Patrick Lagacé

Archive de la catégorie ‘La vie’

Mercredi 18 septembre 2013 | Mise en ligne à 10h07 | Commenter Commentaires (41)

Le cancer de sa mère

Dans Urbania, Éric Samson écrit des gros mots sur le cancer de sa mère. Extrait :

La métaphore du combat n’est pas la meilleure. Je commence à comprendre ça : on ne se bat pas contre le cancer. On subit le cancer, et on se bat pour vivre. Ce qui est atroce, carrément inhumain, dans l’idée de « se battre contre le cancer », c’est que si on en meurt, c’est qu’on a échoué. C’est qu’on ne s’est pas battu assez fort. Et penser ça, c’est fucking chien.

Tout est là.

J’haïs l’expression « combat contre le cancer », et l’ai déjà écrit, pour ces raisons-là. C’est un peu, beaucoup, une question de réaction biochimique entre le poison qu’on vous injecte pour tuer le crabe. Prenez deux hommes en tous points semblables, qui ont le même cancer : l’un deux en mourra; l’autre, non.

On ne sait pas pourquoi. Mais ce qu’on sait, ce que je sais, c’est que celui qui est mort ne voulait certainement pas moins vivre, ne s’est certainement pas moins battu.

Occupe-toi bien de ta mère, Éric. C’est tout ce que tu peux faire. Et c’est déjà beaucoup.

Lire les commentaires (41)  |  Commenter cet article






Mercredi 6 mars 2013 | Mise en ligne à 16h32 | Commenter Commentaires (5)

Deux plogues, une pour Simon et une pour Alain

Aujourd’hui, permettez que je fasse une Chantal Lacroix de moi-même et que je donne au suivant, avec cette tribune formidable qu’est un blogue sur le site de La Presse.

Une plogue pour Simon, d’abord.

Simon Brindamour a reçu 136 transfusions de plaquettes et de sang au cours de sa vie, après avoir reçu un diagnostic de cancer à 21 ans. Le cancer l’a néanmoins emporté.

Mais grâce à ces transfusions, grâce aux collectes de sang organisées par Héma-Québec, Simon a pu allonger sa vie de quatre mois et demi. L’entourage de Simon a une reconnaissance sans borne pour les donneurs de sang, pour ceux qui ont permis ces quatre mois et demi de sursis. Il s’en dit, des choses, en quatre mois et demi, quand on sait que le temps nous est compté. Et Simon a pu noircir quelques calepins de notes, que sa famille chérit comme autant de trésors.

« Quatre mois et demi à se dire qu’on s’aimerait » m’écrit Manon Méthot, sa mère.

Bref, voici la plogue : jusqu’au 10 mars, la famille de Simon invite le public à faire un don de sang au point de collecte Globule de la Place Laurier, à Québec. Il est préférable de prendre rendez-vous et Manon Méthot vous invite à mentionner qu’il s’agit de la campagne de Simon. Si vous donnez du sang hors de la région de Québec : mentionnez aussi la campagne. Sa tribu, qui sent qu’elle a une dette envers la société, aimerait dépasser les 40 dons de l’an dernier.

***

Seconde plogue, pour Alain Gaudet. J’ai parlé en chronique d’Alain, qui vit en résidence pour handicapés. Alain est un gladiateur de la vie, qui se bat pour éviter d’avoir à aller vivre en CHSLD, lui qui souffre d’une maladie dégénérative incurable dont il souffre depuis la naissance. Pour ce faire, il supplée la maigre aide de l’État pour payer son personnel avec divers moyens de financement.

Et là, le 22 avril, l’humoriste Mike Ward présentera un spectacle-bénéfice pour Alain, à la Salle J.-A. Thompson de Trois-Rivières. Évidemment, il faut bien vendre des tickets pour ce spectacle et permettre à Alain bien traiter le personnel qui lui permet de rester dans son logement.

Détails sur le site web d’Alain. Sa page Facebook est aussi riche en détails sur sa vie et sur son combat. Sa devise : ne pas lâcher.

Lâche pas, Alain.

Lire les commentaires (5)  |  Commenter cet article






Stéphane Archambault et sa fille Samantha

Stéphane Archambault et sa fille Samantha

Mon texte de ce matin porte sur le suicide d’un employé civil du Service des incendies de la Ville de Montréal (SIM), Stéphane Archambault, en octobre dernier. Il avait 48 ans. Il est impossible de dissocier ce geste désespéré du climat de travail qui sévissait à la division Prévention du SIM, où il oeuvrait. Ce climat de travail s’est dégradé quand, en 2010, un nouveau patron est venu diriger la Prévention, un homme du nom de Pierre Sigouin.

Pour le clan Archambault, il n’est pas question de blâmer un homme — Pierre Sigouin — pour le suicide de son chef. Elle blâme Sigouin de s’être comporté de façon brutale avec les employés de la Prévention, et avec Stéphane Archambault notamment, bien sûr. Mais la famille reproche surtout à la Ville de Montréal et au SIM de ne pas avoir vu que le climat de travail était toxique et inadmissible au 200, rue Bellechasse et de ne pas avoir pris au sérieux les appels à l’aide de Stéphane Archambault. Je reviens sur cette affaire tragique demain et samedi. J’aborderai la réponse du SIM a) au suicide du préventionniste Archambault et b) aux récriminations de la famille de M. Archambault, qui s’est mobilisée et qui talonne le SIM et la Ville de Montréal depuis le 19 octobre dernier.

Mais plus globalement, cette série de papiers aborde ce phénomène encore méconnu, encore tabou : le harcèlement psychologique au travail. La Ville de Montréal refuse de parler, dans cette affaire, de harcèlement psychologique. On parle pudiquement de « climat de travail malsain ».

Dans la foulée de l’affaire Archambault, à la demande de la famille, la Ville de Montréal a ordonné une enquête indépendante sur ce qui s’est passé dans la division dirigée par Pierre Sigouin. L’avocate qui a enquêté a parlé à 58 personnes. Au terme de cette enquête, Pierre Sigouin a été suspendu pour deux mois et demi. La Ville assure qu’il ne travaillera plus jamais en son sein… Mais m’a dit que sa conduite ne justifiait pas un congédiement. Ce rapport est ultra-secret, la Ville refuse de le dévoiler et se contente d’en faire des résumés oraux. J’ai été soufflé d’apprendre que le directeur du SIM, Serge Tremblay, ne l’a pas lu. Il plaide, comme la Ville, la protection des renseignements confidentiels qui s’y trouvent.

Lire les commentaires (107)  |  Commenter cet article






publicité

  • TWITTER

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    décembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « déc    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité