Stéphane Laporte

Stéphane Laporte - Auteur
  • Stéphane Laporte, collaboration spéciale

    Concepteur, auteur et réalisateur, Stéphane Laporte a collaboré aux succès de plusieurs émissions de télévision qui ont marqué le petit écran par leur qualité et leur originalité.
  • Lire la suite »

    Partage

    Dimanche 30 juin 2013 | Mise en ligne à 15h04 | Commenter Commentaires (15)

    Histoire de repêchage

    image130630150613

    Le repêchage d’entrée de la LNH, qui n’est pas sans faire penser à un marché d’esclaves, mais des esclaves payés des millions, existe depuis 1963. Le tout premier choix fut Gary Monahan repêché par le Canadien, un joueur très moyen qui a plus joué à Détroit qu’à Montréal.

    D’ailleurs tous les premiers choix des années 60 furent très ordinaires: Claude Gauthier, André Veilleux, Barry Gibbs (pas le Bee Gees), Rick Pagnuti, Michel Plasse et Réjean Houle.

    C’est à partir des années 70 que le repêchage devient l’instrument le plus important pour se bâtir une équipe championne. En 1970, Gilbert Perreault prend le chemin de Buffalo. Il y jouera toute sa carrière. Puis en 1971, le meilleur choix de l’histoire du Canadien: Guy Lafleur.

    Un coup de génie réalisé par le légendaire Sam Pollock, qui avait obtenu ce choix des Seals Oakland. Pour être certain que les Seals finissent derniers,  et ainsi que leur choix soit le premier, il échangea de bons vétérans aux Kings pour que ceux-ci terminent devant Oakland.

    Guy Lafleur en valait la peine !

    Espérons que Bergevin a du Pollock dans le nez.


    • A l’époque, le Canadien avait le droit de choisir en premier , le premier choix au repêchage d’un joueur du Québec, le CH avait le choix entre Marcel Dionne ou Guy Lafleur, ils ont choisit Lafleur et Dionne est partie a Los Angeles. Ça doit bien être la dernière fois que le CH a eu la main heureuse avec son premier choix de 1ere ronde parce qu’ensuite, ça s’est gâter, ils ont pas repêcher Mike Bossy, alors qu’ils auraient pu, z’ont pas repêcher Denis Savard non plus. Qu’est-ce qui arrive avec Louis Leblanc ?

    • Je crois que Gilbert Dionne aurait aussi fait la job.

    • .
      Votre espoir sera déçu car je suis convaincu que Bergevin n’a pas le flair ni l’influence que Pollock avait.
      Je lève mon chapeau pour ceux qui ont choisi Gallagher et Galchenyuk.

    • @teddybear

      Ce “privilège culturel” dont vous parlez s’est terminé en 1969 avec la sélection de Réjean Houle et Marc Tardif. Sinon, vous vous doutez bien que le Canadien aurait repêché Gilbert Perreault en 1970!

      Pas d’accord avec Stéphane Laporte au sujet de Réjean Houle. Il a été très utile au Canadien, notamment lors des séries éliminatoires de 1971 mais aussi après son retour des Nordiques (particulièrement bon lors des séries de 1979).

      J’ai eu la chance de discuter avec Claude Gauthier, quelqu’un de très sympathique. Avec les Éperviers de Sorel de la Ligue Junior du Québec (elle deviendra “Majeure” une couple d’années plus tard), il avait marqué 5 buts lors d’un match éliminatoire contre les Canadiens de Thetford Mines qui comptaient alors dans leurs rangs Réjean Houle, Marc Tardif et Gilbert Perreault. Chapeau!

    • @teddybear…

      Marcel Dionne a été repêché et a joué ses premières(4 ou 5) saisons à Detroit avant d’être échangé à L-A

    • C’est le bon vieux temps… Asteur on repeche des MacCarré qui vont flipper des burger chez McDone d’ici 10 ans!

    • Toutes bonnes histoire de repechage finissent autour d’un ” ver”

    • Guy Lafleur le torse à l’air… c’est au poil! :-) Une autre époque aussi.

      J’imagine P.K. se présentant ainsi au DG. Le scandale médème Chose. Le scandale!

    • Cette photo de Flower et Sam Pollock décrit en un clin d’oeil toute l’atmosphère des 70’s.

      Peace and Love.

    • T’es pas mal chiche mon ti-pois ! :-)

    • @ montrealaise

      Je crois que cette photo fut prise dans la chambre des joueurs, ce qui
      expliquerait la tenue vestimentaire de Lafleur

    • Marcel Dionne a commence sa carriere a Detroit, puis a signé avec les Kings comme agent libre. À cette époque, il fallait donner des joueurs en compensation lorsqu’on signait un agent libre, alors Terry Harper et Dan Maloney sont partis à Détroit.

    • @kakousse
      «Votre espoir sera déçu car je suis convaincu que Bergevin n’a pas le flair ni l’influence que Pollock avait.».
      J’ai bien hâte de voir sur quelle base vous allez comparer Sam Pollock (1963 – 1978) et Marc Bergevin (2012-…)! Parce que avec ce que j’ai vu ce weekend, je trouve que Bergevin ne s’est pas trop mal débrouillé (c’est un euphémisme).
      GTremblay
      Montréal

    • @ jutamat

      Hahahaha c’est bien trop vrai :-)

      C’est une serviette qu’il a autour du cou. Je pensais que sa chemise était ouverte jusqu’au nombril comme c’était la mode dans les années 70.

    • Bon, Laporte qui nous revient avec les fumeux de cigares du canadian establishment du forum…

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    février 2008
    L Ma Me J V S D
    « jan   mar »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    2526272829  
  • Archives

  • publicité