Richard Dufour

Archive du 8 août 2011

Lundi 8 août 2011 | Mise en ligne à 16h30 | Commenter Commentaires (114)

L’importance de la prochaine journée

plancher

Si la journée de lundi était un exemple classique qui montre pourquoi les traders n’aiment pas conserver des positions pendant le weekend, la journée de mardi pourrait bien être la plus importante de la semaine.

La séance boursière de mardi va notamment commencer avec l’analyse de plusieurs statistiques économiques en provenance de Chine (inflation, ventes au détail, production industrielle).

Ces données vont permettre de mesurer la croissance et l’inflation du moteur de l’économie mondiale.

«Une modération de la croissance et/ou de l’inflation en Chine aurait pour effet d’inciter les autorités là-bas à laisser de côté les mesures de resserrement», souligne Peter Boockvar, chez Miller Tabak.

En après-midi mardi, la Fed va faire le point sur l’état de la situation.

Il faut noter que les réflexions de Ben Bernanke et de ses collègues ne seront pas révélées dans le détail avant trois semaines.

Il y aura un communiqué mardi après-midi, mais le compte-rendu de la réunion ne viendra qu’à la fin du mois (presqu’en même temps que le discours de Bernanke à Jackson Hole).

«La Fed devrait reconnaître mardi les risques associés à ses plus récentes prévisions économiques et devrait laisser entendre qu’elle sera prête à agir si le contexte se détériore», commente Sal Guatieri, de la BMO.

Pour Paul Ferley, chez RBC, la Fed pourrait avoir de la difficulté à projeter un rebond en deuxième partie de 2011 compte tenu de la faiblesse observée en Bourse et des récentes données sur le PIB.

«Une révision à la baisse des prévisions de croissance va ramener la spéculation et les attentes pour de nouvelles mesures de stimulation (QE3).»

Ce qui semble envoyer les marchés plus loin dans le tourbillon est la réalisation du fait que la crise de l’endettement représente le début d’un long processus et non la fin, selon Colin Cieszynski, chez CMC Markets.

«Ça pourrait être le commencement d’une glissade pour envoyer un message aux Américains que la fête est terminée et qu’ils doivent mettre de l’ordre dans leurs finances. Une des plus grandes peurs en ce moment est que plusieurs croient que les politiciens ne réalisent pas l’ampleur du problème.»

Quelques autres statistiques économiques seront aussi publiées mardi.

Le sondage mensuel de la NFIB (National Federation of Independent Business), sera disponible aux États-Unis dès 7h30. Cette étude est suivie de près par ceux qui s’intéressent aux tendances et qui veulent prendre le pouls dans les PME.

Des statistiques sur la productivité seront aussi publiées.

Au Canada, il y aura en matinée des informations sur les mises en chantier de juillet.

Vers 13h, le gouvernement américain vendra pour 32 milliards de dollars d’obligations de trois ans.

Beaucoup de résultats trimestriels seront présentés, donct ceux de Disney, Dorel, Timminco, TSO3, Franco-Nevada, AOL, Davis & Henderson, CI Financial, Sunopta, Vista Gold, High Liner Foods, Cablevision, Liberty Media, Scripps Networks, Angiotech, Katanga Mining, Indigo, Booz Allen Hamilton, Beazer Homes et Dish Networks.

Lundi, le Dow a cédé 6%, le TSX a reculé de 4% et le Nasdaq et le S&P 500 ont largué 7%.

Le prix du brut s’est rapproché de la marque des 80$ le baril au Nymex et l’or a avancé.

«Tout le monde tente de savoir où est le plancher, ce qui n’est pas synonyme de panique. Et c’est ce que vous voulez voir pour recommencer à vous saucer les orteils», dit David Rosenberg, chez Gluskin Sheff.

«L’expression occasion d’achat est utilisée à outrance et ce qui est intéressant, c’est qu’on entend jamais l’expression occasion de vente. Ça n’existe pas dans l’industrie. Même pas aux alentours des sommets. Le marché va trouver son plancher à un certain moment. Il est donc de mise d’identifier ce qui sera l’élément déclencheur.»

Pour y arriver, dit-il, il y a cinq facteurs de base à considérer: les indicateurs techniques, l’évaluation en Bourse (ratios cours bénéfices par exemple), les mouvements de capitaux (ceux des fonds communs notamment), le sentiment (les sondages à cet effet) et les fondamentaux (en récession, les profits des entreprises et la Bourse reculent généralement de 25% à 35%).

Lire les commentaires (114)  |  Commenter cet article






Lundi 8 août 2011 | Mise en ligne à 14h15 | Commenter Commentaires (39)

Le clin d’oeil du jour

twitterbourse3

grafgoog

Lire les commentaires (39)  |  Commenter cet article






Lundi 8 août 2011 | Mise en ligne à 11h44 | Commenter Aucun commentaire

Un titre québécois qui fait l’unanimité

snclavalin13

Plus les analystes sont nombreux à suivre les activités d’une compagnie, plus les chances d’avoir des avis différents sont élevées.

Dans le cas de SNC-Lavalin (SNC), c’est 13 en 13 du côté des recommandations d’achat.

L’action de SNC a cédé 5% dans la seule séance de vendredi et accuse un repli de près de 20% depuis le récent sommet atteint au début du mois de juillet.

Voici quatre commentaires publiés dans les dernières heures en réaction aux résultats présentés vendredi par SNC:

Pierre Lacroix, Desjardins Valeurs Mobilières: «Deux pas en arrière pour en faire quatre vers l’avant? Une fenêtre s’ouvre. Je continue de penser que les fondamentaux de SNC sont prometteurs compte tenu que la direction démontre encore sa capacité à profiter des conditions d’un marché porteur dans une variété de secteurs dans plusieurs régions autour du monde. Je veux rappeler aux investisseurs que l’histoire a montré que l’incertitude génère l’occasion de sauter dans SNC à un prix décent. Particulièrement compte tenu du carnet de commandes et des opportunités d’affaires.»

Michael Tupholme, TD: «Les résultats ont déçu, mais les perspectives sont favorables. Je recommandais déjà l’achat du titre. Je le place maintenant sur la liste des meilleures opportunités à saisir (Action List). La croissance des profits durant la deuxième partie de l’année sera plus forte que je le pensais. SNC est actuellement assis sur des contrats qui n’ont pas encore été comptabilisés dans le carnet de commandes et qui ont une valeur d’un milliard. J’estime par ailleurs que mes estimés sont conservateurs. Avec le récent repli de l’action, le titre se négocie maintenant avec un escompte d’environ 20% par rapport aux données historiques. Je reconnais qu’il y a un risque à la baisse en ce moment dans le marché, mais je considère que le titre de SNC est trop intéressant pour le regarder passer.»

Paul Lechem, CIBC:
«Je reste prudent face aux bénéfices pour cette année, mais je remarque un potentiel significatif de croissance pour la suite des choses. L’évaluation du titre me semble de plus en plus attrayante.»

Claude Proulx, BMO: «J’abaisse mon cours cible à 66$. Il était auparavant de 69$. J’estime qu’un multiple plus bas est mérité compte tenu du repli généralisé sur les marchés causé par des perspectives économique mondiales incertaines.»

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    août 2011
    L Ma Me J V S D
    « juil   sept »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives