Stéphane Laporte

Archive du 8 juillet 2007

Dimanche 8 juillet 2007 | Mise en ligne à 22h40 | Commenter Aucun commentaire

Avoir Thierry Daraize dans sa cuisine

Je sais. La Presse, c’est Ricardo. Thierry Daraize, c’est le Journal de Montréal. Mais je connais Thierry depuis des années. C’est un grand ami de ma sœur. C’est d’ailleurs au cinquantième anniversaire de ma Dominique chérie que l’idée du souper d’hier soir est venue.

Pour inaugurer officiellement notre nouvelle cuisine (après 4 mois de pénibles travaux et de sacrifices humains), Thierry nous a gentiment offert de venir nous préparer un dîner (quand c’est chic, même si c’est le soir, on appelle ça un dîner, surtout quand le chef est Français) comme seul lui sait le faire.

Thierry Daraize est un chef. Un grand chef. Il a eu son restaurant à Paris (je sais, ça veut rien dire, il y a aussi des MCDo à Paris, mais le sien était très bon), a été chef au Ritz, au Club Saint-Denis et au Mont-Tremblant. C’est, en plus, un talentueux communicateur. Et c’est aussi une soie. Un être aussi bon que ses desserts. Le plaisir de la table, c’est le plaisir d’être ensemble. Je n’ai jamais compris les grands chefs cuisiniers austères et sérieux, pincés et snobs. Dans toutes les recettes des vrais grands chefs, ça prend du bonheur, de la joie, de la fête. Et Thierry Daraize en a plein ses marmites.

Car faire à manger pour les autres, c’est le plus généreux des actes.

Il a passé la journée à faire les courses avec ma sœur. Comme un cuisinier sait les faire. En sentant, en touchant aux ingrédients. Puis après avoir choisi les vins, avec Martine, sa jolie conjointe, conseillère à la SAQ, il est arrivé vers 17 heures, prendre possession des lieux.

Le défi de concocter un souper gastronomique chez moi, c’est que je ne suis pas un gourmet. Au contraire. Mon mets préféré est la pizza. Je sais, je suis un cas désespéré. Et je n’ai malheureusement pas de temps pour la psychanalyse. Il faut faire avec. Thierry a cuisiné des pizzas gastronomiques !

LA PIZZA GASTRONOMIQUE

Pour un souper mémorable, ça prend de la bonne bouffe bien sûr, mais avant tout, des bons amis. Il y avait Thierry et Martine, ma sœur et ma mère, ma nièce Gabrielle (mon chou chou), l’amie Sylvie et mon André-Philippe. Sans oublier Marie-Pier et moi.

Nous étions tous censés nous transformer en aides-cuisiniers pour Thierry. Mais à part aider à vider les bouteilles de vin, les aides n’aidaient pas à grand-chose. Thierry ne s’en plaignait pas. C’était probablement aussi bien ainsi.

On a d’abord eu droit à une entrée fraises tomates avec un tartare de thon, et crevettes sautées. Tout le monde a adoré. Sauf moi, qui n’a pas goûté, blocage alimentaire oblige. Puis ce fut l’orgie de pizza. Une pizza tomate basilique fromage, ma préférée. Une pizza courgettes champignons oignons sautés poitrines fumées. Une pizza figues fromage de chèvre et jambon italien. La préférence de ma blonde. Il fallait le faire, car ma blonde n’aime ni les figues, ni le fromage de chèvre ! Preuve que tout est dans la manière.

Puis ce fut la salade cœur de bœuf et roquette. Et les desserts. Ça, j’aime ça. J’ai dévoré le sorbet aux framboises avec un tracé de sucre d’érables. Puis le shooter avocat, chocolat et banane, et un autre au thé, caramel, et je ne sais plus quoi. Je sais ma description n’est pas très détaillée. Je n’ai pas la culture alimentaire de Daniel Pinard. Mais je peux vous nommer au moins 20 joueurs des défunts North Stars du Minnesota. Chacun sa zone. Ah oui, il y avait aussi des macarons, faits maison, bien sûr.

Les invités étaient aux anges. Moi aussi, bien que, je dois être honnête, la table est pour moi un endroit plus pour parler que pour manger.

Et on a jasé du bon vieux temps, des voyages, de cuisine, de journaux et de n’importe quoi. À vrai dire, on a plus ri que parlé. Ce qui est signe d’une soirée réussie.

Notre nouvelle cuisine est donc officiellement inaugurée. Et c’est un succès. Elle est lumineuse, conviviale et pratique. Bravo Gervais! Mais il y manque une chose. Il aurait fallu prévoir une grande armoire pour y ranger Thierry et pouvoir s’en servir tous les soirs.

Merci, grand chef !

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    octobre 2009
    L Ma Me J V S D
    « sept   nov »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité