Sophie Cousineau

Archive du 16 juin 2011

Jeudi 16 juin 2011 | Mise en ligne à 22h21 | Commenter Commentaires (12)

RIM : une horrible impression de déjà-vu

Devant les résultats nettement plus mauvais que prévu de Research in Motion, certains analystes ont établi ce soir un parallèle avec Nokia, ce concepteur de téléphones sans fil finnois qui coupe ses effectifs et essaie désespérément de se reprendre après avoir perdu son ascendant technologique. Mais pour les Canadiens qui regardent RIM égrener son chapelet de mauvaises  nouvelles, les difficultés de la plus grande entreprise techno du pays rappellent une autre descente en enfer. Celle de Nortel.

L’annonce de compressions, une première pour cette entreprise que rien ne semblait arrêter, de même que le spectre d’une baisse des revenus trimestriels, du jamais vu en neuf ans, calcule Bloomberg, font maintenant craindre le pire.

«Je n’appellerais pas cela une restructuration. C’est uniquement un exercice de dégraissage», a observé Jim Balsillie, cochef de la direction, au sujet des coupes d’une sévérité encore inconnue – ce qui ne manquera de miner le moral des 17 500 employés de l’entreprise, concentrés à Waterloo,  à l’ouest de Toronto.

RIM semble en déni. Le fait est que l’entreprise a commis l’un des péchés capitaux de la technologie. Toute concentrée qu’elle était à lancer à la hâte son PlayBook , elle a laissé vieillir ses téléphones intelligents. (La seule bonne nouvelle c’est que le PlayBook se serait mieux vendu que prévu, avec 500 000 tablettes expédiées au premier trimestre.) 

RIM est maintenant obligée de brader ses appareils et d’écouler ses inventaires, en attendant la sortie de ses nouveaux appareils basés sur le système d’exploitation QNX, réputé prometteur.

Mais RIM n’aura pas son nouvel appareil pour le retour des classes en septembre. Et cela ne fera qu’accentuer la perception que RIM n’est plus dans le coup. Que l’entreprise a perdu son «groove», comme le disent les Américains. À la limite, cela pouvait aller tant que les ventes en Indonésie et ailleurs battaient des records. Mais, avec la concurrence d’appareils performants et peu coûteux qui tournent sur la plateforme Androïd de Google, ce n’est plus le cas.

Or, changer une perception comme celle-là, ce n’est pas une mince affaire. Surtout que le téléphone intelligent est conçu par bien des personnes comme une extension de leur propre personnalité. (Ce qui n’est pas mon cas, en passant : j’aime encore mon vieux BlackBerry avec ses touches qui s’enfoncent…)

Deux questions s’imposent d’emblée: RIM peut-elle retrouver son élan ? Ou est-ce trop tard ?

Deuxièmement, pour y arriver, faut-il changer l’équipe de direction ou encore revoir la direction bicéphale, comme certains  le suggèrent ? Chose certaine, veiller à la croissance rapide d’une entreprise ne fait pas nécessairement appel aux mêmes talents qu’une opération urgente de recentrage – que l’on appelle cela une restructuration ou un simple dégraissage.

Lire les commentaires (12)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    mars 2011
    L Ma Me J V S D
    « fév   avr »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité