Le blogue immobilier

Le blogue immobilier - Auteur
  • Maxime Bergeron

    Maxime Bergeron est journaliste à La Presse depuis 2003. Il se passionne depuis toujours pour les grues et couvre le secteur immobilier pour le cahier Affaires.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 11 juillet 2012 | Mise en ligne à 11h27 | Commenter Un commentaire

    Les ambitions new-yorkaises (et mondiales) de la Caisse

    (Photo tirée de www.commercialobserver.com)

    (Photo tirée de www.commercialobserver.com)

    L’appétit d’Ivanhoé Cambridge pour les propriétés internationales est loin de s’essouffler.

    La filiale immobilière de la Caisse de dépôt et placement du Québec est sur le point d’acheter 50% d’un gratte-ciel new-yorkais, rapporte aujourd’hui le Wall Street Journal.

    Ivanhoé achèterait ainsi la moitié du 1411, Broadway, une propriété de Blackstone Group.

    La valeur totale de ce gratte-ciel de 40 étages est estimée à 735 millions US, ce qui porterait l’investissement d’Ivanhoé à plus de 350 millions.

    Il reste que la filiale de la Caisse de dépôt est dans un véritable sprint d’investissement à l’étranger depuis la dernière année.

    Ivanhoé Cambridge, dont les actifs dépassent 32 milliards de dollars, a annoncé ces derniers mois des investissements dans les centres commerciaux au Brésil, dans des immeubles à logements en Californie et à Londres, dans un immense gratte-ciel futuriste à Paris, dans une tour à bureaux à Chicago…

    L’exercice auquel doit se livrer Ivanhoé est parfois périlleux, me confiait ce printemps Sylvain Fortier, président de la division résidentielle.

    Le groupe doit réaliser un rendement intéressant pour les épargnants québécois, sans toutefois prendre de risque démesuré (rappelons nous les pertes désastreuses de 40 milliards de la Caisse en 2008).

    «On est assis sur beaucoup d’argent, ce qui est bon à la base, mais on nous rappelle aussi qu’on n’est pas payé pour s’asseoir dessus et faire zéro rendement», avait souligné M. Fortier en mai.

    Quoi qu’il en soit, cette possible transaction avec Blackstone (qu’Ivanhoé refuse de confirmer pour le moment) pourrait ne pas être la dernière entre les deux organisations.

    Blackstone cherche à se défaire d’actifs immobiliers d’une valeur de 22 milliards aux États-Unis, rapporte le WSJ, ce qui pourrait susciter de nouvelles occasions d’achat pour Ivanhoé Cambridge.


    • Tout ce qui touche l’immobilier est encore très risqué, ce qu’on a vu en 2008 n’est rien avec ce qui s’en vient …

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • publicité

  • Calendrier

    juillet 2012
    D L Ma Me J V S
    « juin   août »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité