Le blogue immobilier

Le blogue immobilier - Auteur
  • Maxime Bergeron

    Journaliste à La Presse depuis 2003, Maxime Bergeron a fait ses premières armes au Soleil de Québec après des études en journalisme à l’UQAM. Ses reportages l’ont mené des alumineries d’Arvida aux bidonvilles d’Accra, en passant par les gratte-ciels de Dubaï et les manifestations de Moscou. En parallèle à ses dossiers sur une panoplie de sujets économiques, il entretient depuis des années un vif intérêt pour l’immobilier.
  • Lire la suite »

    Archive, février 2014

    Vendredi 7 février 2014 | Mise en ligne à 10h28 | Commenter Commentaires (1 703)

    Préservation du patrimoine: jusqu’où aller?

    Le Horse Palace, sauvé in extremis du pic des démolisseurs en 2012.

    Le Horse Palace, dans Griffintown, sauvé in extremis du pic des démolisseurs en 2012.

    Après le Horse Palace il y a deux ans, la plus vieille maison de Griffintown est aujourd’hui menacée de démolition par un promoteur immobilier.

    Selon The Gazette, le constructeur de condos Maître Carré a demandé l’autorisation de démolir une série de maisons en rangées du 19e siècle, situées au 161-175, de la Montagne.

    Cet ensemble comprend une maisonnette érigée entre 1825 et 1835, qui serait la plus ancienne du quartier.

    Même si ces bâtiments n’ont rien de spectaculaire, leur éventuelle démolition inquiète plusieurs résidents de Griffintown.

    La frénésie immobilière a entraîné la destruction de plusieurs immeubles patrimoniaux, font-ils valoir, et ces maisons constituent l’un des derniers vestiges dignes d’intérêt du secteur.

    Le promoteur Maître Carré affirme pour sa part être prêt à intégrer la maisonnette à son projet… même s’il a déjà demandé un permis de démolition à l’arrondissement.

    ***

    Le boom de construction qui balaie Montréal depuis quelques années a entraîné plusieurs situations similaires.

    Dans le Red Light, une demi-douzaine de bâtiments ont été déconstruits pierre par pierre, en 2012, et le promoteur Christian Yaccarini devra intégrer les anciennes facades à son nouveau projet.

    En ce moment-même, le constructeur du projet Victoire, devant le Square Victoria, s’affaire à intégrer une ancienne devanture à sa tour à condos:

    victoire

    D’autres exemples –comme le Centre de commerce mondial, l’édifice de la Caisse de dépôt et les Promenades de la cathédrale– témoignent d’un alliage réussi entre le neuf et l’ancien dans la métropole.

    À Toronto, une maison entière sera intégrée à une nouvelle tour à condos de 50 étages.

    La John Irwin House est en ce moment perchée à cinq étages du sol, alors que des ouvriers construisent les fondations du futur gratte-ciel.

    Selon vous, en fait-on assez à Montréal pour préserver les vestiges du passé? Et quels bâtiments sont «dignes» d’êtres sauvegardés?

    Il sera intéressant de vous lire à ce sujet.

    ***

    Sur ce, je pars pour quelques semaines en reportage à l’étranger. On se retrouve en mars!

    Lire les commentaires (1 703)  |  Commenter cet article






    Mardi 4 février 2014 | Mise en ligne à 15h00 | Commenter Commentaires (298)

    Condos: un marché acheteur, acheteur, acheteur

    condo QC

    Le segment de la copropriété se trouve maintenant en situation de «surplus» dans les six plus grandes villes du Québec.

    Dans un rapport publié ce mardi, Desjardins confirme que le ratio vendeur/acheteur continue de grimper presque partout dans la province.

    Ce ratio –qui comptabilise le nombre d’acheteurs pour chaque propriété à vendre– est considéré équilibré lorsqu’il oscille entre 8 et 10.

    En-deçà de 8, le marché est serré et favorise les vendeurs.

    Au-delà de 10, les acheteurs retrouvent la main haute au moment de négocier le prix final.

    Le graphique suivant donne un aperçu de la situation:

    condisitonDans leur rapport, les économistes de Desjardins rappellent que le nombre de copropriétés à vendre a bondi de 41% au centre-ville de Montréal l’an dernier.

    Qui plus est, les projets neufs demeurent nombreux, ce qui contribue à l’état de surabondance actuel.

    En conséquence, Desjardins s’attend à une baisse du prix moyen de 5% à 10% cette année dans le Grand Montréal.

    La baisse pourrait frapper d’autres villes, dont Québec en premier lieu.

    « La période de rétablissement dépendra de la discipline des constructeurs», souligne l’étude.

    L’institution prévoit d’ailleurs une période de faiblesse prolongée pour la construction neuve:

    mises

    Enfin, le rapport de Desjardins permet surtout de mettre en lumière la situation beaucoup plus équilibrée qui prévaut dans le segment des maisons unifamiliales.

    Lire les commentaires (298)  |  Commenter cet article






    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    février 2014
    D L Ma Me J V S
    « jan   mar »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    232425262728  
  • Archives