Le blogue immobilier

Le blogue immobilier - Auteur
  • Maxime Bergeron

    Journaliste à La Presse depuis 2003, Maxime Bergeron a fait ses premières armes au Soleil de Québec après des études en journalisme à l’UQAM. Ses reportages l’ont mené des alumineries d’Arvida aux bidonvilles d’Accra, en passant par les gratte-ciels de Dubaï et les manifestations de Moscou. En parallèle à ses dossiers sur une panoplie de sujets économiques, il entretient depuis des années un vif intérêt pour l’immobilier.
  • Lire la suite »

    Archive, janvier 2014

    Vendredi 31 janvier 2014 | Mise en ligne à 10h56 | Commenter Commentaires (240)

    Montréal en 2013: les gagnants, les perdants

    Photo Bernard Brault, archives La Presse

    Photo Bernard Brault, archives La Presse

    L’adage « location, location, location » n’aura jamais été aussi vrai qu’en 2013 dans la région montréalaise.

    La Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) a dévoilé hier le bilan détaillé de l’année pour chaque secteur la métropole, des statistiques qui dévoilent un paysage hautement morcelé.

    Tout d’abord, voici un portrait d’ensemble de l’année 2013:

    Grand Montréal

    Ventes : 36 522 (-9%)

    Inscriptions en vigueur : 30 526 (+13%)

    Valeur totale des ventes : 11,7 milliards $ (-8%)

    Île de Montréal

    Ventes : 14 042 (-10%)

    Inscriptions en vigueur : 12 139 (+17%)

    Valeur totale des ventes : 5,6 milliards $ (-10%)

    –> Regardons maintenant les faits marquants dans différents secteur de la métropole :

    Ville-Marie

    L’arrondissement central de Montréal affiche des baisses brutales en 2013. Le prix médian des maisons unifamiliales y a reculé de 18% l’an dernier, à 632 000$. Celui des condos a pour sa part fléchi de 6%, à 305 000$.

    Au même moment, le nombre d’inscriptions en vigueur a bondi de 39% pour les maisons, et de 41% pour les condos.

    Sud-Ouest

    Dans ce secteur, qui comprend le très bouillonnant Griffintown, les ventes de condos ont chuté de 21%, avec 661 transactions. Au même moment, le nombre de copropriétés à vendre a bondi de 24%… un déséquilibre qui n’a pas empêché le prix médian de croître de 3%, à 265 000$.

    Quartiers centraux

    Le prix des maisons unifamiliales a baissé de 7% dans le riche secteur « centre », qui comprend Outremont, Mont-Royal, Westmount, Hampstead et Montréal-Ouest. Leur valeur médiane s’est ainsi établie à 1 000 000$ en fin d’année. En contrepartie, le prix médian des condos a progressé de 5%, à 440 000$,

    Île-des-Soeurs

    Les prix se sont rétablis en fin d’année dans ce secteur cossu, mais l’offre de condos demeure très, très élevée. Dans la catégorie de 350 000$ et moins, on trouve 14 mois d’inventaire, tandis que pour les appartements de plus de 500 000$, le ratio grimpe à 26,9 mois d’inventaire. Cette situation favorise très nettement les acheteurs.

    Par ailleurs, le prix médian des unifamiliales a affiché un bond surprenant de 14% en 2013, à 734 200$.

    Plateau-Mont-Royal

    Le prix des maisons et des condos s’est maintenu dans l’enclave branchée du centre de Montréal. Mais les « plex » de 2 à 5 logements –pourtant si recherchés– ont vu leur valeur médiane baisser de 9% l’an dernier, à 601 5000$. Et cela, même si les ventes ont progressé de 11% pour ce type de propriété.

    Rosemont

    Le secteur de la copropriété s’est montré assez stable dans le vaste arrondissement, avec 585 transactions, soit 2% de moins que l’année précédente. Le prix médian des condos a néanmoins fléchi de 3%, à 277 000$, tandis que celui des unifamiliales s’est apprécié de 7%, à 392 500$.

    Ahuntsic-Cartierville

    Les maisons unifamiliales restent en demande dans ce secteur très familial. Le nombre de transactions a progressé de 2% l’an dernier, tandis que le prix de revente médian a avancé de 1%, à 449 000$.

    Laval

    Les ventes totales ont reculé de 14% dans l’île l’an dernier, avec 3968 transactions. Cela n’a pas empêché le prix médian des unifamiliales de progresser de 2%, à 288 000$, et celui des condos de gagner 3%, à 311 000$.

    Sainte-Rose/Auteuil/Vimont (Laval)

    Les « plex » ont connu une performance assez spectaculaire dans le nord de Laval en 2013. Les 43 transactions réalisées représentent une hausse de 34% sur un an. Et le prix médian, à 450 000$, affiche un bond de 21% par rapport à l’année précédente.

    Rive-Nord

    Malgré une baisse des ventes de 7% en 2013, la Rive-Nord de Montréal demeure populaire auprès des jeunes familles. On y a enregistré 8446 transactions l’année dernière. Le prix médian des unifamiliales a progressé de 2%, à 237 500$, tout comme celui des copropriétés, à 175 000$.

    Mirabel/Boisbriand/Sainte-Thérèse

    Le condo s’est vraiment démarqué dans ces secteurs de la Rive-Nord. À Mirabel, les ventes ont progressé de 36%, tandis que le prix médian a bondi de 18%, à 199 500$. À Boisbriand/Sainte-Thérèse, la valeur médiane des appartements a progressé de 8%, à 203 750$.

    Rive-Sud

    Les ventes ont fléchi de 6% l’an dernier, avec 8241 transactions. Les prix se sont toutefois maintenus tant pour les maisons unifamiliales (+2%, à 269 000$) que pour les copropriétés (+2%, à 193 000$).

    –> Ceux qui souhaiteraient consulter le rapport complet de la FCIQ peuvent le faire ici.

    Lire les commentaires (240)  |  Commenter cet article






    Mardi 28 janvier 2014 | Mise en ligne à 14h00 | Commenter Commentaires (58)

    9 millions pour un condo au Ritz

    Les résidences du Ritz-Carlton, au centre-ville de Montréal. (Photo Archives, La Presse)

    Les résidences du Ritz-Carlton, au centre-ville de Montréal. (Photo Archives, La Presse)

    Orgie de construction, course vers les hauteurs, surenchère de marketing: la copropriété aura fait couler beaucoup d’encre en 2013 à Montréal.

    Eh bien, le condo s’est aussi illustré au chapitre des ventes.

    Selon un rapport diffusé par Re/Max ce matin, la transaction la plus chère l’an dernier à Montréal aura été la vente d’un condo au Ritz-Carlton, pour 9 millions de dollars.

    La deuxième place revient aussi à une copropriété. Il s’agit d’un appartement de Westmount, vendu 4,5 millions.

    La maison unifamiliale la plus chère l’an dernier a trouvé preneur en 21 jours, toujours à Westmount, pour 3,8 millions.

    Malgré le ralentissement général du marché immobilier, le segment du luxe a affiché une performance assez solide en 2013 dans la métropole.

    En tout, 405 transactions de plus de 1 million ont été réalisées, indique Re/Max.

    Il s’agit de la troisième meilleure performance jamais enregistrée à Montréal, à peu près équivalente à celle de 2011.

    ventes mtl

    La propriété la plus chère présentement en vente dans le Grand Montréal se trouve à l’Île-Bizard, au bord du Lac des Deux-Montagnes.

    Il s’agit d’un manoir de 41 000 pieds carrés (!), sis sur un terrain de 12 acres.

    Parmi ses principales caractéristiques, on trouve une salle de bal, un gymnase, une piscine intérieure et une chambre principale… de 2100 pieds carrés.

    Dans la ville de Québec, 2013 aura aussi été une année record dans le segment des résidences de prestige.

    ventes QC

    Le condo le plus cher de la capitale est un penthouse de 17 pièces situé dans le Vieux-Québec, qui a trouvé preneur en 218 jours au prix de 2 millions.

    Malgré leur bonne tenue relative, les deux plus grandes villes du Québec ont affiché une performance plus faible que celle des autres métropoles canadiennes.

    À Vancouver, 1609 propriétés de plus de 2 millions ont changé de main en 2013, nettement plus que les 1184 de l’année précédente.

    À Calgary, les ventes de résidences de plus de 1 million ont bondi de 34%, avec 732 transactions.

    Enfin, à Toronto, 1908 propriétés de plus de 1,5 million ont trouvé preneur l’an dernier, contre 1617 l’année précédente.

    Lire les commentaires (58)  |  Commenter cet article






    Jeudi 23 janvier 2014 | Mise en ligne à 12h47 | Commenter Commentaires (199)

    Fermetures d’hôtels en série: et ensuite?

    La série noire des fermetures d’hôtels se poursuit dans la métropole.

    Après le Delta Centre-Ville, le Quality Inn et l’Hôtel des Gouverneurs de l’île Charron, voilà que le Holiday Inn de la rue Sherbrooke cessera ses activités en avril, apprenait-on cette semaine.

    L’établissement de 488 chambres sera transformé en résidences étudiantes, comme le veut la tendance récente.

    Ces nombreuses conversions constituent évidemment une triste nouvelle pour les employés des hôtels.

    Au Holiday Inn de la rue Sherbrooke –le plus gros de la chaîne au Québec–, 60 postes disparaîtront.

    Toutefois, l’industrie hôtelière n’entrevoit pas des jours trop difficiles à Montréal, bien au contraire.

    Selon un rapport récent de la firme de consultants Horwath HTL, l’industrie connaîtra une embellie au moins jusqu’en 2017 dans la métropole.

    Déjà, le taux d’occupation a grimpé à 67% l’an dernier, après avoir atteint un creux de 58,4% en 2009.

    Et il devrait progresser encore cette année, à 69%, selon Horwath. Une remontée causée en partie par la diminution du nombre de chambres dans le parc hôtelier montréalais.

    En parallèle, la demande connaît une certaine croissance à Montréal, comme en témoignent les niveaux de réservations déjà enregistrés pour 2014 et 2015.

    Ces deux facteurs pourraient contribuer à de nouveaux investissements dans le secteur hôtelier, fait valoir Horwath.

    Certains projets, qui végètent sur les planches à dessin depuis des années, pourraient ainsi reprendre vie.

    C’est le cas du Waldorf Astoria, un projet de deux tours jumelles prévu au centre-ville. (Le groupe annonce une ouverture en 2020 sur son site.)

    La phase 2 de la Tour des Canadiens prévoit aussi un hôtel, au sud du Centre Bell.

    Cette offre renouvelée saura plaire aux voyageurs, de plus en plus exigeants.

    Ils pourront bénéficier d’installations plus modernes, en remplacement des centaines de chambres souvent vétustes transformées en résidences étudiantes.

    Enfin, toutes ces conversions répondent aussi à une demande réelle, avec quelque 200 000 étudiants collégiaux et universitaires dans la région métropolitaine.

    Lire les commentaires (199)  |  Commenter cet article






    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • publicité

  • Calendrier

    janvier 2014
    D L Ma Me J V S
    « déc   fév »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives