Le blogue immobilier

Le blogue immobilier - Auteur
  • Maxime Bergeron

    Journaliste à La Presse depuis 2003, Maxime Bergeron a fait ses premières armes au Soleil de Québec après des études en journalisme à l’UQAM. Ses reportages l’ont mené des alumineries d’Arvida aux bidonvilles d’Accra, en passant par les gratte-ciels de Dubaï et les manifestations de Moscou. En parallèle à ses dossiers sur une panoplie de sujets économiques, il entretient depuis des années un vif intérêt pour l’immobilier.
  • Lire la suite »

    Archive du 4 juin 2012

    Lundi 4 juin 2012 | Mise en ligne à 10h00 | Commenter Commentaires (16)

    Les “boomers” inquiets pour leurs enfants

    condo QC

    “L’abordabilité” des maisons fait l’objet d’une énième étude.

    Cette fois, la BMO nous apprend que les baby-boomers s’inquiètent de voir leurs enfants être incapables d’acheter une résidence.

    Selon le sondage mené par la banque, 48% des boomers estiment que leur progéniture aura de la difficulté à accéder à la propriété.

    En fait, seuls 17% des répondants croient que la chose sera plus facile pour leurs enfants qu’elle ne l’a été pour eux.

    L’étude souligne que le prix des propriétés a grimpé deux fois plus vite les salaires depuis 10 ans au Canada.

    Ainsi, la valeur moyenne des maisons a bondi de 99%, contre 53% pour les revenus. (Le prix de revente moyen a atteint 375 810$ en avril au pays.)

    Quoi qu’il en soit, les taux d’intérêt historiquement bas permettent encore à des milliers de jeunes ménages d’acheter des maisons.

    L’abordabilité –un terme souvent employé par les économistes– est même meilleure aujourd’hui qu’à l’époque où l’immobilier se transigeait deux fois moins cher.

    Or, les études publiées régulièrement sur le sujet ne donnent pas un portrait complet de la situation, fait valoir l’analyste Ben Rabidoux dans le Globe and Mail.

    M. Rabidoux, pessimiste quant à la trajectoire du marché immobilier canadien, estime que l’abordabilité est pire que la moyenne des 20 dernières années dans la plupart des villes du pays.

    Chose certaine, les taux d’intérêt ne peuvent qu’aller vers le haut à moyen terme au pays. Et cela, même si le statu quo semble vouloir se prolonger encore un certain temps au Canada.

    Lire les commentaires (16)  |  Commenter cet article






    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • publicité

  • Calendrier

    juin 2012
    D L Ma Me J V S
    « mai   juil »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives