Sophie Cousineau

Archive, septembre 2011

Jeudi 29 septembre 2011 | Mise en ligne à 16h06 | Commenter Commentaires (25)

Terres rares: la Chine exagère, le Québec casque

Un mineur chinois porte un sac dans une mine de terres rares de la province du Jiangxi. Photo d'archives, Reuters.

Un mineur chinois porte un sac dans une mine de terres rares de la province du Jiangxi. Photo d'archives, Reuters.

Ils se classent parmi les minerais les plus prometteurs, et le Québec est choyé d’en avoir dans son sous-sol. Malgré tout, la flambée des prix des terres rares s’éteint, alors que des géants industriels comme Toyota et General Electric ont mis au point des produits et des procédés de substitution.

Pourquoi ? Parce que la Chine, le plus grand producteur de terres rares au monde avec plus de 95% des expéditions mondiales, a abusé de sa position dominante.

Depuis 2006, la Chine réduit ses exportations de terres rares à tous les ans. Officiellement pour protéger ses réserves et l’environnement. Officieusement pour répondre à la demande de ses groupes industriels au détriment de leurs rivaux étrangers.

Résultat : une flambée des prix du cérium, du lanthane, du néodyme, du praséodyme, entre autres terres rares.

Le dernier tour de vis de la Chine, à l’été de 2010, a fait déborder la coupe des industriels japonais et américains qui comptent sur ces minerais pour produire leurs voitures électriques, leurs éoliennes, leurs aimants et leurs catalyseurs.

Des groupes comme Toyota et GE ont mis leurs nombreux ingénieurs sur ce dossier. Mission: trouver des produits de substitution. Et dans bien des cas, ils ont réussi à trouver des solutions moins coûteuses, même si pas toujours aussi efficaces, raconte l’agence Bloomberg dans ce dossier fascinant.

Résultat: les prix des terres rares, qui ont touché un sommet en juillet, ont depuis reculé de 13% en moyenne. Et cette chute pourrait bien se poursuivre. Un analyste de la firme new-yorkaise Hallgarten & Co s’attend à ce que les prix du cérium et du lanthane chutent de 50% au cours des 12 prochains mois.

En ce sens, les producteurs québécois sont les victimes collatérales de l’avidité chinoise. L’indice Bloomberg des producteurs de terres rares a reculé de 41% depuis trois mois. Et c’est la société montréalaise Quest Rare Minerals qui mène le bal avec une chute de 60% de son titre.

Grande consolation, la demande pour les terres rares devrait continuer à excéder la production, même avec l’entrée en exploitation de nouvelles mines en Australie et en Californie en 2014. Mais les prix élevés de ces minerais pourraient se faire rares…

Lire les commentaires (25)  |  Commenter cet article






Mercredi 28 septembre 2011 | Mise en ligne à 11h08 | Commenter Commentaires (28)

Plus personne ne croit Yellow Media

En soi, la radiation annoncée aujourd’hui par Yellow Media ne représente pas une surprise. Dans un rapport de DBRS dont je faisais état dans cette chronique publiée en août, l’agence de notation de crédit évoquait cette possibilité, puisque la valeur de l’écart d’acquisition (5,9 milliards de dollars) et celle attribuée aux éléments d’actif intangible (1,7 milliard) paraissaient gonflées.

L’équipe menée par Marc Tellier a enfilé toute une série d’acquisitions ces dernières années, et nombre de celles-ci n’ont pas rapporté autant qu’espéré – c’est un euphémisme.

Mais biffer 2,9 milliards de dollars d’un trait de crayon ? Et cesser de verser le dividende tout juste un mois et demi après l’avoir charcuté des trois quarts ? Cette réduction ne devait-elle pas justement assurer la pérennité du dividende ?

Il n’y a strictement rien, dans la situation de Yellow Media, qui ait changé depuis août, si ce n’est qu’on a remercié le chef de la direction financière, Christian Paupe. L’entreprise a toujours autant de mal à orchestrer son virage numérique. Son action continue de chuter en Bourse.

Longtemps, les investisseurs ont investi dans Yellow Media en raison de son riche dividende. Et même lorsqu’il semblait de plus en plus évident que ce dividende serait difficile à maintenir, vu l’endettement de l’entreprise, la direction assurait que tout allait se replacer. Mais de déceptions en déceptions, les petits investisseurs ont compris qu’ils étaient les dindons de la farce.

Et que fait le conseil d’administration de Yellow Media ? On se le demande.

Le fait est que cette entreprise montréalaise n’a plus aucune crédibilité.

Lire les commentaires (28)  |  Commenter cet article






Mardi 27 septembre 2011 | Mise en ligne à 13h03 | Commenter Aucun commentaire

Le prix de consolation de Xavier Rolet

Xavier Rolet lors de son passage à la Chambre de commerce du Montréal métropolitain en juin. Photo André Pichette, La Presse.

Xavier Rolet lors de son passage à la Chambre de commerce du Montréal métropolitain en juin. Photo André Pichette, La Presse.

La Bourse de Londres est en voie de prendre le contrôle de LCH.Clearnet, la chambre de compensation londonienne, rapporte le Financial Times.

Le conseil d’administration de LCH.Clearnet a accepté son offre de 21 euros par action, jusqu’à concurrence de 51% du capital. Pour ce conseil, cette offre surpasse l’offre concurrente de 12 euros par action présentée par la firme Markit pour l’ensemble des actions de cette chambre de compensation.

Il s’agit d’un prix de consolation pour Xavier Rolet, le grand patron de la Bourse de Londres qui a dû faire son deuil cet été du Groupe TMX, qui chapeaute les principales bourses canadiennes, dont la Bourse de Toronto.

Cette transaction ne manque d’ailleurs pas d’ironie. Dans sa bataille de procurations contre le Groupe Maple, Xavier Rolet avait dénoncé la concentration des opérations financières préconisée par Luc Bertrand, l’instigateur de ce consortium canadien.

Maple propose de réunir sous un même toit la Bourse de Toronto, la plateforme de négociation Alpha et la chambre de compensation CDS. Mais dans l’attente d’une décision des autorités antitrust, l’affaire n’est pas encore dans le sac.

Les commentaires sont fermés  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    juillet 2012
    L Ma Me J V S D
    « juin    
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité