Sophie Cousineau

Sophie Cousineau - Auteur
  • Sophie Cousineau

    Depuis 2001, Sophie Cousineau est chroniqueuse affaires au journal La Presse. Voilà 15 ans qu'elle pratique le journalisme, dont 12 comme reporter économique.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 22 février 2012 | Mise en ligne à 15h18 | Commenter Commentaires (18)

    Le buzz sur Biz

    Biz Stone. Photo Presse Canadienne.

    Biz Stone. Photo Presse Canadienne.

    Visite rare à Montréal ce midi. Le cofondateur de Twitter, Christopher Isaac Stone, «Biz» de son surnom, était de passage au Palais des Congrès de Montréal à l’invitation de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

    Cet entrepreneur de 37 ans nous a raconté des tranches de sa vie desquelles il a tiré de grandes et de petites leçons. L’exercice aurait été didactique sans la modestie et la candeur désarmante de cet Américain.

    Je vous livre en vrac quelques unes de ses réflexions et maximes qui, prises hors contexte, apparaîtront forcément plus préfabriquées qu’elles ne l’étaient ce midi.

    «La créativité est une ressource renouvelable qui ne s’épuise jamais.»

    «Afin de réussir de façon spectaculaire, il faut être prêt à échouer de façon tout aussi spectaculaire. L’échec est en réalité une bonne chose. Et quand je rencontre, en entrevue, une personne qui me raconte avoir fait faillite avec l’entreprise qu’il a lancée, pour moi, c’est un plus.»

    «Les occasions se créent. On n’a pas besoin d’attendre qu’elles se présentent.»

    «Les relations d’affaires sont comme des amitiés. Si vous en tirez beaucoup plus que ce que votre client y gagne, elle ne durera pas très longtemps.»

    Mais c’est la vision tranchée du marketing de Biz Stone, aussi directeur créatif de The Obvious Corporation, dont l’objectif déclaré est d’améliorer le monde, qui m’a fascinée.

    «À l’avenir, tout le marketing sera de la philanthropie. Sur un budget de 5 millions de dollars, vous investirez disons 4 millions dans des technologies de traitement des eaux puis vous dépenserez 1 million de dollars pour en parler. Les consommateurs, les utilisateurs sont attirés par des produits qui ont une signification.

    «Cette approche doit être imbriquée dans toute la façon de penser de l’organisation. Je suis très fier du fait que Twitter ait embauché une personne pour s’occuper de responsabilité sociale avant même d’avoir embauché son premier vendeur.»

    Pour un compte rendu plus complet de cette conférence, je vous invite à lire le texte de ma collègue Nathalie Collard dans les pages de La Presse Affaires demain.


    • Tout ceci, vous avez raison, me semble préfabriqué et désincarné, creux même, parce que c’est encore une fois ce type de discours pseudo-visionnaire qui ne fait que répéter les mêmes inepties éculées qui sont moralement et éthiquement en faillite. Si le pseudo-visionnaire techno-utopique ressemble à une religion, la conférence TED est sans contredit son Vatican. Mais analysons plutôt ce qu’il avait à dire, même si ce n’est pas grand-chose.

      “La créativité est une ressource renouvelable qui ne s’épuise jamais”

      Et ça diffère en quoi de tous ces gourous de la commercialisation de la créativité du genre Richard Florida?

      “Afin de réussir de façon spectaculaire, il faut être prêt à échouer de façon tout aussi spectaculaire. L’échec est en réalité une bonne chose. Et quand je rencontre, en entrevue, une personne qui me raconte avoir fait faillite avec l’entreprise qu’il a lancée, pour moi, c’est un plus.”

      Et ça diffère en quoi de “if at first you don’t succeed…”?

      “Les relations d’affaires sont comme des amitiés. Si vous en tirez beaucoup plus que ce que votre client y gagne, elle ne durera pas très longtemps”

      Et ça diffère en quoi de tous ces Dale Carnegie de pacotille qui nous disaient la même chose il y a trois-quarts de siècle?

      “Je suis très fier du fait que Twitter ait embauché une personne pour s’occuper de responsabilité sociale avant même d’avoir embauché notre premier vendeur.”

      Et ça diffère en quoi de toutes les compagnies qui s’affichent pour une cause ou une autre, juste pour se faire voir donner un chèque à un téléthon (sans parler du crédit d’impôt), ou, en plus radin, des chaînes d’épicerie qui vendent le sac en plastique à 5 cents au nom de l’environnement?

    • misère, cessez de dévoilé les meilleurs punches, autrement nous allons tous devenir des entrepreneurs multi-millionaire.


      Mathieu

    • restil

      Il semble qu’il y ait deux details qui vous echappent, peut-etre parce que ca ne fait pas partie de vos valeurs ou de votre culture.

      1) Ce qu’il pronent pour les entreprises, c’est d’avoir une conscience sociale avant d’avoir une conscience economique. Quel vent de fraicheur!
      2) Ce n’est pas parce que les epiciers sont “radins” comme vous dites qu’ils vendent les sacs 5cents. C’est pour eveiller la conscience des consommateurs et leur faire realiser que le choix environmental de prendre des sacs de plastique A UN COUT. C’est pourtant si simple.

    • @ Bilomi

      Et pour nous éveller, ils devraient aussi nous faire payer une portion de l’éclairage puisque cet éclairage… A UN COÛT!!! Genre sur chaque facture rajouter un petit 15 cents. L’hivers, ils pourraient mettre 50 cent pour le chauffage aussi!!!! ça serait merveilleux! C’est pas comme si le coût des sac de plastique était inclu dans ce qu’ils vendent.

      Kevin Picard

    • @bilomi

      1) Quelle hypocrisie, plutôt. Croyez-vous vraiment une entreprise quand elle vous dit avoir une conscience sociale? Celle-ci n’est utile aux entreprises que lorsqu’elle est parfaitement compatible avec la conscience économique, ou pour se donner une image de marque.
      2) Si les épiciers désiraient éveiller la conscience des consommateurs, ils cesseraient d’en offrir, tout simplement; mais non, parce que ça, ça risquerait de faire perdre des clients. Alors on s’enrichit — ici, sur le dos des plus pauvres — en attribuant le tout à une conscience sociale; c’est pourtant si simple.

    • Zzzzzzzz. Zzzzzzzzzzz zzzzzzz
      Reveillez moi quand ca sera fini. Oups cest deja passé? Dire que vous etiez un paquet de nabots a
      Payer pour ecouter un autre nabot repeter la meme chose partout…

      On pourrait croire quil a appris les livre de
      Tony robbins par coeur… Ahha mais bon cest la vie. Ya des cosseurs et des crossés..

    • Ah oui, jaimerais savoir le % de ceux qui ont ete voir la conference qui ont passe quelques heures sur twitter…

      Jai passe deux semaines la dessus et a part des conneries dont on se fout eperdument (bobby checked in au salon de la ceinture flechee, Aussi les problemes psychologiques des filles qui croient au prince charmant, les echanges publiques inutiles entre des quidams et des personnalites qui sen foutent voir ici name dropping…)… Aussi il y a les nouvelles…. 100,000 fois la meme nouvelle repetee encore et encore.. Ya aussi les pseudos humoristes qui polluent les timelines.. Les pseudo ecrivaines/escortes qui inventent de la crap pour rien… Ah oui et tous les community managers haahah et les “experts” du pelletage de nuage a 2000$ la journee comme Michel Blanc, qui te suggerent ” fais un blogue”. Que tu sois une compagnie de gaz ou un ti coune, “fais un blogue et du SEO” lol yont aucune idee comment ca marche, mais y sont vites sur le piton pour aller creer automatiqurnt un wordpress qui va se faire hacker lol

      Bref… Comme disait l’autre ou presque… Vous etes pas ecoeures de vous faire fourrer bande caves??

    • @restil et mathieu

      Un entrepreneur n’est pas nécessairement un grand penseur ou philosophe et il est là à l’invitation de la Chambre de Commerce !!!! C’est Foglia qu’il aurait fallu déléguer pour aller couvrir la conférence et là on aurait bien rit ! ;)

      Cela coûtait combien aller le voir ?

      http://www.ccmm.qc.ca/fr/calendrier-leadersInternationaux_biz_stone

      Entre 200$ (125$ pour les étudiants) et 645$… C’est pas la qualité de la conférence qui importe dans ces événements là, bande de novices… C’est un événement pour ceux qui veulent se faire voir et être vus. Ils écoutent plus ou moins ce qui se passe en avant et KISS ( Keep It Simple Stupid) est le mot d’ordre.

      Ils veulent en fait s’associer de près ou de loin à cette réussite… Tous ceux qui réussissent sont vus comme des Winners, le discours importe assez peu finalement.

      Quoique le type peut être charmant pour de vrai, avoir du charisme et être un bon conférencier. Mais à ce prix ????? Il faudrait qu’on me donne les billets pour que je m’y rende… À moins de faire partie de la tribu… Bien sûr…

      Quand faut y aller, faut y aller…. C’est pareil comme le golf, même si vous aimez pas vraiment cela pour beaucoup c’est presqu’une obligation d’être sur ces terrains là.

    • @bilomi

      Pour les épiciers, ils se sont faits éveillés la conscience environnementale eux bien avant… Et ils ont sorti leur sacs pour une question d’image verte plus que par véritable conviction… Mais on s’en fout, l’important c’est qu’ils le fassent au final.

      La conscience sociale avant d’avoir une conscience économique vous croyez réellement que ce sont ses valeurs ?

      Vous devriez aussi aller écouter Omar Aktouf qui lui prêche cela depuis combien d’années en fait ? De très nombreuses, notamment à HEC-Montréal et en donnant des conférences un peu partout. Cela me rappelle quoi ? Certains sermons de prêtres ou curés d’une autre époque et bien sûr, les hommes d’affaires comme les bons fidèles s’y rendaient mais dès que la Messe était terminée, ils repartaient recommencer à commettre leurs péchés. Bien sûr !

    • ….Les affirmations de «Monsieur Biz» ne sont pas fausses. Mais elles ne sont pas non plus nouvelles quant au fond.
      Depuis mes débuts en management, j’en ai entendu tellement de variantes qu’il serait trop long de faire à la fois la recension des citations ainsi que le liste des livres écrits par autant de «gourous» ayant trouvé la pierre philosophale et surtout, mis la main sur la recette de la fortune par le biais de leurs bouquins, séminaires et conférences.
      Le milieu du management, trop souvent paradis du court terme, étant à la recherche effrénée de solution toutes faites et faciles, sera toujours ouvert à la «gouroutude». Heureusement, certaines modes, souvent éphémères, sont moins nocives que d’autres.

      Quant à ce fameux Twitter sur lequel tant de gens matures se précipitent et nous invitent à les y suivre, je maintiens qu’à part un rôle utile dans l’organisation de rebellions légitimes, un machin qui prétend que l’on peut vraiment communiquer avec 140 caractères ne sert qu’à réduire la réflexion à ce qu’elle peut avoir de plus squelettique. Twitter favorise ceux qui écrivent non pas parce qu’ils ont quelque chose à dire mais plutôt parce qu’ils ont juste envie de dire quelque chose. Hureusement, il les force à le faire en peu de mots.

      Mais tant mieux pour «Biz» si cela en a fait un homme riche. Le bonheur, je suis tout à fait en faveur, et pour tout le monde. Alors, pourquoi pas pour lui aussi?

    • bilomi
      Éveiller la conscience des consommateurs quand on nous vend des fraises étatsuniennes en pleine période de cueillette québécoise j’avoue mal comprendre…

    • @bilomi: Vous croyez vraiment que les épiciers ont le coeur sur la main lorsqu’ils vendent leur sac de plastique 5 cents… et leur sac en tissu qu’on oublie une fois sur trois 50 cents! Permettez moi d’en douter grandement!

    • Beau ramissis de clichés.
      J’aime mieux assister à une conférence de Pierre Lavoie que de bonhommes du genre. La seule chose qui ressort de Biz ou Zuckerberg, c’est qu’ils ont inventé Le produit qui est devenu à la mode.

      @atchoum
      Maintenant, il faut se plaindre parce que ça en règle juste un problème ? C’est ça que vous dites ?
      Les sacs, c’est un début.
      Eveiller “une partie” de la conscience des consommateurs. Est-ce mieux comme ça ?

      @lecteur_curieux
      HORS_SUJET
      ” ils repartaient recommencer à commettre leurs péchés”
      Vous avez compris l’inutilité des religions. Ca servait juste à cautionner les péchés des gens car avec l’absolution, on repartait à zéro.

    • @prodsac
      @jeanfrancoiscouture

      Si vous trouvez peu intéressant les gens que vous suivez sur Twitter, peut-être est-ce que parce que vous ne suivez pas les bonnes personnes. Vous n’êtes pas obligé de suivre des vedettes et autres personnes peu intéressantes. Je suis active depuis 2 ans sur Twitter et y ai découvert des comptes stimulants et des gens qui ont une quantité phénoménale de liens intéressants à partager.

      C’est comme ceux qui se plaignent de Facebook en affirmant qu’on y trouve uniquement des individus avides de parler de leur quotidien. Rien ne vous oblige à être amis avec des gens ennuyeux. Vous pouvez les masquer, si vous désirez être ami avec eux par politesse.

      La qualité de FB et Twitter est en lien direct avec vous. Arrêtons de blâmer le médium, et blâmons plutôt la manière de l’utiliser.

      Quand on suit de la merde ou qu’on a uniquement des amis poches, Twitter et FB seront en effet merdiques et poches.

    • Le discours du marketing qui sera de la philanthropie est un discours typique de gars qui est à la tête d’une entreprise qui va bien et qui est convaincu que toutes ces idées sont bonnes et qui pense faire de la business autrement. Il se la joue gars humain qui n’est pas un méchant capitaliste etc.

      La réalité c’est que le jour où Twitter ira moins bien il va faire comme les autres compagnies. Il va couper dans son budget de traitement des eaux et il ne dépensera pas 1 millions pour en parler.

      Et les consommateurs en ont rien a cirer de la responsabilité sociale et de la signification des produits. L’an passé Apple a fait signer des documents a leurs employés en Chine pour leur demander de ne pas se suicider. Est-ce que ca a changé quelque chose au niveau des ventes? Absolument pas. Tant que le produit a un beau design et des applications cools les gens vont l’acheter.

    • @bilomi
      dit:vendent les sacs 5cents. C’est pour eveiller la conscience des consommateurs.
      Vraiment? Quand j’utilise mon sac en tissue chez l’épicier alors quelle sac je doit utilisé pour mes détritus? réponse: Des sac acheter chez le même marchant non bio-dégradable,alors ou est la conscience environnemental dans ce cas de figure? Les sac a poubelle noir du marchand pollue tout autant a ce que je sache que celui a 5 cents!
      En plus le sac en tissue est un déchet suplémentaire une fois sa vie utile terminé et en plus de l’eau et le savon utilisé pour le lavé.
      Les sacs a emporté notre nourriture a 5 cents devrais être ultra-bio-dégradable,ainsi fini les sac a poubelle a acheté noir et les sacs de tissue qui finirons aussi a la poubelle!

      ps:Biz et son entreprise Twitter n’est qu’une autre perte de temps de la vie,tout comme fakebook,
      Les rencontre en personne ya rien de plus vrai,pas besoin de raconté a la planète votre vie.

    • …@catherineleblanc,23 février 2012,10h03:

      Je vous rassure tout de suite. Je n’ai fait qu’aller sur ces deux trucs en «touriste», pour voir. Et j’ai tiré mes conclusions. Il n’est pas question que je fournisse mes coordonnées à ces deux entrerprises qui s’en servent à leur guise pour plaire à leur banquier. Sur ce chapître, je partage l’avis de la Commissaire canadiene à la protection de la vie privée, comme elle nous en a fait part dans son entrevue au magazine L’actualité.

      Mais si vous en tirez quelque bénéfice, tant mieux. Je ne vais pas vous blâmer. C’est votre vie, après tout. Moi, ce qui m’énerve, ce sont les invitations de tous les Durivage, Latraverse, Frulla et als qui préfèrent que nous communiquions avec eux-elles par Twitter plutôt que par courriel. La raison m’apparaît simple: C’est bien plus facile puisque la plupart des comptes Twitter et FB des «vedettes» sont gérés par ce qu’on appelle pudiquement des «gestionnaires de communautés». Vous pensez vraiment que Barack Obama a le temps de répondre à tous les «Touïtteurs» qui s’adressent à lui?

    • Le fameux rêve américain qui va enrichir en fait que 1% du monde !

    publicité

  • Catégories

  • publicité

  • Calendrier

    juin 2011
    L Ma Me J V S D
    « mai   août »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives

  • publicité