Stéphane Laporte

Archive, août 2011

Mercredi 31 août 2011 | Mise en ligne à 11h19 | Commenter Commentaires (174)

Aimez-vous les lunettes de Pauline?

362503-chef-parti-quebecois-pauline-marois

Oubliez la souveraineté, voici une référendum qui traite des vraies affaires: aimez-vous les nouvelles lunettes de Pauline Marois?

Oui ou non?

Pensez-vous que si elle portait des lunettes roses, cela serait plus représentatif de sa pensée?

Croyez-vous que ses nouvelles lunettes lui permettront de séduire les Québécois et de monter dans les sondages?

Tant qu’à vous consulter tout le temps, posons les vraies questions.

Lire les commentaires (174)  |  Commenter cet article






Mercredi 31 août 2011 | Mise en ligne à 10h17 | Commenter Aucun commentaire

La carte de Jean Béliveau

Jean-Beliveau-special-colle

En ce jour du 80ième anniversaire de mon idole, Jean Béliveau, permettez-moi de vous proposer une chronique publiée le 21 mai 2000…

LA CARTE DE JEAN BÉLIVEAU

J’ai 7 ans. J’ai un bon père et une bonne mère. Un grand frère et une grande sœur qui sont très gentils avec moi. À l’école, ça va très bien. J’ai des bons amis. Il ne me manque qu’une chose dans la vie : la carte de Jean Béliveau.

Je collectionne les cartes de hockey. C’est mon seul trésor. Avec mon toutou Hercule, ce sont les seuls biens matériels auxquels je tiens. À chaque fois que mon père va s’acheter des cigarettes, à chaque fois que ma mère va acheter les journaux, à chaque fois que ma soeur va s’acheter du chocolat, à chaque fois que mon frère va s’acheter de la gomme, il faut qu’ils me ramènent un paquet de cartes de hockey. C’est vital. Personne dans la famille ne peut passer devant un dépanneur sans m’acheter un paquet de cartes de hockey !
Et quand ils me le remettent, c’est comme s’ils me donnaient le monde. Je l’ouvre soigneusement. Et là, les yeux grands, je découvre mes héros. Dave Keon, Dave Balon, je l’ai déjà, Eric Nesterenko, je l’ai déjà, Gary Sabourin, je l’ai déjà, Les Binkley, Andy Brown, je l’ai déjà, Noël Picard et une gomme balloune. C’est tout. Trois nouveaux, quatre doubles et toujours pas de Jean Béliveau. C’est toujours comme ça. J’arrive pas à mettre la main sur la carte de Jean Béliveau. J’ai Bobby Orr, Gordie Howe, Bobby Hull, Henri Richard mais je n’ai pas Jean Béliveau. Et ça tombe mal parce que mon idole c’est Jean Béliveau. Et la carte que j’aimerais le plus avoir, c’est la sienne. J’en rêve.
Mon ami Pierre-Luc, à l’école, lui, il l’a. Du moins, c’est ce qu’il dit. Je ne l’ai jamais vu. Il la laisse à la maison pour ne pas se la faire voler. J’ai tout fait pour le convaincre de me la donner. Je lui ai proposé la carte de Bobby Orr, de Stan Mikita et de Rogatien Vachon. Les trois pour Jean Béliveau. Il n’a pas voulu. J’ai rajouté Phil Esposito, Gordie Howe, Glen Hall, Yvan Cournoyer et Jonhny Bucyk. Il n’a pas voulu non plus. J’ai eu beau lui offrir toute ma collection au complet, il a refusé l’échange. Je lui ai même promis un bec de ma sœur. Rien à faire. Soit qu’il aime autant Jean Béliveau que moi. Ou soit que c’est un maudit menteur !

Je n’arrête pas de demander à mes parents des paquets de cartes de hockey. Je deviens pénible. Mon père va bientôt devoir prendre une deuxième hypothèque sur la maison pour pouvoir me fournir en cartes de hockey ! Je passe mes soirées à ouvrir des paquets et à mâcher de la gomme. Et à être déçu. Car je ne trouve jamais la carte de Jean Béliveau. La saison de hockey est terminée. Les paquets de cartes de baseball ont remplacé les paquets de cartes de hockey. Je les collectionne aussi. Mais ce n’est pas pareil. Il n’y a pas un joueur que je veux en particulier. À part peut-être Rusty Staub. Mais je l’ai eu du premier coup.
L’été est déjà fini. C’est le retour à l’école. J’attends avec impatience la nouvelle édition des cartes de hockey. Cette saison sera la bonne.

Cette saison, je mettrai la main sur la carte de Jean Béliveau. À chaque fois qu’un membre de ma famille met le nez dehors, je lui demande de me rapporter des cartes de hockey. Mais elles ne sont pas encore sur le marché. Nous ne sommes qu’en septembre. Et elles paraissent en novembre. Pauvre famille ! Deux mois à devoir dire à un enfant de huit ans :
Puis un soir, je reviens de l’école et je trouve sur mon bureau deux beaux paquets de cartes. La nouvelle édition 1969-1970. Je les ouvre avec empressement. Rod Seiling, Syl Apps, Eddie Joyal, John Ferguson, Eddie Shack, Gary Unger, Terry Harper… Toujours pas de Jean Béliveau.

Et ce fut encore ainsi durant toute l’année. Mes parents ont dû m’acheter au moins mille paquets de cartes de hockey et dans aucun d’entre eux, il n’y avait mon Saint-Graal, la carte de Jean Béliveau. C’est mon destin. Ma malchance. La carte de Jean Béliveau est un rêve inaccessible. Le billet de loto gagnant pour les grands.

Un dimanche, on est allé toute la famille chez mon oncle Paul. Mon cousin Guy n’était pas là. Ma tante Pauline m’a donné la permission de jouer avec sa collection de cartes de hockey. Je me suis installé sur mon lit, et je les ai passées en revue. Soigneusement. Et soudain je suis tombé dessus. Je l’ai vu. Pour la première fois de ma vie. La carte de Jean Béliveau. Wow ! Elle est belle. Jean Béliveau tient son hockey, le de capitaine bien en évidence, le regard franc, le cheveu lisse. Comme un héros. Un vrai. J’ai mis les autres cartes de côté, et je n’ai gardé qu’elle dans mes mains. J’ai pensé la mettre dans ma poche. Sans rien dire. Peut-être que mon cousin ne s’en apercevra pas. Peut-être qu’il s’en fout de Jean Béliveau. Peut-être que son idole c’est Jean Ratelle. J’y ai pensé très fort. Puis j’ai remis la carte dans sa collection. Voler mon cousin, non mais ça se peut-tu ? Je réalisais pour la première fois comment l’appât du gain pouvait nous faire agir. Je suis sorti de sa chambre, déprimé. Mon cousin possédait la chose à laquelle je tenais le plus au monde. Et moi je ne l’avais pas. La vie est injuste.
J’ai fait acheter des cartes de hockey à mes parents durant toute l’année. Et l’année suivante aussi. Sans jamais mettre la main sur la carte de Jean Béliveau. Puis à l’été 1971, mon idole a annoncé sa retraite. Mon chien était mort. Je n’aurais jamais sa carte. On n’a pas toujours ce qu’on veut dans la vie.

La saison de hockey 1971-1972 a débuté. J’ai moins achalé ma famille pour qu’ils m’achètent des cartes de hockey. Bien sûr, je voulais avoir celle de Dryden. Mais jamais autant que j’avais voulu celle de Jean Béliveau. Puis un soir, en revenant de l’école, il y avait un paquet de cartes sur mon petit bureau. C’est ma soeur qui me l’avait acheté. Je l’ai ouvert. J’ai regardé les cartes. Jude Drouin, Ed Giacomin, Pit Martin, Claude Larose, Chico Maki, Simon Nolet et… Jean Béliveau. Oui Jean Béliveau ! Ils avaient fait un pour souligner sa retraite. On voyait Jean Béliveau avec son chandail du Canadien, le bien en évidence, le regard franc, les cheveux lisses. Comme un héros. Un vrai. J’avais enfin ma carte de Jean Béliveau. Je l’ai encore. Je la regarde souvent.
Plus le désir est grand, plus le bonheur dure longtemps.
Monsieur Béliveau, je vous souhaite un prompt rétablissement. Et je vous dis merci de m’avoir rendu heureux.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Samedi 27 août 2011 | Mise en ligne à 15h44 | Commenter Commentaires (30)

Irene: Autant en emporte l’ouragan

762399_image-satellite-de-l-ouragan-irene-au-nord-de-porto-rico-le-22-aout-2011

Irene. On dirait le prochain blockbuster des studios d’Hollywood.

Irene, elle détruit tout sur son passage! New York, ne sera plus jamais la même! Autant en emporte l’ouragan! À l’affiche, le week-end du 27 août.

Jamais une catastrophe naturelle n’a bénéficié, avant son arrivée, d’une telle campagne de promotion.

Bien sûr, on exagère.

Bien sûr, on risque de dire lundi que ce n’était pas si pire que ça.

Mais vaut mieux prévenir que guérir.

Vaut en faire trop, que d’en faire pas assez.

Si ce climat de panique et toutes ces mesures préventives permettent de sauver, ne serait-ce, qu’une vie, alors il fallait être alarmiste.

Bonne Irene tout le monde…

En espérant que le film sera très plate.

Lire les commentaires (30)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    août 2011
    L Ma Me J V S D
    « juil   sept »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité