Le blogue immobilier

Le blogue immobilier - Auteur
  • Maxime Bergeron

    Journaliste à La Presse depuis 2003, Maxime Bergeron a fait ses premières armes au Soleil de Québec après des études en journalisme à l’UQAM. Ses reportages l’ont mené des alumineries d’Arvida aux bidonvilles d’Accra, en passant par les gratte-ciels de Dubaï et les manifestations de Moscou. En parallèle à ses dossiers sur une panoplie de sujets économiques, il entretient depuis des années un vif intérêt pour l’immobilier.
  • Lire la suite »

    Archive, août 2016

    Mercredi 3 août 2016 | Mise en ligne à 11h22 | Commenter Commentaires (373)

    La question à 1 milliard

    Photo archives Le Soleil

    Photo archives Le Soleil

    Un milliard de dollars.

    C’est la somme approximative des commissions empochées par les 14 000 courtiers immobiliers du Québec au cours de la dernière année*.

    Un montant considérable, qui correspond à la commission standard de 5% facturée par les courtiers sur des ventes totales de 20 milliards l’an dernier dans la province.

    Cette somme est bien sûr inégalement répartie.

    Plusieurs courtiers roulent en voiture de luxe et affichent leur mode de vie ostentatoire sur les réseaux sociaux; d’autres peinent à effectuer une seule transaction dans leur année et doivent cumuler plusieurs emplois.

    Mais là n’est pas la question qui nous intéresse aujourd’hui.

    L’enjeu de la vente sans courtier –symbolisé par le site DuProprio– est revenu à l’ordre du jour au Québec, alors qu’une version révisée de la Loi sur le courtage immobilier sera présentée d’ici quelques mois.

    Au coeur de la refonte de la loi: une définition plus précise de la notion de “courtage”.

    Dans sa première entrevue depuis son entrée en poste il y a trois mois, la nouvelle présidente de l’Organisme d’autoréglementation du courtage immobilier du Québec (OACIQ), Nadine Lindsay, insiste pour que la nouvelle loi ratisse plus large.

    Et englobe des actes posés par les “entreprises d’assistance” comme DuProprio.

    L’OACIQ a tenté à plusieurs reprises de prouver que DuProprio effectuait des actes de courtage “illégal” devant les tribunaux, sans trop de succès. L’organisme espère que la nouvelle législation viendra corriger la situation.

    DuProprio accuse de son côté l’OACIQ de vouloir protéger le “monopole” des courtiers. L’entreprise souligne au passage l’apparence de conflit d’intérêts dans lequel se place l’organisme, dont l’unique mission est de protéger le public, en vertu de la loi.

    Dix des 13 membres du conseil d’administration de l’OACIQ –incluant son président– sont des courtiers, une dominance que souhaite aussi briser le ministre des Finances du Québec avec sa nouvelle loi.

    Bref, des changements importants sont à prévoir au cours des prochains mois, et les partisans des deux camps promettent de se faire entendre d’ici là pour faire valoir leurs arguments.

    * Il est impossible de connaître le taux précis des commissions moyennes des courtiers. La Fédération des chambres immobilières du Québec, qui représente leurs intérêts, dit ne pas avoir accès à ce genre d’information. Le taux de 5%, bien que négociable, représente toutefois une norme dans l’industrie.

    *** Veuillez noter que ce blogue fera relâche jusqu’à la fin août. C’est le moment des vacances. Je vous souhaite un excellent été et vous remercie pour votre intérêt soutenu envers ce blogue.

    Lire les commentaires (373)  |  Commenter cet article






    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    août 2016
    D L Ma Me J V S
    « juil   sept »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives