Le blogue immobilier

Le blogue immobilier - Auteur
  • Maxime Bergeron

    Journaliste à La Presse depuis 2003, Maxime Bergeron a fait ses premières armes au Soleil de Québec après des études en journalisme à l’UQAM. Ses reportages l’ont mené des alumineries d’Arvida aux bidonvilles d’Accra, en passant par les gratte-ciels de Dubaï et les manifestations de Moscou. En parallèle à ses dossiers sur une panoplie de sujets économiques, il entretient depuis des années un vif intérêt pour l’immobilier.
  • Lire la suite »

    Archive, janvier 2016

    Mardi 26 janvier 2016 | Mise en ligne à 12h15 | Commenter Commentaires (20)

    Les déboires du club Mount Stephen

    Image fournie par Tidan

    La vision du projet, telle que présentée par le promoteur. (Image fournie par Tidan)

    La conversion du club Mount Stephen en hôtel de 12 étages est marquée par de sérieux problèmes.

    D’importantes fissures sont apparues dans la façade de pierre du somptueux bâtiment de la rue Drummond, construit entre 1880 et 1883, rapporte le quotidien The Gazette mardi.

    Les dommages structurels sont si sérieux que la façade devra être “déconstruite”, le temps d’effectuer les réparations, avant d’être reconstruite à l’identique.

    Ls fissures sont très apparentes à l'oeil nu. (Photo courtoisie de The Gazette)

    Ls fissures sont très apparentes à l'oeil nu. (Photo courtoisie de The Gazette)

    Des poutres de soutènement ont été installées pour sécuriser la structure et éviter tout risque d’effondrement.

    Photo courtoise de The Gazette

    (Photo courtoisie de The Gazette)

    En plus de ces sérieux problèmes structurels, le projet de conversion du Mount Stephen Club en hôtel de 80 chambres est aussi frappé par une poursuite judiciaire, rapporte The Gazette.

    Le ministère de la Culture et des Communications poursuit les propriétaires du bâtiment, Jack Sofer de Westmount et Meir Yuval de Hampstead, ainsi que leur société à numéros, pour avoir altéré illégalement cet édifice classé au patrimoine québécois.

    Ils auraient notamment démoli trois cheminées et recouvert certaines pierres extérieures avec des panneaux de ciment, peut-on lire.

    En plus de son classement au patrimoine québécois, le club de la rue Drummond est considéré comme un monument historique du Canada.

    Le somptueux manoir a été construit pour le baron George Stephen, président de la Banque de Montréal et président-fondateur du Canadien Pacifique.

    Le bâtiment a ensuite servi de club privé entre 1926 et 2011, avant de faire l’objet d’un plan de conversion en 2012 par le promoteur Tidan.

    Les déboires de ce chantier ont été critiqués vertement par l’organisme Héritage Montréal.

    Lire les commentaires (20)  |  Commenter cet article






    Photo tirée du site instituteformodern.co.uk

    Photo tirée du site instituteformodern.co.uk

    Il suffit d’aller se promener à Vaudreuil, Mirabel ou Beloeil pour le constater: l’attrait de la maison unifamiliale demeure bien réel pour les jeunes familles.

    Dans ces anciennes régions agricoles, transformées en banlieues montréalaises en raison de l’étalement urbain, les maisons récentes –et souvent indissociables les unes des autres– s’étalent à perte de vue.

    Après des années fastes au milieu des années 2000, l’âge d’or de la maison neuve semble toutefois tirer à sa fin au Québec.

    En fait, la construction d’unifamiliales est tombée en 2015 à un creux «historique » dans la province, indique la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) dans un bilan publié lundi.

    Sur les 33 029 mises en chantier enregistrées l’an dernier au Québec, à peine 6424 étaient des maisons individuelles.

    Source: SCHL

    Source: SCHL

    « Comprendre la dégringolade du marché des maisons individuelles neuves c’est comprendre l’ascension de celui des appartements », résume Kevin Hughes, économiste principal à la SCHL pour le Québec.

    « Depuis plus de 10 ans au Québec, le vieillissement progressif de la population, les stratégies de densification urbaines, et la recherche de logements plus abordables ont tous motivé une demande et une offre croissante d’appartements, poursuit-il. Qu’il se soit agi de copropriétés, de résidences pour personnes âgées ou, comme on l’observe récemment, de logements locatifs traditionnels, l’appartement a supplanté le marché des maisons individuelles. »

    Comme plusieurs de ses confrères, l’économiste estime « peu probable » un renversement de cette tendance pancanadienne. Surtout avec le vieillissement accéléré de la population.

    À preuve, plusieurs mégaprojets lancés depuis un an ou deux en banlieue de Montréal ne comprennent à peu près pas de maisons individuelles.

    Les nouveaux « TOD » (pour transit oriented developments) prévus à Brossard ou Laval , par exemple, prévoient des milliers de condos et d’appartements locatifs.

    La construction de résidences pour personnes âgées a aussi le vent en poupe, comme en témoignent par exemple des investissements de 2 milliards prévus par Réseau Sélection au Québec d’ici cinq ans.

    Lire les commentaires (83)  |  Commenter cet article






    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    janvier 2016
    D L Ma Me J V S
    « déc   fév »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives