Le blogue immobilier

Le blogue immobilier - Auteur
  • Maxime Bergeron

    Maxime Bergeron est journaliste à La Presse depuis 2003. Il se passionne depuis toujours pour les grues et couvre le secteur immobilier pour le cahier Affaires.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 5 juin 2012 | Mise en ligne à 11h43 | Commenter Commentaires (24)

    Maintien du taux à 1%: quel impact pour l’habitation?

    Crédit: Presse canadienne

    Crédit: Presse canadienne

    Sans grande surprise, la Banque du Canada a annoncé ce matin le maintien à 1% du taux cible du financement à un jour.

    L’institution s’inquiète de l’état de l’économie mondiale, et de l’endettement massif des ménages canadiens. Rien de trop joyeux à l’horizon, donc.

    Or, pour le marché immobilier, le maintien du taux directeur au plancher représente depuis quelques années un véritable stimulant.

    Les taux hypothécaires continuent de naviguer à des creux sans précédent, ce qui permet aux ménages d’acheter des maisons toujours plus chères (376 000$ en moyenne au pays).

    Le marché immobilier demeure dans l’ensemble si vigoureux que plusieurs experts s’inquiètent d’une possible bulle, en particulier à Toronto.

    Le ministre fédéral des Finances a déjà resserré la vis à quelques reprises pour calmer le marché, en réduisant notamment la durée maximale d’amortissement des prêts hypothécaires.

    Jim Flaherty devra-t-il adopter de nouvelles “calmantes”? Comment entrevoyez-vous le maintien de taux si bas?


    • Pour ceux qui doivent payer une hypotheque c’est le ciel sur terre. Pour ceux qui ont seulement quelques dizaines de millers de dollars a payer sur leur maison, ca leur permet de ralentir les paiements. Il semble que le dollars canadien soitinfluence par le dollars americain enormement. En faisant affaire avecla Chine, notre dollars deviendra de plusenplus independant face au dollars americain.

    • Ouin. Que dire! Le gouvernement a donc décidé de maintenir un taux favorisant le vice chez cette population étant de véritables enfants se lançant dans des projets aux dettes lourdes et long terme! Il semble que le taux d’endettementde sgens ne soit pas encore suffisant pour amener une intervention gouvernementale, ou plutôt que les entreprises de construction epuvent encore s’enrichir. Je crois que le gouvernement a décidé de protéger l’économie au détriment de la population. Mais quand ca va changer? Sommes nous en bulle immobilière ou gonfle t’elle encore?

    • Je suis entièrement d’accord avec mes prédécesseurs mh188888 et infinity2001.
      Il y aura toujours des gagnants et des perdants en maintenant, baissant, ou augmentant les taux d’intérêt. Quelqu’un qui rêve d’une maison, auto neuve, voyages, et du luxe préfère de loin les taux bas. Voir un voisin s’acheter cette nouvelle piscine sur 10 ans est alléchant, et on veut faire pareil ! Quand tous les acteurs de la société te disent que ce n’est pas le temps d’épargner mais d’investir en immobilier, c’est facile de les croire.

      L’immobilier est tellement rendu gros. Je m’explique. Le vendeur immobilier veut faire de l’argent en vendant une propriété. L’acheteur veut faire du profit sur sa maison. La ville veut une évaluation assez haute pour percevoir beaucoup de taxes. Le vendeur de terrains veut vendre chers ses terrains, pour faire de l’argent. Les gens dans la construction veulent que les gens construisent, pour faire de l’argent. Trop d’acteurs aiment voir les taux d’intérêts bas, pour leur propre bien. Le prix des maisons est inversement proportionnel au taux d’intérêts.

      Lorsque les taux vont monter, le pouvoir d’achat des gens va diminuer, les gens vont moins vendre car moins d’acheteurs, les prix vont baisser, etc, etc.

      Pour les gens qui ont de l’épargne…on aimerait bien que cela remonte un peu ! Les gens qui veulent vivre selon leurs petit besoins et acheter une petite maison ne veulent pas débourser 200 000 $ pour un bungalow surévalué ayant besoin de rénos.

      Et oui, je suis du côté ‘perdant’ d’avoir des taux d’intérêts si bas.

      J’ai tellement hâte que la bulle pète dans face au monde pi que ces gens soient endettés et pris à gorge comme ils le méritent …et qu’ils restent pognés avec leur maison surévalués.

      Merci !

    • Faudrait bien que les taux remontent un jour, détruire tout ce mauvais crédit qui s’est accumulé au fil des années… Il y a des limited a vivre au-dela de ses moyens.

      T Rightman.

    • Ça veut dire que ça va mal dans le monde et que nous pouvons financer notre dette à de très bas taux ce qui veut dire que les banques canadiennes en bénéficient et qu’elles peuvent nous refiler ces bas taux pour notre financement hypothécaire. Bonne chose pour ceux qui refinance leur hypothèque, moins bonne pour les nouveaux acheteurs puisqu’ils achète un actif à fort prix alors que les taux remonteront sous peu et que leur actif perdra ou à tout le mieux préservera sa valeur. Ce qui veut dire qu’ils payeront plus cher pour un actif qui ne prendra pas de valeur et qui par le fait même ne peut donc pas constitué un investissement et ce, même à long terme.

    • Le taux très bas peuvent être utiles pour d’autres acteurs de l’économie, notamment les entreprises qui font face à un contexte économique difficile. C’est pour elles que Carney garde les taux au plancher même s’il connait très bien les risques du côté de l’endettement des ménages. Compte tenu de cela, s’il est prêt à assumer ce risque il faut y voir un message plutôt négatif pour l’économie Canadienne…

      De toute façon pour l’immobilier le problème ce n’est pas tant les taux que les politiques gouvernementales qui permettent d’accéder si facilement au crédit bon marché.

      Franchement si ce n’était de la SCHL je suis convaincu que les taux hypothécaires consentis par les banques seraient beaucoup plus élevés et une grosse partie des acheteurs n’auraient même pas eu accès au crédit, sinon à des taux prohibitifs. De fait cette bulle est essentiellement l’oeuvre du gouvernement. De plus les prix gonflés donnent aussi accès à des lignes de crédit gonflées….

      Le réalité sans SCHL serait un taux d’endettement moindre et avec un marché moins en surchauffe des prix beaucoup plus accessibles, sans oublier une économie beaucoup plus viable et productive. Quel gâchis!

      Apparemment le gouvernement est finalement inquiet de la bulle immobilière et s’apprête à resserrer par des réglementations l’accès au crédit en surveillant mieux les banques et la SCHL. Malheureusement c’est sans doute trop peu trop tard, le crédit a déjà été trop facile pendant trop longtemps, le mal est fait et la correction est inévitable, reste juste le quand à déterminer.

    • @thedynny.

      “J’ai tellement hâte que la bulle pète dans face au monde pi que ces gens soient endettés et pris à gorge comme ils le méritent …et qu’ils restent pognés avec leur maison surévalués.”

      Bonne nouvelle pour vous: l’éclatement de la bulle immobilière s’en vient rapidement et ce n’est pas les bas taux qui vont changer quoique ce soit. En passant, la descente est déjà débutée en force à Vancouver:

      http://business.financialpost.com/2012/06/04/fewer-homes-selling-in-vancouver/

      Montréal et Toronto seront les prochains sur la liste car beaucoup trop de construction et endettement très exagéré des acheteurs. Le retour du balancier sera terrible.

      Aussi bien se tenir très loin de ce marché!

    • Les analystes peuvent bien sortir toutes leurs théories sur les prix de l’immobilier actuellement, qu’ils soient en attente d’une correction ou qu’ils croient que les prix vont se maintenir ou même continuer de grimper, peu importe.

      Dans notre monde surmédiatisé, toutes les opinions sont désormais lues horizontalement : l’opinion de Carney vaut celle d’un post sur twitter qui le contredit aussitôt.

      Il y a une seule chose réellement solide pour baser votre jugement, en fait. C’est votre vieille calculatrice scientifique du secondaire qui traine dans le tiroir de votre bureau.

      Le salaire moyen au Québec est de moins de 40 000$. Mais prenons 40 000$ comme base tout de même.

      La durée d’une carrière est aujourd’hui généralement plus courte que 35 ans car les jeunes accèdent au marché de l’emploi un peu plus tard et changent d’emploi plus souvent mais prenons 35 ans comme base tout de même.

      Les impots sont moins de 40% (mais autour de 40%) et si on ne calcule pas les taxes de vente (15%) sur chaque achat on arrive à quelque chose qui se rapproche de la réalité :

      35 ans X (40 000$ – 16 000 (impôt)) = 840 000 $

      840 000$ est tout l’argent que l’acheteur de maison moyen au Québec a comme pouvoir d’achat dans toute sa vie active.

      Je laisse les experts théoriser sur les possibles ramifications et leviers.

      Il est impensable de croire que les prix peuvent se maintenir après ajustement des taux et restriction du crédit facile.

      Il est mathématiquement impossible de croire qu’ils peuvent encore augmenter.

      Ignorer la démographie vieillissante, le taux d’endettement de 153% des ménages (qui gagnent le salaire moyen), le maintien artificiel du taux à 1% (une mesure dite normalement “d’urgence” depuis des années) … etc et concocter un savant algorithme pour démontrer que l’immobilier est dynamique, je laisse ça aux autres.

      Les gens vraiment intelligents ont vendu l’été dernier car ils savent qu’il vaut mieux “être 1 an trop tôt que 1 jour trop tard” en ce qui concerne l’immobilier.

      Le marché commence déjà à être saturé. La médaille “vraiment intelligent” n’est plus disponible.

      A. Dourbel

    • USA:

      Fannie May + FreddiMac + taux à 1% = Bulle immobilière

      Canada

      SCHL + taux à 1% = Bulle immobilière

      La conséquence des taux artificiellement bas c’est l’inflation des prix, ca peut-être marché immobillier, la Bourse, ou les matière première, ici c’est clairement les prix de l’immobilier

    • Snooze

      Désolé, la calculatrice a beau être est scientifique, mais il faut que les données qu’on y inscrive le soient tout autant…

      A 100 000 $ de revenu, on paie environ 38 000 $ en impôt. Faites-moi confiance (ou plutôt, faite l’exercice pour vous en convaincre) un individu qui gagne 40 000 $ par an ne paie pas 16 000 $ d’impôt, please… et lâchez-moi avec les taxes de vente…

      35 ans seulement de vie active? Je vous le souhaite, mais je pense que 40 est probablement plus réaliste (début 20, fin 60, début 25, fin 65, début 30 (médecins spécialistes) fin 65, oui cela fait 35 mais disons qu’il n’y a pas tant de médecins spécialistes que cela au Québec)

      Et j’imagine que les gens ne vivent pas en couple?

      “Mathématiquement impossible” est un terme de l’art, que votre démonstration galvaude.

      Ceci étant dit, je suis d’accord avec vous que la moyenne des ours s’étire, et qu’elle va payer le prix de cet étirement. Ceux qui achètent en ce moment ne feront pas un très gros profit s’ils vendent dans les 15 prochaines années (et probablement une perte en fait).

    • @guygadbois

      Je sais bien qu’un salarié moyen ne paye moins de 40% d’impôt (ça doit être autour de 32%. 40% c’est ce que moi je paye). C’est pour ça que je dis que selon les fluctuations de la vie (car il ne gagnera pas 40 000$ toute sa vie mais “autour de 40 000$” mais + ou – selon les congédiements ou promotions) si on ne calcule pas les taxes de vente de 15% (que curieusement vous ne voulez pas compter … 15% sur chaque achat dans toute votre vie …) on arrive à quelque chose qui se rapproche de la réalité, soit + ou – 840 000$ pour un salarié moyen avec 35 ans de carrière. Je pense que mon approximation est fondée.

      Et je maintiens mon 35 ans btw … Les jeunes changent aujourd’hui de domaine 2 ou 3 fois et retournent aux études à 30 ans très souvent. J’en suis. Les carrières de 20 ans à 60 ans c’était il y a longtemps.

      Et pour les couples, je suis bien d’accord que les acheteurs DOIVENT acheter à deux aujourd’hui … malgré le taux de séparation de plus de 50% au Québec … Pas une bonne idée d’acheter à 2 mais on le fait pareille pcq on est obligé de le faire. Mon père a payé sa maison tout seul (autre génération). Les acheteurs actuels doivent se skinner à 2 et c’est “normal” même de le faire.

      Mais “vivre en couple” ne veut pas nécessairement dire gagner 2 salaires. “Vivre en couple” pour certains c’est autre chose que “payer la maison”. Ou ils le voudraient bien, à tout le moins.

      Et il y a les veufs. Et il y a les caractériels incapables de vivre en couple ou tous ceux que la vie en couple n’intéresse tout simplement pas.

      Que “vivre en couple” soit devenu un prérequis pour accèder à la propriété, ça devrait pourtant nous inquiéter.

      Je ne sais pas précisément quand est-ce que que nous avons décidé que l’ultime finalité de l’existence humaine en occident est payer sa maison, mais c’est maintenant à cette seule condition que la monté des prix pourraient encore être “mathématiquement possible”.

      Et ce n’est pas de l’art. C’est plutôt très terre à terre ce que je vous dis.

    • snooze

      Je vous ai invité a faire le calcul par vous même, pour quer vous cessiez de dire des âneries. A 40 000 $ de revenu imposable, vous payez 8 000 $ d’impôt (et je ne tiens compte que du crédit de base)

      Un gros 20% d’impôt. Vous confondez les taux marginaux et les taux effectifs. Beaucoup de gens font cette erreur, c’est correct, mais c’est néanmoins une grosse erreur.

      Et si vous gagnez 40 000 $ par année, je vous mets au défi de vous acheter pour plus de 20 000 $ par année de biens et services assujettis à la TPS et TVQ. Un gros 3 000 $ de taxes, woupidou. C’est pour cela que je vous ai dit de me lâcher

      On est donc rendu à 11 000 $ sur 40 000 $, ca fait un gros 27,5% en impôt et taxes. Et vous devez vous acheter des cossins pour 20 000 $ par an pour être là.

      Comme vous payez 40% d’impôt, vous gagnez donc environ 105 000 $ par année. Effectivement, pas besoin d’être en couple pour vous payer une résidence, disons, de classe moyenne. Tant mieux, je suis content pour vous.

    • @Rick85

      Merci beaucoup de votre réponse.
      Votre lien est très intéressant et il y a d’autres articles trèes bien réalisés.

      Je crois bel et bien qu’a moyen terme(3-5 ans) il va y avoir un grand surplus d’offres, comparativement à la demande. Mais selon moi, la demande ne baissera jamais. De nos jours, c’est la propriété avant tout, maison, jumelé, condo. Évidemment que les grands secteurs comme Vancouver, Toronto et Montréal vont être affectés. Qu’en est-il des petites régions ou villes (j’habites Rimouski) où c’est l’explosion des nouvelles construction ? Le boum risque d’être beaucoup plus tard, hélas trop tard.

      D’un autre côté plus encourageant, quand la bourse chute, habituellement ce n’est pas juste le secteur le plus surévalué qui chute, mais bien tous les secteurs. Il reste à savoir si tout l’immobilier va subir une correction, ou seulement une partie.

    • @thedinny
      “J’ai tellement hâte …”
      Quand tous ces gens vont déclarer failllite, on sera dans la mar…melade. Ils ne paieront plus d’impots. Tout le monde va s’en ressentir. Vous aussi.
      Je ne vous dis pas “merci” de souhaiter le malheur à tout le monde.

    • @gl000001.

      “Je ne vous dis pas “merci” de souhaiter le malheur à tout le monde.”

      Ceci est une question de perception. Lorsqu’un marché (n’importe lequel) va beaucoup trop loin trop vite, il doit se réajuster. C’était la même chose concernant la bulle des technos au début de l’an 2000.

      Concernant l’immobilier au Canada, c’est l’intervention massive du Gouvernement et de la Banque centrale depuis plusieurs années qui font en sorte que le marché est fortement surévalué présentement. On a fait la même gaffe partout dans le monde en essayant de stimuler artificiellement l’économie en endettant les gens à outrance avec l’immobilier et les bulles éclatent les unes après les autres. Dernièrement, c’est l’Australie.

      Une question de perception qui ne souhaite pas malheur à personne. Au contraire, mieux vaut arrêter cette folie immédiatement que de la laisser traîner encore et encore car ce sera encore pire dans quelques années.

      De mon côté, j’ai une vision à long terme. Et vous?

    • @Rick85
      “Et vous ?” Ma maison a été payée en moins de 12 ans.

      Il y a chute et chute. Quand on parle d’éclatement, ce n’est jamais bon parce que ça déborde. Ca n’affecte pas seulement l’immobilier. Si ça se fait graduellement, les effets néfastes sont bien plus mitigés.

      TheDinny a écrit : “ces gens soient endettés et pris à gorge comme ils le méritent”
      Pourquoi ces gens le méritent ? Quand tu veux acheter une maison, il faut payer le prix du marché. Sinon, tu restes sur le coté de la route.
      Il met tout dans le même panier, les gens qui ont acheté selon leurs moyens et ceux qui sont allé au-dessus de leurs moyens. C’est de la généralisation à outrance et la généralisation à outrance c’est de la paresse intellectuelle.
      Et ce n’est pas une perception. Ce sont des gens, des familles !!

    • @ gl000001

      Peut-être ais-je mal formulé mes propos mais je ne souhaite pas réellement de malheurs à quiconque. Je souhaiterais tout simplement que les gens ne voient pas avec les taux d’intérêts ridiculement bas l’occasion de dire facilement : J’ai les moyens…..alors qu’ils n’ont pas réellement les moyens. J’aimerais tellement que la population prenne conscience. La bulle immobilière est une bulle avant tout créée par la surconsommation. Le fait est que les gens ne sont pas capable d’acheter une maison qui comblent leurs réels besoin, ils vont acheter des maisons qui dépassent (à mon avis) leurs besoin.

      En voyant cela, le gouvernement a la pression de ne pas augmenter trop drastiquement les taux d’intérêts, et c’est normal, pleins de gens ne sont pas capables de supporter une hausse, si minime soit elle.

      Par le fait même, les taux d’épargne restent bas et ceux vivant dans leurs moyens et qui se font encourager à épargner….bien épargnent peu. J’ai quelques bons placements mais règle générale, le marché n’est malheureusement pas favorable à l’épargne mais à la consommation.

      Oui, on va tous écoper lorsque la bulle va éclater, mais c’est un mal pour un futur bien. Autant que cela arrive plus rapidement pour que la pente soit plus vite remontée.

    • @ gl000001

      A votre affirmation: Quand tu veux acheter une maison, il faut payer le prix du marché.

      Pas nécessairement. Qui force les gens de s’acheter une maison ? Qui les force à acheter une maison aux limites de leur moyens ? Si tu veux acheter une maison à tout prix, tu vas être obligé de payer le prix du marché. Si tu veux habiter dans une maison mais est prêt à attendre un peu, choisir le bon moment et d’acheter quelque chose de raisonnable, tu n’est pas obligé le soit disant prix du marché.

      L’excuse facile des familles et ou des célibataires de ces 2-3 dernières qui ont achetés des maisons hors de prix était: ”C’est le prix du marché”. Balivernes. C’est comme le joueur de hockey de la LNH dont l’équipe se fait accuser de lui avoir versé un trop gros montant d’argent pour sa profession et le DG de dire: ”C’est le prix du marché”. Aucune équipe n’était obligée de payer autant. Scott Gomez anyone ? :)

      Vous avez cru que je généralisais; ce n’est pas du tout le cas. Je vise uniquement une partie de la population, et comme dans n’importe quel débat ou cause, ce sont eux qui exagèrent qui font planter les autres.

      Pour que ce soit plus clair, ceux qui peuvent vivre en ayant des taux de 1-3% plus haut, parfait, je vous dis bravo et je ne m’adressais pas à vous. Ceux qui sont accotés et ne peuvent se permettent une hausse des taux, que ce soit des familles, des gens….ca ne change rien à mon opinion car ils sont en bonne partie responsable de la bulle immobilière.

    • @thedinny
      “J’aimerais tellement que la population prenne conscience.”
      Dis comme ça, c’est nettement mieux.
      Moi, j’ai arrêté de penser que les gens peuvent être conscients de ces choses. On a simplement à écouter les gens parler du prix scandaleux de l’essence et les voir “décoller” quand même sur les coins de rue. Ca change un peu mais pas assez vite.
      C’est la même chose avec les maisons et leurs hypothèques sur 30 ans ou les meubles rien à payer avant un an.

    • @gl000001.

      “Ma maison a été payée en moins de 12 ans.”

      Le chat sort du sac. Ça signifie que vous avez eu l’occasion d’acheter avant la montée vertigineuse des prix et qu’en plus, vous avez pu bénéficier d’une baisse constante des taux d’intérêts durant les 12 années ayant servies à payer votre hypothèque? Alors, je suis sur la cible?

      Vous savez, tous les gens au Canada ne sont pas nés à la même date… Aujourd’hui, il y a des gens qui ont 10 ans, 20 ans, 30 ans, 40 ans, 50 ans, etc. Une chose est sure: il y a certaines tranches d’âge qui ont été largement avantagées par toutes ces interventions de nos gouvernements et banque centrale. Et c’est souvent ces mêmes tranches d’âge qui se permettent de faire la leçon aux jeunes d’aujourd’hui!

      Les jeunes d’aujourd’hui sont confrontés à des prix largement surévalués ainsi qu’à une probabilité forte que les taux augmenteront dans l’avenir. Exactement l’inverse de ce que vous avez eu la chance de vivre. Et il est vrai que plusieurs premiers acheteurs (mal informés et naïfs) cèdent devant la pression sociale et qu’une majorité d’entre eux se procurent un bien immobilier dont ils n’ont pas les moyens d’acquérir présentement. La généralisation de “thedynny” n’est pas très loin de la réalité.

      Ma perception est qu’il ne faut jamais étirer indéfiniment un marché artificiel simplement pour obtenir de bons résultats à court terme. Cette façon de faire nous amènera directement dans le mur si on la laisse perdurer trop longtemps.

    • @rick85
      Ma maison avait été vendue 35% moins chère, 5 ans avant que je l’achète. J’ai surtout profité du fait que j’étais consultant. Comme je ne voulais pas vivre cette vie de fou longtemps, j’en ai mis beaucoup sur mon hypothèque pendant les 4 ans que ça a duré. C’est après ces 4 ans que les taux ont baissé justement.

    • @gl000001

      Bravo. Vous avez acheté à un prix ridiculement bas et avez payé des taux hypothécaires de ralentissement économique. Que astuce de votre part!

    • Arnaud, GL et moi sommes probablement plus agés que vous, d’ou notre capacité de lire et de comprendre un court texte d’environ 60 mots. Relisez son post de 17:50 et ayez la décence de vous amender svp.

      GL est la définition meme de la raisonnabilité se sert la ceinture pour payer son hypotheque rapidement au cas ou, pret a vivre avec le stigmate du 450 (lol), etc.. Ce n’est pas une stratégie pour devenir riche, mais cela l’assure de ne jamais etre mal pris non plus. Plusieurs devraient suivre son exemple, mais c’est sur que c’est moins bling bling

    • @guygadbois
      Merci pour les bons mots. Quand j’étais consultant et que je voyais le gros salaire entrer, j’ai eu l’idée de m’acheter une maison plus grosse (pour avoir plus lorsque je le vendrais à ma retraite). Je me suis mis à calculer et faire des scénarios. C’est là que j’ai décidé de lâcher la consultation et de garder ma maison relativement modeste sur une vieille rue près de tout. L’avantage principal est que je pourrais la vendre vite. Les maisons à vendre sur ma rue se vendent en moins de deux semaines contre au moins deux mois à 10 rues plus loin ou c’est plus bling-bling.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    janvier 2014
    D L Ma Me J V S
    « déc   fév »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité