Sophie Cousineau

Archive, décembre 2010

Mercredi 22 décembre 2010 | Mise en ligne à 11h49 | Commenter Commentaires (8)

Joyeuses Fêtes !

Photo d'archives, Reuters.

Photo d'archives, Reuters.

Cela tient parfois du miracle, mais il est bon de se rappeler que nous finissons tous par passer au travers de l’interminable liste de choses à faire avant le 25 décembre et le 1er janvier. Essouflés, pour ne pas dire délabrés à des degrés variables, mais bien rendus au fil d’arrivée.

Je vous souhaite donc de profiter de ce moment pour prendre une pause, une vraie. De jouer dehors. De voir les copains, pas seulement les membres de votre famille éloignée. Et de dire aux gens que vous aimez à quel point vous tenez à eux.

Joyeuses Fêtes à vous et à vos proches. On se retrouve dans cet espace de discussions en 2011 !

Lire les commentaires (8)  |  Commenter cet article






Lundi 20 décembre 2010 | Mise en ligne à 23h10 | Commenter Commentaires (44)

Amende à Bell: 1,3 million $, ce n’est pas cher payé

 

Photo d'archives, Reuters.

Photo d'archives, Reuters.

Vous savez de quoi je parle.

Il est 14 heures samedi. Votre petit monstre adoré, qui vous épuise depuis 6 heures avec ses coquineries, vient de tomber d’épuisement dans son lit. Sa grande soeur joue chez une copine pour l’après-midi. Bref, il y a une toute petite fenêtre qui s’ouvre pour faire un dodo éclair et se requinquer. Vite, vous plongez sous la couette et vous sombrez…

Et puis le téléphone sonne. Et puis une dame demande à parler à Monsieur Cousineau, un homme qui n’existe que dans l’imaginaire des télémarketers. Et puis dans un accès de rage, vous vous imaginez en dragon qui arrose de flammes toutes les centrales téléphoniques de l’univers !

Vous savez de quoi je parle.

Des millions de Canadiens se font déranger dans leur intimité. Pour la minorité qui a pris la peine de s’inscrire sur la liste des «prière de ne pas déranger», ces appels sont censés s’arrêter. Du moins, la plupart de ces appels – car il y a des exceptions à la règle. Or, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a déjà accumulé des centaines de milliers de plaintes de consommateurs dont les souhaits ont été ignorés.

L’amende imposée à Bell Canada a beau être la plus lourde jamais enregistrée pour ce type d’infraction, elle reste petite comparativement à la taille de l’entreprise. Pour BCE, 1,3 million de dollars, ce n’est pas grand-chose. Toutefois, cette histoire coûtera bien plus cher à l’entreprise en publicité négative.

Qu’une entreprise comme Xentel DM Inc. se fasse pincer, personne ne s’en étonnera. Mais que la vénérable Bell cautionne de telles pratiques ? Le fait que ces appels aient été signalés par des sous-traitants n’excuse en rien l’entreprise montréalaise, qui aurait dû veiller au grain.

Au final, toutefois, cette histoire comporte néanmoins deux aspects positifs. Si le CRTC montre plus de dents comme il le fait actuellement, les entreprises vont y penser à deux fois avant d’ignorer la fameuse liste.

Par ailleurs, l’Université Concordia recevra un don (inattendu) de 266 000 $ au terme de l’arrangement à l’amiable convenu entre Bell et  le CRTC; à ce sujet, lire le communiqué de BCE ici. Les Montréalais ne se sont donc pas fait déranger pour rien…

Lire les commentaires (44)  |  Commenter cet article






Vendredi 17 décembre 2010 | Mise en ligne à 15h55 | Commenter Commentaires (49)

Les codes vestimentaires de UBS et de La Presse comparés

Photo d'archives, Bloomberg.

Photo d'archives, Bloomberg.

C’est le party de Noël de la rédaction de La Presse ce soir.

Vous ne le sauriez pas en regardant les gars de la rédaction. Ces journalistes portent leur tenue habituelle, le «dress down» de La Presse – du lundi au vendredi inclusivement -, étant plutôt décontracté. Première exception, les journalistes qui travaillent au Parlement à Ottawa, qui doivent obligatoirement porter la cravate. Deuxième exception, mon voisin Richard.

Mais cela se remarque chez les filles, pour qui a le regard le moindrement aiguisé. Un peu plus de paillettes et de brillants, un peu plus d’épaules dénudées, des ongles bien vernis : toutes touches discrètes mais perceptibles.

Pour les journalistes qui n’ont aucune hausse de salaire à l’horizon, contrairement aux banquiers, la possibilité de s’habiller n’importe comment est l’un des grands avantages intangibles du métier. Aussi, si les grands patrons de La Presse devaient s’aviser à rédiger un code vestimentaire, cela ressemblerait un peu à à ceci.

1) pas de gougounes qui font flop-flop en été

2) pas de chemises à carreaux en hiver

3) pas de jeans déchirés, du moins, sans que ce ne soit intentionnel

4) pas de casquette des Sharks de San Jose…

L’autre extrême du spectre, c’est la banque UBS, qui a édicté un code vestimentaire à l’intention des employés de ses 300 succursales, révélé le quotidien suisse Le Temps. Un document de 44 pages qui témoigne bien de l’obsession de la propreté et du détail de la Suisse.

Les banquiers sont bien payés. Mais ils doivent bien se tenir, s’il faut se fier à ce code dont voici quelques extraits. Et s’ils ne savent pas comment nouer leur foulard ou leur cravate, il y a des diagrammes élaborés pour le leur montrer.

L’employée «évite absolument de porter des chaussures neuves douloureuses qui vous empêchent d’être à l’aise, prévenante et attentive lorsque vous êtes en contact avec la clientèle». L’employé ne porte que des «chaussures noires à lacets avec semelle en cuir», qu’il «enfile toujours en s’aidant d’un chausse-pied».

Les femmes porteront des dessous de«couleur chair», en gardant à l’esprit que «la micro-fibre est un tissu idéal pour les dessous qui, contrairement au coton, ne fait pas de plis».

L’employée UBS portera bien évidemment un tailleur et un chemisier. «La veste doit rester lisse, même lorsqu’elle est boutonnée, et ne doit pas vous serrer. Les jupes et pantalons doivent (aussi bien en position debout qu’assise) offrir une amplitude suffisante et être capables de se remettre en place tout seuls.»

La longueur de la jupe est d’ailleurs établie scientifiquement. Elle doit tomber «au milieu du genou et peut descendre jusqu’à cinq centimètres en dessous du genou (mesurés à partir du milieu du genou)».

Les hommes ne sont pas exempts de directives vestimentaires. Ils porteront une «tenue professionnelle classique unie de couleur anthracite foncé, noir ou bleu foncé». Ils ne peuvent se teindre les cheveux ni porter la barbe de trois jours.  Ils doivent passer chez le coiffeur à tous les mois. Et «seul le port de chaussettes noires sans motifs est autorisé».

UBS pousse à l’extrême le sens du détail. «Le moment idéal pour se parfumer est directement après avoir pris une douche chaude, lorsque les pores de la peau sont encore ouverts. (…) Évitez de vous reparfurmer pendant la seconde moitié de la journée et d’essayer de nouveaux parfums pendant votre pause déjeuner.»

Fabuleux conseils, non ?

Lire les commentaires (49)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • publicité

  • Calendrier

    décembre 2010
    L Ma Me J V S D
    « nov   jan »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité