Richard Dufour

Archive, janvier 2012

Mardi 31 janvier 2012 | Mise en ligne à 16h06 | Commenter Commentaires (26)

Mercredi: février commence

Une employée dans une usine à Wuhu, dans la province de l'Anhui, en Chine.

Une employée dans une usine à Wuhu, dans la province de l'Anhui, en Chine.

La première séance boursière de février va commencer avec une réaction à la présentation de plusieurs indicateurs de l’activité manufacturière pour le mois de janvier.

Ces indices, qui permettront de mieux saisir comment se comporte l’économie à différents endroits dans le monde, viendront notamment de la Chine, de la Corée du Sud, de l’Inde, de la France, de l’Allemagne, de l’Afrique du Sud et des États-Unis.

Les économistes s’attendent notamment à ce que l’indice PMI chute sous la marque des 50 en Chine, ce qui signalerait une contraction de l’activité dans le secteur manufacturier.

Des chiffres sur la création d’emplois dans le secteur privé (par ADP) seront publiés avant l’ouverture des Bourses aux États-Unis.

Le consensus des économistes s’articule autour de la création de 182 000 emplois dans le secteur privé en janvier, ce qui représenterait un important repli par rapport aux 325 000 de décembre.

Les marchés absorberont aussi en matinée le nombre de demandes hebdomadaires de prêts hypothécaires, des statistiques hebdomadaires sur les inventaires de pétrole aux États-Unis et des données sur les dépenses de construction pour décembre.

Les constructeurs automobiles publieront leurs chiffres de ventes de janvier sur le marché américain.

Un représentant de la Fed (Charles Plosser) prononcera une allocution sur l’économie en début de journée.

Les entreprise qui divulgueront des résultats trimestriels sont notamment Groupe CGI, Open Text, Canadian Oil Sands, Qualcomm, Electronic Arts, Green Mountain Coffee (Van Houtte), Hershey, JDS Uniphase, Aetna, Whirlpool, Tupperware, Chipotle Mexican Grill, Las Vegas Sands, Allstate, Northrop Grumman, Nasdaq OMX, Marathon Oil, NiSource et Thermo Fisher Scientific.

Mardi, les principaux indices boursiers nord-américains ont clôturé de manière relativement stable.

Le mois de janvier s’est donc terminé avec un gain de 4% à Toronto.

«Les bourses semblent avoir retrouvé la forme en janvier. Cette fermeté boursière tient notamment à des politiques monétaires plus souples, aux bonnes surprises causées par certains indicateurs américains et à la faible contagion de la récession européenne dans le reste du monde», commente Stéfane Marion, de la Banque Nationale.

«Les bourses canadiennes et américaines cotent non loin de leurs justes valeurs respectives. Il reste un potentiel de hausse, mais tout gain sera lent.»

«Nous préférons toujours les secteurs défensifs avec leurs entreprises servant de bons dividendes, en particulier les services de télécommunications et d’utilité publique, mais en faisant certains aménagements tactiques.»

«Il faut dorénavant surpondérer les sociétés de biens d’équipement, ainsi que les fabricants de véhicules et de pièces automobiles car cette industrie au Canada bénéficiera de l’évolution économique des États-Unis. Nous suggérons de prendre des bénéfices sur les titres de l’immobilier, qui se sont extrêmement bien tenus depuis que nous avons dit de les surpondérer, en septembre.»

Lire les commentaires (26)  |  Commenter cet article






Mardi 31 janvier 2012 | Mise en ligne à 14h05 | Commenter Aucun commentaire

RBC prône la prudence avec Gildan

gil

Gildan (GIL) publiera ses résultats trimestriels la semaine prochaine et dans une note publiée mardi chez RBC, Tal Woolley recommande à ses clients de bouger avec prudence.

«Je ne pense pas qu’il y a un gros risque lié aux commentaires et aux prévisions que feront les dirigeants.

Ma prudence est davantage liée au fait que le titre de Gildan a déjà récupéré plus de 75% du terrain perdu depuis que la direction a publié de faibles prévisions au début du mois de décembre et au fait qu’il y a encore plusieurs éléments à surveiller en 2012, en particulier durant la première moitié de l’année.

Les fondamentaux prennent du mieux, mais ça pourrait être difficile dans le secteur du détail en 2012. Les concurrents jouent du coude pour défendre l’espace sur les tablettes dans un marché incertain.

Et depuis deux ans, l’action de Gildan a généralement tendance à s’apprécier juste avant la publication des résultats trimestriels pour mieux se replier peu de temps après alors que les investisseurs tentent de bien saisir ce que les commentaires et les prévisions des dirigeants veulent dire dans un marché instable.

Je m’attends à ce que les prévisions pour l’année restent largement inchangées, mais celles pour le deuxième trimestre pourraient être inférieures à mes attentes.»

Gildan dévoilera sa performance trimestrielle mercredi de la semaine prochaine après la fermeture des marchés. L’assemblée annuelle des actionnaires se tiendra le lendemain à Montréal.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Mardi 31 janvier 2012 | Mise en ligne à 11h53 | Commenter Aucun commentaire

Derrière la déception chez Semafo

SemBF

La présentation lundi des perspectives et objectifs de Semafo pour 2012 a causé une déception sur Bay Street.

Le titre de l’aurifère montréalaise (SMF) a cédé 12% lundi.

Il semble que Bay Street attendait ou aurait aimé voir une plus forte croissance de la production. Aussi, un avertissement au sujet de la hausse des coûts est en vigueur.

Le report de la mise à jour des estimations de réserves et de ressources au mois de juin semble également décevoir.

Quelques réactions récoltées mardi dans les rapports des analystes:

Brian Christie, Desjardins:

«Malgré le fort potentiel d’exploration à la mine Mana, au Burkina Faso, je suis déçu du revirement de dernière minute sur la mise à jour des estimations de réserves et de ressources. Je m’attends à d’autres coûts supplémentaires dans le futur, en particulier pour les phases souterraines à la mine Mana. C’est pourquoi je révise mes multiples utilisés pour Mana. J’abaisse ma cible à 12,25$ (elle était de 15,25$) et continue de suggérer l’achat avec un risque supérieur à la moyenne.»

Tara Hassan, Banque Nationale:

«J’abaisse ma cible à 13,50$ (elle était de 14,50$) et je retire Semafo de la liste des titres préférés de la banque (Action list). Les coûts sont en hausse, la production est stable, mais attendez-vous à une croissance significative en 2013 qui devrait influencer l’évaluation boursière. Je maintiens ma recommandation d’achat même si je ne vois pas de nouvelles importantes avant la deuxième partie de l’année. L’approche agressive d’exploration à Mana est encourageante et je continue de croire que le titre répondra moins aux résultats d’exploration à court terme et davantage aux cash flow et la croissance des cash flow.»

Leily Omouni, Scotia:

«Les prévisions de production sont plus faibles que j’anticipais et les prévisions de dépenses en capital pour 2012 sont significativement plus élevées que je pensais. Je pense que la réaction observée lundi a bien absorbé l’aspect négatif des nouvelles. J’ai maintenant hâte à la publication des résultats d’exploration à Mana et j’ai encore plus hâte de voir la mise à jour des estimations de réserves et de ressources en juin. Je crois que Semafo offre un potentiel intéressant à long terme, mais à un rythme plus faible qu’anticipé. J’aime aussi la position financière de l’entreprise. Je recommande l’achat.»

Steven Green, TD:

«Les coûts plus élevés sont là pour rester. Semafo continue de composer avec une hausse des coûts. Et il est peu probable que ça change à court terme compte tenu de ce qui se passe à Mana et de la production souterraine future là-bas. Je garde ma proposition de conserver et j’abaisse ma cible à 9$ (elle était à 10$).»

Jonathan Guy, RBC:

«J’abaisse ma cible à 10$ (elle était à 11$), mais je garde ma recommandation d’achat avec risque supérieur à la moyenne. Semafo justifie le report de la mise à jour des estimations de réserves et de ressources par des délais dans le traitement des résultats par les laboratoires indépendants. Pour accélérer le traitement, Semafo a décidé de mettre sur pied son propre laboratoire à Mana. Le succès de l’exploration est crucial pour Semafo parce que c’est essentiel pour justifier l’expansion de la production à Mana et pour valider une prime d’évaluation sur le titre.»

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • publicité

  • Calendrier

    janvier 2012
    L Ma Me J V S D
    « déc   fév »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives