Richard Dufour

Archive, juin 2011

Jeudi 30 juin 2011 | Mise en ligne à 16h52 | Commenter Commentaires (28)

L’après QE2 commence

anim_bull2

La première moitié de l’année s’est terminée en force avec une semaine écourtée au Canada où le TSX a ajouté près de 400 points en quatre séances.

La progression enregistrée pendant la dernière semaine de juin permet au TSX de commencer le mois de juillet confortablement au-dessus de la marque des 13 000 points.

Le début de la prochaine semaine risque de se faire en mode observation sur les lignes de côté. Il n’y a rien de majeur au calendrier pour la première séance de la semaine et les Bourses américaines seront fermées lundi pour souligner le Jour de l’Indépendance.

Les manchettes en provenance d’Europe risquent une fois de plus de retenir l’attention pour débuter la semaine.

Ce n’est véritablement que jeudi et vendredi que le plaisir sera au rendez-vous en Amérique du Nord au niveau des statistiques économiques. La firme ADP publiera sa mise à jour mensuelle de l’emploi jeudi (plutôt que mecredi comme c’est habituellement le cas).

C’est aussi jeudi que la Banque centrale européenne doit relever son taux directeur d’un quart de point. Le patron de la BCE, Jean-Claude Trichet, commentera la décision.

Les données officielles de juin sur l’emploi seront publiées le lendemain par le gouvernement tant au Canada qu’aux États-Unis.

Le consensus des économistes s’articule autour de la création de 90 000 postes en juin aux États-Unis, ce qui serait une progression par rapport aux 54 000 du mois de mai.

Au Canada, la création de 10 000 emplois est attendue au pays par les économistes, ce qui serait inférieur aux 22 000 du mois de mai.

«Les données sur l’emploi récoltées pendant les mois d’avril, mai et juin sont incompatibles avec les autres indicateurs de croissance économique observés. C’est pourquoi je m’attends à ce que la mise à jour de l’emploi pour le mois de juin au Canada soit décevante et qu’elle montre la création de seulement 5000 postes», commente Avery Shenfeld, de la CIBC.

Les résultats trimestriels de Jean Coutu, Theratechnologies, Quincaillerie Richelieu, Cogeco Câble, Groupe MTY, DragonWave et WD-40 sont tous attendus au cours de la semaine qui vient.

En gagnant 3% cette semaine, le TSX termine le mois de juin en repli de 4% et clôture le deuxième trimestre avec un recul de 6%.

Si le principale indice de la Bourse de Toronto a seulement cédé 1% depuis le début de l’année, c’est parce qu’un gain de 5% avait été enregistré au premier trimestre.

Aux États-Unis, le Dow Jones a affiché une hausse de 7% pour le premier semestre. Le Nasdaq et le S&P 500 ont montré une progression de 5% pour l’ensemble des deux premiers trimestres de 2011.

Lire les commentaires (28)  |  Commenter cet article






Jeudi 30 juin 2011 | Mise en ligne à 16h21 | Commenter Commentaires (6)

Les chiffres après six mois

Voici la progression (ou la régression) de quelques indicateurs pour la première moitié de l’année 2011:

TSX
1er janvier: 13 443 points
30 juin: 13 300 points
Différence: -1%

Dow Jones
1er janvier: 11 577 points
30 juin: 12 414 points
Différence: +7%

S&P 500
1er janvier: 1257 points
30 juin: 1321 points
Différence: +5%

Nasdaq
1er janvier: 2652 points
30 juin: 2774 points
Différence: +5%

Baril de pétrole (Nymex)
1er janvier: 91$
30 juin: 95$
Différence: +4%

L’or (une once):
1er janvier: 1421$
30 juin: 1502$
Différence: +6%

Lire les commentaires (6)  |  Commenter cet article






Jeudi 30 juin 2011 | Mise en ligne à 13h50 | Commenter Commentaires (3)

Derrière la sous-performance du TSX

mightytsx

La bourse américaine (et plusieurs bourses internationales) ont enregistré des rendements plus intéressants que le TSX au cours des six premiers mois de l’année.

Cette sous-performance canadienne peut s’expliquer par plusieurs facteurs. Robert Kavcic, de la BMO, propose quatre explications:

1- Certains titres spécifiques ont eu des ennuis, des problèmes de crédibilité et/ou de la malchance: Research in Motion, Cameco et Sino-Forest, par exemple, sont ensemble responsables de 215 des 245 points perdus par le TSX de janvier à juin.

2- La nature cyclique du TSX: Trois secteurs cycliques (énergie, matériaux, industriels) comptent aujourd’hui pour 55% de la capitalisation boursière du TSX (c’était 35% en 2002) alors que les secteur défensifs (santé, télécoms, services publics, consommation de base) comptent pour moins de 10%. Le S&P 500 est beaucoup mieux équilibré avec environ 30% pour les titres cycliques et 30% pour les titres défensifs. En d’autres mots, quand la pression est forte sur l’économie (comme ce fut le cas récemment), la rotation vers des positions défensives fait plus mal au TSX qu’au S&P 500.

3- La vigueur du huard: un dollar canadien fort a un impact sur les bénéfices (demande plus faible pour nos exportations, compression des marges de ceux qui produisent ici et vendent aux États-Unis, bénéfices plus bas en dollars canadiens pour ceux qui publient leurs résultats en dollars US mais qui sont inscrits au TSX). De l’autre côté, les grandes entreprises américaines du S&P 500 génèrent une grosse partie de leurs revenus à l’international et profitent du taux de change.

4- Le resserrement en Chine: Les perspectives de croissance en Chine ont un impact sur le prix des ressources et la performance des titres cycliques.

Lire les commentaires (3)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    juin 2011
    L Ma Me J V S D
    « mai   juil »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives