Stéphane Laporte

Stéphane Laporte - Auteur
  • Stéphane Laporte, collaboration spéciale

    Concepteur, auteur et réalisateur, Stéphane Laporte a collaboré aux succès de plusieurs émissions de télévision qui ont marqué le petit écran par leur qualité et leur originalité.
  • Lire la suite »

    Partage

    Dimanche 19 juin 2016 | Mise en ligne à 7h34 | Commenter Commentaires (23)

    Le silence de mon père

    image160619073404

    En ce dimanche de la fête des pères, voici une chronique du temps où le mien était toujours là.

    Le silence de mon père

    Dans quelques minutes, je vais appeler mon père. Ça va sonner. Il va répondre:
    “- Oui allô!?
    - Bonne fête des pères, Papa!
    - Merci beaucoup…
    - Est-ce que tu vas bien?
    - Pas trop mal, toi?
    - Moi ça va bien. Rien de neuf?
    - Non juste du vieux. Toi?
    - Moi toujours pareil…
    - …”

    Et là, il va y avoir un silence. Comme si on n’avait plus rien à se dire. Mais c’est pas ça. C’est juste notre façon de se parler. Car entre mon père et moi, il y a toujours eu un silence. Pas de chicane. Pas de gros mots. Pas d’éclats. Juste un silence.
    Un silence qui vient de loin…
    Un silence qui en dit long…
    “…”
    Dans le silence de mon père, il y a toute la réserve d’un homme…
    Orphelin à 16 ans avec ses 13 frères et soeurs, il a appris très jeune le sens des responsabilités. Et il a pris la vie au sérieux. Trop. Beaucoup trop. En taisant ses audaces. En taisant ses blessures. En les criant silencieusement.
    “…”
    Dans le silence de mon père, il y a toute la pudeur de l’amour paternel…
    Mon père a fait pour moi tout ce qu’un bon père fait pour son enfant. Il a travaillé fort pour bien me nourrir, bien me loger, bien m’habiller. Il s’est sacrifié pour me payer de bonnes études. Il est allé me reconduire partout. Il est venu me chercher. Toujours là. Agissant. Sans dire un mot. Petit parleur, grand faiseur. Mon père m’a montré qu’il m’aimait. Sans jamais vraiment me le dire. C’est mieux que l’inverse. Mais cela a bâtit un mur entre lui et moi. Le mur du silence. Et ça fait que moi aussi j’ai de la misère à lui dire toutes les belles choses que j’aimerais lui dire. Alors j’écris. J’écris sur le mur. J’écris des silences.
    “…”
    Dans le silence de mon père, il y a tous les vieux souvenirs d’un pôpa et de son gars. Des souvenirs de film muets…
    Quand j’étais petit, on regardait le hockey ensemble. Sans dire un mot. Papa sur le divan vert. Moi sur le divan bleu. Quand le Canadien comptait, j’étais seul à crier. Papa ne réagissait pas. Papa ne parlait pas. Le match continuait. En silence. Dans le salon, il n’y avait que la voix de Lecavalier. Et puis au début de la troisième période, enfin, je l’entendais… Je l’entendais ronfler! Mon père n’a jamais été un grand fan de hockey!
    Par contre moi si j’aime autant le hockey, c’est peut être à cause des ronflements de mon père. J’avais appris à les traduire. Ces ronrons voulaient dire que mon père était bien avec moi. Comme ceux d’un chat. Un enfant qui sent que son père est bien avec lui, n’a pas besoin d’en savoir plus. Il comprend l’essentiel. Le reste ce n’est que du bruit.
    “…”
    Dans le silence de mon père, il y a l’héritage qu’un père laisse à son fils…
    Mon père m’a légué la force du silence. Une paisible forteresse. Et je l’en remercie. Souvent quand je suis au milieu de gens qui parlent pour ne rien dire, je m’y réfugie. Et j’y suis bien. Et je pense à mon papa…
    “…”
    Dans le si…
    “Veux-tu parler à ta mère?”. Comme d’habitude, mon père brisera son silence avec cette question. Un silence qui aura duré deux secondes. Ou peut-être 73 ans. Ca dépens si on le mesure avec une montre ou avec un coeur.
    Et Papa me passera Maman. Et là, il n’y aura plus de silences! Ma mère parle plus que Michel Barrette et Janette Bertrand ensemble! C’est elle qui m’a légué le plaisir de la parole. Le bonheur des mots tout simples.
    “T’es gentil d’avoir appelé ton père. Tu ne travailles pas trop j’espère? Sais-tu qui j’ai rencontré hier?”
    Assis à coté d’elle, mon père l’écoutera.
    Dans quelques minutes, je vais appeler mon père. Ca va sonner. Il va répondre:
    “Oui allô!?
    - Bonne fête des pères, Papa!
    -”…”
    Et là, tout de suite, il y aura un énorme silence. Plus tôt que prévu. Et plus long aussi. À cause de cette chronique. Mon père après avoir lu ça, ne saura pas quoi dire. Et moi non plus. Ce n’est pas grave. Ça fait longtemps que lui et moi on sait que le silence ça veut dire je t’aime. Bonne fête à tous les papas!


    • Tu sais vraiment comment venir me chercher, Stéphane. Merci!

      Michel Beauparlant, Gatineau

    • Tellement un beau texte encore une fois Stéphane Laporte . J’aimerais tellement avoir mon père encore . Il est malheureusement décédé quand j’avais 15 ans . J’aurais plein de choses à lui dire encore . Je sais qu’il m’entend du haut des étoiles et qu’il est bien . Je t’aime papa !

    • Merci Stéphane.
      Mon père est mort
      Son silence me tue.

    • Je suis aujourd’hui sans doute un père 100 fois plus verbo-moteur que le mien ne l’a été mais je sais qu’une des choses essentielles que je souhaite transmettre à mes enfants est le fond avant la forme.

      L’action plutôt que la parole.

      Être bien ensemble sans avoir besoin du babillage incessant.

      Bonne fête des pères,

    • Beau texte……….C’était un peu le propre de cette génération de père et de ceux d’avant de ne pas exprimer leurs sentiments par la parole…mais je suis d’accord avec vous, les actions seront toujours mieux que les paroles sans suite……….

    • Un très bel hommage aux pères souvent ignorés ou malheureusement décédés. Lu sur une stèle au cimetière local:” l’absence est le plus grand des maux”. Bonne fête Papa !

    • On dirait que votre père, tout comme le mien l’était, est de la génération des pères des baby-boomers, de ces hommes pour qui le devoir prévalait sur le droit. Aujourd’hui le droit supplante le devoir et… on voit où ça nos mène.

    • Touchant.Très touchant. Merci. Merci au nom de tous les hommes de cette génération qui ont eu un père qui les a aimé dans le silence.

    • M. Beauparlant a tout dit. Vous êtes venu une fois de plus nous chercher, Stéphane. Je ne vous ai pas entendu parler souvent, mais si vous parlez aussi bien que vous écrivez, vous tenez de vos parents de bien belles choses. Merci de les partager.

    • Vous avez une belle plume, M. Laporte. Et a tous ceux qui ont encore leur papa (mon pere est decede en 1966 alors que j’allais avoir 6 ans) dites-lui combien vous l’aimez et apprecier la chance que vous avez qu’il soit encore la.

    • Votre père ne parle pas beaucoup. C’est ben correct. C’est mieux que de parler pour être négatif, décourageant et chialeux.

    • Pensée aussi, à mon ami public Sylvain Viger, mieux connu sous le sobriquet “Cyberwing” , qui n’a jamais connu son père biologique, il a sûrement dû, trouver ce Dimanche ensoleillé, bien long, triste … ;-(

    • J’aime cet hommage sur le(s) père(s) silencieux.
      Silencieux ET aimant. Silencieux, aimant ET aimé.

      Merci Stéphane

    • Réplique exacte de moi et mon père… le mien non plus n’est plus là…

    • Merci M.Laporte pour ce texte.
      j ai perdu mon père a 15 ans et j ai maintenant 55 et son silence vient encore me chercher.
      Ce que vous raconter sur les matchs de hockey du samedi soir ,je l ai vécu exactement comme vous mais avec mon grand-père: un salut au départ ….silence pendant le match et je partais en douce à la fin du match…en essayant de ne pas le réveiller….doux souvenirs

    • ..@M. Laporte: Vous avez une fort belle manière de faire parler le silence. J’avais un père dont les bonheurs et le contentement étaient silencieux. C’est notre mère qui agissait comme porte parole. Par contre, tempérament Irlandais obligeant, enfin je suppose, ses mécontentements étaient, mettons, plus expressifs.

    • C’est tellement mon père aussi… Au bout d’une minute, il disait toujours: je te passe ta mère et là bien assis à côté d’elle, je l’entendais commenter ce qu’elle me disait et lui demander de me poser telle ou telle question. Pourquoi papa tu ne me le disais pas direct?

    • Moi mon père est toujours vivant 85y et tout son dentier. Lui ses silences étaient calculés. Cool . Merci papa … Je taime!

    • Bonjour Stéphane
      Mon père qui est décédé maintenant était comme le tien silencieux. Ton article m’a beaucoup émue. Lui aussi a perdu sa maman à l’age de 3 ans . Merci de m’avoir fait revivre en mémoire des moments avec mon père !

    • Ce mot me rappelle ton père… Je l’ai soigné à l’Hotel-Dieu de Montréal avec que l’on devienne un super CHUM où on n’a plus le temps de prendre du temps avec nos patients. À l’Hotel-Dieu… On pouvait le faire et s’est tellement vrai que les conversations avec ton père était remplis de silence mais de silence rempli de complicité. Ton père était malade, souvent à bout de souffle mais il était très attachant. Je garde un beau souvenir de nos conversations silencieuse. Salut monsieur Laporte !

    • … le silence des aïeux …

    • Stéphane, pourquoi il n’y a pas de blogue sur l’économie et la politique du Québec?
      Il y a 5 blogueurs blogueuse sur les potinages du quotidien, 1 sur la politique et l’économie et affaires sociale sur les Etats-Unis, mais aucun sur le Quebec. C’est très bizarre car c’est l’essence de la société qui est obstruée et non discutée par rapport à une offre à plein de blogue sur les potins, le sport, etc… (C’est quoi ca???)

    • @saila Il y en a eu mais les gens assignés à ces blogues n’avaient pas les habiletés pour gérer un blogue et les interactions particulières qui en découlent.

      Ça me semble clair que le concept des blogues sur ce site est à l’abandon , plusieurs furent fermés dans les dernières années ou sont maintenus avec le strict minimum syndical. On n’a qu’à constater que ce présent blogue nous a offert à peine 10 entrées depuis septembre 2015 !

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juin 2016
    L Ma Me J V S D
    « fév   sept »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives