Stéphane Laporte

Archive du 28 septembre 2011

Mercredi 28 septembre 2011 | Mise en ligne à 17h11 | Commenter Commentaires (61)

On veut Gallagher!

367877-brendan-gallagher-inscrit-44-buts

Enfin, on a quelque chose pour se faire aller!

C’est que l’été fut long pour le fan du CH.

Il y a deux ans, on chialait pour ravoir Kovalev.

Il y a un an, on chialait pour ravoir Halak.

Cet été, rien à chialer.

Le calme plat.

Et puis, arrive Gallagher.

Il n’a pourtant rien pour émouvoir les fans enragés dont je suis.

Il n’est pas francophone. On en a assez des pas francophones.

Il est petit. On en a assez des petits!

Et pourtant, si j’organisais une marche pour que Brendan Gallagher débute la saison à Montréal, il y aurait plus de monde que devant le bureau du PM, samedi dernier.

Pourquoi?

Parce qu’il est excitant à voir jouer.

Et c’est tout ce que l’on veut. S’exciter. Ça sert à ça le hockey.

On en a un à la défense, ça ferait du bien d’en avoir un aussi à l’avant, un flamboyant!

Go Gallagher Go!

Et voilà, c’est reparti!

Lire les commentaires (61)  |  Commenter cet article






Mercredi 28 septembre 2011 | Mise en ligne à 15h51 | Commenter Commentaires (54)

Jacques Duchesneau vs. Jean Lapierre

PC_110927_f026u_duchesneau-commission-mains_8
lapierre_jean050311

Dimanche soir, à Tout le monde en parle, Jacques Duchesneau a déclaré être ciblé par des reporters et que certains médias faisaient le jeu du crime organisé en colportant des informations erronées sur sa personne.

Accusations graves. Tellement que la Fédération professionnelle des journalistes a demandé à Duchesneau de s’expliquer. De donner des noms, des faits.

Lundi matin, Jean Lapierre, lors de son intervention à l’émission matinale de Paul Arcand, a dit qu’il devait faire partie des journalistes visés par Duchesneau parce qu’il avait prétendu, à tort, que l’enquêteur vedette avait joué au golf avec François Legault.

Paul Arcand a d’ailleurs dit que Duchesneau refusait de passer à son émission parce que Jean Lapierre est l’un de ses collaborateurs.

Aujourd’hui, Duchesneau était à Dutrizac. Et le chat est sorti du Zac.

L’animateur lui a demandé de préciser ses accusations contre les médias.

Duchesneau a dit qu’il n’avait rien à ajouter. Que la personne visée s’était elle-même dévoilée, et qu’il ne la nommerait pas pour éviter des poursuites.

Donc, ça doit être Jean Lapierre ???

Que Jean Lapierre?

Ben cou donc…

Je comprends que c’est plate que quelqu’un dise que l’on a joué au golf avec François Legault, quand ce n’est pas vrai. Bien sûr, ça sous-entend que Duchesneau a des aspirations politiques. Et qu’il est en campagne de promotion. C’est un coup vicieux comme dirait Mayweather. Ça mérite un avertissement.

Mais de là à dire que la personne qui fait ça joue le jeu de la mafia, il y a une marge. Minute Eliot Ness!

Tout le monde sait que Jean Lapierre n’est pas un journaliste d’enquête. C’est la plus grande mémère politique du Québec. Il est parfait dans ce rôle. C’est un observateur avisé et un colporteur de rumeurs. Bref, il est à la fois éclairant et distrayant. Et comme toutes les mémères, ça lui arrive d’en échapper une de temps en temps. Mais il n’a quand même pas dit qu’il avait vu Duchesneau avec des poupounes sur le bateau d’Accurso. Jouer au golf avec Legault, y’a des calomnies pires que ça.

Duchesneau a raison d’être froissé, mais de là à dénoncer les médias avec fracas chez Guy A, pour un gars, un seul gars, qu’il ne veut toujours pas nommer, c’est mince.

J’ai un grand respect pour Jacques Duchesneau. Il faut des couilles énormes pour s’en prendre à la mafia. Mais sa cause est trop grande pour qu’il perde son temps à régler ses petits comptes. Ça dilue le message.

J’ai un peu peur que l’effet de son rapport soit à l’image de cette anecdote.

Il nous apprend, avec grandes pompes, que le crime organisé dirige le monde de la construction, mais sans jamais nommer personne et sans jamais donner de faits exacts et prouvés.

Au bout du compte, que va-t-on apprendre? Que la Doc Laberge a payé au noir l’entrepreneur qui a construit son gazebo?

Duchesneau a, comme on dit en latin, overéacté par rapport aux propos de Jean Lapierre.

Overéacte-t-il aussi par rapport à son rapport?

On n’avait pas besoin de Duchesneau pour savoir que le crime organisé a infiltré le monde de la construction et de la politique. On a besoin de Duchesneau pour savoir c’est où, c’est quand, c’est qui.

Avant d’avoir l’air du flou du village, il est temps que Duchesneau soit plus précis.

Mais il ne le sera pas. Il dit que sa job est finie.

Pourtant, puisqu’il ne joue pas au golf, pourquoi ne va-t-il pas jusqu’au bout?

Hé qu’on est exigeant avec nos héros…

PS: Et si Duchesneau ne visait pas Lapierre? Bien que ça semble évident après ses propos au 98,5, ça se peut puisqu’il ne l’a jamais nommé. Ayeayeaye! C’est sans le problème de parler autant sans jamais rien nommer, on n’est sûr de rien. Mon pays s’appelle confusion.

Lire les commentaires (54)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juillet 2014
    L Ma Me J V S D
    « juin    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité