Stéphane Laporte

Archive, novembre 2013

Samedi 30 novembre 2013 | Mise en ligne à 16h54 | Commenter Commentaires (138)

Adonis Stevenson: se battre contre son passé

1356905656652_ORIGINAL

Adonis Stevenson défend, ce soir, son titre de champion du monde contre Tony Bellew, au Colisée de Québec.

Sa vie est un film. Très bien raconté par Caroline Touzin, cette semaine, dans La Presse +.

À 4 ans, il voit un homme se faire assassiner devant lui.

À 14 ans, il quitte la maison familiale.

À 20 ans, il est dans une gang de rue et gère une agence d’escortes. Les filles sont battues à répétition.

Il est condamné à 4 ans prison.

Sa peine purgée, il décide de prendre le droit chemin de la boxe professionnelle et devient champion du monde.

Le film finirait là.

Mais la vie n’est pas un film.

Il n’y a pas seulement un personnage principal. Il n’y a pas seulement une histoire. Il y en a des milliards.

Cette semaine, Roxanne a raconté la sienne.

Roxanne était une des prostituées travaillant pour le gang de rue d’Adonis.

C’est elle qu’Adonis battait.

C’est elle qui a tout déballé à la police.

C’est elle qui a envoyé Adonis en prison.

Ce soir, elle souhaite qu’Adonis se fasse planter. Qu’il en mange une sévère. Pour venger toutes les corrections qu’Adonis lui a infligées.

Le champion du monde que Québec va acclamer est un ancien batteur de femme.

Réhabilité, c’est le mot clef. Réhabilité.

Adonis aura beau gagner tous ses combats, il y a un adversaire qu’il ne pourra jamais knocker: son passé.

Les victoires contre le passé s’obtiennent seulement par décision.

La décision des gens qui veulent bien tourner la page.

D’autres décideront que ça ne s’oublie pas. Et penseront à Roxanne, ce soir durant le combat.

À vous de juger. Ou pas.

Lire les commentaires (138)  |  Commenter cet article






Dimanche 17 novembre 2013 | Mise en ligne à 16h00 | Commenter Commentaires (220)

Regardez de quoi a l’air GSP

BZScOWhCYAAWsQW

Voici de quoi avait l’air Georges St-Pierre, hier soir, après sa victoire.

C’était sa journée d’ouvrage normal. Son opposant n’a rien fait d’illégal. Ce visage est le résultat de coups permis dans son sport.

Les gens ont payé pour voir deux hommes se sacrer une volée.

Comme on peut s’en sacrer, dans un bar, à 3H du matin.

GSP et Hendricks se sont agressés.

Et le monde a apprécié.

La violence devrait-elle encore faire partie de nos valeurs en 2013?

Je me sens mal quand je regarde cette photo. Et vous ?

Un homme doit-il vraiment endurer ça pour nous divertir ? Bien sûr, il fait des millions. Mais est-ce une raison ?

Lire les commentaires (220)  |  Commenter cet article






Samedi 16 novembre 2013 | Mise en ligne à 15h34 | Commenter Commentaires (32)

Le moment où j’ai appris la mort de JFK

john-kennedy

Il pleut au lac des Français. Mon cousin Martin et moi, on est assis par terre, dans un coin du chalet. On regarde un livre. C’est la vie du président Kennedy illustrée pour les enfants. Les grands sont trop occupés pour nous le lire, alors je fais la lecture à mon cousin. Je viens de terminer ma première année. On en a pour la journée!

À la première page, il y a un dessin d’un gamin en train de jouer au football. Je balbutie le texte en dessous: «Le petit John, que tous ses amis appellent Jack, aime beaucoup le sport même s’il a une grave maladie au dos.»

On tourne la page. On voit John, un peu plus vieux, un chapeau carré à pompon sur la tête: «John est très bon à l’école et il obtient son diplôme de la fameuse université Harvard.»

À droite, il y a un dessin d’un homme qui nage en traînant quelqu’un sur son dos. Au loin, il y a un bateau qui coule: «Durant la guerre, John est lieutenant dans la marine. Son patrouilleur, le PT109 est coulé par un destroyer japonais. John sauve la vie d’un membre de l’équipage en le traînant sur son dos jusqu’à la rive.»

Wow! Martin et moi, on se regarde. John est notre héros. Quel courage! En plus, il avait mal au dos! On tourne la page. On le voit recevoir une médaille. Puis faire un discours devant plein de gens qui crient «Jack! Jack! Jack!» «John entreprend une carrière politique en se faisant élire à la Chambre des représentants.»

Tourne la page. Il y a une grande église avec une belle mariée devant qui tient le bras de John: «John épouse la belle Jacqueline Bouvier.» C’est vrai qu’elle est belle. «Ensemble, ils ont quatre enfants.» On voit John jouer au ballon avec eux. Puis il y a un dessin d’un gros macaron sur lequel il est écrit «Vote for JFK»: «John devient le candidat démocrate aux élections américaines.»

Et là, il y a une grande illustration sur deux pages avec plein de ballons qui tombent, plein de gens contents et John, les bras dans les airs, avec sa femme à côté de lui. «Le 8 novembre 1960, John est élu président des États-Unis.»

Re-wow! Président des États-Unis! On a beau être petits, on sait que c’est big. Tourne la page. On voit un Blanc donner la main à un Noir sous l’oeil amical du président: «John voit à ce que tous les Américains soient traités également.» Puis il y a un dessin de Kennedy qui montre la Lune. «John promet qu’un homme marchera sur la Lune avant la fin de la décennie.» Marcher sur la Lune comme Tintin, mais pour vrai! Nous sommes subjugués. Je dis à mon cousin: «John, il est encore plus fort que Batman!» C’est l’ultime compliment.

Puis il y a un dessin de John assis dans une chaise berçante, la tête penchée:

«Son dos le fait souffrir de plus en plus, mais il n’en parle jamais.» C’est décidé, jamais plus je me plaindrai, moi non plus. Page suivante, on voit le président parler à des milliers de gens devant un gros monument: «John va partout dans le monde transmettre son message de paix.»

C’est le plus beau livre qu’on ait jamais lu. Avec le plus beau des héros. On tourne la page. On n’aurait pas dû. Il y a un dessin de John grimaçant dans une voiture: «Le 22 novembre 1963, John est assassiné à Dallas.»

Martin et moi, on se met à pleurer fort. Très fort. On est sous le choc. Dernière page: un cercueil sur lequel est posé le drapeau américain. «Toute l’Amérique est en deuil de son plus grand président.» Ça finit comme ça. Triste comme ça. Ça ne se peut pas! John ne ressuscite pas comme Jésus. Ou comme Superman. Le Petit Chaperon rouge ne sort pas du ventre du loup après avoir été mangé. Jackie et John ne vivront pas heureux jusqu’à la fin des temps.

Martin et moi sommes inconsolables. C’est le premier conte de fées qu’on lit qui finit mal. On n’était pas prêts à ça. Nos mères viennent à notre rescousse:

«Pourquoi pleurez-vous, les gars? Qui a fait mal à qui?

- Personne! John est mort! John est mort!»

John est mort?! Ça va faire quatre ans, mais pour nous, c’est comme si ça venait de se produire. Ma mère essaie tout pour que j’arrête de pleurer. Me donner du dessert avant le dîner. Me proposer d’aller au cinéma. Me donner la permission de me coucher plus tard. Rien n’y fait. Je reste en sanglots. Elle réussit finalement à calmer ma peine en disant:

«Dans les vraies histoires, tout le monde meurt, même le héros. Mais un jour, un autre héros arrive pour continuer ce qu’il a fait. C’est pour ça qu’il y a des enfants, pour remplacer les héros disparus.

- Ça veut dire que l’histoire de John n’est pas vraiment finie?

- C’est ça. L’histoire de John va inspirer l’histoire de quelqu’un d’autre.

- Martin! Martin! Arrête de pleurer! L’histoire est pas encore finie!»

Ça fait plus de 40 ans. Plus de 40 ans qu’on attend la suite de notre histoire. Martin au ciel et moi en bas.

Il aura fallu un enfant qui avait le même âge que nous. Un enfant différent. Tellement différent que jamais on n’aurait cru qu’il pouvait devenir président. Mais il a réussi parce qu’il avait l’étoffe d’un héros.

On est au milieu de son conte de fées à lui. On a vu le dessin de son père au Kenya, on a vu le petit Barack naître à Hawaii, on l’a vu jouer au basket, on l’a vu étudier à Harvard, aider les gens à Chicago, épouser sa belle Michelle et devenir président des États-Unis, un soir, dans un grand parc.

Les prochaines pages seront-elles aussi belles? Aussi magiques? On ne peut que l’espérer. Et souhaiter qu’elles ne seront jamais aussi tragiques que celles du héros avant lui. Ou devrais-je dire des héros avant lui? Abraham Lincoln, John Kennedy, Martin Luther King…

Une chose est sûre, son conte de fées ne finira pas, car il a déjà inspiré plein d’enfants. Et l’un d’eux, dans 30 ans ou dans 50 ans, sera le prochain héros ou la prochaine héroïne de tous les enfants en manque d’idéal.

BZOxruHCYAAf1jp

Lire les commentaires (32)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    novembre 2013
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archives