Le blogue immobilier

Le blogue immobilier - Auteur
  • Maxime Bergeron

    Maxime Bergeron est journaliste à La Presse depuis 2003. Il se passionne depuis toujours pour les grues et couvre le secteur immobilier pour le cahier Affaires.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 31 octobre 2012 | Mise en ligne à 10h38 | Commenter Commentaires (18)

    Maison = retraite dorée?

    Photo archives La Presse

    Photo archives La Presse

    Le prix des maisons a explosé au pays ces dernières années, c’est connu.

    Or, les Canadiens qui misent trop sur la valeur nette de leur propriété pour financer leur retraite devraient redoubler de prudence, avertit ce matin la BMO dans une nouvelle étude.

    « Même s’il est vrai que dans le passé, les Canadiens ont bénéficié d’un marché de l’habitation stable et de valeurs immobilières croissantes, rien ne garantit que cette tendance va se maintenir », indique Marlena Pospiech, Stratège, Institut Info-retraite BMO.

    Selon le sondage mené par la banque, 41% des répondants à un sondage considèrent la valeur nette accumulée sur leur propriété comme une source de financement complémentaire de leur retraite.

    Cette vision des choses pourrait toutefois les desservir.

    Plusieurs travailleurs à l’aube de la retraite ont négligé de diversifier leurs autres placements, plaçant tous leurs œufs –ou presque– dans le panier de l’immobilier. Une attitude qui les rend d’autant plus vulnérables à une baisse des prix, déplore la BMO.

    « Les analyses de la valeur nette ainsi gonflées risquent d’en inciter plusieurs à se fier sur la valeur de leur maison pour financer leur retraite, négligeant de se pencher sur leurs lacunes en matière d’épargne, leurs intentions à l’égard de la maison et leur endettement personnel », souligne le rapport.

    Le tiers des babyboomers qui ont l’intention de vendre leur maison, oui qui l’ont déjà fait, ont posé ce geste dans le but de compléter leur revenu de retraite, ajoute l’étude.

    Ceux qui ont vendu leur maison pour aller dans un logement plus petit rencontrent souvent « quelques difficultés » d’adaptation, note la BMO.

    La banque recommande enfin aux propriétaires de tout faire en leur pouvoir pour se débarrasser de leur hypothèque avant d’atteindre l’âge de la retraite.


    • que de belle parole, mais l’endettement vicérale fait en sorte que la moitié des retraités ont actuellement une hypotheque a payer… et parfois relativement élevé.

    • Mon rêve est d’avoir une maison cossue à outremont,Ville mont royal etc. Pas à westmount. J’aime bien les anglais mais j’en voudrais pas tout partout. Des anglais avec un accent comme les juifs j’adore! Les juifs sont d’excellents voisins. Paix assurée et garantis même le samedi dimanche.

    • …Prendre sa retraite sans dette, avec une maison entièrement payée et de préférence dans une localité où les taxes sont basses, avec un revenu convenable, c’est l’idéal.

      Bien sûr, cela pourrait signifier qu’à la revente, le montant recueilli serait moindre que dans une ville où les valeurs ont considérablement augmenté. Cependant, durant toutes ces années, des taxes plus basses et des frais d’entretien moindre auront contribué à une meilleure qualité de vie pour cause de «cash flow» plus élevé.

      Et quand on en est rendu à un âge avancé, ou encore aux prises avec des problèmes de santé qui font que l’on n’est plus capable d’entretenir sa maison soi même, quels sont alors nos besoins réels en matière d’habitation?

      Bien entendu, un autre idéal serait de bénéficier d’un porte-monnaie du genre de celui que se sont bâtis les alchimistes financiers (banksters) à l’origine de la crise ou encore de ceux que l’on voit défiler à la Commission Charbonneau ou dans les fourgons de l’escouade Marteau mais cela n’est pas à la portée du premier venu. :-)

    • J’ai écris une article à ce sujet il y a presque 10 mois, un cas vécu par un couple de boomer que je connais très bien: leur seul actif: leur maison payée. Argent de côté pour la retraite: 0$.
      http://www.jeuneinvestisseurimmobilier.com/2011/12/une-maison-comme-seul-actif-travailler.html

    • Elle arrive quand cette baisse des prix qu’on nous promet depuis 30 ans? Est-ce qu’une maison qui vaut $400,000 va subitement en valoir $40,000?

      Une maison reste un bon placement. Surtout quand l’hypothèque revient au même prix qu’un logement miteux. J’estime, peut-être à tort, que le montant que je mets chaque mois sur mon hypothèque passe du côté positif dans mes actifs: ça ne va pas dans les poches d’un proprio.

    • @loubia.

      “J’estime, peut-être à tort, que le montant que je mets chaque mois sur mon hypothèque passe du côté positif dans mes actifs: ça ne va pas dans les poches d’un proprio.”

      Je vous le confirme, à tort! Car il y a énormément de déboursés reliés à la propriété que vous effectuez au fil des ans et qui s’en vont tout droit aux poubelles:

      http://business.financialpost.com/2012/09/14/why-its-better-to-rent-than-buy/

      Le locataire est rarement perdant financièrement s’il gère raisonnablement ses liquidités et placements. Dans un marché baissier qui durera probablement plusieurs années, le mieux à faire pour les premiers acheteurs actuels (2012) est de continuer à louer et d’économiser un max.

    • @ Rick85
      Quand on compare la location versus la vente, si on parle de locatinn, parlons de location d’une maison et ne comparons pas l’achat d’une maison à la location d’un petit logement à 750$ par mois…comparons avec un espace de vie à peu près équivalent.

      Si l’on fait et exercice, pas certaine qu’il y a de telles économies à faire…

    • @loubia
      “Elle arrive quand cette baisse des prix qu’on nous promet depuis 30 ans? Est-ce qu’une maison qui vaut $400,000 va subitement en valoir $40,000?”

      Excellent commentaire!
      Moi aussi ça me fait rire ceux annoncent une chute des prix depuis des années. Beaucoup de mes amis me disaient d’attendre avant d’acheter, que les prix étaient trop chère (ça c’était en 2008). Ceux qui me disait ça sont ceux qui aujourd’hui s’en morde les doigts quand ils voient leur loyer augmenter et ne plus avoir les moyens d’acheter ou plutôt devoir acheter plus petit et moins bien situé.

    • Après avoir vécus en “location” toute notre vie (par choix et obligations, travail), avec nos économies, jeunes retraités, nous avons acheté une maison à la campagne (Bellechasse) pour une bouchée de pain. Les taxes annuelles ne dépassent pas 1 000 $. Pas de dettes. Pas d’hypothèque. Un revenu de retraite petit mais décent. Puisque la forme est encore là, on rénove nous-même. Je ne regrette rien. Cette maison, nos descendants en feront ce que bon leur semble.

    • Le locataire est rarement perdant financièrement s’il gère raisonnablement ses liquidités et placements. Dans un marché baissier qui durera probablement plusieurs années, le mieux à faire pour les premiers acheteurs actuels (2012) est de continuer à louer et d’économiser un max.

      Pour autant qu’il économise et ne flambe pas tout au resto et en voyages. Le problème de la location est qu’il donne l’impression d’une fausse richesse à plusieurs et leur train de vie est en conséquence. Au moins avec une maison, c’est un actif qui force un certain montant d’économie mensuellement.

    • @cecileb et autres.

      Bonne chance avec vos condos! Non seulement vous vivez dans le passé avec vos affirmations de 2008, 2009, etc., mais en plus, vous ne savez calculer un coût d’opportunité. Un autre petit article pour vous aider en ce sens, cette analyse vient d’un CA réputé:

      «Les gens commettent très souvent la même erreur : ils ont acheté la maison pour 100 000 dollars, la revendent pour 300 000, et concluent qu’ils ont réalisé un profit de 200 000 dollars, en oubliant bizarrement ce qui s’est passé entre le moment de l’achat et celui de la vente, explique Éric Brassard. Or, quand on examine l’ensemble, la propriété génère un coût net souvent plus élevé que ce qu’on aurait payé en location.»

      http://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/immobilier/acheter-ou-louer-son-chez-soi-/549907/1

    • @Rick85: des affirmations de 2008-2009…je suis certain que tu disais la même affaire en 2001…Pour suivre la logique de Brassard, il faut avoir un appartement pas cher et économiser scrupuleusement le reste. Je recherche encore celui ou celle qui pourra me prouver qu’il a réussi à faire ça….et en plus un appartement pas cher à Montreal….faut aimer les courants d’air et la moisissure…

    • Non pas du tout synonyme de retraite dorée. Puis parmi le 41%, ce peut être des gens qui n’avaient pas tellement les moyens d’économiser beaucoup ou qui ont dû commencer à piger dans leurs placements plus tôt ou devront le faire. Alors leur petite maison est bien sûr un actif qui reste quand ils auront plus les moyens financièrement et/ou physiquement d’y demeurer.

      Ceux qui sont riches et prévoyants n’auront pas tout mis sur leur maison personnelle. Et si la personne est vraiment investisseur dans l’immobilier elle aura des locataires.

      Aimez-vous mieux la maison d’un million ou celle de 600 000$ avec 400 000$ investis dans l’immobilier ou ailleurs et qui rapporte ? Avec une entreprise ou de bons placements là vous pouvez faire de l’effet de levier (faire de l’argent avec l’argent des autres) pas avec vos choix de consommation personnels.

      Brassard dans on livre a raison dans les premiers chapitres mais après il revient à la question pas tellement pertinente du faut-il mieux louer ou acheter alors qu’en général ce sont deux marchés différents quoique pour les condos cela peut exister plus. Mais comment prévoir le marché et ce que feront vos placements et l’immobilier ?

      Tu achètes selon tes moyens. Il y en a très, très peu de maisons à louer dans plusieurs quartiers alors même qu’elle serait théoriquement une aubaine sur 20 ans comparée à l’achat, cela ne veut pas dire qu’elle vous conviendra.

    • @sub-prime.

      “Je recherche encore celui ou celle qui pourra me prouver qu’il a réussi à faire ça….et en plus un appartement pas cher à Montreal….faut aimer les courants d’air et la moisissure…”

      Vous avez tout faux!! Votre raisonnement représente de vieilles croyances d’agent immobilier… Il y en a de très beaux loyers par cher à Montréal lorsque l’on prend la peine de chercher:

      Perso, je paie moins de 1000$ par mois à Montréal pour le rez-chaussé d’un triplex, dans un quartier paisible et bien situé pour le transport en commun, près des parcs (5 1/2 + sous-sol + garage + cour arrière + chauffage inclus + électricité inclus), le tout sur plus de 1200 pi2…

      C’est une bien meilleure qualité de vie que bien des condos en ville où les gens se ruinent financièrement. Une grosse augmentation de 30$ par mois en plus de 5 ans! Et désolé mais en 2001, j’étais vraiment beaucoup trop jeune!

      Alors, vous en avez assez de preuves maintenant?? Faites attention avant de critiquer gratuitement l’analyse de M. Brassard, vous avez de sérieuses croutes à manger… Ceux qui suivront sa logique au cours des prochaines années seront gagnant à coup sur, et par beaucoup.

      De loin, le meilleur choix financier pour les prochaines années est de louer et d’accumuler un maximum de liquidités.

    • @rick85: “vous avez assez de preuves”: non. Il faut comparer des pommes avec des pommes. Je ne doute pas que vous me disiez la vérité mais la réalité que je connais est que le taux de loyer pour du produit équivalent à du condo neuf est de 2,5$ du pieds carrés. Si vous comparez un bas de duplex à Verdun, Villeray ou Rosemont avec des prix d’un produit centre-ville, vous avez tout faux. un 600 pi2 au centre-ville, ca se loue au minimum 1200$ sans stationnement. Si je voulais me convaincre de louer, je pourrais aussi dire que m’acheter une maison à Outremont c’est bien plus cher que de louer…La notion de qualité de vie est non-négligeable dans l’équation et la définition de qualité varie beaucoup d’une personne à l’autre et en fonction de l’âge. Bref, on est pas fait pour vivre ensemble!!!

    • @lecteur curieux

      Pour répondre à votrre question, ni l’un ni l’autre. Ceci dit, vous comparez des pommes et des oranges. Avec une maison a 1 000 000 $, j’ai grosso modo 250 000 $ de mon argent de paralysé. Avec une maison de 600 000 $, j’ai 150 000 $ de paralysé. Alors le gars avec la maison a 1 000 000 $, il devrait avoir 300 000 $ a placer ailleurs pour qu’on puisse le comparer avec le gars avec la maison de 600 000 $ qui a 400 000 a placer.

    • “Maison = retraite dorée?”

      Mark Carney pense que non

      http://www.lesaffaires.com/bourse/nouvelles-economiques/la-valeur-de-votre-maison-peut-vous-jouer-des-tours-prvient-mark-carney/550671

    • Ce qu’il faut retenir, c’est que la maison c’est un actif mais qui ne rapporte pas quand il est utilisé pour consommation personnelle.

      Ainsi, il faut raisonner dans l’autre sens… C’est parce que tu es riche que tu peux te payer une grosse maison et non l’inverse.

      Votre petite maison quand vous en avez une c’est un endroit où habiter. La question à se poser c’est est-ce que vous en avez les moyens ? Est-ce qu’habiter ailleurs pourrait vous revenir moins cher ? Quel logment correspond le mieux à vos besoins ?

      Même avec sa plus-value cela reste une décision de consommation d’abord.

      Une piscine creusée par exemple augmente la valeur de votre maison mais vous décider d’en avoir une pour vous baigner d’abord et il faut aimer cela. Sinon cela vaut pas la peine.

      @guygadbois

      Je parlais du gard qui aurait 1 million et qui décide quoi faire avec son million.

      Tu fais ce que tu veux avec ton argent et il ya des décisions de consommation pure et d’autre d’investissement. Avec la maison on peut être à mi-chemin mais cela reste une décision de consommation dont le coût est réduit par la plus-value.

      ——————————–

      On le sait très bien que la maison n’égale pas retraite dorée, plein de gens pauvres avaient encore leur petite maison, certains sur le supplément de revenu garanti.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    octobre 2012
    D L Ma Me J V S
    « sept   nov »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité