Stéphane Laporte

Stéphane Laporte - Auteur
  • Stéphane Laporte, collaboration spéciale

    Concepteur, auteur et réalisateur, Stéphane Laporte a collaboré aux succès de plusieurs émissions de télévision qui ont marqué le petit écran par leur qualité et leur originalité.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 13 mars 2009 | Mise en ligne à 9h35 | Commenter Commentaires (72)

    Le Canadien (français) de Montréal

     x00212_9.JPG

    En congédiant Guy Carbonneau, le Canadien a congédié la plus grosse vedette québécoise de l’équipe. Ce n’est pas rien.  En ce 100ième anniversaire, il est triste de constater que l’équipe n’a plus aucun héros venant du peuple qui l’aime tant.

    C’est sûrement un hasard si au cours des derniers mois, le Canadien s’est dépossédé de plein de joueurs pouvant s’exprimer en français: Ribeiro, Huet, Streit, Bégin. Sont-ils en train de déraciner cette institution? Sont-ils en train  de lui enlever son identité?

    Comme toutes les équipes de hockey, le Canadien va avoir des hauts et des bas. Le Canadien va en gagner et va en perdre. On aimerait juste traverser cette destinée avec un club qui ressemble à celui qui enflammait les coeurs de nos grands-pères et de nos pères. Le Canadien, c’est le Canadien. C’est Vézina, Joliat, Richard, Béliveau, Lafleur, Roy et puis… Et puis qui?

    En se débarrassant du Québécois le plus populaire de l’équipe, le Canadien n’a pas vendu son âme. Pire, il l’a congédié. On a rien eu en retour. Sinon un vide. Un grand vide.

    Cette équipe s’appelle Le Canadien. Pas the Canadian. Pas les Maroons. Le Canadien comme dans le Canadien-français. C’est à se demander si les dirigeants du Canadien ont lu tous les livres qui sont sortis en ce 100ième. Ils comprendraient mieux comment façonner cette équipe.

    On n’a rien contre Don Lever, on a bien eu Toe Blake et Scotty Bowman. Mais dans ce temps là, les joueurs s’appelaient Richard et Lafleur. Aujourd’hui notre seul lien avec le CH, c’est le coach. Ne le coupez pas. Vous pourriez le regretter.


    • Je suis parfaitement en accord avec tes réflexions.Carbo était l’ame du canadien.

      Carbo a le CH tatoué sur le coeur et les joueurs qui ont eu sa tete ont les millions de tatouer sur le coeur

      A la place de Koivu j’aurais eu une réserve face a mes commentaires face a Carbo.Koivu est-ce le réel probleme du CH

      Gainey a manqué vraiment de jugement…il n’a pas compris que ces joueurs vedettes ne fesaient pas la jobe….Un grand manque de classe de l’organisation…Carbo a tout essayé…. mais comme on dit quand ca pas de coeur ca pas de coeur

    • Je m’ennuie des Nordiques!
      Ils étaient plus professionnels que le Canadien! ;)

    • Cette équipe s’appelle Le Canadien. Pas the Quebecers. Pas les Maroons. Le Canadien comme dans Canadien.

    • Ne pouvons nous pas abandonner ce sempiternel combat contre le mal anglophone? À l’ère du web 2.0 et de l’émergence des nouvelles puissances économiques, la planète Terre a plus que besoin de détruire ses barrières.

      Le Canadien, c’est une fierté, pas un moyen de défense de notre minorité. On veut être fier d’avoir l’équipe qui performe le mieux, et non pas fier d’une quelconque supériorité raciale ou autre abbération.

      On veut un club qui gagne, peu importe que ses joueurs parlent Kazakh ou Anglais, qui sait peut etre que dans 100 ans ce sera un martien qui dirigera le club (on en a bien déjà eu un avec Claude Julien hihi).

    • “Au cours des derniers mois” ???

      Ribeiro ça fait deux ans qu’il est partit. Huet et Streit, ça fait déjà plus d’un an.
      Bégin? C’est pas la fin du monde quand même.

      Au début de l’année, on comptait 8 Québécois dans l’équipe, on est maintenant à 7 après en avoir échangé un mécontent de son temps de glace.
      7 sur 20 joueurs c’est quand même pas mal.

      Vous allez me dire qu’aucun de ses joueurs n’est un joueur de premier plan.
      C’est vrai que Tanguay n’est pas exactement une star j’en conviens mais si vous êtes honnêtes, vous allez rapidement vous rendre compte que sur les 800 joueurs de la LNH, les vedettes Québécoises ne courent pas les rues.

      Ceux qui prônent le repéchage de joueurs Québécois ne semblent pas se rendre compte non plus qu’il ne sort pas grand chose de bon au Québec depuis longtemps.

      Je ne comprends cet entêtement à vouloir faire de cette équipe de hockey le flambeau du français au Québec. Il me semble qu’il serait plus pertinent de pousser la maitrise de la langue Française dans les écoles plutôt que sur la glace du Centre Bell.

      Ton seul lien est avec le coach?
      C’est pas très gentil pour Latendresse, Lapierre, Bouillon, Dandeneault, Tanguay, Laraque et Brisebois.

    • Canadien comme Canadien-Français? Come on, ça parlait déjà anglais dans le vestiaire au temps de Maurice Richard…

    • Si l’argent n’a pas d’odeur, la victoire n’a pas de langue. Z’êtes fatiguants avec vos lamentations sur la langue des joueurs.

    • Il ne reste plus de Saku et Youppi faire des entrevues en français

    • Autrefois, les joueurs s’appelaient Lemaire, Lafleur, Richard, etc. Autrefois, le Canadien avait les 48 premiers choix canadiens français (j’exagère à peine) du repêchage. Imaginez si c’était encore le cas présentement! On aurait Lecavalier, Brière, Pominville, St-Louis, Brodeur… Cessez de vous vautrer dans la nostalgie et revenez à la réalité de la LNH d’aujourd’hui! Si un norvégien était meilleur qu’un québécois au prochain repêchage, vous prendriez quand même le québécois? Quand la foule applaudit à tout rompre Kovalev, Markov, Lang, Komisarek, Schneider, elle se fout pas mal qu’ils ne soient pas québécois!

      Mettez la meilleure équipe possible sur la glace et on va oublier qu’ils ne sont pas québécois… Pensez-vous que Détroit se fiche que ses meilleurs joueurs, ceux qui ont permis de remporter de nombreuses Coupes Stanley dans les dernières années, soient Russes ou Suédois? Les meilleurs joueurs des Nordiques s’appelaient Sundin, Nolan, Sakic et Foote. Est-ce que ça les a empêché d’aller remporter la Coupe au Colorado?

    • J’avoue que je ne suis pas trop le raisonnement. Je trouve que le congédiement de Guy Carbonneau est une erreur, une grosse erreur, mais je n’aurais pas voulu qu’on le garde derrière le banc uniquement parce qu’il est Québécois, Canadiens-français, etc. Aujourd’hui, les joueurs sont des mercenaires, qui vont où on les paie le mieux et qui possèdent un pouvoir de négociation énorme. Je n’ai plus la ferveur du hockey depuis que c’est une industrie du spectacle comme une autre, et non plus un sport rassembleur. L’époque du Canadien des années 1970 est bien révolue. Je suis passée à autre chose.

    • Je suis d’accord avec toi pour l’identité francophone de l’équipe. C’est très important. Mais n’oublions pas que c’est sous Carbonneau et Julien, deux francos, que Mike Ribeiro, Pierre Dagenais et Steve Bégin ont été échangés. Nos coachs francophones niaisent les joueurs francophones! Tu les ferais pas jouer plus que Carbo toi Lapierre et Latendresse??
      En réalité le problème provient du fait que les 5 derniers coachs francos sont aussi des recrues comme coach NHL . Il fAUT NOMMER BOB HARTLEY COACH, ÇA PRESSE!!!

    • Russe, Suisse, Américain, Canadien, Québécois… Les jeunes d’aujourd’hui se sacre bien de la nationalité… Bien sur autrefois les québecois (canadiens francais) s’identifiaient aux joueurs de chez nous…

      Cette nouvelle clientèle du Canadien de Montréal est multi-ethnique, ouvert sur le monde, chattent (clavardent) avec des Japonais en Anglais et écoute de la musique Suèdoise. Et en passant mon père (65 ans) trouve que le numero 27 ne joue pas toujours à la hauteur de ses capacités, russe ou pas.

    • Je suis un partisan du CH depuis toujours et le serai pour le reste de ma vie, mais je me fous éperdument la langue que parle les joueurs ou les coaches. Moi ce que je veux c’est d’avoir le meilleur homme au bon endroit. Qu’importe qu’il s’exprime uniquement en français, en anglais ou en serbo-croate.

      Croyez-moi, je suis en beau fusil contre le congédiment de Carbo et je crois que c’est une erreur. Mais de grâce, n’embarquez pas dans ces histoires de langues. C’est du pleurnichage de journalistes et de nationalistes qui mélangent politique et sport, alors que ça n’a rien à voir.

      Qu’on ait des francophones au sein du CH, je veux bien. En autant qu’ils livrent la marchandise. C’est ça qui compte – faire la job! Pas s’il parle français ou pas. Oui le départ de Carbo m’attriste beaucoup et je suis sûr qu’il va se trouver un poste ailleurs dans la LNH. Mais dans l’ère où les joueurs viennent de partout dans le monde, il est illusoire de s’attendre à ce que tous aient une connaissance du français et l’anglais (au grand malheur de certains) est de mise. C’est ça la réalité. Like it or not!

      Et si Don Lever amenait le CH à une 25e conquête de la coupe Stanley? Que diraient alors ceux qui veulent le barrer maintenant, juste parce qu’il ne parle pas la “bonne” langue?

      Vraiment, cette histoire de langue est totalement ridicule et cessez donc de voir des bibittes là où il n’y en a pas.

    • Disons qu’il y a des clubs dans le monde qui font mieux que d’autres et je donnerai en exemple deux d’entre eux, soit les clubs de football de Madrid et de Barcelone.

      Les entraîneurs sont venus de partout dans le monde pour ces deux clubs. Rares sont ceux dont la langue maternelle était l’espagnol. Mais ils n’ont pas eu le choix pour leurs publics. Ils ont appris la langue. Les joueurs ont généralement le même respect. Un Beckham a appris l’espagnol, un Zidane aussi et rares sont ceux qui ne suivent pas le mouvement.

      Plus que ça, les joueurs de Barcelone et leur entraîneur bien sûr ont un public qui parle le Catalan… alors ils s’efforcent d’apprendre le Catalan là aussi par respect pour leur public. Dans ce cas précis le club offre gratuitement à leurs joueurs les services d’enseignement pour apprendre cette langue et ils l’utilisent. Ce club a le respect de ses fans rien de plus. Un joueur sera choisi pour son talent mais aux salaires qu’on leur verse dans ces clubs ils acceptent également la responsabilité qui va avec… C’est ce qu’on appelle de vrais professionnels. Il est passablement plus difficile pour un Brésilien qui parle portugais d’apprendre le portugais que pour quiconque parle anglais ou le russe d’apprendre quelques mots de français. Mais je ne suis pas certain que des joueurs comme ceux qui appartiennent au club des Canadiens ont le même respect pour leur public et encore moins de la direction (à l’exception de Bob Gainey que j’admire toujours).

      Ce n’est pas une question de nationalisme mais bien davantage une question de respect envers son public qu’il soit Québécois, Canadien, Espagnol, Russe ou Chinois. Demandez aux gens de Toronto s’ils auraient apprécié avoir un coach comme Tikonov incapable de leur dire ne serait-ce qu’un bonjour dans leur langue.

      Le respect ça se mérite et ça se gagne… Mais il semble que ce soit une valeur de moins en moins populaire au Québec.

    • Quand je sais que des “grands penseurs de Montréal” (et là, je suis cynique) ont craché leur fiel sur Québec parce que McCartney venait chanter en anglais sur les plaines pour le 400… Que Québec a eu des menaces parce qu’on a voulu reproduire la bataille des plaines… Et là, on enlève la fierté francophone sans même un grincement de dent à Montréal au sein du Canadien.

      Guy A. Lepage peut bien vouloir faire chanter des artistes anglophones pour la St-Jean, je suis d’accord… mais réveillez-vous quand ca vous concerne à Montréal !

    • Canadien=québécois=francais: syndrome pathétique identitaire d’une province pour une équipe qui ne la représente même pas !
      La LNH, ce n’est pas une ligue internationale, ni même interprovinciale, ni plus intercité. C’est une ligue d’entrerises professionnelles dans un marché de concurrence.
      L’idée de penser que plus de québécois au sein de l’équipe renforcerait son “rendement” au nom d’un certain “patriotisme” est un leurre lamentable.

      En passant,

      Canadien=aussi Canada = non pas Québec. Selon cette logique, ils représentent aussi le Canada, donc on ne pourrait dénigrer un coach qui parle anglais..

    • Bon…ben pourquoi on rempli pas l’équipe de gars qui parlent français…et qui jouent comme des pioches?

      Aaaah…je sais…parce que là on va chialer sur le fait que l’équipe est poche et qu’il faudrait bien un ou deux joeurs Américains ou Européens pour nous aider.

      On se dit connaisseur de hockey à Montréal mais en fait ce qu’on connait vraiment bien, c’est le conflit perpétuel.

      Comme disait Bart Simpson en décrivant une utopie “Tu te fait tapper dessus si tu l’fait, tu fait tapper dessus si tu l’fait pas”

    • Toujours impressionnant de voir les « fefans » ne pas tenir compte de la langue. Me semble que l’un va pas sans l’autre… Le Canadien n’a jamais gagné la coupe Stanley sans avoir au moins 12 joueurs je crois d’expression française.

      La raison est simple : Fierté…

      L’émotion qui doit transporter le joueur Québécois quand il joue ici est incroyable. Juste à voir les Québécois des autres équipes montés leurs intensité d’un cran quand ils viennent ici..

      Même chose pour le coach.. Avoir un coach unilingue anglais serait de nous rire en pleine face.. Oui il commencerait avec 2 prises contre lui…

      En 2000 le centre Bell était loin d’être plein à tout les matchs… Ça pourrait revenir assez rapidement cette situation.

      Faut prendre soin de ses partisans

    • je n’en peut plus d’entendre les journalistes et les “analystes” chialer. Les partisans veulent le meilleurs entraineur possible, celui qui a de l’expérience et qui va les emmener à la coupe. qu’il parle français, anglais, espagnol, chinois, etc.

      Idem pour les joueurs, et on s’entend, c’est les CANADIENS comme dans CANADA. La majorité de l’équipe est CANADIENNE.

      Tanguay
      Bouillon
      Latendresse
      Lapierre
      Brisebois
      Laraque
      Dandenault
      Gorges
      O’Byrne
      Price
      Stewart
      Metropolit
      Kostopoulos
      D’Agostini

      Bref 14 joueurs sur 26.

    • Belle observation, donnez-nous Vincent Lecavalier et on prendra votre Don Lever sans souci. En passant le terme canadien français tombe à point, la fibre du canadien de Montréal vibre très très fort chez les franco ontariens qui ne s’accroche toujours pas aux sénateurs d’Ottawa, comme chez les francophones du Nouveau-Brunswick et d’ailleurs au Canada. La révolution tranquille a eu lieu en même temps dans ces régions qu’au Québec et l’attachement identitaire au Canadien de Montréal à soulever les mêmes fiertés et passions. Moi aussi j’ai porté le #9 pour Maurice, j’ai négocié l’heure du sommeil avec mon père pour écouter le hockey tard le soir et moi aussi je suis un peu déçu que Saku ne parle toujours pas le français. Go Habs Go!

    • Non, Canadien n’égale pas Canada. À l’époque, ceux qui se nommaient Canadiens étaient les Québécois francophones. Les anglophones se disaient Britanniques. Cette équipe représentait les francophones du Québec. Même s’il semble qu’il y ait toujours eu des anglophones dans l’équipe. Je crois que la direction de l’équipe doit s’assurer de maintenir la tradition et l’histoire de l’équipe, mais pas à tout prix. Il faut une équipe performante.

      On a qu’à voir l’engouement et le délire qu’a causé l’arrivé de Guillaume Latendresse à Montréal lors de sa première année pour comprendre que cet aspect est important. Ou encore le délire à propos de Vincent Lecavalier.

      De toute façon, avec la meute de journaliste que nous avons, un coach unilingue anglophone serait une erreur et un cauchemar de relation publique pour la machine à billet qu’est le Canadien.

    • @mrthebunny et effemmere
      Lorsque le club “Canadien” a été créé en 1909, le nom faisait référence au peuple francophone, comme ma grand-mère nous désignait. (Les autres étaient “les Anglais”).

      Le club anglais s’appelait les “Victorias” (la reine) et le club irlandais s’appelait les “Shamrocks.”

      Il y a eu un peu plus tard un autre club anglais (les “Maroons”), mais il n’a pas survécu à la grande crise. Seul le Canadien est demeuré.

      Pour ce qui est de l’entraîneur du Canadien, je n’aurais rien contre un anglo qui parle français comme Scotty Bowman ou Marc Crawford chez les Nordiques.

    • Tres bon points – C’est important d’avoir des quebecois (ou en general, des non-quebecois qui parlent Francais) a Montreal.

      Ceci etant dit, il est du devoir au joueurs (ou entraineur) quebecois d’etre meilleurs et de se battre pour garder leur poste. Ils doivent se prouver. Leur job n’est pas garantie juste parce qu’ils parlent francais, sinon ce serait une honte.

      C’est du devoir des quebecois de travailler plus fort a l’avenir, et de se prouver.

    • Je ne suis pas un grand connaisseur de Hockey mais, je suis tout de même très déçu du congédiement de Carbonneau.
      C’est gars la son vraiment sur une autre planète. Crime, je n’ai pas besoin que mon bosse me pousse dans le derrière pour bien accomplir mon travail et je ne gagne pas des millions. Ceux qui connaissent ça, dites moi, est-ce vraiment la faute du coach si les joueurs on pas de cœur au ventre? En ce qui me concerne la majorité ne sont que de gros bébé gâté pourris.
      Petite anecdote, il y a 6 ou 7 ans, j’étais au match au Centre Bell quand le CH c’est fait éliminé. Nos billets étaient 2 iem rangé juste en diagonal du banc des joueurs du CH. À partir de la 2 iem période certains parlaient déjà leur saison de golf qui commençait. Je ne peux pas dire “dans ma face” car, nous étions dans leur dos mais…….. Peut-être que justement le fait que je ne connais rien au Hockey a fait en sorte que je ne savais pas qu’il était impensable qu’ils se rendent plus loin. Peut-être étaient ils déjà plus loin que ce qu’ils espéraient ? Au fond de moi je me disais comme on, débâté vous, partez la tête haute. J’en conviens qu’il est façile de porter un jugement assis sur son G derrière mais, le cœur m’a levé.

    • @ jaisouventraison, effemmere et hockeygirl24

      Petite leçon d’histoire…

      Il y a 100 ans, le nom “Canadien” servait principalement à qualifier les Canadiens francophones. C’était d’ailleurs le terme qu’ils utilisaient pour parler d’eux-mêmes. Le parti politique de Louis-Joseph Papineau s’appelait d’ailleurs le Parti Canadien avant d’adopter le nom de Parti patriote. Plus tard, surtout après le Statut de Westminster, l’adjectif “français” est venu s’ajouter au mot Canadien afin de différencier les francophones et les anglophones. Le terme “québécois” s’est quand à lui généralisé seulement dans les années 60.

      Donc, le fait que l’équipe s’appelle Le Canadien fait bel et bien référence aux racines canadiennes-françaises (québécoises) et non au Canada en son entier.

      Ceci dit, est-ce qu’une équipe est tenu de respecter son nom dans le choix de ses joueurs/entraîneurs? C’est ici que le débat prend sa source.

    • Cette fixation sur la langue… Complètement dépassée!

      Certains confondent la langue, la nation québecoise et la nation canadienne.
      D’autres confondent une équipe privée avec une équipe qui représenterait le Québec ou le Canada.

      Le Canadien de Montréal est une équipe privée et un québecois est un résident du Québec, qu’il parle russe, chinois, anglais, ou n’importe quoi!

    • Ceci est mon humble avis…

      Je n’en peux plus que l’on mélange hockey et politique. Le Québec n’a-t-il pas d’autres fiertés et d’autres appartenances que le Canadien de Montréal… N’a-t-on pas d’autres choses à laquelle s’accrocher en tant que peuple? Le hockey devrait demeurer un sport où l’on veut être le meilleur possible, québécois ou non. Pas une association politique!

      C’est bien triste, mais la réalité de la Ligue Nationale est toute autre qu’au temps de Maurice Richard. Il y 30 équipes qui veulent toutes repêcher le meilleur joueur possible. Voilà pourquoi un Vincent Lecavalier joue avec le Lightning de Tampa Bay. D’ailleurs, pourriez-vous croire que les joueurs francophones se plaisent peut-être ailleurs qu’à Montréal. Ce ne sont pas tous les joueurs qui ont envie de répondre aux question d’une meute de journalistes à tous les matchs, et c’est la même chose pour les coachs, oups, entraîneur, désolé mon anglissisme!

      Bref, lâchons un peu le débat de la langue, ça devient lassant!

      D’ailleurs, demandez aux partisans qui est leur joueur préféré de l’édition actuelle du Canadien, vous n’aurez pas beaucoup de Latendresse et Lapierre, quoi que je n’enlève absolument rien à l’apport de ces joueurs que j’apprécie, mais qui n’entre pas dans la catégorie de mes joueurs préférés.

      Vous journalistes, continuez à rêver à Vincent Lecavalier, à inventer toutes sortes de rumeurs plus saugrenues les unes que les autres, et après demandez-vous pourquoi il n’y a pas plus de francophones avec le Canadien

      Moi aussi je rêve d’un Lecavalier avec le Canadien, mais je me suis faite à l’idée… il avait le choix de signer où il voulait, et il a fait son choix

      En terminant, quand la Coupe reviendra à Montréal, plus personne ne parlera de la langue, que le capitaine et l’entraineur soient francophones, anglophones, chinois, russes, ou… finlandais!

    • C’est bien beau de la fierté pour gagner, mais ça prend aussi beaucoup de talent et d’efficacité, parlez-en aux Red Wings.

      Comme certains l’on dit, oui on en veut des québécois, mais des Patrick Roy, des Vincent Lecavalier, ça court pas les rues. L’organisation aurait-elle pu repêcher plus de québécois, oui sûrement…mais cela questionne également notre ligue junior et notre développement.

      En passant, Ce n’est pas parce qu’on porte peu de l’importance du “fait francophone” chez le canadien, qu’on n’est pas fière. Disons que mon identité québécoise ne se base pas principalement sur l’équipe du canadien.

      Oui, j’aimerais que Koivu sache un peu parler français.
      Oui, j’aimerais que le coach soit francophone, mais avant tout, il doit être compétent.
      Oui, j’aimerais avoir des joueurs d’impacts comme Gagné, Brière, Levacalier, Luongo, mais j’aimerais aussi avoir Malkin, Lidstrom, Ovechkin, Chara.

      Parce qu’après tout, on discute d’une équipe de hockey professionnelle et que les partisans veulent voir avant toute chose, une bonne offensive avec de la vitesse, une défensive efficace…..parlez-en au Red Wings….

    • Autrefois, comme vous dites, les jeunes Québécois jouaient au hockey.

      Le hockey était la seule passion. Été, hiver, automne, printemps.

      Les parents continuaient la tradition et mettaient un bâton dans les mains de leurs enfants.

      Puis les parents ont laissé les enfants rester encabanés pour jouer aux jeux vidéos. Les parents ont aussi décidé de faire jouer leurs enfants au soccer car ca coutais moins cher et ils n’avaient pas a paser du temps sur la route et dans les arénas.

      Puis les journalistes, dans ce temps la, ne se servaient pas de leur pouvoir afin de créer des controverses et des débats a n’en plus finir sur la violence dans ce sport. C’est bizarre, mais depuis l’affaire Jonathan Roy, le hockey est devenu violent comme jamais dans la tête des gens.

      CKAC a parlé d’une étude qui disait que 90% des blessures au hockey étaient provoquées par les mises en échecs….Donc on devrait peut-être les enlever?

      Êtes vous rendu si aveugles que ca? Si je vous disais que 90% des blessures en voiture se produisent lors de contacts, vous me diriez quoi? Que cest ridicule! C’est la même chose quant aux mises en échecs. Pourquoi ne pas bannir le ski alpin car des gens se brisent le cou?

      Mon point dans tout ca est que les jeunes ont arrêté de jouer au hockey, donc il y en a moins de repêchés. Les parents gobent également tout ce qu’ils voient a la télé et ne veulent pas que leur fils se fasse bobo sur la glace, donc ils ne veulent plus que leurs jeunes jouent au hockey. La LHJMQ se fait mener du bout du nez par la ministre et ceux qui gobent tout ce qu’ils voient a LCN et en font une Ligue ridicule…..

      C’est pour ca qu’il y a moins de joueurs repêchés et c’est pour ca que ca va continuer…

    • Pour les ”flapshots” et ”hockeygirl24” de ce monde qui essaient de nous faire passer bêtement qu’il y a beaucoup de Canadiens ou plus spécifiquement, de Québécois chez le CH, le problème, c’est pas la quantité, VOYONS DONC, c’est la qualité. Arrêtez de nous vendre votre salade svp. Je vais vous sortir d’autres chiffres qui sont beaucoup plus éloquents…

      Sur les 2 premières paires de défenseurs : 2/4 sont Canadiens, 0/4 sont Québécois.
      Sur les 2 premiers trios : 0/6 est Canadien, 1/6 est Québécois.

      J’espère qu’on se comprend, c’est le noyau de l’équipe qui est en question ici! Arrêtez avec vos petites stats bêbêttes.

      Et oui, quoique vous en pensiez, le débat de l’IDENTITÉ a vraiment sa place dans l’analyse du CH.

      Pourquoi? Parce que justement, le Canadien n’a jamais démontré dans son histoire aussi peu d’identité et de caractère sur une aussi longue période. Messemble que ça crève les yeux, non?!?

    • Je n’en reviens pas de ce débat là! On se croirait devant Réjean Tremblay, Jean Perron et l’autre clown qui anime 110%.

      Lâchez moi avec les héros Joliat, Richard, Béliveau et cie. Il y en a combien de québécois héroique dans la LNH d’aujourd’hui? Lecavalier, St-Louis, Gagné, Brière (quand il n’est pas blessé) et Bergeron (quand il n’est pas blessé). Je m’excuse mais si on exclut les gardiens, il y a pas plus de 2-3 joueurs québécois qui peuvent aspirer à voir leurs noms mentionnés dans la même phrase que vos héros d’autrefois! Et puisqu’il n’y a pas que le CH qui peut les repêcher ou les signer, ce n’est pas surprenant qu’il n’y en ait pas à Montréal. Arrêtez de vivre dans le passé, on veut la meilleure équipe possible, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui mais ce ne sont pas à raison de leur nationalité! On aurait repêché Lecavalier si on avait pû! Pour Gagné, on s’est trompé de québécois en prenant Chouinard. Brière et St-Louis, presque toutes les équipes de la LNH n’en voulait pas, il n’y a pas que le CH qui s’est trompé dans leurs cas. Si ce n’était pas du CH, Latendresse ne serait sûrement même pas dans la LNH.

      Le problème, ce n’est pas le CH, c’est le hockey mineur québécois!!!!!!

    • je rêve au jour où la planète entière communiquera en code morse, ou en swahili avec coups de claquements de langues.

      On ne s’enfargera plus dans les fleurs du tapis, et on jugera son voisin par ses valeurs et gestes, pas par un drapeau ou la “culture”, terme vague et sans siginification s’il en est un.

      Y’en aura pus de chicane!!! Don Cherry et Réjean Tremblay balbutieront dans leur petit coin, et ce sera juste correct comme ça.

    • Bonjour Stéphane,
      Tout à fait daccord avec toi, mais tu sais le message doit surtout être entendu par les dirigeants. ;-)
      Je viens justement de laisser un commentaire chez Patrick Lagacé concernant la passion chez le CH, je t’invite à aller le lire, je pense que tu aimeras…

      Sache que si toutefois le désir de démarer une chaîne virtuel et/ou humaine pour crier ou même chanter la pertinence de ce texte que tu as écris, et bien je serai la première à te tenir la main…ok.. ;-)

      http://dianerythme.blogspot.com

    • Le problème c’est que les Francophones ne veulent pas jouer à Montréal. C’est rendu strictement un business…

    • Une question en passant, c’est les Canadiens de montréal ou le canadien de montréal???sur leur site ils s’appellent les canadiens en tous cas.J’ai jamais vraiment compris d’où venait le singulier.

    • Teamstef…

      À mon avis le plus gros problème est là….

      Mais même rendu là, ça prend quand même des dépisteurs du CH pour les trouver.. Pis ça on dirait que Timmins aime mieux les américains collégiens…;o)

    • Oups, laissez faire, wikipédia a répondu à ma question…

    • mardi 10mars:champion’s league de soccer européen;une équipe espagnole,le Réal de madrid vs liverpool,une équipe anglaise.Liverpool alignait plus de joueurs de nationalité espagnole que le Réal(4 vs 3).Arsenal compte un anglais dans son alignement,les meilleurs joueurs de la mailleure équipe d’europe(barcelone) sont francais,camerounais,argentins…voici la réalité du sport professionnel au 21 siècle
      le hockey suit cette évolution au risque de disparaitre,n’en déplaise aux intégristes de la langue française

    • Au risque de me faire traîté de fermé par ma blonde, je pense que les québécois ont le droit de vouloir avoir des héros qui parlent leur langue et partagent leur valeurs…

      C’est KOIVU qui m’a marqué en disant : “Carbonneau avait des problèmes de communications” ISH.

    • Imaginez un seul instant que les Toronto Maple Leafs nomment un capitaine ou encore un entraineur unilingue francophone.Quelle serait la réaction des partisans de Toronto vous pensez?
      Il n’y a que Montréal pour accepter un capitaine incapable de s’adresser à l’ensemble des partisans dans la langue dominante. Et les fans fans acceptent ça béatement en continuant d’acclamer une équipe de plus en plus déracinée et impersonnelle.Go…go…go.
      La plupart des joueurs se foutent magistralement des résultats puisqu’à la fin de la saison la plupart aura quitté Montréal.

    • On ramène Carbo !

      SURPRISE !

      On va communiquer avec ceux qui se sont ouverts la trappe, maintenant qu’ils fassent leurs preuves. Car comme on peut voir il n’y a pas un problème de coach, plutôt que c’est redevenu le country club de Koivu, Kovalev & Cie

      Et que Carbo puisse choisir cet été qui pourra reenouveller avec le CH parmi les agents libres.

      Pas sur que Koivu reviendrais…

      …en plus il ne mérite pas de devancer Jean Béliveau pour la longévité du capitaine. Koivu c’est pas un capitaine, …c’est un putchiste ! et pas rassembleur du tout ! Qu’on lui enlève son C au moins s’il n’est pas trop tard pour le record de M. Béliveau.

    • @maude23 – On s’ennuie des Nordiques? Dave Jackson, un unilingue anglophone, ca te dit qqque chose ca? WOW!

    • Il est assez révélateur de constater que ceux qui considèrent la nationalité des joueurs comme un facteur secondaire s’expriment en général de façon cohérente, dans un français assez bien écrit. Par contraste, ceux qui prônent la position nationaliste le font souvent dans un français médiocre, difficile même à comprendre, par moments.

      Lequel de ces deux groupes affiche un respect et un amour véritables pour sa langue ?

    • Scotty Bowman parle un très bon français

    • Maurice Richard était très québécois et francophone, mais un fait ne devrait pas passé inapercu pour les gens qui ne connaissent pas l’histoire du hockey.
      Maurice Richard a été coach des Nordiques pour 2 périodes et demie et il a disparu…
      Tirez vos proprers conclusions, sans être imbu-de-la-tridu.

    • Au debut de saison sa sentait la coupe (comme a chaque année d’ailleur) et depuis le match des etoiles (comme a chaque année d’ailleur) on parle de comment se sortir de la cave. Si l’équipe jouait bien personne ne parlerais des Joueurs Francophones.

    • Excellente analyse monsieur Laporte, bravo.

      D’ailleurs sur les vieux chandails des Canadiens c’était inscrit F pour Français. Parce que lorsque l’équipe des Canadiens a été créé il y a 100 ans on s’appelait pas le Québecois on s’appelait les Canadiens Français.

      Lorsqu’ils ont décidé de remplacer Canadiens Français par Québécois, ils auraient dû changer aussi le nom de notre équipe de hockey, merde !!

      Pour fêter notre victoire de l’indépendance du Québec, on va se faire une superbe équipe de hockey pour notre nouveau pays l’équipe de la Nouvelle-France. Pour avoir la chance d’être dans cette équipe les joueurs devront obligatoirement être né en Nouvelle-France et parler Français.

      C’est sûr ça prendra au moins une fleur de lys sur leur chandail. C’est les fans qui voteraient par internet pour le choix du nom et du chandail de l’équipe.

      Ça nous prendrait aussi un genre de centre Bell plus central géographiquement dans le Québec. Pour que ce soit plus facile d’accès pour tous les Québécois, de tous le Québec.

      Une équipe de hockey ça n’appartient pas seulement à une ville mais à tout le Québec.

      Un Peuple Un Parti Un Pays !

      Sylvie R. Tremblay
      Chef, Parti Jeanne du Lys
      Souveraineté Autonomiste
      ttp://www.jeannedulys.qc.ca

    • Salut!
      Moi je me croise les doigts!
      C’est malheureusement le plus que je peux faire.
      P.S. A part allez aux pratiques avec une pancarte! lol

    • @laotzeu

      Vous avez dit : ”Il est assez révélateur de constater que ceux qui considèrent la nationalité des joueurs comme un facteur secondaire s’expriment en général de façon cohérente, dans un français assez bien écrit. Par contraste, ceux qui prônent la position nationaliste le font souvent dans un français médiocre, difficile même à comprendre, par moments. Lequel de ces deux groupes affiche un respect et un amour véritables pour sa langue ?

      Mange ”don”…le petit gars à papa et maman il avait des sous ”pi” junior est allé dans les écoles privés ”pi il se sent supérieur aux autres pour ça…

      Quel être ignoble et imbus de lui-même !

      Le problème c’est que pendant que ceux qui possèdent des doctorats, 5 % de la population, staignent et sont dans des guerres intellectuelles d’ou on va mettre la virgule le peuple évolu. Une langue ce n’est pas réservé à 5 % de la population elle doit représenter le language. Il ne faudrait pas que ces grands maîtres oublient qu’une langue est avant tout un outils de communication de tous les jours, pas un latin qui ne peut être exprimé que par 5% de la population.

      Pouvez-vous m’expliquer o maître…pourquoi une réalité se termine avec é et une épée se termine avec ée ?

      Pourquoi on bateau est un nom masculin et cuisinne féminin, pourquoi ? C’est pas un peu matcho ?

      Et pourquoi ça ne serait pas le féminim qui l’emporterait sur le masculin ?

      Avant de critiquer la paille dans l’oeil des autres regarder donc la poutre dans le vôtre et laissez donc le monde s’exprimer en paix peut importe leur dégré d’éducation qui souvent est relié aux comptes en banque des parents.

      C’est ça la liberté d’expression et le droit des hommes !

    • N’en déplaise à certains «blogeurs» mais lors de la dernière conquête de la coupe Stanley, l’équipe comptait 14 québécois en plus de l’entraîneur. Ne vous faite pas d’illusion le Canadien ne gagnera plus rien. Pour gagner il faut y mettre du coeur. La preuve Carbonneau est parti et les sans coeurs sont toujours rois et maître de l’équipe. Moi aussi je rêve au retour d’une équipe à Québec pour chauffer les fesses du Канадцы (Canadien en russe).

    • ricoqc
      Quand je sais que des “grands penseurs de Montréal” (et là, je suis cynique) ont craché leur fiel sur Québec parce que McCartney venait chanter en anglais sur les plaines pour le 400… Que Québec a eu des menaces parce qu’on a voulu reproduire la bataille des plaines… Et là, on enlève la fierté francophone sans même un grincement de dent à Montréal au sein du Canadien.

      Ca avait pas rapport avec la ville de Québec, les gens chialait contre le fédéral pour la bataille des plaines et le concert de McCartney. La ville de Québec doit cesser de se penser comme étant le nombril du monde. De toute manière, il y a plus de souverainistes a Québec qu’à Montréal me semble.

    • Je n’en reviens tout simplement pas du discours anti-Québec/antifrancophone de certains intervenants sur ce blogue. Je n’avais jamais réalisé qu’on avait autant de petits Don Cherry chez nous. Pathétique!

    • Qui sont les deux derniers entraineurs à avoir gagné la coupe Stanley? Demers et Perron… Pourtant à les écouter à la télé ni l’un ni l’autre ne s’exprime en français.

      @Jeanne_du_lys… “F” pour français? J’ai toujours cru que c’était “H” pour habitants… n’importe quoi pour plogger sa p’tite cause souverainiste.

      Belle réponse envers “laotzeu”, quelle ouverture. T’es probablement une des premières à penser que les québécois qui réuississent sont soit vendus aux anglos ou bien des crosseurs qui prennent avantage du petit peuple.

    • Je suis un gars de 25 ans de Québec et je me souviens du temps des Nordiques lorsque j’était gamin et laissez moi vous dire que jamais O grand jamais la langue des joueurs ne ma traversé l’esprit , pour moi ils était tous simplement des joueurs de Hockey , mes idoles, peut importe leur langue , nationalité , etc.

    • La loi de l’offre et de la demande, le consommateur est roi.

      Je ne me reconnais plus dans ce club alors j’arrête d’en consommer. Il y en a d’autres clubs ailleurs. Le lien qui nous unissait au club a été rompu.

      J’essaie de m’imaginer les Maple Leafs de Toronto dirigé par un unilingue francophone avec seulement 3 ou 4 jours “Canadians” comme les aiment tant Don Cherry et je me demande si les gens de Toronto achèteraient de ce produit-là?

      J’en doute. Les “Canadians” sont aussi nationalistes que les Québécois croyez-moi.

    • Bonjour à tous, juste pour vous dire que personnellement ce qui m’énerve avec la réplique “l’important c’est la victoire”, c’est que justement elle ne vient plus cette victoire. Mais j’imagine que, quand on est colonisé et en admiration devant un veau d’or comme les couleurs d’un chandail, la victoire et la fiertée n’ont pas d’importance. Il est bien certain que je prend Oveshkin ou Malkin ou Zerreberg dans mon équipe demain matin, mais Les Ks des CH…. j’aimerais mieux des Dumont, des Vermettes, des Ribero tiens. Sans rancune, ni haine, ni racisme, ni fermeture d’esprit.

    • @ marc_g

      Il n’y a rien d’anti-francophone ici. Il y a juste des personnes qui disent se foutre complètement de la nationalité ou de la langue du coach du CH. Ou des joueurs. Ils veulent le meilleur homme de hockey.

      Le gros bon sens, donc.

    • Incroyable!

      Pour un moment, svp arretons d’attaquer l’opinion de l’autre sans meme se donner la peine de voir pourquoi il pense comme cela.
      Parlons d’ouverture sur les autres et sur le monde.

      J’adore le Canadien, j’adore depuis tres tres tres longtemps.

      Je comprends que l’effort et la qualite du joueur n’a rien a voir avec d’ou il vient, c’est certain. (Russe, americain….) mais le fait qu’il ait grandi dans la province, lui donne tout simplement plus de chance de comprendre ce que represente vraiment cette equipe pour nous les partisans quebecois. C’est beaucoup plus que juste du hockey. C’est nous.
      Ca ne s’explique pas. Ca se vit.
      On ne peux pas essayer d’expliquer a un joueur jusqu’a comment on aime le hockey et comment c’est important pour nous ici. Il doit l’avoir vecu pour comprendre. Il doit l’avoir dans les trippes….comme toi, comme moi, comme nous.

      C’est justement pour cela que je suis d’accord avec ceux qui pensent que c’est une bonne idee d’essayer d’avoir plus de joueurs d’ici. Ce n’est pas une question de politique, de separatistes, c’est une question de trippes!

      Si nous les partisans , le monde, on capote sur les Canadiens, ya des chances que les joueurs d’ici grandissent en capotant aussi sur les Canadiens et veulent gagner a tout prix!! C’est logique non!

      Merci.
      Bonne lecture.

    • Respect pour les Canadiens-français, vous avez dit? N’attendez pas le Club de Hockey Canadiens pour respecter les Canadiens-français. La preuve? Voilà comment on a traduit la phrase suivante dans le calendrier 2009 des Canadiens ( novembre): Goalie Carey Price made his NHL debut on Oct. 10, 2007, earning a win (3-2) against the Penguins. Voici LA TRADUCTION: Le Prix de Carey de gardien de but a fait son début de NHL sur Octobre 10, 2007, gagnant un gagner (3-2) contre les Pingouins. C’est pas beau ça? On repassera pour le respect !

    • Si l’on doit s’identifier à une équipe sportive, par recherche de valorisation ou autre raison, elle doit ‘nous’ représenter, que ce soit au niveau de la langue, de la culture, ou de quelque symbole distinctif de notre société. Si l’on ne peut s’identifier, alors le sport n’est qu’une business, un regroupement d’enfants (oui, le sport est enfantin mais les hommes restent enfants longtemps) gâtés mais talentueux, prêts à changer d’équipe au moindre incitatif salarial. Quelle peut être la gloire ou valorisation pour une ville représentée par une équipe réunie par le pouvoir de l’argent ? Personnellement, je trouve que la position Stéphane a une certaine logique, ceux qui sont contre devraient se demander à quoi ça sert d’applaudir une bande de millionnaires en train de pousser un puck, à part le divertissement que cela procure et d’apprécier leur talent athlétique.

    • Le nom officiel du Canadien est le “Club de Hockey Canadien”, d’où le surnom Canadien, d’où le CH (le H signifie Hockey et non Habitants). À l’origine le nom était “Club Athlétique Canadien”. Voilà pour l’origine du nom pour ceux qui se posaient la question.

      Maintenant pour ceux qui mêlent politique, langue et sport et qui rêvent à un Québec souverain, bien voici: le Québec un fois séparé serait toujours entouré de 325 millions d’anglophones. Exactement comme c’est le cas présentement. Donc des anglos il y en aura toujours autour. Que ça plaise ou non.

      À partir de là, tirez-en vos propres conclusions.

    • Le coach du Canadien peut parler le langage des signes. Peu m’importe si l’équipe gagne et nous fait flipper.

      Ouais… ouais… Coach et flipper. Pis? Ça aussi c’est ma langue maternelle!

    • Avez déjà entendu des équipes de baseball américaines se plaindre du manque d’Américains anglophones dans leurs rangs? Vladimir Guerrero est un héros à Los Angeles et il ne parle pas plus anglais que Koivu le français. Il y a des tonnes de joueurs japonais, coréens, cubains, etc. qui utilisent toujours un interprète, et alors? Tout le monde aime de voir un joueur de la région joindre les rangs de l’équipe, on dit qu’on veut des francophones, mais personne ne réclame Jonathan Toews et on a pas pleuré Mark Streit. Moi aussi j’aime bien voir des francophones à Montréal et je rêve de Lecavalier à chaque match, mais arrêter de me rappeler l’époque de Maurice Richard, on sait tous que c’était une belle époque, mais c’est terminé. Il fut un temps où les Yankees étaient pleins de New yorkais dans leurs rangs, aujourd’hui ce n’est plus très vrai et ils ont de meilleurs arguments ($$$) pour attirer leurs prodiges locaux que nos Canadiens. Les New Yorkais aussi trouvent ça triste de ne plus avoir la belle époque devant eux, mais ils ont fait leur paix avec la réalité contemporaine.

    • Une réponse éducative à jaisouventraison:
      Pour une fois vous avez ridiculement tord. Il manque l’Histoire à votre culture. À l’époque où le club Canadien s’est formé, il y avait deux nations à cette époque au Cananda: les British et les French Canadians qui s’appelaient entre nous Canadiens. Alors le terme Canadiens signifie de nos jours Québécois et il y en a trop peu dans cette équipe.

      Il m’apparaît difficile de comprendre que si les frères Šťastný ont réussi à apprendre le français, il est difficile de concevoir que la directiondu Canadien de Montréal ne puisse pas payer des cours de français oral à ses joueurs vedettes. Un exemple à suivre: celui justement de Bob Gainey.

    • Tout à fait d,accord avec Stéphane, les hauts dirigeants de ce “hockey club” ont montré leur peu de respect pour la population québécoise en cette année du 100e (congédier Carbonneau). L’ovation de la foule à Martin Brodeur hier soir a bien montré que la foule saluait “ses” champions, cette ovation a réussi à couvrir les huées qu’elle réservait au “hockey club local”.

      Les dirigeants renient les origines du club. Ce sont des “serial K “, qui se débarrassent des francophones peu importe leur talent. Mais ces “”serial K”" ils vont finir par passer dans la mite à force de multiplier les conneries.

      Congédier Carbonneau, un entraîneur de grande qualité et la plus grande vedette de l’équipe. Et cela après avoir laissé partir d’autres francophones comme tu le soulignes: Huet , Streit,Ribeiro, … Bégin vient de partir
      C’est honteux, c’est gênant…. dehors la direction et le système de repêchage de ce club…. Ils ont gâché le 100e…. ils font du cash et ils se foutent éperdument du public… booh, chou…. j’espère que les cris de Carbo, Carbo, Carbo vont continuer à se faire entendre … si je pouvais avoir des billets … je ne me gênerais pas pour aller crier Carbo, Carbo, j,avoue que dans la gang c’était mon préféré….. finaliste au titre d’entraîneur de l’année, l’an dernier et entraîneur de l’équipe d’étoile il ya quelques semaines… il ne méritait pas ce congédiement.

    • Je suis d’accord que s’est une grave erreur de congédier carbo ! Ce n’est plus le canadien , on devrait l’appeler les popove(russe) se sont les bosse il faut croire!
      L’ame du canadien etait aussi steve begin.Tant qu’a moi personnellement je vais prendre pour les dévils ! Bravo Brodeur !! Gainer et les canadien peuvent couler!!
      Il serait hilarant de voir les nordic revenir avec Roy comme entraineur!

    • Si le mot Canadien est l’ancêtre du mot Québécois, si est Québécois quiconque vit au Québec et si on peut supposer que tous les joueurs du Canadien vivent la majorité de l’annéee au Québec, alors n’est-il pas le cas que tous les joueurs de Canadien sont Québécois?

    • @yvon_rocher. Qui a dit que quelqu’un avait quelque chose contre les Anglos ? Se respecter, et se faire respecter, c’est quelque chose que l’on fait pour soi. Je parle trois langues, je suis mariée à une Anglo, ce qui ne menpêhce pas d’exiger qu’on me serve en français à Montréal. Lorsque je suis à Londres, je parle anglais et à Mexico, espagnol. Et si un jour j’ai la chance d’aller travailler à Barcelone, j’apprendrai le catalan. Il me semble que c’est pas compliqué. Pourquoi se faire respecter serait synonyme de fermeture. Et puis, pourquoi vouloir se donner un pays serait synonyme de fermeture ? Il y aurait donc 191 nations fermées, dont les Américains, les Français, les Norvégiens…. quelle logique !

    • Je ne les appelle plus les Canadiens de Montréal, je les appelle les étrangers de Montréal, c’est pour cela que ces joueurs sont moins motivés que des vrais Canadiens francophones.

    • @soso34

      Le plus triste dans tout ça c’est que Bégin est parti à cause de Carbo justement. N’est-ce pas pathétique à quelque part?

      Le CH aura eu tout faut en cette année du centenaire. Bref le CH aura été l’équipe du vingtième siècle. Je souhaite que le centre Bell ne fasse pas salle comble l’an prochain. Ce serait un message à l’organisation.

    • @dubeaum: votre observation est tout à fait pertinente. Bien que je sois moi-même d’origine anglo-québécoise, je ne suis pas hypocrite! Stéphane Laporte sait très bien que l’originie du mot “canadien-canayen” désigne le peuple fondateur FRANCOPHONE de l’amérique du nord. Lord Durham, dans son noble plan d’assimiler la majorité francophone au peuple conquérant anglais a tenté de déposséder les francophones de leur identité en usurpant le mot canadien et en l’appliquant à la totalité des habitants. Mes ancêtres anglophones, tous loyalistes, détestaient ce nom! Ils se voyaient comme des habitants de l’Amérique du nord Britannique et en ont voulu à Durham de les “descendre” si bas que de les appeler “canadiens”…

      Vous avez raison Stéphane, en dépit du révisionnisme historique de Harpeur lors du 400e de Québec, Canadien (surtout quand on considère l’origine historique du nom dans l’institution de hockey, qui se départageait ainsi par le nom canadien des anglos de Mont-Royal et de leur club de Hockey) = Québécois…

      C’est pas faire de la politique que d’affirmer cela, c’est simplement connaître son histoire. On nous l’enseigne encore dans les écoles anglophones, dommage que les québécois francophones aient abandonné l’étude de la leur…

    • Juillet 2017

      Le Suisse, Streit, revient avec le Canadien, Stéphane. lol

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mars 2009
    L Ma Me J V S D
    « fév   avr »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives