Stéphane Laporte

Stéphane Laporte - Auteur
  • Stéphane Laporte, collaboration spéciale

    Concepteur, auteur et réalisateur, Stéphane Laporte a collaboré aux succès de plusieurs émissions de télévision qui ont marqué le petit écran par leur qualité et leur originalité.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 22 avril 2013 | Mise en ligne à 8h40 | Commenter Commentaires (49)

    Comme un film de Tarantino

    676873-police-demande-habitants-watertown-pres

    2 bombes à l’arrivée du marathon.

    Puis le départ de la course aux coupables.

    9000 policiers, une ville fermée, les citoyens retenus chez eux.

    Des centaines de coup de fusil.

    Un suspect mort, l’autre grièvement blessé.

    Qui répond, sur son lit d’hôpital, à la police par écrit.

    La vie est-elle en train de devenir un film de Tarantino ?

    C’est épeurant.


    • Oui.

      Mais comme le disait un invité à TLMP hier soir, c’est épeurant tous les jours en Irak, en Syrie. L’oublie-t-on ?

    • Puisque 24/24 hres., les médias doivent pouvoir connaître les questions qui sont posées au suspect No 2 et aussi les réponses car les gens croiront que c’est au menu du petit déjeuner qu’il répond….jus orange ou pamplemousse….toast avec beurre de peanut….ou céréale.
      C’est épeurant???? Oui encore le FBI qui a causé avec Tamarlan et n’a pas fait le suivi et par chance le citoyen qui vérifie le bateau parce que les autorités comme on se plaît à les nommer
      avait autoriser les gens à sortir avant la capture du suspect…..ça c’est épeurant.

    • “C’est épeurant.”

      Heu… C’est le but de l’exercice!!

      C’est la raison pour laquelle on appelle ça un acte terroriste…

    • Ça ressemble davantage à un film de Michael Bay.

    • La comparaison des évènements de Boston avec un film de Tarantino est très faible. La plupart de ses films sont presque intimistes, même s’ils s’inscrivent dans le cas d’Inglourious Basterds dans un contexte qui se veut historique et international. De plus, Tarantino est sévèrement limité quand vient le temps de faire preuve de nuances ou d’adopter un ton mature, du moins depuis les deux Kill Bill.

      Ce que je trouve réellement épeurant dans le cas des évènements de Boston, au-delà de l’évidente absurdité et cruauté du geste présumément posé par les deux frères, c’est la suspension sans précédent par l’État des droits civils et des activités quotidiennes dans une grande métropole pour un prétexte qui ne justifie pas tout. Les policiers qui ordonnent aux gens de rester chez eux et qui conduisent des recherches dans les demeures sans mandat, les médias qui retransmettent la peur, l’anxiété, la panique et les ordres de l’État sans bémols tout en jetant en second plan la tragédie plus meurtrière et dévastatrice de West, Texas, possiblement causé par la négligence de ses patrons à la recherche de profits aux dépens de la sécurité de ses employés et de la communauté qui l’abrite. Sans parler de la suspension des droits fondamentaux du présumé terroriste. Cela ressemble beaucoup à un exercise pour l’application par l’État d’une loi martiale aux dépens de la démocratie et des intérêts de sa population. Et visiblement, le gouvernement canadien, et d’autres sans doute, salivent déjà sur ces nouveaux “outils” qui seront bientôt à leur disposition: http://www.lapresse.ca/actualites/quebec-canada/politique-canadienne/201304/21/01-4643049-securite-il-faut-tirer-des-lecons-de-boston-dit-toews.php

    • Monsieur Laporte, vous venez de vous surpasser. Ce trait d’esprit illustre parfaitement l’ensemble de votre oeuvre, tant en contenant qu’en contenu. Tout y est : le style, le fond, l’intention, le format. C’est l’épitome de Laporte. Faudra penser à l’encadrer; j’en suis encore tout secoué.

    • Vous n’avez pas vu beaucoup de films de Tarantino, n’est-ce pas?

    • Stéphane, change le réalisateur dans ton titre, fadrais me trouver UN film qui t’as fait penser à lui. Moi je vois pas.

    • Comment? Tarantino? Qu’est-ce que Tarantino a à voir là-dedans? Est-ce que vous avez utilisé son nom uniquement parce que pour vous il est synonyme de violence ou est-ce parce que vous pensiez à une scène particulière dans un de ses films? Dans les deux cas, je crois qu’il vous faudrait revoir son oeuvre car il n’y a rien, il me semble, qui puisse s’apparenter de près ou de loin à l’événement auquel vous faites référence. Vous auriez évoqué Podz et 19-2, ça aurait pu faire sens, mais Tarantino… De plus, rassurez-vous, il ne s’agit pas de la vie mais d’un événement particulier, troublant certes (mettons), qui ne risque pas de venir bouleverser outre mesure le cours de votre existence. Vous pouvez sans crainte abandonner tout projet de construction de bunker (et, tant qu’à se référer au cinéma, je ne saurais trop vous conseiller un excellent film qui vous a peut-être échappé ces dernières années: Take Shelter).

    • Éditeur: ”Stéphane, fais-moi 8 parragraphes sur Boston.”

      (silence)

      Éditeur: ”Stéphane?”

      Laporte: ”Fini!”

      je sais c’est juste un blogue, mais quand même.

    • Diablement épeurant… d’autant plus l’inévitable additionnelle levée de bouclier, les armuriers et autres chantres de la sécurité doivent jubiler, les points de contrôles ne feront que pousser, la méfiance et l’insécurité entrerons de plein pied avec insistance, tels des punks sur le party dans une salle champêtre de danse sociale dominicale dans une maison de soin de longue durée. Le monde est déjà diablement insécurisant… il ne le sera que plus. Ça va être très difficile de renverser la vapeur voir impossible… Jours sombres, et très sombres droit devant… des tas de décombres…. les Hommes tomberont en nombre. Très triste humanité.

    • Il y a de l’humour, dans les films de Tarantino; je n’en vois pas dans votre description des évènements.

    • Comme j’ai dit précédemment sur un autre blog de cyberpresse, plutôt un mauvais film de Michael Bay. Aucune mesure dans la démesure.

    • Qui sème le vent récolte la tempête….

      DDB

    • Je dirais plutôt que la vie est en train de devenir un livre de George Orwell. Merci aux journalistes qui refusent maintenant de faire leur travail. http://allainjules.com/2013/04/22/boston-attentat-comment-faire-disparaitre-les-faits-derriere-les-mots/

    • Si Tarantino avait réalisé Die Hard, peut-être. Mais vous vous trompez de réalisateur.

    • Et ça vous rappelle quel film de Tarantino exactement?

      C’est bien ce que je pensais.

      Ceux qui n’ont jamais vu aucun de ses films mais qui ont entendu dire qu’ils étaient violents font souvent ce rapprochement… toute forme de violence au cinéma = Tarantino. Allez vous en louer quelques uns parmi ses classiques, et si vous y voyez un attentat terroriste suivi d’une chasse à l’homme, vous me ferez signe.

      Pour ce qui est de trouver un équivalent cinématographique semblable aux événements de la semaine dernière, j’opterais pour The Siege (Edward Zwick, 1998), un film dont les événements fictifs ont aussi souvent été comparés au 11 septembre, mais qui selon moi colle beaucoup plus à ce qui est arrivé la semaine dernière. On y voit notamment les autorités décider de faire appel à l’armée pour boucler la ville et patrouiller les rues. Pas mal pour un film qui est sorti 3 ans avant que la société américaine ne se sente particulièrement visée par le terrorisme international.

    • Et petit à petit, lentement comme la grenouille dans le bain d’eau tiède qui se réchauffe, ces évènements donnent prétexte à la perte de nos libertés civiles. L’humoriste George Carlin en avait fait un monologue sur la sécurité débile des aéroports, et vers quoi les gouvernements tendent au nom nom de la sécurité.
      M.Leduc

    • Tarentino c’est de la fiction on sait commença va finir,les vrais attentats sont commis par de vrai jeunes à qui on a laver le cerveau pendant des années,on ne nait pas terroriste on le devient près des années à se faire dire que le monde est mauvais on leur implante la valeur de la cause (sic) et après on les envoient au massacre,en leur faisant croire une fable comme quoi au paradis ils seront des héros si jamais ils ont le bon goût de mourir,je crois surtout que c’est pour empêcher ces pauvres diable crédules de révéler une autre maillons de la chaine,faudrait surtout pas remonter la filière,on est quand même pas assez idiots pour croire que les deux frères sont les seuls impliqués.

    • Quentin Tarantino n’aurait jamais écrit un film aussi hollywoodien ! Soignez vos références ! On parle beaucoup plus d’un film de Michael Bay ici !

    • Ça ressemble certainement au scénario d’un film d’action. Mais au scénario d’un film de Tarantino? Pas sûr de celle là…

    • les attentats de Boston ont autant de similitude avec un film de Tarantino que le 11 septembre en a avec Quand Harry rencontre Sally

    • Désolé mais moi aussi va falloir qu’on me l’explique le rapport avec Tarantino…

    • Pour faire plus court: s’il faut faire un parallèle entre les évènements de Boston et un film, il faudrait regarder du côté de Four Lions de Chris Morris (2010):
      http://en.wikipedia.org/wiki/Four_Lions

    • Ca me fait penser plus au film The siege avec Bruce Willis et Denzel Washington ou Arlington road avec Jeff Bridges.

    • @cfaucher: Wow, c’est vrai. D’autant plus que Four Lions tournait autour du marathon de Londres. Étrange coïncidence.

    • Désolé Stepahne, on dirait que vous faites expres pour qu’on vous tombe su’a tomate. Non seulement votre billet est encore une fois insignifiant, il n’a pas rapport.

      Vous n’avez jamais vu de film de Tarantino. PCQ ca ZÉRO rapport avec ce qu’on a vu a Boston.

      Michael Bay, Michael Mann j’dis pas, mais la Tarantino c’est dans le champ pas a peu près….

    • Selon moi, le film qui se rapproche le plus des événements de Boston, est le film de l’américain Ted Kotcheff sorti en 1982 qui a pour Titre “First Blood”. On avait donné le titre de “John Rambo” pour la version française.

      Rambo est ce super soldat d’élite désenchanté de la réception des américains lors de son retour de la guerre du Vietnam. Personne ne veut dans sa ville ce soldat assez “dérangé”, trop longtemps soumis au stress de la guerre. Un bon jour, Rambo se fait expulsé hors d’une ville de montagne dans l’ouest américain. Rambo ne le prend pas et à lui seul, met la ville à feu et à sang en se servant de tout ce qu’il a appris à la guerre.

      Le parallèle avec Boston est le suivant : Les deux Tchétchènes arrivés comme immigrants aux États-Unis ne se sentent pas les bienvenus, surtout le plus âgé des deux. Ce dernier a fait un séjour de six mois l’an dernier en Tchétchénie (province de Russie). Il a sans doute reçu un super entrainement pour la guérilla urbaine (comme Rambo). Il ne faut pas oublier qu’un général russe a déjà proclamé les soldats tchétchènes comme les meilleurs soldats de Russie. Un seul tchétchène vaut une centaine de soldats russes disait-il.

      À son retour à Boston l’an dernier, il s’est vu transformé par sa religion et aussi sa rancoeur envers ce pays d’accueil. Il a embrigadé son jeune frère dans son délire et ils ont tenu à eux seuls, la ville de Boston et ses environs dans la peur durant quatre jours contre pas moins de 9000 soldats équipés de chars d’assaut et d’hélicoptères spécialisés.

      Pour revenir à Rambo, ce dernier a combattu seul plus de 4000 soldats et policiers. Le seul qui a pu lui faire entendre raison fut son supérieur, colonel au Vietnam.

      “Rambo” , film très violent, n’a pas été revu souvent à la télévision.

      L. Boivin,
      Longueuil

    • Le spectacle ne remplacera pas l’intelligence.
      Avant 2001, il n’y avait pas d’agent américain parlant le pashtoune, ils n’ont rien vu venir. Ils ont fait une grosse démonstration de force qui a coûté un demi-million en vies humaines et le bilan augmente quotidiennement (55 morts en un jour, plus qu’à Boston).
      Il semble qu’ils aient encore manqué d’intelligence, d’où le spectacle, plus économe cette fois.

    • Le FBI était connecté avec le plus vieux des 2 suspects depuis au moins 1 an !!!

    • Un gros exercice pour la loi martiale à venir aux USA suite à l’implosion financière planifiée qui approche …

    • @ Muad`Did

      Laporte: Euuu… Phrase ou paragraphe… Avec verbe… Euuu…

      Bien vu Atréide…

    • @kirkpitaine et PaulAtreides
      Merci, rien à ajouter… Sinon que la culture cinématographique de monsieur Laporte semble sommaire.

    • Vous jouissez d’une telle tribune (un blog à La Presse n’est pas rien), et tout ce que vous avez à écrire sur cette terrible nouvelle sont ces huit paragraphes télégraphiques? Vraiment? (Vous insultez magistralement l’intelligence des lecteurs de La Presse.)

    • Amalgamer le cinéma de Tarantino avec la catastrophe de Boston, êtes-vous sérieux? Quand votre contrat avec La Presse sera-t-il (dé)échu?

    • Pulp Reality.

      Gordon Sawyer
      Montréal

    • Encore une fois Stéphane Laporte se met le doigt dans l’œil jusqu’au cerveau. Un film de Tarantino aurait plutôt été dans le genre “deux marathoniens ayant des liens avec la pègre locale se retrouvent dans un café peu fréquenté de Boston et ont une conversation tout ce qu’il y a de plus banal et inutile durant deux heures et à la fin un des deux hommes sort un Desert Eagle et fait exploser la tête de l’autre”.

      J’ai comme l’impression que M. Laporte va aller se louer un Tarantino bientôt, juste par curiosité.

    • Des fois je me dis que vous auto-troller votre propre blogue.

    • Attentats à Boston. Réaction de S. Laporte: “C’est épeurant”. Réaction de M-C Lortie: “J’comprend rien”
      Merci à La Presse pour ces réflexions profondes. Vos collaborateurs se surpassent !

    • Si c’était un film de QT, les deux frères se seraient entre-tués, fort probablement au terme d’une discussion si insignifiante qu’il y en aurait eu pour crier au génie.

    • @agaguk40

      Il parait qu’il faut maintenant avoir l’application La Presse + si on veut lire du contenu intelligent.

      @sryup

      Enfin quelqu’un qui perçoit de manière réaliste le procédé cinématographique récurent de Tarantino, même si ça ressemble pas mal à ma description de 20h50.

    • J’aimerais bien avoir votre cachet pour écrire 64 mots qui résume un évenement, déplorable, avec en bonus une référence aussi insignifiante.

    • Tant qu’à faire dans l’incongru, pourquoi pas une référence plus locale… par exemple «Comme la guerre des tuques»? Après tout, il y a le mot «guerre» dans le titre, il faut que ça soit violent!

      SVP, la prochaine fois, vérifiez avec vos collègues du cahier Cinéma avant de lancer des références que vous ne connaissez pas.

      Et pour revenir sur votre conclusion : comme d’autres l’ont mentionné, la peur est effectivement le but recherché, à la fois par les auteurs de l’attentat et les journalistes qui sautent sur l’occasion sans prendre le temps de réfléchir (et aussi un peu par les instances dirigeantes qui veulent profiter du climat d’urgence pour bâillonner l’opposition). Il faut donc garder la tête froide et user de lucidité plutôt que de succomber trop facilement aux émotions.

      Avant de quitter, je vous invite à lire ce texte de Patton Oswalt, un humoriste américain qui s’est toujours débattu contre sa dépression naturelle et qui nous rappelle une leçon importante dans ce billet : https://www.facebook.com/pattonoswalt/posts/10151440800582655

    • Oh! la la… je ne puis m’empêcher en lisant les commentaires de penser à deux trucs… un de Freud… que parfois un cigare n’est qu’un cigare et à cet autre de Ionesco : Souvent entres les pattes du prêtre l’on s’empêtre… Beaucoup de fiel inutile pour quelques mots… pas nécessairement mal à propos… tout simples, qui ne font probablement que traduire un état d’âme et d’esprit sans plus… En tout cas c’est véritablement pas jojo tout ça… fort inquiétant effectivement et sommes toutes rudement déprimant. J’ai pour ma part, souvent, l’impression d’etre au coeur d’un roman dystopien… bien loin des jardins de l’éden… alors que tout ici sur cette terre permettrait de le faire… si on arrêtais un tant soi peu de se chercher noise pour faire l’une ou l’autre stérile gueguerre. Cherchions ce qui nous unis au lieu de ce qui nous dissocie. Nous sommes à la croisée, cinématographiquement, de Zardoz, 1984, Dune ( lucide Frank Herbert ) et The quiet earth ( elle le sera bien sans nous ) . Ça manque sincèrement d’idéaux… au delà des mots ( maux) .

    • .
      Les autorités américaines avaient 2 objectifs dans les moyens mis en oeuvre à Boston.
      1) Attraper Tsarnaev
      2) Montrer à la planète que tout es mis en oeuvre et qu’il n’y a aucun obstacle dans le cas du terrorisme (argent, fonctionnement de la société, entraide entre corps policiers, lois, …) …. et ce, même quand tu es à l’hôpital dans un état critique.

      La différence avec les films, …. c’est l’entraide entre les corps policiers !

    • “Attentats à Boston. Réaction de S. Laporte: “C’est épeurant”. Réaction de M-C Lortie: “J’comprend rien”
      Merci à La Presse pour ces réflexions profondes. Vos collaborateurs se surpassent !”

      @ agaguk ~

      Faut bien se mettre au diapason de la clientèle …!!

    • @jaylowblow
      En effet je n’avais pas vu votre message avant de soumettre le mien.
      Il ne manque que les références à des films de série B obscures et voilà, nous avons un Tarantino.

    • La CIA est derrière la plupart des coups terroristes dans le monde.
      Recherchez:
      Ted Gunderson Former FBI Chief – Most Terror Attacks Are Committed By Our …

    • @sryup

      Exactement! Sans oublier la structure en chapitre du genre “conversation inutile #1 suivie d’un meurtre, conversation inutile #2 suivie d’un autre meurtre et ainsi de suite jusqu’à ce que le producteur vienne mettre fin à l’entêtement de Tarantino à tous vouloir garder au montage.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    avril 2013
    L Ma Me J V S D
    « mar   mai »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité