Stéphane Laporte

Stéphane Laporte - Auteur
  • Stéphane Laporte, collaboration spéciale

    Concepteur, auteur et réalisateur, Stéphane Laporte a collaboré aux succès de plusieurs émissions de télévision qui ont marqué le petit écran par leur qualité et leur originalité.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 29 septembre 2010 | Mise en ligne à 22h04 | Commenter Commentaires (20)

    Merci Monsieur Bélair

    _resize_picture_portal.php

    Quand j’étais flot et qu’il pleuvait le samedi midi, je regardais Bon week-end. C’était une émission de services au canal 10, dans les années 70. Il y avait toutes sortes de chroniqueurs, un avocat, un historien, un monsieur gadget, un chef cuisinier et j’en oublie…

    C’était du Canal Vie avant son temps. Mais pas en location. Dans un bon vieux studio, en direct. Les spécialistes défilaient durant 2 heures aux côtés de Serge Bélair. Avec chacun d’eux, l’animateur avait du fun. Pas du plaisir, du fun, du gros fun. On entendait les caméramans rire. Pas une once de prétention. On avait l’impression d’entendre des voisins jaser. Et on aurait aimé être un petit oiseau pour savoir ce qu’ils se disaient durant les commerciaux. Ça devait être salé.

    La première fois que j’ai rencontré Serge Bélair, c’est durant les années 90, à CKVL. Il animait Vedettes en direct avec Érick Rémy. Son jeune co-animateur l’appelait Monsieur Bélair. Et il y avait de quoi. L’homme était imposant. Il avait déjà plus de 30 années d’expériences. Il était devenu plus sévère. À la radio, il ne mâchait pas ses mots et passait quelques artistes au tordeur. Il était une sorte de justicier du showbiz. Un vieux sage qui rappelait aux petits jeunes qu’ils n’avaient pas tout inventé. Que c’est le public qui avait raison. Pas eux. Ses entrevues n’étaient pas complaisantes. Valait mieux avoir aiguisé ses patins avant de débarquer rue Gordon. Vedettes en direct, c’était la bande des six du vrai monde.

    La dernière fois que j’ai vu Serge Bélair, c’est cet été à l’enregistrement du Banquier Spéciale 50 ans de TVA. Il avait tout de suite accepté l’invitation de nos recherchistes. Il était heureux de retrouver ses confrères et consoeurs de la belle époque.

    Quand on l’a vu, on a eu un petit choc. Sa coiffe de coq avait disparue, comme il l’a dit en ondes. Mais son sourire était toujours franc et ses yeux allumés. Quand l’animatrice lui a dit qu’il était un monument, on a senti que ça lui a fait plaisir, que ça lui a fait du bien.

    Je suis heureux que cette fleur venant de Julie, il l’ait reçue de son vivant, dans sa dernière apparition télé. Il était temps. Il était moins cinq.

    Les pionniers de la télé sont trop vite oubliés.

    Serge Bélair fait partie de cette génération d’annonceurs capables de tout faire. De ces hommes de télé multi-disciplinaires jamais pris au dépourvu. Des ces belles voix qu’on ne se lassait jamais d’entendre.

    Merci Monsieur Bélair.


    • On dit qu’une image vaut 1000 mots, imaginez avec de l’audio.
      http://www.youtube.com/watch?v=DZCTpbpJbRU&feature=related

    • J’ajoute mon merci au vôtre, M. Laporte. Si on savait combien ces pionniers devaient à tout moment improviser pour ne pas laisser auditeurs – et ensuite téléspectateurs – en plan! Le système “D” existait encore, on ne se fiait pas sur la technologie pour dépanner.

    • Qui aujourd’hui peut se comparer à Serge Bélair?? Aucun…
      y’a quelque chose qui se perd….

      On a droit au Banquier…. aux téléréalités…. ouais on a pas gagné au change….
      il devait pas tripper monsieur Bélair de voir l’insignifiance du Banquier….

    • …ces belles voix que l’on ne se lassait pas d’entendre! Et vous avez raison M. Laporte. Aujourd’hui, tout le monde peut faire de la radio: pas besoin d’avoir une belle voix, encore moins une belle diction… et… même pas besoin d’avoir quelque-chose à dire.

    • “Vedettes-en-Direct” ne pas confondre avec “Vedette-en-Direct” qui passait lui au 2 dans les années’70 était le meilleur programme radiophonique de jour à la radio montréalaise. Il avait pris le relai laissé vacant à la suite de la retraite¨forcée¨ de Suzanne Lévesque[Richard Desmarais était le DP] à CKAC l’avant-midi en’1992.

      Éric Salvail y a fait ses débuts radiophoniques à cette émission & ils avaient comme Claûde Poirier leur propre boîte vocale pour les doléances & fleurs de l’auditoire envers les personnalités & émissions du showbusiness, Le Négotiateur n’a rien inventé avec sa boîte vocale.

      Serge Bélair avait je me souviens,qu’il a bastonné en-ondes la forme d’humour de François Morency & je n’ose pas répèter par écrit la phrase exacte sur l’exemple donné sur cet humour grivois du grand rouquin. La raison laquelle il ne voulait pas l’inviter ni l’interwiever. Bélair avait parlé avant tout le monde du phénomène des infopubs la nuit & des placement de produits. Le public se plaignait de la disparition des films de fin-de-soirée genre ¨Ciné-Lune¨ ou ¨En Pantoufles¨ & ¨Sans Pantoufle¨ de CFTM 10 décennie’70 époque que cyberwing le forumeux-radio connaît + que moi.;-)

      Je me souviens très bien de sa réclame de”Krazy Glue” avec son débît express !!

      p.s. Je suis + de la période “Samedi Midi” avec Roger Gosselin le samedi après-midi là aussi! complicité avec les caméramans rires etc…. de la vraie TV naturelle candide & divertissante sans prétention. Pour moi le samedi c’était le 10 & le dimanche c’était le 7. __

    • C’était le bon temps ! On était quétaines, mais on avait du fun !

    • “Les pionniers de la télé sont trop vite oubliés.”

      Je me souviens vaguement de ce monsieur. Serge qui encore?
      Paul Laurendeau

    • Vous avez raison sur toute la ligne…Merci Serge Bélair.

    • Serge Bélair est mort… ça m’a fait bizarre… j’ai grandi devant la télé, il a été présent une grande partie de ma vie… vient un temps où on commence à en connaître pas mal qui partent… c’est aussi ça, vieillir… Il était plus jeune que mon père… 70 ans… mon père en a 75… ça fait réfléchir… mais c’est aussi ça la Vie.

      RIP, Monsieur Bélair.

    • EH boy ! Le temps fait son oeuvre ! Si bien que tres peu peuvent maintenant s identifier a un homme de la trempe de monsieur Bélair. Des vrais animateurs de radio ca n existe plus depuis fort longtemps. Seuls quelques dinosaures résistent encore a cette vague d humoriste et de vedettes dont la culture générale, la maitrise du francais et la voix sont pour le moins secondaires…
      Des hommes a tout faire comme lui il n en existe plus. On a des recherchistes ,des techniciens,des téléphonistes et des intervenants attitrés payés pour faire ce que cet homme faisait tout seul et souvent mieux qu aujourd hui. C est un autre monde faut croire mais combien fascinant pour ceux qui peuvent l apprécier.

    • Il représentatit ce qu’était le Canal 10 dans les années 60 et 70: c’était quétaine, débile, innocent, mais maudit qu’on avait du fun… et les animateurs aussi! La grosse différence avec TiVia: ils ne se prenaient pas au sérieux, eux, et ils s’assumaient dans leurs niaiseries. C’est pour ça qu’on les aimaient autant les Bélair, Giguère (Réal, Marcel et Roger), le Capitaine Bonhomme, Latulippe et j’en passe…. Tellement différent d’aujourd’hui alors qu’ils ne vomissent que des insanités en se croyant au-dessus de l’univers….Pathétique….

    • Je voudrais simplement évoquer un souvenir de Serge Bélair. Je me revois encore, j’ai 8 ou 9 ans et nous étions le 31 décembre 1978 ou 1979. Nous roulions dans le Buick Le Sabre de mon père sur un chemin de campagne en direction de la parenté pour aller réveillonner vers 22h00. Mon père avait synthonisé CJRS Sherbrooke et c’est à ce moment que j’ai découvert Serge Bélair. Il animait une veillée du jour de l’an avec Louise Cliche (je ne suis pas sûr du nom). Le fun était pris dans la place. J’entends encore son rire très sonore. Entre les rigodons, il intervenait et discutait avec tout un chacun. Deux autres souvenirs sont attachés à ce soir précis: le reel des Snorounes de Ti-Polo Vincent et les pubs radio des Quart de Livre de MacDonald. J’étais jeune et rêveur. Au revoir, Monsieur Bélair, et merci.

    • Dans les années 70, la radio était syntonisée a CJMS où, a 6 hrs, M Bélair était en onde. Ma mère l’écoutais attentivement pour améliorer son français..tout en préparant notre petit déjeuner avant de partir pour l’école (primaire). Beau souvenir d’un temps beaucoup moins stressé.
      Merci M. Bélair.

    • @marlab

      Merci, bien aimé le lien.
      Dommage qu’à la télé, le français ne soit pas resté à ce niveau…

    • @ marlab

      Merci pour le lien. On peut y entendre Serge Bélair de sa belle voix naturelle. Rien de forcé. Plaisant à écouter.

      Condoléances à sa famille.

      RIP

    • Serge Bélair a été embaûché par CKVL à l’automne ‘1989, il était le morning-man dans les dernières années grises de vaches maîgres de la station du 211 Gordon à Verdun la ville des frères J.& G.Proulx & de Richard Huet ;-d
      En Novembre/Décembre’1989 le contenu de son émission du matin était largement en partie sur la Chute du Communisme il citait les dépêches sur ce moment historique & il a été le premier que j’ai entendu prononcé le nom de Ceausescu que je ne connaissais juste de par la revue satirique Croc préalablement.
      Il n’y avait pas de musique ni trop de chroniqueurs l’accompagnant il tenait l’antenne comme ça.

      Jusqu’à l’arrivée de Pierre Pascau en Mai ‘1990 comme morning-man & là, ensuite la naissance de “Vedettes-en-Direct”.

      Monsieur S.Bélair a eu son plus important rôle au cinéma en ‘1980 “Ça ne peut pas être l’hiver, on a pas eu d’été.” oû il partagea le sommier avec Céline Lomez mais sans éclat. ;-) crédible dans son rôle du gendre de Charlotte Boisjoli, film dont l’histoire & le tournage fût à Sorel-Tracy. _

    • @ monsieurpoutine
      6 mois après avoir critiqué François Morency, Serge Bélair a vu ce dernier en première partie de Céline Dion au Centre Bell (Molson à l’époque) en 1996. Il l’a ensuite invité à son émission, 2 fois, et les deux ont rigolé ensemble de l’histoire. Morency a raconté l’anecdote à son émission de radio de CKOI cette semaine, tout en rendant hommage à M. Bélair, et il n’est pas roux.

    • O.K. merci de votre précision.
      Pour la méprise sur sa couleur de cheveux, je suis daltonien. :-0

      Je me souvenais exactement de la phrase de Mr.Bélair critiquait vertement le grand Morency:”Moi l’humour du gars qui parle de son chum qui peu du ba***!”[sic] L’animateur y était allé avec une telle véhémence rarement entendu mais ils ont fumés le calûmet de paix ensuite. _

    • Serge Bélair était plutôt “straith”. Il aimait Nana Mouskouri et probablement Claude François et les Claudettes…et puis après !
      Beaucoup de journalistes, des communicateurs, et des comédiens, sont disparus dans le temps. Que sont-ils devenus, on n’en sait rien, et c’est dommage.
      Toutes ces figures de Télémétropole et de Radio-Canada des années 60-70, seraient-t-elles disparues pour toujours…
      J’aimerais bien les revoir et les entendre depuis leur retraite…
      Il y a bien eu quelques tentatives, qui, malheureusement, n’étaient pas assez étoffées.
      Adieu Monsieur Bélair.

    • Merci monsieur Serge Bélair, de nous avoir permis de constater votre grand talent d”animateur et de communicateur. Nous avons passé de nombreuses heures en votre compagnie, et cela par l’entremise de la radio et la télévision . Maintenant, ‘Reposez En paix’.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2010
    L Ma Me J V S D
    « août   oct »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives

  • publicité