Le blogue immobilier

Le blogue immobilier - Auteur
  • Maxime Bergeron

    Journaliste à La Presse depuis 2003, Maxime Bergeron a fait ses premières armes au Soleil de Québec après des études en journalisme à l’UQAM. Ses reportages l’ont mené des alumineries d’Arvida aux bidonvilles d’Accra, en passant par les gratte-ciels de Dubaï et les manifestations de Moscou. En parallèle à ses dossiers sur une panoplie de sujets économiques, il entretient depuis des années un vif intérêt pour l’immobilier.
  • Lire la suite »

    Archive, décembre 2013

    Mercredi 18 décembre 2013 | Mise en ligne à 10h32 | Commenter Commentaires (575)

    La rue principale en arrache

    Un local à louer sur l'avenue du Mont-Royal. (Photo Bernard Brault, La Presse)

    Un local à louer sur l'avenue du Mont-Royal. (Photo Bernard Brault, La Presse)

    Vous êtes vous promené récemment sur le boulevard Saint-Laurent, tout juste au nord de la rue Sherbrooke?

    Les locaux vides sont nombreux. Plusieurs anciens commerces et restaurants huppés ont fait place à des établissements de seconde catégorie. Le glamour a cédé le pas au glauque (et aux pubs irlandais).

    Le même scénario se répète dans plusieurs artères commerciales de la métropole, à des échelles variables.

    Ma collègue Marie-Eve Fournier dévoile ce matin des chiffres inédits sur la forte hausse du nombre de locaux vacants, qui confirment la crise actuelle du commerce de détail montréalais.

    Saint-Hubert, Mont-Royal, Sainte-Catherine: aucune artère n’est épargnée par la fuite des locataires.

    La baisse des loyers atteint 10%, voire 20% depuis un an, selon les secteurs de la métropole.

    Dans le Plateau Mont-Royal, les locaux situés aux 2e et 3 étages ont même subi une dégelée de plus de 30%, affirment un courtier. Et ils peinent quand même à trouver des locataires.

    Pourquoi un tel désaveu des consommateurs?

    Les raisons invoquées sont prévisibles: stationnement pénible, parcomètres trop chers, entraves routières et bouchons systématiques.

    Les Canadiens sont aussi plus réticents à dépenser depuis quelques trimestres, une tendance à laquelle les Montréalais n’échappent pas.

    Enfin, la concurrence immense –et alléchante– des centres commerciaux de banlieue comme le Dix30 n’aide en rien les commerçants du centre-ville de Montréal.

    Question-quiz: avez-vous changé vos habitudes de consommation ces dernières années?

    Lire les commentaires (575)  |  Commenter cet article






    Lundi 16 décembre 2013 | Mise en ligne à 14h53 | Commenter Commentaires (106)

    Le Québec à la traîne en 2014

    La sous-performance du marché immobilier québécois se poursuivra en 2014, selon de nouvelles prévisions diffusées aujourd’hui.

    L’Association canadienne de l’immeuble (ACI) a revu à la hausse ses cibles pour cette année et l’an prochain.

    Selon ce regroupement de courtiers, le nombre de transactions et les prix progresseront plus vite que prévu presque partout au pays… sauf au Québec.

    Ainsi, même si les ventes reprendront un peu de tonus dans la province, leur progression sera inférieure que dans l’ensemble du Canada (1,9% contre 3,7%).

    Idem pour les prix, qui avanceront d’un maigre 0,1% au Québec, comparativement à 2,3% à l’échelle nationale, projette l’ACI.

    Les deux tableaux suivant donnent les prévisions par province:

    Source: ACI

    Source: ACI

    Source: ACI

    Source: ACI

    Notons qu’il s’agit uniquement de prévisions, exercice périlleux –et rarement précis– s’il en est un.

    Lire les commentaires (106)  |  Commenter cet article






    Mercredi 11 décembre 2013 | Mise en ligne à 12h05 | Commenter Commentaires (317)

    Le monde selon Re/Max (AJOUT)

    Re/Max a publié ce matin ses prévisions pour l’année 2014.

    L’agence immobilière est pour le moins optimiste. Elle s’attend à des hausses de prix dans 23 des 25 plus grandes villes canadiennes.

    Les exclues de la croissance? Montréal, où les prix devraient stagner, et Québec, où ils devraient reculer de 1%.

    Les tableaux suivants donnent un aperçu des prévisions 2014 de Re/Max.

    Au Canada:

    Can-ventes
    can-prix
    À Montréal:
    mtl-ventes
    mtl-prix
    Et à Québec:
    QC-ventes
    QC-prix

    Les dirigeants de Re/Max dressent un portrait juste –et assez sévère– du segment de la copropriété à Montréal.

    Le rapport publié ce matin fait état d’une «construction excessive», et d’une offre d’unités invendues atteignant des «sommets records».

    L’absorption des appartements neufs prendra un certain temps et continuera d’exercer une pression à la baisse sur le prix, souligne la firme immobilière.

    Re/Max souligne par ailleurs que le segment des maisons unifamiliales de moins de 300 000$ continue à avantager les vendeurs dans le Grand Montréal.

    Le marché montréalais devrait se stabiliser en 2014, avec une progression des ventes de 2%, note l’agence.

    AJOUT:

    La Deutsche Bank vient tout juste de publier un rapport qui place le marché immobilier canadien au 1er rang des plus surévalués de la planète.

    La banque allemande estime que les prix sont 60% trop élevés au pays, et plus éloignés qu’ils ne l’ont jamais été de leur tendance historique.

    Le Canada devance ainsi la Norvège, l’Australie, la France et la Belgique, notamment, en tête de ce palmarès peu enviable.

    Lire les commentaires (317)  |  Commenter cet article






    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • publicité

  • Calendrier

    décembre 2013
    D L Ma Me J V S
    « nov   jan »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives