Patrick Lagacé

Archive du 16 décembre 2012

Dimanche 16 décembre 2012 | Mise en ligne à 23h01 | Commenter Commentaires (123)

Obama, le charmeur de serpents

Si mon fil Twitter et ma page Facebook sont un baromètre fiable, Barack Obama a encore sorti un de ces discours émouvants dont il a le secret, ce soir, à Newtown. « Grand discours », « Un homme d’État », « Il a trouvé les mots » : tout y passe.

Obama a le don, avec les mots.

C’est plus qu’un don, en fait, c’est aussi une sorte de bouclier invisible, qui lui permet de faire illusion auprès des progressistes. Avec ces discours formidables, nous ne voyons pas qu’il n’est pas très différent de son prédécesseur, George W. Bush.

Tous les présidents brisent des promesses électorales. Peu de présidents font campagne et se positionnent à ce point comme l’incarnation même du changement. C’est le branding d’Obama : Change we can believe in. Mais c’était et c’est un slogan.

La réalité, c’est que ce président n’a pas livré la marchandise sur un tas de promesses de changement. Oui, oui, je sais : il a modifié la façon dont les Américains interagissent avec leurs compagnies d’assurance en matière de santé. Mais ce n’est pas une panacée. Un vrai président progressiste, un vrai président « de gauche » (à l’échelle américaine) aurait foncé et imposé l’option publique.

Pour le reste, Guantanamo est encore ouverte. Comme sous Bush.

L’administration Obama fait la guerre aux whistleblowers. Comme sous Bush. La façon dont Bradley Manning, le whistleblower de WikiLeaks est traité ne serait pas reniée par Dick Cheney.

L’administration Obama est encore subordonnée aux désirs de Wall Street. Comme sous Bush. Comme sous Clinton, avant lui. Le fiasco financier causé par Wall Street en 2008, et à demi-nettoyé par les fonds publics, n’a pas fait l’objet d’une enquête digne de ce nom et de réformes dignes de ce nom. Si vous n’en êtes pas convaincu, tapez dans Google les mots-clés suivants : « HSBC » « Justice Department » : vous allez voir comment les intérêts financiers sont, encore, au-dessus de tout… Sous Obama.

Mais je m’éloigne. On parle de contrôle des armes à feu. Obama, le candidat de 2008, promettait de s’y attaquer. Or, qu’a fait le président depuis quatre ans ? Je ne parle pas seulement d’au moins essayer de pousser des projets législatifs, je parle d’expliquer aux Américains pourquoi il faut agir en matière d’armes de guerre en circulation dans la population civile et, accessoirement, de protéger l’Alcohol Tobacco and Firearms (ATF), l’agence fédérale qui enquête sur les délits touchant les armes à feu, des pressions vicieuses de la NRA à son égard…

La réalité, c’est que Barack Obama n’a rien fait, depuis quatre ans, pour s’attaquer aux causes des massacres que l’on sait, pour changer cette réalité : on meurt plus par meurtres par armes à feu aux États-Unis que dans les autres pays industrialisés (si vous voulez comparer les États-Unis à des pays en voie de développement, libre à vous!)…

Lire les commentaires (123)  |  Commenter cet article






publicité

  • TWITTER

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    août 2014
    L Ma Me J V S D
    « déc    
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • publicité