Sophie Cousineau

Archive, février 2010

Vendredi 26 février 2010 | Mise en ligne à 10h34 | Commenter Commentaires (99)

Énergie NB : cela s’annonce mal

Photo Ivanoh Demers, La Presse.

Photo Ivanoh Demers, La Presse.

Il y a un dicton qui dit qu’on a qu’une seule chance de faire une bonne impression. Et il semble trouver toute sa pertinence au Nouveau-Brunswick, où le gouvernement reporte la conclusion de la vente des meilleures centrales de production d’Énergie NB à Hydro-Québec.

À l’évidence, même la version remaniée de cette transaction historique de 3,2 milliards de dollars, qui fera d’Hydro-Québec le premier fournisseur d’électricité de gros de la province, passe difficilement.

Le ministre de l’Énergie, Jack Keir, a annoncé la tenue d’audiences publiques d’une durée de 30 jours pour débattre de cette transaction. À ce sujet, lire cet article de la Presse Canadienne.

Fredericton espère susciter un plus grand assentiment de la population, qui a eu une réaction épidermique et à la limite de la xénophobie à l’annonce de la vente d’Énergie NB cet automne.

La conclusion de la transaction serait reportée à la fin mai. Mais, qu’arrivera-t-il si les Néo-Brunswickois restent résolument opposés à cette vente ? Si le courant ne passe toujours pas ? Et cela, alors que les élections générales devraient se tenir dans la province en septembre prochain.

Cela s’annonce mal. Et c’est frustrant pour Hydro-Québec, qui pourrait échapper un précieux accès au marché de l’électricité du nord-est des États-Unis.

Lire les commentaires (99)  |  Commenter cet article






Jeudi 25 février 2010 | Mise en ligne à 13h57 | Commenter Commentaires (39)

Caisse: on se compare, on se désole

Michael Sabia, président de la Caisse de dépôt et placement du Québec, au dévoilement des résultats 2009. Photo Martin Chamberland, La Presse.

Michael Sabia, président de la Caisse de dépôt et placement du Québec, au dévoilement des résultats 2009. Photo Martin Chamberland, La Presse.

«Notre engagement, c’est de travailler sans relâche pour reconstruire et renforcer la Caisse, afin que 2008 devienne non pas un souvenir heureux mais un souvenir lointain.»

C’est ce que Michael Sabia, président et chef de la direction de la Caisse de dépôt et placement du Québec, a déclaré à la toute fin de la conférence de presse tenue ce matin dans l’atrium du quartier général de l’institution financière.

La Caisse a dévoilé ce matin un rendement de 10% pour son année financière 2009, un revirement remarquable comparativement à la chute de 25% encaissée en 2008. Ainsi, son actif net a progressé de 120,0 à 131,6 milliards de dollars.

Un rendement dans les deux chiffres, cela semblait encore inespéré il y a quelques mois, alors que les déposants craignaient un mince rendement de 5% ou de 6%. Mais, c’est quand on se compare qu’on se désole.

La performance de la Caisse est largement inférieure autant à celle des indices de référence qu’à celle des grandes caisses de retraite du pays. La différence est de 410 points centésimaux avec les indices et de 544 points centésimaux avec le rendement médian des grandes caisses canadiennes (un milliard ou plus en actif) mesuré par RBC Dexia.

Dans le monde de l’investissement, c’est colossal. Il est d’ailleurs révélateur que la Caisse n’ait pas situé son rang quartile (4e), comme elle le faisait par les années passées. Pour la deuxième année de suite, la Caisse se trouve  dans la queue du peloton.

Ainsi, la crise financière de 2008 hante toujours la Caisse.

Les prêts immobiliers risqués dans lesquels la Caisse de dépôt s’était aventurée sous Henri-Paul Rousseau expliquent la moitié de cette contre-performance.

Autre facteur important, la crise du PCAA. Elle a immobilisé les liquidités de la Caisse en pleine crise financière, au moment où elle en avait cruellement besoin. C’est ce qui a contraint les gestionnaires de la Caisse à liquider le tiers de leurs actions – le tiers! – à l’automne 2008.

Résultat : la Caisse était sous-pondérée en actions au début de 2009 (22,4% de son actif) compativement au début de 2008 (36,3%). «La Caisse n’a pas pu profiter pleinement du regain des marchés boursiers», a noté Michael Sabia.

Tout cela pour dire que 2008 est encore loin d’être un souvenir distant. Surtout pour les cotisants de la Régie des rentes de retraite, le deuxième déposant de la Caisse qui réfléchit à une possible hausse de ses cotisations. Les Québécois n’ont pas fini de réparer les pots cassés.

Lire les commentaires (39)  |  Commenter cet article






Mercredi 24 février 2010 | Mise en ligne à 13h02 | Commenter Commentaires (17)

Payant de payer le congé de maternité

Photo Magenta

Photo Magenta

Reality check : seule une femme sur cinq qui accouchent reçoit de son employeur un supplément pour combler, en tout ou en partie, l’écart entre son salaire régulier et la prestation d’assurance-emploi durant son congé de maternité. Ce supplément représente 300 dollars par semaine, en moyenne.

Mais, pour les entreprises canadiennes, qui ont collectivement versé 290 millions de dollars en 2008 à leurs salariés en congé de maternité, cette stratégie a été payante, révèlent les données de Statistique Canada.

Pareil supplément est généralement assorti d’une clause qui prévoit que l’employée reste au service de son employeur pour une durée déterminée à son retour de congé. La grande majorité (96%) des femmes qui reçoivent un supplément en plus de leur prestation étaient encore fidèles à leur employeur, 18 mois après la naissance de leur bébé. Cette proportion tombe toutefois à 77% chez les femmes qui ne reçoivent aucun supplément et à 46% chez les mères qui ne touchent aucune prestation durant leur congé de maternité.

Fait à noter, la durée moyenne durant laquelle l’employeur bonifie les prestations de congé de maternité, de 19 semaines en moyenne, n’a pas bougé depuis 2000. Et cela, même si les prestations parentales sont versées pendant 35 semaines depuis 2001, contre 10 semaines auparavant. Bref, les entreprises n’ont pas emboîté le pas au gouvernement.

Reste à voir si la fameuse pénurie de main-d’œuvre qui point à l’horizon – mais qui n’est pas encore vraiment palpable – incitera les employeurs qui ne font rien comme les employeurs qui en font seulement un peu à se montrer plus généreux…

Lire les commentaires (17)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse

    publicité

  • Calendrier

    décembre 2009
    L Ma Me J V S D
    « nov   jan »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité