Stéphane Laporte

Archive, novembre 2007

Lundi 26 novembre 2007 | Mise en ligne à 21h56 | Commenter Aucun commentaire

Des larmes de joie (chanson avec Marc Déry)

Comme je vous disais dans le billet précédant, Marc Déry et moi, ça nous arrive entre deux parties de hockey, de pondre des chansons. Voici en exclusivité, pour mes amis du blogue, la plus récente.

Ce n’est encore qu’une maquette. Un work in progress. C’est Marc qui la chante. Mais un jour, quand elle sera toute finie, quand vous l’entendrez à la radio, ce sera une fille. C’est pour ça que Marc dit :< Heureuse, je suis la plus heureuse…> C’est pas qu’il est sorti de la garde-robe. C’est juste qu’il sert de guide à la chanteuse.
Ça raconte qu’on a beau être heureux, il y a toujours des gens autour de nous qui souffrent. Et on ne peut pas ne pas les voir. Et il ne faut pas ne pas les voir. Un bonheur n’est jamais parfait. Il y a toujours des larmes dans la joie. Autant au plan personnel, que planétaire. Pendant qu’ici on rit, en Indonésie…

DES LARMES DE JOIE

La vie est bonne, la vie est douce
Et le bonheur coule de source
Tout ce que j’ai toujours rêvé
Est sur le point de m’arriver

Heureuse, je suis la plus heureuse
Chanceuse, je suis tellement chanceuse
Mais je me demande pourquoi
Pourquoi c’est moi, pourquoi pas toi ?

Et c’est pour ça qu’il y a
Sur ma joue, je l’avoue
Des larmes de joie
Des larmes dans ma joie
À cause de toi
Qui ne vivras jamais tout ça
Qui ne vivras jamais tout ça

Pris dans ton destin
Dans ton chagrin
Dans ton silence
Espérant qu’on dépose dans tes mains
Ton soleil et ta chance

Et c’est pour ça qu’il y a
Sur ma joue, je l’avoue
Des larmes de joie
Des larmes dans ma joie
Des larmes à cause de toi
Et c’est pour ça qu’il y a
Sur ma joue, je l’avoue
Des larmes de joie
Des larmes dans ma joie
À cause de toi
Qui ne vivras jamais tout ça
Qui ne vivras jamais tout ça

Qu’importe la douceur de nos bonheurs
Il y aura toujours en eux
Le goût de la peur
Tant qu’il aura des malheureux…
Tant qu’il aura des malheureux…

Les succès et la gloire
La vie c’est pas juste
Les richesses, les victoires
La vie c’est pas juste
Les trophées, les miroirs
La vie c’est pas juste nous

Et c’est pour ça qu’il y a
Sur ma joue, je l’avoue
Des larmes de joie
Des larmes dans ma joie
À cause de toi
Qui ne vivras jamais tout ça
Qui ne vivras jamais tout ça

Paroles : Stéphane Laporte
Musique : Marc Déry

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Dimanche 25 novembre 2007 | Mise en ligne à 23h05 | Commenter Aucun commentaire

La décevante réponse de Guy Carbonneau

photo Bernard Brault
photo Bernard Brault

Hier, à l’avant-match de RDS, on demande à Guy Carbonneau ce qu’il pense du commentaire de Jacques Lemaire qui a dit qu’il ne voudrait pas coacher à Montréal. Parce qu’à Montréal, les décisions de l’instructeur sont trop contestées. Carbo répond : < Moi je ne suis qu’un coach recrue, je n’ai pas encore la chance de choisir où je veux coacher.> Ben voyons !

photo Bernard Brault
photo Bernard Brault

On revient à Alain, Jacques et Benoît, pas un mot sur la game. On change de sujet. Une minute ! Ces propos sont graves ! Carbonneau aurait pu répondre qu’il est fier de diriger la plus grande dynastie du hockey. L’équipe qui a remporté le plus de coupes de Stanley de l’Histoire. Qu’être le coach du Canadien était l’un de ses rêves. Ben non, il répond, au fond, que s’il coache à Montréal, c’est parce qu’il n’a pas le choix. C’est le fun pour nous !

photo Bernard Brault
photo Bernard Brault

Je ne suis plus capable d’entendre un joueur dire que c’est effrayant d’être à Montréal. Je suis encore ben moins capable d’entendre le coach du Canadien sous-entendre la même affaire.

Ben oui, les décisions du coach à Montréal sont contestées. Celles du coach des Yankees à New York aussi. Celles du sélectionneur de l’équipe nationale de foot en France, aussi. Être contesté, c’est le propre de tous ceux qui occupent des fonctions importantes. Bush aussi aurait moins de pression s’il était gouverneur du Minnesota.

Le rêve de Jacques Lemaire est peut-être de coacher une équipe de hockey à Tahiti, tant mieux pour lui. Mais à Montréal, la vie est hockey. Et l’on se permet d’avoir des opinions. Et le coach du Canadien doit être capable d’en prendre. Comme tous les grands.

photo Bernard Brault
photo Bernard Brault

J’en vois déjà qui sont en train d’écrire que mon blogue est la preuve que Lemaire a raison. Bien sûr, Lemaire a raison d’avoir tort. Mais on s’attend de Carbo un peu plus de couilles. C’est sa job d’inculquer un sentiment d’appartenance à ses joueurs. Une chance que sa gang ne regarde probablement pas RDS avant un match. Quoique à voir comment les gars ont joué hier, ils devaient être à l’écoute.

Y’a-tu juste les partisans qui sont fiers du Canadien ?

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Samedi 24 novembre 2007 | Mise en ligne à 11h39 | Commenter Aucun commentaire

Bouchard-Taylor et le Muppet Show

Regardiez-vous le Muppet Show avec Kermit, la grenouille et Miss Piggy ? Il y avait dans cette émission deux vieux messieurs : Statler et Waldorf. Ils regardaient le show des Muppets, assis dans une loge du théâtre au balcon, et critiquaient tout ce qu’ils voyaient.

Bouchard et Taylor me font penser à eux. Chaque fois que je les regarde écouter les témoignages à leur commission, je m’imagine Statler et Waldorf regarder le Muppet Show. Et j’aimerais bien entendre ce que Bouchard et Taylor pensent. Ça doit ressembler aux commentaires lapidaires de Statler et Waldorf. Ils doivent avoir un fun noir quand ils rentrent à l’hôtel lorsqu’ils échangent sur ce qu’ils viennent d’entendre.

Si j’ai cette impression, c’est peut-être parce que Bouchard et Taylor, tout comme Statler et Waldorf, regardent tout ça de haut.

Des fois, je me dis qu’il manque un troisième membre à cette commission.
La Commission Bouchard-Taylor-Deschamps. Yvon Deschamps, le meilleur observateur de la société québécoise, aurait ajouté un peu d’humanité à ces débats. Et surtout, il ne se serait pas pris au sérieux. Et on aurait senti tout son amour pour ceux qui lui parlent.

Les conclusions de la commission auraient été évidentes : vaut mieux rire de tout ça. Car, comme dit Kermit, c’est pas facile d’être vert.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « août   oct »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité