Le blogue immobilier

Mardi 14 octobre 2014 | Mise en ligne à 10h33 | Commenter Commentaires (51)

Comment éviter un fiasco sur la Sainte-Cath’?

C’est connu, et de plus en plus visible: les pancartes “à louer” se multiplient sur le boulevard Saint-Laurent, dans le Plateau-Mont-Royal.

Cette artère commerciale, considérée comme le “hot spot” de la métropole il y a quelques années à peine, traverse un moment difficile, pour dire le moins.

Il faut dire que les travaux bâclés réalisés sur St-Laurent ont porté un coup dur à l’artère. Un coup fatal, même, pour plusieurs petits commerçants.

Rappelez-vous: au milieu des années 2000, le boulevard a été éventré, refermé… puis rouvert une seconde fois!

C’est que –petite erreur–, on avait mal coordonné les travaux d’aqueduc avec ceux de Gaz Metro…

Devant ce fiasco monumental (Denis Coderre a qualifié ce chantier de “dégueulasse” pendant une récente entrevue à son bureau), les commerçant de la rue Sainte-Catherine sont inquiets.

On peut facilement leur donner raison.

Dès 2016, la Ville ouvrira la Sainte-Cath’ entre Bleury et Atwater, pour remplacer toutes les infrastructures sous-terraines.

Comment éviter de répéter le fiasco du boulevard Saint-Laurent? L’Institut d’urbanisme du Québec (IDU) a fait 10 grandes recommandations au maire Coderre, comme je l’annonçais ce matin.

Il faut souhaiter –et croiser très fort les doigts– que la Ville ait appris de ses erreurs récentes.

Seulement la semaine dernière, une réparation grotesque dans le Vieux Montréal est venue montrer à quel point la surveillance des chantiers peut être déficiente.

Photo La Presse

Photo La Presse

On a souvent l’impression que le “n’importe quoi” est la norme, et que personne n’est redevable si un chantier tourne mal ou s’éternise…

Bref, il sera intéressant de voir si les recommandations de l’IDU et de tous les autres intervenants dans le dossier de la rue Sainte-Catherine seront bien entendues… et appliquées.

Lire les commentaires (51)  |  Commenter cet article

 

Jeudi 9 octobre 2014 | Mise en ligne à 15h02 | Commenter Commentaires (72)

Vivre au DIX30

Photo Archives La Presse

Photo Archives La Presse

Le promoteur Carbonleo a décidé de vendre la moitié du Quartier DIX30 au groupe ontarien Oxford, apprenait-on ce jeudi.

La transaction, qui se compte en centaines de millions de dollars, amènera une foule de nouveautés dans ce “power center” de Brossard.

Oxford compte par exemple enfouir la plupart des (nombreux) stationnements à ciel ouvert.

Le but? Construire de nouveaux appartements et des bureaux en plein coeur du DIX30. Vraiment.

Pour bien des citadins, ce complexe incarne la quintessence de la vie de banlieue et la primauté de l’automobile sur les transports en commun.

Les fervents du DIX30, eux, n’ont de cesse de vanter les attributs du quartier.

En plus de ses 310 magasins, le complexe compte 53 restaurants, deux salles de spectacles (remplies pour les deux prochaines années), un cinéma, un hôtel…

Avec 22 millions de visiteurs par an, le DIX30 est même devenu le centre commercial le plus visité au Canada. Une popularité qui sera sans doute consolidée par les travaux du pont Champlain, et les futurs péages entre la Rive-Sud et Montréal.

Bref, la formule fonctionne à fond, au plus grand plaisir des investisseurs initiaux.

Question du jour: fréquentez-vous le DIX30? Iriez-vous y vivre?

Lire les commentaires (72)  |  Commenter cet article

 

Lundi 6 octobre 2014 | Mise en ligne à 14h24 | Commenter Commentaires (36)

Architecture: quand Montréal rachète Toronto

La nouvelle est passée « sous le radar » à son annonce jeudi soir, mais elle n’en demeure pas moins majeure dans le secteur québécois de l’architecture.

Le groupe Lemay, de Montréal, rachète les trois filiales québécoises du groupe torontois IBI, soit DAA, Cardinal Hardy Architectes et Martin Marcotte /Architectes.

Le montant de la transaction n’a pas été divulgué, mais on sait que la Caisse de dépôt et placement du Québec injectera 6 millions de dollars, sous forme de prêt.

L’objectif: permettre à Lemay de devenir « un joueur québécois de premier plan dans les services intégrés de conception de l’environnement bâti ».

« Cette transaction s’inscrit dans notre volonté d’accompagner les entreprises québécoises à croître non seulement ici, mais également dans de nouveaux marchés », a fait valoir Christian Dubé, premier vice-président, Québec, à la Caisse de dépôt.

Avec ce rachat, Lemay deviendra 1er au Québec dans son secteur d’activité, et 4e au Canada. Le groupe passera de 160 à 500 employés.

En parallèle, Lemay formera aussi une coentreprise avec IBI en Chine, en plus d’ouvrir un bureau dans les Caraïbes.

« Cette annonce incarne de manière exceptionnelle la poursuite de notre objectif de mieux servir à la fois les besoins grandissants de nos clients et ceux des communautés de demain », a déclaré Louis T. Lemay, président de Lemay.

Cette transaction constitue-t-elle une bonne nouvelle pour le milieu québécois de l’architecture? Difficile à dire pour le moment.

Aucune mise à pied n’est prévue au sein du nouveau groupe pour le moment, indique-t-on.

Etienne Coutu, architecte et auteur du blogue Éthique urbaine, se montre néanmoins optimiste dans ce billet.

« Après réflexion, cette nouvelle est bonne pour l’architecture au Québec. Les architectes n’ont jamais été reconnus pour leur capacité à s’unir entre eux. Le “chacun pour soi” est plutôt de mise (…) La création de ce gros joueur forcera les architectes à s’organiser pour mieux se défendre, et ce groupe aura les ressources pour jouer un rôle primordial dans les instances professionnelles afin de contribuer à l’avancement de la profession. Il y aura enfin des architectes assez puissants qui pourront traiter pratiquement d’égal à égal avec les grandes firmes d’ingénieurs qui en menaient large ces dernières décennies.»

Pour l’heure, il est prévu que Lemay conserve ses bureaux dans le Sud-Ouest, tandis que les anciennes filiales de IBI resteront dans le tout nouvel immeuble de Griffintown où elles viennent de déménager.

***

Je me permets une petite parenthèse au sujet de deux développements importants pour le centre-ville de Montréal:

– Après huit ans de tergiversations, la Caisse de dépôt s’allie avec Manuvie pour construire une tour de 27 étages au 900, de Maisonneuve Ouest.

– La SHDM érigera un immeuble de 13 étages –ou 11, si les locataires ne sont pas assez nombreux– en bordure de la Place des festivals.

Ces deux projets devraient être complétés avant la fin de 2017, selon les plans actuels. À suivre…

Lire les commentaires (36)  |  Commenter cet article

 

publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • publicité

  • Calendrier

    septembre 2014
    D L Ma Me J V S
    « août   oct »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité