Le blogue immobilier

Le blogue immobilier - Auteur
  • Maxime Bergeron

    Maxime Bergeron est journaliste à La Presse depuis 2003. Il se passionne depuis toujours pour les grues et couvre le secteur immobilier pour le cahier Affaires.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 13 juillet 2012 | Mise en ligne à 11h20 | Commenter Commentaires (10)

    Une nouvelle tour 100% bureaux, finalement

    C’est ce que l’on appelle un “blitz” de relations publiques.

    Moins de 24h après avoir finalement annoncé le lancement de sa tour résidentielle “Avenue des Canadiens”, Cadillac Fairview confirme ce matin la construction de la plus grosse tour à bureaux privée depuis 20 ans dans la métropole.

    La Tour Deloitte, haute de 26 étages, sera située juste au sud du Centre Bell, rue Saint-Antoine. Comme son nom l’indique, elle sera occupée en bonne partie par la firme Deloitte, qui vient de signer un bail de 15 ans avec CF.

    L’immeuble constituera le premier signe visible du plan directeur projeté par CF autour du Centre Bell.

    Le groupe torontois a commencé en 2007 à assembler des terrains autour de l’amphithéâtre, qui totalisent aujourd’hui 400 000 pieds carrés.

    CF a le potentiel d’y construire 4 millions de pieds carrés de condos, bureaux, bars et commerces, m’indiquait ce matin Sal Iacono, vp principal de CF dans l’Est du Canada. Le groupe prévoit des investissements de 1 milliards “d’ici 10 à 15 ans”, a-t-il ajouté.

    Cette tour à bureaux de 514 000 pieds carrés sera construite de façon à recevoir la certification écologique LEED Platine.

    Les discussions qui ont mené à la signature d’un bail avec Deloitte ont été de longue haleine –environ un an. La firme occupera 160 000 pieds carrés de la tour, ce qui représente moins du tiers de la surface disponible.

    CF affirmait au départ vouloir prélouer 50% des bureaux, mais la bonne tenue actuelle du marché au centre-ville de Montréal permet de lancer sans tarder le projet, selon M. Iacono.

    Le groupe prévoit lancer les travaux d’ici l’automne en vue d’une occupation à la mi-2015.

    Et tant qu’à construire, pourquoi ne pas aller au-delà de 26 étages? “On voulait s’assurer d’avoir une masse critique minimale, mais pas quelque chose de si gros qu’on ne pourrait obtenir le seuil de prélocation nécessaire au lancement du projet”, s’est défendu Sal Iacono.

    Il s’agira de la principale tour exclusivement commerciale –et d’intérêt privé– construite au centre-ville depuis le début des années 90. La tour Altoria, déjà en construction dans le Quartier international, compte 10 étages de bureaux et environ 25 étages de copropriétés.

    Les architectes de la tour Deloitte sont la firme new-yorkaise Kohn Pederson Fox (qui a signé le 1250, René Lévesque Ouest), le cabinet torontois B+H et la boîte montréalaise lemay associés.

    Voir un croquis de la tour ci-bas (pardonnez le format incongru):

    Image fournie par Cadillac Fairview

    Image fournie par Cadillac Fairview


    • Merci d’avoir posé la question “pourquoi ne pas aller au-delà des 26 étages”… réponse décevante! Vaut peut-être mieux attendre d’avoir un seuil de location raisonnable, car après, c’est fini, le terrain est “pogné” ad vitam avec une tour de 26 étages!

    • Est-ce qu’à 26 étages, on parle d’un gratte-ciel?

      Peu importe que la réponse soit oui ou non, à combien d’étage un immeuble “devient-il” un gratte-ciel? Existe-t-il des standars?

    • On ne sera jamais pris ad vitam avec une tour de 28 étages et il reste encore plusieurs terrains de libre en ville. Que ce soit des stationnement ou des édifices désuets.

      Un édifice, ça ce démolit, si un jour la demande est trop forte, il feront sauter les plus petite tours pour en construire des plus grosses.

      Mais il ne faut pas se leurer non plus Will, ce n’est pas la hauteur du Mont Royal qui freine les développeur dans le choix des hauteur, c’est la rentabilité économique. Construire plus de 30 étages de commercial ou plus de 40 étages de condos, on dépasse le seul de rentabilité et on tombe dans les édifices de prestige. Pour une tour à condos, il est possible de faire payer ce prestige la en vendant les penthouse en hauteur si l’édifice à suffisamment de cachet et qu’il y a suffisamment d’acheteur. Mais sinon le problème reste le même.

      Dans toutes les villes, il y a un seuil de hauteur rentable selon la force de l’économie et la valeur des terrains et Montréal n’est pas encore rendu dans la cours des villes que tu admire. Cette valeur est plus haute à New York et Toronto par exemple parce que justement, la densité est plus élevé.

      Alors quoi faire ? il y a toujours l’option de construire plus haut pour faire des Landmark. On a vue ce que cela a donné en 1992 avec le 1000 de la gauchetière et le 1250. un bon 20 ans avant le retour des construction en hauteur au centre ville. La plupart des villes qui ont voulu construire des édifices trop grand et trop haut se sont retrouver avec le même problèmes. C’est décevant pour nous, les amateurs de gratte ciel, mais c’est ainsi.

      Je préfère de loin voir 20 tour de 30-50 étage se développer au centre-ville pendant 20 ans que d’en voir une ou 2 qui atteigne la limite de hauteur pendant la même période. Et une fois ces 20 tours construite, la valeur des terrains et le dynamisme du centre ville rendra rentable la construction de tour plus haute encore.

    • @binbon

      Il n’y a pas de standard. Il y a dans certain pays des immeuble de 17 étages considéré comme des grattes-ciel.

      Mais généralement on parle de gratte ciel avec un minimum de 100m et beaucoup de compilation de tour se base sur une hauteur de 150 m pour parler de gratte-ciel.

    • Les nouveaux édifices a bureaux de Toronto près du Air Canada Centre, notamment le PWC building et le RBC Waterpark Place sont du même calibre (20-30 étages maximum) et sont très beaux, modernes et pratiques.

      Le 1981 McGill College a Montréal n’a environ qye 20 étages et ça demeure selon moi le plus beau building moderne au Canada. Il est donc possible de laisser sa marque sans tomber dans la course a la hauteur.

    • Ils ont lu mon commentaire.

    • @binbon

      Une tour à bureaux de 26-28 étages est du même calibre et à peu près toujours de la même hauteur qu’une tour résidentielle de 35-38 étages. Un gratte-ciel (skyscraper) doit avoir 100m ou plus pour être considéré un gratte-ciel… le nombre d’étages n’y est pour rien.

    • merci de ta réponse davidbourque, je vais prendre le temps de te lire et de bien répondre, c’est très intéressant!! ;-)

    • Excellente nouvelle! Sans etre spécialiste (mais travaillant au c-v depuis bientot 20 ans) le marché commercial du centre ville me semble aisément pouvoir accomoder une telle construction

      Je crois que vous oubliez la cité du commerce électronique, qui est plus récente que 1250/1000 non?

    • Pour cette tour à bureaux cela me semble pas mal bien situé et gagnant-gagnant comme concept. Des grandes firmes comptables ou autres sont déjà pas mal toutes dans le secteur et on est pas très loin du 1000 de la Gauchetière et des gares du Centre-Ville. Excellent endroit pour aller travailler ou pour le hochey. Par contre, pour un condo ou même pour des bars et, il peut bien y en avoir mais je préfère aller un peu plus loin pour me divertir ou restaurer enfin on verra… Pour habiter, je ne crois pas voir les choses utiles assez près, genre une ÉPICERIE.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • publicité

  • Calendrier

    juillet 2012
    D L Ma Me J V S
    « juin   août »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité