Sophie Cousineau

Sophie Cousineau - Auteur
  • Sophie Cousineau

    Depuis 2001, Sophie Cousineau est chroniqueuse affaires au journal La Presse. Voilà 15 ans qu'elle pratique le journalisme, dont 12 comme reporter économique.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 27 janvier 2011 | Mise en ligne à 12h25 | Commenter Commentaires (19)

    Retomber sur terre

    Photo d'archives du premier satellite lancé dans l'espace, en 1957, le célèbre Spoutnik, de fabrication russe.

    Photo d'archives du premier satellite lancé dans l'espace, en 1957, le célèbre Spoutnik, de fabrication russe.

    Avec la myriade de chiffres démesurés avec lesquels les lecteurs sont bombardés à tous les jours, il n’y a plus grand chose qui impressionne. Il n’empêche que les dernières prévisions quant au déficit budgétaire des États-Unis ont de quoi faire retomber sur terre ceux qui ont eu un «moment Spoutnik» en écoutant le discours de Barack Obama mardi soir.

    1,5 billion ou 1500 milliards US, si vous préférez. Comme le notait l’Agence France Presse, les États-Unis sont l’un des rares pays industrialisés à voir leur déficit s’aggraver en cette période d’austérité. Ils se trouvent ainsi dans la bonne compagnie du Japon, qui vient d’être décoté par l’agence de notation de crédit Standard & Poor’s.

    Éduquer, innover et entreprendre, personne ne peut être contre. Surtout pas lorsque le président des États-Unis use de tout son charisme et de son influence pour montrer aux Américains que c’est la voie de l’avenir. On rêve d’avoir un premier ministre aussi inspirant.

    Mais il y a un grand décalage entre le discours de M. Obama et la réalité avec laquelle il doit composer. Il ne suffit pas d’annoncer un gel des dépenses ou encore de dire qu’on va s’attaquer au déficit pour que cela se fasse.

    Difficile de dépenser plus en éducation et en R&D, de poursuivre la guerre en Afghanistan tout en offrant à la fois des baisses d’impôt aux Américains, ce qui privera le Trésor d’une somme d’environ 400 milliards cette année. À la fin, le total de ces dépenses et de ces revenus échappés creuse un gouffre. Gouffre qui ne se comble pas simplement en coupant les aides financières aux sociétés pétrolières et en simplifiant les impôts, aussi populistes que soient ces mesures.

    Les Américains ont une expression populaire très juste pour décrire cette situation. «Something’s gotta give».


    • Dans les années 70, lors de la défaite des USA au Vietnam, un Anglais avait prédit le déclin de l’Empire américain pour le début du XXIième siècle !

      Les USA sont en train de subir le meme destin que l’Empire romain: la chute !

    • si ils cessaient de partir en guerre à gauche pis à droite pour de fausses raisons ils en seraient pas là

    • ” On rêve d’avoir un premier ministre aussi inspirant.”

      on l’a…

      promesse de ne pas avoir de décicit, on en a un,
      promesse de ne pas hausser la tvq, une hausse de 2%
      promesse de couper dans les dépenses, les dépenses ont augmenté

      pas mal aussi inspirant que Mr O. aux USA

    • Seule façon pour se sauver d’une “énorme dépression mondiale” qui va détruire une grande partie de la population terrestre.

      www.solidariteetprogres.org/petitionGlassSteagall/

      Fernand Cloutier
      Val-d’or

    • “Somethins’s gotta give”
      Que ce soit aux États-Unis ou ici, le généreux payeur de taxes en donne de plus en plus.

    • “On rêve d’avoir un premier ministre aussi inspirant”

      J’aime mieux un premier ministre qui nous a pas mi dans le trouble comme la fait Obamma, q’un premier ministre capable de faire de beau discours mais qui n’est pas capable de rétablir l’économie….

      Nous sommes chanceux d’avoir les conservateurs au pouvoir pour affronter ces moments plus sombre.. imaginez ce que Dion aurais fait???

    • Merci d’en parler, je me sentais un peu seul dans mon point de vue. Surtout qu’Obama a aussi parlé de diminuer les impôts des entreprises… Comment serait-il possible de trouver l’argent pour le programme de relance qu’il annonce dans ces conditions, tout cela sans faire de coupures qui vont affecter les plus démunis, comme il l’a annoncé?

      Jésus pouvait changer l’eau en vin, mais l’homme a beau avoir une incontestable stature, je ne crois pas qu’il puisse accomplir des miracles.

      S’il n’augmente pas les impôts des plus nantis et qu’il ne sabre pas dans les dépenses militaires, je crois que le programme qu’il a annoncé relève tout simplement du voeu pieux.

    • C’est trop, je ne le savais pas Wikipedia me confirme qu’un billion sa peut être
      1,000,000,000 ou 1,000,000,000,000 alors il n’y à plus rien à comprendre…
      Ou alors c’est 1,000,000,000 quand il nous faut payé et 1,000,000,000,000 quand il faut se faire payer… quoiqu’il en soit si on admet que le mot puisse avoir deux valeurs différentes il y a quelque chose qui ne fait pas de sens et encore une fois on à un non sens qui semble vouloir faire du sens auprès des gens des marché, du commerce, de la finance et de la richesse sur papier…

    • @zig1

      Un billion en français cela veut dire un milliard.

    • @zig1
      En français, on a les milliards et ensuite les billions. En anglais le mot milliard n’existe pas, ils disent billion. Le même mot dans les deux langues a deux significations différentes, comme sensible par exemple.

    • @zig1

      http://www.jimloy.com/math/billion.htm

    • On devrait plutôt dire au sujet des USA “Something’s awfully wrong”. Les Américains sont littérallement en faillite. Mais quelle agence de cotation va “oser” diminuer leur cote sans risquer de porter l’odieux d’une dégringolade sur les marchés financiers gonflés à la spéculation … Va pour l’Islande, l’Irlande, la Grèce voire le Japon mais l’Étoile américaine … It’s pretty risky …

    • On y coupera pas, la productivité viendra départager les sociétés novatrices des sociétés sclérosées. Et la productivité passe par l’investissement en recherche et en développement. Le savoir joue déjà un rôle clé dans l’économie mondialisée. Les américains qui ont bien du mal à réagir à la pression du changement auraient tendance à illustrer leurs limites par un épiphénomène qui apparemment n’est pas en lien avec ce phénomène. L’obésité qui atteint un sommet n’est-elle pas la marque d’un monde arrivé et satisfait. Alors que les concurrents rêvent de lendemains meilleurs par consommation interposée, le moteur du développement des pays émergeants s’emballe des perspectives heureuses et des résultats atteints. Avec une croissance qui tourne autour de 10% depuis une décennie, la compétitivité du BRIC laissera-t-elle les maîtres du monde loin derrière d’ici une génération ? Obama apporte pourtant la carte routière au bon peuple. Qui semble trouver qu’il est bien long le chemin de la compétence.

    • @poulpy: Vous amnésiez mon cher. Les États-Unis étaient dans la merde avant l’arrivée d’Obama. Bush et ses amis on passé presque 10 ans à vider les coffres du pays et à mettre en place un système qui les avantageait. Penser qu’Obama pourrait nettoyer ce merdier en 2 ans et le blâmer de ne pas y arriver est un grand manque de mauvaise foi.

      Quant à nos premiers ministres… Charrest était prêt. Prêt à quoi? Certainement pas à devenir un leader capable de guider le Québec vers la prospérité et la transparence qui sont les caratéristiques des états les plus évolués d’aujourd’hui tels la Suède et la Norvège. Duplessisme, résume en un mot le gouvernement majoritaire de Jean Charrest.

      Quant à Harper, au débat francophone des dernières élections, il n’était pas au courant de la crise imminente. C’est Duceppe, Dion et Layton qui lui ont annoncé la nouvelle. Le lendemain soir, en anglais, Harper annonce que l’économie est sa priorité. Belle marionette! Depuis ce temps, il fait ce que Bush a fait pendant presque 10 ans. Dieu merci, il est minoritaire ce qui devrait réduire l’étendue des dégats. Ne le sous-estimez pas car il est extrêment brillant et très bien entouré par des gens qui vivent très bien à l’ombre (Non, je ne parle pas de Robert Pattison). Malheureusement, ses valeurs sont celles d’un cancer de la prostate.

      Je ne pensais jamais que je dirais ça un jour, mais Jean Chrétien me manque… Je sais, il était un brin crosseur, mais au moins il avait une vision pour le Canada et travaillait fort à sauvegarder notre place au soleil et notre souveraineté. Et si vous me dites que Justin Trudeau va sauver les Libéraux, j’appelle la modératrice.

      Ce qui nous laisse avec la question: Un politicien, ou une politicienne, peut-il/elle être inspirant(e) en 2011? Je crois que c’est difficile. Pour arriver à la tête du parti, ils doivent se faire beaucoup d’ami(e)s. Difficile d’inspirer la masse et les acteurs essentiels à la réalisation de l’inspiration quand on a une liste d’épicerie en tête…

    • @etmoi

      Si la productivité était vraiment la mesure de la prospérité économique, alors les États-Unis devraient être beaucoup plus prospères que les Chinois: un ouvrier chinois atteint en moyenne 20% de la productivité d’un ouvrier américain, eh oui!

      http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/monde/20070906.OBS3681/la-productivite-d-un-chinois-20-de-celle-d-rsquo-un-americain.html

      Si l’économie chinoise est si concurrentielle, c’est que la Chine profite de la libéralisation des échanges qui a incité de nombreux producteurs occidentaux à délocaliser leur production là bas, profitant des faibles salaires et des conditions de travail déplorables des ouvriers, la quasi absence de lois environnementales, d’un yuan artificiellement bas. Par ailleurs, les Chinois n’hésitent pas à avoir recours à l’espionnage industriel à large échelle et à la contrefaçon. Bref, on repassera pour la concurrence… Le jeu est faussé.

      Ceux qui profitent de la situation ne tiennent pas trop à ce que les règles changent et deviennent plus strictes. On aura beau investir tant qu’on voudra, ça n’empêchera certainement pas les délocalisations.

    • Pourquoi les américains ne décentralisent pas leur système éducatif comme on le fait au Canada?

      Au Canada ce sont les provinces qui font les programmes et qui administrent les dépenses. Ça permet aux décideur de mieux s’adapter au contexte propre à chaque province.

      Imaginez si tout était fait à partir d’Ottawa!!!

    • @poulpy6 – 27 janvier 2011 – 13h02
      .. Nous sommes chanceux d’avoir les conservateurs au pouvoir pour affronter ces moments plus sombre.. imaginez ce que Dion aurais fait??? …

      On se rappellera qu’il y a deux ans au moment de la crise au Etats-Unis et qui vous a ensuite rattrapé, les conservateurs ne voyaient pas de problème et ne voulait rien faire pour soutenir l’économie, il a fallu une coalition des libéraux, du NPD et du Bloc pour les réveiller et les forcer à mettre sur pied un plan pour soutenir l’économie canadienne. On se rappellera que se sont les libéraux, parti de M. Dion, qui ont laissés une si envieuse situation budgétaire aux conservateurs qui ont fait disparaître en un tour de main toutes les années de sacrifice des canadiens avec le résultat que nous aurons un énorme déficit année après année pour plusieurs années. Si vous pensez que M. Dion aurait fait pire que les conservateurs, je veux avoir le nom de votre fournisseur pour voir la vie comme vous :-).

    • @felicio_de_parma – 27 janvier 2011 – 12h34
      En effet, on parle de déclin, et même de décadence en ce qui me concerne, des Etats-Unis depuis un moment, mais avant qu’ils soient remplacés par quelque chose d’autre, ça va prendre 30, 40 ou même 50 ans. Il faudra donc predre notre mal en patience car le pire est à venir :-(.

    • J’ ai regardé un reportage hier a RDI , ( l’ émission les Grands Reportages) sur la déchéance de Détroit, c’ est tout simplement incroyable. Je croyais voir des images du tiers monde. Les USA ne font plus rever personne… A cause des différentes guerres dans lesquelles le pays est impliqué, les gouvernements ont ruiné la classe ouvriere au détriment des multinationales. ( pétrolieres). Pour moi ,le capitaliste est une faillite monumentale. Ce n’est pas mieux que le communisme.

    publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    octobre 2008
    L Ma Me J V S D
    « sept   nov »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité