Patrick Lagacé

Patrick Lagacé - Auteur
  • Patrick Lagacé

    Patrick Lagacé aime le journalisme : « Cette profession permet de vivre des aventures et d'être payé pour le faire », dit-il.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 24 mai 2013 | Mise en ligne à 15h00 | Commenter Commentaires (63)

    Appel à tous : « Il était une fois… »

    « Il était une fois… »

    C’est ainsi que commencent les contes pour enfants. Et c’est ainsi que je pense commencer chaque chronique d’une série qui sera publiée cet été dans La Presse. D’où cet appel à tous.

    J’ai déjà quelques idées en tête, des histoires que je n’ai pas pu (ou pas su) raccrocher à l’actualité, ces derniers mois. Que je n’ai donc pas pu raconter. Que je vais raconter cet été, dans cette série estivale qui va s’intituler, tout bêtement « Il était une fois… »

    Bref, cet appel à tous est une invitation à me raconter une histoire. Peut-être qu’elle se transformera en chronique.

    Une histoire ? Eh oui, une histoire, celle d’un lieu, d’un événement, d’une photo, d’une rencontre, d’une déception, d’une victoire, d’une vie, d’une mort, d’une légende locale, d’un personnage, d’une chicane…

    C’est vous qui décidez. J’en cherche une demi-douzaine, environ.

    Seul critère d’admissibilité, ou presque : il faut que l’histoire soit vraie. Et humainement vérifiable. Je sais que la vérité dépend parfois du point de vue où on se trouve, mais je pense que vous comprenez ce que je veux dire… Bref, je ne vais malheureusement pas pouvoir raconter la fois où vous avez été kidnappé par des extraterrestres. Ces gens-là ont la fâcheuse tendance à ne pas retourner les appels des journalistes.

    On me contacte par courriel : iletaitunefois1972@gmail.com


    • Je me suis acheté un paquet de gomme hier…

    • Moi, je ne vous raconterais rien. Je ne vous “trust” pas. Pis je veux qu’on me paye si j’écris une chronique pour vous.

    • Je vous comprends pour les extra terrestres, ils m’ont fait le coup il
      y a une dizaine d’annees et m’ont relaches sous promesse de ne jamais
      divulguer leur portrait-robot

    • Il était une fois un policier qui a donné une contravention dans un but de protection et non de taxation. Oups, c’est pas humainement vérifiable. Oubliez ça

    • Dommage que les extra-terrestres ne sont pas acceptés, j’avais une belle histoire de sonde anale.

    • Une fois c’tait un gars, comprends-tu… et puis non. Cette histoire a été racontée des millions de fois.

    • En gros, des histoires de human interest?

    • J’ai des millions de sujets, à toi de choisir!

    • @megatroll On m’a dit que les sondes anales ca ne vallait pas le c…

    • Patrick Lagacé qui ne peut encore une fois s’empêcher de revenir à son style “Les bons amis de Bart”.

    • @scotch: quand on ne trust pas quelqu’un, on ne le lit pas et on ne lui écrit pas, vous savez…

    • Ça commence mal, votre affaire. Vous aurez plus de succès dans les heures ou les jours qui viennent. ” Pis je veux qu’on me paye si j’écris une chronique pour vous”. Pas fou, le commentateur.

    • Une fois y’étaient deux, le troisième dit au quatrième: la veux-tu ou la banane; le lendemain, le chinois était dans l’toaster…

    • @annie.roy.1428

      24 mai 2013
      17h12
      @scotch: quand on ne trust pas quelqu’un, on ne le lit pas et on ne lui écrit pas, vous savez…
      __________________________________________________
      Je suis une éternelle optimiste. J’attends touj

    • scotch

      24 mai 2013
      18h48
      @annie.roy.1428

      24 mai 2013
      17h12
      @scotch: quand on ne trust pas quelqu’un, on ne le lit pas et on ne lui écrit pas, vous savez…
      __________________________________________________
      Ça pourrait faire une bonne chronique: pourquoi vous vous moquez de moi et que vous ne me trustez pas?

    • “It was a dark and stormy night…”. Désolé, je n’ai pas pu m’en empêcher.

    • Moi, c ses blogueurs méchants et drôles que j’aime.

    • Lysianne Gagnon

    • 18h01 Correction: pas folle, la commentatrice.

    • @ugoh 19h17 “Lysianne Gagnon”. Oui, quoi?

    • @lukos

      Elle répond à deux des critères de Patrick: c’est une légende locale (à La Presse) et elle s’est chicanée avec Patrick.

    • On ira pas loin avec ça … Soyons ouvert, au cas où …

    • @ugoh 20h41 Il est vrai que madame Gagnon a le don de susciter l’agressivité. Il faudrait en écrire une biographie non autorisée.

    • @lukos

      Excellente idée. On pourrait aussi faire un film ou une télé série tirée de sa biographie. Je verrais bien Marie Claude Lortie pour jouer Madame Gagnon jeune journaliste. Jeannine Suto pourrait se charger des années plus récentes.

    • Il était une fois un gentil policier de 6 pi 5 po qui “saluait” un vieillard de 85 ans sur la rue … Mouhahaha !!

    • Histoire vérifiable :

      Un jour, Amir Kadhir, voulant améliorer son sort et ses conditions de vie, débarque au Québec.
      La première question qu’il pose au douanier :
      - Avez-vous un gouvernement ici ?
      -Certainement, de répondre le douanier, nous avons un gouvernement démocratiquement élu tous les quatre ans.
      - Alors, je suis contre de dire Kadhir

    • ” je ne vais malheureusement pas pouvoir raconter la fois où vous avez été kidnappé par des extraterrestres. ”

      Dans mon cas c’était pas des extra terrestres, mais une bande d’Amazones en chaleur qui voulait faire de moi leur esclave sexuel, mais bon puisque tu peut pas le raconter…

    • Il était une fois des maires corrompue qui pour ce remplir les poches c’était aquoquiner des ingénieur qui eux avait comme partenaire d’affaire la mafia. Et oui Patrick et ces mon compte de taxe qui a aider a tout payer ça. Histoire triste et humaine vérifiable. Pour les retour d’appel des corrompues ça pourrait causer problème. Hihihihi

    • @ —__—

      Ma fille me demande souvent de lui raconter des versions de cette histoire.

      Ma préférée:

      Une fois c’t'un gars qui était deux, y avait les cheveux séparés dans le milieu. Il demande au troisième, qu’est-ce que tu veux ou une banane? Il ouvre la porte, tombe dans la cave. Tu parles d’une place pour mettre un piano.

    • Une fois fois c’tun gars, il était 2, ils rentre 3 dans la pharmacie, un était ptit, l’autre était pas mieux, le lendemain il mouillait.

      Facilement vérifiable par Météo Média.

    • L’histoire d’une vidéo filmée par des pirates Somaliens d’un maire qui fume du crack, est-ce que ça compte parmis les histoires de martiens?

    • ..Trente-et-un messages. Pour une fois je les ai tous lus, à cause de la demande de Patrick, juste pour voir.

      Ma réaction, (comme le disent si bien Jean Chrétien, ainsi que Jean Lapierre) «à ce moment ici»: «Bonne chance avec ton projet mon cher Patrick»

    • Monsieur Lagacé, je trouve que votre thème est un peu flou, est-ce votre idée ou celle de votre employeur?

      Pourquoi ne pas plutôt créer un dossier sur les Québécois qui décident de quitter la province, tanné des impôts élevés, de la corruption et du système de santé peu efficace? Vous trouverez plein de gens sur qlq.com

    • @jeanfrancoiscouture,

      bah! Faut pas s’en faire pour lui. C’est un peu les vacances aussi, s’il ne trouve rien de mieux il pourra nous refiler des histoires de chatons, son collègue Foglia est passé maître dans cet art.

    • Au sujet de « —__— » 24 mai 2013 18h09
      Compte tenu de la pertinence de ses propos, on comprend pourquoi ce participant s’identifie ainsi !
      @ modérateur
      La nétiquette de La Presse n’interdit-elle pas ce genre de «niaiserie» ?!?

    • Il était une fois un maire et son frère… http://www.theglobeandmail.com/news/toronto/globe-investigation-the-ford-familys-history-with-drug-dealing/article12153014/?page=1

    • @ lgreck
      C’est bon de se délier les cordes de temps en temps !!

      Seul Richard Hétu censure pour rien les commentaires ici … Monsieur superconformiste en personne !!

    • M. Lagacé, vous avez piqué l’idée à un autre journaliste, même si ce n’était pas volontaire… Pour vous faire pardonner vous devriez mentionner son site web dans vos chroniques…
      http://www.indiegogo.com/projects/inoui

    • Foglia, c’est un peu l’Instagram littéraire, vous ne trouvez pas? Peut-être que Facebook devrait l’acquérir pour quelques milliards de dollars. Il a fait aussi dans la critique gastronomique à une certaine époque. Ce qui rejoint bien l’idée de toutes ces photos d’assiettes plus ou moins appétissantes. Enfin, il fait encore dans ce créneau occasionnellement, mais il est moins assidu qu’il ne l’était. Ce qui ne doit pas être complètement étranger au fait qu’il ne performe plus aussi bien qu’à l’époque sur son vélo.

    • Une fois un gars qui s’appelait Jacques Villeneuve élever dans la principauté voudrait nous faire la leçons dans une entrevue de …. dans un autre journal. Du grand journaliste a la national enquirers.

    • @dcsavard 12h30 et18h49 C’est quoi, le rapport?

    • @dcsavard Lisez-vous Foglia? Je présume que oui. Si vous ne l’estimez pas et n’aimez pas ses chroniques, pourquoi les lire?

    • @gl0001

      Merci pour les précisions. Je ne suis pas familier avec le domaine. Je pensais qu’on parlait d’un concours ouvert à tous avec un prix pour le gagnant. Si c’est un concours sérieux, alors là j’embarque.

    • ..Ah! Foglia! Il ne laisse personne indifférent. Oubedon on l’aime oubedon on «l’aguis». Et voilà qu’il débarque, bien involontairement, dans les plates-bandes de Patrick Lagacé. La vie a parfois de ces mystères.

      Moi, je l’aime bien. En fait ce que j’aime de lui c’est cette espèce d’indifférence réelle ou feinte face aux commentaires. J’aime aussi cette manière qu’il a de ne pas couvrir un événement où ses patrons l’ont envoyé; cette façon de presque toujours se placer de l’autre côté du miroir.

      Et j’avoue que je l’envie d’avoir cette indépendance du chroniqueur qui envoie promener qui ça lui chante et pas toujours, en fait, à peu près jamais gentiment. J’imagine le nombre lettres que la direction a dû recevoir pour exiger sa mise à l’écart et pourtant, il est toujours là le vieux schnoque avec sa drôle de manière d’enviosager l’existence et ceux qui la peuplent.

      Non, moi Foglia, malgré les désaccords parfois stridents qu’il provoque chez moi, je trouverais dommage de le perdre comme nous sommes en train de perdre tant d’autres anciens de la communication.

      Mais je puis comprendre que d’autres ne partagent pas mon avis. Foglia ne serait pas Foglia s’il générait de l’unanimité.

    • @jfc 20h10 Foglia ne laisse personne indifférent parce qu’il est un tendre grognon. Et une institution.

    • Bizarre comment les gens décident d’interpréter ce que l’on dit dans le miroir déformant de leurs émotions. Foglia a consacré une bonne partie de son travail de journaliste à dépeindre la vie ordinaire de gens ordinaires. Je ne vois pas où est l’insulte, c’est le choix qu’il a fait et qu’il s’est appliqué à bien faire. Qu’est-ce qu’Instagram sinon que l’image ordinaire des gens ordinaires à travers des photographies ordinaires? Que l’on dise que Facebook devrait l’acquérir pour plus d’un milliard de dollars, je ne vois pas où est l’insulte, ça serait plutôt le contraire.

      Etes-vous bien certains que vous le lisez comme il faut Foglia?

    • Les histoires “selectionnees” ca sent le partis pris.Moi j’aimerais bien raconter l’histoire d’une humanite’ qui as delaissee Dieu et qui as couronne’ le diable,mais naturellement les histoires vraies ca n’interesse plus personne…ont preferent les histoires des pays d’en haut avec l’avare,car la ca ressemble deja plutot bien au capitaliste brutal ou la religion du hockey avec leur dieu Maurice Richard ,ca s’accorde avec leurs besoins de violence.Les fables sont le genre de recits qui seduisent le plus,de la l’interet pour les star trek et cie .On esperent trouver le salut dans les etoiles via E.T. .En fait on cultivent le mensonge via les emotions,car les emotions c’est facile a provoquer,donc c’est le moyen de manipulation par excellence.
      Il y as pleins d’histoires vraies mais interdites car parce que trop vraies.Ont est toujours dans l’obscurantisme des masses puisque la verite’ est devenue persona ingrata, et que seul doit subsister l’illusion d’une verite’ afin d’obtenir le certificat du perfectly correct!

    • La bedaine du bonhomme qui empêche le contact de l infrarouge de fermer la porte de l’ascenseur

    • @eternite

      Le problème avec les fanatiques religieux, c’est qu’ils font exactement ce qu’ils dénoncent et vous en êtes un parfait exemple.

    • Michel Chartrand va en lâcher une couple dans l’au-delà, faire dans l’human interest ce n’est pas rien. Est-ce le début d’une nouvelle carrière, à la Josélito Michaud, à la Denis Lévesque, à la femme à Dumont, aux 2 femmes du matin? Pas mal plus facile qu’une chronique, et tellement plus populaire et accrocheur. Tout ça au nom des cotes.
      Dommage, mais je crois que vous courrez trop de lièvres, il n’y a pas que le cash dans la vie.

    • Moi, j’ai trouvé des trucs très intéressants pour le cancer du sein chez les femmes, celles qui sont comme abandonnées par la médecine, parce que tout l’arsenal (chimio, chirurgie, radio, pillules …) a été utilisé pour la guérir, sans réussite. Cette histoire est mon histoire et les trous du cul qui vont me traiter de fraudeur, sachez que j’ai déjà pleins d’argents et que ça ne m’intéresse pas d’en faire un commerce ou une publicité. Oui, il y a de l’espoir pour ces femmes laissées à elles-mêmes, je vous le garantis. Le cancer est une maladie très coriace, qui, même si la médecine brûle la tumeur, peut ressurgir à tout moment, et c’est dévastateur comme dans l’annonce.

    • Une fois c’t'un gars qui demande au pharmacien…..

      la suite sur la presse +

    • Il était une fois un jeune garçon. Il a 14 ans. C’est la nuit. Il rêve. Soudain il voit apparaître un de ses oncles qui se dirige vers lui. Parvenu à ses côtés, l’oncle, depuis longtemps malade, annonce à son neveu que tout est terminé, qu’il renonce à combattre sa maladie et qu’il laisse la mort l’emporter.

      Le lendemain matin suivant ce rêve, pendant le petit-déjeuner, la mère, les yeux en larmes, apparaît dans la cuisine et annonce à son fils, le jeune garçon de 14 ans, que son oncle est mort au cours de la nuit. Le jeune garçon répond alors tout bonnement à sa mère : « Oui, je sais. Il est venu me l’annoncer la nuit dernière. »

      Prise alors d’épouvante, la mère du jeune garçon cesse sur le champ de pleurer, jette un regard rempli de frayeur à son fils, tourne les talons et s’enfuit dans sa chambre. Le jeune garçon ne comprend pas la réaction de sa mère.

      Interloqué, le jeune garçon termine quand même son petit-déjeuner et se rend à l’école. Lors de la récréation, le jeune garçon raconte son rêve à ses amis. Personne ne le croit. C’est l’unanimité : tout cela est impossible. Malgré tout, le jeune garçon insiste afin de convaincre ses amis de la véracité de son rêve. Sauf que là, les choses se gâtent. Le ton devient de plus en plus menaçant. On traite le jeune garçon de tous les noms. On refuse de croire son histoire et même de l’écouter.

      Avant d’en manger une sur le pif, le jeune garçon décide de se taire. La réaction agressive de ses amis le surprend sauf que c’est surtout leur refus de l’entendre raconter son rêve qui étonne le jeune garçon. Non, ses amis ne veulent surtout pas l’entendre raconter son rêve. Pourquoi? Le jeune garçon ne peut pas répondre à cette question.

      Lui-même incapable d’apporter une explication logique à son rêve, le jeune garçon décide finalement de tout oublier et même de faire comme si jamais il n’avait eu ce rêve. Sauf qu’il est impossible d’oublier un tel rêve. Il reste dans notre subconscient dans l’attente de remonter à tout moment à notre conscience.

      Les années passent. Puis un jour, le jeune garçon, devenu adulte, se rend compte que, lorsque le téléphone sonne, il devine avant de décrocher le récepteur qui est à l’autre bout de la ligne. Il se rend compte aussi, avec la venue d’Internet, qu’il devine assez souvent quand et qui répond à ses messages avant même d’ouvrir son ordi et ce, peu importe où résident ceux qui lui envoient des messages.

      Puis un jour, il n’a pas le choix de l’admettre : le jeune garçon devenu adulte doit reconnaître qu’il est télépathe. Mais il n’aime pas. Il n’aime pas parce qu’il ne peut en parler, parce qu’il apprend des choses qu’il ne veut pas savoir, parce que les gens le rejettent, parce que les gens ont peur de lui, parce que les gens disent de lui que ça ne va pas dans la tête, parce que ce n’est pas logique, parce qu’il n’arrive pas lui-même à expliquer comment ça fonctionne.

      Puis un jour, alors qu’il est sur le bord du fleuve, du côté de Lévis, tout près du quai d’embarquement du bateau de la traverse, il a peur, très peur. Trop peur. Et tellement qu’il s’enfuit.

      Encore une fois, les années passent jusqu’au jour où il rencontre enfin un Innu. Le jeune garçon devenu adulte relate à l’Innu ce qu’il a entendu sur le bord du fleuve. L’Innu l’écoute en silence puis répond à son interlocuteur : « Ouin, pis? T’as juste vibré au même rythme ondulatoire que ce qui réside là. Tsé, chez nous, ces choses-là sont assez fréquentes. »

      Tout même curieux : parmi les blancs, je passe pour un débile alors que du côté des amérindiens, on dit que je m’énerve pour des riens parce que oui il existe des choses qu’on peut juste entendre mais jamais voir.

      daniel verret nadagami

    • @nadagami: moi je dirais plus extrasensoriel que télépathe. C’est vrai que la perception des choses est totalement différente entre les peuples. Et ce que les gens ne comprennent pas, ils en ont peur et la peur engendre de bien bizarres de réactions.

    • Il était une fois, des intellectuels Français qui signaient des lettres d’appui et des pétitions pour protéger les pédophiles. Ils avaient pour noms: Roland Barthes, Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Christiane Rochefort, Louis Aragon, Michel Foucault, Michel Bon, Bernard Kouchner, Catherine Millet, Anne Querrien, Philippe Sollers, Danielle Sallenave, Patrice Chéreau, Jack Lang, Françoise Dolto, Alain Robbe-Grillet et plusieurs autres, dont Georges Moustaki.

      Même que Christiane Rochefort dans un essai publié une année avec cette pluie de lettres et pétitions et intitulé: «Les enfants d’abord» écrivait: «De tous les opprimés doués de parole, les enfants sont les plus muets. » On ne sait plus trop si c’était une dénonciation ou de l’encouragement. Cette fois-là, les intellectuels Français semblaient pas mal mélangés ou poursuivis par leurs démons. Allez donc savoir.

      Enfin, il y avait même un Gérard Soulier qui a signé, le frère de l’autre à propos duquel Félix Leclerc a écrit «Moi mes Souliers ont beaucoup voyagé» parce que c’est vrai qu’à la fin ils charriaient pas mal.

    • Il était une fois un journaliste nommé Patrick Lagacé, qui comme nombreux de ses collègues, était un peu paresseux. Un jour, il se senti encore moins vaillant alors il demanda aux lecteurs de son blogue d’écrire sa chronique pour lui. C’est une histoire vraie. Référence: http://blogues.lapresse.ca/lagace/2013/05/24/appel-a-tous-%c2%ab-il-etait-une-fois-%c2%bb/#

    • L’ histoire du vol des plans du Boeing 728 par le p’tit-fils du célèbre Docteur Frankenstein qui les transforme en donnant vie à Matricule 728, qui hante nos vies depuis…

    • @dcsavard 09h50, le 27 “Il était une fois, des intellectuels Français…”. Et des collabos, et des homophobes, et des racistes fiers de l’être encore maintenant , et… Nous avons tous nos hontes historiques et actuelles.

    • 19h11 Vous avez des références crédibles, dcsavard?

    • Un fois t’un gars qui s’appel André Pratt de la Presse qui censure mais msg car j’ai pas la même opinion que lui sur le PLC. Au nom de la liberté de la presse Monsieur Pratt ce permet son opinion mais ce refuse de publier celle contraire au sienne. Comme on dit ou débute les droits de un la s’arrête ceux de l’autre avec M. Pratt. Ca c’est une belle histoire de liberté de la presse mon Pat ! et de celle du citoyen…

    • …Et un autre aujourd’hui…LMAO

    • @lefinregarg
      Vous avez entièrement raison. J’ai connu le même traitement. A. Pratt, A. Pratt, A. Pratt… sera censuré ! On gage combien ? Hein Pratte ? Pratt pas Pratt on y va !

    • Il était une fois… un blogueur méprisant envers ses lecteurs.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • TWITTER

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    novembre 2011
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité