Stéphane Laporte

Archive de la catégorie ‘Général’

Dimanche 19 juin 2016 | Mise en ligne à 7h34 | Commenter Commentaires (22)

Le silence de mon père

image160619073404

En ce dimanche de la fête des pères, voici une chronique du temps où le mien était toujours là.

Le silence de mon père

Dans quelques minutes, je vais appeler mon père. Ça va sonner. Il va répondre:
“- Oui allô!?
- Bonne fête des pères, Papa!
- Merci beaucoup…
- Est-ce que tu vas bien?
- Pas trop mal, toi?
- Moi ça va bien. Rien de neuf?
- Non juste du vieux. Toi?
- Moi toujours pareil…
- …”

Et là, il va y avoir un silence. Comme si on n’avait plus rien à se dire. Mais c’est pas ça. C’est juste notre façon de se parler. Car entre mon père et moi, il y a toujours eu un silence. Pas de chicane. Pas de gros mots. Pas d’éclats. Juste un silence.
Un silence qui vient de loin…
Un silence qui en dit long…
“…”
Dans le silence de mon père, il y a toute la réserve d’un homme…
Orphelin à 16 ans avec ses 13 frères et soeurs, il a appris très jeune le sens des responsabilités. Et il a pris la vie au sérieux. Trop. Beaucoup trop. En taisant ses audaces. En taisant ses blessures. En les criant silencieusement.
“…”
Dans le silence de mon père, il y a toute la pudeur de l’amour paternel…
Mon père a fait pour moi tout ce qu’un bon père fait pour son enfant. Il a travaillé fort pour bien me nourrir, bien me loger, bien m’habiller. Il s’est sacrifié pour me payer de bonnes études. Il est allé me reconduire partout. Il est venu me chercher. Toujours là. Agissant. Sans dire un mot. Petit parleur, grand faiseur. Mon père m’a montré qu’il m’aimait. Sans jamais vraiment me le dire. C’est mieux que l’inverse. Mais cela a bâtit un mur entre lui et moi. Le mur du silence. Et ça fait que moi aussi j’ai de la misère à lui dire toutes les belles choses que j’aimerais lui dire. Alors j’écris. J’écris sur le mur. J’écris des silences.
“…”
Dans le silence de mon père, il y a tous les vieux souvenirs d’un pôpa et de son gars. Des souvenirs de film muets…
Quand j’étais petit, on regardait le hockey ensemble. Sans dire un mot. Papa sur le divan vert. Moi sur le divan bleu. Quand le Canadien comptait, j’étais seul à crier. Papa ne réagissait pas. Papa ne parlait pas. Le match continuait. En silence. Dans le salon, il n’y avait que la voix de Lecavalier. Et puis au début de la troisième période, enfin, je l’entendais… Je l’entendais ronfler! Mon père n’a jamais été un grand fan de hockey!
Par contre moi si j’aime autant le hockey, c’est peut être à cause des ronflements de mon père. J’avais appris à les traduire. Ces ronrons voulaient dire que mon père était bien avec moi. Comme ceux d’un chat. Un enfant qui sent que son père est bien avec lui, n’a pas besoin d’en savoir plus. Il comprend l’essentiel. Le reste ce n’est que du bruit.
“…”
Dans le silence de mon père, il y a l’héritage qu’un père laisse à son fils…
Mon père m’a légué la force du silence. Une paisible forteresse. Et je l’en remercie. Souvent quand je suis au milieu de gens qui parlent pour ne rien dire, je m’y réfugie. Et j’y suis bien. Et je pense à mon papa…
“…”
Dans le si…
“Veux-tu parler à ta mère?”. Comme d’habitude, mon père brisera son silence avec cette question. Un silence qui aura duré deux secondes. Ou peut-être 73 ans. Ca dépens si on le mesure avec une montre ou avec un coeur.
Et Papa me passera Maman. Et là, il n’y aura plus de silences! Ma mère parle plus que Michel Barrette et Janette Bertrand ensemble! C’est elle qui m’a légué le plaisir de la parole. Le bonheur des mots tout simples.
“T’es gentil d’avoir appelé ton père. Tu ne travailles pas trop j’espère? Sais-tu qui j’ai rencontré hier?”
Assis à coté d’elle, mon père l’écoutera.
Dans quelques minutes, je vais appeler mon père. Ca va sonner. Il va répondre:
“Oui allô!?
- Bonne fête des pères, Papa!
-”…”
Et là, tout de suite, il y aura un énorme silence. Plus tôt que prévu. Et plus long aussi. À cause de cette chronique. Mon père après avoir lu ça, ne saura pas quoi dire. Et moi non plus. Ce n’est pas grave. Ça fait longtemps que lui et moi on sait que le silence ça veut dire je t’aime. Bonne fête à tous les papas!

Lire les commentaires (22)  |  Commenter cet article






Dimanche 12 juin 2016 | Mise en ligne à 11h52 | Commenter Commentaires (21)

Laissez-vous vivre les uns, les autres.

image160612115511

Aimez-vous les uns, les autres, on n’y arrivera pas, c’est évident. C’est au-delà de nos capacités.

Mais peut-on au moins se laisser vivre les uns, les autres ?

Juste ça.

Laissez les autres vivre. Et que les autres nous laissent vivre.

Il faut trouver un remède à la folie des hommes.

Il faut faire quelque chose. C’est pas vrai qu’il n’y a rien à faire.

Aujourd’hui, l’horreur a frappé à Orlando. Elle a frappé ailleurs, hier. Elle frappera ailleurs, demain.

On ne peut que se souhaiter une chose. Ne pas être au mauvais endroit.

C’est pas ça, la vie…

Lire les commentaires (21)  |  Commenter cet article






Vendredi 10 juin 2016 | Mise en ligne à 19h13 | Commenter Commentaires (36)

Les 5 grands

P197204S

Gordie Howe, l’un des plus grands joueurs de hockey de tous les temps, a rendu l’âme aujourd’hui.

Son surnom était Monsieur Hockey, ça veut tout dire.

Il a joué au hockey professionnel de 1946 à 1980. C’est ce qu’on appelle durer.

Il fait partie des 5 grands avec Gretzky, Orr, Richard et Lemieux.

Lequel était le meilleur? Peu importe, votre choix, vous êtes en droit d’y croire.

P199901S

bobbyorr

P196108S

X2006.821.1.1_u

Lire les commentaires (36)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juillet 2016
    L Ma Me J V S D
    « juin    
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives