Patrick Lagacé

Patrick Lagacé - Auteur
  • Patrick Lagacé

    Patrick Lagacé aime le journalisme : « Cette profession permet de vivre des aventures et d'être payé pour le faire », dit-il.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 14 juin 2012 | Mise en ligne à 11h22 | Commenter Commentaires (80)

    Le Québec de 2012 : de OUI/NON à gauche/droite (AJOUT) ?

    Drapeau-QC

    Ma chronique du jour porte sur la crise sociale qui secoue le Québec. Montréal n’est pas Londonderry en 1972, mais à notre échelle, disons que ça brasse. Le climat est toxique, les gros mots fusent et nos concitoyens se pognent aux cheveux. Il y a quelque chose de nouveau, là-dedans. Ma théorie à cinq sous : nous ne sommes pas habitués à débattre dans un contexte gauche-droite. Souverainistes-fédéralistes, oui : plus de 40 ans de débats nous ont permis de fixer les balises de nos débats sur la question nationale. Ça explique, en partie, ces excès.

    J’ai reçu plusieurs réactions. J’en cite deux, qui affichent leur virile dissidence, pour fins de discussion.

    Mathieu Thomas, qui me taquine d’entrée de jeu en me disant que mon titre est bien choisi, « C’est bien une théorie qui ne vaut pas grand-chose », me dit :

    Là où je pense que le “remplacement” de la question nationale par le débat-gauche droite comme principal axe divisant notre société est un leurre, voire une illusion, c’est que… justement la question nationale n’est pas réglée. Dès qu’on discute de ce qu’on peut faire avec notre État, s’il devrait être plus, ou moins présent dans nos vies, le sujet revient sur le tapis: quel est notre État, au juste? Qu’est-ce qu’on contrôle vraiment, nous les Québécois? Dès qu’on creuse un peu la question, on réalise qu’on ne débat QUE de de questions propres au Québec. Autrement dit, on ignore le débat gauche-droite au niveau fédéral, sauf peut-être au moment où l’on vote. Ça sert à quoi de vouloir un gouvernement de gauche au Québec alors qu’au Canada, on a un gouvernement de droite? Si on veut véritablement dépoussiérer notre façon de faire les choses, ne faudrait-il pas contrôler tous les leviers de notre développement? Comment avoir une véritable orientation dans un sens ou dans l’autre si cette orientation ne concerne que 50% de nos pouvoirs?

    Je crois que c’est ce genre de réalisation qui nous attend si nous continuons de creuser ce débat gauche-droite au Québec. Le véritable débat gauche-droite ne pourra se faire que lorsque nous serons devenus un pays normal… d’ici là, c’est une pure perte de temps. Les gens ignorent le ROC (sauf pour détester Harper) et ne s’intéressent pas à ce qui s’y passe. On fait comme si nous étions déjà indépendants!

    Je suis convaincu que tous ces jeunes soudainement politisés, qui semblent ignorer royalement la question nationale, se verront forcés de s’y intéresser, même contre leur gré. On y échappe pas au Québec… la question nationale est notre boulet, on ne peut pas l’ignorer pour trop longtemps.

    Alain Simard, lui, très en verve, ne mâche pas ses mots :

    C’est vraiment “cinq cennes” ton affaire ce matin, un débat gauche/ droite!!! La question nationale, (puisqu’il faut bien lui donner un nom à cette maladie chronique) est à son paroxysme de non règlement, et ça, les jeunes le savent aussi. Comment peut-on infléchir une nouvelle direction à un peuple séparé de la façon suivante en 95 : 49,6 % versus 50,4% avec une majorité de 61% chez les francophones. Comment? Ajoutons un gouvernement affairiste qui décrisse à peu près tout ce que tu peux décrisser pour se remplir les poches en vendant le patrimoine au plus offrant.

    Son vis à vis fédéral dont la loi des nombres renforce la position tout en affaiblissant la nôtre de façon inexorable ( ça aussi tu le sais) tout en remodelant la société canadienne dont le produit au final sera à mille lieux de nos valeurs. Le maire de la métropole qui claironne qu’ Il ne savait rien d’un coin d’la bouche en demandant aux jeunes de rester bien calmes de l’autre, pendant qu’on coffre toute sa gang. Deux Vice-Première Ministre, VICE-PREMIÈRE MINISTRE là, pas des ciboires de back-benchers, l’une disant “Ben voyons, c’est Céline” en recevant un floppé de billets pour sa signature en bas d’un dossier infecte. L’autre qui n’sait rien non plus avant de se sauver en Afrique, tout en sachant très bien ce que ses cowboys d’acolytes préparaient. La police qui frappe comme on l’a jamais vu frapper sur nos jeunes plutôt que d’enfermer tout ce gouvernement, même sans mandat, les membres de celui-ci, eux, sauraient parfaitement pourquoi.

    Une Commission qui se met en branle alors que l’on a donné aux principaux interressés plus de 18 mois pour tout détruire les preuves. Pis tu penses que le problème du Québec actuellement c’est vraiment son incapacité à choisir entre sa main droite ou d’sa gauche pour se crosser, entre lire Duhaime et Martineau d’un bord ou boire ton encre pis celle de Marissal ou Descôteaux. Nous assistons à un formidable melt-down d’un peuple qui était bien prévisible (sans jouer au gérant d’estrades, que j’haïïquis). Tu peux pas te promener avec une barouette qui tient avec d’la broche sans que tes passagers s’mettent en criss pour de vrai. Tout cela les jeunes le sentent mieux que quiconque, la duperie à pleine page de ” Votre suppositoire sera d’au plus 50 cents par jour.

    AJOUT – Mathieu Bock-Côté, au Journal de Montréal, parlant de la droite, sert un recadrage quasiment embarrassant à Joanne Marcotte sur ce qu’est la droite.


    • Je pense qu’il était temps que le OUI/NON devienne gauche/droite. Il y aura toujours des tensions entre fédéralistes et souverainistes, mais le climat social change. Pour certaines personnes, la question de la souveraineté est une question qui n’a aucun but, ces personnes sont peuvent être indifférentes par rapport au résultat d’un éventuel référendum sur la souveraineté. Par contre, la question de gauche/droite est une question qui est, à mon avis, beaucoup plus importante. Dépendamment de l’orientation politique du parti au pouvoir, les décisions qui seront prises diffèrent. Le gros problème au Québec, au cours des 40 dernières années, c’est que le débat était orienté plus sur la souveraineté que sur d’autres choses. Les partis se présentent comme des partis souverainistes ou fédéralistes. Il est temps que les partis se présentent comme des partis de gauche, des partis de centre ou des partis de droite!

    • La version d’Alain Simard est plus proche de ce que je pense, le vase est plein à rebord. Une chance qu’il y a ce blogue parce que ton papier ce matin…me demandais bien ou tu t’en allais avec tes skis??

    • Bien sûr, on ne peut fermer le dossier de la question constitutionnelle, il faudrait bien la régler un jour.

      Néanmoins, on ne peut nier non plus le fait que le débat gauche/droite commence à prendre plus de place dans notre société. Les dernières élections fédérales l’ont prouvé et la naissance de nouveaux partis politiques (CAQ, RLQ, ON, et bientôt UCQ – il faudra en parler de ce dernier parti politique aux idées avant-gardistes) commence à chambouler les deux vieux principaux partis que sont le PLQ (fédéraliste) et le PQ

    • Assez d’accord avec Mathieu Thomas.

    • Je suis d’accord avec le constat, mais je pense que la raison très évidente et peu souvent évoquée manque à l’appel depuis le début : le gouvernement ne fait toujours rien.

      Ils laissent les choses s’envenimer depuis le début, refusent de reconnaître que le problème est plus large que la hausse et ils sont responsables de l’atmosphère toxique et déplorable que nous vivons tous en ce moment.

      Pire, ils comptent utiliser ça pour se mettre de l’avant aux prochaines élections. Pas pire dans le genre cynique.

      Qu’importe le bord de la cloture qu’on ait choisis, je pense qu’il est plus que grand temps de reconnaître que le gouvernement n’a pas fait et de fait toujours pas sa job.

      Guillaume Mathieu

    • Le debatgauche-droite fait rage en France depuis l’apres guerre… a tour de role on assiste a un president de droite ou de gauche tous les 5 a 7 ans…ils se relancent la balle… la FRANCE EST-ELLE PLUS PROSPERE…. presentement elle frise la faillite… IMAGINE HOLLANDE PARLE DE RETRAITE A 60 ANS…. c’est ca la gauche… ici dans notre republique BANANIERE … nous sommes au bord du gouffre financier… et on parle de pays…

      j’ai l’impression d’halliciner…. un jour vous allez etre surpris c’est le ROC QUI NOUS FOUTERA DEHORS

    • Très bonne théorie Patrick, je pense aussi que pour certains c’est tout noir ou tout blanc. On caricaturise beaucoup la droite et la gauche par manque de connaissance et d’expérience dans ce genre de débat. On qualifie de maudit gauchistes tout ceux qui sont pour les revendications étudiante, alors que ceux qui sont contre sont des maudits droitistes. Je me qualifie comme étant quelque part au centre, mais le problème est que le centre ne semble pas être définie. Ce qui fait que je passe de maudit droitiste à maudit gauchiste, d’un sujet à l’autre.

    • Les carrés rouges…

      Contre les banques, contre les milionnaires, contre les grosses compagnies….ciboire

      Que font t-il icit…foutez le camp à cuba…ca presse…bande de communistes.

      Rêveurs au possible…d’un monde d’égalité mais que $ tombent des arbres.

      Belle bande du plateau qui se promène en puncho avec leurs sandales en terre cuites.

      en plus ils osent dire…LES étudiants alors que tous les étudiants au Québec sont rentrés en classe depuis longtemps.

      à peu près juste la gang de l’UQAM.

      D’ailleurs, c’est drôle hein mais l’énergie qu’ils ont en courant dans les rues à minuit- 1 h du matin…je ne suis pas certain qu,ils ont une job d’étudiants le lendemain…pas certain.

      ils sont beaux à voir marcher avec leur I-Phone

    • Si nous sommes pour avoir un débat gauche droite il faudra que la gauche nous lâche avec l’argument “c’est un choix de société”.

    • Déjà, M. Thomas, M. Simard et toi êtes souverainiste-gauchiste, ce qui selon moi, vous place dans la pire position pour analyser le débat gauche-droite avec votre oeil de souverainiste. Vous pouvez vous rouler dans le status quo en toute état de grâce avec une grande paix intérieur, en étant confortable avec le moment présent. Mais quand un droitiste vient bouleverser vos idées préconçus, vous êtes pas qualifiés pour en débattre, vos opinions ont jamais été remisent en cause. Vos préjugés embarques dans le débats, votre ignorance dépasse un peu à gauche et on se fait insulter et sortir des grossièreté comme donner nos ressources naturelle , détruire notre planète , la santé à 2 vitesse et les pauvres meurent de faim… cliché.

      Pis pour l’axe souverainiste/fédéraliste, par chez nous ça fait longtemps qu’on en parles plus… c’est un sujet tabou. Je sais qui est souverainiste et qui est fédéraliste dans mon entourage, et ce sujet là, on essaye de ne jamais le sortir du grenier où il s’encrasse sous la poussière avec les toiles d’araignées.

    • Je ne suis pas sûr que ce soit un débat gauche-droite, pas entièrement. Quels sont les éléments en jeu?

      Gauche “on écoute la rue” vs. Droite “on écoute l’autorité”. Oui
      Gauche “l’éducation gratuite” vs. Droite “étudieur-payeur”. Oui

      Mais sinon, tout les autres aspects de la dualité gauche-droite (définition du mariage, droit des minorités, rôle des militaires, importance de la tradition, etc) ne sont pas présent dans la débat. Donc soit nous somme une société distincte en terme de l’orientation de l’axe gauche-droite, soit il y a autre chose.

      Je crois que c’est Chantal Hébert qui a compris ce qui c’est passé, en mai 2011: les québécois nationalistes ont perdu leur “security blanket” avec la quasi-disparition du bloc. Le niveau d’anxiété collectif a monté d’un cran avec Harper. D’ailleurs, si c’était un réalignement gauche-droite, ce réalignement inclurait Harper, définitivement la personnalité de droite la plus capable de l’heure.

    • Toutes les dejections ci-hautes confirment ce que je pense depuis que je
      vis dans l’ouest canadien: le Canada est une utopie, le territoire etant
      beaucoup trop grand pour creer quelques sentiments d’appartenance commun.

      Les province se foutent les unes des autres. La problematique des pecheurs
      de l’Atlantique n’a rien en commun avec l’industrie manufacturiere du Quebec
      et de l’Ontario, pas plus que les Manitobains se sentent concernes par les
      problemes forestiers de la Colombie- Britanique.

      Que se soit un debat oui-non, ou gauche-droite, les deux camps sont
      condamnes a precher dans le desert et a adopter une relation amour-haine.

    • Si tu n’avais pas raison, Patrick, les deputés du PQ ne se chicaneraient pas depuis 10 ans pour des divergences d’opinion GAUCHE/DROITE.

      Ce mouvement, on l’a observer dans nos partis politiques depuis un moment. Avant, c’etait le OUI et NON.

      Dernierement, on assiste a la creation de partis OUI/GAUCHE, OUI/DROITE, NON/GAUCHE, NON/DROITE.

      Tout ca, c’est bon pour le statu quo, parce que quand le peuple est divisé en 4, personne ne peut obtenir de majorité.

    • Le problème avec l’axe gauche-droite est que presque personne n’y ajoute l’axe autoritarien- libertarien (haut-bas) pour le volet social et permettre ainsi de situer les idées politiques en 2 dimensions. C’est ainsi qu’on pourra séparer 2 partis politique économiquement de gauche comme le PQ et le NPD, mais à completement l’opposé sur des sujets comme l’immigration ou les accommodement raisonnables (donc PQ = axes gauche-haut et NPD = axes gauche-bas). Similairement pour la droite ou les gens s’identifiant aux axes droite-bas, donc ceux qui prêchent pour moins de gaspillage gouvernemental, sont completement à l’opposé des axes droite-haut du style Tea Party.

    • Bien sûr qu’on ne peut pas nier la question constitutionnelle, il faudra bien la régler un jour.

      Néanmoins, on ne peut nier non plus le fait que l’axe gauche/droite commence à supplanter le débat fédéraliste/souverainiste. Les dernières élections fédérales et récemment le conflit étudiant l’ont prouvé et la création de nouveaux partis politiques (QS, CAQ, ON, RLQ et bientôt l’UCQ – les médias n’en parlent presque jamais mais ce parti propose des idées avant-gardistes sur la question constitutionnelle mais aussi sur les réformes de scrutin, une éducation accessible et de qualité, la santé, l’économie, la lutte contre la corruption et la réduction de la dette) – ces nouveaux partis viennent chambouler les deux vieux partis que sont le PLQ et le PQ et qui n’ont cessé de se chicaner depuis un demi-siècle.

      Ces deux partis ne m’appellent pas; ils sont devenus des partis corrompus, opportunistes; ils n’attirent pas les jeunes et préfèrent se chicaner sur les idées plutôt que s’attarder sur les problèmes de la réalité. Notre dette est écrasante, on préfère écraser tout le fardeau fiscal sur la jeune génération; on exclut des immigrants qualifiés, on préfère ignorer ce problème; on a de grosses ressources naturelles mais on préfère les donner aux compagnies privées…

      Mais que font le PLQ et le PQ? Chicanes, chicanes, chicanes…

    • my goodd…. tu as toucher des souverainistes pure et dure au coeur Patrick :0
      c’est drolle, car si l’on se fit à leurs exemples une province ne peut avoir des politiques à gauche ou a droite en opposition à leur gouvernement central ou fédéral…
      C’est oublier la californie, qui a toujours eu des politiques plus à gauche que le reste des état américains ( même sous Bush) ou encore la Colombie Britanique qui est vraiment une province Canadienne avant gardiste. Ignoré le débat gauche/droite c’est ignoré le moyen de transport que l’on veut prendre. Si c’est le chemin de la souveraineté ou rester dans le giron du canada sa doit se faire dans une bonne voiture ( le modele gauche ou le modele droite) et ideallement changer au 4-5 ans de voiture ne peut pas faire de tord ( ou mieu encore avoir une hybride !).
      Le problème en se moment c’est que le gouvernement fédéral est a droite et les souverainiste en font leurs chou gras, j’ai une seule question. Quesqui arriverais si c’étais Mulcare au pouvoir?
      Politique social engagé, reconnaisance du Québec officiel, politique environemental…
      Le débat est gauche droite et la question pour les souverainiste est de savoir s’ils seraient aussi pressé de se séparer (en majorité) si c’était Mulcare à Ottawa et Charest à Québec.

      (dsl pour les fautes j’ai un TDA et je fais beaucoup d’efforts mais je vous pris de me lire pour mes idées. Merci)
      Philippe

    • Ouais ben si c’est le cas Patrick, demandez donc aux dretteux ce qu’ils penseraient d’un Québec indépendant, mais de droite, avec hausses de frais de scolarité, hausse de frais d’Hydro, paiement de la dette, prisons avec corde incluse, etc.

      Je doute fort qu’ils achètent l’idée. La droite semble majoritairement fédéraliste. Pourquoi ? Aucune idée. Et ce groupe semble polarisé dans la région de Québec. Oui y’a Facal, Garon etc. mais ce groupe d’indépendantistes de droite semble peu nombreux à côté des Duhaime, Dumont, Breton, Pager etc.

      Faque…5 cennes Patrick, pas une cenne de plus…

      Regadez Pat, c’est simple. Va falloir faire l’indépendance d’abord, et décider de quel bord de la route on veut conduire par après.

      Parce que sinon on va tourner en rond pendant longtemps longtemps encore…

    • Et en passant, je me considère même pas de droite….mais l’extrême gauche…ca va faire.

      Moi j’ai jamais voté charest et je ne le ferai pas non plus cet automne.

      Mais c’est ca la démocratie…pas content du gouvernement, tu le sors…pas besoin de tout péter pour cela.

      Legault parait le mieux dans cette histoire. Le PQ est rendu à la solde des communistes car ceux-ci sont prêt de Khadir …le communiste…un vrai de vrai

    • Malheureusement, le débat puéril de fédéraliste/séparatiste à polariser tous les débats sociaux des dernières décennies au Québec et le résultat de ça, c’est que nous sommes devenus une société de compromis… Il ne faudrait surtout pas déplaire à personnes en prenant des décisions controversées, mais oh combien nécessaires. On n’est devenue ni plus, ni moins une société ingérable. Personne ne veut véritablement se mouiller et s’engager dans un véritable débat gauche/droite.

      La démagogie à 5 cent, la manipulation de fait, sans arguments valables en propageant préjugés et stéréotypes, en tombant dans les attaques personnelles n’est que nuisible à n’importe quel courant de penser.

      Autant les extrémistes de QS est nuisible à la gauche, autant la drette poubelle est nuisible à la droite !

    • Entièrement d’accord avec toi Patrick.

      Je suis très fédéraliste mais je me retrouve dans le brouillard parce que pour le moment le parti qui me représente le mieux en chambre est le PQ…

      Je veux bien être un bon citoyen et voter mais je fais quoi avec ça???

    • “Pour Jean Charest, ce serait «une erreur de ne pas réagir, de ne rien dire, de laisser passer». «Depuis des mois, ça avance, d’un pas à l’autre, on tolère l’intimidation et la violence sous toutes sortes de prétextes», a-t-il déploré. Selon lui, cette «banalisation de la violence et de l’intimidation» que cherche à «imposer» une «minorité» est un «phénomène inquiétant et triste».”

      Voici le programme politique de Charest pour les prochaines élections. Attendez-vous à entendre les mots “violence et intimidation” ad nauseam au cours des prochaines semaines. Quand on n’a rien de beau à montrer, on essaie de changer de sujet mais les québécois ne sont pas dupes et pour une fois leur devise aura une signification : “Je me souviens”.

      Michel Granger

    • Plutôt l’axe gauche/extrême-gauche-fêlé

    • Le problème avec la division gauche/droite c’est que ca laisse tout plein d’orphelins politiques. Les extrêmes des deux bords sont pour bien du monde tout aussi indésirables. J’attend encore le parti qui va combiner une vision sociale de gauche avec une vision économique de droite… C’est ce que bien des gens veulent, souvent même sans le savoir. Et venez pas me dire que c’est incompatible… On peut être humain tout en étant économiquement responsable.

    • Les media sont de gauches et ils nous font avaler n’importe quoi

    • À tous ceux qui croient que la CAQ est un parti de droite, détrompez-vous !
      La CAQ n’est ni à droite, ni à gauche, Legault va là où le vent l’amène selon ses interprétations des sondages populaires. Il est de l’école péquiste ne l’oublions pas… Juste à voir Pauline Marois aller et vous comprendrez mon propos.

      La droite à sa place au Québec ! Toutefois, pas une droite radicale, irresponsable et dommageable à l’image du courant, à l’instar des hurluberlus de la gauche de Québec Solidaire. Mais, d’une droite éclairée et consciente de l’histoire sociale démocrate du Québec.

      Ah, c’est beau rêver ! Au lieu de quoi nous n’avons aucun parti de droite qui ose s’afficher tel quel et un Amir Khadir qui se prend pour Gandhi tabarn…

      Ne vous méprenez pas, Kadhir et Québec Solidaire ne sont aucunement nuisible à la droite, même qu’ils sont extrêmement bon pour la droite. N’importe qui doter d’un minimum de jugement, se rend vite compte de la bêtise crasse de Québec Solidaire.

      Où Kadhir et ses disciples font peur, c’est avec ceux qui ne sont pas trop au fait de la politique et qui voient en lui un sauveur. Par contre, ce qui fait le plus peur de Kadhir et de QS, c’est que Pauline Marois en a encore plus peur que n’importe qui d’autre. Or, il est légitime de croire que le PQ a de légitime chance de passer au pouvoir à la prochaine élection. Pour leur couper l’herbe sous le pied, la Marois s’inspire du programme de QS et tente ainsi d’aller leur gruger des intentions de vote.

      Il ne faut pas oublier que le programme de QS est rempli d’âneries plus inimaginables les unes des autres. Que ce soit la gratuité scolaire de la maternelle au doctorat, d’un régime de retraite universelle, de la publicité contrôlée par l’État ou encore d’avoir une analyse féministe de la santé.

      Le tout sans que personne ne paye une cenne de plus de taxe et d’impôt ! Sans oublier que les semaines de travaux seraient réduites à 32 heures et surtout qu’on deviendrait une société sans vidange !!!

    • Attention de ne pas mélanger Droite morale (mariage gay , avortement , Dieu….) avec la droite économique ( moin d’impots, moin d’intervention de l’état dans nos vie, valoriser l’entreprenariat etc)

      Le sujet ici est d’ordre économique je crois, car moralement, le Québec est à gauche et y’a pas grand monde qui remet ça en cause.

    • Tous ces efforts fédéralistes pour démontrer que la chicane est uniquement causée par la présence des méchants souverainistes sur la scène politique tomberait-ils enfin à plat !

    • Entièrement d’accord avec Alain Simard.
      Rien ne peut mieux décrire la hargne qui règne au Québec actuellement contre ce gouvernement qui nous a plongé volontairement, par pur électoraliste, dans cette crise sociale et qui nous y maintient à coup de propagande quotidienne.
      R. Boisvert

    • « Une société, pas plus qu’une femme, ne peut demeurer indéfiniment enceinte : il faut qu’elle accouche ou qu’elle avorte. » — René Lévesque

      La question nationale n’est PAS réglée. Elle ne sera réglée que lorsque les Québécois seront maîtres de leur destin ou qu’ils auront disparu.

      En ce moment, nous vivons une période d’anglomanie intense et on cache la question nationale sous le tapis. Ça a déjà été vu et ça ne durera pas.

      Le Québec en ce moment est TRÈS à droite et ce depuis 30 ans. Mais cela ne veut pas non plus dire que la gauche ne reviendra pas. La gauche doit s’allier à la cause nationale et cesser, comme le NPD ou Québec Solidaire, de faire les yeux doux aux anglophones.

    • Gauche/Droite? Pas nouveau je dirais. Je me souviens de mes longues discussions (animées…) devant une Black Label à la brasserie de l’UQUAM il y a plus de 30 ans. Avec des étudiants en histoire, science-po, philo, et le reste. Je me demande ce qu’ils sont devenus ces idéalistes :)

    • les élites veulent tuer dans l’oeuf un mouvement qui ne fera que grossir

    • il y a deux grande catégories de gens au Québec :

      1-Gauche – extrême Gauche – séparatiste : la bonne gagne, avec les artistes et médias de leur bord (le bon bord) , ils ont tout les droits ; exemple :je cherche encore les chroniqueurs qui s’offusque qu’un député de notre parlement garde chez lui une affiche avec le premier ministre mort a terre…….le québec vous appartient Patrick vous avez gagné!!!

      2-le reste, la sous-race, un peu plus de centre ou centre droit, un peu plus fédéraliste…….la mauvaise gagne, si ils osent s’ouvrir la bouche, c’est les attaques, des traites a la nations, des menace de mort…….eux ils reste terré chez eux……la saint-jean, ils ne sont pas invités…

      je me demande si séparé le québec en 2 serait pas une bonne solution….

      regarde la crise aujourd’hui et imagine le prochain référendum……….ouffff

      je pensais jamais en arrivé là, mais en ce moment je me demande vraiment quoi faire, je ne me retrouve plus dans votre québec de gauche qui dominent l’avant scène en ce moment…

    • Le débat actuel est le même que lors des deux dernier référendum, la question du OUI ou NON était à l’époque une question qui signifiait GAUCHE ou DROITE car le seul partie indépendandiste de l’époque était un partie fondamentalement gauchiste, syndicaliste et séparatiste.

      C’est pour cette raison que les mouvements ou partie pour l’indépendance ne réussiront jamais à avoir un vote à 90% car le peuple est fondamentalement divisé sur la question gauche droite!

      Il y a 50% des gens qui travail pour payer les services pour les 50% autres qui veulent avoir tout gratisse. Le jour que plus de 50% des gens ne voudront plus travailler pour payer, alors ça sera comme la Grèce, l’URSS, la Chine (qui vient de se réveiller), Cuba, etc.. on tombera dans une économie stagnante et dégardante par la suite….nous s’y somme presque avec nos 250 milliard de dette au Qué.

      On retrouve aujourd’hui exactement le même débat! Gauche ou droit! Ce débat dure depuis plus de 40 ans! et ça va durer encore longtemps! tant et aussi longtemps qu’on donnera gratissssse des services!

    • Je crois qu’avant toute chose, il faut des élections proportionnelles. Sinon on se ramasse avec un gouvernement majoritaire avec 30-40% de vote ( ce qui est pas terrible ) comme actuellement. Donc 60-70% de la population n’est pas gouverné par le parti qu’il désire, ce qui est énorme.

      Le jour où nous serons convenablement représenté au parlement, je crois qu’on pourra lancer le débat de gauche / droite et de souveraineté ou non.

    • Provoquer la jeunesse pour mieux la vilipender, l’assimiler à la gauche “extrémiste” en l’identifiant aux casseurs “de métier” (policiers déguisés à Montebello), voila la plateforme électorale de Charest pour camoufler sa turpitude, sa veulerie et son entêtement orgueilleux.

    • Les manifestations étudiantes embêtent la société civile montréalaise qui n’a rien à voir avec

      la décision contestée…les étudiants devraient aller embêter les décideurs…les parlementaires

      qui sont à Québec !!!

    • @yvonmontana 12h01

      «Les media sont de gauches et ils nous font avaler n’importe quoi»

      Vous venez de m’éclairer. La Presse est menées par ses éditorialistes de gauche : Pratte, Roy, Dubuc, Gagnon. Et le Journal de Montréal est une publication d’extrême gauche.

      Je viens enfin de comprendre pourquoi je risque de me faire emboutir en auto à chaque fois que je tente un virage permis aux STOP en circulant à Laval. Faut que je tourne à gauche!

      C’est divertissant votre affaire.

      Benoit Corbeil

    • yvonmontana

      14 juin 2012
      12h01
      Les media sont de gauches et ils nous font avaler n’importe quoi
      - – - – - – - – - – - – - – - – - – - – -

      Les media sont de droite et vous font avaler qu’ils sont de gauche, ce qui n’est pas «n’importe quoi», en stratégie.

    • @Yvonmontana
      Par définition un journaliste est gauchiste, syndicatliste et séparatiste, il ne connait rien aux affaires, aux finances et à l’économie.

      Mais il se prononce sur ces sujets à tous les jours!!!!

      Tu comprends pourquoi les gens sont désinformés plutôt que informés!
      Y en a même qui se prenne pour des urgentologues de l’information!

      ;)!

    • Il n’y a pas d’évolution ou de renouveau dans le débat actuel: la gauche, c’est le oui, la souveraineté, tandis que la droite incarne le non, le fédéralisme.

      Peut-être que la crise du printemps érable fait davantage ressortir les liens capitalisme-fédéralisme-droite en opposition aux liens social-démocratie-nationalisme-gauche, mais les deux clans que nous observons débattre aujourd’hui sont les mêmes depuis longtemps.

      Sérieusement M. Lagacé, pensez-vous qu’il existe une majorité de personnes ayant voté non au dernier référendum qui se promènent dans la rue avec des casseroles ?

    • Pour ca patrick il faudrait avoir une vrai droite au Québec….malheureusement elle n’existe pas…

      Il y a seulement la gang de peureux qui braille pour la dette à toute les 2 secondes et disent que la droite = économie ,économie ,économie…. Genre libéraux…

      Parce que la gang qui encourage une hausse de taxe et des lois visant à réduire la liberté et donner plus de POUVOIR À L’ÉTAT ne sont surment pas des personnes de droites…..

      Pour moi ce sont juste des personnes qui justifient tout leurs actions insensés en brandissant le spectre de l’économie..

    • Dans le même sens que reward72 14 juin 2012 12h00, cette étiquette, gauche/droite, pour décrire ET expliquer la crise actuelle au Québec ( et à beaucoup d’autres endroits de la planète ) :

      N’est-ce pas une erreur ?

      N’est-ce pas réducteur ?

      Est-ce exact, vrai, correct ?

      N’est-ce pas un leurre, une diversion des Puissants, pour nous aveugler sur d’autres causes ?????

      Si oui, quel pourrait être le bon cadre d’analyse, de quels critères devrait-il être composé ??

      Et ce « meilleur » cadre d’analyse, pourrait-il, DEVRAIT-IL ( ? ), nous permettre de « transcender » le clivage actuel et cette bien triste polarisation à laquelle nous assistons
      ( et qui semble nous mener nulle part ( ? )

      ( Du feed-back, por favor !! )

    • Depuis quelque temps on entend la rétorique que le ROC va nous foutre à la porte comme si cela équivalait être atteint de la peste… Ha bon… surement qu’il ont changé d’idée depuis le Love In de 95 où ils étaient près de 200,000 à marcher dans les rue de Montréal avec leur “We Love you Quebecois” …

      Et bien tant mieux s’il nous foutent à la porte… Ils demeureront dans leurs semblant de pays avec ce qu’il croient être leur culture “canadienne” et ce qu’ils croient être leur identité “canadienne” … Un jour ils se réveilleront p-e en réalisant qu’il n’en est rien… Le Canada sans le Québec n’a pas de culture ni d’identité propre : ils calquent les étasuniens !!

      Le PQ a sa fondation était justement une coalition gauche et droite réunie en faveur de l’indépendance… pas surprenant qu’ils soient toujours en train de s’entre-déchirer

      Personnellement je rêve de ce jour! Celui où nous n’aurons plus besoin d’expliquer les bons cotés de l’indépendance : nous les viveront… À ce moment là nous pourrons tenir le réel débat : droite / gauche

    • Il y a certainement un peu de cela mais je crois aussi que vous exagérez un peu la tension actuelle. Je vis au coeur du ‘conflit’ (autant sur le plan universitaire, j’y complète un doctorat, j’y fais de la recherche et y enseigne; et je vis dans un quartier très actif dans le conflit) et je ne vois rien de SI extrême. Par exemple, il y a plus de vitrines cassées après une finale de la coupe Stanley que dans tous les conflit en entier….

    • A tous les révolutionnaires a la gomme..aux gauchistes caviar, aux verts purs, aux carrés rouges ignares, de grace proposez quelque chose! c’est trop facile d’etre contre tout! La société dont vous revez aurait l’air de quoi?

    • Si l’option Indépendantiste n’avait jamais transpiré le gauchisme et le syndicalisme, il y a lontemps qu’on serait indépendant!

      Toutefois tant que cette option ne vise qu’à attirer ces groupes, plusieurs peuvent dormir tranquille!

    • Désolé pour le fait que ce message est principalement en anglais. Je suis principalement dans un monde “anglais” et donc ai tendence a écrire les choses en anglais. Si quelqu’un veut traduire, amusez-vous. Je trouve quand meme pertinent de lancer cet avertissement, qui pour moi cette “crise sociale du Quebec” n’est qu’un signe parmis tant.

      “This is my final conclusion concerning the future of the world as it is. As usual this is based on facts of human history, and on patterns that always repeat themselves. There is simply no reason this should go any different.

      “The death of good will” is the world we are entering in. Societies that are extremely tolerant of other religions, races, opinions and open minded never last. In fact before modern times, the “most tolerant societies” the world has known are the Sultanas of Persia, India and Turkey at their beginnings. Within around 2 centuries all that good will gradually died. Everyone’s opinions became more polarized as signs of “cracks” appeared in societies. It’s a pretty simple pattern. When things are going well, everyone love each other. When things aren’t going well, everyone blame “others”. Since everyone ends up being that way, ultimately everyone ends up being “blamed” as the source.

      Then the petty majority end up crushing down any opposing vision and using massive threats of violence to hold it up. This is very definitively what is happening on the entire world. In canada however that seems to be much faster. French vs English, East vs West, Young vs Old, Governement vs Students (in quebec), and so many splits are becoming divides that are never going to heal. In 1995 canada tried to keep Quebec in at all cost. In 2012, more and more canadians feels Quebec should be kicked out of it forcibly. That tendency is not going to “heal”.

      Welcome to the 21st century and the rest of your lives : The end of good will, the rise of fanaticism and drastically polarized opinions coupled with threats of violence. Welcome to a world of hatred.”

    • Le débat se situe entre confiance et aucune confiance en les pouvoirs établis, point final.

    • Lorsque Sarah Palin a mis ses adversaires démocrates comme des cibles sur une carte géographique, les gens de gauche d’ici étaient scandalisés et avec raison. On connaît la suite un tireur fou a tenté de tuer une démocrate.

      Or les gens de gauche ne semblent pas trop scandalisés qu’un groupe de musique qui mentionne TUER MARTINEAU ou encore évoque des menaces contre des ministres a été invité à la Fête Nationale… Pourtant, un malade comme à Tuscon en Arizona pourrait faire la même chose…

      Pour moi, c’est scandaleux des 2 côtés, qu’on soit de droite ou de gauche.

      Martineau, je ne le trouve pas toujours pertinent et bien argumenté. Mais c’est un père de famille et les lâches qui lui font des menaces sous le couvert de l’anonymat sont aussi imbéciles que les idiots de l’extrême droite aux USA

      La gogauche qui veut censurer tout le monde actuellement (Martineau, Villeneuve, etc.) et la droite fondamentaliste qui veut bafouer les droits à l’avortement et aux gais, on parle ici de la même bande D’IMBÉCILES SANS CERVELLE !!!

    • Si on veut éviter le pire, i.e. l’anarchie totale, je pense qu’il va falloir apprendre à lire, à écrire et à écouter “l’autre qui est différent” respectueusement ….

      Les insultes et les injures ne remplaceront jamais une argumentation s’appuyant sur des faits
      réels, vérifiés et non sur des aproximations, des humeurs ou des légendes urbaines.

      Prendre la parole “pour ou contre “est un droit fondamental qui doit obligatoirement s’exercer avec un profond sens de la responsabilité. Dire n’importe quoi, argumenter avec les clichés qui circulent sur les medias sociaux ou dans les medias en général ne font que rendre
      l’air ambiant plus toxique.

      On ne manque pas de débats importants en ce moment. Pourquoi pas en profiter pour redécouvrir le poids des mots, la puissance évocatrice d’une métaphore qu’on a pris le temps de sentir, d’apprécier cette langue française qui est si belle et d’enrichir son vocabulaire,….

      Peut-on avoir le goût d’insulter et d’injurier d’une façon mécanique après cela?

    • @Reward72

      Tout à fait d’accord, je me prend en exemple. Je possède des valeurs plutôt socialiste, donc la droite à la Harper et Charest ne me plait pas du tout, cela ne veux pas dire que je veux être associé au communisme non plus. Et d’un autre côté je ne suis pas souverainiste non plus. Mais on dirais qu’en ce moment, le débat es calculé de la manière suivante : Souverainiste = gauche et fédéraliste = droite. Mais il es tout a fait possible et pausible de souhaiter un Canada uni avec des valeurs plus à gauche.

    • “M. Duchesneau en est ressorti convaincu que son rapport-choc sur les liens entre les firmes de génie, les entreprises de construction et le financement des partis politiques serait «tabletté», ce qui le frustrait énormément.”

      Il commence à sortir des odeurs fétides de la Commission Charbonneau. Charest va devoir faire des pieds et des mains pour que les gens regardent ailleurs. Il va nous farcir un peu plus de “violence et d’intimidation”.

    • yvonmontana
      Les media sont de gauches
      ——————————–

      Va dire ça à PKP, il va la trouver bien drôle…

    • Qu’est-ce que la gauche?
      Qu’est-ce que la droite?

    • Le débat gauche-droite fait ressortir encore plus la division entre le Québec et le ROC. J’estime que les arguments “gauche/droite” sont encore plus forts que l’argument “culture/langue” pour promouvoir la séparation du Québec.

      On se retrouverait alors avec deux pays en harmonie avec leurs valeurs:

      Le Québec, peuplé de progressistes solidaires syndiqués en congé de maladie ou à la retraite à 49 ans, profitant à l’infini d’une panoplie de programmes sociaux tout en défilant dans les rues en tapant sur des casseroles;

      Et le Canada, peuplé de vilains “drettistes” (ou “dretteux”?) qui travaillent pour améliorer leur sort.

      J’ai hâte que les québécois se séparent pour enfin réaliser leur rêve. SVP attendez juste que je sois parti! Merci!

    • Oui et non. En fait, les souverainistes sont en partie responsables du “glissement” du débat vers une dynamique gauche-droite, et ce pour une seule raison: le PQ, le véhicule historique de l’option souverainiste, est un parti de centre gauche, ou social-démocrate. Quiconque a déjà assisté à une assemblée du PQ sait que sa frange provenant de la gauche syndicale a chassé tels des hérétiques, les gens soupçonnés, à tort ou à raison, d’être plus libéraux économiquement. Or beaucoup de gens sont souverainistes sans être spécialement de gauche. En dehors de toute démarche référendaire, ceux-ci vont se distribuer politiquement autour d’autres partis. Le mouvement indépendantiste ne récolte en quelque sorte que ce que la position politique du parti a semé.

      Bien que M. Simard soulève -avec raison parfois- une perception de réalité-catastrophe de plus en plus répandue ici, j’aimerais lui faire remarquer qu’à bien d’autres endroits (France, Espagne, Italie, G-B, Grèce, USA) les gens ont réagi fortement à des mesures d’austérité. Le Qc n’a pas le monopole de ce débat.

      Je pense que la crise est davantage celle de nos institutions démocratiques. Des choix importants se profilent pour les québécois comme pour les autres: crise des finances publiques, crise démographique, crise environnementale, etc. À l’époque de l’information et des médias sociaux, un parti peut-il imposer un budget d’austérité quand il a recueilli 35% des votes avec un taux de participation de 55%, soit moins de 20% des citoyens? Est-ce là ce que nous pouvons faire de mieux?

      Comment s’étonner ensuite que des gens se sentent peu ou pas représentées, qu’ils croient que tout est joué d’avance, qu’il existe un pouvoir auto-suffisant, corrompu, etc. Surtout dans un tel contexte de fort soupçon vis-à-vis du PLQ.

      Et là encore, on revient à la question nationale. Compliqué tout ça.

      On peut être optimiste quant à la crise actuelle en songeant au réveil politique du Qc. On peut l’être moins en voyant certaines personnes tirer sur le messager plutôt que sur le message. J’imagine que ça fait partie du processus…

    • Comme le mentionnait Serge Bouchard, le débat gauche droite mène dans un cul de sac, il n’y a qu’a lire les commentaire ici, une foire d’insulte, très peu d’analyse et de réflexion. Il faut élever le débat au dessus de ça, on a besoin que les commentateurs des médias le fasse. Sortir de la soupe d’insultes ” gouvernemaman vs fascistes “de réflexion a 0,002 cennes qui ne mènent absolument a rien sauf foutre le trouble.
      Continuer a se crier des noms ne donne rien et nous fait perdre notre temps.

    • ben non , le québec c est pas la bloguosphère ni la twitosphère , ça serait une grande erreur de gouverner qu en fonction de ce qu on peut lire sur le net ou dans les médias

    • Se pourrait-il que cela commence à ressembler au capharnaum italien ou, mieux, grec? Extrême par ici, autre extrême par là. Diverses factions gauchistes, ceux à droite pas tous d’accord. Les gauchistes parlent d’état policier alors que les états communistes sont tous des états policiers. L’anarcho-communiste qui rêve d’une société égalitaire au raz du plancher sans policiers. Tiens, autant rêver au peuple des Élois dans La machine à remonter le temps.

      Il semble plutôt y avoir un axe gauche-indépendantiste vs droite-fédéraliste. On va donc continuer à se taper dessus avec plus de conviction, avec deux fois plus d’arguments. Je sais quel camp j’occupe et je commence à trouver l’autre passablement rasoir. Comme dans tout bon affrontement, dans toute guerre civile, on se battra jusqu’à terrasser l’ennemi d’une manière ou d’une autre… Cela met bien en évidence que la réputation des Québécois d’être pacifiques et pleins de bonhommie, c’est du vent. La réalité, c’est que nous sommes proches parents avec les Libanais, les Irlandais du Nord, les Corses, les Basques, etc. Comme l’humain est proche du chimpanzé (99,5% de similitude génétique), autre espèce qui aime bien se lancer dans quelques petits massacres entre bandes rivales.

    • Premièrement la question nationale n’est pas réglée et risque de ne pas l’être de sitôt si nous concentrons nos efforts sur la seule idéologie gauche ou droite. Par contre la droite au Québec est de plus en plus fédéraliste pour une raison bien évidente, la PRIVATISATION all dress et c’est là que la question nationale devient plus qu’importante. L’appétit féroce du privé envers nos richesses naturelles et nos institutions comme Hydro-Québec, les domaines de l’ instruction et de la santé, les travaux publics etc. représente le plus grand problème dont nous devons faire face en ce moment. Ces petits arrivistes du privé dont nos bons Lucides servent les intérêts ne veulent RIEN SAVOIR du dossier linguistique et culturel du Québec. Pour eux « business as usuel « et la business c’est en « english « que ça se fait ! Nos Lucien Bouchard, John James Charest, François Legault n’ont qu’UN objectif servir leurs amis du privé.

      Donc le débat-gauche droite est un leurre car il englobe AUSSI les valeurs de notre nation francophone dans ce Canada anglais !

      Bien sûr nos petits libertariens de la droite du Réseau Libaââârté Québec en ont rien à foutre de la spécificité québécoise dans le Canada, car la plupart d’ entre eux rêvent d’un Canada anglais coast to coast en autant qu’ils mettent une couple de trente sous de plus dans leur poches !

    • 80% de ce que nous envoyons à Québec sert à payer la facture d’épicerie. C’est à Ottawa qu’il y a du gras.

      Lorsque nous avons un débat social, c’est vers Québec que nous regardons. Il est temps qu’on place notre compte de banque dans notre champ de vision.

    • Votre article dit à la fois une chose et son contraire monsieur Lagacé. Vous dites être de plus en plus surpris par l’intensité du débat actuel car après tout il ne s’agirait que de la question d’une hausse des droits de scolarité universitaires. Rien de très existentiel comme enjeu comparé à d’autres endroits sur la planète. Puis vous émettez l’hypothèse que, si le débat a atteint une telle intensité, c’est peut-être parce qu’on assisterait à la naissance de la polarisation gauche-droite des débats dans l’espace public, d’une critique de la droite par les étudiants, critique de l’effacement de l’État et du règne du marché et de l’individualisme..et donc qu’il ne s’agirait pas uniquement d’une banale question de hausse des droits de scolarité comme vous marteliez toute la première partie de votre article. Cette confusion et le manque de précision dans les propos de plusieurs journaliste contribue certainement aussi à favoriser le dérapage verbal et le peu de nuance dans le débat public, tel que vous l’évoquiez.

    • Une preuve de ma théorie: “Les media sont de gauches(sic) et ils nous font avaler n’importe quoi”

      C’est pas simpliste à moitié, ca! Une phrase qui tient sur un bumper sticker et qui montre que son auteur est soit un farceur soit un … Non, je préfère me taire…
      Le journal de Desmarais… de gauche!
      Wow! Merci, les dretteux!
      Lâchez pas!

    • Encore des animaux…
      ou
      enfin des humains… (genre ’sapiens’, un épithète encore non mérité)

      On n’a plus vraiment le choix. Nous devons évoluer, sinon la nature efface et recommence. Nous devons évoluer dans nos mentalités, plus dans nos corps.

      gauche-droite, partager-posséder, c’est désuet, et secondaire à d’autres dichotomies plus fondamentales, comme :

      l’intelligence et l’honnêteté, l’ouverture d’esprit, la flexibilité, le courage, la culture, l’altruisme, la connaissance de soi et l’humilité, etc. d’une part,

      et d’autre part la bêtise et la mauvaise foi, les esprits bornés, la rigidité, la peur, la gratification des sens, l’égocentrisme et son rejeton le népotisme, l’orgueil et l’arrogance, etc.

      Ça a toujours été ça, mais aujourd’hui ça presse!

      Et c’est ce qu’on sent dans l’air du temps, l’écoeurement des vieilles façons de faire, et un certain désespoir face au manque d’alternatives, parce qu’elles restent à inventer.

      ‘oui/non’, gauche/droite … ça n’a pas d’avenir.

    • @francegitane (11h50)
      Bien sûr qu’on ne peut pas nier la question constitutionnelle, il faudra bien la régler un jour.
      _________________

      En fait, je crois que cette question a été réglée pour de bon à deux reprises. Je ne vois pas l’utilité pour certains souverainistes d’insister pour tenir des référendums jusqu’à ce que ça passe.
      ______

      Le fameux débat gauche/droite est évidemment miné par le débat Oui/Non, et par la tournure que ce mélagne a donné.

      1- La grande majorité des souverainistes sont de gauche, et la majorité des fédéralistes sont plus à droite (centre, pour la plupart d’entre eux)

      2- Il reste alors ces orphelins politiques, ses droitistes souverainistes et ces fédéralistes gauchistes.

      3- Et encore, il n’y a pas de vrai parti de droite au Québec, le PQ et les Libéraux des dernières années sont au centre gauche, avec QS à gauche toute. Aussant quant-à lui risque de se trouver entre QS et le PQ. La CAQ quant-à elle se place au centre.

      L’autre aspect où le débat oui/non va influencer, c’est que les fédéralistes en général désirent enligner le Québec à partir des conditions actuelles qui sont connu et relativement stable, alors que les souverainistes veulent créer une instabilité pour enligner le Québec.

    • Les vacances de JJ “Don” au Brésil, qui se sauve (au propre comme au figuré…) des carrés rouges, et qui tente de mettre de la distance (au propre comme au figuré, again!) entre lui et ses petits copains mafieux présentement dans l’eau chaude, est-ce que c’est aux frais de la couronne ? (…au propre OU au figuré!)

    • Je suis content de voir que je ne suis pas le seul que ce débat (faux débat) gauche-droite ennuie profondément. Je trouve tant la droite que la gauche profondément folklorique, en tout cas chez leurs plus tonitruantes majorettes (Khadir, Duhaime, misère!). Tant que la question nationale n’est pas réglée, alors le débat droite-gauche est caduque, vain, absurde. Il faut savoir de quel État on parle avant de dire s’il en faut plus ou moins. Si demain matin le NPD forme un gouvernement majortaire, on se reconnaîtra plus dans le Canada? Vraiment?

    • @ copain55

      Pourquoi écrire longement ce qui peut s’écrire en quelques mots.

      Je vais vous résumer:

      gauche: méchants (abuseurs)

      droite: gentils (victimes)

      C’est pas beau?

    • La majorité du peuple sont ni à gauche, ni à droite. Ils tiennent juste à leur centre … d’achats.
      ( Richard Desjardins )

    • Patrick,

      Ma théorie : Si le CH avait été en série, il n’y aurait jamais eu de crise …
      Du pain et des jeux. En cas de carence, prenez le peuple avec des pincettes.

      Cordialement

      Pascal

    • yvonmontana

      Avez vous entendu parler du journal de Québec et de la peinture d’Amir Khadir? Sûrement pas.

    • L’opposition droite vs gauche concerne bien des pays, pas juste le Canada. Quand je pense que ce soir des gens se sont fait taou

    • L’opposition droite vs gauche concerne bien des pays, pas juste le Canada. Quand je pense que ce soir des gens se sont fait taoué un carré touge permanent… Et la gang de Harper qui avaient célébré leur victoire sur le régissement des armes, et même tenté de détruire les archives des régistres passés. On vit dans un monde d’idiots, point final.

      Signé: un carré gris.

    • daniel69
      exemple de droite vs gauche

      La droite: Ce sont des gens qui veulent privatisé Hydro-Québec car ils n’aime pas le coûts de leurs facture versus les avantage démesuré que les employés ont avec un syndicat qui en demande trop.

      La Gauche: Ce sont des gens qui veulent nationalisé tout les richesses naturelle qui rapporte de l’argent et qui laisse les syndicats aller au point ou la richesse semble illusoire a long terme.

      mon opinion:
      Dans les fait la gauche a raison de vouloir nationalisé car de plus en plus, le profit des richesses privatisé s’envole vers l’Australie et la Chine,mais les syndicats et le copinage dans une société d’états devrais disparaitre car ou ils ont besoin d’un seul homme,ils vont mettre 4 hommes!
      Alors la rentabilité pour la collectivité Québécoise est sérieusement atténué! Mais cela crée des emploie souvent bidon et inutile mais cela est mieux que laissé aller a l’étranger des milliards $$$

    • Bravo Alain Simard,

      Je suis totalement en accord avec les extraits que P. Lagacé a placé dans ce post.

      D’une étudiante de l’UQÀM en Sciences de l’Environnement et Ressources énergétiques durables toujours en grève, portant fièrement le carré rouge.

    • Il me semble que le clivage gauche-droite est présent dans le nouveau discours nationaliste né dans les années 60. Un discours qui se distançait du nationalisme de droite, disait-on, à la Lionel Groulx. Depuis plus de quatre décennies, être indépendantiste, c’était être à gauche, tandis qu’un fédéraliste incarnait la droite. D’ailleurs, le Parti québécois ne s’est-il pas proclamé social-démocrate et demandé d’être accepté dans l’Internationale socialiste, ce qui lui aurait permis de marcher la rose au poing?

      D’ailleurs, qu’on ne s’y méprenne pas. La plupart des leaders étudiants et des adultes qui ont manifesté avec les jeunes sont sûrement des indépendantistes convaincus. Et même péquistes. Je vois mal des libéraux dans les défilés, c’est un truisme.

      On peut être fédéraliste et de gauche, du moins social-démocrate. C’était le cas de Robert Bourassa, par exemple. D’ailleurs, on a vu des disciples des deux tendances virer leur capot, par goût du pouvoir ou autrement. Mais voilà. Séquelle de notre culture catholique? Nous sommes des champions du manichéisme. Il y a les bons et les méchants, les gauchistes et les droitistes, les indépendentisses et les fédérastes. Comment voulez dialoguer sainement de l’avenir du Québec dans cet état d’esprit?

    • Moi c’est seulement d’une chose que je suis tanné quand on parle de souverainiste vs fédéraliste et gauchistes/droitistes. c’est qu’on classe toujours les fédéralistes tous à droite et tous les souverainistes à gauche oui c’est vrai que la plupart des fédéralistes sont à droite et que la plupart des souverainistes sont à gauche mais bon là où je veux en venir c’est que ce n’est pas tous des gauchistes au PQ au cas où vous l’aurez pas remarqué. Merci

    • A mon avis, le dérapage actuel est du seulement au fait que la gauche se rend compte qu’elle n’aura jamais le pouvoir. Alors Amir Ghandi ne voit que la solution de la désobéissance civile pour porter son message. That it.

    • Sommes-nous, peuple québécois, en train de faire notre psychanalyse sur le divan des médias? Il est temps de cesser de débattre et de passer à l’action. Nous le voulons ce pays? Alors, prenons-le à bras-le-corps avec amour et passion et disons-lui notre fierté d’être ce que nous sommes : parfois un peu grossier ou mal dégrossi, mais un beau peuple. VIVE LE QUÉBEC LIBRE! De grâce De Gaulle, sortez de votre tombe, car plus personne n’ose employer la force de cette affirmation.

    • La question nationale ne disparaîtra jamais, tant que le peuple québécois survivra. C’est une question qui est à la base de toute le reste.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • TWITTER

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    août 2012
    L Ma Me J V S D
    « juil   sept »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité