Le blogue immobilier

Le blogue immobilier - Auteur
  • Maxime Bergeron

    Maxime Bergeron est journaliste à La Presse depuis 2003. Il se passionne depuis toujours pour les grues et couvre le secteur immobilier pour le cahier Affaires.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 16 janvier 2013 | Mise en ligne à 12h33 | Commenter Commentaires (63)

    Des condos, encore et encore

    Image fournie par Samcon

    Le projet Drummond (image fournie par Samcon)

    Le projet Lancashire, du Groupe Europa (photo Alain Rogerge, La Presse)

    Le projet Lancashire, du Groupe Europa (photo Martin Chamberland, La Presse)

    La forte hausse du nombre de condos offerts sur le marché de la revente ne semble pas freiner l’enthousiasme des promoteurs montréalais.

    Samcon lancera demain le pavillon des ventes d’un imposant complexe au centre-ville –le Drummond–, qui comprendra 350 condos répartis dans deux tours de 23 et 21 étages.

    Plus de 1500 personnes ont déjà manifesté de l’intérêt pour le projet de 130 millions, affirme le promoteur.

    Dans le Vieux-Montréal, le Groupe Europa amorce ces jours-ci les travaux en vue de convertir un immeuble patrimonial de la rue Saint-Jacques en 18 copropriétés.

    Le projet, appelé Lancashire, est déjà prévendu à 60%, a récemment soutenu son promoteur, Jean-Pierre Houle, en entrevue.

    “C’est une occasion unique de pouvoir avoir un appartement résidentiel dans un immeuble d’une telle qualité”, a-t-il avancé.

    Plusieurs autres projets ont été soumis dans les dernières semaines, dont une tour de 20 étages à côté du métro Place d’Armes (St-Luc Habitation) et un complexe de plus de 600 condos dans le Vieux-Montréal (Prével).

    En parallèle, une série de projets annoncés au courant de l’année 2012 ne sont toujours pas lancés officiellement. Pensons à la Maison Ogilvy ou à l’îlot Overdale.

    D’autres tours à condos déjà en vente peinent à atteindre le seuil critique de 60% à 70% nécessaire au lancement des travaux.

    Certains immeubles –comme la Tour des Canadiens– se sont par ailleurs vendus à la vitesse de l’éclair ces derniers mois.

    Selon les données provisoires de la SCHL, 11 880 condos ont été mis en chantier en 2012 à Montréal, soit un peu moins que les 12 681 de l’année précédente, un sommet historique.

    Avec le mélange d’enthousiasme et d’incertitude qui habite présentement le marché, bien malin celui qui pourra prédire les chiffres de 2013.


    • Ce que j’observe, c’est que les seuls projets de condos apparus après juillet qui se vendent sont des projets situés au centre-ville (et le seul qui c’est bien vendu à un logo du CH dessus, et tout ce qui a un logo du CH se vend bien). À part pour le centre-ville, et peut-être Outremont, Ville Mont-Royal et Westmount, c’est mort.

    • Or les gens qui achètent sur plan dans des immeubles de prestige trouveront-ils tous des acheteurs pour leur condo actuel?

      Comme l’impression que plusieurs achètent sur plan en prenant pour acquis que leur propriété actuelle se vendra comme un petit pain chaud alors que les chiffres montrent que le stock à vendre est en hausse.

    • Je crois que ça se vend plutôt bien à l’Île-des-Soeurs également. De ce que j’ai pu voir, beaucoup de va-et-vient d’acheteurs potentiels.

      Les meilleurs vendeurs en 2013 seront sans doute les projets vraiment innovateurs ou ceux situés dans les quartiers où il y avait une sous-offre de condos neufs. Je pense bien que les ventes seront moins rapides dans Griffintown cette année, pour ces raisons.

    • C’est ça, les condos, la seule politique économique et sociale de Montréal depuis 15 ans.

      Pitoyable !

      ( Dans 30 ans, y’aura seulement 2 types d’habitations à Montréal : des condos dans les quartiers défavorisés, et des maisons dans les quartiers riches ).

    • dkca

      Ce n’est pas une politique, c’est juste du marché. C’est aux élus de faire des politiques, pas aux promoteurs immobiliers.

      Vous proposez quoi? On vous écoute.

    • Je me demande souvent d’où peut venir toute cette demande pour des condos tel le projet Drummond de Samcon ? Qui accepte de payer autant pour être entassé sur un espace terrain aussi restreint et dans des habitations qui extérieurement s’apparentent plus à des ‘cages à poules’ ? Faut dire qu’en maintenant artificiellement des taux d’intérêts aussi bas on favorise toutes sortes de bulles dont l’immobilier.

    • Quelqu’un sait comment shorter cet oligopole bancaire organisé ??

    • Rien pour attirer les familles à Montréal!

    • Location, location, location

    • @ leguet

      Ce sont des choix de vie. Ce n’est pas mieux que ceux qui se tapent la distance et le trafic pour se rendre au travail.

      Mais bon, on ne repartira pas le sempiternel débat ville-banlieu-campagne. On a déjà assez du la gueguerre d’ados Québec qui bash Montréal.

    • @ Taxman55 Vraiment? Moi je vois toujours plein de petit et moyen projets, souvent en construction de bois, qui se vendent comme des pains chaud, souvent même pas au coeur de Montreal (ex : Spark de Mondev ou le 3339 de Beau-Vain, c’est à St-Michel mais loin de tout!) avec des unités parfois à 300$ le pi2! C’est a rien n’y comprendre…

    • Personne n’est forcé à acheter des condos. Personne n’est non plus forcé à en faire. Si il y a tellement de projets, c’est parce qu’il y a une forte demande, venant surtout des jeunes adultes 25-35 ans.
      Mais les moins jeunes n’y comprennent rien, car dans leur temps, un building avec des copropriétés, ça se loue, ça s’achète pas – sauf en Floride. Et si tu veux t’acheter une propriété, achète-toi une maison. Toute ça c’est d’la crosse de vendeur de char cette histoire de “condos”…

    • arretez d;’appeller ca des condo , c’est pour le marche locatif , je vais bien rire quand ces corporations vont devoir se tapper la regie

    • @fmenard6

      Vous avez “lu” les publicités dans le métro style Samcon: “Nathalie AIME son condo”… Elle a “checker in” dans un resto et patatipatata… les gens n’achètent plus leur maison, ils achètent maintenant le branding qui enveloppe une coquille souvent vide et construite assez rapidement… j’en sais quelque chose… Voilà pourquoi les ventes se poursuivent. L’image projeté sur plan et le style de vie autour est toujours très alléchants mais un coup emménagé cela peut changer…

      J’ai acheté sur plan dans le “révolutionnaire” projet Urbania à Laval tout près de la station Montmorency… J’y ai habité deux ans quasiment… bref… maintenant il y aura un méga amphitéâtre juste en face avec le chantier, les bouchons et bien d’autres désagréments…

      Et honnêtement pour le prix, c’est vraiment cher pour la qualité de construction (dans la majorité des projets de condo accessible à la classe moyenne). C’est faite vite, bon marché et bye bye le service après vente, le promoteur est rendu sur un autre chantier!

      Maintenant j’habite un VRAI grand appartement à Vimont datant de 1983 et très bien entretenu, 16 copropriétaire et non 117… le fiasco et surtout le civisme qui n’est pas donné à tous. Vous savez le danger avec ces méga complexes? La location car on sait que souvent quand on mélange propriétaire et locataire les deux n’ont pas la même notion d’entretien de l’immeuble, de respect des règlements et autres. Bien sur le propriétaire doit dicter les règles de conduite à son locataire, par contre celui-ci est souvent loin ou absent et ne fait qu’encaisser le chèque et se pointer au réunion au fon d de la salle…

      Alors le branding, le style de vie et l’enveloppe… voilà pourquoi cela fonctionne! C’est pas mal la norme dans tout maintenant. Vous aimez le Mcdo, non mais le branding qu’on y beurre autour est un maudit beau style de vie par contre! La bouffe… on repassera!

    • Mais bon c’est mon expérience. Pour ma part ce n’est pas un style de vie que j’ai particulièrement apprécié, d’être entassé, d’entendre le va-et-vient constant dans le corridor et d’être “près de tout”. Il y des gens pour qui c’est bien mais d’autres une fois sur place qui se font “peter” leur balloune du départ!

    • Par curiosité j’aimerais savoir quels projets peinent à atteindre le seuil critique de 60% 70% pour débuter la construction ?

    • Et honnêtement, quand t’as l’argent, tu peux avoir un maudit beau grand condo avec une finitions superbe et des extras. Par contre, quand t’achète la base.. mieux vaut louer que d’acheter… Mon conseil! Mieux vaut attendre et acheter de quoi qui a du bon sens que d’acheter le stricte minimum car le revendre sera beaucoup plus ardu étant donné que chaque constructeur à ses propres balises en terme de finition et d’extra. Certains sont très jolies à la base sans ajouter d’extra mais d’autres comme Urbania font vraiment figure d’enfant pauvre du condo en terme de finition de base. C’est comme une voiture, tout dépend du confort et du prix. Mieux vaut acheter d’occasion parfois et faire l’entretien… Et la majorité des nouveaux acheteurs on pas les moyens d’investir dans leur copropriété pour en rehausser le “look” mis à part quelques beaux luminaires et de la peinture.

      Pour la fourchette de prix que la majorité des gens peuvent se permettre, y’a pas de quoi se ruer au bureau de vente, à moins de vouloir s’entasser dans du 700pc et encore là c’est généreux…

      Mais bon, à chacun son choix!

    • @ndrewd1979

      Question , vous habitez un immeuble datant de 1983 de bonne contruction, selon vous, d’après ce que j’ai entendu, dans ces années c’était pas vraiment insonorisé, pas de béton etc. J’aimerais entendre vos commentaires concernant votre condo car d’après moi, dans les années 80 les constructions étaient meilleures. d’après certains experts c’est le contraire… Merci

    • Ce qu’il y a de tout à fait aberrant dans cette frénésie de construction de condos à gogos, c’est qu’autant les promoteurs que les municipalités, pour lesquels cette sorte d’habitation représente une véritable mine aux trésors dans laquelle les éventuels acheteurs peuvent s’engouffrer jusqu’au cou.

      Bizarre qu’on fasse si peu état de tous les à-côtés qui se rattachent à pareille acquisition: vérification

    • Ce qu’il y de tout à fait aberrant dans cette frénésie de constructions de condos à gogos, c’est qu’autant les promoteurs que les municipalités, pour lesquels cette sorte d’habitation représente une véritable mine aux trésors peu s’avérer un véritable cauchemar dans lequel les éventuels acheteurs peuvent s’engouffrer jusqu’au cou.

      Bizarre qu’on fasse si peu état de tous les «à-côtés» qui se rattachent à pareille acquisition: taxes municipales et de bienvenue, frais de copropriété et cotisations spéciales imprévues, inspection préalable du bâtiment par un professionnel, vérification minutieuse de la charte de copropriété… Combien d’éventuels acheteurs ne sont aucunement au courant qu’aucune loi ne régit ce type de bâtiment où le pire et le meilleur s’y côtoient, mais dans les deux cas nécessitant un «coussin financier» passablement garni.

    • Vous me faites rire avec vos commentaires de ”cage à poule”.

      Je me considère chanceux car j’ai la possibilité de posséder un petit condo d’à peine 575 p.c. à proximité du centre-ville et du Vieux-Montréal (Griffintown) depuis quelques années déjà et j’ai aussi un petit chalet dans les Laurentides avec ma conjointe.

      Je peux vous confirmer que si j’avais à faire un choix entre mon condo ou le chalet… c’est le chalet qui part. J’adore le style de vie de la copropriété, les espaces communs à même le projet, la proximité des restaurants et des services qu’offre Montréal et SURTOUT la proximité à notre travail, disons que je m’ennuie pas du tout du temps où je passais 3h par jour dans le traffic. Ceux qui ont peur de vivre avec d’autre monde, je ne sais pas où vous avez habité avant mais la bâtisse que j’habite est très tranquille, j’entends jamais mes voisins et la qualité des matériaux est très excellente pour le prix. Le condo a été la meilleur solution car les maisons sur l’île sont hors de prix.

      Je vous invite à voyager un peu en Europe ou en Asie, vous verrez qu’on a du retard en Amérique avec notre mentalité de ”bigger the better”.

    • Je dois toutefois concéder que niveau marché les promoteurs doivent effectivement jouer de prudence.

    • Les condos ont du succès auprès des jeunes ménages “moyen” car :

      - À Montréal le parc locatif est médiocre et mal insonorisé, on achète un meilleur confort de vie.
      - Pouvoir rester proche de son lieu de travail et des activités de la ville
      - “Louer c’est jeter de l’argent par les fenêtre” et “Il faut acheter dès que possible”, suivant les bons conseil des baby boomers.

      L’effet de mode du condo je sais pas si c’est la raison principale..

    • @lancerkm

      Bonjour! Les constructions d’aujourd’hui sont très biens isolées (température et bruit) pour en avoir fait l’expérience… même parfois un peu trop pour l’évacuation de la chaleur et de l’humidité. Mon appartement actuel datant de 1983 est aussi bien insonorisé pour le bruit et isolé pour la température. Là-dessus, pas de différence notable, c’est tant mieux!

      Ce que j’ai trouvé de “meilleure” ce sont les disposition des pièces et la superficies de celles-ci. Aucune perte d’espace, beaucoup de rangement, très grand salon, salle à manger et cuisine très fonctionnelle. Grande salle de bain, grande chambre des maîtres et moyenne deuxième chambre (identique à une maison). Évidemment l’entretien y joue pour beaucoup (autant de l’immeuble que de l’appartement par l’ancien propriétaire).

      Pour ma part les constructions des années 1980 et 1990 étaient meilleures dans le sens qu’elles offraient une plus grande superficie habitable pour un prix très abordable. Bon nous ne sommes plus là mais la tendance maintenant va avec le portefeuille et l’investissement. Plus t’as de l’argent et plus tu as grand et vice-versa.

      Mon expérience et compréhension!

      @clairvoyant
      Tout à fait d’accord! Les fonds de prévoyances ne sont que très rarement au rendez-vous, sinon de “boosté” les frais mensuels à 500-600$ par mois, ce qui ferait fuir les acheteurs potentiels. On garde les frais au plus bas mais quand viendra le temps de réparer l’acenseur ou autres dépenses dans les 5 chiffres, ce sera une cotisation spéciale.

      Beaucoup de nouveaux copropriétaires conserve la notion “d’anciens locataires”, que s’il arrive quelque chose à la bâtisse (parties communes) quelqu’un d’autre s’en chargera… sauf que ce quelqu’un d’autre c’est lui.

      Très important de regarder les états financier lors de l’achat et des réparations à venir ou dépenses (évidemment si la bâtisse date un peu quand même). Le problème avec les nouvelles constructions c’est qu’il n’y pas d’états financier encore et il tarde souvent à venir et on se rassure en se disant: “C’est neuf donc ça va durer 20 ans”… J’ai connu un copropriétaire dans un immeuble ou une pièce maîtresse d’un des ascenseurs avait brisé (garantie terminée)… une belle dépense dans les 5 chiffres. Bref, une hiostoire comme une autre mais il faut prévoir ce genre de dépense.

    • @ fmenard6 : ben justement, ton spark de mondev ne se vend pas pantoute. Ils ne vont pas le construire, c’est assuré.
      http://www.mondev.ca/condo-montreal-spark-75-nouveau-condos-a-vendre-villeray-saint-michel-et-parc-extension.html?ProjetID=128

    • @lancerkm

      Les experts se base sur l’entretien car du béton il y en a et de la brique aussi. Rien de bien défférent. Par contre si le drain français n’a jamais été remplaçé, le système d’égout jamais inspecté après une 20aines d’années, le terrain ajusté (mauvais inclinaisons pour évacuation de l’eau de pluie vers la rue et non l’immeuble, etc) c’est certain qu’on peut qualifier la bâtisse de “à risque”, pas mauvaise construction mais mauvais entretien avec les années. Il va de même pour les nouvelles. Chez Urbania, j’ai entendu que plus les briqueteur montait en étage plus il devait tailler certaine briques de coin pour finaliser car il y avait un manquement au niveau de l’exactitude des angles droits. Est-ce un gros problème? Je ne sais pas… Je sais une chose par contre, c’est construit très rapidement… Quand t’as un projet de 4 ou 5 tours, disons que t’es pressé de terminer pour rentabiliser l’investissement, ton prêteur financier n’est jamais très loin…

    • Si les condos c’est pas votre truc, n’en achetez pas… mais le fait est que ça répond aux besoins d’un type de clientèle.

      Bien sûr que les condos “low-end” sont de qualité minimale, juste ce qu’il faut pour respecter les standards. Mais je suis certain qu’il en va de même pour les unifamiliales de banlieue.

      À mon avis, acheter d’un promoteur reconnu et qui a une réputation à défendre est un avantage. Mon premier condo était un Samcon. Je précise que j’étais le premier occupant même si je n’ai pas acheté sur plan. Donc nous avions les garanties du constructeur et de l’APCHQ.

      Bref, bien entendu qu’il y a eu quelques problèmes durant les 4 années que j’ai habité là. Mais dans la majorité des cas, le promoteur s’est montré coopératif. Je n’irai pas dire qu’il a acquiescé à toutes nos demandes et qu’il n’a jamais fallu lui tordre un peu le bras, mais disons qu’on a effectivement eu un certain niveau de service après vente.

      Par contre, j’aurais peur d’acheter un “flip” d’un promoteur à numéro qui maquille un vieux bloc appartement en copropriété et ferme boutique après le projet.

      Pour ce qui concerne les frais de condos, n’y a-t-il pas une loi qui s’en vient pour établir certains standards? Je crois que ce serait une bonne chose car j’ai l’impression que plusieurs copropriétés qui prennent de l’âge devront procéder à des cotisations spéciales très salées pour changer la toiture, les fenêtres, les chauffes-eau, etc… pourtant toutes des choses prévisibles.

      Le problème c’est que sans réglementation, les copropriétaires ressentent une pression de garder les frais de copropriété le plus bas possible pour paraître compétitifs au moment de la revente. C’est l’acheteur suivant qui se ramasse avec les problèmes…

      Alors petit conseil: avant d’acheter, demandez les livres de la copropriété. Si vous n’y connaissez rien, faites-les examiner. Privilégiez les copropriétés administrées par des compagnies de gestions reconnues. Méfiez-vous si tout est administré par un des copropriétaires qui fait ça à temps partiel juste pour sauver quelques dizaines de dollars par mois.

    • @tonyverdechi et dscott

      Je demeure à Montréal(centre nord) en condo mais dans un immeuble de dimension humaine avec du terrain et des arbres à l’avant comme à l’arrière. Donc, il est très possible de se loger dans autre chose que des ‘cages à poules’ en ville et souvent à moins cher que dans des tours. Les promoteurs comme Samcon doivent s’en mettre plein les poches en achetant le plus petit terrain possible pour entasser le maximum de poules ….. et les petits poulets affluent d’ailleurs !

    • J’habite en famille (2 enfants 2 adultes) depuis juillet dans un assez grand condo (1250 pieds carrés), très bien divisé, avec patio et cour exclusive. C’est une co-propriété à 8 unités, bâtie en 2002, gérée à l’interne de manière très rigoureuse et avec un fond de prévoyance très bien garni. C’est près de la job, de la piste cyclable et de la ligne orange. Il nous en coûte 90$ par mois pour les frais de condo.

      Quand je compare avec ce qu’il nous en coûtait en location avant, y’a pas à dire, ce fut un excellent move…

    • @be-bop-a-lula : combien tu payais en location?

    • @ bonserge

      Bonjour Monsieur. Je suis en recherche présentement à Québec et je trouve votre commentaire très pertinent. Aussi, j’aimerais savoir comment je puis obtenir de l’information crédible sur la cote des promoteurs. Est-ce que la Régie du logement ou l’office de la protection du consommateur pourraient me fournir de l’information à ce sujet?

      Merci.

    • @jeffside: tu le sais probablement déjà, mais tu t’apprêtes à faire une énorme erreur financière en achetant maintenant alors que le marché est au sommet et à quelques semaines d’une importante correction suivi de plusieurs années d’une lente baisse des prix.

    • @Taxman55

      Comnent pouvez-vous que nous sommes seulement à quelques semaines d’une correction alors que nous sommes presque rendu au printemps que c’est la saison qui se passe le plus de transactions de plus les taux hypothécaires sont très bas, tant qui seront bas les immeubles vont se vendres à plein régime.

    • jeffside

      Je ne sais pas si un organisme cote les promoteurs, mais à tout le moins, regardez si le promoteur en question a réalisé de bons projets auparavant et s’il en a d’autres qui s’en viennent.

      Si vous faites affaire avec un promoteur qui a une réputation à défendre, déjà vous aurez une meilleure chance d’avoir du service après vente.

      Ou au moins, vous aurez la possibilité de poursuivre quelqu’un si ça tourne vraiment mal. C’est déjà ça de prit!

    • lancerkm

      Parce que les prix baisse depuis juin 2012.

      Parce que les ventes sont en baisse de 20 à 50% à travers le pays

      D’autres explications

    • be-bop-a-lula

      Tant mieux si ça se passe bien pour vous. Mais 90$/mois, c’est plutôt bas comme frais. Même en prenant en considération que vous économisez en faisant la gestion à l’interne.

      Y a-t-il déjà eu des problèmes majeurs dans votre copropriété? Je demande ça parce qu’à la limite, on ne sait pas si la gestion est vraiment bonne tant qu’on a pas eu de trouble…

    • @lancerkm : manifestement vous ne suivez pas le marché

    • A mon avis il existe très peu de bonnes raisons d’acheter un condo, surtout en ce moment avec un marché à son peak avec de très fortes probabilités de correction.

      Un condo est un appartement et pour l’immense majorité des gens une solution qui est par définition temporaire, les jeunes voudront plus tôt que tard un vraie maison, tandis que les vieux… ben c’est évident…

      A la rigueur je comprend qu’on veuille s’installer dans un quartier urbain qu’on adore (genre Outremont) et où on sait qu’on voudra rester très longtemps et que même les circonstances familiales ne viendront pas changer cela. Très peu de gens sont réellement dans cette situation.

      Or le problème actuellement est que s’il y a une correction non seulement la vente future pourrait entrainer une perte importante et possiblement ne même pas couvrir la dette, mais en plus le condo pourrait devenir très difficile à vendre. Le vrai danger n’est pas seulement financier, c’est aussi la perte de mobilité, la perte de liberté. Le vrai danger est que la boite de béton devienne en fait une prison à laquelle on ne pourra échapper qu’avec d’importantes pertes.

    • Le problème j’ai l’impression c’est que les gens ont déjà entendu ces dernières années , “C’est le peak, ça va baisser”, “La bulle va éclater” et le marché a continué à progresser malgré tout…

    • @bonserge: Merci pour votre réponse. Lorsqu’une construction m’intéressera, je porterai davantage attention au promoteur et j’orienterai mes recherches sur celui-ci
      @Taxman55: Merci beaucoup pour votre intervention, je suis parfaitement en accord avec vous. Je n’ai toujours pas terminé mon financement, aussi en ai-je encore pour quelques mois encore. Je surveille effectivement le marché de très près. Je suis plutôt du genre à me renseigner à fonds avant de faire des acahts importants et, à la lumière des mises en gardes précieuses émises par les blogeurs de ce site ainsi que celles qu’on peut voir à l’émission La Facture (radio-canada), je trouve ce genre d’acaht assez complexe. Je ne suis pas particulièreement pressé à court terme mais je me prépare tout de même en cas d’une occasion particulière ou d’une situation exceptionnelle. Merci encore!

      @pbrasseur: c’Est effectivement un risque potentiel néanmoins bien réel. J’aime bien votre analogie de prison de béton. C’est pour cela que je regarde en même temps du côté résidentiel, cependant actuellement hors de portée pour moi… et pour de nombreuses années!

    • @ppoitras79: je ne sais pas quel marché vous suivez, mais ce n’est pas celui de Montréal. Les prix n’ont pas baissé mais les délais de vente ont quelque peu augmenté. J’habite le centre-ville et je vois beaucoup de transaction dans mon immeuble. Des gens affichent des prix de fous, qui leur donnerait un rendement démesuré. Ils n’ont pas d’activité, ils ajustent leur prix et la vente se conclu. Les prix au pi2 sont fonction des coûts de construction. La concurrence est vive et un promoteur ne peut se permettre de faire du “cheap” et vendre cher, il est trop facile de comparer plusieurs projets du même secteur. Le rythme de vente a certe ralenti dans les projets, mais il y a beaucoup de projet à vendre en même temps et le rythme de vente actuelle, bien qu’inférieur à 2011-2012, est tout de même parfaitement en ligne avec la moyenne historique. Ceux qui prévoient un effondrement des prix sont peut-être eux-même des spéculateurs qui rêvent de racheter des condos pas cher pour les flipper à leur tour…Je suis conscient que la hausse des prix est derrières nous et qu’une période d’ajustement de + ou – 2 ans est devant nous, mais un effondrement du marché tel que certains en rêve (et pour certains collaborateurs de ce blogue on pourrait dire “en fantasme”), je crois qu’on en est encore loin.

    • Sur l’île de Montréal, l’achat d’un condo demeure toujours intéressant particulièrement dans les quartier centraux, vu la proximité du métro, du centre-ville, et des services, il risque peut-être dans le futur d’y avoir une lègère correction à la baisse. Mais d’après moi rien de dramatique comme certain semble y croire. Montréal comparativement à Vancouver et Toronto, demeure abordable.

    • @Pbrasseur
      Je comprends vos argument quant au “timing” actuel de l’achat d’un condo.
      Mais de là à dire que l’immense majorité des gens souhaitent vivre dans une maison unifamiliale, il y a un pas.
      Je connais des tonnes de gens qui abhorrent tout l’entretien requis par une maison, ainsi que les longs délais de transport généralement associés avec la banlieue…
      M. Bergeron

    • Terlingua

      Il est impossible de timer le sommet d’une bulle… mais comme ca fait 7 mois que ca descends bien on peut dire qu’elle est maitenant en train d’éclater. Avant juin 2012 ceux qui prétentait que c’était le sommet de la bulle n’avait aucun élement réel pour le prouver. Maintenant c’ets simple, les prix en baisse depuis juin 2012 et des ventes en baisse de 20% à 50% dépendant des régions. Avec des baisses de ventes de cette ampleur une importante correction des prix n’est pas juste probable… elle est certaine

    • @stefville1 : “Montréal comparativement à Vancouver et Toronto, demeure abordable.”

      C’est faux. Montréal n’est pas plus abordable que Toronto et Vancouver. Pour évaluer si un marché immobilier est abordable, il faut comparer les prix à 2 indicateurs: les loyers et les revenus. Montréal est tout aussi inabordable que Vancouver et Toronto lorsqu’on compare ses prix avec ses loyers et les revenus des Montréalais. Vous pensez que c’est différent ici. C’est aussi ce que pensent, dans toutes les villes canadiennes, les gens qui ignorent les faits.

    • @sub-prime: “il y a beaucoup de projet à vendre en même temps et le rythme de vente actuelle, bien qu’inférieur à 2011-2012, est tout de même parfaitement en ligne avec la moyenne historique.”

      C’est tout à fait faux. Apprenez à lire des statistiques.

      Je présume que vous êtes un agent d’immeuble. Inutile, dans les derniers mois nous avons énoncés sur ce blogue tous les faits pertinents à l’analyse du marché immobilier, et tous les lecteurs avec un esprit critique savent parfaitement bien que le marché va baisser d’au minimum 15%.

    • @ bonserge
      16 janvier 2013
      16h08

      On pourrait p-ê commencer par arrêter de prendre les promoteurs immobiliers et autres gens d’affaires pour le Bon Dieu ? , et ainsi empêcher qu’ils se substituent aux éluEs.

      Ensuite, des logements sociaux et un plus grand financement des groupes d’aide socio-communautaires.

      Ça te va ?

    • @pbrasseur.

      Mais le vrai drame est que l’on ait réussi à faire croire à la majorité de la population que ces “boîtes” valent une véritable fortune!!

      Le marché actuel considère que le prix moyen d’un condo représente 150% du prix que coutait un Duplex ou un Triplex il y a à peine 10 ans…

      Allo La Terre?!

    • @taxman55: non, je ne suis pas agent d’immeuble. À la lumière de vos commentaires, vous semblez posséder la vérité, grand bien vous fasse.

      Les statistiques de vente, je les vois à toutes les semaines. Les acheteurs sont de vrais personnes, avec de vrais emplois et avec la véritable intention d’habiter les projets, pour la vaste majorité. N’oubliez pas que le nombre de mise en chantier à Mtl est toujours autour de 20-22K unité par année. Le fait est que les condos représentent maintenant 60% des nouvelles construction et les unifamiliales 30%, doit tout à fait l’inverse d’il y a 10 ans. Les gens sur ce blogue qui n’aiment pas les condos ont leur raison, mais il semble que les inconvénients de superficie et des voisins surpassent le désagrément du trafic et de l’entretien d’une maison. Il ne faudrait pas jeter le bébé avec l’eau du bain…

    • dkca

      Vite comme ça, je ne vois pas en quoi construire des condos empêche la construction de logement social. Mais bon, on en reparlera peut-être dans un blogue de politique…

    • @Taxman55

      “Montréal n’est pas plus abordable que Toronto et Vancouver” Euh vous êtes dans le champs avec celle-là.
      La preuve est ici :
      http://www.rbc.com/economie/marche/pdf/housef.pdf

    • Taxman, vous dites:

      @sub-prime: “il y a beaucoup de projet à vendre en même temps et le rythme de vente actuelle, bien qu’inférieur à 2011-2012, est tout de même parfaitement en ligne avec la moyenne historique.”

      C’est tout à fait faux. Apprenez à lire des statistiques.

      Je m’étire le cou, car je n’ai pas vérifié. Mais je crois qu’en nombre de ventes, et en valeur, 2011 était un année record, de tous les temps. Alors cela me fait rire un peu quand je lis que le ventes sont en chute libres, en raison d’une baisse de 17%… comparativement avec un année record.

      Alors quand sub-prime dit que le nombre courant de vente est en ligne avec la moyenne historique, il a probablement raison. Le volume de vente étant historiquement en hausse, une baisse a partir de l’année record contribuant a établir cette moyenne historique n’aura pas pour effet (du moins pas de facon a mériter du “tout a fait faux” péremptoire), de faire en sorte que l’année courant soit “en ligne” avec la moyenne historique, à moins que mes cours de statistiques ne m’aient servi a rien.

    • Bonsoir Rick

      La terre vous répond qu’il n’y a pas beaucoup de duplex ou de triplex a vendre dans le quadrilatere St-Laurent, Sherbrooke, Notre-Dame, et Guy. J’espere bien qu’un condo dans ce quidrilatere se vend 150% de plus que ce que vendait un duplex a Villeray en 2002.

      La terre vous repond également que dans la plupart des quartiers ou il se trouve des duplex et triplex, les prix de vente au pied carré sont sensiblement les meme. De fait, il est parfaitement normal que le prix au pieds carré d’un condo soit matériellement plus élevé que celui d’un plex.

    • @guygadbois.

      “De fait, il est parfaitement normal que le prix au pieds carré d’un condo soit matériellement plus élevé que celui d’un plex.”

      Non! Pour cette affirmation, vous oubliez de considérer le TERRAIN et c’est exactement ce qui ne va pas avec les prix actuels des condos.

      Dans une cour arrière d’un Plex, tu peux faire ce que tu veux de ton terrain. Dans une tour à condo, NIET pour le terrain (la portion terrain n’existe que théoriquement)…

    • En 2012, un total de 453,372 transactions fut conclues au Canada via le système MLS, soit un déclin de 1.1 % comparativement à 2011 et 1.4% inférieure à la moyenne des dix dernières années.

      http://canadianrealestatemagazine.ca/news/item/1499-fewer-investors-homeowners-looking-to-sell-crea-report

    • En 2012, l’Indice des Prix des Propriétés de MLS du Grand Montréal a progressé de 146.2 à 151.

      l’IPP MLS est Fondé sur un modèle mixte qui repose à la fois sur la méthode des ventes répétées et la méthode hédonique.

      http://indicedesprixdesproprietes.ca/hpi_tool_fr.html

    • @MeMFisc.

      “En 2012, un total de 453,372 transactions fut conclues au Canada via le système MLS, soit un déclin de 1.1 % comparativement à 2011 et 1.4% inférieure à la moyenne des dix dernières années.”

      Êtes-vous au courant de ce qui s’est passé le 9 juillet 2012? Et le 1er novembre 2012?

      Cherchez un peu, ce pourrait être utile pour votre prochaine annonce publicitaire expliquant le débalancement complet de l’offre et de la demande à Montréal à la fin de 2012!

      L’important est de comprendre ce que l’on cite…

    • @bonserge
      90$ comme frais mensuel, ça semble peu en effet mais tout l’monde met la main à la pâte. On a repeint ensemble les marches cet été. Étant au rez-de-chaussée, je coupe souvent le gazon, mais c’est pas long et j’aime ça (j’ai du temps), d’autres se chargent de la haie et des fleurs. Mon voisin de r-d-c m’a enlevé toute mes mauvaises herbes…

      La bâtisse a 10 ans et selon l’Inspecteur, ça a été très bien construit. Bien sûr, y’a pas de piscine ni d’ascenseur, c’est juste un 8 unités. Mais comme plusieurs résidants sont là depuis longtemps et qu’un fond de prévoyance a été mis sur pied dès le début, il est bien garni. Disons que s’il y a un problème, avec ce que je vois et l’ambiance qui règne, je ne m’inquiète pas.

      @Taxman
      On payait 1210 par mois pour un grand 6 1/2 avec un sous-sol (où j’avais mon bureau) tout aussi grand et une cour. Mais je crois bien avoir été chanceux pour le condo. Les vendeurs semblaient pressés et comme on était locataire auparavant, faut croire qu’ils ont trouvé notre offre avantageuse et suffisante…
      Bien sûr c’est pas donné, mais comparé à ce que je voyais pour le même prix (et ce, pendant plusieurs mois), la plus-value vu l’emplacement, la grandeur ( 3 pièces fermées, et j’ai besoin d’un bureau), l’ensoleillement, la cour à usage exclusif, le patio intime et en retrait, etc, je crois bien qu’on pourra tirer notre épingle du jeu dans 4-5 ans si jamais on a besoin de bouger en raison des enfants, et ce même si le marché sera moins effervescent.

      De toute façon, au-delà du monétaire, de ne pas avoir à porter 2 chandails dans la cuisine quand il fait en bas de -10, de ne plus avoir du carton entre soi et les voisins, de pouvoir allonger les jambes au complet en prenant son bain, de pouvoir se faire un feu de foyer de temps en temps, tout ça et bien d’autres choses, je trouve que ça vaut largement le 160$ supplémentaire que ma copine et moi devons chacun payer en + pour se loger (taxes incluses)…

    • @Rick

      Moi qui croit énormément a la localisation (i.e. valeur du terrain), j’avoue en avoir manqué une. Et la valeur du terrain, dans bien des cas, a un effet sur la valeur plus grand que l’ensemble des autres éléments auxquels je pensais et qui un favorise le prix au p2 du condo vs le duplex.

      Bien joué

    • @Maxime

      N’empêche, vous ne me convaincrez pas que pour la plupart des nouveaux acheteurs, clientèle principale pour le condo et le semi-détaché, le condo est une solution temporaire. Un tremplin en attendant de pouvoir accéder à la maison détachée.

      Autant cela a pu être vraiment un tremplin financier ces dernières années grâce aux hausses vertigineuses de prix, autant cela risque d’être l’inverse à partir de maintenant, et pour longtemps.

    • @pbrasseur

      Les hausses de prix de condos n’est pas un tremplin pour acheter une détachée, puisque le prix des détachées a également augmenté. C’était plutôt une bouée de sauvetage car ceux qui n’ont pas acheté en 2000 ne peuvent tout simplement plus se permettre d’acheter en 2012 (ils se sont fait larguer par le marché). Avec un peu de chance ils pourrront envisager de commencer en base de l’échelle (i.e. condo) en 2015.

    • be-bop-a-lula

      C’est super ça. Vous êtes bien chanceux. Ça ne se passe pas comme ça partout, je peux vous le dire.

      Dans mon ancien immeuble (un 8 copropriétés), on avait un zozo qui n’a jamais payé ses frais de condos en plus de 3 ans…

      On a donc dû prendre des mesures légales. Avocats, mises en demeure, puis hypothèque légale. Tout ça coûte de l’argent alors qu’il y en avait moins que prévu qui entrait dans le compte.

      Puis on a eu un refoulement d’égouts au sous-sol et il a fallu casquer la franchise des assurances à coup de cotisation spéciale.

      Pour la petite histoire, le mauvais payeur à finalement fait faillite, il y a eu reprise de son condo et la copropriété a pu recevoir l’argent qu’il nous devait. Tant mieux parce que ça aurait été d’autant plus difficile pour moi de vendre avec un solde en souffrance dans notre compte.

      Là je ne parle pas du fait qu’on était obligé de payer des contracteurs pour la moindre petite chose (entretient des parties communes, entretient paysagé) parce qu’il y en a 2 ou 3 qui ne voulaient pas mettre la main à la pâte.

      Disons que vous et moi avons vécu deux situations bien différentes! :)

    • l’hypothèeque légale du syndicat de copropriété est une sûreté très forte, dont les syndicats ne devraient pas se passer.

      Recevoir un préavis de vente en justice, ca réveille un concombre assez vite merci.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • publicité

  • Calendrier

    juin 2014
    D L Ma Me J V S
    « mai   juil »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité