Stéphane Laporte

Stéphane Laporte - Auteur
  • Stéphane Laporte, collaboration spéciale

    Concepteur, auteur et réalisateur, Stéphane Laporte a collaboré aux succès de plusieurs émissions de télévision qui ont marqué le petit écran par leur qualité et leur originalité.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 24 décembre 2008 | Mise en ligne à 11h39 | Commenter Commentaires (28)

    Noël couché dans les manteaux

    x00228_9.JPG

    Je suis dans une zone où je n’ai jamais été. Il est 3 h du matin. Je n’ai jamais vécu ça 3 h du matin. Debout, habillé, réveillé. C’est le gros party dans la maison. Papa, maman, ma soeur, mon frère, mes oncles, mes tantes, mes cousins et cousines sont tous là. En train de rire et de parler fort.

    Je me suis éclipsé du salon pour aller faire pipi. C’est bizarre, dans le bain, il y a plein de bottes et de caoutchoucs. Mes oncles appellent ça des chouclaques. Ma mère dit qu’il faut dire caoutchoucs. Peu importe ce que c’est, je ne savais pas qu’on avait le droit de mettre ça dans le bain.

    C’est vrai que le vestibule n’est pas grand. Et si on les avait alignés là, il y en aurait eu jusque dans la cuisine. J’approuve.

    Je sors de la salle de bains. J’ai les yeux qui piquent. J’ouvre la porte de la chambre de mes parents, juste pour savoir pourquoi elle est fermée. Wow! Il y a une montagne de manteaux sur le lit. Le vison de ma tante Louise, le paletot de mon oncle André, le lynx de ma tante Pierrette, la canadienne de mon oncle Yvan, le coupe-vent du cousin Pierre, le foulard de tante Jacqueline… Et plein d’autres en dessous que je ne vois pas, de ceux et celles qui sont arrivés en premier. Des noirs, des rouges, des en poil de chameau, des en poil mauve. On se croirait dans une manufacture.

    Je ne savais pas qu’on pouvait laisser son manteau sur le lit. Comme ça. À la traîne. C’est vrai que le placard est petit. Il ne reste plus d’autre endroit. Je sais que je ne suis pas vite, mais je finis par comprendre. J’approuve aussi.

    J’ai envie de… Et pourquoi je me retiendrais? Je ferme doucement la porte de la chambre pour que personne ne me surprenne. Je prends mon élan. Et je saute dans la pile de manteaux. Quel amortissement! On est bien, là-dedans. Ça sent le parfum des tantes et l’après-rasage des oncles.

    Vu de près, comme ça, je me croirais dans une meute de loups. De renards ou de chinchillas. Et s’ils reprenaient vie, tous ces petits animaux, ils me boufferaient vivant. Peut-être pas. Peut-être qu’ils me prendraient pour un des leurs. Je me colle sur le vison. Comme si j’étais son petit. Et je ferme les yeux. Mes cadeaux peuvent attendre. Je suis bien, ici.

    J’entends les grands de l’autre côté du mur. Parler de leur nouvelle voiture, des prouesses de Jean Béliveau et des folleries de Jean Drapeau. Je devrais aller les rejoindre, mais je suis bien, dans leurs manteaux. Il y a moins de fumée que dans le salon. Et les fourrures amortissent le son des verres et des éclats de voix. Ça devient presque comme un doux ronron. Un rigodon transformé en berceuse. C’est rassurant.

    Rassurant de savoir qu’ils sont juste là à côté. Que rien ne peut m’arriver. Même s’il y a juste une petite lampe d’allumée dans la chambre. La noirceur ne me fait pas peur.

    Je regarde autour de moi. Et j’ai la drôle d’impression que je vais me rappeler ce moment-là, quand je serai grand, quand je serai de l’autre côté du mur. Je me sens comme dans un souvenir. Comme si le présent était décalé. Comme si, entre ma tête et mon coeur, il y avait un délai. Comme si mon coeur était en avance et savait déjà que je suis dans le passé.

    Un peu plus et je serais en train de vivre une expérience extrasensorielle, un voyage astral dans une galaxie de manteaux. J’ai dû boire trop de Coke.

    C’est difficile à expliquer à mon âge, mais je sens que le temps est en train de passer. Durant une journée normale, on vit et les heures ne servent que de repères à nos activités. Se lever, manger, se coucher. Toujours la même routine.

    Mais à Noël, plus rien n’est pareil. Il y a plein de monde dans la maison. Il y a des bottes dans le bain, des manteaux sur le lit. Et on reste debout toute la nuit. Tout le monde danse, tout le monde tourne, mais arrive un moment où ce n’est pas le temps qui s’arrête, c’est nous. Et on voit le temps nous dépasser. C’est peut-être en sortant dehors pour déneiger l’auto, c’est peut-être en regardant les plus jeunes jouer avec leurs cadeaux, c’est peut-être en allant chercher de la bière dans le frigidaire. Mais pendant quelques secondes, on se voit en train de fêter Noël. Et on se sent tout petit, petit. Comme un enfant dans une mer de manteaux. Et on se dit que, bientôt, tout ça deviendra un souvenir. Et nous aussi.

    Je me réveille. Je sens les bras de mon père me prendre le cou et les jambes. Il n’y a plus un seul manteau autour de moi. Toute la visite est partie sans que je m’en aperçoive. Comme par magie. Noël est fini. Je traverse la maison dans les bras de papa jusque dans ma chambre. Papa me dépose dans mon lit. Ma mère me borde.

    Et je m’ennuie déjà de mon Noël couché dans les manteaux.

    Joyeux Noël à tous! Et un bien spécial à tous mes oncles, tantes et cousins, cousines qui portaient ces manteaux. Où que vous soyez maintenant, j’ai votre parfum dans ma mémoire et vos voix dans mon coeur.

    (chronique du 24 décembre 2006)


    • J’ai le même souvenir. Et 2 fois plutôt qu’un. Le premier à Noel et le second, lors du party de ma première communion. J’ai manqué 2 bons buffets. :-)

    • tu mas rappeler de bons souvenirs que c etait le bon temps exac tement comme chez nous et la bonne odeur d une orange qu on mangeait une fois par annee bon noel a tous

    • incroyable, j’ai 55 ans et en lisant ton texte en l’espace de 2 minutes, tu m’as fait revenir dans le passé. j’ai vécu exactement les meme scènes telles que décrites par toi.

      Aujourd’hui, pour toutes sortes de raisons et beaucoup de décès, la famille est toute petite.

      Beaucoup de nostalgie pour moi que de ne plus avoir une grosse famille, le passé me manque beaucoup car je n’aimes plus le monde dans lequel on vis maintenant.

      Les traditions sont disparues, tout ce qui compte aujourd’hui est le matériel et les relations humaines entrain de prendre le champs. J’ose espérer qu’avec la nouvelle génération qui s’installe et avec la remontée des naissances et des familles, que ce bon vieux temps-la revienne.

    • Joyeux Noël à toi aussi Stéphane et à tous tes lecteurs. Voici le cadeau de Noël que je vous offre. Et si vous voulez m’en faire un à votre tour, envoyez ce lien au plus grand nombre de personnes possible.

      http://www.youtube.com/watch?v=8R5D_-h7XRs

    • Salut Stéphane , j’ai 57 ans et tu décris exactement ce qui se passait dans notre famille à cette époque. Nous n’étions pas riches mais on avait tellement de plaisir avec nos cousins cousines que l’on voyait pas souvent.Laisse-moi te dire que la chambre de nos parents était le terrain de jeux de tous les enfants qui se ramassaient dans les manteaux de toute la parenté !!! Et on recommencait le même manège la veille du jour de l’an et aux rois chez les cousins. Nos parents faisaient semblant de nous chicaner mais avaient bien du plaisir eux aussi à rapatrier les bons manteaux aux bonnes personnes. Quels beaux souvenirs…

    • Bonjour,

      Votre texte m’a rappelé l’époque de ma jeunesse. Et je l’ai lu avec une larme à l’oeil, puisque cette année c’est un peu plus difficile avec maman qui est décédée et papa qui souffre de la maladie d’Alzheimer et dont je suis le seul à m’occuper dans la famille. Mais malgré tout ça, je veux quand même vous souhaiter à vous et vos lecteurs un très joyeux Noël.

    • Je me joins aux autres pour remercier Stéphane d’avoir reproduit ce beau texte que j’ai dû manquer à l’époque.

      Je suis dans la fin de la vingtaine et je me reconnais aussi là-dedans. La famille est maintenant éclatée et dispersée; un des deux parents étant décédé. Disons que les choses ne se passent plus exactement comme ça. Même que cette année, on fête ça le 29, tant tout le monde est occupé les 24-25 dans des partys de toutes sortes, que ce soit avec les belles-familles ou autre. Inutile de dire qu’un tel scénario aurait été inimaginable il y a à peine 20 ans. Le 24-25 au soir était réservé à la famille, et c’était un sacrilège de même envisager d’aller fêter Noel ailleurs. Cette année, c’est le patriarche qui a offert de faire ça le 29. Les temps changent.

      On se donne beaucoup moins de cadeaux aussi, et ça boit pas mal moins (ou plus intelligement) qu’avant. Sans compter l’odeur de la cigarette qui est complètement disparue de ces réunions. Ça, ce sont de bons changements tout de même.

      Joyeux Noel à tous!

    • Just un mot qui me vient a l’esprit “Nostalgie”,c’était la même chose dans ma famille,mais les années ont passé
      p.s.Je souhaite a ceux de la “nouvelle génération”d’avoir d’aussi beaux souvenirs

    • Très beau texte. Joyeux Noel d’antan à tous et à toutes.

    • Tu as visé dans le mille avec cet article mon cher!
      Tout le monde se rapelle cette belle époque ,fin 60 début 70 pour moi, toute la visite venait aussi chez moi ,dans le sous-sol, les mononcles accotés au beau “Bar” de papa, les matantes un peu mêlés partout dans la maison ,et cette odeur de ma famille imprégnée dans tous les manteaux qui m’abriaient dans le grand lit de mes parent ! J’ai 44 ans et je fête ce soir le 1er Noel de ma petite fille qui a 8 mois et je me demande ….aura-t-elle d’aussi beaux souvenirs de Noel que ceux dont j’ai conservé ?

    • 2006? Ce billet est toujours d’actualité et m’a fait revivre de beaux moments. Quand j’étais petite, j’étais en charge d’aller porter les manteaux sur le lit de mes parents le jour de l’an et j’aimais moi aussi m’enfouir dans les fourrures sauf une année où notre maison a pris en feu le 1er janvier. Adieu party!
      Dans la fumée dense, je suivais ma mère le nez collé sur son manteau en vison pour sortir de la maison. À partir de ce jour, j’ai toujours trouvé que la fourrure était une matière rassurante et réconfortante.

    • Tout en lisant le texte, je revoyais les scènes de mon enfance, je sentais l’odeur des fourrures sur le lit, j’entendais les adultes rire de plus en plus fort à mesure que la soirée avançait. Que c’était donc attendue cette soirée préparée avec soin depuis des jours…

      Je regarde en avant parce que ce n’est pas mon genre de regretter le passé, mais juste ce soir, pas plus, j’ai le coeur gros en pensant à tous ceux qui ont fait partie de ces événements et qui ne sont plus de ce monde pour se les rappeler avec moi.

    • Ah! il y a des images qui se sont misent a danser dans ma tête, j’ai sauté moi aussi sur les manteaux! hihihiii! Mais oui, j’ai fais ça en douce pendant que tout le reste de la famille festoyait!.. ;-) Ah! (soupir) que de souvenirs… (silence)
      Merci pour ce beau voyage et Joyeux Noël à toi et ta famille..HO! HO! HO!
      http://dianerythme.blogspot.com

    • Dites aussi que vous avez oublié le bain rempli de bouteilles de bière et de Gin. Le tapis du salon enlevé pour que les invités puissent danser. La bouffe à minuit. Dinde, ragoût de patte de cochon, tourtières, patates pilées et légumes, desserts à faire saliver même ceux qui ont été trop gourmands. Que de souvenirs! Joyeux Noël et merveilleuse année à tous. Au diable l’économie!

    • Aye aye que tu as remué en moi (et comme à beaucoup d’autres comme je peux le lire) des souvenirs doux et nostalgiques de notre enfance. Avons nous plus de beaux souvenirs que nos enfants ne pourrons jamais en avoir?

      Je vous laisse sur cette anecdote concernant le réveillon d’hier et…à vous d’en tirer vos conclusions… Nous, la “gang des manteaux” des années 60-70, avons maintenant des enfants entre 9 et 15 ans. Bien entendu, hier soir, ils brillaient par leur absence au rez-de-chaussée étant tous entassés au sous-sol avec leurs “Wii”, X-box, ipod (et j’en passe!) nouvellement reçus du Père Noël! A un moment donné, nous nous sommes mis à jouer à des jeux auxquels nos parents, oncles et tantes, s’adonnaient lors des gros party de Noël d’antant, vous savez, la chaise musicale, le saucisson dans la bouteille etc. A nous entendre rire autant, ceux-ci sont montés voir ce qui se passait… et ils ont passé le reste de la soirée à vouloir faire ces jeux avec nous… abandonnant tous les nouveaux jeux électroniques reçus au sous-sol (jusqu’à ce matin du moins!)… qu’est-ce que vous croyez qu’ils avoir retenu de Noël 2008 dans 15 ans… les jeux électroniques ou bien le saucisson dans la bouteille? Joyeux Noël à tous!!!

    • Que de beaux souvenirs.! Je me rappelle ces party de famille comme si c’était hier et j’ai 70 ans. Il me semble que le ciel était différant la nuit de Noel en marchnt vers l’église et que dire du retour avec en tete les cadeaux et le réveillon.J’ai perpétué ces moments avec mes enfants et maintenant ce sont mes petits enfants qui continuent la tradition.
      Merci Stéphane de nous le rappeler. Joyeux Noel a tous. oh oh oh

    • Moi aussi je suis nostalgique de cette époque révolue. Qu’est-ce qui a changé ou qui a changé je ne sais pas. Avec toutes les possibilités de communication dont on dispose de nos jours, on se perd de plus en plus. Pourtant, on a des voitures plus rapides et plus sécuritaires, des cellulaires. Tout pour agrémenter notre vie quoi. Mais rien n’y fait on s’éloignent. Dommage! Qu’est-ce qui va remplacer tout ça je ne sais pas. L’avenir me fait peur et j’ai 58 ans. Une chance que je n’ai pas un avenir si lointain.

    • Joyeux Noël tout doux, Stéphane au coeur d’enfant.

    • Depuis mon enfance, après ces soirées chez mes parents, j’appelais mes vieilles tantes, les tantes boules à mites, en raison de l’odeur que dégageaient leurs manteaux dans la pile sur le lit. Mais comme je suis très loin d’être nostalgique, la vie continue et j’apprécie chaque Noel qui apporte ses nouvelles traditions.

    • Bien écrit, léger, précis, lyrique…
      tu as des talents l’artiste!

    • JOYEUX NOËL et HEUREUSE ANNÉE à TOUTES et TOUS.

      Plus çà CHANGE, plus c’est PAREIL !…

    • Salut!
      Une chance t’es la parce qui a personne qui se rapellerait de ca! lol
      merci! Joyeux noel & bonne année Go ecj Go

    • Que de souvenirs…Cette année, je me suis mise à penser, a toutes les personnes qui nous ont quitté. Il y en a tellement. Tous les grands parents, mes 8 oncles sur 9, des cousins, cousines…heureusement, mes parents sont encore là. Mais ils sont âgés et j’ai peur. Pendant le minuit chrétien de la messe de “minuit” à 20.00 heures, je me suis mise à pleurer en pensant à tout ces Noël. Oui les yeux nous piquaient sans bon sens mais c’était des Noël rempli de joie et ca fêtait joyeusement. Moi aussi j’ai peur des souvenirs que je laisserai à mes petits enfants. Et si ils ne connaissaient jamais ca se cacher dans les manteaux parce que les familles rappetissent ? Parce qu’il faut faire attention au manteau en cachemire de Josée, la demi soeur du deuxième mari de la demi soeur de mon beau père ? Et si les seuls souvenirs qu’ils auraient était l’année où la manette du Wii était cassé ? Essayons de perpétuer des traditions…Ca fait tellement de beau souvenir à chérir. Bonne année Stéphane

    • Je me souviens des partys de Noël dans les manteaux.
      Surtout celui de mes 14 ou 15 ans.
      J’étais dans la chambre des manteaux avec ma cousine. Nous n’étions pas à jouer au docteur ni au Père Noël. Nous étions trop… je sais pas trop quoi.
      Juste à s’embrasser. Pensant que personne ne viendrait dans cet entrepôt de fourrure, de manteaux et d’odeurs prenantes dans certains cas.
      Nous avions assez chaud que nous aurions pu sortir dehors et faire fondre la neige.
      Et qui arrive?
      Le petit cousin de 5 ans qui, nous voyant, ressort en courant et gueulant:” Jean et ma soeur sont entrain de s’embrasser.”
      Même pas eu le temps d’esseyer de l’amadouer ou l’acheter.
      Ma cousine et moi avons dû finir la soirée assis sur des divans en regardant les autres avoir du plaisir

    • Merci pour les souvenirs! Chez nous, mon frère et moi étions les seuls enfants (adoptifs en plus) et quand j’avais environ 6 ans et mon frère 9 ans, Papa avait fait la moyenne d’âge à Noël : c’était 54 ans… Nous étions gâtés côté cadeaux, mais mon frère et moi allions dans nos chambres regarder ce qui se passait en face où il y avait 5 enfants et du cousinage à la pochetée. L’histoire des manteaux, plusieurs l’ont connue et ça évoque des souvenirs d’odeurs chères. Il y a plus de 20 ans, je recevais en hiver et ça avait été très drôle de trouver mon chat en train de laver le vison d’une visiteuse (il pensait que c’était sa mère ou quoi?). Pour “somsom”, c’est triste qu’il ne vous reste que votre papa souffrant d’Alzheimer et que vous soyez seul à en assumer la charge. De la génération de mes parents, il ne me reste qu’une tante âgée qui subit le même sort que votre Papa et mon frère me disait récemment, quand elle allait un peu plus mal, de l’appeler seulement quand… J’ai plus de chance que vous, ayant retrouvé une erreur de jeunesse il y a maintenant 18 ans (ma fille), et depuis que ma mère est décédée il y a 9 ans et qu’il ne reste donc plus d’attaches, je fabrique de nouvelles traditions avec ma fille, son fils, sa soeur (adoptive, pas ma fille, mais bienvenue dans mon coeur) et sa fille à elle (qui n’avait pas de grand-maman car la maman adoptive est décédée) qui est devenue ma petite-fille par choix. Ce samedi, nous avons fêté (et le chum de ma fille, il est tellement rigolo, je l’adore!) notre Noël avec des petites traditions (chacun reçoit son initiale en chocolat, certains items au menu sont inébranlables) et Mélanie se fait fêter son anniversaire du 29 et repart avec un gâteau tout entier fait juste pour elle et des bouquets de ballons (c’est donc dur d’attacher ça, des “ballounes” après les avoir gonflées). Ça ne durera peut-être pas longtemps, car quand on a 16 ans, on approche du moment où on va vouloir passer Noël avec le chum ou la blonde. Bon! je rassemblerai d’autres femmes seules comme moi et nous nous paierons la traite de boustifaille! Pis j’ai eu un cadeau de ma banque cette semaine : vu mes 60 ans, plus besoin de payer de frais mensuels!!! C’est donc l’fun!

    • Bonsoir Stéphane,
      Que de souvenirs, les yeux qui piquent, la fumée de cigarettes, les manteaux sur les lits. Étant enfant unique j’aimais tellement ces moments. Cela était tout un changement pour moi, il y avait plein de monde, je n’était plus toute seule.
      Merci pour ces beaux souvenirs, comme on a le même âge vous et moi, souvent vos souvenirs sont identiques aux miens,

    • Que de beaux souvenirs vous avez évoqués! Je me revois, il y a quelques 70 ans, dans les BOUGRINES. Bonne Année et merci.

    • Je l’avoue, mon commentaire vous semblera un peu retardé vu le temps des fêtes qui est déjà terminé, mais je me suis dis qu’il n’est jamais trop tard pour se rappeler de bons souvenirs.
      Bien que je sois d’une autre génération, votre histoire se rapproche grandement de tous mes noëls d’enfance…
      Étant épuisés après des heures palpitantes de développage de ‘trop-de-cadeaux’ et de danses interminables avec les matantes sur Life is Life et Daddy Cool, les cousins-cousines et moi faisions une sieste bien mérité, alors que les grands terminaient pendant quelques heures leur petite 24 de Laurentides tablette…
      Nous nous étendions sous le sapin, tous en petite boule, enroulés dans les manteaux de nos parents respectifs.
      Ça peut parraître cliché, mais je crois que c’était vraiment une belle époque, la vraie vie quoi!
      Malheureusement, ces mémorables fêtes de noël sont choses du passé.
      Vivement les joyeux et tendres souvenirs que j’en garde, et qui sait, un jour peut-être mes propres enfants pourront eux aussi faire un petit roupillon sous le sapin. C’est mon souhait pour les années à venir!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    octobre 2014
    L Ma Me J V S D
    « sept    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité