Le blogue immobilier

Le blogue immobilier - Auteur
  • Maxime Bergeron

    Journaliste à La Presse depuis 2003, Maxime Bergeron a fait ses premières armes au Soleil de Québec après des études en journalisme à l’UQAM. Ses reportages l’ont mené des alumineries d’Arvida aux bidonvilles d’Accra, en passant par les gratte-ciels de Dubaï et les manifestations de Moscou. En parallèle à ses dossiers sur une panoplie de sujets économiques, il entretient depuis des années un vif intérêt pour l’immobilier.
  • Lire la suite »

    Archive, octobre 2013

    Mardi 29 octobre 2013 | Mise en ligne à 11h18 | Commenter Commentaires (115)

    Bulles 2.0

    Les drapeaux rouges se multiplient depuis quelques jours devant la surchauffe du marché immobilier canadien.

    Un nouveau rapport de Goldman Sachs avertit des risques d’une sévère correction au pays.

    La hausse quasi ininterrompue des dernières années ne peut se poursuivre indéfiniment, fait en gros valoir l’économiste Hui Shan.

    “Si le degré élevé de construction domiciliaire se poursuit dans les prochaines années, le risque d’une surconstruction augmentera considérablement, écrit-elle. Et si le boom immobilier actuel est suivi d’un éclatement, le recul des prix pourrait être très significatif, considérant l’offre excédentaire de logements qu’on retrouve aujourd’hui.”

    Le ministre des Finances, Jim Flaherty, a pour sa part indiqué lundi son intention de rencontrer les promoteurs immobiliers du pays pour mieux comprendre les causes de ce rebond.

    Rappelons que le prix moyen a progressé de 8,8% depuis un an au pays, à presque 386 000$.

    Flaherty a déjà resserré à quatre reprises les règles d’emprunt depuis 2008 pour calmer le marché immobilier, mais il n’a pour l’instant aucun intention de donner un nouveau tour de vis.

    Il reste que cette remontée récente a un impact bien réel pour le Canadien moyen.

    Pour plusieurs, le rêve de posséder une maison est aujourd’hui inaccessible.

    “L’abordabilité”, comme on l’appelle dans le jargon, se situe d’ailleurs sous sa moyenne des 25 dernières années, selon un rapport diffusé ce matin par Desjardins.

    Au Québec aussi, la valeur des propriétés atteint un sommet, même si la surchauffe est beaucoup moins forte qu’à Toronto ou Vancouver.

    En fait, les prix ont même commencé à baisser dans certains secteurs de la province, en particulier Québec et Montréal. Un repli attribué en partie à la surconstruction.

    Le tableau suivant dresse le portrait de la situation dans l’île de Montréal, le mois dernier.

    On y voit que les ventes ont redécollé, mais que les prix, eux, reculent:

    Source: CIGM

    Source: CIGM

    Enfin, des craintes de plus en plus sérieuses d’une “bulle 2.0″ existent aussi aux États-Unis.

    Le marché a rebondi de façon spectaculaire au cours de la dernière année, et cinq villes en particulier soulèvent des inquiétudes.

    Le site Zero Hedge propose ce graphique assez éloquent:

    Source zerohedge.com

    Source: zerohedge.com

    Lire les commentaires (115)  |  Commenter cet article






    Vendredi 25 octobre 2013 | Mise en ligne à 10h56 | Commenter Commentaires (110)

    Bouleversements au centre-ville

    Archives La Presse

    Archives La Presse

    Un immense local sera bientôt vacant au centre-ville de Montréal.

    Le magasin Les Ailes de la mode, qui occupe 70 000 pieds carrés dans le complexe du même nom, fermera boutique au printemps, écrivait la collègue Marie-Eve Fournier cette semaine.

    Il s’agit d’un revers majeur pour cet ancien fleuron du commerce de détail québécois, qui a connu ses heures de gloire au tournant du millénaire.

    Il s’agira aussi d’une occasion rare pour un autre détaillant de venir s’installer sur l’une des artères les plus prestigieuses au pays.

    Plusieurs noms circulent: Target, Nordstrom, Whole Foods…

    À quelques coins de rue de là, le magasin Ogilvy vivra lui aussi — ou pas — de grands changements.

    Un vaste projet de 150 millions appelé Maison Ogilvy était prévu autour du célèbre établissement.

    Or, les partenaires initiaux ont mis fin à leur consortium, et l’avenir du site apparaît aujourd’hui incertain.

    Un nouveau projet de condos devrait être annoncé sur une parcelle du site en 2014, et Ogilvy songe toujours à agrandir ses locaux, mais rien n’est confirmé.

    Les propriétaires du magasin — qui détiennent aussi Holt Renfrew — font preuve de la plus grande discrétion, ce qui laisse cours à de nombreuses spéculations.

    Petites questions du vendredi, donc:

    – Quelle enseigne remplacera selon vous les Ailes de la mode?

    – Croyez-vous que d’autres grands projets immobiliers seront mis au rancart?

    Lire les commentaires (110)  |  Commenter cet article






    Mardi 22 octobre 2013 | Mise en ligne à 11h24 | Commenter Commentaires (79)

    Écrémage chez les courtiers

    Archives La Presse

    Archives La Presse

    Il fallait s’y attendre: le ralentissement du marché immobilier québécois décourage de plus en plus de courtiers.

    Comme je l’écrivais ce matin, près de 1000 d’entre eux ont renoncé à leur permis d’exercice depuis deux ans.

    Un tel revirement ne s’était pas vu depuis le milieu des années 90.

    Il faut dire que les années de boom ont attiré tout un contingent de courtiers néophytes, attirés par la perspective d’un coup d’argent rapide.

    Rappelez-vous: en 2010, la pancarte “à vendre” n’était même pas installée que les offres affluaient. Bien souvent au-delà du prix affiché.

    La donne est tout autre aujourd’hui, c’est le moins qu’on puisse dire.

    L’économie québécoise affiche de nombreux signaux d’incertitude; le marché de la revente est saturé; les projets neufs sont omniprésents.

    Dans ce contexte de concurrence exacerbée, le téléphone a carrément arrêté de sonner pour nombre de courtiers immobiliers.

    Ceux qui se fiaient sur la seule vigueur de la demande pour réaliser des ventes se retrouvent aujourd’hui “Gros-Jean comme devant”.

    Pour réaliser des transactions aujourd’hui, les courtiers doivent multiplier les efforts de mise en marché, de démarchage et de réseautage.

    L’évaluation rigoureuse du bon prix de vente est aussi plus cruciale que jamais, puisque les propriétés affichées trop cher végètent une éternité sur le marché –et repoussent les acheteurs potentiels.

    En somme, la nouvelle dynamique permettra en quelque sorte un écrémage des courtiers les moins performants.

    Lire les commentaires (79)  |  Commenter cet article






    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    octobre 2013
    D L Ma Me J V S
    « sept   nov »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives