Patrick Lagacé

Patrick Lagacé - Auteur
  • Patrick Lagacé

    Patrick Lagacé aime le journalisme : « Cette profession permet de vivre des aventures et d'être payé pour le faire », dit-il.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 25 avril 2012 | Mise en ligne à 9h59 | Commenter Commentaires (206)

    La CLASSE et sa vision d’une « négociation »

    Antoine Robitaille du Devoir, le vlimeux, m’a pris de vitesse : il a sorti dans l’édition de ce matin de son journal un papier sur les membres du comité de négociation de la CLASSE. Alors que je posais des questions là-dessus, hier soir, Antoine devait être en train d’écrire…

    Donc, la CLASSE s’est choisie l’hiver dernier quatre délégués pour la représenter dans un éventuel comité de négociation. Il s’agit de Shanie Morasse, Philippe Lapointe, Justin Arcand et Nicolas Lachance-Barbeau. Tous les candidats devaient présenter un texte pour mousser leur candidature. Or, trois des candidats sélectionnés — Mme Morasse, M. Lapointe et M. Lachance-Barbeau — en ont profité pour décrire leur vision de ce qu’est une négociation, dans le contexte actuel.

    Je les cite…

    Shanie Morasse :
    « Plusieurs raisons m’ont poussé à vouloir me présenter sur le Comité négociation de la CLASSE. Je crois que dans la vie je ne suis pas vraiment portée à vouloir aller sur ce genre de comité, je n’aime pas négocier, je n’aime pas les fédés et je n’aime pas le gouvernement. Par contre, j’aime faire des bilans. En fait, avant qu’un ami m’en parle un peu à la blague je n’avais jamais pensé imaginer me présenter sur ce comité.

    Philippe Lapointe :
    Ce comité, dit de négociation, devra non pas négocier, mais exiger. En déposant un cahier de revendications et en servant de courroie de transmission entre le congrès de la CLASSE et la table de rencontre avec le gouvernement, le comité servira à démocratiser le processus de discussion avec le gouvernement. Il n’est pas ici question de représenter les intérêts étudiants, mais bien de servir de délégué, sans pouvoir décisionnel

    Nicolas Lachance-Barbeau :
    La première fois que je me le suis fait demander, je n’avais pas l’intention de me présenter sur le comité de négociation. J’ai répondu que d’aller m’assoir avec les gens du ministère de l’éducation était contre mes valeurs. Puis je me le suis fait redemander. J’ai répondu la même chose. Plus je donnais cette réponse, et plus on me le demandait. J’ai finalement compris que c’est justement PARCE QUE c’est contre mes principes qu’on me le demande.

    Interloqué, j’ai écrit à Gabriel Nadeau-Dubois, porte-parole de la CLASSE, pour lui demander des explications. La CLASSE va aller négocier quoi, avec la ministre Beauchamp, si l’essentiel de son comité de négo promet de ne pas… négocier ? Réponse de GND :

    Cela dit, l’essentiel de ce qui y est écrit ne doit pas être pris à la légère: les lettres ne reflètent pas un refus de négocier, mais un refus de prendre des décisions sans consulter les assemblées. Les membres du comité de négociation sont, comme moi, des porte-paroles. Ils n’ont pas le pouvoir de refuser ou d’accepter des offres.

    Leur rôle est simple, en fait: discuter avec la délégation du MELS pour en tirer le plus possible. Aller chercher tout ce qu’ils et elles peuvent aller chercher. Lorsqu’une offre formelle sera faite, les membres du comité de négociation iront présenter cette offre dans les assemblées générales, qui l’accepteront ou la refuseront. C’est sur ce point, je crois, que les lettres sont intéressantes: notre comité de négociation est formé de gens qui ont à coeur nos principes de démocratie directe et de décentralisation. Et c’est pour cela que les lettres insistent sur le fait “qu’ils n’ont pas le goût de le faire”: cela n’est-il pas le meilleur moyen de se protéger contre les dérives autoritaires qui peuvent naître si facilement dans ce genre de contexte?

    Depuis leur élection en février, ils et elles ont eu-e-s de longues heures de lectures, de formation et de préparation. Ils et elles sont tout à fait prêts et prêtes et le Congrès de la Coalition leur fait totalement confiance pour accomplir leur mandat!

    Dans sa réponse, le porte-parole de la CLASSE souligne l’aspect humoristique des mises en candidature. C’est vrai, il y a de l’humour dans certains passages, notamment quand un des candidats parle de sa cravate à motifs de canards, que je n’ai pas inclus dans mon courriel à GND, justement parce que ça n’a pas de lien avec le noeud (moi aussi j’ai le sens de l’humour*) de mon questionnement.

    S’ils ne vont pas négocier, ils vont faire quoi ?

    Négocier, ce n’est pas exiger. C’est du troc. C’est transiger.

    Ce qu’on lit là, c’est le contraire d’une négo. Pour le vase clos de la militance de la CLASSE, peut-être que c’est simplement l’expression de convictions en acier trempé. Mais pour la moyenne des ours, c’est de la mauvaise foi crasse, j’en ai bien peur.

    Aucun rapport : c’est peut-être formidable, la démocratie directe, le refus global d’une quelconque autorité. Peut-être qu’à l’intérieur de la CLASSE, c’est un mode d’interaction idéal qui comble les membres et les « instances » de bonheur. Mais pour interagir avec le monde extérieur, c’est de la bouillie pour les chats. Pour le monde réel, c’est loin d’être commode. C’est pas sérieux.

    je l’ai écrit, je l’ai dit cent fois : rien ne pouvait justifier, ces derniers mois, même avant la grève, le refus de Québec de négocier avec les associations étudiantes. Mais pour la CLASSE, quand je lis ces mises en candidatures, quand je lis les justifications de Gabriel Nadeau-Dubois, je me dis qu’à la place de Line Beauchamp, pas sûr que j’aurais envie de négocier avec des gens qui a) n’ont pas de mandat de négocier b) confondent les verbes exiger et négocier c) ont parfois même comme valeur de ne pas négocier d) clament avoir pour valeur de ne pas s’asseoir avec des gens du ministère de l’Éducation.

    *Cravate, noeud… Boudoum-pouishe.


    • Laissez la chance de courir aux coureurs M. Lagacé…

    • Je souhaite les voir négocier. Ceci étant dit. La porte semblait fermer d’emblée pour un recul sur les hausses des le départ. Aussi, les injonctions pendant la trêve, ce n’était pas une bonne idée. La manif d’hier soir non plus. Et celle de ce matin… Vas falloir que quelqu’un se lève. Jai grandement confiance en Martine Desjardins par ailleurs. A suivre, hein ;)

    • Bof… Typique événement qui est une nouvelle pour un journaliste du genre de M. Lagacé mais une non-nouvelle pour la population en général. Non seulement vous condamnez ces jeunes rétroactivement, mais en plus, pour quelque-chose qu’ils n’ont pas encore fait.
      Malgré leur langue de bois, ce ne sont pas des politiciens professionnels. Leur orientation politique les porte évidemment à écrire/dire ce genre de choses.
      Bien entendu, après 10 semaines de grèves, je ne pense pas qu’ils vont voir la ministre pour faire les fanfarons. Ils sont plus intelligents que ça. 100% d’accord avec dlwahomps.

    • On les entend vouloir accéder aux études supérieures mais ils ont des mentalités de syndiqués.Ça va être beau plus tard.

    • Faut-il absolument être surpris de ce que vous rapportez ce matin, M Lagacé ?

      En passant : ” … ils et elles ont eu-e-s ” , ni de E ni de S. :-)

      Tourlou.

    • Nous sommes rendus là M. Lagacé, je suis d’accord avec les étudiants, il est grandement temps d’exiger et non de négocier. L’éducation n’est pas un privilège négiciable, c’est un droit universel qui devrait être gratuit même à un niveau supérieur. Le Canada l’a reconnu en 1976 en signant un traité international:

      http://www2.ohchr.org/english/law/cescr.htm

    • Honnetement je comprends pas comment ils pensent negocier si justement ils veulent pas le faire. Ils ne cessent de dire qu’ils n’ont pas ce mandat la sans en parler aux assemblees. Ca va donner quoi au final? Des que le gouv. va mettre quelque chose sur la table ils vont demander de suspendre la seance le temps de demander une assembler et de demander ce qu’ils font avec ca? Ca n’aurait pas de sens! J’ai bin de la misere a comprendre la CLASSE. Ils veulent absolument “negocier” mais quand vient le temps de le faire, personne ne veut y aller… Ils chialent et sont prets a faire des manifs, faire de la casse (oui c’etait dans leur mandat meme s’ils tentent maladroitement de le cacher) mais rendus a “faire la job” ils baissent les bras…

    • Compromis et jeunesse…c’est drôle, mais d’après moi ça ne va pas ensemble. Comme dans : la ministre de l’éducation veut discuter et pour ce faire elle engage un avocat spécialiste en négociation qui travail pour un des plus gros bureau d’avocats, qui s’occupe de construction au Canada. Plus de 700 avocats(spécialistes en construction) qui s’occupent de tout ce qui touche, de près ou de loin éa ce domaine, des l’achat de terrain, à la soumission.

      Mme La ministre n’est plus à la table de discussion.
      De plus il n’y a pas grand chose à négocier avec des avocats, quand le principal point en jeu en est un définir l’avenir de nos Universités dans le Québec de demain.
      Vous y voyez des compromis à faire…

    • On dit “article” et non “papier”, merci. Cela dit, j’ai bien hâte de voir le dénouement de cette rencontre.

    • Si l’assemblé n’est pas équitablement informé des différents point de vue et des tenants et aboutissant du jusqu’au boutisme de leur “représentant”. Comment peut-on parler de démocratie direct?

      Ces assemblés sont une foire de désinformation ou on bafoue la démocratie en refusant un vote secret et en exigeant un vote à main levé.

      On se drape de la blancheur de la démocratie directe pour en fait, mieux limiter le débat et l’échange d’information.

      Ce sont en faites des partisans du totalitarisme nouvelle mouture.

    • La ministre Beauchamp n’avait pas une meilleur attitude, il y a quelques jours. Ne refusait-elle pas de négocier?

    • Patrick – cette “démocratie directe” est au mieux de la bouillie pour les chats, au pire un voile machavélique pour faire croire au p’tit peuple étudiant qu’ils ont du pouvoir au détriment de leurs propres dirigeants.

      Dans toute organisation, c’est ben d’valeur, mais le p’tit peuple, y’est suiveux. Y va dans la direction que ses dirigeants ont choisie. Mais c’est de l’excellente politique que de faire croire au p’tit peuple que c’est lui qui mène, que ses dirigeants n’ont le pouvoir de rien.

      Ce que ça fait, c’est que ça solidifie le pouvoir des gens en place, jusqu’à ce qu’il doive se passer quelque chose, que ces dirigeants doivent rendre des comptes…parce qu’ils se rendront rapidement compte, ces dirigeants, que démocratie directe ou pas, quand ca foire, c’est pas le p’tit peuple qui se fait mettre à la porte, ce sont les dirigeants…

    • @bsforever,

      C’est quoi une mentalité de syndiqués? C’est-tu comme Cammalleri, membre du prestigieux syndicat des joueurs de hockey professionnels, un des plus riches au monde?

    • Laissez la chance aux coureurs, exactement.

      C’est l’école de la vie pour eux. On a tous été idéalistes, la plupart d’entre nous avons appris sur le tas l’art du compromis, de la négociation, du gagnant-gagnant. Laissons donc nos jeunes avoir leur tour sans les discréditer à chaque détour.

      Ils vont fort probablement s’en tenir à leur mandat-qui-n’en-est-pas-un jusqu’à la première offre “finale”. En constatant que ça devient ingérable, ils vont devoir aller se chercher un mandant fort de représentation (la FEUQ et la FECQ vont s’impatienter aussi). Ils vont continuer à faire les choses comme il se doit.

      Si la ministre avait accepter plus tôt de négocier, la CLASSE aurait été confronté il y a belle lurette à l’impasse où mène sa démocratie directe mur à mur. Au lieu de ça, on a tenté de lui faire comprendre l’importance du pouvoir exécutif à coups d’injonctions, de matraques et de bombes lacrymogène.

    • …Quand je lis des trucs comme ça, c’est fou comme ça me fait regretter de ne plus avoir 20 ans et de ne plus être à l’université. Ce que j’aurais du plaisir à me «pogner» avec ce type de dialecticiens à la noix, comme je me «pognais» à l,époq.

    • Très bon papier M. Lagacé. Ça me prouve une fois de plus que les gens de la CLASSÉ vivent dans leur monde parallèle, parfois utopique, inconscient du comment le vrai monde fonctionne.
      Surtout, cela démontre à quel point le discour de la CLASSÉ était “fôné” lorsqu’il demandait de pouvoir s’asseoir à une table et négocier avec le gouv, alors qu’il apparaît clair qu’ils n’en ont pas la moindre intension. Si les négociations avec le gouv échouent, le réflexe naturel ne sera plus de blâmer le gouv, mais plutôt la CLASSÉ.
      La CLASSÉ, de part ces convictions trop extrémistes, se sera encore une fois éloigner d’une victoire, juste pour avoir raison.

    • Pas d’accord avec beaucoup d’interventions… En quoi ces représentants peuvent exiger?
      Vous exigez? En contrepartie, j’exige que la casse cesse! J’exige de pouvoir me promener librement et en sécurité dans mon quartier, j’exige que l’on me respecte en tant que citoyen payeur de taxes!
      Une exigeance en vaut bien une autre!

    • @Anonymous99

      “il est grandement temps d’exiger et non de négocier”

      Même si c’est au détriment des plus démunis? Les frais de scolarité sont deux fois plus haut en Ontario qu’au Québec. Pourtant, en pourcentage,, il y a plus de gradué année sur année chez nos voisins. Pire le taux de décrochage est le double au Québec qu’en Ontario. Le problème est en amont, au primaire et au secondaire.

      Investir plus en éducation, j’en suis mais désolé, je ne mélite pas pour enrichir l’élite du futur.

    • Ca me rassure de voir que je suis aussi bien représenté.

    • Rien à cirer des pseudo-négociateurs qui ne croient pas à la négociation.

      La seule “négociation” ce sera la prochaine élection.

      Entre deux élections, on demande au gouvernement de gouverner.

      Jean Émard

    • Laisser la chance au coureur, encore faut-t-il être sur la ligne de départ.
      … on nage dans l’utopie, 1 semaine d’attente à chaque offre pour avoir un refus ou une acceptation… voyons donc.
      L’éducation est un droit, mais les étudiants ne sont pas les seuls a avoir des droits, les travailleurs aussi, les payeurs de taxes aussi. C’est ça aussi une société, je ne suis pas libéral, mais ce gouvernement pour lequel je n’ai pas voté me représente, il n’a pas juste à répondre aux ‘droits’ des étudiants.
      Et franchement cette CLASSE qui approuve et encourage la désobéissance civile, à la limite les gestes de violence (si on ne touche pas l’intégrité physique…) ne pensez vous pas qu’ils ont aussi des devoirs. Ils font partie d’une Société qu’ils doivent respecter, manifestez comme vous voulez mais il y a quand même une limite dans les gestes à poser. Il y a aussi des gens moins favorisés qu’eux qui payent leurs études, pas juste les méchants parasites qui veulent faire de l’argent avec le Plan Nord notamment… désolé mais les méchants parasites sont accessoirement des générateurs de richesse et des créateurs d’emplois.

    • Incroyable de vous lire ce matin mais surtout décevant …………..depuis le début du conflit ceux qui ont les trébunes ne font qu’ajouter de l’huile sur le feu quand j’attends certain de vos collegues les cheveux me dressent sur la tete ….surtout quand ils rient de la cause des étudiants pour 325dollars pendant qu’eux profitent des garderie a 7dollars je me garderai une petite gene de le dire publiquement….c’est une exemple d’injustice!!!!

      Laissez donc une chance a ces négos

    • Les associations étudiantes ne sont pas représentatives des étudiants et la plupart des étudiants ne s’intéressent pas à leurs associations. C’est d’ailleurs tout à fait normal. Voici pourquoi.

      Un étudiant typique est au CEGEP pendant 2 ans. Pas pendant une carrière (35 ans)! Quand on entre dans une carrière où on espère durer 35 ans, il est normal de s’intéresser à l’association qui cherche à nous représenter. Il est normal de s’investir un peu dans cette association. Mais pas quand on compte demeurer dans un domaine pendant seulement 2 ans. Ou 3 ans pour ceux qui vont à l’université.

      Ces associations étudiantes intéressent surtout les gens de sciences humaines et représentent sans doute les intérêts de ce groupe fort particulier. Elles représentent mal ceux qui se trouvent dans les départements et les facultés les plus prestigieux ou exigeants académiquement.

      Voilà pourquoi on erre quand on attache de l’importance à ces associations étudiantes. Ces associations parlent pour un certain groupe d’étudiants, c’est clair. Elles sont sans doute assez représentatives des étudiants en sociologie, philosophie, sciences politiques, histoire et littérature, mais SANS PLUS. Elles ne parlent pas pour LES étudiants.

      Les étudiants sont d’abord et avant tout des INDIVIDUS. Ils ne demeurent pas assez longtemps au CEGEP où à l’université pour s’intéresser à une association étudiante.

      Arrêtons de mentir en disant que la CLASSE représente “100 000″ (sic) étudiants, ou que la FEUQ en représente 80 000. La CLASSE représente les 200 étudiants qui se sont présentés au congrés du week end dernier. Etc.

      Les associations étudiantes représentent plus qu’UN individu. Elles représentent sans doute l’opinion de 20 à 40 % des étudiants, mais pas plus.

    • Je ne vois rien là-dedans qui soit si anormal. Si j’avais à élir quelqu’un qui négociera pour moi, je vais prendre le plus ferme et le plus têtu. Se déclarer contre la négociation est en soit une stratégie de négociation. De plus, votre interrogation peut facilement être aussi pointée vers la ministre qui est veut bien négocier sans parler des frais de scolarité.

    • La statistique disant que 50% de la population est analphabète fonctionnel, c’est-à-dire incapable de comprendre en entier un texte écrit se confirme ici.

    • Lors d’une mannifestation, un porte parole ma demandé si j’étais “Game“ de briser une fenêtre pour 50$…

    • @ nike
      Ça ne doit pas se faire au détriment des plus démunis, les étudiants qui réussissent auront amplement le temps de payer leurs taxes et impôts lorsqu’ils travailleront.

      Moi, je suggère de faire payer l’éducation et la santé par la Banque du Canada qui créé le crédit électronique aussi facilement qu’un simple clic de souris, n’oubliez jamais que l’argent n’a plus de substance depuis la faillite struturelle des USA et du Canada qui ont donnés leur pouvoir monétaire aux banquiers privés, depuis ce temps, tout le monde est endetté …

    • Salut,

      Je crois que tu as oublié de mentionner un point important.Beauchamp nous répète
      ad nauseam depuis plus d’un mois que l’augmentation des droits de scolarité est non négociable,qui provient du verbe NÉGOCIER. Serait-ce que Beauchamp a des affinités avec la Classe.

    • “Donc, la CLASSE s’est choisie l’HIVER DERNIER quatre délégués pour la représenter dans un éventuel comité de négociation.”

      Je peux savoir à quelle date ces textes ont été écrits?

      Et où on peut voir le texte complet des candidats ?

      Merci

    • @M.Lagacé
      J’aimerais bien vous entendre sur les recteurs d’université qui vont en congrés a 500 dollars la chambre d’hotel alors p-e que les associations étudiantes n’ont pas tord en demandant d’aller piger aux bons endroits!!!!

    • Je sympathise avec la ministre Beauchamp.

    • honorable

      25 avril 2012
      10h41
      Les associations étudiantes ne sont pas représentatives des étudiants

      Est-ce que le cabinet Gowlings est représentatif de la population du Québec, puisque ce sont les gens attachés à ce bureau(10 cabinets dans l’ensemble du Canada) qui sont assis devant les étudiants.

      Eux ils parlent d’avenir(les étudiants) et notre gouvernements leur parle juridique et comptabilité.
      Un choix de société ça vous dit quelque chose, ou si vous ne voyez nos jeunes comme des colonnes de chiffres qu’il faut caser quelque part.

    • Si c’est comme ça, alors, en tant que contribuable, j’EXIGE que la hausse soit augmentée davantage pour couvrir les dépenses liées à la grève.

    • @honorable

      Je suis bien d’accord avec vous. Une info de vendredi dernier m’a frappé et je suis surpris qu’on n’en parle pas plus. À l’université Laval, les 11700 étudiants diplômés ont voté à 54% pour la grève. Voici les résultats du vote : 243 pour, 199 contre, 7 abstentions. Donc une participation de 3,8% des membres, et une grève votée par 2,1% des membres. Le vote était à main levée mais, dans ce cas-ci, c’est un détail. Le taux de participation indique à quel point ce vote était une farce.

    • Mais quand va-t-on mettre un E aux Boycotteurs et mettre sous tutelle tout ceux qui auront une moyenne inférieure à 2.2 comme le prévoit le règlement aux Études de l’UQAM? Ne voyez vous donc pas que vous faites rire de vous? C’est la lie des étudiants qui négocie actuellement. Y’a pas un étudiant qui négocie en ce moment qui est sorti du CEGEP avec une moyenne supérieure à 80% et n’oublions pas qu’ils étaient en sciences humaine sans math. Programme le plus facile. Programme « Idiot proof »

    • Bon il était temps que les journalistes fouillent un peu plus sur ces associations. Depuis le début de cette grève, j’ai trouvé que les médias ont pris un peu trop à mon goût le côté des étudiants, en particulier la CLASSE. Cellle-ci qui a part vouloir manifester n’apporte jamais aucune solution concrete. Une grande question qui me tracasse est comment se fait-il qu’il y a 3 associations alors que nous avons 2 types d’établissement d’étude post-secondaire soit le CÉGEP et l’Université.

    • Peut-être qu’un petit cours de français à la base serait nécessaire: négocier ne veut pas dire exiger: UN DROIT N’EST PAS UN DÛ; démocratie ne veut pas dire tout faire ce qu’on veut; enjeux de société ne veut pas dire enjeux pour une petite gang; baby boomers ne veut pas dire crosseur, égoîste, nombrilisme, etc.. et violence veut dire violence, sous quelque forme que ce soit.

    • @Anonymous99

      Le problème c’est que des “étudiants qui réussissent” Il y en a moins au Québec qu’ailleurs! Ou pourtant les frais sont deux fois plus élevé et qui vont payer autant de taxes.

      Donc si on veut avoir plus de gens à l’université qui vont payer plus de taxe. Il faut investir au primaire et au secondaire. En amener plus à la porte de l’université.

      Baisser ou geler les frais à l’université ça donne RIEN. C’est jeté de l’argent à l’eau. Les faits le prouvent.

      Pour ce qui est de financer des programmes avec la banque du Canada. Je vous suggère de lire un peu plus sur notre système économique.

    • La CLASSE bafoue la démocratie en refusant de négocier.
      Le gouvernement appartient au peuple, par le peuple, pour le peuple.
      On ne peut tout exiger du peuple unilatéralement.

      Mais bon, ces tatas ne sont pas capable de respecter une trêve de 48 heures, ou condamner la violence en moins d’une semaine de débat sémantique, alors comment pourraient ils/elles agir de façon responsable et démocratique?

      Dommage, les étudiants n’ont plus aucune chance, représentés par cette racaille violente, armée et infiltrés par des éléments criminels et des casseurs professionnels.

      Ils vont perdre leur session, et rien gagner en retour.
      Une relation perdant-perdant. Mais si ça les excite…

      B Plante

    • Comment se fait-il que des policiers qui surveillent les manif et foncent dans le tas, en moins de temps qu’il faut dire cuic…comment se fait-il que ces policiers ne réussissent à arrêter que des étudiants et pas les casseurs…..qu’est-ce qui se passe…..y aurait-il des étudiants de Nicolet en
      service commandé…..je me pose de sérieuses questions sur les arrestations versus les casseurs….
      D’ailleurs, ce n’est pas dans l’intérêt de la classe de briser pendant les négo, au contraire…donc, A QUI profite les crimes? Elémentaire mon cher Watson!

    • Donc, 4 étudiants vont recevoir des propositions et exiger des éléments du gouvernement pendant 3 jours sans jamais pouvoir rien donner en échange car ils ne sont pas les représentants de la CLASSE. Ils vont retourner en assemblées pour savoir si ces propositions sont suffiantes pendant 2-3 jours, et retourner voir le gouvernement ?

      C’est quoi une négociation pour un désarmement nucléaire ou la trève de la 3e guerre mondiale ?

      Également, si on suit à la lettre le fonctionnement de la CLASSE, un référendum devrait être une condition non négociable suite à la proposition du gouverment car la CLASSE ne représente qu’une infime partie de la population, et comme la CLASSE le dit, aucun représentant ne peut être délégué. Donc la CLASSE ne me représente pas et ne peux donc pas statuer sur le fait que je suis d’accord ou non, tout comme la position du gouvernement.

      Conclusion, tout réglement, loi, buget, etc devrait être systématiquement adopté par voix de référendum uniquement.

    • La CLASSE c’est du n’importe quoi. N’ont-ils pas dit jusqu’à tout récemment qu’ils ne s’asseoiraient jamais avec la ministre sauf si elle acceptait de geler les frais de scolarité. La ministre n’a jamais reculé sur ce point et là la CLASSE est assis à la table de discussion.

      Exiger, exiger… on dirait des enfants-rois qui n’ont jamais eu un refus dans leur vie.

    • Pourtant, le gouvernement ne semble pas savoir ce qu’est une négociation, lui non plus. Une négociation, ce n’est pas demander à l’autre partie d’abandonner ses revendications avant de discuter, comme le faisait auparavant Line Beauchamp.

    • Rien de nouveau. Le conflit depuis le début se résume à 2 groupes qui ne veulent pas bouger de leur position.

      C’est juste que les étudiants essayaient de faire croire qu’ils voulaient négocier, question de faire mal paraître le gouvernement qui ne voulait rien savoir, alors qu’on sait que pour eux, c’est le gel ou rien.

      La CLASSE discrédite la cause étudiante depuis le début. Même les carré rouge commencent en avoir marre, c’est tout dire.

    • Toujours en train de critiquer le journaliste:
      @lionking: Il citait le communiqué de M. GND. Apprends à lire!
      @ggb77: Papier ou article… on s’en fou!

      Apprenez à comprendre l’idée générale de l’article… Un peu le problème de la CLASSE et cie en ce moment. Ce n’est pas grave si on oublie de barrer un “T” ou de mettre un point sur un “I” une fois de temps en temps, il faut regarder à long terme et juger ce qui est de mieux pour les futurs générations. J’en ai tellement plus à dire sur ce sujet mais pas assez de temps!

    • Hmmm… ainsi donc, que la ministre tarde à vouloir aller négocier avec un groupe disons — pour être charitable — un peu échevelé dans son approche, c’est de l’intransigeance — déchirons plusieurs chemises sur la place publique et comparons le sort de nos étudiants à celui des Tunisiens ou des Syriens, tiens.

      Que les négociateurs de ce groupe — demeurons charitables — promettent dans leur propre mise en candidature au comité de négociation qu’ils feront preuve de la plus indécrottable mauvaise foi, et qu’ils ne font entre les termes “exiger” et “négocier” pas plus de différence qu’entre — oh, prenons un exemple au hasard — “se dissocier” ou “condamner”, là, ça c’est le bel idéalisme triomphant de la jeunesse!

      Hé ben… sémantique quand tu nous tiens…

    • La CLASSE n’est pas intéressée au gel des frais de scolarité, ni à la génération actuelle et future des moins bien nantis. Sinon pourquoi casseraient-ils ou encourageraient-ils la désobéissance civile? Son agenda est tout autre. Cherchez sur internet: l’agenda caché de Gabriel Nadeau-Dubois et vous allez comprendre que condamner la violance et le vandalisme n’était pas dans l’intérêt de l’organisme dont il est le porte-parole. On n’enlève pas au maçon sa truelle sans le laisser désoeuvré. Pourquoi 7 jours plus tard et une journée de négociation pour concocter une résolution. Quand on est intelligent, “ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément.” Voir: www.fm93.com/audioplayer.php?mp3=130606 et vous pourrez faire un lien avec leur participation à la manifestation contre la brutalité policière qui année après année se plait à faire de la casse. Le site de cet organisme masqué logerait-il à l’U. de M.? Quelqu’un l’a déjà affirmé et il disait que nous serions surpris de qui se cache sous les masques.

    • @PL

      Je crois qu’ils veulent dire qu’ils ne sont pas des “négocieux”. Comme un peu un politicien qui veut administrer des programmes, amener du changement, pas serrer des mains dans des soupers-spaghetti et charger 1000$ par couvert dans une soirée où il fera un discours.

      J’ai un ami qui travaille avec un patron qui n’aime pas trop travailler. Tout le monde veut travailler pour ce gars là, parce que le travail effectué n’est jamais tabletté ou inutile, l’efficience est à 100%, on ne te demande jamais de faire ce qui a déjà été fait.

      C’est peut-être la même chose avec ces jeunes. Ils ne voudront pas négocier à outrance, pouce par pouce, tirer sur la couverte, etc. Ils ne sont pas des passionnés de ce genre d’échange. Ils devront s’arranger pour être efficients dans leurs négociations.

    • Soupir.

      Combien de fois faudra-t-il répéter: les représentants de la CLASSE n’ont aucun pouvoir. AUCUN. Il est impossible de négocier sans pouvoir, ça va de soi.

      Le congrès de la CLASSE demande le gel des frais de scolarité. Les négociateurs ne peuvent pas demander autre chose. Si la ministre arrive avec une offre, les négociateurs de la CLASSE ne peuvent pas la refuser ni l’accepter.

      C’est la moindre des choses pour une organisation qui a la volonté de répondre au maximum à l’idéal démocratique.

      Le pire, ceux qui critique l’organisation de la CLASSE qui carbure à la démocratie directe sont aussi ceux qui inventait des histoires de manque de démocratie dans les associations étudiantes.

      Il y en a vraiment qui préfère le cynisme à l’idéalisme.

    • Le problème actuel est très mal présenté et mal compris par l’ensemble de la population sans parler de l’ensemble des médias.

      La CLASSE a raison; il n’est pas question de “négocier” il est question de
      1) exiger de garder un “choix de société” décidé depuis 1963
      2) Présenter un “bilan” de l’administration gouvernementale des dix dernières années(et même plus)
      3) De faire comprendre à tous que le “désintéressement” actuel de la population envers la politique est causée par la “farce oligarchique” déguisée en “démocratie représentative” qui ne laisse aucun pouvoir au citoyen.

      Que les “délégués” par la CLASSE n’aient aucun pouvoir, c’est tout à fait normal parce que ceux qui ont le “pouvoir” en question, ce sont les membres de la CLASSE eux-même. C’est exactement ça qui est la vraie démocratie: Gouverner le peuple par le peuple et pour le peuple.

      Si cela ne vous intéresse pas, nommer vous un “berger” qui continuera de vous traiter comme des moutons; mais faites-le clairement et cessez de venter votre foutue démocratie hypocrite.

      André Lefebvre

    • @Anonymous99
      Bin justement, avant de penser gratuité universelle au Qc, commencant en tant que collectivité a penser au 2/3 des jeunes sur la planète qui n’ont pas accès a des études post-primaire.

      Ce débat est d’une hypocrisie malhonnête. Le jour ou nous paierons le juste prix pour tout nos biens (i.e. en payant les ramasseur de bananes, les assembleurs de Iphone), a ce moment nous pourrons envisager de mettre nos frais universitaires a zéro.

      Pour le moment, les étudiants agissent comme de petits égoistes privilégiés.

    • @nike il y a une différence entre sous-financé et mal-financé.

      Je pense que beaucoup de gens ici on besoin de regarder le vidéo “les 8 mythes sur la hausse” mais vous ne le ferez pas… n’est ce pas?

    • @ Anonymous99

      Vous avez raison au sujet des banques; ce sont des entreprises privées. C’est officiel au USA mais caché au Canada. Par contre, il est facile de s’en convaincre au Canada, puisque les banques vendent des actions que tous peuvent acheter à la bourse.

      Le problème est que la Banque des USA qui “imprime” les devises est, elle aussi, une banque privée. De sorte que lorsque le gouvernement américain a besoin d’être financé, il doit emprunter de l’argent à une banque privée et payer de l’intérêt. Toute la finance internationale devient alors une “propriété” de cette banques américaine à qui tous doivent de l’argent. Un pays qui doit de l’argent aux USA est un pays qui doit de l’argent à cette banque privée.

      André Lefebvre

    • Quand le cancer est pogné, comme c’est le cas dans la famille libérale comme tout le monde sait, ou bien on ne fait rien, ou bien on traite. La CLASSE fait partie du coktail actuel (chimiothérapie) qu’il faut administrer sans réserve, même si ça peut sembler être ¨ de la mauvaise foi crasse¨ pour ¨la moyenne des ours¨. Le traitement choc qui semble déjà nécessaire (opération-élections) permettra d’enrayer ce cancer.

    • C’est bien de parler des “aptitudes étudiantes” pour la négociation; mais que dire de cet “avocat privé”, ami de Jean Charest, qui est engagé pour “négocier” avec les étudiants?

      Le gouvernement n’est pas assez “compétant” pour négocier avec des étudiants???

      Remarquez que ceux-ci ont démontrer pouvoir s’exprimer plus clairement et plus précisément que le gouvernement, mais je ne croyais pas qu’il puisse l’admettre en engageant un avocat du privé pour le faire.

      André Lefebvre

    • Deux poids deux mesures

      Imaginez si le Gouvernement envoyait du monde à la table pour qui négocier était contre leurs valeurs aussi?

      Les étudiants, ce ne sont que des enfants … considérons-les comme tels.

    • Hier (mardi) des étudiants du secondaires ont séché leurs cours en appui aux Cégeppiens. La semaines prochaine, ceux du primaire le feront et dans 2 semaines, les bambins des garderies aussi se mettront de la partie. Vive l’enfant-roi.

    • … ça serait comme de négocier pour creuser un puit de gaz de schiste sur ma terre. C’est NON! Pas à 50 mètres de la maison, pas à 100 mètres, pas à 200 mètres. NON c’est NON. C’est pas négociable. Je salue en passant le travail des représentants étudiants qui tiennent leur bout.

    • C’est à cause de remarques comme celle-là que M. Cyr vous plaçait dans la même catégorie que Gendron, Martineau et vos chers éditorialistes à La Presse.

      “Aucun rapport : c’est peut-être formidable, la démocratie directe, le refus global d’une quelconque autorité. Peut-être qu’à l’intérieur de la CLASSE, c’est un mode d’interaction idéal qui comble les membres et les « instances » de bonheur. Mais pour interagir avec le monde extérieur, c’est de la bouillie pour les chats. Pour le monde réel, c’est loin d’être commode. C’est pas sérieux.”

      Après pas loin 12 semaines, vous n’avez toujours pas compris comment la CLASSE fonctionne. Il me semble que ce n’est pas compliqué pourtant. La CLASSE, c’est la courroie de transmission des associations membres vers le niveau “national”. Chaque délégation, lors des congrès, prend position selon ce qui a été voté dans leur assemblée générale respective. Les mandats adoptés à la CLASSE doivent donc être soutenus par la majorité des 60+/- asso. membres. Les porte-paroles, que ce soit GND, Jeanne Reynolds ou les membres du comité négo., doivent ABSOLUMENT s’en tenir aux mandats qui leurs sont attribués par les membres. Ce sont nos EXÉCUTANTs et pas le contraire!

      C’est pour ça qu’ils n’ont pas la liberté de toujours dire ce que les journalistes/ministres veulent entendre.

      Pour terminer, je dirai que “le monde réel” ce n’est certainement pas celui des médias où tout est
      à présent instantané. La vraie démocratie, elle est lente, elle prend du temps.

    • @LeDevoirBLOG

      Moi je connais quelqu’un qui a parlé à une personne qui lui a téléphoné jusqu’à l’infini…Tu manque tu t’attention

    • “Négocier, ce n’est pas exiger. C’est du troc. C’est transiger.” Peut-être dans un monde idéal, la négociation, c’est faire du troc, mais dans la réalité, il y a deux types de négociation: une basée sur les intérêts et une sur les positions. Le gouvernement a dit être ouvert à recevoir les étudiants à la table de négociation, mais sont inflexibles sur la question de la hausse. Il demeure donc sur leur position tout en s’assurant de remplir leur obligation de bonne foi(qui est plus idéologique que légale dans ce cadre-ci puisque cette négociation n’est pas encadrée par le Code du travail.) La CLASSE utilise la même stratégie en disant ne pas vouloir négocier, mais en se présentant tout de même à la table de négociation. C’est une stratégie coercitive qui peut quand même donner des bons résultats. Le temps nous le dira…

    • Si le taux de décrochage n’était pas si élevé chez les Haïtiens, si davantage d’entre eux se rendaient au cégep et à l’université, nous aurions probablement eu des manifestations semblables à celles de Montréal Nord, et les frais de scolarité seraient peut-être gelés, maintenant. Car si les flics ont le coup de matraque facile lorsqu’il s’agit d’étudiants désarmés, il en va autrement lorsqu’ils sont confrontés à un réel danger…

    • Vous êtes surpris ?

      La CLASSE et Nadeau-Dubois sont des idéologues d’extrême gauche qui honnissent le capitalisme et la démocratie.

      Nadeau-Dubois a déjà affirmé que les droits de scolarité ne sont qu’un prétexte pour transformer la société et mener un combat idéologique plus large.. ??

      Ces jeunes anarchistes de la CLASSE vaguent sur l’impopularité de Charest dont je suis un ardent détracteur comme 75% des Québécois.

      Il faut que jeunesse se passe dirait mon défunt père…

      Léo Bureau-Blouin a de la classe contrairement à la CLASSE!

    • vous aimez les références culturelles monsieur Lagacé tout comme moi et qui suis aussi étudiant
      Je demande de vous rappelez d’un film que vous avez écouté jeune ( que vous avez aimé ou non c’est à votre discrétion) Sissi face à son destin. Lors du voyage du couple impérial en Italie, je ne me rappel pu quel ville… il me semble que c’était Milan, l’empereur invite toute la noblesse à l’opéra et à un souper officiel ou ils pourraient discuter de l’avenir de l’italie et voir Romy Schneider dans une autre belle robe ( ma copine ne s’en lasse pas ). Par protestation
      les nobles ont envoyer pour l’opéra et le souper leurs valets et leurs serviteurs à leurs place pensant humilier le couple impérial qui à jouer le jeux et les ont traités comme des invités de marque!
      Le paralle peut être intéressant avec la situation actuel ou l’on envoie pour négocier… une blague !
      parlant de démocratie direct… j’ai une question… si la ministre s’assoie et demande – quel sont vos recommandations ? – gratuité scolaires ! ( ministre ) – et quoi d’autre ??
      Les négociateurs de la CLASSE sont ils autorisés à prendre des initiatives ? oubien doivent ils retourner en assemblé pour revoter ?

    • C’est un procés d’intention que vous faites. Jugeons sur l’acte et le résultats du négotiations. Seulement alors on verras la bonne foi.

    • La position du gouvernement depuis 12 semaines n’est pas une position de négociation non plus. Si vous voulez chercher les poux, je pense que le gouvernement devrait commencer par faire son mea culpa. Souvenez-vous donc que le 5 avril quand Line Beauchamp montrait son semblant d’ouverture, elle était catégorique que les hausses n’étaient pas à l’ordre du jour. Charest a réitéré ce point-là récemment. Et rien ne prouve encore qu’il ait changé d’idée. Alors, les leçon de morales sur la négociation, vous pouvez en faire ce que je pense. Nous avons deux camps qui se sont radicalisés et dont la responsabilité première incombe au gouvernement. C’est lui qui avait les moyens et les ressources de dénouer l’impasse qu’il a au contraire élevée en barricade toujours plus infranchissable.

      C’est sûr que bien du monde aimeraient que les étudiants se présentent à la table en agneaux dociles prêts à se faire égorger par des négociateurs aguerrit. Votre papier est dans ce sens-là.

    • Je suis heureux de voir que ces gens ont des principes (sic « J’ai répondu que d’aller m’assoir avec les gens du ministère de l’éducation était contre mes valeurs.» ). C’est juste dommage que le sens des responsabilités ne fassent pas parti de ces valeurs. Dommage aussi que Patrick Lagacé s’en soit aperçu sur le tard… Pour plusieurs d’entre-nous, Joe le plombier compris, les revendications étudiantes et la forme qu’elles ont prise, révélaient justement un refus d’assumer des responsabilités de base…. par principe.

      Patrice Ouellet

    • « L’instruction ne guérit pas la bêtise, elle lui donne des armes. »
      Nicolás Gómez Dávila

    • Frédérick De Grandpré ( le négociateur ) serait plus qualifié… et pour ceux qui aurait des doutes on pourrait lui donner comme assistant Horacio Caine question de lui donner un peu de flaire.
      Imaginer – Bon tous le monde la CLASSE vous donnes le mandat de négocier avec le gouvernement pour vous familiarisez avec votre nouveau job nous vous avons acheté toute les saisons du Négociateur et de CSI Miami prenez le temps de les écoutez pour comprendre comment vous devez agir!
      - Mais Gab on a pas le temps pour toute écoutez sa !
      -humm ne vous en faites pas ! le gouvernement veut que l’on condamne la violence on a juste a dire qu’on ne peut pas se prononcer la dessu avant notre assemblé général.
      -mais c’est pas un peu stupide ???
      - pas stupide voyons ! c’est de la démocratie direct :D

      résulta ! durant la trève pacifique on a simplement droit a de la casse tard le soir et des bombes fumigènes et les libéreaux de retour dans les sondages !
      J’ai hate de voir le bultin de fin d’année

    • Attendez tous que la génération d’enfants d’aujourd’hui soient des adultes dans 15 ou 20 ans..Après avoir passé dans les systèmes d’état en grande majorité, de la petite enfance a l’université, brainwasher par des éducatrices en garderie et professeurs écolos-gauchites-communistes-syndiacalisés……On a encore rien vu…

    • Je rappelle que Beauchamp n’avait rien mis sur la table de négociation lorsqu’elle s’est dite ouverte à une rencontre. Elle voulait parler décoration. Refaire jouer la cassette concernant la bonification des prêts et bourses, les règles de remboursement, mais pas question de toucher à la hausse.

      Si je ne m’abuse, le montant annuel que le gouvernement engrangera dans cinq ans correspond à peu prêt aux dépenses du Plan Nord sur une base annuelle.

      Il est où le principe d’utilisateur-payeur de Bachand pour les minières?

    • Je lis ces textes et je vois que ces jeunes ne connaissent pas la valeur de la démocratie et de la négociation; ils ne connaissent pas la valeur du respect envers une population. Je comprends maintenant le pourquoi des votes à “mains levées” comme à l’époque de Duplessis en fin de compte.

    • Et le cirque se poursuit.

      Ok, donc on diminue le montant de la hausse, mais on monte la barre à l’entrée de l’UQAM, et on coupe dans les programmes inutiles?

      Dans 2 ans, tout ces chialeux et casseurs se retrouveront à l’école des métiers, là ou ils devraient être, et on aura la paix.

      T Rightman.

    • Ces propos des “négociateurs” de la CLASSE dénotent un manque de maturité évident. Ils ne confondent pas seulement exiger et négocier mais aussi pays totalitaire et Québec. Mais ça on le savait déjà.

      Il y a et il ya toujours eu au sein de la jeunesse une faction militante qui lisent le “petit manuel de la révolution” et qui cherchent une cause. Ils sont actifs et canalisent les frustrations et les frustrés dans ce contexte se comportent volontiers de manière violente. La majorité silencieuse se fait alors embarquée dans une aventure dont elle n’a pas mesuré toutes les conséquences. L’opinion publique les considère alors tous comme intolérants et égoïstes.

      Les Français d’ailleurs portent un regard sévère sur les jeunes jugés “intolérants” (53%) et “égoïstes” (63%), mais ils estiment à 81% qu’il est difficile d’être jeune (moins de 30 ans) aujourd’hui, selon un sondage Ipsos/Logica Business Consulting pour Le Monde publié mercredi dernier. Si on passait un tel sondage au Québec, on aurait sans doute un résultat qui s’y approche.

      Oui il y a des choses à changer dans notre société mais pour ce faire nous avons besoin d’une jeunesse révolutionnaire (dans le sens de changements) et non d’une jeunesse révoltée. Le danger de la révolte injustifiée aux yeux de la population est de conduire à une “droitisation” du Québec. Ce sera sans doute une des conséquences à long terme.

    • D’accord, mais maintenant: qui sont les négociateur du gouvernement, parce que Mme Beauchamps a mentionnée ne pas être à la table de discussion. Et quel est la motivation de ces négociateurs gouvernementaux? Est-ce que ce sont eux qui prennent la décision finale? Où la ministre? Où le premier ministre? L’ensemble du cabinet des ministre?
      Pouvez-vous faire le même exercice Monsieur le journaliste sérieux?

    • http://conseildepresse.qc.ca/actualites/chroniques/regard-de-la-presse-sur-la-greve-etudiante/ La presse et sa vision de la grève.

    • Je souhaite bonne chance à M. Nadeau-Dubois dans la recherche d’un emploi à la fin de ses études. À l’exception, peut-être, du local 144, aucun employeur ne voudra embaucher un tel “brasseux de m…”. Il aurait dû y penser plus tôt. Je préfère de loin l’attitude plus réfléchie et plus pondérée de M. Bureau. Il ira plus loin dans la vie.
      - Grand-papa Bi

    • Je porte le carré rouge mais tout ceci me déprime profondément.

      De amateurs anarchistes sont mandatés pour négocier avec l’imbuvable «tête de Beauchamp» et les dés sont pipés d’avances.
      Quel piège évident!
      Quelle catastrophe prévisible!
      La cause étudiante ne peut qu’en sortir affaiblie et ridiculisée, au grand plaisir de Charest, à l’aube des prochaines élections.
      Le pire, c’est que je ne pourrai pas me résoudre à voter pour Pauline [taxe-à-l'échec] Marois ni pour le NéoADQ.

      Je songe sérieusement voter pour les Verts. Au moins n’y a pas de politiciens de de carrière et la proportion en scientifiques y est élevée.

    • On ne doit pas dialoguer avec des extrémistes de gauche. Ces derniers veulent instaurer une société communiste où ils seront les maîtres d’une population à leur service.

    • Les étudiants devraient se battre pour un droit à une éducation de qualité, dans laquelle un diplôme serait une preuve d’acquisition de compétences et de connaissance. Par exemple, un diplôme d’école secondaire devrait être une preuve qu’on sait lire et écrire.

      J’appuierais les étudiants s’ils faisaient de telles demandes.

    • Dernière nouvelle: fin de la trêve, la CLASSE attaque le Complexe Desjardins avec des bombes incendiaires.

      B Plante

    • Je me permet de citer une lettre envoyée au Journal Métro le 10 novembre 2011 (lien: http://journalmetro.com/actualites/economie/8294/pas-touche-au-monopole-medical/):

      “François Legault a au moins eu l’honnêteté de le dire clairement en ces termes : «C’est difficile de négocier avec les médecins. La CSN, c’est de la petite bière à côté des deux fédérations de médecins» (La Presse, 23 février 2011). Si la CSN c’est de la petite bière, la FTQ c’est probablement du Kool Aid? Si c’est difficile de négocier avec les médecins, faut même pas penser négocier avec les pharmaceutiques. Avec elles, faut se soumettre et s’exécuter avec «dignité». [...] La vraie dictature de Charest, d’Harper et de leurs ministres, c’est de jouer les matamores avec le monde et les travailleurs ordinaires, pas avec les puissants qui nous exploitent mais qui, par contre, financent grassement leurs partis politiques, les font élire et leur octroient une belle job payante après leur service politique. Ils appellent ça le retour d’ascenseur.”

      Je ne partage pas entièrement l’opinion de l’auteur, mais si Monsieur Lagacé cherche à critiquer la négociation étudiante (du reste, son article est un procès d’intention flagrant), il faudrait aussi voir les méthodes de négociation des groupes d’intérêts autrement plus puissant que le mouvement étudiant. Est-ce que les médecins spécialistes négocient ou exigent au gouvernement? La question demeure entière.

    • La gaffe d’avoir invité la classe. Ils ne veulent pas négocier, ils veulent gagner. Des enfants gâtés à l’os. Comme le disait la Vierge, à Fatima, pauvre Canada(voir Québec). Dire qu’ils sont nos futurs dirigants. Misère.

    • Les petits voyous viennent de lancer d’autres bombes fumigènes dans le métro et au complexe Desjardins. Belle trève! Est-ce que la ministre aura le courage de mettre fin aux “négociations”?

      Souvenons-nous que 70% des étudiants assistant à leurs cours. Et que les votes de boycott sont soigneusement planifiés (noyautage, meetings qui trainent en longueur, etc). La CLASSE ne représente qu’une petite minorité – elle travaille pour la CSN, pas pour les étudiants.

    • Et voilà comment avec des propos comme le vôtre qui justifie le consensus néolibéral, le pouvoir peut se permettre d’exclure la CLASSE de la table! C’est un gouvernement qui mène la guerre… encore une fois elle jette de l’huile sur le feu!

    • Est-ce qu’on pourrait dans ton texte remplacer le mot classe par Line Beauchamps.
      Ce n’est pas elle qui a dit vouloir ouvrir le dialogue, mais que la hausse étaient définitive.
      La négociation n’est pas une affaire d’ours…

    • “We cannot negotiate with those who say, “What’s mine is mine and what’s yours is negotiable.”

      - John Fitzgerald Kennedy

    • @honorable

      Désolé, mais si ça vire de même lors de leurs revendications, ils sont responsables. Sinon, c’est quoi il n’y a jamais de coupables …

      C’est pas les fans du CH qui cassent tout lors de victoires du CH? Mettre n’importes quels exemples.

    • votre article était prémonitoire… la CLASSE expulsé des Négo… mais merci ! grâce à votre article ont peut bien voir dans quel état d’esprit les diplomates de la classe se sont présenté à la table des négos… avec une cravatte canard
      hey les négociations ont du faire … COIN COIN !

    • Ces commentaires vont rendre jalouse la mafia.

    • La CLASSE croit à un système anarchique où la hiérarchie n’existe pas et tout se décide directement en assemblée. Cette philosophie n’a jamais fonctionné et ne fonctionnera jamais parce qu’elle est une utopie rêvée par des penseurs qui ne comprennent rien à la réalité sur le terrain. Cette philosophie oublie la lourdeur d’un tel système particulièrement dans de grands groupes. Elle oublie que des lobbies existent pour faire pencher la balance. Elle oublie que le contrôle médiatique est un frein à l’information diversifiée et non dirigée. C’est aussi une utopie parce que dans les faits, les discussions dans ces assemblées sont fortement influencées par les forts en gueule qui savent user de phrases assassines pour ridiculiser les idées, quand ce n’est pas les gens qui les proposent, jusqu’à décourager toute forme de dissidence par rapport à l’opinion dominante. Le refus de recourir au vote secret démontre clairement que les ténors de cette philosophie cherchent malgré leur beau discours de démocratie idéale à prendre le contrôle et le garder.

      De toute façon, la CLASSE vient de se faire éjecter de la négociation. On peut s’attendre qu’ils dénonceront maintenant la ministre de ne pas avoir voulu négocier avec eux, «pôvres» victimes de la hiérarchie, on s’en fout un peu. C’est malheureux car leurs réactions et les manifestations violentes qu’ils ne manqueront pas d’encourager sous le couvert que personne ne dirige et que c’est spontané en réaction à la violence du gouvernement, ces violence dis-je, feront la bonne fortune de M. Charest qui capitalisera dans les sondages au point où je ne serais pas surpris qu’il s’en tire aux prochaines élections. C’est à ça que mène une organisation sans tête où tous les illuminés se croient capables d’avoir une idée sur tout.

      Alain Michaud
      Pointe-aux-Trembles

    • Pendant ce temps-là, c’est qui qui a foutu à la porte du processus de négociation la Classe? Elle «négocie», la «minisse»?

      Ailleurs: «Now is not the time to make school more expensive for our young people»

      – Ce n’est pas le moment de rendre l’éducation plus coûteuse pour nos jeunes.

      C’est le message du Président Obama, livré sérieusement depuis dix jours…

    • À 14 ans, j’aurais pu écrire une mise en candidature plus étoffée que ce que je lis. Non seulement ces jeunes gens n’ont absolument rien compris ce qu’est une négociation, mais en plus, ils semblent inaptes à le décrire en un français digne de ce nom. Il ne faut pas s’étonner que les “négociations” soient dans une telle impasse en voyant ce que la CLASSE envoit comme délégués!

      Désolé, mais un jeune qui possède l’élogence (et le raisonnement) d’un enfant de 12 ans n’a pas sa place à la table de négociation d’un gouvernement. Si j’étais la ministre, j’aurais énormément de difficulté à les traiter d’égal à égal.

      Maintenant, amenez-nous les vrais jeunes, intelligents, sérieux et avec une tête sur les épaules qu’on en finisse. Ah oui c’est vrai, ils étudient pour leurs finaux, eux.

      R. Guillet

    • joviale1: Je te prie de bien vouloir retourner dans ton CÉGEP régional, la qualité de ton français écrit me préoccupe fortement.

    • Il faut se souvenir que les libéraux de Jean Lesage avaient promis la “gratuité” scolaire pour faire accepter à la population d’exclure le Département de l’Instruction Publique et de le remplacer par le Ministère de l’Éducation.
      Maintenant, que les libéraux de Jean Charest tiennent la promesse de leur vénérable parti si j’ai bien compris le language de leur représentante = Madame Beauchamp…………

    • Avec ces grands négotiateurs, je ne suis pas surpris que la ministre ait exclus la CLASSE des négociations aujourd’hui! C’est quoi ce regroupement de clowns à la CLASSE? J’étais encore à l’université il y a à peine plus de 10 ans et il me semble que c’est un autre monde que je vois aujourd’hui….peut-être est-ce parce-que j’étais dans le pavillon de la gestion. Ils critiquent le comportement du gouvernement mais ils se comportent comme ça lorsque vient le temps de négocier….bravo!

    • ”c’est peut-être formidable, la démocratie directe…Mais pour interagir avec le monde extérieur, c’est de la bouillie pour les chats. Pour le monde réel, c’est loin d’être commode. C’est pas sérieux.”

      Un peu condescendant comme commentaire. La démocratie directe s’est prouvée très utile et efficace à plusieurs endroits dans le monde et ce, à plusieurs moments à traver l’histoire. La démocratie ne s’arrête pas à la facon dont nous la pratiquon aujourd’hui au Québec. Dailleur plusieur pourrais argumenter du fait que dans la pratique il ne s’agit pas de démocratie à proprement parler.

      Pour ce qui est de ces négociateurs de la CLASSE, j’ai toujours cru que les meilleurs politiciens, ceux qui servirais vraiment les interêts du peuple, serais ceux qui ne veulent pas l’être de prime abord, qui ne recherche pas le pouvoir. Même chose pour les policiers, les juges, etc. Je suis donc tout à fait d’accord avec leurs visions de la chose.

    • @ LeDevoirBLOG

      Même votre pseudo sent la fumisterie

    • C’est pathetique. Je suis etudiante en sciences politiques et ce genre d’autoritarisme de gauche est courant. Ma generation est remplie de jeunes qui se croient seuls au monde. Ils croient qu’exiger, c’est seulement bon quand ils le font, parce que eux ils font parti des “bons” et les autres, c’est les “mechants”. Philosophie tellement simpliste que ca en est genant. Ca sonne Paris circa 1791. Je sais bien que la violence n’est aucunement comparable mais le principe est le meme.

    • Laissez la chance de courir aux coureurs qui courent ?

    • La ministre à expulsé la Classe des négociations.

      Félicitations! Je suis fière de vous ma chère dame. Gabriel ne méritait pas moins. Il se croit être le nombril du Québec.

      Maintenant ce que Mme la Ministre devrait faire c’est d’annuler les cours. C’est rendu que des enfants du secondaire vote la grêve. Voulez-vous qu’on se fasse diriger par des enfants de 12 ans à 16 ans? Les directeurs d’écoles secondaire encourage la grêve. Les profs veulent des journées de congés. Coupez donc leur salaire. Ils sauront cest quoi une vraie grêve sans salaire. Dites-moi, vous montrez quoi à la relève. J’ai honte, c’est même gênant ce quil nous arrive. favoriser la grêve à des enfants du secondaire 1 à 5. Où allons nous comme ca?

      Monsieur Charest, vous devez couper le salaire des profs ainsi que les directeurs lorsqu’ils ne travaillent pas. Vous allez sauvez plusieurs millions.
      Si moi je ne travaille pas, j’ai pas de salaire.

    • C’est la même position adopté par Line Beauchamps, mais nous avons attendu de se baser sur ces gestes pour l’accuser, pas uniquement sur certains écrits…

      @honorable

      Déplorable que vous donniez si peu d’importance aux besoins d’associations pour les étudiants en sciences pures, naturelles et autres, puisqu’elle ne se conforme pas à vos préjugés. Les plus grandes associations professionnelles chapeaute la majorité des professions que vous prétendez qui n’ont pas d’intérêt à s’associer, quel paradoxe!

    • @Anonymous99

      Ça va être beau pour l’inflation ça hen!

    • Il faudrait déclarer la CLASSE mouvement subversif et procéder à des arrestations pour incitation à la violence.

      Ca s’en vient…

    • Pourquoi exiger plutôt que négocier ?

      C’est simple, si le gouvernement sait que les étudiants négocient et n’exigent pas, il n’a qu’à imposer une hausse trois fois trop grosse pour ensuite négocier la hausse réellement voulue. Donc, les étudiants n’auraient pas de pouvoir réel. En exigent, les étudiants rendent la tâche plus difficile au gouvernement et se dotent ainsi d’un vrai pouvoir.

      De prime à bord, c’est le gouvernement qui a imposé (voir: exigé) une hausse absurde de 75% des droits de scolarité. Pourquoi les étudiants ne pourraient-ils pas exiger en retour ? Je ne vois ni problème ni contradiction là dedans. Au contraire, arriver à la table de négociation en se disant publiquement prêt à négocier leur ferait contradictoirement perdre leur pouvoir de négociation.

    • Jean Charest se sert des étudiants pour s’assurer un 4 e mandat.
      Les élections sont planifiées pour le 11 juin. quelqu’un qui travaille dans une imprimerie est en train d’imprimer les pancartes de candidats libéraux et la date indiquée est le 11 juin.
      M Charest non plus n’a jamais voulu négocier M. Lagacé.

      Il exige

      et il a besoin des étincelles et du grabuge étudiant pour remonter dans les sondages

      C’est désormais sa seule chance d’être réélu

    • Comment voulez-vous, monsieur Lagacé, que les étudiants prennent ces négociations au sérieux alors qu’au même moment, ils apprennent par le JdeM que” des recteurs s’envolent aujourd’hui pour le Brésil, en Amérique du Sud, où ils logeront dans deux luxueux hôtels. La rectrice de McGill voyagera même en classe affaires pour un montant qui frôle les 9 500 $.”

      Ce n’est pas une forme de violence cela Mme Beauchamp?

    • On n’invite pas à sa table des gens qui ne veulent pas négocier.

      @ epatant

      se déclarer contre la négo est en soi une stratégie de négo ??? Epatant, en effet !!!

    • Mais la ministre vient de rompre les négociations. Et on peut toujours se demander si elle avait plus que les délégés de la CLASSE l’intention de négocier quoi que ce soit.

    • Tout à fait d’accord avec vous (pour une fois!), mais j’ajouterais ce qui suit:

      Il faut absolument aller voir le site de la CLASSE bloquonslahausse.com. On croirait lire un manifeste du FLQ ou des organisations communistes dans le temps où elles voulaient faire la révolution. La hausse des frais de scolarité n’est que secondaire, ce qu’on veut, c’est une révolte, un printemps québécois.

      Il est impossible de croire pour une seconde à une “entente” avec ce genre de mouvement.

      Par ailleurs, le lien entre les casseurs et la CLASSE est maintenant démontré. La manif d’hier était annoncée sur le site de la CLASSE (voir “événements”), les organisateurs se décrivent comme “des militants de la base” (de la base de quoi si ce n’est la CLASSE) et ils se plaignent de la directive qu’ils avaient reçue de reporter “l’événement”.

      Et on veut nous faire croire que la CLASSE ne sait pas de qui il s’agit, que les casseurs sont “infiltrés”. Si on leur permet d’annoncer sur le site web et si on leur donne des directives de “reporter” on doit bien savoir de qui il s’agit.

      Je commence à comprendre pourquoi la CLASSE refuse de condamner le vandalisme…

    • Je sais pas, mais le gouvernemet et sa vision d’une «négociation», quand d’entrée de jeu la ministre dit que la gratuité est hors de question et que la hausse n’est pas négociable…

      Mettons que ça part mal une négociation, n’est-ce pas?

    • En prenant pour acquis que le but de l’exercice est de faire valoir que la hausse des frais de scolarité menace de limiter l’accès à l’éducation, il est primordial de se donner les moyens d’atteindre ce but.

      La mobilisation est une réussite. Comme le soulignent les leaders étudiants c’est la plus grande mobilisation que le Québec ait connu.

      L’autre moyen devant être mis à disposition est d’établir, aussi démocratiquement que possible, le processus de représentation, de négociation et de communications des étapes nécessaires à atteindre le but qu’on s’est fixé.

      Ma suggestion aux groupes étudiants est d’éviter la confusion en établissant les règles claires de ce processus; de donner des mandats limpides et aussi larges que possible. La position du porte- parole de la CLASSE est ambigüe, son pouvoir est trop limité Le consensus se doit d’être bien défini, stable, majoritaire; les factions minoritaires doivent accepter les règles du jeu. Sinon c’est l’anarchie. Ce n’est pas ce que l’ensemble des étudiants et de la population souhaite. Ce n’est pas dans l’intérêt de l’ensemble des étudiants.

      Il n’est pas trop tard pour rajuster son tir. De la clarté s’il-vous-plaît. La démocratie peut ne pas être une entrave à l’efficacité. Ajustez-vous.

      Quant au camp d’en face. Un seul mot me vient à l’esprit: honte. Eh oui… encore.

    • Mparento. 11h18

      Même chose pour toutes nos élections. Une farce.

    • M.Lagacé,

      Un journaliste pourrait demander à la ministre Beauchamp pour quoi elle ne fut
      présente qu’une heure sur quarante lors des négociations?

      Pourquoi une heure, pour négocier ne faut-il pas être présent?

      1/40 ……pas fort de la part d’un gouvernement!!!!
      Louise April(Laloue)

    • Ce sont là des fanfaronnades d’étudiants et vous les montez en épingle! Un bidon d’essence avec ça? Doit-on vous rappeler que certains de vos collègues et certains politiciens maintenant bien rangés étaient marxistes-léninistes dans leur jeune temps.
      La grève a déjà coûté plus cher que ce que va rapporter la hausse des frais de scolarité,( a coûté à nous les contribuables), mais le gvt s’obstine à ne pas vouloir négocier en trouvant un nouveau pretexte chaque jour. Quand ce n’est pas un débat sémantique sur la”violence” ce sont des accusations lancées en l’air, avant que le moindre coupable ou responsable ne soit identifié.
      Franchement!
      Quand je lis les commentaires où l’on félicite le gvt de”se tenir debout”, je me pince. Je pourrais citer des dizaines de chefs d’état qui ” se sont tenus debout” pour le plus grand mal de leurs populations, mais c’est tellement plus facile d’avoir la mémoire et la vue courtes.
      Si cette hausse et tout le brouhaha qui s’en est suivi, contribue à dissuader ne serait-ce qu’un seul jeune de poursuivre ses études, nous aurons tous perdu. Parce que la richesse d’une société ne se mesure pas à l’aulne de la haute finance, des minieres, des grandes entreprises et des cotes de la bourse, mais bien à son niveau d’instruction et de connaissance.

    • Il est temps pour le gouvernement d’interdire les manifestations et de sortir les matraques en cas de non-respect de l’interdiction, le niaisage a assez durer!

    • la classe n,a pas de classe, c’est classé et ils doivent mettre cela au clair-plus de manifs, plus de casse, et des négos civilisées..il me semble que c,”est facile ,, merci

    • Ca donné quoi que le Gouvernement paye les parents pour avoir des enfants si tout ce que nous avons réussi a produire ce sont des enfants-rois. Excusez-moi je suis visiblement ecoeuré…

    • Au moins, on sait à quoi s’attendre de la CLASSE : pas d’hypocrisie et des négos très très serrées!

      On doit s’attendre à quoi du gouvernement Charest? Personne ne le sait. La ministre Beauchamp martèle depuis 11 semaines qu’elle ne cèdera pas d’un pouce dans le présent dossier; le gouvernement aurait-il soudainement changé son fusil d’épaule et accepté de négocier de bonne foi? J’en doute…

      My 2 cents : Charest et sa bande vont faire de cette soi-disant négo une opération de relations publiques en vue des prochaines élections et au bout du compte, ne cèderons sur à peu près rien.

      Fermeté de la CLASSE ou hypocrisie des Libéraux? Je choisis la fermeté…

      SVP, sortez les Libéraux du pouvoir aux prochaines élections… pu capable!

    • emilemazola, 25 avril 2012, 15h33

      Il faudrait déclarer la CLASSE mouvement subversif et procéder à des arrestations pour incitation à la violence.

      Ca s’en vient…

      Entièrement d’accord, assez c’est assez.

    • @Nice
      J’en connais sûrement plus que vous sur le cartel financier et leur main mise sur le gouvernement, nous sommes pas gouverné par aucun gouvernement depuis 1933, année de la faillite struturelle que personne dans le public connait. Moi, je le sait car j’agis dans le domaine administratif privé seulement en étant créditeur enregistré à Washington, pour le gouvernement je ne suis plus un débiteur comme vous.

      @ pc31
      Le calcul du taux d’inflation supposément à 3% est manipulé par la banque du Canada à cause de l’impact sur d’autres calculs dans le système au complet. Ce n’est pas en mélangeant l’achat des meubles, électroniques … avec la nourriture que nous aurons un taux réaliste. Les intérêts usuraires des banquiers n’ont fait qu’augmenter la masse monétaire avec du crédit qui sera impossible à régler. Ça se passe partout sur la planète en ce moment presqu’en même temps, bizarre non ?

    • Les événements vous donnent raison.

    • lalouapril a posé la bonne question…
      Toute simple…
      Toute courte…
      Et qui veut tout dire de tout ce cirque de 48hrs…

      Vous allez la poser cette question-là monsieur Lagacé sur sa présence à la table une seule heure sur les 40?

      Voyons..un peu de sérieux..si elle voulait y être de bonne foi, elle aurait fait fermer le site internet et on poursuit les négos..
      Basic…
      Pas sorcier..

      C’est devenu du n’importe quoi…de faux débats…et plusieurs médias tombent dans ça…

      C’est simple: 11 semaines de grève…on sent la marmite qui bout…et le Gouvernement joue à un jeu…où il danse sur une très fine ligne…très très fine ligne..
      On appelle ça la paix sociale…
      Et il joue avec cela souhaitant gagner des points électorals..
      Du n’importe quoi…

      Donc? 1 seule heure sur 40 avec la Ministre présente?
      Tant qu’à jouer aux faux débats…aussi bien lui demander ça, non?

    • @lalouapril
      J’avais justement la meme question que vous poyurquoi la ministre a été présente qu’une heure a la table sur 40hrs ca démontre sa volonté de négocier?????

      @M.Lagacé
      J’ai tres bien entendue la ministre dire que durant la treve il n’y aurait aucune injection émise que c’était une treve alors expliquez moi alors pour quoi une injonction a été émise?????celle-la je la comprends

      La plupart des casses ont été faite par des casseurs mais si ca plait au gouvernement de tout mettre sur le dos des étudiants a sa guise

      Le gouvernement ne veut pas la classe car présentement la ministre Beauchamp mene une guerre personelle contre Gabriel Nadeau-Dubois

      Et si ils ne veulent pas la colere pourquoi sortir la nouvelle que les recteurs d’université de paie des chambres a 500 sont tres hautain pour voyage en classe réguliere alors si vous continuez d’endoser ca comme québécois pas moi

      J’espere une manifestation pacifique ce soir et que la population réalise que le gouvernement au fond voulait diviser les associations

      1hrs de négo sur 40hrs quelle volonté….

    • Oui, il devrait y avoir des arrestations. La classé est un mouvement anarchiste et ne fait que promouvoir les actes de violences. Ces dirigants devraient être arrêtés et emprisonnés. C’est pitoyable de voir l’attitude de leurn porte-parole. Bonne chance pour un futur emploi, même un syndicat n’en voudrais pas.

    • Quand j’ai lu les déclarations des délégués de la CLASSE, j’ai éprouvé un profond malaise, alors que je suis moi-même contre la hausse. C’est honteux à dire, mais même un enfant de 12 ans aurait écrit dans un langage beaucoup plus constructif. Et dire qu’ils prétendent parler au nom des étudiants…malaise, malaise, malaise!

      La CLASSE vient là d’enfoncer le clou dans ma profonde perte d’estime envers eux, perte d’estime qui a déjà commencé, il y a deux semaines lorsqu’ils ont empêché les étudiants non-grévistes de poursuivre leurs cours. Ils avaient totalement le droit de faire la grève mais ils ne devraient pas pour autant enlever le droit aux autres de poursuivre leurs études (paradoxal, ils réclament le droit à l’éducation mais enlèvent ce droit à ceux qui ne sont pas d’accord avec eux). Dire que plusieurs vont être obligés de refaire leur session à cause de ces individus m’indigne au plus haut point.

      Non pas que le combat et les fins de la CLASSE ne soient pas nobles, mais les moyens utilisés sont franchement inacceptables et indignes de la part d’universitaires. Ils commencent à se comporter de plus en plus comme des syndiqués dogmatiques enragés qui ne tolèrent aucun compromis et préfèrent imposer leurs propres points de vue.

      Mon père lui-même, qui a pourtant été renvoyé d’Aveos, voyait d’un très mauvais oeil, comme la plupart de ses collègues, la venue de ces étudiants dans leur propre petite manifestation d’aujourd’hui. On les comprend, ils craignaient énormément que les grévistes les entraînent dans des ennuis avec la police s’ils se décidaient de pratiquer le vandalisme.

      Juste pour vous dire qu’avec la CLASSE, on n’ira jamais loin comme société.

    • Monsieur Lagacé je ne suis pas d’accord ave vous. Si il y a effectivement manque disons de discours il faut voir qu’il y a des jeunes qui suivent la CLASSE. Si on se dit que c’est aussi un reflet d’une population qui en a plus qu’assez d’un gouvernement irresponsable, corrompu, On ferme pas la porte aux jeunes dans une société parce que leur révolte est souvent le reflet d’une écoeurantite aigue. Cela fait des mois qu’on entend parler de corruption, d’argent dépensé de façon irrégulière ou dépenses incroyablement trop élevées. La lutte des frais de scolarité est un élément. Nous sommes devant une crise sociale. Que leurs discours ou leur rhétorique soit à discuter nous devons aller plus loin. Qui y a-t-il derrière cette grève. Des jeunes qui voient leurs avenirs peu reluisants avec toute les dettes que nous avons laissées à leurs pieds. ECOUTONS NOS JEUNES MÊME SI LE DISCOURS EST AMBIGUEÉ

    • M.Lagacé,
      Se pourrait-il que, par manœuvre électoraliste, John James et sa marionnette aient stratégiquement créé les conditions nécessaires pour faire dévier le débat de l’éducation sur un débat de violence en sachant très bien à l’avance que le PEUPLE Québécois est CONTRE la violence ?
      On en a eu la preuve dimanche dernier avec 300,000 personnes qui ont manifesté PACIFIQUEMENT !
      J’ai UNE question à poser à Charest et sa marionnette : puisque les policiers ont arrêté des vandales, ils ont forcément leurs coordonnées, à savoir si ce sont VRAIMENT des étudiants, et à quel CEGEP, à quelle université ils appartiennent etc…
      Ils pourraient alors PROUVER qui sont les VRAIS casseurs non ?
      Si j’y ai pensé, sûrement que Don Charest aussi y a pensé ; pourquoi alors ne pas utiliser ces «preuves» publiquement ?
      Serait-ce parce que les VRAIS casseurs ne SONT PAS ceux que l’on pense ?
      Poser la question c’est y répondre !

    • Quelle hypocrisie. Le gouvernement n’avait aucune intention de négocier et utilise le moindre prétexte pour discréditer et diviser les associations des étudiants. C’est d’une malhonnèteté inqualifiable.
      Qui pourrait bien être derrière la manif et les débordements d’hier?? Qui a intérêt à faire mal paraitre les étudiants et en particulier la CLASSE? Ça se pourrais-tu que ……….??

      J’espère que la population ne tombera pas dans le piège de charest qui reviens à monter les québecois contre les étudiants pour se sortir du merdier qu’il a créé par son entêtement au lieu de négocier un règlement du conflit attendu depuis 11 semaines.

      Il ne gagnera pas.
      Avec un taux d’insatisfaction de 73% lui, sa ministre dépassée et plusieurs autres mitaines du plq devraient démissionner sur le champs. Ce gouvernement n’a plus aucune légitimité pour diriger le Québec.

      P.S.: Avec les commentaires biaisés de Legault en fin d’après-midi je lui suggère de se porter candidat libéral et non de la CAQ. Quel vire-capot.Lui aussi voudrait monter la population contre les étudiants pour son propre profit. charest ou legault du pareil au même.
      Pas plus brillant l’un que l’autre.

      Je viens de changer de camp moi aussi.

    • @bimolle 25 avril 201216h23
      «Il est temps pour le gouvernement d’interdire les manifestations et de sortir les matraques en cas de non-respect de l’interdiction, le niaisage a assez durer!»
      Vous nous écrivez du bureau d’un Commandant de l’Armée Syrienne ?
      Madame ou monsieur, vous en êtes tristement pathétique !

    • @ emilemazola – 15h33 : “Il faudrait déclarer la CLASSE mouvement subversif et procéder à des arrestations pour incitation à la violence. Ca s’en vient…”

      Je suis parfaitement d’accord avec vous!!

    • Bonjour monsieur Lagacé. J’ai été directeur national du Syndicat des Travailleurs et Travailleuses des Postes et il y a quelques principes qu’il faut connaître pour pouvoir négocier avec un minimum de rapport de force. En négociation il faut d’abord avoir ses troupes avec soi. On ne leur dit pas je m’en vais négocier des concessions. Deux- On ne dit pas à la partie adverse non plus je m’en viens négocier des concessions. Jean Charest et Lyne Beauchamps l’ont d’ailleurs très bien compris. L’important cependant c’est le désir d’aller négocier. Sur ce dernier point, depuis deux mois, c’est 0 pour le camp Charest Beauchamps.
      André Frappier

    • pas sur que j airais envie de négocier a la place de Madame Beauchamp ce matin et Je viens de vous écouter avec paul Houde changement de cap …. c est quoi votre opinion … oui non oui non je pense que c est n importe quoi ……………….. soyez clair

    • “Le gouvernement ne veut pas la classe car présentement la ministre Beauchamp mene une guerre personelle contre Gabriel Nadeau-Dubois”
      Merci joviale 1! En plein ce que je m’en allait écrire!! La ministre est fermée comme une huître depuis le jour 1, elle est en croisade personnelle contre le jeune Nadeau-Dubois, il la fait suer. Elle en oublie tout bon sens…c’est quand même incroyable ce qu’un ti-cul de 21 ans peut faire à lui tout seul (ironie ici puisqu’il porte le chapeau de toute sa CLASSE). Notre système d’éducation ne doit pas être si pourri finalement! Moi je souhaite que tout le monde présent le 22 avril sorte avec les étudiants ” pacifiquement” pour envoyer le signal au gouvernement que ça suffit le gniaisage, c’est Charest et Beauchamps qui ont la poque!!

    • bravo m.me beauchamp faut pas lacher
      il faut et il doit avoir une hausse des frais 75%

      bravo au gouvernement
      madame marois wow ,elle pense avoir des votes
      elle creuse son trou ….pauvre elle

    • Les enfants rois….avaient des clés dans le cou à partir de l’âge de 5 ans…. voilà!

      Le gouvernement a besoin de toutes les femmes au travail, qu’importe ce qui arrive
      aux rejetons, en autant que l’argent rentre au poste….Qu’importe le tissu social, pourvu
      que la masse fournisse leur part de paiement. Que les enfants s’en soient rendu compte,
      et manifestent, ce n’est qu’un juste retour.

    • @ lalouapril
      Dans toute négociation, sans exception, les partis mandatent une équipe de négociateurs. On ne s’improvise pas expert de la négociation. Celle-ci ne fait pas exception. De toute façon pouvez-vous me dire ce que la présence de la ministre aurait change?

    • Bonjour, je suis étudiant en grève et membre de la CLASSE.

      Nous avons respecté l’ultimatum, mais il est clair que la ministre cherchait un prétexte pour nous exclure.

      La manif dont vous parlez a été organisée par des étudiants en colère contre la CLASSE qui a accepté la trève…

      Donc, on exclut la CLASSE parce que des étudiants ont manifesté contre la CLASSE. Yé! On continue la lutte, désolé pour les dérangements qui s’en viennent.

    • djieffe

      Et si on changeait tout simplement de gouvernement. La liste d’épicerie est déjà bien assez longue.
      Veut-on vraiment un immense conflit avec ceux qui paieront vos pensions…et vos dettes.

    • La CLASSE, une bande de communistes de salon

    • Monsieur Lagacé, votre chronique dans le Globe & Mail a attiré pas mal de commentaires. Vous devez vous en réjouir.
      Mais c’est normal au Canada anglais quand il s’agit du Québec.
      Bon. Vous avez sûrement lu les commentaires des lecteurs.
      Alors, d’après vous, comment se modulent “négocier” et “exiger” de la part du ROC?
      Faut-il croire que vos nouveaux lecteurs sont des syndicalistes? Des terroristes?

      Comme tout un chacun, ils cherchent à défendre leurs intérêts.

      J’ai pas mal moins peur des étudiants et de leurs associations réunis sous l’ASSÉ ou la CLASSÉ.

      La démocratie directe de la CLASSE est foncièrement démocratique.

      Je ne sais pas trop pourquoi je m’interroge, comme bien des Québécois, sur la démocratie comme l’exerce le parti actuellement au pouvoir.

    • Est-ce que tout ces bons petits enfants continuent à recevoir leurs prêts et bourse pendant cette soi disant grêve,si oui,n’est-ce pas un peu bizzare?

    • @kelvinator, vous avez mal lu mon 10h41. J’avais pourtant écrit clairement:

      “Un étudiant typique est au CEGEP pendant 2 ans. Pas pendant une carrière (35 ans)! Quand on entre dans une carrière où on espère durer 35 ans, il est normal de s’intéresser à l’association qui cherche à nous représenter. Il est normal de s’investir un peu dans cette association. Mais pas quand on compte demeurer dans un domaine pendant seulement 2 ans. Ou 3 ans pour ceux qui vont à l’université.”

      Quand on fait partie d’une profession pour 35 ans, on a évidemment un intérêt accru à s’associer et à participer aux associations pertinentes, qu’on soit scientifique ou journaliste. Mais pas quand on fait partie d’une profession pour 2 ou 3 ans, comme c’est le cas des étudiants au CEGEP ou à l’université, l’intérêt forcément décroit beaucoup. C’est logique; c’est normal.

      Alors tirons-en les conséquences et arrêtons de charrier sur la représentativité de pseudos leaders étudiants élus par une petite clique représentant un sous-ensembe de certains départements. Pour vous en convaincre, voyez ce qu’écrivait mparento à 11h18:

      “À l’université Laval, les 11700 étudiants diplômés ont voté à 54% pour la grève. Voici les résultats du vote : 243 pour, 199 contre, 7 abstentions. Donc une participation de 3,8% des membres, et une grève votée par 2,1% des membres. Le vote était à main levée mais, dans ce cas-ci, c’est un détail. Le taux de participation indique à quel point ce vote était une farce.”

      Ce que j’écris tombe sous le sens commun. Je suis étonné que vous vous en dissociez…

    • juste une bande de terroristes , quand t es rendu à attaquer un peuple en lançant des bombes fumigènes et en bloquant la libre circulation des gens pour faire plier leur gouvernement t ‘es un terroriste et u mérites que le gouvernement te traite comme tel

    • @tipoporapido
      De rien:))
      Je suis vraiment fachée
      Et oui le gouvernement est de bonne foi 1hrs a la table sur 40hrs je reste accroché a ca et ici certains prétendent que c’est Gabriel Nadeau-Dubois qui est de mauvaise foi

      La responsabilité du gouvernement c’est de ramener l’ordre au plus vite et le gouvernement savait tres bien qu’en excluant la classe ce qui va se passer

      Chapeau aux associations qui ont su discerner son jeu celui de les séparer

      J’avais dit a ma fille qui est universitaire a Montréal que je trouvais le discours lundi de M.Beauchamp trop concilliant que j’y croyais pas…

      Mal gré mon impuissance, ma frustration je souhaite la paix dans les rues ce soir

    • Je crois qu’on ne peux pas parler de négociation avec la classe. Pour négocier il avoir des choses à offrir en contrepartie de ce qui l’on revendique. La classe est un groupe extrêmistes qui sont prêt a tout casser pour obtenir du gouvernement, c’est a dire de nous tout ce qu’ils exigent pour eux.

      Je crois que mma Beauchamp démontre beaucoup de courage, de logique et de leadership. J’appui mme la ministre et lui dit qu’elle ne peux pas céder aux mains de ces extrémistes.

    • oli1792…..17h59: Oui et Non selon moi.

      Au début chacun à ses équipes de négos, d’accord avec vous.

      Mais présentement, c’est la négo de la dernière chance, la négo ultime….
      C’est Beauchamp qui a demandé à rencontrer les étudiants elle a même mis
      ses exigences…les étudiants ont accepté.

      Selon moi, c’était à elle et seulement à elle à négocier maintenant.

      Si comme vous le dites on ne s’improvise pas expert en négo…..
      ben on s’enlève du chemin…….pour ne pas nuire.

      Beauchamp doit être limogée,elle n’est plus apte dans les circonstances.

      1/ 40 heures c’est rire du monde et pas à peu près.

      J’ai très hâte d’entendre sa réponse-cassette lorsqu’un journaliste posera la question.

      Mais y aura t-il un journaliste avec le COURAGE de poser la question?

      Pourquoi 1 heure sur 40 Mme Beauchamp?
      Louise April(Laloue)

    • @MALAF

      Malheureusement , la majorité aujourd’hui qui donne leur opinion sur la CLASSE ne savent même pas de quoi ils parlent.

      Si je peut me permettre un conseille. Pourriez-vous demander aux associations étudiantes qui font partie de la CLASSE de donner plus de pouvoir à l’organisation? Cela vous avantagerai selon moi et la ministre ne pourrait pas se servir de vous pour faire son jeu politique.

      Je vous encourage dans votre lutte! :) Ne vous laissez pas décourager par les sondages et tous ceux qui disent n’importe quoi. Pour ma part , je tente de convaincre le plus de personne possible et je peux vous assurer qu’il a beaucoup de personnes qui soutiennent la cause étudiante!

    • Lacher pas Mde Beauchamp, il ne faut négocier avec le porte paquet de la casse une marionnete du sindiquat et du PQ. Le coté positif c’est que selon les sondages les gens vous appuient

    • @MALAF: Moi aussi j’ai été étudiant il y a quelques années, et j’ai adoré ces années, les plus belles de ma vie! Mais je les ai appréciées justement parce que j’ai étudié et profité de la vie étudiante, je ne m’y serais pas plu si j’avais “manifesté” (mot employé très librement) tous les jours à votre façon. J’avais trop de plaisir à assister à mes cours, à socialiser, à fréquenter les lieux de savoir, à construire mon avenir. J’espère que vous en viendrez un jour à apprécier ces activités constructives plutôt que de participer au cirque actuel. Chacun ses priorités, j’imagine! Bonne chance si vous croyez changer les choses… c’est plutôt mal parti pour vous.

    • fl80

      “Conclusion, tout réglement, loi, buget, etc devrait être systématiquement adopté par voix de référendum uniquement.”

      Yessssss! Ou du moins après consultation chez les citoyens. Mais ce n’est pas tout; toutes les dépenses (C’est à dire les coûts) devraient être publiques sur internet.

      Actuellement, vous ne pouvez même pas trouver le montant en dollars du budget total de la province. Vous n’avez que des pages de pourcentages. (Le montant se trouve autour de 73 milliards; mais ce n’est pas confirmé en chiffre. Peut-être dans un coin queck part).

      Un exemple? Le ministère s’occupant des aînés a augmenté de 300% les inspecteurs des résidences pour personnes âgée au Québec; au lieu de deux, ils en ont maintenant six. Voilà votre 300%.

      J’en ai marre de cette situation administrative loufoque.

      André Lefebvre

    • ”Comment voulez-vous, monsieur Lagacé, que les étudiants prennent ces négociations au sérieux alors qu’au même moment, ils apprennent par le JdeM que” des recteurs s’envolent aujourd’hui pour le Brésil, en Amérique du Sud, où ils logeront dans deux luxueux hôtels. La rectrice de McGill voyagera même en classe affaires pour un montant qui frôle les 9 500 $.”

      cimequaire – 25 avril 2012, 15h42

      Rien de trop beau pour ces messieurs et mesdames?

    • Le CLASSE ne veut pas négocier… Ils ont raison, il n’y a rien à négocier. Le GVT ne veux pas négocier sur les frais de scolarité… Il a raison, il n’y a rien à négocier… Allez, retournez sur les bancs d’écoles gans d’enfants rois!

    • Les frais de scolarités ne sont qu’un prétexte pour que les jeunes soient en colère. Oui bien sûr il y a les frais. Mais ils voient aussi toute la corruption et la dilapidation des fonds publics. L’augmentation continuelle de la dette qu’ils devront assumés quand les boomers ne seront plus la. Imaginer ce qui arrivera si le Gov se sert d’eux pour gagner les prochaines élections. On n’est pas sorti de l’auberge.

    • >>>On continue la lutte, désolé pour les dérangements qui s’en viennent.-Malaf
      ______________
      Ça suffit Malaf. La Police, l’armée les matraques, bing bang la tête la première dans l’panier à salade, accusations, condamnations et pi enwèye “en-dedans”.

      Nous allons te faire respecter la loi par la force.

    • J’espère que les étudiants demanderont la démission de Gabriel Nadeau-Dubois. Un amateur qui a la tête enflée par un peu d’attention médiatique.

    • Bonjour,

      Merci M. Lagacé pour vos articles et réflexions sur ce boycott, grève, etc… Vous et certains de vos collègues, M. Lavoie et M. Pratte entre autres, avez de bonnes chroniques et blogues.
      Merci de dénoncer ce qui ne va pas des deux côtés: du côté des étudiants et du côté du gouvernement.
      Je comprends la frustration des étudiants mais je conçois mal l’attitude de certains leaders du mouvement étudiant. À plus forte raison quand au départ, les dés sont pipés et que leur côté aussi, ils ne veulent pas négocier. Vous en apportez une autre preuve concrète.
      À preuve, cet extrait d’enregistrement d’une conférence données par M. Nadeau-Dubois… http://www.fm93.com/audioplayer.php?mp3=130606. On ne parle pas de la grève mais d’un mouvement révolutionnaire subversif. Et je trouve triste que les discours démagogiques aient induit en erreur des centaines de milliers d’étudiants.
      Les absents ont toujours tort: chers étudiants, que vous soyez pour ou contre la grève et/ou la hausse, je vous incite à aller voter à vos assemblées. Exigez des votes électroniques, la plupart des maisons d’enseignement peuvent mettre sur pied un système de votation dans les plus brefs délais et garantir l’intégrité et la sécurité des résultats.
      Quand à nos élus, oui, il y a des manquements de la part du gouvernement mais dès le départ, c’était clair, la hausse est là pour rester et c’était annoncé depuis plus d’un an… Toutefois, je reconnais volontiers qu’il y aurait eu sûrement place pour négocier les modalités d’application, etc…Aux autres chefs de partis, je reproche de vouloir se faire du capital politique sans trop connaître le fin fond des idées ou “agendas” de certains mouvements étudiants. Peu importe le chef de parti, je m’attends qu’il y ait une certaine neutralité et en voir certains afficher le carré rouge me choque. Ne savent-ils pas que parmi ceux qui les ont élus, il y en a qui ont une opinion différente ? Est-ce à dire qu’au Québec, la démocratie est juste d’un bord ? Est-ce à dire que ces mêmes élus ne respectent pas TOUS leurs électeurs – (i.e. ceux qui ne sont pas de leur avis face à la hausse ne comptent pas?) ?
      Ce conflit dévie de son point de départ pour dégénérer en une guerre ouverte contre le gouvernement élu et cela ne devrait pas en être ainsi il me semble. Il faudrait que TOUS: étudiants, élus, parents et syndicats, etc. se concentrent sur le VRAI problème et laisse tomber les faux prétextes autour. C’est à ce prix qu’on reconnaîtra les VRAIS LEADERS.
      Merci de votre attention.

    • Et de l’autre côté, le gouvernement n’est pas là pour négocier, mais pour discuter.

    • Pendant ce temps, que se passe-t-il avec la commission Charbonneau?

      Charest 1 – Québécois honnêtes 0

    • @MALAF,

      Yé, tu devrais peut-être retourner sur le banc d’école au lieu de traîner dans la rue. Un petit sac de chips en moins par jour pourra financer cette ”grosse” augmentation ! Les bébés gâtés de ce monde n’ont aucune idée de la chance qu’ils ont….

    • Voilà pourquoi il faut hausser les frais de scolarité. Pour pouvoir donner une éducation de qualité à ceux qui veulent vraiment s’éduquer… Et engager des profs plus compétents que ceux qui flânent dans les corridors des UQA et dans la rue avec les “boycottistes”. Nos gouvernements se doivent d’être compétitifs pour que l’on puisse garder un minimum de bénéfices sociaux. Et ça, c’est équilibrer nos dépenses. Les conservateurs l’ont compris, le PLQ aussi…

    • Les étudiants ne lâcheront pas le morceau. Ces jeunes en ont ras-le-bol de cette société individualiste archi-irresponsable et corrompue qui leur lèguera une dette astronomique, un environnement naturel totalement altéré ( Plan Nord) de même qu’une portion masculine de la population complètement ”gaga” (le suicide masculin, à répétition depuis 30 ans, hommes et garçons confondus, ça vous dit encore quelque chose, chers boomers ? )

      Mais bon, en lieu et place de réclamer la démission de Beauchamp, incapable, dans les faits, de gérer cette crise sociale sans précédent historique – répétons, pour les tenants de la fuite de la réalité : cette crise sociale sans précédent historique, voilà que notre bon milieu journalistique tente de trouver des poux au sein de la CLASSE.

      Vous aurez beau tenter de discréditer nos jeunes, rien ne les arrêtera. Ils n’en veulent tout simplement plus, de la république de bananes à Charest. Terminé, et ce, à jamais. Vous verrez, les irréductibles. Vous n’en avez plus pour longtemps. ”Journalistes complaisants ” y compris.

      Bon débarras !

      Gordon Sawyer

    • Extrait de l’article de M. Lagacé :
      “(…) quand je lis les justifications de Gabriel Nadeau-Dubois, je me dis qu’à la place de Line Beauchamp, pas sûr que j’aurais envie de négocier avec des gens qui a) n’ont pas de mandat de négocier b) confondent les verbes exiger et négocier c) ont parfois même comme valeur de ne pas négocier d) clament avoir pour valeur de ne pas s’asseoir avec des gens du ministère de l’Éducation.”

      M. Lagacé, Je ne comprends pas. Après avoir appuyé inconditionnellement les étudiants durant de longues semaines, après les avoir encouragés à persévérer dans leur bêtise, voilà que vous vous interrogez à savoir pourquoi la Ministre accepterait de négocier ces fauteurs de trouble, ces jeunes de mauvaise foi !! Ne pressentiez-vous pas, comme moi et comme bien d’autres, tout au long de ce boycott, que les choses risquaient fort de tourner ainsi – c’est-à-dire que M. Nadeau-Dubois et ses disciples n’avaient nullement l’intention de négocier quoi que ce soit, qu’ils EXIGERAIENT rien de moins que le gel complet des droits de scolarité?

      N’avez-vous pas regardé, comme tout le monde, ce petit film – que dis-je, cette perle! – qui révèle TOUT sur ce Nadeau-Dubois et sa bandes de moutons :

      >>>http://vimeo.com/39942100

      Dommage que vous ne vous réveilliez que maintenant. Comme bien d’autres journalistes, vous avez joué un rôle considérable dans la montée de ce mouvement qui est, avouons-le, purement anti-libéral, anti-Charest, anti-fédéraliste, etc. … Tout cela cause aujourd’hui de grandes divisions dans notre société et, en fin de compte, nous coûtera très, très cher.

      Ce n’était pas du tout nécessaire.

    • C’est incroyable de voir les commentaire remplis de haine et de violence en envers les étudiants. Je condamne ces commentaires!!!

      Nous devrions peut-être faire un filtre pour empêcher la violence de se répandre sur le net ? Non ? Si vous ne le faites pas çà veut dire que vous ne condamner pas la violence ?

      Il a encore des personnes qui pensent que la hausse est de 1$ par jour…. 1625 / 365 ….
      Je commence à être d’accord avec certaines personnes qui demandent qu’on s’occupe du primaire et du secondaire parce que les mathématiques de bases souffrent terriblement.

    • Comme chante Lisa Leblanc: “maudite gang de pas de CLASSE.”

    • Quands est-ce que notre police de carnaval (le SPVM probablement la police la plus poche au monde) va faire de quoi devant cette gagne de morveux..quands? quands?

    • Enfin! M.Lagacé vous commencez à prendre vos distances! excellent choix! Dans toute société démocratique exprimer son désaccord où ces revendications est acceptable voir nécessaire.

      Le comportement de la CLASSE depuis le début ressemble davantage à un comportement d’adolescents! Oh! Qui veut? Je m’excuse QUI EXIGE qu’on lui parle et de négocier en adulte, mais qui n’a pas de réponse à donner et encore moins de solutions à proposer, en fait il n’ont qu’une seule position, faire parler d’eux.
      Je lève mon chapeau à Mme. Beauchamp qui n’a jamais le beau rôle qui à toujours l’air, aux dires de plusieurs d’une maîtresse d’école, c’est ce que je pense que les étudiants ont le plus besoin en ce moment.

      La seule phrase qu’ils ont, c’est on n’est contre l’augmentation des frais de scolarité, on EXIGE le gel éternel??? peut importe l’enjeu leurs comportement est dégradant et abusif d’une société démocratique, prendre en otage la population du Québec, Montréal en particulier est un manque de maturité total, et le fait qu’ils soit jeune n’est pas une excuse encore moins un prétexte.

      Ils croient fermement que faire du grabuge va faire avancer leur cause, méchante erreur, tôt où tard ils vont payer le prix de leurs comportements.

      Je propose (on peut rêver): Une trève médiatique de 48hrs tout les médias décident de ne plus parler du conflit, des affrontements, des discussions , j’ai comme l’impression que les leaders étudiants un en particulier seraient en manquent de visibiliter, d’ailleurs je crois que ce conflit qui n’en est pas un est déjà trop publiciser. Tout ça pour 325$ par année? misère de misère!

    • @Anonymous99
      Vous écrivez “c’est un droit universel qui devrait être gratuit même à un niveau supérieur”.

      Il n’y a rien de gratuit dans la vie mon ami.
      Sinon, qui va payer les profs ainsi que tout le personnel, les bâtiments, les recherches et tous les appareils spécialisés, les tableaux, les projecteurs etc… (liste très longue en passant)?

      Haaaaaaaa, encore moi, le bon vieux travailleur.
      À moins bien sur que vous pensiez que le gouvernement est une sorte d’entité spéciale qui imprime de l’argent à volonté. Un groupe réunissant seulement quelques politiciens qui gèrent l’argent miraculeusement tombé du ciel.

      À mon avis, demander la gratuité scolaire est assez déconnecté de la réalité et je dirais aussi que c’est de demander la médiocrité, car la gratuité emmène toujours le minimum du service.
      Fait à noter, nous sommes en 2012, dans un monde extrêmement compétitif, ce n’est pas le temps de baisser nos standards mais plutôt de les élever.

    • Suite à une question concernant les élections en Alberta hier, Charest a suggérer aux journalistes qu’ils demandent à leur patron de cesser de faire des sondages et prendre l’argent ainsi économisé pour augmenter le salaire des journalistes. J’imagine qu’il a besoin d’eux maintenant.

    • Très bon article, il est important de soumettre ces faits après les actions d’aujourd’hui du gouvernement. Ce qui m’embête, c’est pourquoi ne pas en avoir parlé aujourd’hui à la radio (98.5). On dirait que vous avez parfois 2 discours… Vous disiez à la radio (vers 17h15) que vous ne compreniez pas le gouvernement d’exclure la CLASSE des négociations, sans même parler des éléments cité dans le blogue. Étrange!

    • prière sur un note

      Prononcer son nom sans hésitation avec ton vengeur et vociférant Gabriel Nadeau-Dubois encore une fois pour une exorcisation socialement acceptable Gabriel Nadeau-Dubois se produise dans le cerveau silencieux de l’opinion qui condamne à la sainte face de la manifestation bien ordonnée prions pauvres électeurs. Grâce à Gabriel Nadeau-Dubois, nous allons éviter de faire notre chemin de croix politique puisque que devenu l’ennemi utile du mal calciné Jean Charest dit le blagueur qu’il soit ressuscité entre les dons corrupteurs et le Plan Nord la quatrième fois. Ainsi soit-il

      Prions pour la sainte patience du bon jugement ministériel et que beau chant en voix dans les enfers la CLASSE des enfants aux dents gâtés pleine de plaies et de dettes que la matraque bien raisonnante retentisse sur les crânes d’ampoules universellement en droit de recevoir et que s’éteigne une bonne fois la colère rouge et rêveuse et épargnons nos bourses pour la prochaine génération que nous aimons comme soi-même…

    • Ce n’était pas une république de bananes avec la Pauline, le Lucien et tous les autres ?

      Avalez vôtre pilule et allez voter la prochaine fois…c’est démocratique…mais il faut faire un

      effort…cette journée-là !!!

      Pour le momment assez…c’est assez !!!

    • une question à poser. seriez-vous disposer à demander à mme Beauchamp et Mr Charest comment ils ont payé leurs frais de scolarité : via leur famille ou en travaillant?

    • L. Beauchamp n’exige pas elle…? Non…!!!

      Elle ne veut pas négocier… Elle veut discuter… et foutre le bordel…

      Les étudiants ne sont pas le problème… Ils sont la solution…!!!

      L.Beauchamp et son gouvernement seraient bien naïfs de penser que les étudiants pourraient avoir fait tout ça pour ça…

      Alors j’invite Mad. Beauchamp à mettre de côté ses susceptibilités… à arrêté de jouer les vierges offensées, à arrêter de tourner autour du pot…et à NÉGOCIER…BÂTARD…!!!

      Mad. Beauchamp “If you can’t stand the heat… GET OUT OF THE KITCHEN” !!!

    • Pendant tout ce temps de blocage de cours et de négociations chez les francophones, les étudiants de l’Université McGill et des cégeps anglophones continuent d’avoir leurs cours et ne s’impliquent pas dans cette supposé grève qui n’a aucun sens.
      Pourquoi restent-ils à l’écart ?

    • @hutchpierre

      Je suis un Francophone et très fier d’être un alumni de McGill. C’est pcq’ils voient plus loin que le bout de leur nez. Je pense que Polytechnique et HEC aussi ne sont pas en grève. Ces étudiants et étudiantes vont diriger notre société un jour et gérer votre fond de pension; les autres vont se présenter au PQ et NPD…

    • Line Beauchamp et sa vision d’une négociation:
      1- Se présenter pendant 1 hre sur 3 jours de négociation.
      2- Refuser d’aborder le sujet pour lequel les étudiants sont en grève.
      3- Expulser la 1/2 des étudiants de la négociation pour avoir organisé une manifestation qu’ils n’ont pas organisée.

      Et pendant ce temps-là, ça accueille des proches de la mafia et discute avec des dictateurs (Chine, etc.)!!

    • Parce qu’ils sont plus sensés que nous.

    • La CLASSE est une association qui n’a pas de pouvoir de négociation tout simplement parce qu’ils ne veulent pas négocier. GND dit depuis le début qu’il est seulement un porte parole, et qu’il ne fait que défendre les positions adoptées par les associations.

      Donc, pour faire simple et clarifier le tout, GND n’a aucun mandat de négocier, il a seulement le mandat d’exiger la gratuité scolaire universitaire, car c’est ce mandat qui lui a été donné par les association. C’est de la mauvaise foi crasse et je trouve que la farce a assez durée.

      Je ne crois pas non plus aux votes sois disants démocratiques dans les votes de grèves de la CLASSE. Beaucoup de vote ont lieu dans des périodes où la majorité des étudiants sont en examens ou aux études ou encore au travail, ça se fait le jour en semaine. Les grévistes et dirigeants des associations étudiantes ont alors le beau jeu pour manipuler le vote en faisant voter en masse les étudiants grévistes au détriment de ceux qui sont absent pour les raison ci-haut mentionnées.

      L’ordre et la loi devra régner bientôt et le gouvernement devra utiliser la loi et la force si nécessaire pour sauver l’année des étudiants qui veulent étudier et penser à leur avenir.

      La position du gouvernement est connue depuis 2008, les associations étudiantes à l’époque ont refuser d’y participer. S’ils ne sont pas content, qu’ils s’expriment à la prochaine élection, mais en attendant, c’est notre gouvernement élu par le peuple qui doit avoir le mot final.

    • Pôv’, Pôv tit-Guy-A —- Y’fait tellement pitié!! Parle-moi d’un manipulateur!!!

      http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=QXSfhtLdaRI

    • Il y a presque un mois déjà… et il tient toujours le même discours!!!

      http://blogues.cyberpresse.ca/therrien/2012/03/29/le-petage-de-coche-de-trop/#comments

    • A la place du gouvernement, loin de geler ou de réduire l’augmentation, il devrait la hausser plus que prévu pour aider à payer la casse. C’est pas aux contribuables québécois à payer pour le bordel qu’ils ont mis depuis plus de 10 semaines.

    • @ eltigre
      EXCELLENTE IDÉE — je vous appuie entièrement! :O)

    • La tendance depuis un certain temps, je parle du côté patronal comme du côté gouvernemental, c’est de vouloir choisir avec qui négocier!

      Les affaires et l’argent, c’est trop important pour laisser cela dans les mains de la démocratie!!!

    • @Sam-Pollock

      C’est vrai que l’on parle pas de Polytechnique et HEC dans cette grève.

      “les autres vont se présenter au PQ et NPD” est bonne lol

      @petitblanc.
      C’est ce que je pensais, mais je voulais avoir l’opinion d’autres personnes, je ne voulais pas me faire crucifier seul.

    • Es ce que Line Beauchamp a déjâ voulu négocier? Es ce que la majorité des personnes ici pour Line Beauchamp ont déjà voulu qu’elle négocie avec les étudiants ? Non… C’est faire preuve de mauvaise foi de seulement pointer un côté.

      Pour les textes que vous donnez. On ne sait pas à quelle date ils ont été écrit et je ne vois pas l’intégrale du texte.

      De toute manière, pour faire des négociations on envoie pas une personne qui est prêt à tout donner. Il faut des personnes avec un peu de caractère pour s’assurer que nos idées soient bien défendu.

      En plus , on n’a même pas laisser la CLASSE discuter et vous les jugez déjà ???? C’est quoi ça ???
      Comme beaucoup disent donnons la chance au coureur!

      @rej056

      Je peut pas croire que après autant de temps vous n’avez pas pris un journal pour vous informez et comprendre que la HAUSSE EST DE 1625$ PAR ANNÉE. Ca se peut pas, il y a AU MOINS 10% de la population qui croit que la hausse est de 1$ par jour soit environ 325$! Wake Up!

    • @Hushpierre,
      Avant de posez des questions vide de sens, allez donc vous instruire un peu…

      Concordia était aussi en grève… mais bien sûr, ca vous ne le saviez pas.
      http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/education/201204/12/01-4514601-blocus-au-pavillon-principal-de-luniversite-concordia.php

      Pour répondre à votre question vide de sens, je vais y répondre avec une réponse PLEIN de sens: ILS SONT À L’ÉCART PARCE QU’ILS SONT INSTRUIT!!! ET DANS QUELQUES SEMAINES, ILS SERONT LES PREMIERS À S’ESCLAFFER DE TOUS CES MORONS OÙ LEURS SESSIONS SONT POUUUUF À L’EAU”
      1) doivent payer une autre session
      2) perte de revenu d’emploi d’été
      3) je ris à m’en péter la rate!

    • il y a des gens qui ne se sont jamais assis à une table de négos,,,,j’ai déjà du négocier avec les avocats de la partie adverse,, les patrons n,’avaient pas un mot à dire,,,et nousnon plus ce sont nos représentants syndicaux qui parlaient à notre place et à notre nom,,les parents de ces jeunes devraient ou auraient du leur montrer la patience,,,et savoir ce que veut dire exiger et négocier…ah..\! la jeunesse,,,combien d’erreurs se font durant les années dorées, avant que la sagesse arrive doucement,,merci marie michel

    • Négocier est une expression moyenâgeuse datant de 1454 et qui signifie procéder, opérer, exiger. Vous auriez avantage à développer vos idées, à parler des réels enjeux et ne pas nous servir ce ”fast food” idéologique du premier degré. Moi ça m’est égal de vouloir ou pas ”négocier”. Pour changer il faut voir autrement et exiger comme les gens d’affaires savent si bien le faire!!. A lire les commentaires c’est inquiétant. On constate le recul de la maîtrise de la langue du kébec dans les écris, et en même temps on voit bien l’incapacité de vos lecteurs à comprendre les réels enjeux.

    • @ eric1971
      Rien de plus simple, c’est à la banque du Canada de financer l’éducation et la santé dans l’ensemble du pays. C’est eux les faux monnayeurs qui créé le crédit à partir d’un clic de souris non ? Tout le système monétaire a été donné aux banquiers privés en 1933 et le gouvernement nous a donné en paturage au cartel financier. L’endettement généralisé a commencé dans les années 1970 avec les taux usuraires composés prélevés par les banquiers privés, aujourd’hui avec la réserve fractionnelle frôlant les 33 pour 1, il est mathématiquement impossible de payer la dette. Argent = Crédit = Dette perpétuelle (Ne l’oubliez jamais !)

    • La Classe a-t-elle seulement déjà voulu faire évoluer le dossier… leurs intérêts semblent ailleurs … aussi ambiguës que leur dénonciation de la violence tout en se permettant la désobéissance civile et le saccage, pour l’atteinte d’un objectif tout autre. Pour ce qui concerne la négociation, depuis quand l’usager d’un service décide-t-il des conditions pour l’utiliser? Qui autre, dans le monde réel, décide du coût à la SAAQ, la SAQ, Hydro Québec, le centre hospitalier, son pompiste. En passant, je viens de faire mon rapport d’impôt, et j’exige que chacun paie ses affaires car je ne peux plus en ajouter sur mon compte.

    • Ceux qui doivent se bidonner ce sont les anglais (McGill, Concordia) qui continuent de suivre leurs cours et sortiront gagnant de toute façon. Si le gouvernement cède ils profiteront du dégel et si le gouvernement tient son bout bien ils auront leurs diplômes quand même puisqu’ils auront suivi leurs cours pendant que les autres sèchent les leurs.

      On demande aux policiers d’arrêter à l’avance les casseurs mais comment faire quand ceux-ci se cachent dans une foule de 5000 personnes et s’ils le faisaient il y aura toujours les avocats de l’aide juridique pour les défendre et le bon peuple pour dire que l’on fait du profilage car tous ceux qui portent des masques ou des cagoules diront qu’ils le font pour se protéger des policiers.

      Je ne voterai pas libéral de toute façon mais je suis pour la hausse des frais de scolarité et pour le maintien de l’ordre et le respect des lois.

      La Classe et c’est dommage est infiltré pas des groupes radicaux et que veulent-ils au juste, faire un putsch politique? Qu’ils fassent comme nous et qu’ils attendent les prochaines élections et j’espère qu’ils mettront autant d’effort à mobiliser leur troupe pour les envoyer voter.

    • je viens de lire et d’écouter des tonnes et des tonnes de vidéos et d’articles concernent la grève étudiante qui bouleverse notre province depuis 52 jours maintenant. Je ne sais pas vraiment quoi en penser, à savoir si la CLASSE on un plan diabolique de révolution à la Che Guervera ou c’est uniquement un plan du gouvernement pour nous faire croire que telle est le cas. peu importe, c’est évidant que la CLASSE est un mouvement assez radicale et qu’il cherche la perturbation parce que notre gouvernement est assez dure d’oreille parfois. Cependant, je crois que si la CLASSE veulent vraiment régler le conflit et entamer les discussions, ils devront s’exclure des discussions et laisser la place au deux autres associations étudiante sois la FEUQ et la FECQ. De un sa montrerai à la population leur bonne foi et leur volonté de régler le conflit au plus vite et du même coup montrer au gouvernement que les étudiants sont prêt à faire des compromis. De plus, les deux autres associations ont une bien meilleur côte auprès des média et l’histoire nous démontre que les média mettent beaucoup de poids dans la balance de l’opinion publique.

    • Je suis bien d’accord avec vous M. Lagacé. Aussi, j’ajouterais que les étudiants qui la CLASSE et leur membres confondent ”droit” et ”privilège”. Avoir accès à l’éducation n’est pas un droit mais un privilège. Ce n’est pas en terrorisant les gens et vandalisant les biens publics et privés que l’on revendique des négociations. Si le gouvernement accepte ça c’est comme accepter que d’être terroriste on arrive à ses fins.

    • Ah les débats de rhétorique… Négocier n’est jamais qu’exiger plus pour obtenir ce que l’on juge acceptable. L’on ne se présente pas à une table de négociation avec l’esprit que nous devrons plier. Il faut avoir des positions fermes et des arguments bétons. Après ce n’est que le poids des arguments qui fera peser la balance.

      Ce qui m’inquiète, ce sont ceux qui refusent d’accepter le droit de grève des étudiants et qui ergotent en disant qu’il s’agit d’un boycott et non d’une grève. Selon ces brillants messieurs la grève ne serait que l’apanage des travailleurs, car les étudiants ne sont pas payés pour étudier. En suivant cette logique, dites-mois alors qui peut bien faire une grève de la faim? Ceux qui sont payés pour manger!

    • Je suis souvent en accord avec vous M. Lagacé mais pas maintenant. GND et les “négociateurs” disent simplement qu’il sont un outil démocratique et qu’au bout du compte la décision va revenir aux membres de la CLASSE. Ils sont en quelque sorte le téléphone que le gouvernement doit utiliser pour communiquer avec les membres de la CLASSE. On s’en fout que le téléphone soit rouge, jaune ou rouge avec des canards jaunes dessus!

      Je préfère votre autre article ou vous vous attaquez au noeud du problème, la poudre aux yeux que le gouvernement Charest lance dans la face de tout le monde pour faire oublier tout le reste. La dernière fois qu’il a tenté d’augmenter les frais scolaire il a reculé parce qu’ils ont pas réussi à cacher qu’en même temps qu’ils coupaient 100 millions dans les universités, il donnaient 100 millions dans quelques écoles juives marginales pour satisfaire leur électorat. Cette fois-ci ils nagent tellement dans les scandales que je vois difficilement quel autre scandale pourrait les faire reculer. Surtout que présentement en arrière plan il y a des grosses arrestations dans le domaine de la construction.

      Jean Charest est là pour rester aux prochaines élections. Il est excellent manipulateur, ils sait jouer avec les scandales au bon moment. Et c’est plate que même les journalistes ne soient pas en mesures d’aider la population à y voir clair, comme toi avec tes articles qui vont dans un sens et dans un autre, par souci d’objectivité. On est vraiment pris dans une grande noirceur numéro 2 au québec avec ce John James Charest au pouvoir, les gens vont s’en rendre compte beaucoup plus tard.

    • Charest ne veut pas négocier. Il est opportuniste et prépare sa campagne électorale en misant sur la hausse des droits de scolarité, ce qui lui évitera de rendre compte des scandales que révélera la Commission Charbonneau. C’est du Charest tout craché…qui a soif du pouvoir, peu importe le prix.

    • “Négocier, ce n’est pas exiger. C’est du troc. C’est transiger”. Et ça vaut pour les deux parties.

    • Bravo pour ce texte, il est plus que temps que la CLASSE se calme un peu et regarde la vérité en face…

    • D’abord, je suis d’avis que votre billet participe à cette « guerre des mots » qui nous éloigne du véritable débat.

      Ensuite, la démocratie directe : « c’est pas sérieux »?
      Je dois dire que je suis surprise du mépris que la plupart des médias ont envers ce mode démocratique.
      Depuis plusieurs mois, plusieurs années même, on ne cesse de se questionner à savoir que peut-on faire contre le cynisme envers la classe politique? Et bien, la démocratie directe, c’est la VRAIE démocratie!
      C’est grâce à ce processus qu’on s’assure que les intérêts et les points de vue d’un groupe sont bien représentés par les élu-es.
      C’est à travers ce processus qu’on S’ASSURE qu’il n’y ait pas de déconnexion et de décalage entre les représentant-es et ceux et celles qui les élisent, contrairement à ce que l’on voit à l’heure actuelle avec les député-es du Québec et du Canada.

      Bref, de grâce, cessez votre mépris!

      Oui la CLASSE utilise le mot « exiger ». Il est tout à fait normal qu’elle démontre une attitude déterminée laissant croire qu’elle ne pliera pas, d’où l’utilisation de ce mot. D’ailleurs le gouvernement use des mêmes tactiques depuis fort longtemps en détenant un certain discours rigide sur la place publique pour finalement s’assouplir sous la pression populaire (Orford, commissions sur la construction, etc.).

      Cela dit, je jouerai sur votre terrain en rappelant les mots utilisés par le gouvernement.

      Les Libéraux ont toujours refusé d’appeler les rencontres qui ont eu lieu en début de semaine entre les associations étudiantes et le gouvernement des négociations. Elles étaient qualifiées de « discussions ».

      Peut-on ainsi dire que le gouvernement « négociait » de bonne foi ?

      De plus, le représentant du gouvernement libéral lors de ces « discussions » n’avait même pas le mandat de parler de la hausse des frais de scolarité.

      Alors je réitère, peut-on dire que le gouvernement « négociait » de bonne foi avec les associations étudiantes alors qu’il ne voulait pas parler du noeud du problème, soit la hausse, alors qu’il s’agit de l’enjeu pour lequel les étudiants et étudiantes sont en grève?

    • ”Le gouverneur général du Canada verra son salaire doubler à compter de l’an prochain, a rapporté Radio-Canada, jeudi. ……….Le gouvernement justifierait l’augmentation de la rémunération du gouverneur général en disant qu’elle COMPENSERA le fait qu’il devra payer de l’impôt.”

      Les étudants verront leur frais de scolarité augmenter de 75% ce qui amputera jusqu’a 30% de leur revenu annuel………….. De quel facon les étudiant seront-ils compensés ? D’AUCUNE FACON. ILS DEVONT SE SERRER LA CEINTURE EUX !!!!

      Un gouverneur général c’est bien plus ‘lourds’ qu’un étudiant.
      2 poids 2 mesures

    • Que tous ceux qui sont pour le gel des frais de scolarité se lèvent debout et paient la note: une taxe spéciale prélevée directement à la source. Moi, je suis contre. En fait, je souhaiterais que l’éducation soit gratuite. Mais, voyez-vous, je vis dans ce monde et dans ce monde tout a un prix.

    • Les étudiants invoquent pour justifier leur refus du dégel des frais de scolarité la mauvaise gestion de ceci et la corruption de ceux-là. Mais, ceux-ci et ceux-là, ce sont vos parents, vos voisins vos amis qui sont en place. Une chose à la fois: dans notre monde, les études ont un prix et lorsque les augmentations sont raisonnables, il faut les accepter.

    • Je crois que les étudiants sont en train de découvrir ce que Non! veut dire. Ces jeunes de la génération du “nagging”, comme l’a appelée le marketing il y a une dizaine d’années, a grandi en appreanant que si on demande constamment, sans relâche, en tirant sur la manche, on finit toujours par obtenir le bonbon, le jouet, le gugu objet de nos obessessions. Pour eux, non veut dire qu’éventuellement ça sera oui si on fait une bonne petite crise.

      Voilà leur mode de négociation…

    • Je suis tout à fait en accord avec ce qu’a écrit:

      Zutetrezut
      Lecritiqueux
      Jacqueswarren

      Vous m’avez enlever les mots de la bouche!!

    • Est-ce que dorénavant on peut aussi s’attendre à négocier notre taux d’impôts? Vous avez de la sympathies pour ces jeunes avec leurs cellulaires, leurs party, leurs autos, leurs clubs/soirées…? Vraiment? Nous autres quand on étudiaient, on savait que ça allait coûter, pis là , il fallait décider si le coût des études supérieures en vallant la peine. Et si la réponse étaient ”oui” , alors vallaient mieux se brancher et faire de notre mieux pour finir au plus vite. Il y de ceux qui font d’être un étudiant une carrière, il ne faut se leurer! Moi j’ai sauvé tous mes sous ( sous obtenus par les prêts et bourses) pendant mes 5 années d’études (vers les années 2000) et , à la fin de mes études, j’avais mis TOUS mes prêts de côté afin de rembourser sur-le-champs! Il est vrai que je n’avais pas de véhicule, de cellulaire et de vêtements à la dernière mode, et que je mangeais du spaghetti , des oeufs, des fruits au lieu de bouffe de resto…j’avais un appartement très bien, modeste, mais propre et dans un coin très bien et aucune aide de la parenté. La société d’aujourd’hui veut tout, mais ne veut ni payer pour , ni travailler pour. De la folie! À mon avis il s’agit de terrorisme, plutôt que de manifestations! Ces gens que l’on vandale, ils aont le droits d’être protéger aussi. Puis ça coûte quoi à l’État et à tous les contribuables toutes ces naiseries ?

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • TWITTER

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    avril 2012
    L Ma Me J V S D
    « mar   mai »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Archives

  • publicité