Le blogue immobilier

Le blogue immobilier - Auteur
  • Maxime Bergeron

    Maxime Bergeron est journaliste à La Presse depuis 2003. Il se passionne depuis toujours pour les grues et couvre le secteur immobilier pour le cahier Affaires.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 15 janvier 2013 | Mise en ligne à 11h27 | Commenter Commentaires (16)

    2012 se conclut sur un plongeon

    Les ventes de maisons ont fini l’année sur un véritable plongeon au Canada.

    Le nombre de transactions a chuté de 17,4% en décembre par rapport à décembre 2011, indique ce matin l’Association canadienne de l’immeuble (ACI).

    Il s’agit de la plus forte baisse depuis que de nouvelles règles hypothécaires ont été mises en place en juillet dernier, observe l’économiste Sonya Gulati, de la TD.

    Pour l’ensemble de l’année 2012, les ventes ont reculé de 1,1% au Canada, avec 453 372 transactions.

    Le prix moyen, pour sa part, a atteint 352 800$ en décembre, une légère hausse de 1,6% sur un an.

    Le nombre de mois d’inventaire de maisons à vendre s’est en outre établi à 6,7 mois à la fin décembre, tout près de sa moyenne des dernières années.

    Selon Sonya Gulati, le marché canadien devrait se stabiliser à ces niveaux pour les mois à venir.

    Les prix demeurent toutefois bien au-delà de leur tendance historique, souligne l’économiste, surtout lorsqu’on les compare au revenu moyen des Canadiens.

    « Selon cette logique, les prix devraient se mettre à descendre une fois que les taux d’intérêt repartiront à la hausse au quatrième trimestre de 2013 », indique-t-elle.

    Notons que les statistiques pour Montréal seront seulement dévoilées la semaine prochaine. Des données qui seront scrutées de très près, surtout dans le segment de la copropriété.

    ***

    Sur une autre note, je me trouve présentement à Toronto, où le nombre de chantiers, comme vous le savez, est hallucinant.

    Des histoires suivront, donc. En attendant, la vue depuis l’hôtel:

    toronto


    • Votre article représente tout a fait la réalité que nous vivons actuellement . Étant courtier immobilier, je peux vous dire que le secteur de laval, entre autres, a vu un recul de ses ventes en décembre 2012. On voit des offres au montant à la baisse et les prix sont a la baisse. Le marché est en train de se stabiliser pour devenir un marché favorable aux acheteurs.

    • @ Michelleme

      15 ans de marché favorable aux vendeurs, c’est pas trop tôt!

    • les gens se sont finalement rendus compte qu ils achetaient n importe quoi à n importe quel prix

    • “Selon cette logique, les prix devraient se mettre à descendre une fois que les taux d’intérêt repartiront à la hausse au quatrième trimestre de 2013″

      Ça me semble être une évidence…

      La question n’est pas de savoir si les prix vont diminuer au courant de 2013, mais bien de savoir de combien ils vont diminuer et pendant combien de temps?

    • @Michelleme

      Merci pour votre commentaire. C’est très sain de lire des gens de l’industrie qui reconnaissent (presque) la situation. Je dis “presque” parceque le terme “stabilisation” sera partout dans les rubriques immobilières sponsorisées, les communiqués officiels et les sites d’agent d’immeuble. Comme un mantra. Toutefois, le marché va se stabiliser à un niveau “stable”.

      Et “stable”, ne sera pas défini par le désir des professionnels de l’immobilier, investisseurs ou proprios qui espèrent un softcore sans douleur.

      “Stable” s’ajuste de lui-même comme le niveau de la mer. Historiquement, 3 fois le revenu disponible. “Historiquement”, ça veut dire stable dans le temps malgré les variations économiques sur près d’une centaine d’années en occident, sauf récemment et lors de quelques bulles rapidement résorbées pendant lesquelles les gens n’avaient pas accès au crédit bar open en place jusqu’à tout récemment.

      Donc oui, ça va se stabiliser. A un niveau relativement prévisible : Autour de 3 à 4 fois le revenu disponible moyen des ménages. Moi, je connais ce chiffre. Et vous ?

    • Les prix vont diminuer de 10-15% sur 5 ans à Montréal. En ajoutant l’inflation de 2% par an la perte réelle sera de 20-25%. Aussi en tenant compte de vos frais de transactions la perte réelle sera d’envrions 25-30% sur 5 ans.

      Pour un achat de 400,000$ on parle ici d’une perte réelle de 100,000 à 120,000$.

      Sérieusement, acheté vous un portfeuille équilibré de etf (XDV, XSP, XEM et XBB) ou simplement du XTR. Vous obtiendrez probablement un rendement de 5% par années pour les 5 prochaines années. Après ces 5 ans, vous aurez un plus important cash down et une maison-condo moins cher.

    • @ppoitras79

      Vous savez que Vanguard est rendu au Canada?… Je vous suggere VSP et VDY… Frais de gestion encore plus bas.

    • jimbojones :

      VSP pas assez liquide
      VDY pas assez liquide et je n’aime pas l’indice de dividende utilisé

      mais oui les frais intéressant

    • Autre pays, autres données : aux E-U, la croissance des prix de l’immobilier résidentiel est à un sommet depuis mai 2006…
      http://www.businessinsider.com/corelogic-november-home-prices-2013-1?nr_email_referer=1&utm_source=Triggermail&utm_medium=email&utm_term=Money%20Game%20Chart%20Of%20The%20Day&utm_campaign=Moneygame_COTD_011513

    • Aux Etat-Unis les agents d’immeuble n’ont pas le droit de se prononcer sur le marche. Dire que le marché est favorable aux acheteurs est un pure mensonge, une augmentation de l’offre peut etre extraordinairement défavorable et rester ainsi défavorable pour les 10 prochaines années.

    • @ppoitras

      Pas assez liquide, je veux bien, mais ces ETFs existent depuis novembre 2012… Donnons une chance au coureur…. Pour les dividendes, je vois votre point par contre. Je trouve ca un peu trop chargé en banques, personnellement…

    • Je lis souvent ce blog et je le trouve tres interessant. Par contre, les commentaires me laisse perplexe: tendances negatives avec justifications obtus.

      Montréal, comme plusieurs autres villes, ont des caractéristiques distinctes. Mais très rarement mises dans les calculs spéculatifs car ce n’est pas des chiffres et des pourcentages. C’est une partie de l’équation très importante d’après moi.

    • @ Maxime Bergeron

      Si possible, jaimerais avoir les données pour Québec. On aurait alors les deux plus grosses villes de la province.

      Et je doute que l’immobilier ici subisse le même sort qu’à MTL. À mon avis, ça va être lié mais différent.

      merci

    • tonyverdechi

      Voici un lien… c’ets pire à québec

      http://blogues.lapresse.ca/avosaffaires/2013/01/16/le-marche-immobilier-en-mode-correction/

    • michel17

      Je pense que le marché est effectivement favorable aux acheteurs dans le sens qu’ils ont de plus en plus de choix et peuvent négocier à la baisse.

      Ça ne veut pas dire que les acheteurs devraient acheter. Ça veut juste dire qu’ils ont présentement le gros bout du bâton.

    • @ ppoitras79

      merci

      À suivre…

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • publicité

  • Calendrier

    mars 2014
    D L Ma Me J V S
    « fév   avr »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité