Richard Dufour

Archive, novembre 2011

Mercredi 30 novembre 2011 | Mise en ligne à 16h07 | Commenter Commentaires (18)

Jeudi: les marchés entrent en décembre

Quelques anciens soldats Navy Seal (la crème de l'élite de l'armée américaine) étaient sur le parquet de la Bourse de New York mercredi pour sonner la cloche.

Quelques anciens soldats Navy Seal (la crème de l'élite de l'armée américaine) étaient sur le parquet de la Bourse de New York mercredi pour sonner la cloche.

Le début de la première séance boursière du mois de décembre en Amérique du Nord sera notamment influencé par l’analyse de plusieurs importants indicateurs économiques.

Les indices manufacturiers de la Chine, de la zone euro et des États-Unis pour le mois de novembre seront tous disponibles en matinée.

Le dévoilement il y a une semaine d’une version préliminaire de l’indice PMI des chinois avait alimenté les craintes d’un atterrissage difficile de l’économie là-bas.

Une déception majeure pourraient donc attendre les investisseurs.

Les économistes prévoient que l’indice PMI montre une contraction de l’activité économique avec une lecture inférieure à 50 en Chine, mais aussi en Europe.

L’ISM manufacturier américain devrait être légèrement supérieur à 50, ce qui montrerait que la croissance continue aux États-Unis.

La mise à jour hebdomadaire du marché américain de l’emploi devrait révéler qu’un nombre inférieur à 400 000 nouvelles demandes d’assurance-chômage a été enregistré au cours de la semaine terminée le 25 novembre.

Des statistiques mensuelles américaines sur les ventes des grands magasins, les dépenses de construction et les ventes d’automobiles seront aussi présentées.

Le déroulement d’importantes ventes d’obligations en Espagne et en France retiendront aussi l’attention.

Bombardier, Gildan, Banque CIBC, Banque TD, Lululemon, Barnes & Noble, La-Z-Boy, Descartes Systems, Exco Technologies, H&R Block et Kroger sont quelques entreprises qui publieront leurs résultats financiers.

Deux représentants de la Fed (Dennis Lockhart et James Bullard) vont prononcer des allocutions publiques jeudi.

Tim Geithner et Daniel Tarullo doivent participer en matinée à une conférence économique organisée par le département américain du Trésor.

Mercredi, les principaux indices boursiers nord-américains ont enregistré de fortes progressions.

«L’annonce des grandes banques centrales pour fournir plus de liquidités au système financier est ce qui a déclenché la poussée boursière et la chute du dollar américain. Mais bien qu’il s’agit d’une bonne nouvelle pour les institutions financières, ça ne représente pas un point tournant dans la crise. Même si les problèmes de liquidités des banques européennes sont un peu moins importants aujourd’hui qu’en 2008, elles ont un plus gros problème de solvabilité», commente John Higgins, chez Capital Economics.

«Les marchés ont un grand besoin d’être rassurés et de se faire montrer que les leaders agissent. Le geste posé par les banques centrales pour réduire le coût du financement à court terme des banques étrangères en dollars américains a donc provoqué une joie considérable sur les marchés», dit Avery Shenfeld, de la CIBC.

«Ça vient dire aux investisseurs que des avenues sont disponibles pour les institutions financières qui ont besoin d’un financement bon marché en dollars américains. Les bienfaits de ce geste ne va cependant profiter qu’à une poignée de banques de la zone euro. C’est pourquoi il s’agit d’un geste plutôt symbolique.»

«D’autres statistiques américaines supérieures aux attentes (marché de l’emploi, marché immobilier et Chicago PMI) sont venues s’ajouter en prime mercredi pour laisser entendre que le momentum économique tient le coup au quatrième trimestre», commente Robert Kavcic, de la BMO.

Le TSX a perdu 0,4% en novembre, le Dow a gagné 1% durant le mois et le prix du brut se situe maintenant à 100$ le baril au Nymex.

Lire les commentaires (18)  |  Commenter cet article






Mercredi 30 novembre 2011 | Mise en ligne à 12h37 | Commenter Commentaires (22)

Ce que Bay Street dit sur Orbite

orbite

L’entreprise gaspésienne vient de publier l’évaluation économique préliminaire pour l’usine principale de son projet Grande-Vallée.

Les ambitions d’Orbite (ORT) sont grandes: construire jusqu’à 10 usines qui pourrait produire jusqu’à 5 millions de tonnes par année d’alumine à partir du dépôt de Grande-Vallée.

Deux réactions:

Ken Chernin, Jennings Capital: «Les résultats de l’évaluation économique préliminaire sont très positifs pour Orbite. Je maintiens ma recommandation d’achat spéculatif, mais je bonifie ma cible à 11,50$ (elle était auparavant de 8$). L’évaluation économique préliminaire a été préparée par Genivar qui effectue en ce moment une étude de faisabilité pour une future usine d’Orbite et cette étude devrait être complétée durant la première moitié de 2012. J’anticipe que la première usine métallurgique d’Orbite sera opérationnelle en 2013.»

Marc Johnson, M Partners: «Orbite pourrait devenir le producteur d’alumine à plus faibles coûts de la planète. J’évalue présentement l’impact de l’évaluation préliminaire sur mes calculs. En attendant, je conserve ma suggestion d’achat et mon cours cible de 13,50$. Le procédé d’Orbite a le potentiel pour devenir le nouveau standard dans l’industrie pour les projets d’alumine (argile ou bauxite), en particulier parce qu’il ne produit aucune boue rouge toxique. De ce fait, Orbite pourrait devenir une cible pour presque tous les grands producteurs mondiaux d’aluminium intéressés à sécuriser (et protéger) un approvisionnement exclusif à faible coûts en alumine de Grande-Vallée ou d’ailleurs.»

Lire les commentaires (22)  |  Commenter cet article






Mercredi 30 novembre 2011 | Mise en ligne à 10h44 | Commenter Commentaires (20)

Le remaniement chez Saputo vu de Bay Street

Lino Saputo (père et fils)

Lino Saputo (père et fils)

Il est légitime de se questionner sur ce qui motive Lino Saputo fils à abandonner certaines fonctions étant donné qu’il n’a que 45 ans.

Il laisse notamment le poste de superviseur direct des activités quotidiennes de Saputo (SAP), une fonction qui est habituellement celle du président et chef de l’exploitation.

Quelques réactions au lendemain de l’annonce du remaniement:

Patricia Baker, Scotia Capital: «Je vois les changements annoncés mardi comme étant positifs. J’anticipe que Lino Saputo fils restera très actif dans l’entreprise. En particulier au niveau stratégique. Dino Dello Sbarba possède beaucoup d’expérience au sein de Saputo et il est très respecté et bien adapté pour son nouveau rôle. Kai Bockmann devrait apporter plus de perspectives au niveau international. Bien que je continue de suggérer de conserver le titre même si l’action s’est sérieusement repliée depuis l’été (-21% depuis juin). Le titre offre certainement un point d’entrée plus attrayant.»

Peter Sklar, BMO: «Je ne suis pas surpris de voir que Lino Saputo fils cède certaines responsabilités à Dino Sbarba parce qu’une compagnie de la taille de Saputo a besoin d’un président et chef de l’exploitation à temps plein. Cette annonce avait probablement été reportée le temps de trouver un successeur pour remplacer M. Sbarba dans son poste précédent chez Saputo. Ce successeur s’est avéré être Kai Bockmann, qui possède une bonne connaissance du marché asiatique. La nomination de ce dernier est conforme avec l’objectif de Saputo de devenir un transformateur laitier mondial.»

Michael Van Aelst, TD: «Je ne vois pas beaucoup de changements dans les fonctions de Lino Saputo fils au sein de l’entreprise dans les prochaines années. Je m’attends à ce qu’il demeure actif pour aider à définir les orientations, la structure, les ressources humaines et les relations avec les investisseurs. Cela veut dire que les actionnaires vont continuer de l’entendre dans les conférences téléphoniques. Saputo est entre de très bonnes mains avec Dino Sbarba. Il y a beaucoup de bons gestionnaires chez Saputo et il fallait faire de la place pour les garder. La nomination de Dino Sbarba a ouvert des postes. L’ajout de niveaux à la structure organisationnelle pourrait renforcer l’entreprise. Je prévois par ailleurs que Lino Saputo fils prendra éventuellement le poste de président du conseil pour remplacer son père qui voudra probablement se retirer d’ici quelques années. Ce jeu de chaises permettra à Saputo de conserver sa culture distincte, ce qui est important. Après le récent repli, le titre se négocie de façon plus conforme à celle de ses comparables. J’augmenterais ma position sur faiblesse à un prix inférieur à 38$. Je serais plus agressif à 36$.»

Lire les commentaires (20)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    février 2012
    L Ma Me J V S D
    « jan   mar »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    272829  
  • Archives

  • publicité