Stéphane Laporte

Archive, octobre 2011

Samedi 29 octobre 2011 | Mise en ligne à 12h53 | Commenter Commentaires (56)

L’Halloween, la fête universelle

Le grand Lapin, c'est Zdeno Chara. Espérons qu'il sera habillé ainsi, ce soir.

Le grand Lapin, c'est Zdeno Chara. Espérons qu'il sera habillé ainsi, ce soir.

Comme un voisin refilant ses vieux bonbons, permettez-moi, en ce week-end de l’Halloween, de vous servir à nouveau une chronique publiée il y a 4 ans mais qui me semble toujours à propos…

C’est l’Halloween, la fête la plus épeurante de l’année, et paradoxalement, celle qui fait le moins peur. En ces temps d’accommodements raisonnables, l’Halloween ne frustre personne. N’enrage personne. Aucune religion ne la revendique. Aucune religion ne la conteste. Jésus n’a pas fait la multiplication des bonbons. La citrouille n’est pas un légume sacré chez les Musulmans. Les pop-tarts n’ont pas besoin d’être cachère.

Aucun organisme ne se plaint des décorations devant les édifices publics, comme on se plaint des sapins de Noël dans le temps des fêtes. Les sorcières couvertes de verrues au comptoir de la banque, c’est OK. Les chauve-souris dans les hôpitaux, c’est OK aussi. Les grosses araignées dans les vitrines des magasins, tout le monde aime ça. Ça ne scandalise personne. Et toutes ces vitres des maisons décorées avec des pendus et des têtes de mort n’ont pas besoin d’être givrées. Elles ne contreviennent à aucune croyance. La mort est œcuménique. La mort unit toutes les religions.

On a même le droit de passer l’Halloween voilé à Hérouxville. C’est prévu dans le code de vie. Vous pouvez sonner chez mon oncle André Drouin en buqua, ça ne le choquera pas, il va même vous donner des Oh Henry !

C’est magique, l’Halloween, 364 jours par année, on n’ouvre pas sa porte aux étrangers. Surtout s’ils ont l’air étranges. Surtout, s’ils font peur. Et voilà que le 31 octobre, un bossu édenté frappe chez vous avec une hache à la main, et vous lui ouvrez la porte comme si c’était votre meilleur ami. Il va repartir avec vos bonbons, sans même que vous sachiez c’est qui.

Au diable, le système d’alarme. Ils peuvent être deux, quatre ou une douzaine vêtue en terroristes, ils sont les bienvenus. Entrez ! Entrez !

Frappez aux portes d’une maison le 15 avril avec un masque de Freddy sur la tête et des doigts en poignards, et essayez de vous quêter un sac de chips. La madame police qui va apparaître derrière vous ne sera pas une ado déguisée en police. Ça va être une vraie police, et vous allez aller aux vrai poste.

A l’Halloween, ce sont les gens qui ne sont pas déguisés qui ont l’air suspects.

La minute suivante, Dracula sonne chez vous, et vous lui sautez au cou. À moins que ce soit l’inverse.

Bien sûr, il y a plein de gens qui ne veulent rien savoir de l’Halloween. Qui lundi soir seront à la diète, habillé comme d’habitude, assis dans leur salon, les lumières fermées, en attendant que ça finisse. Ils ne fêtent pas l’Halloween, mais ils n’obligent pas les autres à ne pas la fêter. Et ceux qui la fêtent ne s’irriteront pas du fait qu’il y a des maisons qui ne donnent pas de bonbons. Ils vont sonner, un coup, deux coup, trois coups, puis ils vont aller ailleurs. Pourquoi sommes-nous si tolérants les uns avec les autres quand c’est une fête païenne, et si pointilleux dès que c’est une fête religieuse ?

Un enfant qui naît dans une crèche, ça ne devrait pas être moins politiquement correct qu’un mort qui sort de sa tombe. Pourquoi fête-t-on de moins en moins Noël et de plus en plus l’Halloween ? Est-ce plus facile de croire en l’horreur qu’à un sauveur ? On dirait bien.

On a peur de celui qui croit.

On a peur de celui qui espère.

On n’a pas peur de celui qui a peur.

C’est pour ça que l’Halloween fait l’unanimité. Et pas Noël, et pas le Ramadan, et pas Yom Kippour. La foi des uns dérangent celle des autres. Pourtant, peu importe la croyance, elles naissent toutes de la recherche du même but : donner un sens à tout ça. Un sens à nos vies.

L’Halloween n’a pas de sens. On se déguise. On erre. On frappe aux maisons. On danse comme dans Thriller. On compte nos bonbons. Et on se couche. Aucun message. Aucune prise de conscience. Pas d’absolu. C’est vide comme une citrouille sculptée.

Je suis d’accord avec vous, l’immaculée conception, l’étoile des mages et la résurrection, ça fait conte de fée. Et l’on n’a plus cette naïveté. On est trop grand pour ça.

Mais le soir où il ne nous restera plus que l’Halloween à fêter, j’ai peur qu’on n’ait pas besoin d’enlaidir le monde. Il le sera déjà. À l’année.

Lire les commentaires (56)  |  Commenter cet article






Mercredi 26 octobre 2011 | Mise en ligne à 11h13 | Commenter Commentaires (46)

Comment ça se passe sur un chantier?

photo: André Pichette

photo: André Pichette

J’aimerais que quelqu’un m’explique comment ça se passe sur un chantier?

Prenons le nouveau CHUM.

Le gouvernement décide de bâtir un méga-hôpital.

Je suppose qu’une firme d’ingénieurs propose des plans.

Quand les plans sont acceptés, un entrepreneur débute les travaux.

Qui décide des travailleurs qui creusent le trou? Qui font les planchers? L’électricité? La finition?

L’entrepreneur? Le syndicat?

Qui les paye? L’entrepreneur? Le client?

C’est qui le boss?

Qui choisit les fournisseurs?

J’aurais besoin d’un Pierre Vercheval de la construction.

C’est quoi le plan de match d’un chantier?

Lire les commentaires (46)  |  Commenter cet article






Mardi 25 octobre 2011 | Mise en ligne à 17h55 | Commenter Commentaires (49)

Le bouton de panique

918-bouton-panique

Quand pèse-t-on sur le bouton de panique?

Quand on voit de la fumée?

Quand on voit des flammes?

Quand on brûle?

image111025160345

Après 8 matchs, le Canadien a seulement 4 petits points.

Le Canadien est dernier de sa conférence.

On pèse! On pèse!

Mais on est seulement au début de la saison et les champions de la Coupe Stanley ont à peine 2 petits points de plus que nous.

On attend! On attend!

Tout se décidera suite aux 3 prochains matchs, car après le troisième match, samedi, le CH aura 5 jours de congé.

Si le CH perd ces 3 matchs, Jacques Martin ne passera pas à travers ces 5 jours de congé. Le partisan, tel un gars de la FTQ, va le forcer à quitter le chantier.

Si le CH gagne ces 3 matchs, Martin est sauvé pour le mois.

Si le CH gagne 2 de ces 3 matchs, Martin est sauvé pour la semaine.

Si le CH perd 2 de ces 3 matchs, ayeayeaye…

CKAC doit regretter de faire la circulation, imaginez à quel point les lignes seraient occupées. Encore plus que les ponts.

Lire les commentaires (49)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    août 2009
    L Ma Me J V S D
    « juil   sept »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité