Le blogue immobilier

Le blogue immobilier - Auteur
  • Maxime Bergeron

    Maxime Bergeron est journaliste à La Presse depuis 2003. Il se passionne depuis toujours pour les grues et couvre le secteur immobilier pour le cahier Affaires.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 4 juillet 2012 | Mise en ligne à 10h44 | Commenter Commentaires (14)

    Un gratte-ciel de 50 étages autour du Centre Bell (AJOUT)

    Image fournie par Broccolini

    Image fournie par Broccolini

    L’engouement immobilier demeure entier aux abords immédiats du Centre Bell.

    Le promoteur Broccolini a confirmé ce matin le lancement d’un gratte-ciel mixte qui doit compter 50 étages, selon les plans actuels.

    La tour présente un design assez audacieux pour Montréal. Si elle se concrétise, elle deviendra la plus haute tour d’habitation de la métropole.

    Les investissements totaliseront 200 millions de dollars, indique Broccolini. Cela inclut les 14,1 millions versés en février dernier pour l’achat du terrain situé juste au nord du Centre Bell.

    La tour, appelée L’Avenue, comprendra 350 condos d’une taille de 500 à 1500 pieds carrés. Les ventes débuteront dès cet automne et les prix commenceront à 250 000$, selon le promoteur.

    Le socle du gratte-ciel pourra quant à lui accueillir des restaurants, des boutiques ou un hôtel.

    Il s’agit du troisième projet à franchir une nouvelle étape en quelques mois autour du Centre Bell.

    La tour Icône, juste au nord du boulevard René-Lévesque, a déjà entamé ses ventes, tout comme le Roccabbella, situé à quelques mètres du projet de Broccolini.

    À moyen terme, plus de 1000 appartements sont prévus dans les environs immédiats de l’amphithéâtre, ce qui alimente certaines craintes de surconstruction.

    Ironiquement, le premier projet à avoir été annoncé sur le site du Centre Bell, la tour Avenue des Canadiens de Cadillac Fairview, est toujours dans le flou.

    Quoi qu’il en soit, si tous ces projets se matérialisent, les abords de l’amphithéâtre auront un visage bien différent d’ici quelques années.

    Plus de résidents… moins de stationnements!

    AJOUT:

    Je viens de m’entretenir avec Anthony Broccolini, directeur principal de l’entreprise. Il m’a donné quelques détails supplémentaires sur le projet.

    Tout d’abord, il affirme que son groupe ne diminuera en aucun cas le nombre d’étages de la tour. Les plans actuels prévoient une hauteur de 175 mètres, ou 50 étages, et jusqu’à 7 étages supplémentaires pourraient ajoutés si la demande le justifie.

    Si cette hauteur s’avère, L’Avenue serait à peine moins haute que la tour CIBC, qui mesure 188 mètres. Le diagramme ci-dessous montre les plus hauts immeubles de Montréal:

    Source: SkyscraperPage.com

    Source: SkyscraperPage.com

    Le prix moyen des unités sera de 550$ à 600$ le pied carré (taxe comprise), et les stationnements coûteront 60 000$.

    Broccolini souhaite débuter la construction en 2013 et la compléter dans un délai de trois ans. L’entreprise déterminera d’ici quelques mois quel pourcentage des unités devront avoir été vendues pour lancer les travaux.

    M. Broccolini estime enfin que la nouvelle tour deviendra un “symbole” de la métropole, dont tous les Montréalais pourront être fiers, comme l’a été la Place Ville-Marie à son époque. Rien de moins.


    • Les alentours du Centre Bell seront impressionnants dans quelques années!
      Et franchement, cette tour à une belle architecture, elle me fait penser au nouveau Ritz de Toronto, peut-être même mieux avec la progression dans la hauteur des trois sections en angle… Beau concept!
      Je sais que plusieurs personnes sur ce blogue aiment crier à la mort des condos, mais franchement, si on réussit à emmener autant de nouveaux résidents dans le centre-ville, c’est autant de personnes qui ne contribueront pas à l’étalement urbain, et qui n’iront pas encombrer nos ponts et le métro saturé. Tout le monde est gagnant.

    • Belle maquette, j’ai bien hate de voir si les arbre seront sur le projet pour vrai !!!

      En effet, la quatité de condo semble défier la logique, mais n’oublions pas que la grosse majorité des nouveaux arrivants qui anticipe des jobs de professions, auront besoin d’un logement pres du centre-ville. Avec des projets, joints d’un marché, d’une pharmacie et autre comodité, d’un sous-terrain pour aller au travail, pourquoi habiter en périphérie… allez voir a Toronto s’il y a en trop ?

    • Mario, l’investisseur qui dépense 500$ par pied carré dans le centre-ville, plus l’équivalent d’un loyer élevé en frais de condo, plus des taxes municipales ridicules, parce qu’il faut bien payer les salaires et les pensions des cols bleus, des pompiers, des policiers et des 300.000 élus et leurs suites royales, n’est pas celui qui s’achète un bungalow minable dans la deuxième couronne de Mtl, ou un condo en bâtons de popsicle à Vaudreuil. Alors, ce sont pas ces projets qui vont retenir les familles avec deux enfants et un golden retriever sur l’ile.
      Ne t’y méprends pas, je suis très content qu’il y a encore de l’investissement privé a Mtl. et si j’avais les moyens, je serais le premier à m’acheter un pied à terre en plein centre-ville, mais les chances que ça arrive sont minces, et je pense que j’achèterais avant à Miami par exemple.
      J’ai bien peur que ces condos resteront vides pour la plupart, ou seront loués sous la table.
      Andre,
      Saint-Lazare

    • Smith, est vous sérieux quand vous comparer le dynamisme de l’emploi au centre-ville de Toronto avec celui de Mtl.??? et les salaries qui viennent avec ?!

    • @ romanianhero

      En fait, le centre-ville de Montréal est de loin un des plus forts d’Amérique du Nord compte tenu du % d’emplois et d’espaces à bureaux comparé à sa région métropolitaine. Si vous êtes au courant de l’actualité, vous savez aussi que les espaces vacants se louent bien, et plusieurs nouveaux gros locataires sont sur le point de faire démarrer la construction de nouvelles tours (rumeurs pour la tour Windsor, il y a Alcan, et SNC qui avance son projet de deuxième tour, entres autres. Altoria a loué une part de sa nouvelle tour en construction, aussi). Alors, compte tenu de tous ces éléments, je suis confiant qu’il existe un bon dynamisme à Montréal. Bien sûr, ce n’est pas Toronto, mais Toronto construit plus de 150 tours d’habitations en ce moment, alors c’est une réalité bien adaptée à Montréal!

      Ensuite, pourquoi la tour resterait vide? TOUS les projets approchent le 100% d’occupation avant la fin des travaux! Et la plupart des projets attendent de vendre 50 ou même 60% des unités avant de démarrer la construction. Bref, rien pour supporter votre théorie.

      Des frais de condos équivalent à un gros loyer? Je n’ai jamais vu ça dans la région métropolitaine. 200-300 dollars max, par mois, pour un gros projet.

    • romanian

      J’espère que vous réalisez que les minables, ce sont ceux qui possèdent des cottages (dont moi), split-level et autres habitations en hauteur, car pour une meme superficie habitable, le propriétaire de bungalow doit acheter un terrain beaucoup plus grand (et ultimement, c’est la valeur du terrain qui donne sa valeur a l’immobilier)? Par exemple, 50 000 pieds carre a Rigaud cela ne vaut rien.

      De plus, je ne suis pas certain que la mode des bungalow était encore vivante lorsque la 2e couronne s’est construite, mais je peux me tromper.

    • Tout ça n’est pas de l’activité économique ni de l’investissement, en tout cas pas de le vrai sens du terme où on investit dans une activité productive qui crée de la richesse. Tout ça n’est que spéculation, à la limite du blanchiment, produit du crédit facile Canadien moussé depuis des années par la BdC et la SCHL.

      Ce qu’on voit ici n’est qu’un promoteur qui essait de surfer sur une vague de spéculation. Sauf qu’il y a déjà des milliers de condos neufs invendus à Montréal et cette situation va certainement s’aggraver étant donné tout ce qu’il y a déjà dans le pipeline et les tendances ailleurs au pays (sans parler des récentes décision du fédéral concernant le crédit hypothécaire). Je plains les poissons qui se feront prendre au jeu de la prévente, d’un autre côté je ne les plaint pas, la majorité sont des spéculateurs. Je ne sais pas ce qui serait le mieux pour eux, perdre leur dépôt ou acheter et financer des unités qui perdent de la valeur tous en payant des frais et taxes exorbitants. Le mieux serait que ce projet ne voit jamais le jour, ce qui est fort possible.

    • @ pbrasseur

      À vous écouter, il ne faudrait construire aucune nouvelle habitation à Montréal. Je me demande bien où on logerait une population sans cesse croissante.

      L’offre résidentielle dans le centre-ville de Montréal était inexistante, il y a quelques années, très peu de possibilités. On ne fait que créer un nouveau marché, plutôt en demande, qui ne correspond à rien d’autre au Québec. Je ne comprends pas pourquoi vous refuser de voir que plusieurs personnes souhaitent habiter dans le centre, dans l’action, à quelques minutes du travail. Avez-vous déjà parlé avec des résidents des nouvelles tours comme le Louis-Bohème, ou des acheteurs de l’Altitude? Ce ne sont pas que des investisseurs, qui sont généralement très minoritaires selon les sources du milieu, mais des gens qui veulent vivre autrement, au centre-ville. Les gens achètent souvent un milieu de vie, pas juste un investissement.

      Et c’est tant mieux pour tout le monde: c’est le choix socialement le plus responsable. Ces gens n’utilisent aucune infrastructure lourde, vivent dans la densité et permet de mettre en valeur des terrains stratégique sans participer à l’étalement urbain. Je ne vois pas pourquoi vous n’avez que du mépris pour ce style de vie.

      Et il est lassant de toujours comparer Montréal à Vancouver ou Toronto. Les maisons à Vancouver coûtent plus de 5 fois le prix de Montréal (et non, ils ne gagnent pas 5 fois notre salaire là-bas), et Toronto construit plus de 150 nouvelles tours. Une surchauffe qui n’a rien à voir avec Montréal et sa dizaine de projets. Il faut garder un certain sens des proportions. Et puis, les habitations plus prestigieuses, dans un secteur frappé par une grande rareté des terrains, sont les celles qui gardent le plus de valeur, et les plus immunisés aux caprices de l’immobilier. Je serais plutôt inquiet pour l’immobilier dans les couronnes, là où l’offre est illimitée et sans valeur ajoutée.

      Et quand on parle de “milliers d’unités invendues” dans le centre-ville, c’est un peu fallacieux. Ces unités arrivent sur le marché d’une manière progressive, sur plusieurs années, et si vous regardez le nombre livré tous les ans, on rentre parfaitement dans la norme d’un marché en santé. Je vous mets au défi de trouver un projet complété qui n’est pas vendu dans les alentours de 90% et plus à la fin de la construction. Les promoteurs sont prudents.

      Finalement, étant donné le prestige de cette tour, je ne vois pas pourquoi elle ne se vendrait pas. Des gens fortunés cherchant une habitation de prestige, ou même juste un pied-à-terre (ce qui n’a rien de mal non plus), il y en a. Ce projet est unique par sa hauteur, et ce n’est pas le même type de clientèle que le Lowney, par exemple. Enfin, selon vous, le Lowney est probablement vide, un vrai désert, complètement acheté par des investisseurs, de toute manière…

    • Mario, vous faites beaucoup de confusion. Je vais vous eclairer. Ce n’est pas parce que les tours a bureaux de catégorie A sont pleines qu’il faut présumer que tous ce beau monde habite centre-ville. Rien de plus faux !! Ceux qui habitent centre-ville sont les célibataires, les couples sans enfants et de temps à autre, ceux qui ont acheté les condos comme investissement, comme blanchiment d’argent ou pour avoir un pied à terre au Canada, pays stable et sécuritaire aux yeux de beaucoup d’arabes et asiatiques pleins aux as.
      Également, tenez compte de la différence de salaires entre Mtl. et To. quand vous comparez les 2 villes. Je travaille en trading institutionnel, et svp. croyez-moi, les salaires a Mtl sont de loin inferieurs. Si vous preniez le train de banlieue comme moi, depuis 11 ans, vous verrez que LA FAMILLE québécoise moyenne peut difficilement se permettre le centre-ville. Raison de l’exode vers les banlieues eloignées. Sans compter l’absence quasi totale de services. Trouvez-moi une école publique dans un rayon de 5km du centre Bell !!
      Pour les frais de condos, voici un exemple concret et trouvé en 30 secondes sur MLS: immeuble de prestige en dehors du centre-ville (cote des neiges) listé a 525.000$, frais de condos: 6.252$ par année, taxes combinées 4.788$, total 11.040$ par an. Bienvenue a Mtl. jeune famille qui gagne 40.000$ par an après impôts!!! Comparez les pommes avec les pommes par rigueur svp. L’article parle d’immeuble de haut standing.

      @guy: je ne voulais pas offenser les proprios de bungalow. perso, le style ranch est mon préfère, mais en effet il faut avoir le terrain. pour moi, les sous-sols sont pour les rats.
      pour les terrains a Rigaud ou Saint Lazare, ça vaut quand même 4$ à 10$ le pied carré. Et n’oubliez pas qu’en général on parle de 20.000 a plus de 100.000 pieds carrés par lot dans ces coins-là.

    • @pbrasseur.

      “Sauf qu’il y a déjà des milliers de condos neufs invendus à Montréal et cette situation va certainement s’aggraver étant donné tout ce qu’il y a déjà dans le pipeline et les tendances ailleurs au pays (sans parler des récentes décision du fédéral concernant le crédit hypothécaire)”

      Dans le mille! Les ventes ont tombé brusquement à Vancouver et à Toronto avant même l’application des nouvelles règles hypothécaires.

      Toronto: http://business.financialpost.com/2012/07/05/toronto-home-sales-dive-13-in-june/

      Vancouver: http://business.financialpost.com/2012/07/04/vancouver-home-sales-plunge-to-10-year-low-in-june/

      Montréal suivra d’ici l’an prochain…

      Le mieux à faire est de se tenir très loin du marché des condos, ça se terminera par un gouffre financier pour les acheteurs des dernières années!

    • @ romanianhero

      “Mario, vous faites beaucoup de confusion. Je vais vous eclairer.”
      Vous n’avez pas à m’éclairer, mais merci de l’offre. Vous n’êtes ni mon professeur, pas plus que je suis ignorant.

      “Ce n’est pas parce que les tours a bureaux de catégorie A sont pleines qu’il faut présumer que tous ce beau monde habite centre-ville.”
      Je n’ai jamais dit cela. Je parle que le centre-ville se porte bien en général. S’il y a des emplois qui se créent au centre-ville, il y a aussi plusieurs employés qui souhaiteraient y vivent. Le centre-ville est en bonne santé, et un quartier en santé attire les gens.

      “Ceux qui habitent centre-ville sont les célibataires, les couples sans enfants et de temps à autre”
      Je n’ai jamais dit le contraire. J’en suis conscient, et je ne vois aucun mal à ce que ces gens puissent habiter le centre. C’est un choix bien valide que de ne pas avoir d’enfant, ou d’avoir des enfants plus tard. Bien sûr que ce projet ne s’adresse pas à ceux qui ont deux enfants et un chien. Les services aux alentours sont adaptés à cette réalité.

      “comme blanchiment d’argent”
      Jusqu’à preuve du contraire, ce genre d’acte criminel reste extrêmement marginal. Je doute que le marché de l’unifamiliale dans les couronnes soient influencé par les criminels utilisant ces maisons pour fabriquer de la drogue.

      “ou pour avoir un pied à terre au Canada, pays stable et sécuritaire aux yeux de beaucoup d’arabes et asiatiques pleins aux as.”
      C’est effectivement une catégorie de gens qui achètent dans l’immobilier canadien. Je serais curieux de savoir le pourcentage de ces investisseurs sur le marché immobilier montréalais, alors qu’à Vancouver, où il y a effectivement eu un problème avec les investissements provenant d’Asie, on estime que ces transactions représentent 20% du marché. C’est probablement beaucoup plus bas ici, puisque nous n’avons pas eu la même envolée absurde des prix, et que les projets haut-de-gamme du centre-ville sont beaucoup plus rares.

      “Également, tenez compte de la différence de salaires entre Mtl. et To. quand vous comparez les 2 villes.”
      Je n’ai pas comparé les deux villes. Mon point était justement qu’il est impossible de comparer l’échelle des deux villes, ne serait-ce que pour la quantité de projet. Il y a seulement 2 tours de copropriétés en construction au centre-ville! Deux tours, et on a peur que ce soit trop! Les autres projets se mettront en branle lorsque les ventes seront adéquates, et cela peut s’étaler sur plusieurs mois, ou même années. Si cela est une frénésie incontrôlable…

      “Je travaille en trading institutionnel, et svp. croyez-moi, les salaires a Mtl sont de loin inferieurs”
      Selon Statcan:
      Les revenus médians sont à grosso-modo 1000$ de différence, mais enfin, les marchés, ainsi que les prix ou le coût, ne se comparent pas. (source StatCan)

      “Pour les frais de condos, voici un exemple concret et trouvé en 30 secondes sur MLS”
      Et bien, vous avez trouvé une exception. La Tour Icône, construite à côté de ce projet, et très luxueuse, à des frais de 35 cents par pied carré. Même si ce taux augmente après la construction, nous sommes très loin du montant dont vous parlez, et beaucoup plus proche de la réalité de ce projet. Pareil pour la quasi-totalité des copropriétés sur l’île.

      “Bienvenue a Mtl. jeune famille qui gagne 40.000$ par an après impôts!”
      Ce n’est pas la clientèle visée non plus. En passant, pour un couple, 40 000 après impôt est bien en dessous de la médiane montréalaise. Je ne vois pas pourquoi on s’intéresse à leur cas pour une tour qui s’enligne pour être relativement luxueuse.

      Enfin, peut-être que le marché va s’écraser, qui sait. Certains disent que oui, d’autres disent non.
      N’empêche ça fait une bonne décennie qu’on nous dit que les marchés de Toronto et Vancouver doivent s’écraser, un véritable désastre, qui arrive “bientôt”… depuis 10 ans. Et rien n’arrive. Pendant ce temps, Montréal a toujours un marché plus “modéré”, avec des prix plus bas, et une construction moins frénétique. Le tout sur un île où l’offre est très limité, et la demande forte dû à la centralisation assez forte de notre région métropolitaine.

    • Des condos à côté du centre Bell??? L’économie de cette ville est en train de s’effondrée avec sa culture ma foi. Pourquoi pas des logements sociaux avec des billets gratuits une fois partie?

    • Romanian

      J’ai appris il y a plusieurs années déjà (circa 1996) d’un client promoteur immobilier particulièrement chevronné que tant et aussi longtemps qu’il y a une banque de terrains non construits a un endroit donné, le terrain ne vaut rien (et il me parlait de l’Ile des soeurs). Je ne pense pas etre jamais allé a Rigaud ni a St-Lazare, mais j’imagine qu’il y a pas mal de terrains vacants. Donc, la prochaine fois qu’un 100 000 pieds carrés a 10 $ le pied sera a vendre, vous me ferez signe, je suis curieux de voir combien de temps cela va prendre pour qu’il se vende… En fait, je suis curieux de le voir se vendre a 4 $ le pieds également.

    • GUY, je vais repondre seulement pour Saint-Lazare, que je connais bien (résident depuis 12ans). Les grands lots sont très majoritairement detenus par des promoteurs, une très petite poigné, qui ne les vendent pas. Ils essayent de les sous diviser ET de construire un nouveau quartier eux meme. Il n’y a pas de cash a faire en vendant un lot. Le profit est dans la mega baraque a 500.000$.
      Saint-Lazare est plutot au ralenti en ce moment dans le neuf. Le marché n’est pas très dynamique dans le haut de game si loin de Mtl.
      En plus, la ville ne permet pas de nouveau dévélopement avant que les autrès soient vendus a 80%. On ne vise pas la croissance hysterique genre Vaudreuil.
      Mais on s’eloigne un peu du sujet du billet.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    juillet 2014
    D L Ma Me J V S
    « juin    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité