – et les autres qui suivront – est en partie attribuable à l’élection de Donald Trump à la tête des États-Unis il y a trois semaines.

    Le controversé politicien a promis plusieurs nouvelles mesures qui risquent de pousser l’inflation à la hausse aux États-Unis, comme l’imposition de tarifs douaniers sur les produits importés de Chine.

    « Cette hausse anticipée de l’inflation se traduit par une hausse des taux d’intérêt obligataires qui engendre un effet domino sur les autres taux d’intérêt dans l’économie, y compris sur les taux d’intérêt hypothécaires », souligne la FCIQ.

    En parallèle à cet « effet Trump », le Bureau du surintendant des institutions financières du Canada a récemment adopté de nouvelles mesures qui forcent les banques à conserver davantage de liquidités dans leurs coffres.

    Ce changement réduit la capacité de prêter des institutions financières, provoquant du même coup une pression à la hausse sur les taux d’intérêt.

    La Banque TD a justement invoqué ces nouvelles mesures pour justifier une hausse de 15 points de base de son taux préférentiel sur les hypothèques à taux variable, le 1er novembre dernier. Ce taux est ainsi passé à 2,85 %.

    D’AUTRES MESURES EN VUE

    D’autres changements réglementaires pointent à l’horizon au Canada et laissent présager de nouvelles hausses de taux pendant la prochaine année, observe Paul Cardinal, de la FCIQ.

    « N’oublions pas que le gouvernement fédéral est présentement en période de consultation afin de modifier le partage de risque entre les assureurs hypothécaires et les prêteurs hypothécaires, souligne-t-il. Le gouvernement aimerait que ces derniers assument une plus grande part de risque en cas de défaut de paiement de l’emprunteur. Il est probable que cette hausse de risque pour les banques se traduira par une hausse des taux d’intérêt hypothécaires. »

    COMMENT SE PRÉMUNIR ?

    Il est trop tôt pour prévoir l’impact concret de toutes ces mesures sur le marché immobilier canadien – et sur le prix des maisons. Certains croient que le marché a plafonner, et s’attendent même à des baisses de prix dans certains secteurs.

    Dans le portefeuille des emprunteurs, les répercussions restent pour le moment relativement limitées.

    Pour un prêt de 200 000 $ contracté à la RBC, par exemple, l’augmentation récente de 30 points de base fera passer le paiement mensuel de 910 $ à 940 $.

    Il pourrait toutefois être judicieux d’obtenir une préapprobation hypothécaire pour les ménages qui songent à acheter au cours des prochains mois. Cette précaution permet de geler un taux pendant deux à quatre mois, ce qui pourrait à terme se traduire par des milliers de dollars en économie de frais d’intérêt.

    Les gens qui sont déjà propriétaires pourraient quant à eux vérifier l’échéance de leur prêt. Et voir avec leur banque s’il peut être renouvelé, même avec quelques mois d’échéance sur la date butoir.


    • Avec Trump vous pourriez avoir des paradoxes ou deux effets contraires en même temps,une hausse de taux mais accompagnée d’une hausse des valeurs sur les marchés, cela peut arriver… Cela dépend des anticipations. Par contre, vous risquez d’avoir plus de fluctuations et des montagnes russes. Si cela monte tant mieux mais il faut être prudent et j’ai pas regardé pour l’immobilier juste vu les articles sur la bourse dopée. Investisseurs soyez prudents et/ou maîtrisez les risques courus et ce qui est aussi de la prudence tout en pouvant voir des occasions de profit. Dans l’immobilier comme tel ? Je laisse les spécialistes , investisseurs, courtiers et spéculateurs prendre leurs décisions. Perso je me limiterais à une maison et des fonds négociés en bourse en immobilier, je viserais plus l’immobilier commercial aussi.

      Un iShare ? Cela a descendu depuis l’élection de Trump, descendu, remonté… Mais on est plus bas que le 8 novembre. https://www.blackrock.com/ca/individual/en/products/239843/ishares-sptsx-capped-reit-index-etf

    • Moi je pense que s’il y a hausse des taux d’intérêt, ce n’est pas à cause de Trump. On en parle déjà depuis longtemps et il est temps que ça arrive. Je m’en fous pas mal que le paiement hypothécaire d’un propriétaire de bungalow à Saint-Hubert passe de $910 à $940 par mois. On peut toujours couper dans les cigarettes et le baloney.

    • «Pour un terme de cinq ans, amorti sur 25 ans, le taux fixe est passé de 2,59 % à 2,69 % à la TD, et de 2,64 % à 2,94 % chez RBC.»

      Et dire que j’ai entendu sur BNN que les enfants du millénaire déplorent le coût élevé des hypothèques tout en n’ayant pas de coussin financier en cas de pépin! Courage, Novembre est le Mois de la littératie financière.

    • Trump est un homme avare qui n’a pas peur des conflits d’intérêts. Sa fortune est dans l’immobilier. Je pense qu’il va prendre des décisions qui vont le rendre plus riche. Bref, même si les taux montent un peu, il va quand même en sortir gagnant immobilièrement parlant. L’élection de cet individu m’inquiète, mais pas pour la valeur de mon plex ou pour mon taux d’intérêts…

    • Quand j’ai prit une hypotheque en 2010 on me disait “prend un taux fixe, ca va remonter dans les prochains mois!”. Ha!

    • @ Steadtler ça fait effectivement un bon bout de temps que les gens pensent que les hypothèques sous les 3 % ne dureront pas mais ça continuent. À l’automne 2013, les 5 ans fixes étaient à 3.19-3.29 % “en cas que les taux montent” et j’ai bien fait d’opté pour un taux variable à ce moment là… Bref en 2013 avec des taux à 3.19 %-3.29% y’a pas eu de catastrophe immobilière; c’était un marché d’acheteurs mais assez équilibré quand même. https://www.ratehub.ca/5-year-fixed-mortgage-rate-history

    • Au É-U, il y a 1000 G de plus de dette cette année pour 250 G de hausse de PIB.
      Chaque point de hausse de taux leur bouffe un et demi de PIB…
      Si ils veulent pas aller du reculon, ils ne pourront pas les monter beaucoup.

      Comme M. Trump veut économiser sur les fonctionnaires et diminuer la taille de l’état, (déflationniste) et emprunter pour les grands travaux, (dette), je ne vois pas comment il pourrait augmenter les taux.
      Peut-être Mme Yellen voudra tout saboter et mettre sur le dos des déplorables … Mais là c’est les banques qui se mettraient pleurer et à crier !!!

    • steadtler

      Moi c’est pire, je me suis auto-convaincu en 2009 que les taux allaient monter et j’avais pris, pour la première fois en plus de 10 ans, du fxe (5 ans!). A peu près un an plus tard, quand j’ai fait mon Singleton, je suis retourné en variable, avec une belle pénalité (27 000 $ je crois!). Avec la réduction de taux et avec le fait que les taux variables n’ont pas monté en 5 ans, j’ai sauvé un multiple de la pénalité, mais sur le coup, on ne se sent pas génial…

      Ceci dit, lors de mon récent renouvellement, j’ai pris du 2 ans…. que j’envisage même (mais sans passer trop de temps la-dessus, comme JeuneFille le dit si bien, si ca monte trop, je vais couper dans les smokes, le baloney, et l’obole des queteux de la messe du dimanche) geler en 5, par anticipation.

    • @steadtler
      Encore meilleur, voici la déclaration de Carlos Leitao en Janvier 2014:

      ««««les taux affichés pourraient atteindre plus de 6% dans les prochains mois.

      C’est le message que va livrer Carlos Leitao, l’économiste en chef de Valeurs mobilières Banque Laurentienne (VMBL), lors d’une allocution qu’il prononcera ce matin dans le cadre d’une conférence sur les perspectives du marché immobilier résidentiel québécois, organisée par la Chambre immobilière du Grand Montréal.

      «Ça dépend toujours de l’appétit du consommateur pour le risque. Mais moi, je préfère le taux fixe au taux variable car il n’y a pas de fluctuations pendant une longue période», a exprimé à Argent l’économiste en chef de VMBL.

      M. Leitao prévoit que les taux affichés de cinq ans fixes vont passer de 5,5 à 6,1% en 2014 car les taux obligataires vont monter de 100 points de base, passant de 1,95 à 2,5% d’ici la fin de l’année. Ils devraient même atteindre 3,25% en 2015, selon les prévisions de VMBL.

      Les taux obligataires influencent les taux hypothécaires fixes alors que les taux hypothécaires variables varient selon le taux directeur de la Banque du Canada. Présentement, les taux hypothécaires variables se situent aux environs de 3% puisque le taux directeur de la Banque du Canada est à 1%.»»»

      Puissant…

    • http://affaires.lapresse.ca/portfolio/laval/201611/17/01-5042327-construction-dune-identite-touristique-a-laval.php

      J’ai du vérifier la date de parution de l’article pour m’assurer que ce n’était pas le 1er avril.

      La Presse devrait publier plus de ce genre d’article au mois de novembre.

    • Taxman55 28 novembre 2016 11h09

      « Trump est un homme avare qui n’a pas peur des conflits d’intérêts. »

      Pire, ses premiers gestes indiquent qu’il (lui et sa famille) entend exploiter ces conflits pour s’enrichir au max. Sans gêne il dira plus tard que c’était « smart », comme il l’a fait pour ses impôts. Visiblement, il entend aussi diriger le pays comme il a dirigé sa compagne, via twitter. Pourquoi pas ? cela a marché à date.

      «Je pense qu’il va prendre des décisions qui vont le rendre plus riche. … L’élection de cet individu m’inquiète, mais pas pour la valeur de mon plex ou pour mon taux d’intérêts… »

      Selon mes dernières lectures sur lui, il aurait shifté sa stratégie immobilière depuis plusieurs années : il vendrait plus l’utilisation son « nom », collecterait des royalties pendant que les autres assument le risque hypothécaire. Cela dit je ne sais pas dans quelle proportion ses actifs sont exposés aux fluctuations du taux hypothécaires, ni quelle valeur aura son « nom » après cette élection (tout bâtiment portant ce nom pourrait devenir un aimant pour les ter-roristes).

      Cela dit, il est du genre à ne pas avoir froid aux yeux pour racheter un de ses partenaires étouffé par une explosion des taux. Je peux vous donner des liens où il salivait sur un nouveau crash immobilier aux USA.

      Voici quelques trucs à la volée qui inquiètent à propos de ce dude.
      - Ce que son égo peut le pousser à faire. S’étant fait élire en violant toutes les règles éthiques, son égo est encore plus gonflé. Dans sa tête il est convaincu d’être meilleur que Georges Washington, il est le nouveau King.
      - Il a plusieurs fois critiqué et essayé d’influencer les actions de la FED, ce qu’aucun président candidat ou élu a rarement fait (je devrais peut-être dire « jamais fait »).
      - Bien qu’étant Président Elect, il continue de tweeter des mensonges.
      - Le top c’est qu’il a indiqué plusieurs fois vouloir « renégocier » la dette américaine. Imaginez l’impact sur le marché obligataire d’une telle initiative qui pourrait commencer par un tweet (LOL). Imaginez l’effet boule de neige dans ce monde hyper-endetté.

      Je n’ai aucune intention d’inquiéter qui que ce soit, mais juste ouvrir les yeux.

    • Sur le fonds, l’élection de ce clown est l’expression de l’échec des démocraties. Les populations sont exaspérées par des politicards qui se font élire sur des promesses et les ignorent après l’élection, par des politicards qu’ils ont élu et qui travaillent contre eux. Le cynisme les pousses à élire des individus qui ne sont pas passés par les moules traditionnels de la politique, dans l’espoir que ceux-ci seraient différents des politiciens classiques.

      Bienvenu au monde de démagogues dangereux au pouvoir. Difficile de prédire jusqu’où ils iront.

      Trump n’est pas le premier, il ne sera pas le dernier. Un cas récent qui me vient à l’esprit récemment est Duterte des Philipines. Il est tellement extraordinaire qu’il n’a aucun gène à référer ses collègues chefs d’état de « fils de pu-te ». Il a surfé pendant sa campagne sur la lutte contre la criminalité. Les exécutions sommaires sont de règle (http://www.cnn.com/2016/08/03/asia/philippines-war-on-drugs/), il ne faut surtout pas le critiquer. L’état de droit on s’en balance. Une bonne partie de la population est d’accord avec lui car la dernière classe politique a utilisé « l’état de droit » pour se protéger de ses dérapages et magouilles.

      Au fait, ici chez nous combien sont en prison depuis la couteuse commission Charbonneau ? J’ai lu récemment que notre «état de droit » permettrait à certains coupables de malversations de prolonger le procès jusqu’au jour où leurs héritiers vont casher son assurance vie (LOL).

      Pour finir, le cas le plus pathétique est Hitler. Notez bien qu’il a été élu, … démocratiquement. Priceless !

    • http://www.lesaffaires.com/blogues/l-economie-en-version-corsee/vivre-en-banlieue-un-cadeau-empoisonne/592023

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    novembre 2016
    D L Ma Me J V S
    « oct   déc »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives