Patrick Lagacé

Archive du 27 avril 2012

Hier, dans La queue du chien, j’y allais d’une montée de lait dénonçant le jeu du gouvernement : laisser pourrir la situation avec les étudiants, quitte à ce qu’il y ait de la casse, quitte à ce que Montréal soit en proie à du chaos ponctuel, pour récolter des points aux urnes. Wag the dog, disais-je, à propos de cette tentative de diversion qui a fait ses preuves en politique.

André Pratte, ce matin, dans La Presse, me rejoint, dans un style plus sobre, et se demande : « (Et) Si les libéraux voyaient un intérêt partisan dans la prolongation de la crise ? »

Michèle Ouimet, elle, fait écho à la sortie de Robert Dutil — ou plutôt devrais-je dire Robert « Laissez les policiers faire leur travail » Dutil, tant il se refuse d’ordinaire à commenter tout travail policier susceptible de venir gratter dans la cour de sa famille politique — qui a carrément accusé Gabriel Nadeau-Dubois, porte-parole de la CLASSE, d’inciter à la violence : « La CLASSE, manifestement, encourage la violence. [...] C’est un mode opératoire qu’ils ont adopté et c’est malheureux. »

Passons sur le fait que l’incitation à la violence est une infraction criminelle, passons sur le fait que le SPVM a déjà dit publiquement que les manifs qui dégénèrent sont le fruit de casseurs qui ne sont pas forcément reliés à la CLASSE et qu’on a donc ici un ministre de la Sécurité publique qui accuse publiquement un individu sans avancer de preuve, se substituant aux flics, passons sur le fait que le ministre de la Sécurité publique traite — selon les mots de Jean Lapierre, ce matin, chez Paul Arcand — comme l’« ennemi public numéro un ».

Ce qui apparaît de plus en plus clair, c’est que s’il y a des élections prochainement au Québec, le Parti libéral ne va pas se battre contre le PQ et la CAQ.

Le PLQ va faire campagne contre la CLASSE, incarnée par Gabriel Nadeau-Dubois.

Comment je disais ça, hier, dans ma chronique ? Ah, oui, « faire oublier l’essentiel », l’essentiel étant l’insatisfaction des Québécois face à ce gouvernement, usé par neuf ans de pouvoir et un tas de scandales où les amis du pouvoir avaient, curieusement, des rôles.

Et il n’est pas dit Jean Charest, cette bête politique splendide, ne réussira pas à faire oublier l’essentiel. Il y a tellement de gens qui font des pipis nerveux à la seule pensée de GND et de la CLASSE…

Lire les commentaires (373)  |  Commenter cet article






publicité

  • TWITTER

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    octobre 2009
    L Ma Me J V S D
    « sept   nov »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité