Patrick Lagacé

Patrick Lagacé - Auteur
  • Patrick Lagacé

    Patrick Lagacé aime le journalisme : « Cette profession permet de vivre des aventures et d'être payé pour le faire », dit-il.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 22 mai 2012 | Mise en ligne à 15h36 | Commenter Commentaires (265)

    La Presse et le gouvernement de Jean Charest (AJOUT)

    Chapleau, dans toutes sa splendeur « pro » Charest...  (#sarcasme)

    Chapleau, dans toutes sa splendeur « pro » Charest... (#sarcasme)

    Je commençais au Journal de Montréal et un vieux routier du journalisme, le chef de pupitre Denis Tremblay, m’avait mis en garde à propos des aléas qui guettent le travailleur de l’information qui pond des textes dans un journal : « Si tu écris que le ciel est bleu, tu vas te faire accuser d’être péquiste, ou conservateur… »

    Traduction : des fois, les gens parfois lisent des trucs qui ne sont pas dans ton papier.

    Judicieuse observation, une parmi mille lancées par Denis au-dessus de nos bières de fin de soirée à L’île noire, où je me faisais raconter les grandes et petites histoires des journaux montréalais des années 1960, 1970 et 1980…

    La maxime de Denis s’est vérifiée mille fois. Je me suis fait traiter de gauchiste, de suppôt de la droite, de séparatiste, de larbin du Canada. Pas toujours pour le même texte, mais pas loin ; de toute façon, là n’est pas la question : la question c’est que c’est le même gars qu’on affuble de toutes ces étiquettes. C’est la vie, c’est comme ça, un risque de la job. Parfois, les gens vous lisent avec une loupe, ils trouvent une virgule qu’ils jugent avariée, ils l’isolent et la montrent au monde entier avec la certitude d’avoir trouvé LA preuve de votre biais, ou de celui de votre journal, contre leur camp…

    Ceux qui tiennent la plus grosse loupe sont évidemment les plus militants parmi le lectorat. Eux, ils lisent chaque titre, chaque légende-photo, chaque intertitre avec la suspicion d’un douanier nord-coréen ; ils mesurent vos textes, pèsent vos adjectifs, passent vos métaphores au scanner. Bien sûr, ils finissent par la « trouver », LA preuve, celle qui démontre hors de tout doute que vous êtes un vendu…

    C’est la vie, c’est comme ça.

    Mais…

    (Vous le saviez qu’un « mais » s’en venait, hein !)

    Mais il y a un bout à tout.

    Qu’on critique un sondage publié dans nos pages samedi, sur la loi spéciale, j’en suis : aucun journal, aucun média n’est au-dessus de la critique. Ces critiques montrent que nos lecteurs exigent de leur journal des standards de qualité en béton ; ces exigences montrent que nos lecteurs aiment « leur » journal. Dans la lettre de Christian Bégin, qui canalise et symbolise cette grogne qui a enflammé les médias sociaux, je lis entre les lignes et qu’est-ce que je trouve ? De la déception du calibre de celle qui afflige l’amoureux déçu.

    Christian a droit à son opinion. Vous avez droit à la vôtre. Vous avez même le droit de boycotter le journal, si c’est votre choix.

    Tout le monde a droit à son opinion. Mais parmi les opinions entendues et lues un peu partout, ce week-end, il s’est dit quelques énormités. La plus énorme de ces énormités : La Presse veut pousser le public du bord du gouvernement…

    Si quelqu’un, dans ce journal, a un agenda secret qui vise à susciter de la sympathie pour Jean Charest, un « grand master plan » machiavélique, convenons d’un truc : il n’a pas beaucoup d’influence. Ou alors, un tas de journalistes et chroniqueurs n’ont pas reçu la note de service détaillant cet agenda secret et nous rappelant l’obligation de s’y conformer…

    Depuis trois ans, trois médias ont été à l’avant-plan de l’excavation de ces histoires nauséabondes qui ont plombé le gouvernement de Jean Charest : Le Devoir, Radio-Canada et La Presse. Je ne dis pas que les autres médias n’ont rien fait ; je dis que ces trois médias-là ont sorti des scoops à répétition sur les liens entre l’argent donné au Parti libéral de Jean Charest et des décisions gouvernementales favorables à ceux qui ont donné. Qu’ils en sortent encore.

    C’est le cas de La Presse, où les journalistes sortent régulièrement des histoires embarrassantes pour la grande famille libérale. Où les chroniqueurs varlopent cette grande famille.

    Des exemples ?

    Qui a révélé que pendant que Québec disait donner une dernière chance à la négo avec les étudiants, on planchait sur ce projet de loi spéciale ?

    Denis Lessard, de La Presse.

    Qui a ajouté révélé la passion pour la politique d’un haut dirigeant d’une firme de génie, histoire qui illustre les liens entre les firmes de génie et le politique?

    Fabrice de Pierrebourg, de La Presse.

    Qui a récemment révélé que Line Beauchamp, alors ministre de l’Environnement, avait participé à un petit-déjeuner de financement où se trouvait un mafieux notoire ?

    André Noël, de La Presse.

    Qui a écrit que sur la question de la hausse des droits de scolarité, le gouvernement est tombé sur la tête ?

    Michèle Ouimet, de La Presse.

    Qui a écrit que la hausse des frais de scolarité est « brutale » et constitue une « injuste part » ?

    Rima Elkouri, de La Presse.

    Qui a écrit que Jean Charest exploite le chaos électoral ?

    Moi, dans La Presse.

    Qui a écrit qu’un ancien conseiller de Jean Charest recyclé dans les tableaux scolaires semble favorisé par un appel d’offres public ?

    Vincent Marissal, de La Presse.

    Qui a écrit qu’au sein même de l’UPAC, son indépendance politique fait l’objet de sérieux doutes ?

    Fabrice de Pierrebourg, de La Presse.

    Qui a révélé l’histoire des cadres unilingues anglophones dans ce fleuron du Québec économique qu’est la Caisse de dépôts et de placements ?

    Francis Vailles, de La Presse.

    Qui a dénoncé la « commission émasculée » qu’était la première mouture de la commission d’enquête sur les saloperies du monde de la construction, une première mouture semblant protéger les politiciens ?

    Yves Boisvert, de La Presse.

    Qui a révélé les liens étroits entre Tony Tomassi et Luigi Coretti, une saga qui a fini par mener à l’expulsion du député-ministre de la grande famille libérale ?

    André Noël, de La Presse.

    Qui a révélé qu’Hydro-Québec cache un milliard en dépassements de coûts dans la réfection de Gentilly-2 ?

    Paul Journet, de La Presse.

    Qui a révélé plusieurs des scoops du scandale de l’attribution des places subventionnées en garderie, par le ministère de la Famille à des amis du Parti libéral ?

    Tommy Chouinard, de La Presse.

    J’en passe, et des meilleures. Comme les caricatures de Serge Chapleau, tiens, sur la grande famille libérale. Serge est très flatteur, pour Charest et ses ministres, comme chacun le sait…

    Donc, c’est ce que je voulais dire : s’il y a un grand plan de manipulation globale de La Presse pour influencer les masses en faveur du gouvernement de Jean Charest, la personne responsable devrait être congédiée pour incompétence crasse. Son influence, de toute évidence, est assez limitée et n’empêche pas la publication d’histoires compromettantes pour ce gouvernement, pas plus que la publication de chroniques qui fessent joyeusement sur ce gouvernement à bout de souffle. Si ce plan existait, je couvrirais probablement les courses de chevaux.

    *Merci à Paul Journet, mon collègue de Québec, qui a largement contribué à cette liste avec ses suggestions.

    AJOUT : Un flash, comme ça. Dans le contexte hyper-polarisé qui est celui du Québec en ce printemps 2012, ma description des militants qui lisent avec une loupe s’élargit. Dans ce débat qui ne laisse personne indifférent, le milieu est laissé vacant, tout le monde milite. Ça fait beaucoup, beaucoup de monde qui lit avec des loupes.

    AJOUT 2: Les journalistes de La Presse sont surpris de voir que bien des gens oublient des pans de notre couverture récente de l’actualité politique, une couverture qui a mis les libéraux de Jean Charest sur le grill. Je dirais qu’une partie de cette surprise tient à ceci : nous, journalistes, baignons dans l’actualité. Nous savons que c’est Enquête qui a sorti le lien Nathalie Normandeau/Boisbriand/Roche/Infrabec ; nous savons que Kathleen Lévesque du Devoir est une experte des liens entre les firmes de génie et le monde politique ; nous savons qu’André Noël a sorti nombre de scoops qui ont eu des échos jusqu’à Québec. Nous, journalistes, savons que La Presse démontre sa férocité journalistique sans compromis envers Jean Charest parce que l’actualité, c’est le sang qui coule dans nos veines, notre matériau premier. Pas le public, qui a autre chose à faire que passer quatre heures par jour à regarder LCN/RDI et lire quatre journaux par jour :)


    • Salut Patrick, t’avais pas besoin d’écrire là-dessus. En parlant ouvertement de ce malaise qui mine votre crédibilité journaliste ou de cette tache qu’on rend indélébile aussitôt que vous vous joignez à un groupe de presse ou à un autre, tu fais quoi à part semer encore plus le doute… De toute façon, on a bien vu que les opinions sont partagées dans les textes éditoriaux et dans les chroniques. Le sondage était bâclé. Comme j’écris à Marissal sans arrêt, le travail de journalisme n’est pas de commenter ou d’analyser des sondages, pas plus que le travail d’un journal est d’en commander. Un journaliste devrait s’en éloigner comme d’une maladie vénérienne. Dépendamment de l’angle, on peut faire dire ce que l’on veut à un sondage, comme on peut manipuler les masses par des sondages.

    • Tous ces gens que vous nommez font en sorte que je ne tient pas à renoncer à mon abonnement malgré l’incapacité du camelot qui m’est attitré à livrer votre journal à l’heure.

      Il est cependant décevant, pour moi, de constater que les pages éditoriales à la fin du cahier principal tendent beaucoup plus du côté du gouvernement et des arguments faciles depuis quelques jours. Est-ce que celles-ci sont le reflet réel de notre société en ce moment? Seul le responsable de ces pages le sait. Si c’est le cas, c’est que je dois écrire beaucoup plus…

    • Cher M Lagacé,

      Vous en mettez trop, vous tombez même dans la rhétorique ca-canne des extrémistes (de gauche et de droite).

      Soit le sondage était amateur et mal fignolé, c’est Crop qui devrait être blâmé pour l’avoir produit (que ce soit une “commande” ou pas), mais quelqu’un à La Presse a choisi quand même de le publier en toute connaissance de cause.

      Voilà ce qui m’inquiète le plus, vous dites que La Presse n’a pas de parti pris, mais vous ne dites pas que (essentiellement) La Presse publie peut-être n’importe quoi.

      Guillaume Mathieu

    • Le problème de votre journal n’est aucunement le travail de ses journalistes (ils font de l’excellent travail à mon avis), mais bien celui de votre éditorialiste en chef.

      F. Lemay

    • J’ajouterais votre malain plaisir à vous mettre à dos tous les ministres du transport depuis quelques années.

    • Et après tout ça, on ne peut même pas dire que parfois, des fois, vous êtes parfaits et sans faute (”des fois, les gens parfois lisent des trucs qui ne sont pas dans ton papier”:))

    • Dès qu’un journal ou un journaliste se comporte autrement qu’en organe de relations publiques de l’opposition, en quartier général de l’opposition, ou en activiste gauchiste il y en a certains qui le décrète alors vendu au gouvernement! Comme si toute pensée indépendante ne pouvait être de gauche ou venant de l’opposition.

      Comme si toute pensée non marginale était nécessairement inféodée au gouvernement.

      Faut vraiment être intellectuellement marginal (et un peu parano) pour penser ainsi.

      Quiconque a une tête sur les épaules voit bien que le journaliste typique est plus à gauche que l’électeur typique; et qu’il ne se gêne pas pour nous servir son militantisme de gauche (tout comme le journaliste de droite fait la même chose, mais ils sont minoritaires…)

    • Bon de vous relire M. Lagacé, vous vous êtes fait attendre. Très bon, votre article.

    • Pat,

      je n’ai aucun doute que les médias francophones se donne à cœur joie à chercher pour les scandales libérales. C’est pas comme si ils en manquait.

      Là où je m’intéroge c’est est que vous en faites autant quand c’est le PQ au pouvoir?

      Parce que le PQ,c’est de la grosse magouille, autant que le PLQ, sauf qu’au lieu d’être couché avec la Big Business, le PQ couche avec le Big Labour.

      Quand Lucien Bouchard fait une opération de maintien de la paix dans les rangs du PQ avec les fonds publiques (État généraux sur l’état de la langue françaises) et qu’il paie Gérald Larose 1000$ par jour pour tenir les purs et durs du PQ tranquille avec MON argent, je ne semble pas entendre les ténors des médias francophones crier aussi forts.

      C’est peut-être mon ouïe, mais j’en doute…

    • @ M. Lagacé

      J’aurais besoin d’une précision. Quand vous dites: “Qu’on critique un sondage publié dans nos pages samedi, sur la loi spéciale, j’en suis” êtes-vous en train de faire un commentaire général disant qu’on a le droit de critiquer un sondage si on le souhaite, ou êtes-vous en train de reconnaître que, dans le cas de ce sondage précis, La Presse a “échappé le ballon” (disons-le comme ça, pour éviter les procès d’intention) ?

      Autrement dit, êtes-vous en train de dire dénoncer un problème à La Presse avec le sondage susmentionné ?

      Parce que, sinon, votre billet serait un simple réflexe corporatiste qui vise à défendre les intérêts de votre journal au détriment de l’exigence et de la rigueur intellectuelles. Rhétoriquement, ça ressemblerait foutrement à une “réponse” que les membres du gouvernement donnent à l’assemblée nationale durant la période de questions: surtout ne pas parler de la question posée et en profiter pour se vanter.

      Donc ?

    • Belle apologie…reste que vous n’êtes pas éditorialiste en chef et que celui qui occupe ce poste n’a aucune honte à sortir tout l’éventail de la désinformation. La position d’un journal est représentée par la ligne éditoriale et à ce titre, Pratte ne fait pas dans la nuance:

      -Dire que ce n’est pas une grève, mais un boycott, c’est fallacieux.
      -Défendre la loi spéciale c’est clairement un parti pris libéral. Parce qu’elle est indéfendable en vertu de la charte cette loi.
      -Dire de se la fermer et d’attendre les élections, c’est démagogique. Suivant cette logique, les grèves des infirmières, des procureurs, des profs devraient aussi être interdites?
      -Soutenir que les votes de grève sont non représentatifs de la majorité étudiante, car seule la moitié des membres vote, toute en refusant d’appliquer ce principe au gouvernement Charest qui a été avec une participation de 57%, c’est aussi un manque crasse de rigueur intellectuelle.

      Peut-être n’avez vous pas une consigne claire de supporter Charest, mais c’est pas nécessaire, Pratte fait la job de bras pour vous autres.

    • Patrick, je reconnais sans problème votre travail et celui de vos collègues, mais j’ai beaucoup plus de difficultés avec la ligne éditoriale du Journal. En général, je dirais que les 2 côtés sont bien exposés, par rapport aux différents chroniqueurs qui s’expriment sur divers sujets. Mais mettre en Une les résultats d’un sondage internet, sans loi probabiliste, c’est lui donner de l’importance tout en sachant que ça peut être biaisé.

    • Depuis le 13 avril, le lucide Andre Pratte a écrit 32 éditoriaux et blogues. Sur ce nombre, 26 concernaient la question de la grève étudiante. À chaque fois, M. Pratte se faisait un devoir de répéter que le gouvernement avait raison. Le lecteur de la Presse que je suis sent qu’on travaille fort pour que j’avale la pilule. Je m’étouffe avec…

    • J’ai commence a ecouter le texte lu par Christian Begin… avec sa voix de pleureuse professionnelle!! Il m’a coupe l’envie fret net sec de tout entendre!! J’ai clique out et je suis passee a autre chose.

    • Oui bien sûr. Par contre n’envoyer pas le lien de ce billet à André Pratte, il risque de faire une syncope en réalisant à quel point son journal ne suit pas sa ligne éditoriale…

    • André Pratte ? Un oublie sans doute.

    • “[...] s’il y a un grand plan de manipulation globale de La Presse pour influencer les masses en faveur du gouvernement de Jean Charest, la personne responsable devrait être congédiée pour incompétence crasse.”

      Alors, congédiez André Platte au plus vite.

    • Je l’ai toujours su que vous etiez caquiste depuis votre plus tendre enfance!

      ;)

      (desole pour les accents)

    • Il ne manque que Lysanne Gagnon, André Pratte, Alain Dubuc, et Mario Roy à votre belle liste. Personne n’est parfait…

    • Peu importe. Les actionnaires majoritaires de ce journal et de ce site sont de notre bord les pros hausse anti-anarcho-communistes et c’est tout ce qui compte. L’important est que les journalistes chevronnés comme Pratte, Dubuc, Gagnon et cie soient du bon bord. Les petits journalistes peuvent faire autant de bruit qu’ils le veulent sauf en matière de séparation.

    • Très juste monsieur Lagacé. Mais c’est sans surprise que je ne vois nulle part les noms d’André Pratte, Alain Dubuc ou Mario Roy dans votre liste. Ces trois là, j’suis juste pus capable de les lire, alors je m’abstiens.

    • Ce M. Pratte est rendu un vrai poison pour La Presse.

    • J’en revient quand meme pas que des gens peuvent penser et meme dire cela??

      Car en lecteur relativement assidu – je voit plutot de bon coup d’oeil que la presse ai des journalistes qui discutent selon les 2 positions sois celle du gouvernement et celui des etudiants.

      On n’Est pas au zimbabwe ou LA il y a controle de presser ou un peu partout sur la planete, mais d’ici au quebec, les journalistes ont droit a leur opinion et cela amene du bon justement car on peu voir les gens en parler en connaissance de cause.

      Alexandre Dumas

    • Ce billet semble bien démontrer que La Presse veut pousser le public contre le gouvernement…

    • La vie d’un journaliste est difficile lorsqu’il est pris à parti par les partisans d’un grand dogme, comme celui d’être d’une certaine gauche soit disant progressiste et nationaliste.

      Imaginez maintenant la situation d’un artiste qui oserait aller contre ce dogme. Cet individu serait soumis à la plus haute forme d’intimidation, de la part de ses pairs et par la suite de la cohorte politique qui n’accepte pas ce genre de trahison.

      Voyez comment on a traité les artistes qui se sont prononcés pour le NON au dernier référendum.

      Cette gauche fascisante, sans moralité, s’exerce actuellement dans nos rues en jouant au révolutionnaire de salon.

    • Après tant d’années dans la profession, il faut encore vous expliquer la différence entre la ligne éditoriale d’un journal (direction de l’information, chefs de pupitre, éditorialistes) et les journalistes/chroniqueurs?

      Come on M. Lagacé…

    • Une chose cependant Patrick: vos choix de photos fait vraiment dure depuis 2-3 ans ! Line Beauchamp la semaine derniere, bleme comme un drap et cerner, c’etait pas bien flatteur ! On le sait qu’elle est epuisee mais qunad meme….Mme Marois aussi ont prend des profils peu avantageux, un peu de respect serait bienvenue.

      Meme chose avec les photos de cadavres gisant dans le sang avec un drap par dessus….parfois faut faire preuve de jugement et penser que le journal La Presse est lu par des enfants, ils ont pas besoin de voir ca. Enfin, cest jsute une opinion. Faut pas faire revivre ‘S’Allo Police et E’SR’chot Vedette qunad meme :)

    • Les américains ont une expression, surtout entendue lors des campagnes électorales : “Don’t let the facts get in the way of a good story”.
      Traduction, il ne faut pas laisser les faits détruire une belle histoire.
      À ce titre Monsieur Lagacé , votre papier est très rafraichissant… et bourré de faits. Ce qui n’empêchera pas les théories du complot et les fausses accusations… c’est tellement plus facile de blâmer la famille Desmarais (ou PKP, ou …) plutôt que de regarder les faits en face, ou d’essayer d’analyser une situation avec un peu d’objectivité. Encore pire, on tente à tout prix de discréditer ceux et celles qui ne pensent pas comme nous (ou ne répètent pas en boucle la même information dans la boite à écho).
      Ce qui est encore plus triste, c’est d’avoir perdu l’art public du débat. Le débat d’idées, respectueux des positions de tous.

    • Nous ne sommes pas dupes M. Lagacé. La manipulation à La Presse se fait par le placement des titres (Qu’un très grand nombre de «lecteurs» se contentent de lire), par une page éditoriale qui joue le rôle d’attaché de presses de Charest, par le choix des photos (une image vaut mille mots). Dans la liste de vos collaborateurs, vous avez oublié André Pratte, Mario Roy, … Vous pourriez même dénoncer les gens qui accusent André Pratte d’être le porte parole de Charest, puisqu’il appelle à la négociation ce matin. Vous feriez fie de 99% de ses textes qui appuient Charest aveuglément. La liste est longue des textes biaisés et truffés de sophismes pour défendre l’indéfendable (le gouvernement corrompu de Charest). Il est donc aisé d’en choisir quelques-uns qui vont dans un autre sens, le temps d’un court texte.
      GTremblay
      Montréal

    • Et qui n’a pas cessé de répéter que toutes ces histoires concernant le PLQ n’étaient pas si grave car de toute façon, les méchants séparatisssssses sont bien pires?

      André Pratte, de La Presse

    • Pas besoin d’une note du rédacteur en chef pour être biaisé. Le simple choix de ses journalistes est un biais en soit. Par exemple, comment peut-on expliquer que Pratte soit un éditorialiste ? Pour moi cela n’a aucun sens. Exemple, si vous allez lire le “blog de l’édito” présentement en ligne vous verrez que Pratte utilise, pour parler des gens contre la hausse (et contre la loi 78), l’expression “une minorité militante qui favoriser l’éclosion de violence dans les rues du centre-ville”. Non seulement y voyons-nous une faute d’orthographe(ce qui ne me dérange pas), mais clairement, cette façon de présenter les gens du clan opposé est fallacieuse. Vous allez me dire que c’est un exemple anecdotique, mais tous ses textes sont fallacieux. C’est quand même incroyable qu’il soit encore là. Je veux bien croire que La Presse est pure, mais y’a quand même des comptes à rendre. D’abord, expliquez-moi ces deux liens.
      http://checkdonc.ca/41687
      http://www.ledevoir.com/politique/quebec/323649/un-appui-concret-au-plq

    • Hélas, si seulement Messieurs Pratt et Dubuc possédaient un discours aussi nuancé que le vôtre!

    • Bonjour M. Lagacé, en fait vous êtes comparable à un arbitre au hockey… Tant que vous donnez des punitions à l’autre équipe, vous êtes bon!

      Mais ne faites pas de mauvais “call” sur notre équipe, sinon gare à vous! (parfois même un bon “call” est inacceptable).

    • “douanier nord coréen”

      communiste!!!!!

      ;-)

    • C’est vrai que La Presse a révélé bien des scoops qui ont varlopé le PLQ. Pour ma part, c’est plutôt l’éditorial –pour ne pas dire les éditorialistes– qui font preuve d’une évidente mauvaise foi, et qui voient seulement ce qu’ils veulent bien voir. On sent plus de nuances chez les gens du Devoir. Et je lis trois journaux par jour. Évidemment, on ne sens pas de nuances dans The Gazette, vis à vis du PLQ, en général. Pour ce qui est du JdeMtl, je ne lis pas ça. Mais des journaux francophones, on s’attendrait à ce que leurs opinions soient plus nuancées, et moins collées sur les positions des patrons de Power. Certains chroniqueurs aussi; Lysiane Gagnon pour ne pas la nommer. C’est ça qui gâte la sauce, pas vos journalistes.

    • Et Jean Lapiererre qui bavarde avec Larocque déclare à 16h04 sur LCN…””les gens qui marchent à cette manifestation se suivent comme des moutons”"À 16h22 il en rajoute ”on a pris un bazooka pour tuer un canard ” Et à la radio poubelle ce matin je ne sais quel imbécile d’animateur déclare ”’Y a personne qui travaille è Montréal”

    • Votre équipe, on n’en doute pas, André Pratte par contre…

    • Christian Bégin semble s’inspirer des méthodes de la droite américaine: faites passer les modérés pour des extrémistes de “l’autre bord”. C’est un mensonge éhonté, mais si on le répète assez souvent, il se trouvera toujours un nombre non négligeable de naïfs pour le croire.

    • Bien contente de te retrouver, je me demandais si t’avais pas été mit à pied ou pire, si tu ne te cachait pas depuis ton blogue à la défense de Martineau. Des fois ça dérape vite. Sincèrement, c’est Pratte qui fout la grogne à tout votre lectorat. Son petit ton moralisateur, comme ce matin, fait royalement ch… Je lis souvent à son sujet ” le ministre libéral non-élu”. Pour le reste, votre journal va d’un bord et de l’autre, je dois l’avouer. Bon retour Patrick!

    • Je suis tout à fait d’accord avec vous, le seul qui me laisse à croire que Power Corporation tient sa plume c’est André Pratte. Quand on y arrive, on n’a qu’à sauter ses écrits souvent très peu crédibles pour ne pas que la frustration nous incommode. Pour le reste, même pas toujours d’accord, j’ai un grand respect pour les journalistes de ce journal et j’accorde une grande crédibilité à ce que j’y lis. Justement en partie, pour les items que vous y défilez et l’intégrité de leurs auteurs. J’espère donc que vous savez que tous ne partagent pas le point de vue que vous dénoncez. Que voulez-vous, les esprits sont tellement échauffés ces temps-ci ! Souhaitons-nous un proche avenir paisible et des jeunes optimistes, en confiance et productifs sous un gouvernement sensé et honnête, quel qu’il soit !

    • Vous avez raison. Il faut savoir nuancer. Par exemple, en ce qui me concerne, je lis régulièrement, avec grand plaisir, Michelle Ouimet et Rima Elkouri, entre autres, sur la question étudiante et les dérives gouvernementales qu’elles ont entraînées (et sur une foule d’autre sujet, bien entendu).

      Toutefois, évidemment, il faut idéalement éviter de lire André Pratte dans le cas spécifique qui nous préoccupe actuellement… Parce que si on ne lit que lui, on pourrait potentiellement avoir tendance à être d’accord avec Christian Bégin… :)

      Claire Valade

    • Vos contre-exemples de critique du gouvernement me font penser au jeu télévisé “Le Tricheur”. Le tricheur, pour ne pas être démasqué, fait parfois exprès de mal répondre. C’est comme aussi la technique des policiers infiltrés. Comme vous voyez, vos contre-exemples ne sont pas forcément une preuve de la bonne foi de votre média. Il faudrait faire une analyse beaucoup plus poussé des textes et thèmes récurrents. Par exemple il faudrait voir si vous ne faites pas de l’agenda setting. http://en.wikipedia.org/wiki/Agenda-setting_theory

    • Patrick,

      La Presse, ca va. Le probleme (mineur) chez vous, c’est la ligne de pensee Gesca dans certains editoriaux. A. Pratte et L. Gagnon sont solidement ignores de ma part. [Je comprends ces deux-la. C'est leur job.] Heureusement pour La Presse, ces deux-la ne font pas contre-poid a tous ses journalistes et chroniqueurs. Je n’achete pas La Presse pour ses editoriaux, mais pour le reste (A. Pratte a deja admis que c’etait le cas pour la plupart des lecteurs). Si sa ligne editoriale degoulinait dans le reste (ton travail), ca en serait finie de La Presse. Lache pas, je continue de te lire…

      Ciao

    • Je constate que votre longue liste d’interventions forts salutaires ou démontrant le caractère diversifié de l’équipe de La Presse n’inclue pas le nom d’un certain André Pratte, éditorialiste en chef (ou un autre titre, je ne connais pas votre organigramme par coeur).

      Ainsi, je me permets de vous servir ce que l’on a servi au manifestant dont le message à été brouillé par les casseurs: le délit par association. Tant que votre journal servira de porte voix à cet idéologue de la larbinité à la solde des puissants et du gouvernement, je ne vous prendrai pas au sérieux (Mario Roy, en tant qu’incarnation de la réaction baby-boomers, n’aide pas non plus).

      Hervé Sibomana Bouchard

    • C`est interressant comme sujet d`autant plus que nous sommes tous concernés par ce qui se passe . La presse aussi ,elle fait partie de la société et les journalistes ainsi que les blogueurs ont le devoir d`ausculter les enjeux du Québec.
      Mais je crois justement que votre quotidien souffre des mêmes syndromes que le reste de la société.
      Parmis vos confreres et vos lecteurs, il y a un fossé générationnel qui influence beaucoup le contenu des commentaires. De plus quand votre éditorialiste en chef monsieur Pratte est cité à l`assemblée nationale par le ministre Fournier comme cet apres -midi, ca aide pas la cause de la neutralité mettons.
      Prenons un autre exemple celui de monsieur Lavoie qui tant bien que mal tente de naviguer à travers cette tempête qui le remet en question quotidiennement. Farouchement adepte de la stabilité et incapable de voir que des changements s`operent, il a le mérite d`évoluer et de chercher des solutions quitte à se contredire.

      Mais justement vous soulignez avec raison le rôle de la Presse dans le passé qui a , avec raison, fait en sorte que le vrai visage du PLQ soit mis à jour. Alors pourquoi cet aspect d`un passé pas si lointain est il ignoré dans le débat maintenant ?

      Pendant que le peuple manifestait cet apres-midi les politiciens s`adonnaient comme si de rien était à leur petite politique de bas étage à l`assemblée nationale. Se pourrait il alors qu`ils soient encre plus déconnectés qu`on le pense ? Si c`est le cas alors la loi 78 est faite pour protéger ce qui reste de leur intégrité, pas la population montréalaise.

      Oui je ne sais pas si vous avez remarqué c`était le peuple qui est sorti dans la rue aujourd`hui, de tous les horizons, le petit peuple si loin de ses condescendants élus.

    • Disons que c’est moins pire que ça a déjà été.

      2 suggestions pour aider votre crédibilité :

      - Lâchez André Pratte, Alain Dubuc, et Lysianne Gagnon. Ça rafraîchirais l’atmosphère.

      - Éloigner M. Desmarais de votre direction. C’est impossible de prétendre à l’impartialité quand votre ”chef suprême” appartient à une famille qui est à ce point fusionné certains milieux politiques.

      Une 3ième :

      - Il y quelque chose de suspect avec vos sondages ; vous êtes de loin le journal au Québec qui en commande la plus, et souvent le débat public que vous faites est basé sur les sondages que vous commandez. On pourrait aussi parler de la crédibilité et de la neutralité des sondages que vous publiez.

      Ce n’est pas toute ”La Presse” qui est problématique, et comme j’ai dit au début c’est moins pire depuis que M. Cantin est retourné au sports ; je parle simplement de la ‘’section politque”.

      Et vous avez raison que c’est un phénomène d’amour déçu, mais même un couple de longue date finit par divorcer quand ils se rendent compte à chaque matin qu’ils ne s’aiment pas.

      Gabriel Nolet (un ancien lecteur assidu qui espère que votre journal va continuer à évoluer)

    • Est-ce si grave que Christian Begin ( artiste , péquiste, très très à gauche) associe La Presse au gouvernement libéral? Est-ce un crime? Je suis abonnée à la Presse depuis 30 ans. J’ai lu et je sais que parmi vos journalistes il y a des gens de gauche, de droite mais aussi des libéraux, plusieurs péquistes ( trop à mon goût) mais je reconnais qu ‘ ils sont professionnels et même si je ne partage pas toujours leurs idées , j’ essaye de comprendre leur point de vue. J’admet préférer les journalistes neutres, du moins en apparence. Les journalistes devraient nous informer et non nous influençer! Un bon journalisme doit tenir compte de notre capacité à nous faire une opinion . On n’ a pas besoin de se faire dicter comment penser!
      À la Presse il y a des journalistes de ce calibre qui ont tous mon respect ! Le sondage Crop, je l’ai cru et je sais que c’est fait avec rigueur. Si je me fie à mes amis, voisins, parents, j’arrive aussi à ce chiffre ( 68% appuie le gouvernement) même si M. Charest est impopulaire !!
      Je crois que la paix sociale sera perturbée pour longtemps car il y a trop eu de désinformation et c’est maintenant une question de renverser le gouvernement et non de frais de scolarité ! La classe veut une révolution et je crois que c’est ce qu’on est en train de subir!!
      La solution la connaissez-vous monsieur Patrick!!

    • Je suis d’accord avec vous. Il serait de mauvaise fois de déclarer que La Presse est pro ou anti ceci ou cela. Dans l’ensemble des journalistes ou des chroniqueurs de La Presse, se trouve différentes positions, plusieurs peuvent même «vernir» la médaille des deux côtés, d’un texte à l’autre ou dans le même texte. De là à dire qu’il y a conspiration, il ne faut pas exagéré.

      Mais… (Vous le saviez qu’un « mais » s’en venait, hein !)

      Comme toute institution, une personne représente la pensée, le discours organisationnel. Souvent, c’est le Président ou le Directeur général. D’autres fois, comme dans le cas des étudiants c’est les représentants ou les portes paroles. Ici à La Presse et dans les médias en général c’est l’éditorialiste en Chef qui représente l’idéologie. Dans votre cas; M. André Pratte.

      J’aimerais vous entendre dire (ou lire) une seule fois, sans rire, sans sourciller ou même sans pleurer, que Monsieur André Pratte n’est pas de mauvaise foi dans le conflit étudiant. Je ne vous demande pas d’être d’accord avec lui, je vous demande juste de me confirmer que vous avez confiance en lui, et qu’il représente fièrement «votre» journal. Dans votre liste, j’ai cherché en vain son nom, mais sans surprise, il n’apparaissait pas.

      Juste pour le plaisir, relisez tous ses articles depuis le début du conflit.

      En terminant, vous savez, on a fait tout un tollé contre le TNM parce qu’il osait afficher une pièce avec la musique de Bertrand Cantat, même si le reste de la distribution n’avait rien à se reprocher. Parfois, il suffit d’une mauvaise pomme pour ne pas en acheter le sac. Je crois bien qu’on en est là avec La Presse, surtout lorsque c’est la pomme qui trône tout en haut !

    • Ben non ! La Presse n’a pas voulu manipuler l’opinion publique. Personne n’y a vraiment cru. Vous n’avez qu’à vous dire que ceux qui l’ont affirmé sont des gens étroits d’esprit et qui sont mal renseignés…

      Quelques critiques sur Facebook et dans différents forums, ou même quelques courriels ‘à la limite de l’intimidation’ à des journalistes de La Presse, de Radio-Canada, du quotidien Le Devoir, du Journal de Montréal… c’est, MALHEUREUSEMENT, intrinsèquement et intimement lié à Internet et aux média sociaux et, de nos jours, au journalisme.

      Autrefois, les hommes lisaient les journaux puis ils allaient se défouler autour d’une table dans les tavernes en se saoulant et en tenant des propos injurieux et calomnieux. De nos jours, les gens restent dans leur salon et ils réagissent sur l’instant présent à ce qu’ils entendent ou lisent en écrivant leurs frustrations sur Internet. Les propos de la ‘population internet’ ne sont cependant pas toujours très ‘heureux’ et sont parfois complètement ridicules, d’une mauvaise foi assez étonnante. C’est comme ça !

      Moi, des faussetés de lecteurs ou d’auditeurs, j’en lis DIX par jour sur les forums et sur les blogues. Mais je ne m’en formalise pas trop. Ce n’est pas la fin du monde. Je me dis simplement que tout le monde a le droit d’être CAVE !

      C’est ce que vous venez de nous décrire, Monsieur Lagacé ! Je suis d’ailleurs un peu étonné que vous ne l’ayiez pas encore constaté avec autant d’acuité… en lisant les réactions à votre propre blogue. LOL

      Par ailleurs, je constate que vous êtes un journaliste très loyal à votre employeur. C’est une belle qualité ça, à mon avis. J’étais comme vous quand je travaillais à la DPJ, et que je défendais l’organisation… Mais, aujourd’hui à la retraite, j’ai appris à prendre un peu plus de distance… et à moins me choquer. Maintenant, ce que pensent les imbéciles, je m’en tape. Un jour, ça va vous arriver à vous aussi.

      Finalement, tout ça ce n’est que le résultat de la modernité technologique, là !
      Je vous l’affirme. LOL

    • Un journaliste doit aussi assumer le bias de l’institution pour laquelle il travaille.

      S’il faut séparer les journalistes de la ligne éditorial de La Presse, celle-ci est pro-néolibéralisme, anti-syndicat, anti-souverainiste, pro-hausse, anti-CLASSE, etc, etc. Les Pratte, Dubuc, Gagnon, Roy, le montre régulièrement. Comme ceux qui ont choisit le titre de l’article qui contenait le «sondage» qui affichaient tout le biais de La Presse comme institution.

      Assumez-vous de travailler pour Power Corporation, mr. Lagacé, et de tout ce que ça implique?

    • Et pourtant M. Lagacé en ce moment même (le 22 16h45) Le site de La Presse titre : «La CLASSE détourne la manifestation: l’itinéraire n’est plus suivi».
      Dois-je ajouter un commentaire?

    • Le milieu n’est pas vacant, pour reprendre vos propos. Ceux qui occupent l’espace du juste milieu se font taper dessus par les deux extrêmes. Alors ils s’expriment un peu moins fort.

    • J’ai 2 reproches à faire à La Presse pour sa couverture sur la situation :
      1) naturellement la couverture de la Presse avec un sondage fait en vitesse. Une couverture qui laisse croire que les sondés étaient au courant de la loi.
      2) La monopolisation quotidienne des 2 dernières pages du cahier A par une opinion toujours en faveur de la hausse des droits de scolarité et du retour en classe. Il est vrai que certains chroniqueurs ne pensent pas comme ça et une chance qu’il est possible de lire différents points de vue dans le journal. Par contre, je n’apprécie pas lire le même point de vue de la part des éditorialistes dont madame Gagnon, monsieur Dubuc et monsieur Pratte. Mon but n’est pas que ces derniers changent d’opinion, mais plutôt qu’on expose un autre point de vue avec les leurs (oui, c’est fait ailleurs dans le journal, mais pas dans la page des éditoriaux).

      François Bouthillette

    • Le problème n’est pas qu’il n’y a pas une représentation des 2 côtés. Le problème c’est la ligne éditoriale, qui est très, très claire (Mr Pratte… pu capable).

      Le sondage dont vous parlez en est un exemple d’ailleurs, la façon dont il est présenté, en gros en première page, alors que c’était pas mal n’importe quoi et qu’il avait été fait avant même que les gens connaissent les détails de la loi.

      Vous devez savoir l’importance de la présentation, de la mise en valeur des différentes information, du choix des sondages, etc… Le journal n’a pas besoin d’envoyer de mémo ou de museler les employés. Il a simplement à s’assurer qu’il met dans des postes clés du monde qui partage leur idéologie (il n’y a personne qui a besoin d’envoyer un mémo à André Pratte pour lui dire de défendre le PLQ, il va s’en faire un plaisir). Pas la totalité des employés, sinon vous finiriez par ressembler à une sorte de Fox News, qui est simplement trop flagrant pour être pris au sérieux.

      Si vous ne parliez jamais de scandale sur le PLQ alors qu’il en pleut de partout, pu personne vous lirait, alors ça ne servirait certainement pas l’intérêt des forgeurs d’opinion publique. Tout est dans la sélection et la présentation des faits. Et il est très facile de voir par exemple, en comparant la Presse, le Journal de Montréal, le Devoir et Radio-Canada que les faits ne sont pas présentés partout pareils. Et que 9 fois sur 10 (surement plus…), la Presse et le Journal de Montréal vont tendre plus vers la droite et vers les intérêts du PLQ, le Devoir et RCan vers la gauche et le PQ. Il faut être carrément aveugle pour ne pas le voir. Mais ça ne veut absolument pas dire que 100% de leurs chroniqueurs et journaistes partagent ce point de vue et qu’on les force à écrire quoique ce soit.

    • Bonjour Patrick,

      Tiens, c’est étrange… Vous avez oublié de mentionner la contribution historique et quotidienne d’André Pratte, d’Alain Dubuc, de Lysiane Gagnon et de Mario Roy dans la révélation d’allégations de corruption au sein du gouvernement libéral.

      Haha, avouez qu’on ne peut lire cette dernière phrase sans sourire!

      Patrick Bachand

    • Vous avez bien raison M. Lagacé.
      La Presse est à la fois le babillard, le messager et l’auteur du message. Vous ne contrôlez ni la perception du lecteur ni les événements qui sont à la source de votre contenu.
      Néanmoins, on ne peut nier que tout journaliste sérieux se doit d’étudier et d’analyser les événements du jour et surtout d’y apporter un peu de rigueur pour le lecteur. Cela implique nécessairement un biais : par sélection, par présentation, par analyse ou par omission. C’est naturel et c’est tant mieux. Chaque instance journalistique comporte ce biais et nous espérons que la somme de ces biais finiront par représenter une mosaïque de la réalité qui nous permettra, en tant que lecteur, d’avoir une vue plus complète des événements qui nous entourent.
      La nature même d’un reportage invite à la critique… et à l’approbation!
      Je vous dis donc, continuez votre bon travail, poursuivez votre point de vue avec rigueur et bravo.

    • Finalement, ça vous a fait du bien ?

      La Presse , dans sa ligne éditoriale, est pro-fédéralisme. Comment ne pas l’être quand on regarde qui en est le propriétaire. Mais pour le reste, quand ça touche notre province, la gestion de celle-ci, vous avez entière liberté de vous exprimer . Ce que vous faites d’ailleurs.

      Dénoncer le corruption du Parti Libéral , ça n’a aucune connotation à saveur souverainisme-fédéralisme. Rien à voir avec la séparation d’un pays. Donc, les journalistes et chroniqueurs peuvent s’y donner à coeur joie. Dénoncer de la magouille, ça n’a rien à voir avec l’orientation politico-idéologique d’un journal. Ça va de soi.

      Mais il n’en demeure pas moins que lorsque vient le temps d’aborder l’unité du pays, la position du journal sera très claire et sans équivoque.

      Donc, dans un sens, vous pouvez condamner les “agirs ” d’un gouvernement, fut-il libéral comme c’est le cas présentement, tant que vous vous en tenez à la ligne de conduite qui est suspendue au-dessus de vos têtes comme l’épée de Machin-Truc et que vous n’en déviiez pas. Sinon, méchante taloche derrière la tête !

      Vous aviez quelque chose sur le coeur , vous ! :-))

      Bonne fin de journée.

    • Pas sûr de comprendre ce que vous espérez accomplir avec ce billet, à part peut-être vous mettre l’éditorialiste en chef à dos. Quand tous les commentaires auront été publiés, je parie qu’en faisant une recherche pour “André Pratte” sur la page, on obtiendra plus de 200 résultats.

      André Pratte, fier représentant de Power Corp, n’est ni plus ni moins la version fédéraliste du démagogue Jean-François Lisée. Je le sais. Vous le savez. Tout le monde le sait. Et Pratte dicte la ligne éditoriale de votre journal. Alors… pourquoi jouer les vierges offensées? Que La Presse s’assume enfin!

      Ça ne sert malheureusement à rien d’avoir l’air surpris par les critiques de votre public : ça ne fait que nous donner l’impression que vous vivez dans une bulle, et ça ne génère pas la sympathie espérée.

    • Y a-t-il un journal plus neutre que La Presse à Montréal? Je pose la question sans prétendre connaître la réponse, n’étant pas un avide lecteur de journaux. Je constate que les deux points de vue sur le conflit étudiant sont défendus dans les articles que je lis ici. Quand je vais lire Le Devoir, je ne trouve pas grand monde qui soit du côté du gouvernement ou de la droite, même modérée.

    • Et qui va recommander de voter pour le parti libéral aux prochaines élections ?

      L’équipe éditoriale de La Presse…

    • Y’as-tu juste moi qui aime André Pratte ?

    • T’as ben raison Pat.

      La plupart des gens sont tellement écoeurés, et incultes politiquement, qu’ils disent et font n’importe quoi, pourvu que ça libère du fiel.

      Hey folks, reprenez vos esprits ; soyez responsables et informez-vous à différentes sources d’infos, et américaines, et européennes et surtout, gardez-vous du temps pour RÉFLÉCHIR.

      C’est plate mais c’est ça.

    • Bof, La Presse a été, est, sera un journal centriste comme il fait bon lire le matin quand les yeux sont encore à demi fermés. Y’a des éditorialistes et des journalistes des 2 côtés de l’actualité, un petit peu d’information d’exception, beaucoup de faits divers et de la nouvelle vue d’en haut qui y circule, une tonne métrique, gargantuesque d’opinions et de relais des agences de presse, surtout le week-end. Faut bien remplir ses pages.

      Donc, peu de journalisme de terrain surtout en période électorale, de crise, où les désolants et superficiels sondages sont rois de la Une. Je ne crois pas au complot mais il est indéniable qu’un éditeur de grande presse soit un timonier et qu’il dirige, parfois subtilement, parfois moins, vers les horizons qu’il choisit et avec plus ou moins de succès, son navire et les masses qu’il divertit. Car, c’est de cela qu’il s’agit : beaucoup, beaucoup de divertissement.

      Pierre Tremblay

    • bien des gens ne savent pas faire la différence entre les journalistes de la la presse et son bureau éditorial , les journalistes rapportent les faits et les commentent , les éditorialistes ne font que commenter les faits rapportés selon le spin qu ils veulent leur donner, disons que en regardant dans le fond des yeux de certains éditorialistes on peut y voir des empruntes digitales

    • Bonjour M. Lagacé, je lis certains posts et c’est plutôt drôle. Pour certains, Messieurs Pratte, Dubuc et cie quittent la Presse et ils sont tous heureux. Donc, pour ces blogueurs, ça va comme sur des roulettes si on dit ce qu’ils veulent lire ou entendre: grow up! Dans la vie, les gens autour de nous se sont pas des commodités qui sont là pour dire ce qu’on veut entendre. Ils donnent leur point de vue et à vous d’y adhérer ou pas.

      En ce qui me concerne, cette divergence d’opinion au sein des journalistes de la Presse est un signe de santé de la Presse et nous réconforte sur l’indépendance de parler du conflit selon la perception de chacun. Je serais très troublé si tous les journalistes de la Presse avaient le même point de vue sur le conflit avec les étudiants: bravo à la Presse!

      En ce qui concerne M. Pratte, je le lis régulièrement et même si je ne suis pas toujours d’accord, je trouve qu’il fait de l’excellent travail.

    • Wewww…
      Je pense que tu t’es ennuyer de nous pour nous écrire une chronique dans ton blog. Tous le monde le sais que La Presse est à la gauche et à la droite du centre. :)
      S’il faut s’arrêter à toutes les conneries écrites dans les blogs, twitter et Facebook, on est en plein guerre civile dans un état policier manipulé par la main invisible de Desmarais, la reine d’Angleterre et Gaston Lagaffe en personne et payée par le partie au pouvoir, la Caisse de dépôt, SNC lavalin et Mitsou.
      He misère…. mmmmphfffff!!!
      Je pense que je vais prendre congé des médias (sociaux) pour un bout…
      Complètement découragé de voir notre société dire tout haut tout ce qui leur passe par la tête sans signer leurs commentaires. L’extrême gauche veulent imposer la gratuité, l’extrême droite veulent imposer l’armée. Une chance on a quand même plusieurs journaliste pour nous donner des points de vue différent.
      Quand on est rendu à condamner les reporters, c’est qu’on est rendu vraiment bas. Vous êtes rendu l’ennemi à abattre, un jour héros, l’autre zéro.
      Tiens je te donne une avance sur ta prochaine paie: Pour ta toune de la semaine; Nana Mouskouri Je Chante Avec Toi Liberté ;)
      Je prend congé de médias et Facebook pour l’été
      Je vous relis en septembre en espérant que Desmarais, Québécor, la Reine, Gaston Lagaffe et Mitsou le veux bien, tsé genre on sais jamais avec leur agenda politique… ;)
      J’espère que mon commentaire a été assez clair; Tout est SARCASTIQUE…
      Sauf le congé ciao
      Jean Deslauriers

    • Vraiment drôle…ceux pour la grève chialent contre les journalistes de la Presse qui ne disent pas ce qu’ils voudraient entendre. Chacun à son opinion et ce n’est pas parce que l’opinion exprimé n’est pas la nôtre qu’elle n’est pas censée. J’écoutais Arcand ce matin et tabarouette, les messages reçus suite à l’entrevue de Gilbert Rozon. Ceux qui ne sont pas en accord avec les grévistes se font traiter de toutes sortes de noms avec tellement d’agressivité…Vivement la fin de ce conflit!

    • Sondage Léger Mktg: 73% des Québécois sont contre cette loi. 250 000 personnes dans la rue…
      De quoi parle votre sondage déjà? Il n’est pas biaisé votre sondage? Ben voyons.
      GTremblay
      Montréal

    • je vous ferais remarquer que j’ai le plus grand respect pour les personnes ci-haut mentionnées, et j’ai bien du plaisir à les lire. Par contre, il manque des noms: Pratte, Dubuc et Gagnon, voilà d’ou vient la grogne des lecteurs, et ces gens sont la pensée officielle de votre journal. Malgré tout cela, votre journal a mauditement plus d’allure que le torchon de montréal
      Bernard Oueller

    • Je n’en reviens pas de lire les commentaires de certaines gens; et cette lecture fait peur car je croyais que le Québec était une terre où avoir une opinion différente des autres n’était pas un crime. La hargne et le dégoût qui transpire dans le propos de plusieurs laisse à penser que si eux prenaient le pouvoir un jour, ils s’empresseraient de fermer La Presse ou de mettre plein de monde à la porte. Pourtant, quand cela survient ailleurs dans le monde, on s’en attriste. Un totalitaire sommeillerait-il dans le coeur de plusieurs? D’ailleurs on tente de museler les représentants des médias de plus en plus souvent lors d’attroupements reliés à cette crise: mains, t-shirt, pancartes devant les caméras et agressions sur le matériel et la personne des journalistes ou techniciens. Mais ce ne sont que des détails n’est-ce pas? Si on dénonce cela, on est à la solde de Power Corp , de PKP ou quoi encore? Voyons donc! On dirait que le québécois n’est plus capable de lire, de réfléchir à ce qu’il a lu, de départager, de nuancer et d’avouer que des parts de vérité et du sens peuvent exister des deux côtés de la barricade. On lit comme on assiste au hockey: t’as pas le bon chandail, t’es rien qu’un…ci ou un ça; on hue les bons joueurs pour la même raison: pas la bonne couleur de chandail et on fait une émeute si on perd (à Vancouver, à Montréal) ou si on gagne (à Montréal). C’est ti-pas fantastique?
      André Brien

    • Vos explications sont claires monsieur Lagacé.

      Par ailleurs, la question de l’utilisation des sondages par les médias mériterait d’être approfondie: pourquoi certains sondages sont-ils faits et d’autres non? Ça peut sembler évident mais il y a parfois des cas surprenants. Exemple: aucun sondage n’a suivi le débat des chefs lors de la campagne électorale de 2008…

    • C’est pas les journalistes qui me laissent perplexe, mais l’équipe éditoriale…
      Pour mémoire;

      Le 26 février 2009 la Caisse de dépôt et de placement du Québec annonce une perte de 40 Milliards, et quels sont les sujets privilégiés du blogue de l’édito dans les jours qui suivent?…

      http://blogues.lapresse.ca/edito/2009/02/28/les-bras-de-michelle/

      http://blogues.lapresse.ca/edito/2009/03/01/americaine-ou-japonaise/#comments

      Le deuxième sujet était par l’éditorialiste en chef, lui-même, j’avais du poster le même commentaire à quatre reprises avant de le voir publié 5 heures plus tard noyé dans la masse…
      Le voici reproduit

      @ tous

      “Pour ma part, j’ai conduit des japonaises toute ma vie. Je trouve les automobiles américaines mal conçues, mal construites. La direction et la suspension sont molles. La finition est de mauvaise qualité. Préjugés ou réalité? Qu’en dites-vous?” “André Pratte”

      Voici la conclusion de l’éditorialise en chef du plus grand quotidien Français d’Amerique quatre jours après l’annonce d’un évènement économique majeur qui d’une façon ou d’une autre va toucher TOUS les citoyens du Québec de façon durable.

      Évènement qui mérite j’en suis convaincu un suivi sans relache et exige que les responsables rendes des comptes, je ne crois pas que les tentatives de faire dévier l’attention ou de politiser la situation servent l’intérêt public.

      Quand je regarde la façon dont est traité l’annonce des résultats financiers de la CDPQ je ne peut m’enpêcher de voir une volonté consciente ou pas de passer à autre chose, je commence à croire qu’il sera difficile, peut-être même impossible d’y voir un peu plus clair si il n’y a pas mobilisation des citoyens propriétaires de la CDPQ.

      Il peut parraitre bien interressant pour certains (es) de parler des bras de Michelle ou de char mais moi je ne pense pas que ce soit ni le lieu (blogue de l’ÉDITO) ni le moment.

      Pardonnez moi si mon intervention peut parraitre hors sujet.

      Bonne journée.

    • La plupart des journalistes et chroniqueurs de La Presse font de l’excellent travail.

      Vos éditorialistes sont une farce par contre. Il y a une différence entre présenter un point de vue différent et clairement être à la solde d’un parti et d’une vision réductrice de la politique et de la société. Très souvent, les textes de Pratte, Dubuc, Roy, Gagnon et cie sont une véritable insulte à l’intelligence des lecteurs.

      C’est pourquoi je n’achèterai plus La Presse.

    • bon par où commencer Patrick
      je t’ai écris un courriel très long il y a ma fois des lunes aux rythmes oèu vont les choses avec ce conflit qui perturent parce que le gouvernement a décidé de s’en prendre aux petits peuples sans défense…que voulez-vous les amis du parti, la corruption on ne fait rien ….ah si 3 ans plus tard avec une commission bidon comme toutes les commissions
      alors revenons à nos moutons Patrick
      tu trouves pas ça bizarre que tu n’as rien écrit depuis 3 semaines envoron sur le sujet
      la vérité c’est que La Presse c’est Power Corporation soit Mr. Desmarais un ami intime de Charest
      il faudrait pas nous prendre pour des cons
      votre journal est totalement contrôlé de l’intérieur, avec ces agendas
      franchement il faut lire Mr. Pratte et autres pour le comprendre très bien
      mais oui mais oui il y ceux un ple plus de gauche…mais franchement

      alors Patrick pourquoi ce si long silence et ce blogue plutôt bizarre
      qu’est-ce que tu apportes de plus ?
      il est clair qu’on t’a parlé
      comme le fait un boss à ces employés

      le gouvernement a semé le conflit que l’on vit
      ça prend pas un doctorat pour le comprendre
      ah oui une loi spéciale après 95 jours de conflit
      et toujours aucune après des décennies de corruption dans la construction
      on sait bien que les compagnies de construction des Italiens sont des amis des libéraux

      alors bravo aux journalisme éclairé et non contrôlé

      on verra bien si mon message sera transmis

      clin d’oeil

    • Au moins La Presse fait toujours parti du Conseil de presse du Québec. On ne peut pas en dire autant des médias de Quebecor.

      cd

    • Dans cette “crise” le biais de votre journal provient essentiellement de ses éditoriaux. Je vois que dans votre texte vous avez omis de nous parler de la contribution de monsieur Pratte………..voila en quoi, par abstention, vos propos sont également biaisés car la contribution de monsieur Pratte fût déterminante dans la représentation qu’on se fait de La Presse, eu égard à cette crise.

      Pierre Mayers

    • Bonjour Patrick,

      À mon humble avis, La Presse n’aide pas sa cause en s’appuyant sur des sondages douteux avec une méthodologie plus boiteuse qu’un canard amputé de ses deux pattes. On se sert en plus de ce sondage pour faire les grands titres…

      De plus, par son histoire, on sait tous que La Presse appuie les Libéraux en très grande partie dans sa ligne éditoriale et ça en vient désolant. Par contre, certains journalistes demeurent crédibles à mes yeux et on fait preuve de discernement dans toute ces sottises que l’on vit actuellement (Elkoury, vous, M-C Lortie, Marrisal, Ouimet et même Boisvert si je ne suis pas toujours d’accord avec lui). Toutefois, certains d’entre-vous contribuent à ce que vous déplorez en appuyant pratiquement toujours sans nuance le gouvernement (Pratte, Roy, Dubuc, etc.).

      À un moment donné, quand les droits fondamentaux sont lésés, est-ce qu’on pourrait, en tant que lecteur, avoir une information (ou des opinions, car j’ai l’impression que c’est juste de l’opinion que je vois dans les médias) qui a du bon sens?

      Je ne m’abonnerai probablement jamais à La Presse, car nous savons que la ligne éditoriale du journal se dirigera toujours dans la direction du PLQ…

      Cela étant dit, vous n’êtes pas les pires (J de M = torchon).

    • Je vais rejoindre beaucoup de personne et dires que les journalistes et chroniqueurs font de l’excellent travail. Les éditorialistes restent pogner un peu trop à mon goût sur leur position par moment en disant un peu n’importe quoi ,mais bon. Certains journalistes qui défendent les étudiantes exagère un peu par moment aussi. Donc , je dois dire qu’il y a une bonne équilibre malgré tout. Les extrêmes m’énerve un peu c’est tout.

      Pour les sondages, je vais toujours contesté ceci. Pour avoir une vue réel des choses il faut faire voter tout monde. Même si les sondages indiquent actuellement que le support aux étudiants remontent je ne me fie pas trop à cela. Pour moi un sondage restera plus un outils de propagande qu’autre choses…

    • Les éditoriaux de La Presse sont excellents! Éclairants, argumentés, posés et réalistes. N’en déplaise à la go-gauche geignarde et toujours insatisfaite.

    • N’essayez surtout pas de battre le JDM sur ce terrain … vous allez arriver deuxiémes,te dit moi !

    • Ouf. Il y a beaucoup de commentaires.Je suis timide, c’est la première fois que je donne un opinion sur internet. J’ai entendu tant de bêtises que je suis maintenant mobilisée (oui, femme). Je pense que Radio-Canada et La Presse sont pro-Classe (même l’éditorialiste en chef dérape). Gauche caviar (sans méchanceté, ce sont des voisins à Outremont). Pourquoi est-ce que je perds mon temps à inscrire mon opinion? Parce que nous étions une société social-démocrate et que nous basculons pour quelques piastres par jour vers un pays sous-dev (nous y étions deja mais on y met les gaz). Augmentation des frais de scolarité: Tout le monde à son prix (surtout les gauchistes). Négocions (donnons leur encore davantage (plus qu’aux vieux et aux malades ) et faisons des élections.

    • Non, Patrick, on ne peut surtout pas vous accuser, vous, d’être au service du PLQ. Votre journal, c’est autre chose. Historiquement, depuis 30 ans, La Presse est beaucoup plus libérale que péquiste, mais ça ne veut pas dire que diverses opinions n’y sont pas représentées. Ça relève du commerce en ce sens que bien moins de gens acheteraient La Presse s’il n’y avait pas une certaine diversité. Voilà pour l’argent, mais au-delà l’équipe éditoriale et le bizness sont bel et bien associés au PLQ et surtout elles ne sont certainement pas très péquiste.

      Donc, oui, il est permis de critiquer le PLQ, mais en même temps on a choisi les journalistes et ceux-ci savent pour qui ils travaillent. C’est relativisé en ayant des chroniqueurs qui expriment leur opinion personnelle et des éditoriaux qui reflètent en principe l’opinion de la DIRECTION du journal. Les gens sont censés accorder beaucoup plus de poids à l’édito qu’à une chronique, mais évidemment avec les blogue tout est plus personnalisé, de telle sorte que sur Lapresse.ca, la critique gastronomique/observatrice de tendances a autant de poids aux yeux du lecteur moyen que celle d’un éditorialiste bien connu qui semble être né pour une soutane trop tard dans l’histoire du Québec.

      Et à mon avis, c’est très bien ainsi, mais n’allons pas prétendre que La Presse n’a pas une tendance bien naturelle à être plus indulgent avec le PLQ.

      Durant les jours les plus chauds du conflit étudiant, vous n’avez rien écrit. Moi, comme d’autres, je me suis demandé : est-ce qu’il s’est fait dire d’y aller mollo avec les billets pro-étudiants? Ou aviez-vous peur de trop enhardir la plèbe estudiantine? Vous êtes clairement polémiste de nature, donc votre soudain silence…

      Et que dire de MCL. Elle aussi a disparu pour une semaine ou deux concernant la crise étudiante. Elle était en vacances semble-t-il mais est revenu sur la question avec un ton un peu plus mesuré. Là aussi, je me suis posé des questions…

      Donc, merci des précisions, mais j’ai constaté une diminution du discours pro-étudiant et une forte augementation des textes pro-gouvernementaux, pendant un certain temps, qui ne reflète pas juste le cours de l’actualité. Finalement, il n’y avait plus que Michelle Ouimet avant que MCL revienne à la charge. Maintenant la situation a encore changé, grâce à l’ineptude/la stratégie du gouvernement Charest. C’est selon, mais à mon avis si Charest se “sert” des étudiants, c’est finalement pour creuser la tombe de son gouvernement.

    • Patrick, comme je le soulignais sur un autre blogue, l’excellente couverture relativement équilibré des chroniqueurs et des journalistes compense encore, en ce qui me concerne, l’unanimisme à la soviétique de la section éditoriale laquelle, jour après jour après jour, pratique le dénigrement systématique des étudiants, sans jamais traiter du fond du débat, soit le type de financement universitaire que nous voulons.

      On dirait presque un retour d’ascenseur patronal de Gesca aux Libéraux mais là, on va sûrement me taxer de théoricien du complot…

    • N’empêche que ce sondage qui a fait la une du Samedi était une honte.

      La Presse doit faire preuve de plus de rigueur et ne jamais diffusé de sondage non-probabiliste sans marge d’erreur, autrement dit, de sondage invalide.

    • Je suis d’accord avec vous Patrick pour la variété d’opinions parmi les chroniqueurs. Je suis aussi d’accord avec les gens qui relèvent LA virgule… Je lis des commentaires de gens qui accusent les médias d’être de la gauche élitiste, du bord des pelleteux de nuages comme ils disent… et d’autres qui accusent les médias d’être du côté du pouvoir. Faudrait se brancher.
      (comme Radio-Canada que certains surnomment Radio-Cadenas alors que d’autres affirment que c’est un repaire de gauchistes!)

      Ceci dit, dans les noms nommés qui ont remis en question des décisions ou tactiques du PLQ, je ne vois évidemment pas le nom du célébrissime André Pratte avec toute sa subtile subtilité. :)
      On ne peut certainement pas nier que la ligne éditoriale est toujours Libérale et je ne me souviens pas d’un éditorial d’André Pratte disant l’inverse du PLQ… ou sinon du bout bout bout des lèvres. Et encore.
      Et la ligne éditoriale, c’est encore la position officielle d’un journal non?

    • Pour apprécier La Presse il suffit de sauter les éditoriaux de André Pratte, d’Alain Dubuc, de Lysiane Gagnon et de Mario Roy. André Pratte, en particulier, devrait signer “Porte-parole non-officiel du PLQ et de Power Corp auprès de La Presse” ou plus simplement pour parodier le slogan de Pathé-Marconi (pour les plus vieux) “La voix de son maître”

    • En parlant de sondage… À l’heure où j’écris ce message, il y a 78 commentaires et, en faisant une petite recherche avec ctrl-f, je constate qu’il a 46 mentions d’André Pratte. Étrange…

    • Le problème de La Presse est sa ligne éditoriale.

      André Pratte et la personne qui a décidé de publier ce torchon de sondage doivent démissionner.

      Les vrais journalistes de La Presse font du bon travail.

      Sébastien Massey

    • Je suis agréablement surprise par ce cri du coeur car cela fait un bout de temps que vous étiez absent et en effet j’ai cru que votre fougue était punie. Mes excuses. Toutefois je suis d’accord avec d’autres commentaires; les éditoriaux laissent penser que La Presse est au service de Desmarais… On vous aime, m. Lagacé!

    • Tout ce que vous dites est bien vrai M. Lagacé.

      Mais comme vous accusez les gens d’oublier certains pans de votre travail et de celui de vos collègues, il semblerait que vous et vos collègues oubliiez aussi certains pans de votre travail.

      Lorsqu’il était question de l’intimidation subie par certains journalistes de la part des manifestants (1 article + 1 chronique de Rima Elkouri – 1/2 page pleine donc), La Presse a omis de mentionner les arrestations de journalistes. Oui, les journalistes ont été éventuellement relâchés, mais bien après que les coups de matraques potentiellement douteux aient été assénés.

      Par ailleurs, même sans mettre en doute votre intégrité journalistique, ou celle de vos collègues, vous oubliez de mentionner dans votre billet quelle est la ligne éditoriale de votre journal, énoncée par l’éditorialiste en chef de La Presse, M. Pratte. Vous admettrez que le discours de M. Pratte a été tout sauf nuancé, tant sur la question des droits de scolarité que le respect du vote de grève des associations ou des mandats qui sont donnés à leur leaders par les associations constituantes.

      Dans le même ordre d’idée, vous devez bien admettre que les grands titres ne sont pas le choix des journalistes. Malgré le contenu d’un article, le titre peut être choisi de façon à refléter une prise de position, qui vous sera par la suite attribuée.

      Finalement, le choix de la une du samedi, mettant en valeur les policiers antiémeute et le sondage CROP-La Presse qui incidemment avait le bonheur d’aller dans la direction exprimée par l’éditorialiste en chef, c’est une bonne façon de se peinturer dans un coin. Surtout que ce sondage a été fait avec une méthodologie merdique. Je dis merdique, car je travaille dans le domaine du sondage depuis huit ans, comme interviewer, superviseur de centre d’appel, designer de questionnaire et chargé de projet. Je crois avoir développé une expertise suffisante qui me permet de critiquer ainsi un sondage, fait par panel web.

      Vous me répondrez que le sondage Léger publié dans le Journal de Montréal est aussi un panel web. C’est vrai. Mais au moins il ont eu la décence d’attendre que la loi soit adoptée et le texte final connu avant de procéder à leur sondage! Et je ne parlerai pas de la une du Droit, un journal faisant partie de la même grande famille de médias que La Presse…

      Je comprends que vous vouliez remettre les pendules à l’heure. Mais n’oubliez pas que nous sommes à l’heure avancée.

      G. Bardelli-Jean

    • Petit ajout:

      Chapleau, il est vraiment génial! –> Accurso et SNC-Lavalin, faut-il vraiment que je vous fasse un dessin? Wow. Juste, wow.

    • Vous connaissez la “Republican Bubble” dans le show Real Timw with Bill Maher?

      Au Québec nous avons les bulles Gesca et Québécor.

      Et ça détruit la crédibilité de bonnes personnes.

    • Je ne crois pas que ces critiques étaient dirigées vers vous personnellement.

      Mais un fait demeure: durant les élections provinciales des 15 dernières années, La Presse a toujours publiquement donné sont appui au PLQ. Sinon, ils disaient “nous n’appuyons personne” comme si le PQ et l’ADQ et Québec solidaire n’existait pas. C’est bizarre, non?

      De plus, l’éditorialiste en chef de La Presse, qui parle toujours au “nous”, comme dans “nous à La Presse”; a tendance à toujours critiquer les autres partis pour un rien et n’a jamais dit quelque chose de positif sur eux, alors qu’il trouve toujours des points positifs au PLQ, même dans l’incompétence la plus flagrante. Ça donne une bizarre d’impression.

      Vous n’avez qu’a demander aux lecteurs des autres journaux, le terme “La Presse vendu au PLQ” revient très souvent.

    • C’est certain qu’il y a quelques bons journalistes à LaPresse.

      Le problème se situe au niveau de l’équipe éditoriale.
      Alain Dubuc, et Lysianne Gagnon… Et le pire: André Pratte!
      André Pratte ne fais même pas l’effort de se déguiser en autre chose qu’un porte-parole et porte- étandard de Jean Charest et de Power Corporation.
      Un peu de nuance et un minimum d’apparence d’une’opinion désintéressée rendrait peut-être un peu de crédibilité à votre journal qui a déjà été une source d’information fiable et crédible à une certaine époque.

      Depuis le début de la crise étudiante, il ne passe pas un jour ou André Pratte ne tappe pas sur les étudiants de sa matraque Libérale sans AUCUNE nuance. Les étudiants ont TOUJOURS tord et le partie Libéral est le ”plusse meilleur” parti et ne fait jamais d’erreur.

      Juste un exemple: le lendemain où on a découvert que Mme Beauchamps (alors ministre de l’éducation) déjeunait avec la Mafia pour financer le partie Libéral, de quoi parlait l’édito de André Pratte?
      Du ridicule qu’une ministre qui déjeune avec 18 personne qui lui font des cadeaux d’amis de plusieurs milliers de dollars ne connaissait personne? (même le père Tomasi a souligné le ridicule de la piètre défense de la ministre)
      Du problème éthique de la ministre ne voulant pas retourner l’argent de la Mafia après que ce scandale fut révélé au grand jour?
      Non.
      André Pratte, a fait exactement ce que les Libéraux avaient besoin ce matin là (et font eux-mêmes depuis le début de la crise étudiante): détourner l’attention des gens de la corruption et l’incompétence qui entache le gouvernement du Québec depuis l’arrivée au pouvoir des Libéraux de Jean Charest en divisant la poulation avec une crise créée de toute pièce par l’intransigeance déguisée en principe.

      Sylvain Mallette

    • Je suis tout à fait d’accord avec vous M. Lagacé. Il existe effectivement une pluralité d’opinions dans La Presse, ce qui est très bien. Vous avez des journalistes de très grandes qualités dans votre journal. Mais, et oui moi aussi j’ai un mais à placer, ça n’empêche pas à La Presse d’avoir une ligne éditoriale biaisée. Les vrais dirigeants de la Presse sont des anti-souverainistes notoires et des partisans à 150% du parti libéral et M. Pratte est leur porte-parole, si on peut dire.

      Avec le sondage de samedi dernier, on en a eu un exemple parfait qui pourrait même être enseigné dans les futurs cours de journalisme. C’était une tentative de manipulation et de désinformation flagrante de la part de La Presse, propriétée de Power Corporation. Un coup visant à décourager le peuple québécois et le mouvement étudiant comme la Presse, l’entreprise, le fait souvent. Belle tentative de propagande, mais qui à fait perdre beaucoup de plume à votre journal.

      Mais malgré cet incident, La Presse reste grâce à ces journalistes un des meilleur quotidien francophone du monde, je le crois sincèrement.

    • Monsieur Lagacé. Si nous pouvions une seule fois être RATIONNEL. Cela ferais changement.

      Un groupe de jeunes veulent mettre le gouvernement en boite c’est à dire nous!

      Ils déclarent LE GOUVERNEMENT VA RECULER IL RECULE TOUJOURS!

      Est-ce vrai qu’un groupe d’extrêmistes fera da le société québecoise ce qu’ils veulent!

      Devant une telle menace, le gouvernement doit mettre en place les règlements qui s’impopsent, comme dans plusieurs pays rompues au manifestations.

      Il est raisonable qu’un groupe qui désir manifester avise d’avance ou et quand ils perturberont la sécurité de la population.

      Si la loi n’est pas respecté, nos services d’ordre pourront mettre fin à ces manifestations illégales qui mets en périls la sécurité publique.

      Ce n’est pas plus compliqué que cela.

    • M. Lagacé, c’est votre éditorialiste en chef qui est… disons qu’il fait rire en le lisant avec le ton de Stephen Colbert.
      Car même le reste des éditorialistes démontrent, malgré un penchant normal dans un journal, une analyse plutôt qu’un goût pour le PR.

      Je vous propose de demander à Mme Collard d’expliquer la différence entre un journaliste, un chroniqueur, un éditorialiste, un caricaturiste etc.

      Sur une autre note, quand des journaux quittent le conseil de presse et mettent en une le nouveau téléphone de la compagnie mère, ça n’aide pas le public à prendre votre profession au sérieux.

    • Je crois avoir trouvé pourquoi les gens vous accusent à tord d’être pro libéraux.
      André Pratte écrit des textes tellement stridents que les gens ne retiennent que ceux là.
      Mais à part lui et quelques autres, 3 ou 4, vous êtes pour la plupart du temps très justes.
      Faut avoué que, grâce à cette crise des études les gens se réveillent et ça fait mal. Certains vont vraiment avoir de la misère à passer à travers. Il va falloir organiser des désintoxications de groupe si on veux s’en sortir.

      Mais merci pour votre travail. J’aime bien vous lire… Ainsi que ceux que vous avez nommés.

    • Bravo.

      Cela dit…

      J’avoue avoir, parfois, le sentiment que certains de vos éditorialistes (pour ne pas dire, un de vos éditorialistes) communiquent directement avec le parti pour savoir quoi écrire…

      Disons que le billet concernant la diminution de la hausse de 50$ semblait être un superbe ballon d’essai.

    • Qui a a décidé de mettre en couverture de La Presse le 20 avril les propos du recteur de l’UdM : Tout ça pour 1$ par jour. En ne spécifiant pas que c’est 1$ par jour pendant 365 jours pendant 5 ans ? Qui a décidé de mettre en couverture samedi dernier : 67% des québécois sont pour la ligne dure, en ne spécifiant pas que 37% des montréalais sont favorables ?

    • C’est sûr que les militants extrémistes de la Classe/Québec Solitaire vont critiquer ce texte. Ne pensez pas les convaincre. D’ailleurs je me demande pourquoi ils vous lisent.

      B Plante

    • Je suis d’accord que tous les journalistes que vous nommez font un excellent travail. Le problème vient depuis des années d’un éditorial qui prend toute la place et dont la partialité discrédite l’équipe. Un parti en particulier utilise les textes éditoriaux à outrance au détriment de l’ensemble de l’équipe journalistique. Continuez, ne vous mettez pas ce fardeau sur les épaules, que Pratte assume seul…

    • Le journal La Presse est tout de même un outil de propagande politique pro-fédéraliste et pro néo-libéral, que cela fasse plaisir à Patrick Lagacé ou non. Vous croyez vraiment que c’est par simple charité que la famille Desmarais a donné plus de 300 000 $ au PLQ depuis 10 ans ?

    • M. Lagacé,

      la critique sur La Presse n’est pas envers les journalistes mais bien contre la ligne éditorial historiquement libérale. Peu importe les événements, l’éditorialiste en chef recommande de voter libéral. Une seule fois, après les commandites, et en se pinçant le nez, La Presse n’a pas recommandé les libéraux. Provincial et fédéral. Et on connait le propriétaire de La Presse et on a une petite idée de ses amis en politique.

      Ceci dit, je lis La Presse tous les jours à cause de la qualité des journalistes même si le jupon libéral de M.Pratte dépasse. Il dépasse tellement qu’il s’enfarge dedans parfois…

      Francis Côté

    • Pat, j’ai lu ton billet en diagonal et n’ai lu aucun commentaire reçu.
      C’est clair dans ma tête comme de l’eau de roche:
      Les choniqueurs de La Presse n’ont pas à défendre la pensée de l,actionnaire ou des actionnaires:
      c’est la responsabilité de la page éditoriale et Pratte fait très bien sa job.
      Foglia, Ouimet, Marissal, Elkoury, Boisvert, Lagacé, je vous aime pour votre liberté d,expression .
      La Presse, c’est une business à la recherche d’un “bottom line” Je connais bien des ex gros boss de Power pour qui j’ai énormément de respect mais leur responsabilité est le bottom line.
      Que les chroniqueurs ne pensent pas comme Pratte- so what: on va chercher d,autres types de lecteurs.
      Mon problème:
      être Lagacé, je serais ” pas ‘apabe”,,je prendrais une baisse de revenus et j’irais- avec les autres- au Devoir.
      Ce qui te retient ?
      sais pas.
      yves graton

    • La Presse représente bien la diversité de la société. Il y a de tout chez vous, et c’est tant mieux, et c’est encore plus évident ces jours-ci.

    • Le 8 décembre 2008, qui a voté majoritairement pour Jean Charest ?

      Nous, et nous, inclut le vote de tous ceux qui travaillent dans les mass-médias.

      On récolte ce que l’on s’aime.

    • Le problème est que malgré tous ces articles contre le gouvernement libéral, on sait déjà d’avance que la veille des prochaines élections, Pratte et Dubuc vont recommander à leurs électeurs de voter pour le PLQ.

      J’ose espérer qu’ils vont peut-être lire ce blogue et revoir leur façon de penser, avec tout les commentaires sur leur éditoriaux!

    • La beauté démocratique réside dans le balancement : petites et longues courses.

      C’est beau comme on sème.

    • “Je me suis fait traiter de gauchiste, de suppôt de la droite, de séparatiste, de larbin du Canada”. On n’arrive pas vraiment à vous classer, preuve que vous êtes encore humain. Prenez le comme un compliment.

    • J’ai une suggestion pour donner un coup-de-pouce spectaculaire au journal La Presse, il
      faudrait changer l’éditorialiste en chef. Il n’arrive jamais à voir les failles du gouvernement
      Libéral de Jean Charest. Pourtant, il aurait eu plusieurs occasions de le faire.
      Heureusement, que vous faites partie des quelques autres journalistes du journal qui ont
      une vision moins ‘partisane’ et de ce fait évidement plus crédibles et équilibrés.

    • Je signe
      Caroline Dorval

    • “Qui a révélé que…” La Presse. Nous ne vivons pas dans une société de censure et les journalistes du Devoir, de La Presse et de Radio-Canada le démontrent chaque jour. Je ne peux pas commenter les quotidiens de Quebecor, que ne je lis pas, chacun son choix. Je me permets cependant de rappeler que Pierre Péladeau, un authentique démocrate, supportait financièrement Le Devoir..

    • En d’autres mots … qui a le plus fort penchant sôsialissss ?

      La Presse.

      Donc, cessez de vous plaindre, on va rectifier le tir et servir la cause comme on l’a toujours fait !

    • @ eeerrric
      Très bons arguments, je seconde !

    • Ca me fait rire un peu de voir les gens se plaindre des éditorialistes. Ils disent qu’ils écrivent ce que veulent leurs patrons chez Gesca.
      Ca ne serait pas plutot qu’ils ont été choisi par Gesca parce qu’ils pensent comme eux ?

      Et de toute façon, si ce qu’ils disent ne vous plait pas. Ne les croyez pas. Ca s’appelle le libre-arbitre. Ce n’est pas interdit (encore !!).

      @apocalypse
      Excellent commentaire. Des fois, il faut lire ce qu’on ne veut pas entendre pour mieux crystaliser notre pensée.

    • Madame Courchesne sur le bord des nerfs. Elle qui ne voulait pas revenir député en 2008, mais Charest avait besoin d’ELLE. Maintenant elle est en ”mot dis” d’avoir pris charge du dossier étudiant. Une autre démission en perspective pour s’enlever de la pression.

      L’implication de 10% des étudiants pendant 14 semaines est maintenant un éveil des consciences pour un élargissement du conflit contre la loi Charest par toute la population.

      La répression actuelle est excessive comme le démontre les actions policières envers le simple manifestant. La loi laisse beaucoup d’arbitraire entre les mains de la police par son pouvoir discrétionnaire.

      Maintenant les manifestants proviennent de toutes les couches de la société. De plus, personnes ne paiera des amendes. Comme dans le brouhaha de 300 arrestations, la cour devra prouver hors de tout doute le délit. Après la manifestation historique d’aujourd’hui, le gouvernement est maintenant devant le fait accompli qu’il doit s’approcher de la table de négociation.

      Dorénavant, les leaders étudiants doivent demandés au gouvernement d’abrogé la loi de Charest avant toute forme de négociation. Sinon la montée de la brutalité policière va laisser des familles en deuil. Donc, il est minuit moins quart.

    • Ça m’a fait sourire de lire votre réponse à Christian Bégin qui est un peu émotif il faut le reconnaître… Ce qui m’a surtout marqué, c’est qu’il disait que le sondage était de la désinformation alors que le sondage lui-même émettait (comme tout sondage!) ses propres limitations… Et comme a dit un de mes amis, sa lettre était clairement une tentative de propagande elle-même mais il ne nous a pas révélé sa méthodologie pour en arriver à ses conclusions ;-) Tsé parfois, des fois… ;-)

    • Suite à la parution de ce sondage, dont la date et les grands titres étaient des choix éditoriaux, et aussi suite aux nombreux billets de votre éditorialiste en chef, j’ai en effet écrit à celui-ci pour lui suggérer la démission.

      Je crois sincèrement que ma lecture tant de ses opinions que de son style et de son choix de vocabulaire le collent irrémédiablement à Charest en tout, malgré 9 années de silences malsains et de cachotterie de celui-ci. Donc, je persiste.

      J’ai été aussi jusqu’à souligner la possibilité qu’il y ait en effet un agenda caché et entendu entre André Pratte et la haute direction du PLQ, mais je ne l’affirme certainement pas.

      Toutefois les coïncidences sont trop nombreuses pour que je puisse dire qu’il n’y a pas au moins connivence. Je serais surpris que M. Pratte ne soit jamais invité à discuter avec les penseurs du parti, ce qui n’en ferait pas une exception parmi les éditorialistes. Ce n’est pas sur des suppositions que je parle mais bien sur chaque phrase et chaque sujet choisis par M. Pratte.

      Je crois sincèrement que M. Pratte tente de donner un coup de pouce au parti, avec ou sans entente. C’est au point qu’il évite certains sujets, que souvent ses billets font dans la langue de bois, et que le grand titre qui coiffait La Presse de samedi était encore moins qu’une demi-nouvelle, presqu’une demi-vérité. Selon son poste il est la personne qui doit répondre de ces choix éditoriaux, et ceux-ci ne relèvent pas de votre profession.

      Alors oui, encore, je crois que M. Pratte doit partir. Je n’ai jamais demandé quoi que ce soit de tel pour qui que ce soit d’autre et dans ce cas la question mérite d’ềtre soulevée.

      Jean-François Trottier

    • … (suite) Par ailleurs, disons que je viens tout juste d’apprendre qu e le pèrre d’André Pratte, éditorialiste en Chef à La Presse, était un fidèle conseiller de Desmarais et membre du conseil d’administration de Power Corporation pendant des années, et qu’ils sont tous deux des amis personnels de Jean Charest… et, donc, que ça ressemble drôlement à un club select du PLQ… Ce qui donne une apparence de manque d’objectivité, là !!

      Mais, comme dit précédemment, je donne le bénéfice du doute… LOL

    • Les dires des chroniqueurs n’engagent qu’eux-mêmes: si un des leurs veut parler pour ou contre Charest, notre société de droit lui permet de s’exprimer librement. Je ne comprends pas pourquoi M. Lagacé a voulu convaincre les plus radicaux d’entre nous qu’il n’y a pas d’adepte de Jean Charest ou même du PLQ dans leurs rangs. Je ne vois pas en quoi ça minerait la crédibilité des chroniqueurs ou des éditorialistes… – Laurence Tôth

    • Le problème Patrick c’est pas toi ou certain de tes collègues. C’est des André Pratte, des Dubuc et les monteurs des titres. On parlera même pas de ce sondage biaisé.
      J’ai déjà lu un éditorial un jour où ça disait sensiblement ceci: Le PQ est surement la meilleure option dans le contexte mais La Presse appuie le PLQ (Cette gang de pourris —> ndlr: J’ai rajouté ce sous-entendu personnel)

    • Très intéressante, votre analyse. Qu’on en dise ce qu’on voudra, il me semble que chaque quotidien devrait publier des articles provenant de tous les horizons en matière d’opinion. Cela sollicite le débat et permet aux lecteurs de placer les éléments sous différentes perspectives. À moins qu’on transforme DÈS MAINTENANT nos journaux et revues de presse en des communications parfaitement objectives et dénudées de toutes opinions, relatant faits et gestes. Vous savez quoi?On finirait quand même par être insatisfait, car il faudrait choisir les sujets couverts… Et on crierait au favoritisme. Lecteurs : utilisez vos capacités d’analyse et lisez avec du recul. C’est tout.

    • Comme dirait le vieux philosophe! AIE,AIE!! mais que ce passe t-il? À lire votre blogue une grande majorité des commentaires, sont des flèches à l’endroit de M.Pratte, MMe.Gagnon, M.Dubuc, M.Roy,bordel, lisez seulement la dernière page du journal????? Tout les jours où presque on à droit à de grandes leçon de démocratie, de vie, de liberté, de droit, d’un mauvais gouvernement, etc… gracieuseté de MMe.Ouimet qui n’en à que pour les étudiants (c’est qu’ils sont beaux à voir!) contre le gouvernement qui fait tout de travers mais vraiment tout? De MME. Elkouri qui n’en à que pour la liberté d’expression et de manifestations des étudiants, le reste du Québec ça ne semble pas trop la préoccuper, la paix social non plus, mais les étudiants!!! le droit de manifester?? J’en sui venu à croire que le seul moyen de me faire entendre serait de manifester et le mauvais gouvernement?? M.Vincent Marissal, M.Lagacé, M.Boisvert, c’est-tu parce que je n’ouvre pas le journal du bon côté, je tombe toujours en 1er sur leurs chroniques, et à moins que je ne me trompe sont? Vous l’aurez peut-être deviné, toujours en faveur des étudiants???? Où contre le gouvernement qui ne comprend jamais rien, vraiment jamais rien, c’est pas grave que les étudiants défie les lois, appelle à la désobéisance civil, saccage Montréal, entre par éffraction et détruise des bureaux, peinture des bâtiments, empêche le monde de r’entrer au travail, à lire ces chroniques, leurs revendications sont à la hauteur de leurs actions??

      C’est ST-Exupéry qui disait je crois! Donne à manger à un peuple et ils chercheront la guerre, fait leurs construire des tours et ils chercheront la paix, les étudiants ont toujours faim.

      R.Caisse

    • Je trouve malheureusement qu’il y a quelques dérives sensationnalistes bien que la majorité des journalistes fasse un travail très rigoureux. Je cite en exemple l’article de Vincent Brousseau-Pouliot concernant la condamnation de Gabriel Nadeau-Dubois à la régie pour 2 mois de retard de loyer. Je ne suis pas une admiratrice de Gabriel Nadeau-Dubois, mais je ne fais pas partie de ses détracteurs. En fait, je me demande en quoi cette nouvelle est d’intérêt public. Je trouve, fort malheureusement, que M. Brousseau-Pouliot fait dans la nouvelle à sensation en jouant très maladroitement sur l’image radicale que l’on accole au personnage en cherchant à alimenter le scandale. On ne manque assurément pas de sujets pertinents ces derniers temps. J’aurais cru lire le Journal de Montréal, ça m’inquiète. Plusieurs personnalités connues ont surement déjà eu 1 mois ou 2 de retard dans le paiement de leur loyer, c’est connu, les temps sont durs pour les artistes et pourtant ils n’ont pas eu droit à un article dans les journaux. Bref, j’avoue que sur ce coup, je suis déçue.

      Concernant la position face au conflit étudiant, ce serait injuste de parler de favoritisme, plusieurs journalistes et chroniqueurs ont été très critiques envers le gouvernement comme vous bien sûr, Lortie, Ouimet (surtout elle en fait), Elkouri et même Yves Boisvert, bien que plus conservateur dans ses idées. Faut quand même le reconnaître… C’est en effet lourdement exagéré et c’est apparemment surprenant que je puisse penser cela (selon cmoibenlepro) puisque je suis une militante de Québec solitaire!

    • Si on compare aux autres, je dirais que La Presse fait un bon boulot. Les opinions sont effet pondérés. Cependant là où ils sont semblables aux autres (SRC inclut) c’est, surtout dans ce conflit, devant sortir rapidement la nouvelle, ils vont se rabattre sur des sources qu’eux considèrent certaines. Par exemple, la police, dont ils prennet les communiqués de relations publiques pour des faits, alors que bon, ceux sur le terrain ont à l’évidence un autre point de vue sur le travail de la police. Le problème est de sortir vite la nouvelle et de ne pas avoir des ressources à mettre sur le terrain, pas vraiment d’affiliation politique. Aux niveaux des chroniqueurs donc, pas de problème, aux niveaux du fil de nouvelle, big problem. (JFF)

    • @ eeerrric, le plus gênant c’est surtout de publier cela (67% des québécois sont pour la ligne dure) alors que le sondage a été effectué avant que les répondants connaissent les détails de la loi. C’est certain que mal informé, il est difficile d’avoir les idées claires.

    • Je trouve qu’il y a un bon mix. On aurait le problème inverse si tous les journalistes de La Presse étaient pro-étudiants. Il en manque peut-être une gang au milieu, il y a beaucoup de place à la nuance pourtant le débat est très polarisé.

    • Patrick, le problème de crédibilité de ton journal tient à deux mots: André Pratte.

    • Pourquoi ne pas simplement admettre qu’il y a différents points de vue possibles sur la question?

    • S’il y a une idée que je n’approuve pas dans la position de certains étudiants, c’est la dénonciation systématique des médias comme instrument du pouvoir. Bon, comme l’on fait remarquer certains, il y a André Pratte, mais sinon… (et il a droit à son opinion, c’est la liberté d’expression)

      Au contraire, depuis le début de la crise, j’ai suivi les médias et les éditorialistes et jour après jour j’ai été de plus en plus dégoûté par le gouvernement Charest grâce aux analyses et aux révélations que les journalistes et éditorialistes. Ceux qui dénoncent les médias de servir le pouvoir devraient se demander si leur hargne contre le gouvernement n’a pas été renforcée par les révélations et opinions des journalistes. Je crois que cette vision est plutôt basée sur une idée toute faite

    • Je joins ma voix à tous les commentaires déjà présent sur ce blogue. Les journalistes de La Presse sont excellents et j’ai adoré les lire au fil des ans. Par contre, les André Pratte, Alain Dubuc, Lysiane Gagnon et Mario Roy sont la cause de la grogne du lectorat et la raison pour laquelle j’annulerai mon abonnement très prochainement.

    • Lysanne Gagnon, André Pratte, Alain Dubuc, Yves Boisvert, Vincent Marissal et Mario Roy font de l’excellent travail, très réfléchi, s’appuyant toujours sur de solides arguments. Ils sont en général d’accord avec la hausse des frais de scolarité, mais ne sont pas toujours d’accord avec le gouvernement Charest, quoiqu’on en dise.

      J’aime beaucoup Michèle Ouimet, Rima Elkouri et Marie-Claude Lortie. En ce qui concerne le présent conflit, elles font de bonnes analyses basées en bonne partie sur le côté humain du problème. Cela amène un autre éclairage. Malheureusement, les émotions de peuvent pas vraiment aider à financer les universités.

      Je pense surtout comme Pierre Foglia (si j’ai bien compris sa pensée): Les étudiants devraient plutôt se battre pour une qualité de l’éducation. On peut être diplômé du secondaire sans savoir ni lire ni écrire. Ça vaudrait la peine de se battre pour ça.

      Vos chroniquers sportifs sont bien chanceux de ne pas avoir à s’en mêler :-)

      François Sawyer.

    • Comme bien des lecteurs j’ai été choquée du titre de la une du journal samedi. M.Lagacé, La Presse a d’excellents journalistes dont vous faites partie, mais avouez quand même que:

      1- Faire un sondage alors que les dispositions de la loi 78 n’étaient pas encore toutes révélées, c’est manquer de rigueur.

      2- Publier les résultats du ledit sondage affublé d’un titre tendancieux, c’est carrément manquer de rigueur

      La Presse a fait une bourde journalistique. Était-ce voulu? J’en sais rien, mais je pense que ce journal réputé devrait admettre sa faute.

      Au plaisir de vous relire,

      S.Larousse

    • Wow. Sérieusement Patrick y’en a qui ont vraiment cru que tu cherchais à défendre ce gouvernement “indéfendable” ?

      Ok donne moi une minute que je me torde de rire sur le plancher….

      Ok.

      Sérieusement ?

      Ok une autre minute svp…je dois me retordre de rire.

      Wow honnêtement s’il y a un journal qui a bien dépeint la corruption, les vols, la fraude, la mesquinerie, la malhonnêteté, l’arrogance et j’en passe de ce gouvernement Libéral c’est bien La Presse.

      (Ok je laisse M. Pratte de côté si tu vuex bien mais s’il y a complot garde un oeil sur lui…)

      J’embarque de ton bord mon vieux. Je vais me faire pourfendre mais je m’en fou.

      Wow…et je me rappelle des niaiseries de Sam Hamad lors de la chute des paralumes…ouf et y’en a encore qui croient que tu défends ce gouvernement ?

      Ping ! Drette sur le poteau…et reping !

      Youtch ça leur prend quoi pour s’ouvrir les yeux les tizamis ?

      Bon je retourne me tordre de rire…

    • @rej056 22 mai 2012 20h42
      «Vous écrivez : « bla bla bla…que les étudiants saccage Montréal, entre par éffraction et détruise des bureaux, peinture des bâtiments, empêche le monde de r’entrer au travail, à lire ces chroniques, leurs revendications sont à la hauteur de leurs actions?? »
      Madame ou Monsieur Caisse, auriez-vous LA PREUVE que ce sont des étudiants ou est-ce votre aveuglement volontaire de brebis libérale qui vous fait écrire des calomnies outrancières ?
      Pourquoi la police refuse-t-elle de donner la LA LISTE des «casseurs» ?
      De grâce, n’insultez pas Saint-Exupéry en utilisant ses propos pour justifier vos inepties…
      Robert Alarie

    • Je ne vois que les opinions qui en ont que pour M. Pratte, M. Roy et Madame Gagnon qui seraient du bord du gouvernement… Votre liste n’a rien qui parle de M. Foglia! Voila un liberal de souche! Haha.

      Anyway, en tant que lecteur, je peux faire la part des choses, et le meilleur article de samedi dernier dans La Presse, l’odeur des lilas, valait bien ses deux dollars a lui seul. Tout le monde qui s’emoustille pour quelques heures de sondage ne voient plus clairs. Y a des drames humains ici et ailleurs, bien plus important que 4-5 points de sondage… Meme dans cette greve etudiante. Ca vous inclut M. Lagace. Retourner parler du crabe, de la prostitition, des Hells, de la mafia ou du bonheur en general, ce debat etudiant ou moins de 25% des etudiants sont en greve, ca devient de moins en moins serieux.

      Ipad=pas d’accents, desole…

    • Patrick Lagacé ou l’art d’ouvrir une canne de vers.

    • @therichcocco “sôsialissss “. Vous et les autres adeptes des termes délibérément diabolisants et méprisants, vous faites pitié.

    • Les propos d’André Pratte sont souvent mis en évidence et laisse une impression fausse sans aucun doute mais désagréable et je remarque que, même si tu ne le souhaites pas et moi non plus parce que je t’aime beaucoup, Richard Martineau a déteint sur toi.

    • Je dirais qu’il est évident que La Presse a eu un parti-pris pour les positions du gouvernement dans ce dossier, par pour Charest en tant que tel. Par contre il est aussi clair pour moi que plusieurs chroniqueurs ont aussi été plus critiques. Mais cela dépend aussi de quoi on parle, tous les aspects de cette crise n’ont pas été traités de la même manière. Un point par contre, je trouve que ce journal s’est fait le miroir de la position gouvernementale face à la question de la hausse, ce qui demeure la source originale de conflit. Il est facile de teinter le reste par la suite. La question de la violence a aussi été clairement traitée d’une manière favorisant la critique des étudiants, multipliant les amalgames entre les casseurs et les étudiants (cela fait toujours plus spectaculaire de la bonne vieille casse), minimisant l’importance de bloquer les campus en grève, critiquant l’existence même de leur droit de grève(le seul moyen de pression auquel les étudiants croient) et encourageant la judiciarisation du conflit et en conservant un ton paternaliste. Pour ma part, ça a été flagrant dans la Presse, mais en même temps, j’ai toujours connu le journal comme ayant une tendance à droite, c’est correct mais il y parfois des cas qui nous incite à nous interroger. Peut-être aussi qu’avec certains éditorialistes extrêmement détestables en mon sens, cela teinte la perception des pro-étudiants. Je ne peux vraiment pas dire que la Presse soit pro-Charest (sauf André Pratte évidemment) mais elle a plus d’accointances avec les idées de droite économique à mon sens. Mon opinion comme qu’on dit.

    • Je lis Le Journal de Québec à tout les jours, Le Soleil le week-end et La Presse, Le Soleil sur internet, avec tous les éditoriaux. Je peux vous dire que Le Journal est beaucoup pour la hausse des frais, plus en faveur du gouvernement et en faveur de la loi 78.

      Marcel Frenette

    • Salut Pat,

      Bravo aux journalistes des 3 médias que tu as cité, ce sont des grands professionnels qui apportent une contribution journalistique importante dans le contexte actuel au Québec. Par contre, je ne suis pas capable de lire tes chroniques. Toi et Michelle Ouimet, vous êtes les plus grands donneurs de leçons, tout média confondu! Vous devriez savoir (mais vous ne le saurez jamais puisque vous êtes des gérants d’estrades) que gouvernez , ce n’est pas facile, ce ne sera jamais une science parfaite, les élus qui nous gouvernent font de leur mieux et doivent souvent faire des compromis. Et ben oui, il leur arrive de commettre des erreurs de jugement, après tout, on est gouverné par nos semblables, pas par des extraterrestres! Alors, arrêtez de critiquer pour critiquer, même si c’est votre métier de chroniqueur. On veut juste des analyse rigoureuses et bien fondées comme celles de V.Marissal ou de Y.Boisvert, et pas de chroniques à l’emporte-pièce ni des sondages avec des méthodologies ou des échantillons douteux. Quant aux éditoriaux, c’est correct, en tant que lecteur, on est capable de faire la part des choses, personne n’est obligé de penser comme Pratte ou Dubuc. Tant que les journalistes restent neutres…Merci.

    • On dirait bien que tous les bozos délirants et paranos de la gauche à gogo se soient invités sur ce blogue pour radoter en choeur la même cassette ayant pour but but de diaboliser l’excellent travail des Pratte, Gagnon, Dubuc, et Roy, dont les commentaires sont pertinents, réalistes, pragmatiques et représentatifs des gens sensés et raisonnables.

      @simonmathieu : IL n’y a aucune grève dans ce conflit, il s’agit bel et bien d’un simple boycott de protestation, les étudiants ne sont pas des travailleurs salariés, mais des usagers qui reçoivent un service et les lois du travail ne s’appliquent pas dans ce cas. Les assos étudiantes n’ont pas le pouvoir d’obliger qui que ce soit à suivre ce mouvement , ni de bloquer l’accès aux écoles.

      Pour ce qui est de la loi 78 qui est supposément indéfendable en vertu de la charte des droits et libertés selon vous, on va laisser les tribunaux statuer sur ce cas .

    • Les gens ne lisent que ce qu’ils veulent bien lire. Les débats sont tellement polarisés que plus personne ne s’entend ni n’écoute vraiment. La moindre observation ou remarque et vous voilà aussitôt catalogué. Plus de discussion possible, aucun recul: juste des réactions à chaud. Résultat: on tourne à vide.

    • M.Lagacé, pourquoi perdre votre temps, ce débat est malsain, tout le Québec va perdre, d’un côté,vous avez les étudiants sans responsabilé, alors les conséquences de la loi 78, ils s’en sacrent, les artistes vivant souvent de subventions tous de la même opinion, les professeurs payés par l’état et complice des manifestants et pensant se battent pour la démocratie, les syndicats peinards avec une armée de petits combattants influençables. De l’autre les capitalistes responsables de tous les maux., les méchants journalistes. Ce matin, dans La Presse un jeune entrepreneur s’inquiétait de la perception dont certains ont de lui. Le pire est à venir et Marois, Kadhir, Charest et Legault n’y pourront rien, C’est beaucoup plus gros que ce que nous pouvons penser, c’est intergénérationnel, culturel, riches, pauvres, français-anglais.tout y passera. Bientôt, nous demanderons la censure au nom de la démocratie.

    • Les gens ne font pas la différence entre un chroniqueur et un éditorialiste. Il est là le problème… à mon avis.

    • Mr Lagacé, si vous n’avez pas encore lu sur le sujet, voici un court article du magazine Wired sur la psychologie des conspirationistes. En conclusion:

      There is, of course, something deeply troubling about cognitive dissonance, since it suggests that we double-down on our beliefs in light of conflicting evidence. While neuroscientists have begun to decipher the anatomy of this mental flaw – you can blame your anterior cingulate cortex – I sometimes worry that the internet is making things worse. Although we’re all vulnerable to cognitive dissonance (and the paranoid style has always been a loud presence in American politics) we seem to squander ever more oxygen on worthless conversations about Obama’s birth certificate and the North American Union. After all, thanks to Google we can find “evidence” in support of practically any belief. If you can imagine the conspiracy theory, there is a website out there ardently promoting it, and a clan of fellow believers who share your peculiar obsession with fluoridated drinking water and the New World Order. The end result is that we never have to recant. We can always find another link to “prove” that the government is trying to “zombify” us, or that aliens are going to destroy the earth at midnight.

      http://www.wired.com/wiredscience/2010/08/the-psychology-of-conspiracy-theories/

    • Lachez pas, vous faites tous un excellent travail.

      Bernard Théroux
      Hochelaga

    • Personne n’a souligné le dernier billet de Marie Claude Lortie..pro-manifestation et d’une stupidité déconcertante,et c’est comme ça depuis le début de la crise.. on ne critique pas souvent la go-gauche et la plupart des médias sont d’une complaisance excécrable envers des types comme Nadon-Dubois ou Amer Khadir..(Radio-Canada le pire,très,très mauvais travail pendant cette crise..)

    • C’est quoi, la nécessité de l’information? C’est, par exemple, de ne pas laisser se répandre la désinformation auprès des petits et au profit des grands. Comme pendant les guerres de religions en Europe autrefois et partout, ou presque, maintenant. Nous sommes des animaux en évolution accélérée. Et ce sont les petits, le sel de la terre, qui survivront.

    • @simonmathieu

      “-Dire que ce n’est pas une grève, mais un boycott, c’est fallacieux.”

      Ah bon, je vais suivre votre logique … je trouve que le vin est trop cher à la SAQ, alors je vais devenir un buveur gréviste … et j”empêcherai tous les autres buveurs de s’approvisionner en vin, tant que la SAQ ne cèdera pas à une baisse de prix !!

      … et n’allez pas dire que je boycotte la SAQ … je suis en GRÈVE !! — lol

      “-Soutenir que les votes de grève sont non représentatifs de la majorité étudiante, car seule la moitié des membres votent …”

      La VRAIE démocratie, c’est de considérer ce que la POPULATION en pense … ou, ces CONtribuables qui PAYENT pour vos études et qui ONT leur mot à dire … lisez les sondages et vous verrez ce que la VRAIE DÉMOCRATIE vous dit !!

      “Peut-être n’avez vous pas une consigne claire de supporter Charest, mais c’est pas nécessaire, Pratte fait la job de bras pour vous autres.”

      … et vous, cessez de faire le pantin des syndicats, du PQ et de Québec Solidaire !!

    • Bon retour M Lagacé!

      Je crois que votre billet aurait gagné à adresser directement les causes de la méfiance envers la Presse. L’idée de la ligne éditorial vs. la liberté d’action des chroniqueur. L’odeur de souffre qui émane des Desmarais. Et ce sondage si peu crédible.

      C’est bien d’amener des arguments pour votre point de vue, mais n’oubliez pas d’attaquer ceux de l’adversaire.

      Nicolas Robitaille

    • @marcelleduc. “M.Lagacé, pourquoi perdre votre temps, ce débat est malsain”. Pourquoi donc perdez vous votre temps à y participer?

    • Pour le “bozo délirant” dont Unicapri semble bien vouloir porter le flambeau je lui dirais de bien lire les blogueurs du Journal de Montréal. Tu iras lire la chronique de Martineau qui maintenant semble vouloir s’asseoir en plein centre ne sachant plus qui a raison ou tort dans ce conflit.

      Ça te permettra aussi de lire ce que la droite délirante a comme “cassette” perpétuelle à jouer comme défense. Et laisser les tribunaux décider c’est laisser “ton” gouvernement décider. Et y’est pas très propre ton gouvernement n’est ce pas ?

      Prend du recul mon vieux ça va t’aider.

      Et pour ce qui est de La Presse elle relate assez bien les faits. Tu verras que le Journal par contre s’applique à bien tenir la position du gouvernement…quand on sait très bien que ce dernier va payer la facture du nouveau jouet du patron dans pas long…

    • 22h17, ajout: il n’y a pas de débats malsains, il n’y a que des attitudes malsaines dans les débats.

    • @roiy22 “Patrick Lagacé ou l’art d’ouvrir une canne de vers”. Il faut le faire et c’est bon pour la pêche.

    • André Pratte et les autres de la page éditoriale m’ont souvent fait rager dans le passé, mais depuis la «grève» étudiante c’est là que j’ai trouvé les commentaires les plus sensés et surtout sans envolées lyriques tout à fait disproportionnés par rapports aux enjeux véritables du débat . À la lecture de certains commentaires on nage en pleine hystérie collective.C’est sûr que Jean Charest n’a plus de crédibilité pour une majorité de francophones mais il est élu et jusqu’aux prochaines élections et il demeure le chef de l’état . Nous somme s en 2012 pas 1789.

    • Je voudrais juste ajouter que je suis mal à l’aise face aux gens qui ont toujours raison. Les infaillibles me font peur. Les pointilleux sans nuances, les sophiseux de terrasse et les tâtilloneux de virgules. Ils jappent toujours plus forts que les autres. Mais ils ne font rien d’autre que ça, japper. Pour créer le malaise, attirer l’attention, battre le fer pendant qu’il est chaud. Un 4-5 lignes de gloire dans un blogue ou sous un statut Facebook. De la bigoterie mal placée. Du fanatisme à retardement. Le Québec devient dangereux. Et comme l’univers a horreur du vide, la connerie devient universelle. Tranquillement. Un jambon à la fois.

    • l’éditorial de la Presse n’a pas à revoir sa façon de fonctionner elle a un parti pris et c’est ça qui est ça , c’est ça la fonction d’un éditorial de prendre position, et la position reflète les désirs des propriétaires du journal , y’a rien de mal la dedans . Le monde s’est radicalisé au cours des dernières dix années

    • J’ai pas le choix il faut que j’empile, ça fait trop longtemps que je veux faire un commentaire là-dessus. La vision que j’ai de M. Pratte est celui de l’éditorialiste qui est totalement au service des ses ‘boss’ et qui attend ‘le’ coup de fil vers 11h chaque matin pour lui dire sur quel sujet écrire et comment le traiter. Il est tellement biaisé c’est pas possible. Je mets M. Dubuc dans le même paquet (jamais remarqué de la part de M. Roy qui écrit sur des sujets très diversifiés et que je trouve très bien).
      Mais Pratte et Dubuc, ça vaut même pas la peine de les lire, on sait d’avance le contenu et la conclusion de leurs éditos. Je donne zéro crédibilité à leurs textes.
      Et juste pour vous dire, je ne suis pas contre le PLQ même plutôt pour (plutôt dans le camp ‘n’importe qui sauf pauline’ qui je soupçonne en avoir mis plein les poches avec son mari ex-pdg de la société générale de financement -on finance un autre studio de cinéma chéri?, m’enfin…).
      Les journalistes et chroniqueurs pas de problèmes, excellents même.
      Méchante canne de verres que t’as ouvert là Patrick envers M. Pratte. J’espère qu’il comprend le message. Si je veux la ligne du parti libéral, je vais aller sur leur site web, pas dans le journal que je lis quotidiennement. Au moins si ce n’était pas si flagrant. À un point tel que c’est un manque de respect, il prend les lecteurs pour des nuls.
      Peut-être que ce mouvement étudiant aura ça de bien, que M. Pratte démissione aussi! C’est chien mais c’est ça. Il a fait son propre lit comme on dit!

    • Le biais pro-libéral est présent à LaPresse, tout le monde le sait, et c’est encore plus évident lorsqu’on compare à un journal indépendant (Le Devoir). Mais c’est pas comme si on était obligé de lire La Presse ou Pratte.

    • @4danieltremblay 22 mai 2012 20h56
      Vous écrivez: «Patrick, le problème de crédibilité de ton journal tient à deux mots: André Pratte»
      Moi je dirais 6 mots: André Pratte, Alain Dubuc et Lysianne Gagnon…
      Faut pas faire de jaloux, ils rêvent tous les trois de vacances à Sagard bientôt…
      Robert Alarie

    • Dieu merci vous êtes de retour! J’avais bien hâte de vous lire, surtout après la gaffe du sondage (!) de samedi dernier (que RDI n’a pas voulu commenter à cause de la méthodologie utilisée)! Un affreux doute m’a perturbé tout le week-end, doute en rapport avec l’impression que Mon Journal essayait d’influencer l’opinion en faveur du gouvernement. Or donc, Dieu merci, disais-je, vous avez écrit un fort bel et très instructif article qui remet les pendules à l’heure, article que je vais conserver bien précieusement! Encore merci.

    • @Patrick. Faudrait nous expliqué ce que le nous ou a notre avis de Pratt parle au
      Nom de qui?

    • Le problème ce n’est pas les scoops des journalistes. Mais le fait qu’une fois ceux-ci publiés, ils semblent aussitôt les oublier. Pourquoi l’histoire de Line Beauchamp n’a pas créé une plus grosse vague mais celle des fumigènes dans le Métro revient constamment dans les nouvelles?

    • Je vais être brève. Je suis moins venue sur ce site à cause des éditoriaux de monsieur Pratte. En fait, juste de voir le titre de son article, je ne cliquais pas dessus pour le lire tellement ça me donnait mal au coeur. J’en conclus que même si des douzaines d’articles ont été écrits pour contester le gouvernement libéral, il n’a suffit que d’un parmi vous pour les faire oublier. IL faut le comprendre, il était tellement certain que tous penchaient pour le gouvernement. Erreur.

      M-D Turcotte

    • Je voudrais aussi ajouter que je suis déçue du peu d’articles sur la grève étudiante. Je parle dans les blogues. L’impression que le sujet a été évité, sauf exception. Si nous avions pu nous exprimer davantage , je pense que je ne serais pas partie ailleurs pour commenter. Surtout cette pénible impression que la tendance du journal allait contre la réplique étudiante. Vous êtes maintenant de retour pour faire le poids.

      Bonne nuit !

    • Comme vous M. Lagacé, je vais faire un 2e ajout:

      Quel sera le traitement réservé dans La Presse à l’intimidation subie par les journalistes le 22 mai au soir aux mains de la police?

      G. Bardelli-Jean

    • Si tout les travailleurs étaient jugés au dernier geste posé sans aucune perspective d’ensemble ça irait pas bien dans la société. Malheureusement les journalistes vivent cette réalité à chaque jour. J’aimerais voir des enseignantes ou des cols bleus dans la même situation. Le sondage à mon avis était révélateur de l’état d’âme du moment. Tout le monde est tanné des manifestations qui bloque la circulation du matin au soir. C’est sûr si
      un sondage correspond pas à SA CAUSE c’est la fin du monde mais il faut en revenir, les sondés ont le droit de penser autrement. Bravo aux grattes papiers de La Presse ils mettent beaucoup de temps pour faire très souvent des bonnes histoires.

    • @lefinregard

      Le «nous» de M. Pratte est le «nous» dit «de majesté», une convention littéraire qui évite à l’auteur de devoir utiliser le trop prosaïque «je», qui manque franchement d’élégance, et qui le rapproche aussitôt des hauteurs auxquelles il aspire, s’il ne les a pas encore atteintes.

      Ce qui me fait penser que le nom de M. Pratte ne se trouve pas non plus dans la liste de M. Lagacé. Serait-ce un oubli de sa part ou ne serait-ce pas plutôt parce qu’il n’a pas pu se qualifier pour partager cet honneur avec ses collègues ?

      Et je n’ai pas vu non plus le nom d’Alain Dubuc… Ben, comment que ça s’fait ?, aurait réfléchi le Paillasson de La Ribouldingue.

      @M. Lagacé

      Ben non, vous n’êtes pas tous des vendus pourris… seulement quelques-uns. Tenez ! Aujourd’hui même, à l’Assemblée nationale, le ministre Dutil a cité l’éditorial de M. Pratte pour justifier la position de son gouvernement. Moi je me dis qu’il pourrait aussi bien écrire lui-même directement dans le journal, sous le pseudonyme, disons, d’André Pratte. Pensez-vous qu’on verrait vraiment une différence ? …

      Comment ? Vous dites ?… Ah, c’est déjà fait… Ben… je m’excuse… Ben, comment que ça s’fait ?

    • Salutations Patrick,

      Ce n’est pas La Presse qui a un problème. Non ce sont les personnes qui lisent une chronique, une seule parmi les dizaines d’articles, de chroniques et d’éditoriaux dans lequel il n’est pas écrit ce qu’il voudraient bien lire. La majorité voudrait que tous pensent de la même façon. Une petite anecdote:- Lorsque j’étais militant syndical mes membres me posaient une question. Si je ne leur donnait pas la réponse qu’il voulaient entendre, ils demandaient la même question à une autre personne. Et une autre et une autre. Nous sommes une société qui se dit démocratique. N’est-ce pas? Alors en démocratie et ou la liberté d’expression doit primer n’est-il pas logique et même salutaire d’avoir des divergences d’opinions? Si certains sont scandalisés par les propos d’André Pratt, par exemple, personne à La Presse ne les empêche de le critiquer lorsque ses propos sont publiés dans le blogue de l’édito. Certains le font, naturellement sous un pseudonyme, et si respectueux les commentaires sont publiés. Alors cessons de voir des complots partout et concentrons-nous sur les problèmes, que dis-je? Les ÉNORMES problèmes que nous vivons au Québec.

      En passant, André Pratte lui-même m’a demandé il y a deux ans d’écrire à l’occasion pour La Presse Débats. Il connaissait déja à l’époque mon opinion défavorable au gouvernement Charest. Cela ne l’a pourtant pas empeché de me faire cette demande. Alors?

      Jean Bottari
      Montréal

    • Comme d’autres l’ont dit, le choix des éditorialistes démontre clairement le contrôle qu’ont les Desmarais sur l’entreprise. Comme nous le savons, par exemple, jamais un séparatiste ne pourra devenir éditorialiste de La Presse. C’est un fait avoué par M. Desmarais lui-même.

      Force est également d’avouer que peu de reportages sont faits sur Power Corporation. Dirais-tu vraiment que La Presse a fait une analyse digne de ce nom des liens entre PC et les entreprises pétrolières, à travers ses portefeuilles d’actions? Par exemple, Petrolia, qui a la main sur 70% du territoire québécois, et vient de se faire octroyer 2 nouveaux contrats il y a moins d’une semaine. Et plusieurs autres. C’est sans compter tous les membres du CA, qui siegent sur d’autres CA, en conflit d’intérets.

      Patrick, nous savons que tu as liberté de parole sur tous les sujets sauf PC, comme tous les chroniqueurs et blogueurs. Seuls les cons en doutent. Mais tu ne peux nier qu’aucune enquête approfondie n’a été menée par La Presse sur les liens entre PC et les entreprises favorisées par les gouvernements.

    • Salut Pat,

      J’aimerais que tu m’expliques ça…

      1- On traverse une crise sociale rarement vue au Québec. Qu’as-tu écrit à ce sujet? Pratiquement rien. Par choix? Laisse-moi en douter.

      2- Dans un de ses récents éditorials, André Pratte nous a mentionné que lui et toi étiez souvent en désaccord (on peut vraiment pas t’en vouloir).

      3- Ensuite, plus rien. Tu dis que t’es parti en vacances parce que t’en avais besoin.

      4- Enfin, te voilà de retour. Mais ton premier choix de sujet est un peu bizarre, non? “Non, La Presse n’est pas du bord de Jean Charest”. Tu nous sers en exemple la contribution de plusieurs de vos journalistes, en omettant les noms de Pratte, Dubuc, Roy, Gagnon…??

      Come on. Tu sais très bien que ce qu’on dénonce vient de ces 4 noms-là.

      Veux-tu que j’te dise? C’est juste mon impression là, de la fiction dans ma tête. T’as l’air d’un gars qui a dit sa façon de penser à M. Pratte, qui a été mis en pénitences et qui nous revient avec une lettre d’excuse pas trop sincère.

      Mais bon, j’divague sûrement.

      Cela dit, est-qu’André Pratte t’a déjà parlé de sa suspension de La Presse?

      Lâche pas.

      Pat Filteau

      PS: que penses-tu de l’attitude de Jean Charest depuis le début du conflit?

    • Merci aux journalistes de LaPresse qui ont, en effet, fait un excellent travail sur la corruption, et il faut le dire, sur de nombreux enjeux de notre société. Mais la photo en haut de l’éditorial d’André Pratte qui soutenait la loi 78, disait que la loi n’avait pas le mordant qu’on lui prêtait. Pendant ce temps à RDI et LCN…le porte parole du spvm expliquait que la loi n’avait pas été appliquée, un outil de plus… Ça c’est malhonnête intellectuellement en période de grande crise. André Pratte, il y a quelques années, à écrit un livre sur l’intégrité journalistique, que j’ai étudier dans un cours de sciences politique, fort intéressant ! Aussi Richard Martineau, dans un autre média, à écrit une chronique un peu simpliste dans laquelle il explique sa haine des syndicats à son fils de 4 ans… Le Québec mérite mieux…plus de nuances peut être ! c’est dans un temps de crise et de polarisation qu’on observe ce genre de choses, qui sortent ainsi du lot ! Par ailleurs, je crois que nous sommes mieux servis par nos journalistes qu’a bien des endroits dans le monde, et qu’il existe ici, une plus grande diversité d’opinions. J’ai beaucoup de respect pour plusieurs journalistes , dont plusieurs qui travaillent à La presse ! Lâcher pas on a besoin de vous plus que jamais, si vous êtes intègre !

    • Je ne sais pas qui est André Pratte, mais s’il n’existait pas je pense que peu de gens aurait eut de quoi à écrire ici.

      Bon sérieusement, je sais qui il est. C’est un des éditorialistes. Je sais aussi que votre journal publie des textes d’opinions couvrant un très large arc en ciel d’opinions. Alors, en tant que lecteur, on ne peut pas se plaindre sérieusement. Il est normal que les opinions émises en éditorial soient moins diversifiées que ceux des chroniqueurs et billettistes. Un éditorial après tout est la tribune du journal, pas de l’ensemble de la population. Il est honnête et même essentiel que les lecteurs puisse être conscient à quel enseigne loge le journal qu’ils lisent.

      En plus de publier des opinions de diverses orientations, La presse publie de l’information de différente nature. Il y bien entendu un filtre comme dans tous les journaux, mais ce filtre est connu des lecteurs qui lisent les éditoriaux et ce filtre n’est pas trop prononcé. Vous avez donné plusieurs exemples de nouvelles démontrant une objectivité plus qu’acceptable de ce journal.

      Ceci dit il est vrai que durant ce conflit La presse tout comme son principal concurrent ont parfois choisit des gros titres ou mis en valeur avec un peu trop d’insistance les nouvelles nuisant à la crédibilité des anti-hausse. C’est malheureusement un réflexe normal de la part d’un éditeur dont le business est de vendre de la nouvelle. Quand la population craint la violence, alimenter un peu cette crainte attire les lecteurs. Les profits et la rentabilité sont nécessaires et ce n’est pas la faute des journalistes et chroniqueurs. Malheureusement, une bonne partie du lectorat préfère se laisser convaincre par les arguments populistes et c’est là que la nécessaire rentabilité peut parfois la mission de la maïeutique (accouchement de la conscience selon les termes de votre collègue Socrate).

      Pierre Savard

    • Je voulais bie-entendu dire:

      C’est là que la nécessaire rentabilité peut parfois porter ombrage à la mission de la maïeutique (accouchement de la conscience selon les termes de votre collègue Socrate).

      Pierre Savard

    • Les gens ne savent pas en général que la page éditoriale d’un journal appartient à son propriétaire , dans le cas de La Presse à Gesca c’est à dire aux Desmarais. On comprend ainsi mieux les éditoriaux des Pratte et Dubuc. Ils sont des mercenaires en service commandés.

      Leurs éditoriaux biaisés qu’ils voudraient qu’on croit libres de toute influence donne une teinte libérale à tout le journal. C’est aussi simple que cela.

    • Lorsque l’on en est à se justifier, c’est que qqchose nous titille.

      Continuer à déposer votre fils à l’école privée probablement subventionné à 50%.
      Ça changera de ceux qui dépose les leurs en BMW au CPE à 7$.
      Après vous chercherez ou est l’argent pour les études supérieures.

    • J’aimerais vraiment que tu m’expliques les multiples changements à un même article, tel que celui-ci: http://twitpic.com/9nj6qk

      Difficile de ne pas y voir une certaine “opinion contrôlée”. Je sais bien que la journaliste a été libérée après quelques temps, mais de là à complètement effacer son histoire…

    • Pauvre Patrick. On voit très bien que la plupart des commentaires viennent de lecteurs qui lisent La Presse “à la loupe”. C’est évident qu’ile ne comprennent rien. Les gens voient ce qu’ils veulent voir, et le reste est jeté par la fenêtre. Les gens regarde seulement l’information qui supporte leurss argument et ignorent le reste parce que ça ne ‘fit’ pas, et font semblant que ça n’existe pas. Ceci ne représente pas la vrai notion de débat. En ce moment il n’y a pas de vrais débats, c’est de l’entêtement, et c’est comme parler à en enfant. C’est épuisant.

    • Ha! Ha! Monsieur Lagacé, je commence à découvrir vos astuces! Vous écrivez un commentaire sur votre blogue pour ensuite écrire votre chronique dans La Presse du lendemain en tenant compte des réactions sur votre blogue. C’est astucieux et correct.

      Ainsi, dans votre chronique de ce matin j’ai bien apprécié que vous indiquiez votre désaccord avec les points de vues exprimés par vos collègues Pratte, Dubuc et Gagnon pendant cette crise.

    • M. Lagacé !!!!!
      Svp prenez l’édition de ce matin , prenz le cahier A en pages A30 et A31 et commentez moi ces pages !!!! C’est page pour pousser la farce encore plus loin sont intitulées DÉBATS !!! qui en passant devrait être rebabtisée propagande !!!!et mis a part la caricature de Chapleau voyez vous une ligne de ces supposées opinions ou éditoriaux qui soit en faveur des manifestants ???? moi je n,en vois pas et aujourd hui je considère deux pages assez tranquille car le maître de la désinformation André Pratte ne publie pas !!!! et lisez l’opinion du supposé livreur !! Cela fait des semaines que ce type de propagande libérale roule !!! Je salue votre bon travail ainsi que beaucoup de vos collègues mais je ne peux encourager ce genre de débats unilatéral !!!

    • Je m’attendais de la part de MON journal (depuis l’enfance) à un jugement sans appel sur la loi 78. Ce que j’ai reçu c’est un sondage et des justifications de votre équipe éditoriale (monsieur Pratte mène la charge) quant ce n’était pas des textes carrément réactionnaires et irresponsables (monsieur Roy nous en a pondu une couple de ceux-là).

      J’ose espérer que votre équipe éditoriale agit sur commande, sinon, le contraire est encore plus effrayant. S’ils n’agissent pas sur commande c’est qu’ils manquent du plus élémentaire jugement journalistique envers cette loi qui ne peut être sous-estimée pour son potentiel de destruction des droits fondamentaux et pour son effet catalyseur sur la radicalisation des manifestants. C’est catastrophique, après le printemps arabe, de penser qu’en appliquant une bonne grosse répression, tous le monde va rentrer chez eux et l’équipe éditoriale de La Presse ne trouve pas le moyen de l’écrire.

      Je comprends qu’on puisse être sceptique en tant qu’individu sur le fait que loi pourrait être uilisée à toute les sauces et sortir du contexte de ce conflit. Mais je comprends aussi que les journalistes ne sont pas payés pour être optimistes et ce que j’ai lu m’a fait beaucoup réfléchir sur la mécanique de l’avènement d’un pouvoir totalitaire.

      De ce fait, je suis présentement en grande réflexion sur votre journal qui était ma source d’information favorite avec le Courrier International. Je suis depuis quelques jours en train de ma familiariser avec les sites du Devoir, de Radio-Canada et de CERIUM (pour remplacer l’irremplaçable monsieur Hétu) dans le but de me couper de la Presse dans le sprochaines semaines.

      Désolé monsieur Lagacé

    • Vous avez eu peur, vous vous êtes caché à temps, vous avez retourné votre veste, vous essayez de vous en sortir comme un sauveur.

      En france en 1943 on appelait cela un collaborateur, dans les dictatures communistes un petit commissaire politique.

      Vous représentez le niveau journalistique actuel du québec: ridicule.

    • André Pratte semble vouer a la jeunesse québécoise un mépris et une lassitude qui n a d égal que son aveuglement face aux évidences de corruptions qui entâche le parti libéral du québec.

      En bon francais ils appelle ca un ” colabo”

      c est pas tres édifiant, ca nourris la méfiance et l intolérance et ca divise les générations, bref c est un discours tres dangeureux.

      MERCI AUX ÉTUDIANTS DE NIOUS FORCER A AVOIR UN VRAI DÉBAT DE FOND SUR L ESSENCE MEME DES VALEURS QUI NOUS SONT PROPRES.

    • Il est trop tard, la Presse fait maintenant partie, comme le Journal de Montréal, des réactionnaires qui désinforment et manipulent l’opinion publique. Désolé mais si la prochaine manif’ passe sur Saint-Antoine vos grosses vitrines avec vos tronches vont volées en éclats.

    • C’est Pratte qui donne des allures de complaisance à La Presse…

    • J’appuie ce que plusieurs ont déjà dit. L’éditorialiste, donc le patron, fait perdre de la crédibilité au journal pas à tous les individus qui y travaillent.

      Il est malaisé de penser que les propriétaires ne tentent pas de manipuler, peut-être subtilement, l’opinion publique à l’aide de leurs médias. Après tout, ils ne se gênent pas pour influencer les politiciens.

    • Alors pourquoi publier un tel sondage éhonté?

    • Pourquoi vous ne dites rien sur l’équipe édito avec Pratte? Vous saviez très bien qu’il fallait éviter de mentionner cette équipe… elle est indéfendable.

    • Bof…

      Cette envolée lyrique du blogueur ne m’émeut point. La supposée ligne éditoriale, la mythique intégrité journalistique, le bonhomme sept heures que représente l’impossible rêve du journaliste impartial. Ben voyons.

      Tous les médias s’efforcent de contrôler l’opinion publique. Tous. Ils sont ceux qui décident qui sera élu aux prochaines élections. Ils sont ceux qui décident ce que nous devons lire, regarder, croire, penser et conspuer. Richard Hétu est un exemple frappant de cette manipulation: à ne lire que ses chroniques ou son blogue, on serait tenté de croire que Obama est le Saint Esprit et que tous les Américains sont des congénitaux retardés. Il suffit d’aller aux États-Unis pour se rendre compte que Hétu vit sur une planète qui n’existe pas.

      La même chose se produit ici, avec des conséquences plus graves. On nous présente cette “crise” comme une révolution sociétale alors que la réalité est toute autre. Dans les fait, cette “crise” est un débordement relié au fait que nos chers studieux en ont marre de leur vie plate et souhaitent s’amuser à nos dépends. Et ils se trouve tout un pan de la go-gauche québécoise pour les admirer et les encourager à être de sales petits voyous. Voyez le commentaire de “ilisepa” plus haut, il est éloquent de ce que sont devenus ces canailles.

      Je prédit l’arrivée de l’armée pour bientôt. Je souhaite un couvre-feu à 21h pour tous les étudiants. Il faut que la récréation arrête.

    • Pat, tu fais de l’excellent travail. Lache pas

      Mais clairement Pratte, Dubuc et Lysian Gagnon sont au service de la GROSSE machine.

      Tu vas pas nous dire que La Presse n,est pas un journal fédéraliste et néo-libéral tout de meme ??!! Et que cette une de samedi avec le sondage bidon n’est pas de la manipulation ??

    • M.Lagacé,

      Moi, j’aime bien cette réalisation pour les gens qu’on y voit:

      http://www.youtube.com/watch?v=n1LGOo-Qs54

      Et ça, on ne l’invente pas….. malheureusement!
      Louise April(Laloue)

    • @ilisepa= proférer des menaces sur un blogue c’est complêtement stupide. Ce sont les gens comme vous qui font perdre toute crédibilité au mouvement de grêve. Ça va donner quoi de briser les vitrines de La Presse? Tu n’a qu’a lire autre chose.

      @ les autres=Personellement je trouve que la plupart des journalistes de La Presse font du bon travail, certains me tapent sur les nerfs mais bon, je ne les lis pas c’est tout.

      Pour ce qui est de mr. Pratte, il a droit à ses opinions même si ça relève parfois du délire, c’est pourquoi je l’ai dénoncé sur ma page Facebook.

      A. Trudelle

    • Vraiment M. Lagacé, je vous croyais plus intelligent. La Presse, comme tout journal, doit être compétitif. Il doit être vu comme le meilleur journal, à force d’enquête musclée et de bons reportages. C’est seulement dans ces conditions que la manipulation nuancée de l’opinion publique peut être effective. Si la manipulation est trop appuyée et grossière, le journal perd en crédibilité, donc en efficacité sur la modulation de l’opinion. La ligne est mince entre les deux et parfois, on tombe du mauvais côté.

      Bertrand Toupin

    • @ M. Lagacé

      Merci d’avoir répondu à ma question d’hier à 16h dans votre chronique de ce matin. C’était un peu du bout des lèvres (”petit hic”, “maladresse” – je vous ai trouvé moins tiédasse devant Sam Hamad, mettons), mais au moins c’est clair: vous condamnez votre journal dans le cas du sondage. Ça vous honore et vous permet de conserver votre crédibilité (mais j’ai quand même hâte à votre prochaine altercation avec un ministre – du genre: “Heïlle, chose, sais-tu qu’il y a un petit hic avec les pratiques gouvernementales ?”). Bonne journée.

    • Aujourd’hui il n’est pas bon d’être éditorialiste à La Presse!!!
      Mais soyez certain qu’ils ne tiendront nullement compte de tous ces reproches.
      Ce sont des mercenaires.
      Ils vont continuer de faire leur sale job.
      De plus avec le temps ils en viennent à être persuader d’avoir raison!
      Faites comme moi depuis tant d’années: Ignorez-les!
      Pierre Marcoux

    • @ ecouteben
      23 mai 2012
      02h09

      « « Force est également d’avouer que peu de reportages sont faits sur Power Corporation. Dirais-tu vraiment que La Presse a fait une analyse digne de ce nom des liens entre PC et les entreprises pétrolières, à travers ses portefeuilles d’actions? Par exemple, Petrolia … « «

      Wow !! , intéressant, à suivre ….

      Par ailleurs, que CE commentaire est été posté dans CE journal me fait croire qu’il nous reste encore une part de démocratie, malgré tout, et me fait vraiment chaud au cœur. Merci à Pat, merci à La Presse.

    • M.Lagacé, je suis de vos lecteurs assidus ainsi que de votre colègue Marisal. On n’a dit beaucoup de mal de cette loi 78. Ce n’est pas la trouvaille du siècle, j’en conviens. Un peu d’histoire pour vous les plus jeunes. En 1972, j`étais prof à la CECM nous avions fait la grève quelques mois avant le front commun pour protester contre la déclasification des profs par le MEQ. Nous étions les seules à MTL à faire cette grève. Aussi quand les centrales syndicales ont recommandé la grève ,nous avons voté contre à l’Aliance de Montréal. Ils n’ont pas été capable de me sortir de ma classe. Finalement le gouvernement de l’époque a voté une loi qui avait les dents beaucoup plus longues que la loi 78. Cette loi a envoyé les Charbonneau, Laberge, et Pépin en prison. Qu’on me dise que la loi 78 est intidémocratique on repassera. Petit cours d’histoire d’un bébé-boumeur à la retraite.
      Gilles Lavoie

    • Sur la défensive monsieur Lagacé! Irrité mal à l’aise. Ne sait pas sur qu’elle branche se poser. Sort n’importe quoi.

      « La Presse, Radio-Canada, Le Devoir ». La convergence des médias monsieur.

      Y’a plus de journalisme qui vaille. Que de bouffonnerie disait l’autre.

    • Bonjour Patrick,
      Un petit message sans intérêt : j’ai eu peur, bien naïvement, ne plus jamais vous lire dans les pages de La Presse pour quelques raisons obscures. Voyez votre importance ? Entre rester journaliste ou devenir un gourou, il n’y a qu’un pas ! Hihihi !

      Sérieusement, j’espère que vous avez passé de belles vacances !

    • Bon post, maintenant, relisez les éditoriaux d’André Pratte depuis 2003

    • Patrick en a parlé d’André Pratte, il a dit qu’il avait droit à son opinion même si il ne la partageait pas.

      Je ne comprends pas pourquoi tout le monde le démolit comme ça, il a droit à son opinion non? Même si vous n’êtes pas d’accord, il a droit de penser ça, et il n’est pas le seul à penser ça. Dans ce conflit, on retrouve toutes les positions existantes, et pourquoi faudrait-il absolument tirer sur ceux qui n’ont pas la même opinion que nous? C’est ce que je déplore le plus actuellement… les gens sont tellement campés sur leur position, peu importe quelle est cette position, et tout ce qui s’oppose à cette position est automatiquement faux ou ridicule.

    • Depuis le début de la crise étudiante, on dirait que La Presse est complètement déconnectée de la réalité d’une partie de la population. Bien sûr, on voit par-ci par-là (Lortie entre autres) quelques gouttes de sens critique, mais dans l’ensemble, sur le choix des unes par exemple, on ne voit pas d’articles contre la brutalité policière. Le Huffington Post Québec en ce moment rapporte deux histoires troublantes sur leur une. Y’a des dizaines et des dizaines de cas de brutalité policière depuis le début du conflit. Mais, on insiste toujours sur la violence des jeunes.

    • C’est la job du public de juger les médias. C’est le seul qui n’est pas lié et peut être complètement objectif.

      Ceux qui y travaillent et dont le fonds de commerce est de juger et cracher sur les compétiteurs ne sont pas crédibles. Comme l’écrivait André Pratte dernièrement, ce n’est pas dans l’éthique de La Presse de le faire.

      À la Presse, on retrouve des opinions diversifiées. On n’a qu’à penser à Pratte et André Roy.

      On le retrouve de moins en moins chez son compétiteur qui a plus qu’une apparence de propagande. C’est déplorable pour la diversité qui s’amenuise de plus en plus et la qualité des médias.

    • Le monde aime la propagande, aussi simple que ça.

      Plusieurs critiquent André Pratte pour ses positions trop dure, pro gouvernementale, mais ils encensent Michèle Ouimet pour son appui aveugle aux étudiants. Le contraire est tout aussi vrai.

      Ce que je n’aime pas des journalistes dans le conflit, c’est l’absence d’objectivité dans leur article. Regardez le conflit depuis le début, il y a des gestes impardonables commis par le gvt et les étudiants, mais on dirait que c’est impossible de traiter les 2 dans le même article.

      C’est ça le Québec, plein de contradictions. On veut la liberté d’expression, mais on fesse sur celui qui ne pense pas comme nous. Le Québec est émotif, et ça lui fait perdre souvent la raison.

    • Écoutez, vous avez certainement raison, mais la ligne éditoriale « dure » de La Presse créer un malaise parce qu’elle n’est pas nuancé. Tous les journalistes que vous avez nommés sont majoritairement nuancés dans le débat, malgré leurs positions divergeantes et certainement « parlable » pour la plupart, Les éditorialistes pètent les plombs et ont écrit leur lot de conneries depuis le début du conflit. Vous auriez du lire Mario Roy (que vous ne citez pas plus haut) après la démission de Line Beauchamp : selon lui, la gouvernement a carrément plié derrière le Black Bloc ! N’importe quoi autrement dit ! J’aouterais qu’effectivement, le sondage non probabiliste et douteux sur le plan méthodologique concernant la loi 78 suscite des questions auprès de la population lorsqu’une « institution » comme La Presse prête des intentions aux Québécois alors que les dispositions de la loi n’étaient pas encore connus. De plus, tous les intervenants sur la place publique ont décrié avec véhémence ce projet de loi qui brime nos droits fondamentaux et la liberté d’expression. Que vous le vouliez ou non, cela fait un peu « propagande »… Je crois qu’il va falloir que vous en preniez acte que ça plaise ou non. Rien de personnel hein.

    • Bon texte, mon cher Patrick. Vrai que La Presse fait en général un bon travail pour critiquer le gouvernement actuel. Évidemment il y a vos éditorialistes (les 3 cavaliers de l’apocalypse: Pratte, Dubuc, Gagnon), que je me force à lire malgré mes nausées.

      Par contre, je suis désolé mais pour ce qui est de la question nationale, il n’y a pas de doute, votre journal est totalement biaisé. Choix des nouvelles, libellé des titres, emphase sur certains aspects secondaires défavorables à la souveraineté… ou silence sur tout ce qui pourrait y être favorable. À ce niveau, il n’y pas de théorie du complot, mais bien une réalité: Desmarais et Power Corp possèdent La Presse principalement pour lutter contre le mouvement souverainiste… sous un couvert de neutralité (avec certains chroniqueurs plus sympathiques à la cause, comme toi ou Foglia).

    • C’est justement un des nombreux trucs qui m’embêtent dans ce débat. Le gouvernement a montré, à plusieurs reprises, son manque de jugement, sa vision purement politique et économique, son bâclage et son improvisation, autant au niveau de la planification que de la communication, son niveau de corruption et de collusion, etc.

      Avec pour résultat Soudainement, pour l’augmentation

    • Maxi à 10:46: “maintenant relisez les éditoriaux d’André Pratte depuis 2003″.

      Êtes-vous malade?? Ou alors c’est de l’ironie. C’est ça, ça doit être de l’ironie. Il y a une loi contre les châtiments injustes et cruels…

      Sérieusement, M. Lagacé, on dirait que vous avez manqué à beaucoup de monde. Welcome back!

      La Presse à cette particularité d’être un journal où l’éventail des opinions est très large. Inévitablement il y a une partie qui nous contente et une qui nous incommode. Pas de quoi se lamenter, au contraire. Par contre, Pratte, pus capable…

      André Purenne

    • Donc, ce que vous voulez, c’est que tous les journalistes de La Presse qui ne sont pas d’accord avec vous démissionnent?

      Oubliez cela.

    • Mon texte précédent n’est pas bon, j’ai accroché une touche par accident. Désolé.

      C’est justement un des nombreux trucs qui m’embêtent dans ce débat. Le gouvernement a montré, à plusieurs reprises, son manque de jugement, sa vision purement politique et économique, son bâclage et son improvisation, autant au niveau de la planification que de la communication, son niveau de corruption, de collusion, de conflits d’intérêts, etc.

      Avec pour résultat que beaucoup ne sont pas satisfaits du gouvernement actuel et s’en méfient comme de la peste.

      Or, étrangement, pour l’augmentation des frais de scolarité, plusieurs ont acheté cash ce que le gouvernement dit.

      Vous savez pourquoi? Simplement parce que Charest a, une fois de plus, démontré sa force en tant que politicien. Il a sorti la phrase magique:

      «c’est vous qui allez payer»

      Évidemment, il n’y a d’autre choix que d’aller chercher l’argent dans les poches des contribuables. Pas le choix, aucune autre solution possible.

      Il sait très bien que les gens sont individualiste et il n’ pas de vision de société. Il a les deux mains sur le volant mais c’est tout ce qu’il a, un volant sans véhicule.

      Pour plusieurs politiciens, la politique est, entre autre, l’art de manipuler les foules. Remarquez, qui pourrait leur en vouloir, ça fonctionne à merveille…

    • On a mentionné 120 fois le nom d’André Pratte dans ce blogue…

    • Oh, j’ajouterais Patrick, si tu me permets. Vincent Marissal étant aussi absent au même moment, les blogues et les chroniques à La Presse ont pris une tournure nettement plus pro augmentation en ton absence. Je ne dis pas que c’était 100% mais beaucoup plus débalancé que lorsque vous étiez là.

    • @M.Lagacé
      Ouf vous etes décidé ce matin de prendre la défense de la Presse sur vos épaules

      Je suis contre les menaces.la violence etc car c’est loin de la démocratie mais j’endosse encore moins le mépris de certains de vos confreres c’est une violence plus subtilble mais ca reste de la violence

      Le journaliste n’a pas tout les droits comme nous simple lecteur et certains d’entre vous semblent l’avoir oublié

      S’attaquer a la conjointe de Martineau c’est pas fort mais de parler de loyer non payé sur un blogue faut juste etre tomber aussi bas

      Je continuerai a lire certains d’entre vous mais pour le moment la Presse pour moi il en est plus question

      L’enfant roi dans ce conflit a été Charest et son bonbon a été sa loi78 qui brume une société au complet
      Moi pu capable de Pratte pu capable de Martineau

      Vous faites du bon Boulot tout comme Mathias!!!

    • J’avais écrit “André Roy”. C’est une erreur d’inattention en défaveur de Mario Roy.

    • Ceux qui pensent que les medias sont objectifs ….svp gardez-vous une petite gene……la plus part des journalistes sont de gauche, un petit nombre sont a droite……..je lis les journaux depruis 45 ans…j’ai vu certaines crises dans la Belle Province….cela me fait toujours rire car le vrai pouvoir demeure celui du FRIC et ceux qui controlent le FRIC controlent le pouvoir….et c’est pas les etudiants de la classe et les petits anarchistes que nous retouvons dans les abreuvoirs rue st-denis qui vont changer le monde…..le Quebec est base sur des fondements capitalistes…il le restera…..maintenant si vous voulez payer 90% d’impots a l’etat et que l’etat dirige votre vie

      il y a surement un coin sur cette planete ou vous pourrez lire les frasques de Lenine en sirotant votre biere d’epinette

    • Je résilié mon abonnement il y a quelque semaines parce que je trouvais insupportable la ligne éditoriale de votre journal pour lequel j’avais un attachement qui remontait à l’enfance. Vous avez raison de souligner l’excellent travail de certains journalistes dont vous-même, mais je sens dans votre témoignage une tentative désespérée pour vous absoudre de participer aux campagnes de votre Seigneur pour brûler le territoire alors que vous agissez comme pompier. Excusez la comparaison. La ligne éditoriale de votre journal est édifiante de partis pris. Vous aurez beau prétendre qu’avec la participation des journalistes dont vous faites mention vous réussisez à conserver l’équilibre, la ligne éditoriale demeurera plus forte que vous. Cette ligne n’est pas constituée que de textes d’éditorialistes, vous n’êtes pas sans le savoir, cela consiste également à choisir les photos et les titres qui feront la une, les lettres des lecteurs etc. À choisir l’importance de la nouvelle. À dire au lecteur ce qu’il est important de lire et de savoir. Je ne sais pas comment vous ressortirez de la crise actuelle à La Presse, mais il est peut être temps pour vous si vous ne voulez pas trop perdre de lectorat pour une remise en question … si cela est toutefois possible. Il n’y a pas tant de grands quotidiens au Québec pour que vous ne vous éleviez pas contre la désinformation qui s’y infiltre. Ce fameux sondage non probabiliste réalisé avant le dépôt de la Loi en étant un indice inquiétant. C’est à votre direction que vous devrez vous adresser pas à nous.

    • Très bon article M. Lagacé.

      Les noms mentionnés sont la raison pour laquelle je ne peux me passer de lire La Presse, même si je suis de plus en plus déçu du contenu que j’y trouve.

      Vrai que les chroniqueurs sont excellents, vrai que le journalisme d’enquête est hautement efficace, mais par contre, il ne faut pas se laisser berner, la ligne éditoriale a beaucoup plus de poids que vous.

      Même si beaucoup d’entre vous sont pour la cause des étudiants, vous le faites avec respect et l’aide d’arguments. Ce n’est pas le cas de l’éditorial, surtout pas M. Pratte, qui est aussi condescendant que M. Charest lui-même.

      Pendant des semaines il y a eu brutalité policière dans la rue et presque aucun mots sur ce sujet dans le journal. Pendant des semaines, il y a eu que quelques petits gestes de vandalismes isolés et à chaque fois cela faisait la une du journal. Elle est là, la manipulation d’information.

      Le ras de bol des lecteurs n’est pas face aux journalistes M. Lagacé, il est face au choix des titres, de la Une du journal et de ce qu’on décide de mettre de l’avant et de ce qu’on décide de mentionner discrètement au bas de l’article.

    • Çà n’intéressera pas grand monde, mais je suis dans le juste milieu. Je suis un ex-pro-carré-rouge
      qui est anti-loi78 et anti-Charest. Je trouve que Charest a fait preuve de lâcheté en reléguant le problème à la police, et peut-on le croire, il n’a jamais rencontré les étudiants. Un homme indigne de son poste. Du même coup, il me semble qu’il était impossible de ne pas agir avec sévérité dans le cas des étudiants, parce que le mouvement a connu trop d’élans anti-pacifiques. Si tu cherches à bloquer un pont, il est normal que des gens répliqueront en te bloquant des accès à leur tour. Une loi punissant l’ensemble du Québec et toutes les formes de manifestations était-elle nécessaire? Qu’arrivera-t-il lorsque je voudrai dénoncer les usines à chiots? Quand je voudrai porter un masque au Mardi Gras du festival Juste Pour Rire?

      Comme je n’ai plus de parti pris, dans un sens je m’en lave les mains. Advienne que pourra. “Que le plus fort gagne.” (On en est rendu là.) Je ne vois pas de solution à part un vote public sur la situation, ou des négos solides à travers desquelles les étudiants devront réaliser la dette qu’ils ont envers la société à travers les coûts que leurs manifestations ont couté. Quant à Nadeau-Dubois, c’est un radical qui ne possède aucun sens de la diplomatie: les étudiants auraient intérêt à mettre ce pion en dehors du jeu. Il est aussi manipulateur qu’un sondage CROP!!

    • Le sondage CROP a enlevé toute crédibilité à LaPresse. Depuis l’épisode du 800-internautes-avant-la-loi, c’est trop tard. Je n’ai plus aucune raison de visiter lapresse.ca! Je vais tout faire pour que mes parents se désabonnent de LaPresse papier. La liberté de presse c’est important, mais pas autant que l’indépendance journalistique.

    • EXCELLENTE réponse de M. Beaudry aux étudiants :

      http://www.mativi-montreal.tv/les-films/beaudry-ad-libre-la-vie-en-rouge.html,9,19,0,0,2331

    • En fait, vous devriez être assez content de la réaction de votre lectorat à ce qui s’est passé samedi. Elle démontre que vos lecteurs s’attendent à une certaine rigueur et quand vous « échappez le ballon », elle vous le remet sur le nez histoire que ça ne se reproduise plus.

      Je trouve que La Presse représente dans l’ensemble une bonne diversité de point de vue. Mais historiquement, un journal est intimement associé à sa ligne éditoriale et il est normal que celle-ci vous éclabousse même si vous ne la partagez pas. Mais la majorité des lecteurs sont à même de faire la part des choses. Là où le sondage publié samedi diffère est dans la présentation. Il est évident que quelqu’un, quelque part dans les bureaux de La Presse, a pris soin de laisser croire que ce sondage représentait un appui massif à la loi 78. Il a été publié au lendemain de l’adoption de celle-ci et nulle part dans l’article original il n’est fait mention qu’il a été conduit avant le dépôt du projet de loi. Cette précision est arrivée plus tard dans la journée, sans doute après de nombreuse plainte. C’est une bourde. Vous vous êtes fait taper sur les doigts à juste titre. Théorie du complot? Non, mais il ne faudrait pas nier non plus que des fois on succombe à la tentation de donner un « spin » à une information.

    • Votre retour ainsi que celui de votre collègue, M. Marissal, a mis fin à une crise d’urticaire très virulente. Lol.

      Depuis le début du conflit, je lis tous les chroniqueurs et éditorialistes mais durant votre absence, même si Michèle Ouimet, Rima Elkouri et Marie-Claude Lortie ont été judicieusement pertinentes, il n’en reste pas moins que lire André Pratte et Mario Roy relevait du masochisme. L’article au ton revanchard de ce dernier qui accusait les étudiants de la démission de Mme Beauchamp -pour lui, elle devenait une véritable victime- avait particulièrement de quoi donner des boutons.

    • Je vois dans votre article d’aujourd’hui ce que je plaide depuis des semaines. Dans un dossier aussi sensible le droit de réserve est facilement baffoué. Au même titre que certains de l’extrème gauche me taxe de capitaliste autant la droite me considère comme un socialiste.

      En ce qui me concerne j’en ai soupé de ces titres à l’emporte-pièce et je suis de ceux qui ont une identité solide. Vivement un retour au sens commun après ce conflit qui s’éternise.

    • Je suis totalement en accord avec beaucoup d’intervenants qui se plaignent des journalistes et de leur manque d’objectivité.
      Un sondage effectué sur 800 personnes n’est rien par rapport à une pétition de 150 000 personnes qui dénoncent la loi spéciale.
      Arrêtons d’attendre que la gente médiatique nous donne l’heure juste, ils(les journalistes) ne sont pas plus libres et plus observateurs que monsieur et madame tout le monde, vous les voyez bien, ce sont des personnes payées pour vous divertir et pas pour vous informer.
      Si vous voulez vraiment vous informer, varier vos source d’information.
      Connaissez-vous un employé qui fait et dit ce que son patron n’aime pas voir et entendre?
      Ce qu’il faut comprendre de la gente médiatique c’est ceci:
      Les journalistes sont des prostitués intellectuels et les patrons des proxénètes.
      Voici ce qu’en pense Paul Craig Roberts:
      http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=25556

    • J’ai oublié de féliciter Rima El kouri et Marie Claude Lortie pour leurs articles sur la crise qui nous concerne.
      Bravo à ces deux dames qui savent écrire dans la censure.

    • je suis d accord avec toi…quand j ai laissé tomber mon abonnement je n en pouvais plus de Messieurs Dubuc et Pratte…je tentais de les lire…et je ne pouvais pas…mais samedi dernier en page frontispice de votre journal…j ai vu cette manchette…je me suis dit…tiens va voir les détails…et je me suis aperçu que Monsieur Youri Youri de crop parlait de probabiliste…tiens anguille sous roche ou quoi? J ai tenté d avoir des réponses…mais en allant à la Page A-14 je regarde le sondage de la maison Segma en regard des intentions de votes: je vois le PQ à 42%…mince consolation…mais je me suis dit Segma donne des détails pertinents…moi néophyte de la science des sondages. Quelques jours après je vois celui de Léger marketing…du J de M…et je me suis dit comment se fait-il un tel écart? J ai regardé dans la P:2 de ce journal (que je ne lis plus depuis longtemps…)et voilà pour moi qui ne connaît pas plus toute la stucture des sondages…un qui ressemblait un peu du moins à celui de la maison Segma. Faut donc faire attention quand les esprits sont surchauffés comme ils le sont actuellement.J ai confiance énormément aux sondages de Léger…car ils en font même dans plusieurs pays.

    • N.B.

      tout le monde a le droit à l erreur surtout à 77 ans bien sonnés…PQ 42%…chez les francophones…

    • Vous affichez vos couleurs, Patrick. Que faites-vous du carré rouge du sigle de Cyberpresse? Ce n’est pas un message subliminal? Et le logo rouge de la SRC qui semble exploser, ce n’est pas une incitation à la violence? Même la Banque nationale est de mèche; ne subventionne-t-elle pas la secrètement la CLASSE? Et Bixi? Et Ferrari en F-1? Et le rouge du PLQ? Vous ne croyez pas que Charest et GND sont des co-conspirateurs? Et le rouge de l’enfer? Il n’y a rien à faire, nous sommes voués à la perdition.

    • Bonjour M.L agacé. Tout d’abord, il faut que je vous dise quelque chose, c’est que je suis en accord avec majorité de votre propos. Effectivement, La Presse est selon moi, un des journal qui démontre le plus une diversité d’opinion. Il est vrai que l’on voit rarement de textes pro-gouvernements ou encore contre le mouvement étudiant parmi vos chroniqueurs. Toutefois, il y a quelque chose qui me dérange avec votre journal. Je vous donne ici un lien du reportage sur la manifestation de hier, le 22 mai, qui a été mis en ligne en début de soirée, peu de temps après la fin de la grande marche : http://www.lapresse.ca/actualites/dossiers/conflit-etudiant/201205/22/01-4527493-une-manifestation-monstre-souligne-100-jours-dimpasse.php . Pour quelqu’un qui ne faisait pas parti de cette marche, le vidéo qui fait parti de cette page était probablement un des premiers reportage sur la journée auquel ils avaient accès (c’est du moins le premier que j’ai trouvé en rentrant chez moi). Selon moi, ce vidéo fait preuve de grande désinformation et voila pourquoi: Tout d’abord, on met grandement l’accent sur le fait qu’il y ait eu BEAUCOUP de vandalisme (j’ai entendu parler de trois vitrines, et vous?), on semble mettre beaucoup d’attention sur le groupe que l’on dit de radicaux alors qu’ils n’était que très peu comparé au 250 000 personnes qui marchaient pacifiquement. Finalement, la partie que j’ai trouvé la plus aberrante, c’est lorsqu’elle dit que la pluie avait ralenti les ardeurs des manifestants en montrant un extrait vidéo ne durant pas plus qu’une seconde et demie pour prouver ses dires. Au contraire, et je crois pas être le seul a le penser, j’ai détecté une augmentation de l’intensité et de la fébrilité lorsque la pluie a commencer a tomber. Comme si crier sous la pluie nous rendait encore plus fier de nous. Dans mon coin de manifestation, je dirais même que la pluie a été ovationnée et on a aussi pu entendre quelques «LA PLUIE AVEC NOUS» scandés par des manifestants. Bref, pour résumer, je salue le travail de vos chroniqueurs et journalistes, qui font du bon travail d’analyse et d’opinion, mais je suis franchement déçu de votre façon de relayer l’information qui est plus que souvent de la désinformation selon moi. L’exemple que j’ai donné en est, selon moi, une preuve et le sondage bâclé qui a été fait avant même que le public en sache plus sur la loi.

    • Le problème d’objectivité et de jugement à La Presse (Cyber ou pas!), c’est André Pratte qui en est principalement responsable!

      Pour le reste, je suis très très satisfait de la qualité des textes, blogues et autres articles!!!

      Tiens, une idée du prochain slogan des manifestants:

      “Oui au gel des frais de scolarité! Oui à une dégelée du grand frais à André [Pratte]!”

      N.B. Ceci est de l’humour teint d’une pointe de désobéissance civile; il ne s’agit ni d’une menace, ni d’une incitation à la violence à l’endroit de l’homme de droite qu’est André Pratte… pour être ben certain… au cas où…

      Mathieu Savoie – Montréal, QC – http://www.procosom.com

    • ne t’inquiètes pas pour ta job et ton journal…il n’y aura pas de boycotte…si ça n’a pas fonctionné avec le “ournal de mourial” quand PKP a flushé tous les employés pendant on ne sait plus combien de mois pour les remplacer par des scabs à distance, je ne vois pas les gens cesser de lire “la presse” à cause d’un sondage vite et mal fait…pour ce qui est des éditorialistes, là vous avez un problème que le “ournal de mourial” n’a pas…il n’y a personne pour porter ce titre dans ce journal…

    • Cessons de jouer au petit Joe Connaissant et soyons simplement honnêtes et vrais.» Vous savez: je préfère recevoir une assiette pleine de bonne nourriture plutôt qu’une assiette qui me fait engraisser et qui me fait mourir peu à peu.

      Vous avez le droit d’aimer ou de ne pas aimer. Pour ceux qui ne prennent jamais le temps d’aller voter, mais qui par contre prennent le droit de chialer, je vous laisse le soin d’aller au restaurant de votre choix pour recevoir encore une fois une assiette vide de sens.

      Pendant que des municipalités au Québec donnent des contrats de gré à gré à des petits amis, Marianne et Éric risquent toutes leurs économies pour démarrer une entreprise.

      Pendant que les deux paliers de gouvernement subventionnent les compagnies pétrolières à hauteur de 2,8 milliards de dollars par année, Joe se demande comment il va réussir à faire le plein cette semaine.

      Pendant qu’une mine chinoise obtient 400 millions de nos gouvernements pour acheminer 50 millions de tonnes de fer qui sera transformé en Chine et qui voyagera par voie de chemin de fer, financé en majorité par la Caisse de dépôt, jusqu’au port de Sept-Îles, Alain se demande si son entreprise passera l’année.

      Pendant que l’État québécois payera la plus grande partie de la facture de 330 millions pour construire une route qui permettra à Stornoway Diamond Corporation d’extraire des diamants et du zinc sur notre territoire, Marie et Charles se retrouvent sans emploi chez Aveos.

      Pendant que des ministres du Parti libéral siègent quelque temps à l’Assemblée nationale et se votent des lois pour retourner ensuite sur le marché du travail dans les mêmes secteurs d’activité, là où ils se sont voté ces mêmes lois, des enfants et des familles entières crèvent de faim.

      Pendant que la Caisse de dépôt perdait 40 milliards et donnait des primes à ses dirigeants pour se payer à peu près tout ce qu’ils veulent, Jacques et Chantale se disputent parce qu’ils ont des problèmes d’argent.

      Pendant que certains de nos petits amis de la fonction publique se payent des soirées mondaines pour supposément planifier n’importe quoi sauf notre avenir, Maryse ne sait pas si elle va pouvoir donner un cadeau à sa fille pour sa fête.

      Pendant qu’Hydro Québec vendait secrètement l’île d’Anticosti à Pétrolia, prétextant ignorer le potentiel gazier de 30 milliards de barils, et où trois ex-employés d’Hydro-Québec siégeaient sur le conseil d’administration de cette même Pétrolia, le gouvernement du Québec continue à nous endetter et à plonger dans des déficits.

      Pendant que Pierre-Marc Johnson négocie en secret, sans aucune légitimité, l’intégration du Plan Nord dans l’Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union Européenne, formant ainsi un cadre stratégique taillé sur mesure pour les intérêts de Power Corporation, Richard dort dans une boîte de carton.

      Pendant que le Québec s’enlise et s’enfonce, un gang de politiciens, de fonctionnaires et de magouilleurs continuent à nous saigner à blanc. Avons-nous les gouvernements que nous méritons? Avons-nous à ce point le contrôle sur qui nous gouvernera? Comment se fait-il que la démocratie nous a conduits à ce genre de système merdique de corruption et de manque de sensibilité? Est-ce normal que ce soit les étudiants qui manifestent, alors que ce sont nous les parents qui payons des impôts et des taxes visant à financer un système qui fonctionne tout croche!

    • la presse est infiltrée par québec solidaire

    • woyons, me semble que je viens de lire cet article dans ta rubrique “chronique”…

      je lis double !

    • Je ne répéterai pas ce qui a été dit mille fois ici. Ok, je vais peut-être souligné le caractère totalement sans aucune nuance d’André Pratte, juste pour ajouter +1 au compteur de sa popularité sur ce poste.

      Je voudrais simplement souligner des exemples d’inconfort sur des trucs lus dans La Presse qui montre son manque de nuance et de neutralité devant la nouvelle.

      Cette semaine, un sondage a été relayé dans différents réseaux sociaux qui exprimait que 65% des gens s’opposaient à la hausse des frais de scolarité (Sondage Harris-Décima). Quelques heures plus tard, on retrouve la même nouvelle sur La Presse qui titre: “Une faible majorité des Québécois pour le gel ou la baisse | Paul Journet | Conflit étudiant” (depuis le titre a été édité, on a rayé du titre le “faible” sans doute après que plusieurs lecteurs indignés aient fait le commentaire que ce titre était carrément fallacieux, parce que faible majorité ça peut tout simplement vouloir dire un groupe assez nombreux pour qu’on les considère, sans que ce soit assez nombreux pour détenir une majorité de plein droit de 50+1)…

      Dans le même ordre d’idées, il suffit de regarder la manifestation d’hier pour voir le choix de mots très “pondéré” de La Presse quant à la quantité de manifestants. En début d’article on lit clairement: “des dizaines de milliers de personnes” alors qu’on aurait facilement pu annoncer un plus positif et plus réel: “Au moins 100 000 personnes selon les différentes sources” ce que l’auteur annonce pourtant plus bas. Pourquoi ce choix de mots? Pour minimiser l’impact et le poids du nombre. Parce que les lecteurs paresseux ne s’aventurent pas plus loin que le titre ou au mieux, le premier paragraphe… Et ça votre ligne éditoriale le sait.

      Et je ne reparlerai même pas du sondage risible dont tout le monde parle plus haut…

      Bref, en tant que lectrice pleine de libre-arbitre, je suis en mesure de dissocier les gens de leur employeur et de voir dans chacun des chroniqueurs de la Presse, le signe d’une autonomie de pensée relative. Mais pour le journal lui-même? Non, je n’achète pas. Désolée.

      Nous ne sommes toutefois pas dupes.

    • ben moi je demanderais a André Pratte de cesser d’ecrire les messages que Charest lui demande d’écrire….. c,est a croir,e à le lire, que votre edito en chef a son bureau ds les bureaux des Liberaux….. C,est indigeste…..! Bon retour M. Lagacé!!

    • Voyons si j’ai bien compris:

      L’Équipe éditoriale de La Presse, c’est «Fox News», Fair & Balanced

      L’Équipe Chroniques, c’est MSNBC

      et l’Équipe Journalistique c’est Al Jazzira…

      Sur papier, c’est boiteux mais sur le web… â tient la route!

    • … Ça tient la route!

    • Je peux sûrement compter sur les doigts d’une seule main les articles que j’ai lu de vous. Non pas pas désintérêt mais parce que je lis un autre quotidien à tirage très réduit, pour ne pas le nommer. Je dois dire que je trouve votre article très intéressant. Je viens de vous découvrir. Bravo !!!

    • Je suis comme Max43211 abonnée à un autre journal… mais je vous lis régulièrement, tout comme je vous suis au Francs-tireurs. Et vous êtes, à mon avis, un journaliste très crédible. Et je ne suis pas certaine que vous ayez le caractère pour vous laisser dicter vos chroniques. Continuez votre excellent travail, quoiqu’en pensent certains. Il y aura toujours des détracteurs. Il est impossible de plaire à tous. Et on aura, nous, toujours besoin, de bons journalistes pour scruter l’actualité.

    • M.Lagacé…..ça aussi c’est de la nouvelle:

      http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/05/23/jeanne-reynolds-medaille-lieutenant-gouverneur_n_1539811.html?ref=mostpopular

      Pourquoi La Presse ne l’a pas souligné?
      Louise April(Laloue)

    • @souverain, WOW! Quelle vivacité d’écriture? Des faits, qui sont les personnes qui ont saccagé à 2 reprises le bureau de MMe.Beauchamp,un petit indice y’en à même un semble t-il qui est un leader étudiant)? Qui à empêcher les employées du siège social de la SAQ de r’entrer au travail? Qui à bloquer l’accès au port de Montréal? Qui est entré par éffraction et tout saccagé au bureau de Loto-Québec? Qui ne respecte pas les injonctions? Qui à saccagé un des pavillons de l’Université de Sherbrooke? et j’en passe… Je l’avoue je ne pourrais et personne je crois ne pourrait vous fournir la liste des noms, ils ont oublier de prendre les présences.

      Comme disait le vieux philosophe! Pour avoir une vue d’ensemble il faut s’élever au-dessus de la mêlé.

      R.Caisse

    • Ma-gis-tral.

      Il est souvent difficile de voir les deux côtés d’une médaille.

      Le résumé est fort apprécié, de même que la perspective (puisque j’ai cheminé des deux côtés, autant comme militante convaincue [à l'époque] que [u]minorité active[/u] contribuable qui compense pour les excès des baby-boomers qui n’ont pensé qu’à leur nombril issu d’une manne démographique artificielle et démesurée [désormais]).

      M. Lagacé, quoi qu’en disent vos détracteurs, votre plume est particulièrement pertinente, acérée et ciblée. Bravo et merci pour le travail accompli afin de cultiver la masse. Bien que ce soit difficile, ne lâchez pas prise et continuez d’avoir le courage de vos convictions.

    • Je tiens à remercier la population du Québec de tous mon cœur…surtout tous les gens qui ont écrit ici et pris la peine de relevé le manque de nuance de M. Pratte et compagnie, et peut être…de la mise en page !!! La quantité, la justesse et la pertinence de la presque totalité des commentaires m’épate ! Je dois aussi remercier, La presse qui les publient ! C’est tout à votre honneur et vous prouvez que vous êtes un grand journal qui mérite sa place et son poids dans l’opinion publique québécoise. Nous sommes tous au courant que la page éditoriale vous appartient…mais quand un gouvernement tente de s’attaquer aux droits démocratiques de la population du Québec, vous vous devez, de vous élever au dessus de la mêlée partisane. Nous sommes vos lecteurs et nous vous l’avons signifié très fortement !
      Pour le travail des autres journalistes, blogueurs et chroniqueurs, merci !
      Et en passant M. Pratte peut être devriez-vous appeler Pierre Paradis…Il serait peut être le temps de changer de chef !

    • http://www.acrimed.org/article3831.html

    • Les médias ne sont peut-être pas pour M.Charest mais ils ont mal traité les étudiants. Cette presse a pris trop de temps pour (ou n,a pas voulu) comprendre ce que les étudiants revendiquaient.

      Il suffit de réécouter les interviews du mois de mars pour se refaire une meilleure idée de comment nous en sommes rendus là: http://youtu.be/uAoxKP_f7NU http://youtu.be/i6HLAaf22og http://youtu.be/uAoxKP_f7NU

    • À tous les André-Pratte-tistes: je ne suis pas un fan, je le lis peu. Vous lui faites de la publicité gratuite.

    • Vous tutoyez Christian Bégin. C’est révélateur. Ou vous le connaissez personellement, ou c’est une façon polie de le mépriser. Expliquez.

    • @rej056 23 mai 2012-21h05
      Vous écrivez : «bla bla bla.. … Je l’avoue je ne pourrais et personne je crois ne pourrait vous fournir la liste des noms, ils ont oublier de prendre les présences.»
      Oublié de prendre les présences ?
      Ça madame ou monsieur, ça s’appelle parler à travers son chapeau.

      Quand la police arrête des gens, la première chose qu’ils font c’est de demander l’identité !
      Vous voulez parler de «dégâts» sérieux ?
      Regardez ce que votre Don Charest a fait avec VOS taxes depuis qu’il a les deux mains sur le volant…
      Doubler le déficit à 220 milliards au rythme de 10 milliards par année avec pour résultats un système de la santé du tiers monde, un système d’éducation mal foutu, des routes qui coûtent trois bras, la mafia qui s’en met plein les poches et le MAPAQ qui fait refaire ses douches au coût de 360,000.$
      Pour avoir de la crédibilité , faut cesser de se comporter en brebis de la bergerie libérale !
      Bêêêêêê…..

      Robert Alarie

    • Bonjour M. Lagacé,

      Permettez-moi de débuter en vous disant que j’apprécie à sa juste valeur votre intégrité et votre professionnalisme. C’est donc avec tout le respect qui vous est dû que je me permets ces quelques lignes de dissension à votre article «Conflit étudiant : il n’y a pas de ligne de parti» (La Presse, 24/05/12).

      Dans une société qui se prétend démocratique, la manipulation des média de désinformation par leurs propriétaires (lire «Desmarais, PKP & Co ltd») est un travail fort délicat. D’autres auteurs (Chomsky, Herman et autres) ont évoqué la nécessité de bien endoctriner les principaux acteurs de la société, en la personne de ce qu’on appelle parfois «l’élite intellectuelle» dont vous faites manifestement partie de par votre position. Voyons-y de plus près.

      Un journal comme La Presse marche sur une corde raide. Son propriétaire veut polariser l’opinion publique en direction du néolibéralisme effréné qui lui permet de multiplier ses profits, alors que ses impératifs financiers l’obligent à satisfaire le public et à maintenir son image d’objectivité journalistique. Dans cette optique, La Presse doit habilement conjuguer information, désinformation, candeur journalistique et basse propagande. Comment s’y prend-on ?

      On débute par engager des chroniqueurs tels que vous et les confrère/consœur que vous mentionnez, et à qui on laisse une liberté d’expression suffisante pour bien faire reluire le vernis de la respectabilité.

      Ensuite, on met en place des éditorialistes à la Pratte & Co ltd qui se chargent de la propagande inavouable qui représente l’objectif premier du journal. Évidemment, on sélectionne ces gens là en fonction de leurs opinions personnelles de façon à garantir qu’eux aussi suivent leur conscience et se sentent parfaitement «libres» dans le «meilleur des mondes possibles».

      De par sa position de journal francophone le plus lu par l’élite qu’on veut endoctriner, La Presse est susceptible de recevoir les scoops les plus croustillants. Vous en avez d’ailleurs fait une liste non-exhaustive et la publication de ces articles rajoute de la cire bien brillante sur le vernis d’objectivité que le journal se doit de maintenir.

      Là où le bas blesse, c’est dans ces moments stratégiques ponctuels où La Presse intervient ou s’abstient d’intervenir, et ce avec des effets particulièrement sournois.

      Quelques exemples représentatifs ?

      Durant toute l’existence du journal, une «grève étudiante» a toujours été appelée une «grève étudiante», jusqu’au début de celle qui nous préoccupe ici. Pourtant, La Presse a rapidement emboîté le pas lorsque Jean Charest et sa clique ont décidé de réécrire le dictionnaire et d’étiqueter la grève étudiante sous le nom de «boycott». Cette dérive éditorialiste pernicieuse manquait clairement de rigueur linguistique ET journalistique, et suivait clairement la «ligne du parti».

      Suite aux négociations avortées de Mme Beauchamp, on s’est par ailleurs permis de publier des sondages non-probabilistes indiquant, au moment le plus opportun, que la majorité des Québécois était «en faveur de la hausse». Un sondage probabiliste allait plus tard démontrer que ceci n’était qu’un grossier mensonge qui arrivait juste à point dans un débat où le gouvernement pédalait effrénément pour reconquérir une crédibilité perdue depuis fort longtemps. Là encore, la «ligne du parti» est suivie à la lettre lorsque cela compte le plus.

      On pourrait mentionner l’article de Gabrielle Duchesneau dont les différentes versions (Wep et papier) ont montré comment on débute avec un article objectif faisant état de la brutalité policière à son égard, pour finir avec une version insipide, plus en accord avec la «ligne du parti».

      Lorsqu’on arrive au sondage prétendant que la population appuyait majoritairement la loi 78, nous ne sommes nullement devant une «maladresse». Dans le contexte actuel, il m’apparaît au contraire qu’il s’agissait d’une autre manœuvre délibérée, stratégiquement positionnée pour appuyer le gouvernement au moment le plus opportun et le plus important, alors que tous les média sociaux et alternatifs laissaient clairement présager que la loi 78 ne «passerait jamais» auprès de quiconque se soucie de notre charte des droits.

      Je suggère de finir avec les agressions gratuites des policiers face à vos confrères de La Presse qui, selon moi, auraient mérité une première page dénonciatrice sévère. Les trois caméras délibérément brisées de vos collègues de CUTV et les multiples agressions au poivre que le caméraman a subit auraient pu s’ajouter de façon très éloquente à la liste des offenses contre le droit de presse par la police, depuis le début de conflit. Si votre employeur prenait vraiment sont rôle au sérieux, il lui serait intolérable de voir ses journalistes et l’institution qu’ils représentent se faire traiter de façon aussi cavalière par les forces de l’ordre.

      À vous lire, M. Lagacé, je soupçonne que vous êtes de bonne foi; vous semblez croire que votre laisse est suffisamment longue et je crois vous entendre déjà prétendre que vous n’en avez même pas ! Cependant, je ne suis pas du tout convaincu que vous réalisiez la pernicieuse manipulation dont vous et vos lecteurs êtes victimes. Peut-être est-il temps de prendre un «congé volontaire» un peu plus long et d’acquérir ainsi une perspective encore plus large ?

      Pour conclure, il est en fait fort probable que M. Charest suive La Presse religieusement, histoire de savoir ce que les braves gens reçoivent comme «information». Je soutiens également que le «boycott» de La Presse par les gens soucieux d’être bien informés est un réflexe tout à fait sain et parfaitement justifié par les évènements, récents et moins récents. Pour ma part, je ne lis pas les quotidiens officiels pour être renseigné, mais bien pour évaluer les limites que l’on veut imposer à l’information citoyenne.

      Vous noterez finalement mon utilisation du terme «boycott», vu que celui de «grève» n’est clairement pas applicable ici !

      Éric Athlan
      Enseignant «pour un moratoire et des états généraux menant à un débat social en bonne et due forme sur le financement des universités»

    • ovni

      @ ovni 24 mai 2012 04h33

      vous écrivez : “Vous tutoyez Christian Bégin. C’est révélateur. Ou vous le connaissez personellement, ou c’est une façon polie de le mépriser. Expliquez.”

      et si ce n’était que de la politesse?

    • @eric.athlan 24 mai 2012-15h36
      Félicitations et merci pour la maturité, la dignité et la probité de votre intervention.
      Vous réalisez que vous êtes la «terreur» des brebis libérales qui se font un plaisir tordu de faire passer les souverainistes pour une bande de BS tout comme Don Charest se fait un plaisir obscène et diabolique de faire passer TOUS les étudiants en grève pour des «casseurs» ?
      Votre contribution renouvelle ma fierté d’être un VRAI Québécois !
      Mes respects monsieur !
      Cordialement,
      Robert Alarie

    • @souverain: souverain un jour souverain toujours? Je pourrais dire autre chose? BLA,BLA,BLA,

    • Aucun problème avec la plupart des journalistes.

      Les gros, gros problèmes, ils sont chez les éditorialistes.

      Je suis capable de faire la différence.

      De toute façon ce n’est pas en nous désabonnant de la Presse que nous atteindrions notre cible.

    • Vous voyez, c’est justement parce qu’il y a de plus en plus de gens instruits au Québec que nous ne tombons plus dans le panneau des sondages non scientifiques et des grosses manchettes en une qui accouchent d’une souris.

      J’ai été titreuse six ans, ente autres choses… alors…

      Surtout, ça prouve que l’éducation ne sert pas SEULEMENT à gagner notre vie mais aussi à former notre jugement et notre sens critique. Et à voter de manière éclairée. Ça, le gouvernement aime moins…

    • Un score de sondage à la Poutine en une. Dans le Devoir, les mentions de réserve du barreau et du conseil du patronat et un éditorial avec des majuscules, et pas dans le titre.

      La Presse a plein de journalistes professionnels, mais pour la une , la mise en pages et les éditoriaux, c’est de la désinformation. Il n’y a que quelques personnes dans ce journal au fait de son véritable fonctionnement, les Pratte, Dubuc etc, les décideurs de la une et les fabricants de sondages à réponses prévisibles. Les autres y sont pour donner bonne impression.

      Évidemment qu’on ne va pas demander à Foglia de faire une chronique vantant Charest ou le fédéralisme. C’est pas aussi pire que le Journal de Montréal, mais plus insidieux.

      Si vous n’y voyez rien, retournez à l’école, j’espère que les frais n’auront pas trop augmenté pour vous.

    • Salut Patrick,

      Je suis tard dans ce thread alors peut-être que tu ne le liras point…peut-être que c’est déjà dit aussi plus haut, mais essentiellement c’est André Pratt votre sable dans l’engrenage…C’est M Pratt qui est celui qui ôte souvent la crédibilité à la Presse. Cet homme est comme un vieillard qui regrette le bon vieux temps, assis sur son balcon, une petite laine sur ses épaules, vieux chat sur ses genoux, qui rumine, et rumine encore…malheureusement c’est qu’il sévit en première page votre homme….il teinte donc le reste de votre journal une fois lu…Tu as déjà bouffé une entrée beaucoup trop salée? rien a faire après, le reste du repas goûte le sel…même dans un grand resto avec le meilleur sous chefs.

      Fais plusieurs fois que je passe tout près de canceller mon abonnement tellement M Pratt ménerve profondémement. Une telle mauvaise foi est rarement vue ou lue…

      Ce qui me retiens chez vous pour le moment…Toi et ta gang, mais combien de temps encore ferez-vous contrepoids à la mauvaise foi? Va savoir

      Eric Kanske

    • Pourquoi votre ”La Presse” ne parle t’elle pas du jeune dans le coma, la colonne vertébrale cassée suite une charge le dos de la part d’un ”agent de la paix”? Ha oui, j’oubliais.

    • jonaslatendresse 23 mai 2012 22h52

      —–

      Un exemple probant du manque de nuance d’une opinion. Il n’y a pas d’atteinte aux droits démocratiques des québécois; aux contraire.

    • Je trouve le video anonymous sur Sagard hal-lu-ci-nant…

      En plein le moment de montrer que vous pouvez parler de tout, sans banaliser, monsieur Lagacé…
      Merci!

    • Le problème de La Presse ce sont ses propriétaires, des gens de droite, anti-syndicaux et anti-mesures-sociales-équitables-exigeant-un-partage-de-la richesse. L’exemple du pétrole est significatif, les libéraux, leur parti de service, leur attribue pratiquement tous les droits pour… quelques financent à la caisse et des miettes insultantes pour la population et son territoire.

      La seule solution est de se désabonner de cette machine à propagande. Si Le Devoir comprenait qu’en ajoutant quelques pages sur le jardinage, les sports et autres badinages, il attirerait plus de lecteurs et rendrait un grand service aux Québécois.

      Pratte, Dubec, la Gagnon et une couple d’autres pourraient faire une entrée triomphante à l’Institut des dinosaures Économiques de Montréal.

    • Mon bon Monsieur Lagacé…

      http://www.journaldemontreal.com/2012/05/31/un-oubli-qui-fait-jaser

      Vous avez été un bon soldat pour votre journal avec la présente entrée de votre blogue. Mais regardons quand même les faits: ça fait deux fois 10 jours que La Presse se fait donner des leçons d’intégrité journalistique par… le Journal de Montréal ! Sacrebleu, mon bon Monsieur Lagacé: le Journal de Montréal parvient à rosser La Presse sur le plan de la qualité de l’information !!!

      Je veux bien qu’on vive une période troublée, mais là, ça commence à être franchement n’importe quoi.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • TWITTER

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    mai 2012
    L Ma Me J V S D
    « avr   juin »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives