Patrick Lagacé

Patrick Lagacé - Auteur
  • Patrick Lagacé

    Patrick Lagacé aime le journalisme : « Cette profession permet de vivre des aventures et d'être payé pour le faire », dit-il.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 16 avril 2012 | Mise en ligne à 14h40 | Commenter Commentaires (67)

    Nathalie Normandeau, Céline Dion, le jugement

    Ce qui me me jette par terre dans le reportage d’Enquête sur les rouages du financement politique par des firmes de génie-conseil et de construction, ce ne sont pas les confessions de Gilles Cloutier, ancien de Roche. M. Cloutier a décrit avec candeur un système dont les contours avaient été esquissés par les nombreux journalistes d’enquête ayant fouillé le sujet depuis trois ans. Sa contribution est néanmoins appréciée et appréciable : il témoigne à visage découvert, sans faux-fuyants.

    J’ai chroniqué sur ce reportage stupéfiant, samedi, dans La Presse. Vous pouvez voir le reportage de Marie-Maude Denis sur le site de Radio-Canada.

    Non, ce qui me jette par terre, c’est l’aveuglement volontaire de Mme Nathalie Normandeau face à la charade de ce système de financement. Celui de Mme Normandeau dans le cas de Roche/Infrabec symbolise l’aveuglement volontaire de la classe politique face à ce système. Elle n’est pas la seule, évidemment, à ne pas avoir vu les dangers inhérents à un système qui permettait à des compagnies privées d’organiser des cocktails de financement, alors qu’elles avaient beaucoup à gagner de décisions de ceux qui profitaient de l’argent ainsi amassé.

    Des lecteurs m’ont souligné que le Parti québécois a aussi bénéficié des largesses de ce système (amendé depuis peu). C’est vrai. La nuance, c’est qu’on sait que les membres du Cabinet de Jean Charest ont des quotas de financement politique : 100 000$ par année. À sa face même, cela n’est pas sain. En entrevue aux Francs tireurs, cet hiver, le député libéral Pierre Paradis, ancien ministre sous Bourassa et Johnson, m’avait dit son inconfort face à cette pratique : « Comme ministre, quand tu dois te déguiser en quêteux, ça te place dans une situation inconfortable. »

    Cette situation inconfortable, c’est celle de ministres du gouvernement qui doivent aussi être «rentables » pour leur Parti libéral : 100 000$ par année, c’est toute une somme. Ça encourage peut-être l’aveuglement volontaire face aux situations potentiellement inconfortables.

    Autre facteur de fascination de ma part : comment Nathalie Normandeau n’a-t-elle pu voir qu’elle se plaçait dans une situation inconfortable en acceptant des billets de spectacle de Lino Zambito, l’entrepreneur du 450 intimement lié à la construction de l’usine de traitement des eaux de Boisbriand, projet qui a vu le jour grâce à une subvention octroyée par la ministre elle-même ? On ne parle pas de billets pour un match du Rocket de Montréal: on parle de neuf billets dans une loge au Centre Bell pour un show de Céline Dion. Ça vaut quelques milliers de dollars.

    Ce n’est pas de la corruption. C’est un manque de jugement quant aux perceptions. Ce manque de jugement, dans mon esprit, a un lien de parenté étroit avec un autre manque de jugement de Mme Normandeau, que j’ai souligné précédemment sur ce blogue.

    AJOUT : Une lectrice, à propos des quotas de financement des ministres :

    Quand on y pense, c’est pas que la relation entre les ministres et les donateurs qu’ils tentent d’attirer qui est malsaine… Il arrive quoi aux ministres qui ne font pas leur quota? Ils se font bumper par des députés du caucus potentiellement plus performants? C’est le fun de savoir que c’est leur habileté à ramasser de l’argent pour leur parti plutôt que leurs compétences concernant les mandats reliés à chaque ministère qui détermine peut-être bien la nomination des ministres de ce gouvernement.

    En effet.


    • Et après cela allez demandé à un politicien d’avoir de la crédibilité. Pitoyable!

      François Racine

    • Je ne suis pas sûre que las quotas de financement ne soient pas présents dans d’autres partis politiques; ce n’est pas le genre de choses que les politiciens ont tendance à crier sur tous les toits, non pas que je veuille défendre le parti libéral, je manifeste plutôt mon désabisement face à l’ensemble de la classe politique.

    • Nommez-moi un politicien qui mérite que l’on se déplace le jour du vote. Néant!!!! Tous aussi corrompus, avide de luxure, menteur comme un arracheur de dent et hypocrite comme deux.

      Il est temps de dénoncer et de culpabiliser ces vauriens de leurs méfaits. Les emprissonner et les ruiner. Ce n’est pas une simple faute de quelques centaines de $ mais des millions et des avantages. Quand je fais une erreur son ma déclaration d’impôt ou de chômage, soyez sûr que la rapidité des fonctionnaires est incroyablement efficace mais quand vient le temps de faire de même avec les riches de ce monde les rouages du système se brisent et fonctionnent mal.

      Nous sommes corrompu (tous et chacun) de par notre bien-être et la luxure de nos vies. Sauf que la leur cul est triplement protèger à ces prostitués du système.

    • Roche/Infrabec tentaient de faire «leur juste part».

    • Que le premier ministre d’un pays accepte des cadeaux de premiers ministres ou autres grands représentants d’autres pays, ça passe, c’est normal, et peu sont gardés à titre personnel. Peut-être que ça se fait aussi au niveau provincial et tant que les cadeaux ne sont pas gardés personnellement, ça passe.

      Mais madame Normandeau… et tant d’autres. C’est décourageant, c’est estomaquant, ça élimine le besoin de laxatifs. Je serais bien curieuse de savoir combien de cocktails ont été organisés au cours des ans par une autre firme d’ingénierie-conseil, SNC-Lavalin. Ça doit être assez phénoménal.

      Si une usine d’épuration, une station de ski, un parc d’amusement, une usine de recyclage, whatever, reçoit des subventions d’un gouvernement provincial, rien ne devrait laisser transparaître qu’un ou des ministres ont été impliqués, mais plutôt une pancarte devrait tout simplement dire “Merci à Québec et aux Québécois dont les taxes et impôts ont servi à l’élaboration de ce projet”.

      Mais comment mettre fin à un système qui fonctionne de cette sale manière depuis de nombreuses décennies?

      Madame Normandeau et ses semblables ne seront jamais au chômage, c’est clair… et là encore, on pourrait en ajouter.

    • Bonjour Patrick, avez-vous demandé à Mme Normandeau si elle avait déclaré ce cadeau dans ses revenus, c’est un avantage imposable à tout le moins ? Nous, on se fait constamment réviser nos déclarations d’impôts pour des cadeaux ou autres items qui ont des valeurs bien moindres que les billets de Céline, comme on dit, il ne s’agit pas du souper spaghetti du Club Optimiste ! Revenu Québec travaille fort depuis 1-2 ans à récupérer, souvent sauvagement, les impôts impayés sur des peccadilles, j’espère qu’un de nos fonctionnaires a noté et que quelqu’un contactera Mme Normandeau prochainement. Salutations.

    • Moi, ce qui me scandalise c’est que le directeur général des élection a annoncé une enquête suite à ce reportage. Quand les journalistes deviennent des acteurs en forçant les instances responsables à agir, on est acculé au tout dernier rampart de la démocratie. S’il n’y avait pas eu ce travail de journalisme, on ne peut que supposer que le DGE n’aurait rien fait et qu’on aurait rien su.

      Ni les lois, ni les serments, ni la déontologie, ni l’honneur, ni les contrôles, ni le DGE, ni la police; n’ont réussi à stopper ce cas de corruption. Pas étonnant, ce cynisme envers la classe politique quand la seule institution en qui nous puissions avoir confiance est la presse.

    • N’est-il pas temps de demander l’opinion de Norman McLaren dans ce dossier ? Vous devrez essuyer ses coups de gueule mais à force de persévérence, il répondra peut-être… Je dis ça de même…

    • “mais c’était Céline Dion quand même.” J’ai hâte au byebye 2012 d’Infoman!

      je pense que les québécois doivent faire leur deuil de la confiance que nous offrons si aveuglement à nos gouvernements.
      Tant qu’à faire de la psycho-pop, on pourrait même y voir le cycle du deuil : choc, déni, colère, tristesse, acceptation et résilience…
      Qu’est-ce qui pourrait provoquer un turn-over pour transformer cette culture politique? Pour l’instant, c’est crises sur crises et rien ne semble faire trembler ce système…
      Svp qu’en pensez-vous?

    • Quand on regarde les conséquences qu’a du subir Mme Normandeau suite à ses gestes, je me demande comment pouvez-vous remettre en question son jugement? De son côté, elle ne fait que progresser et gravir les échelons en empochant à tous les niveaux (cadeaux, salaires et bénéfices marginaux). Le manque de jugement me semble (malheureusement!) davantage provenir de la population qui, pour l’instant, n’a jamais réellement su sanctionner ces politiciens belliqueux.

      La journée où les abuseurs de système seront traités comme il se doit, j’ai l’impression que leur jugement, soudainement, s’affutera rapidement!

      En offrant des retours d’ascenseur, c’est à mêmes nos poches que s’est servie Mme Normandeau afin d’aller voir Céline avec sa famille. Pendant ce temps, combien de familles québécoises peinent à joindre les deux bouts? Scandaleux est un euphémisme!

    • Par sa réponse choquante de candeur (”C’était Céline Dion, quand même”), elle démontre que ce n’est pas un manque de jugement ou de l’incompétence qui dictait sa conduite. C’est juste un manque flagrant d’intelligence. En ce sens, elle est à l’image de la presque totalité du conseil des ministres libéral.

    • Sans compter que le Parc Aventure Mont-Citadelle qui a donné le nom de Mme Normandeau à l’une de ses pistes a fait une faillite retentissante 4 mois après son ouverture et après avoir gaspiller plusieurs millions de l’argent de nos taxes…

    • …Au-delà de l’indignation légitime face à tout ce «fling-flang», comme le disait si bien feu René Lévesque, ce qui m’étonne c’est que personne ne souligne le fait que la Loi du financement dit «populaire» portait en elle-même le vice qui allait entrainer ce que nous déplorons aujourd’hui.

      En effet, le maximum de contribution autorisé en 1977 était de 3 000$. Or, à la même époque le salaire minimum était de 3,15$ l’heure et le salaire industriel moyen était de 245$ par semaine.
      Seuls les premiers 400$ de contribution donnaient lieu à un crédit d’impôt de 75% soit, 300$. Quiconque donnait le montant maximum permis devait donc débourser 2 700$ nets. Mais qui donc avait les moyens de débourser l’équivalent de 11 semaines de salaire industriel brut et 25 semaines de salaire minimum brut?

      Pour comparer avec les chiffres d’aujourd’hui, selon le calculateur d’inflation de la Banque du Canada, les 3 000$ de 1977 équivalent à 11 200$ de 2012.

      On voit bien que l’invitation à «farfiner» avec la loi était bel et bien là dès son adoption. Au fait, pourquoi a-t-on simplement permis un tel montant? Pourquoi alors a-t-on ensuite, au fil des ans, presque «sacralisé» cette loi? Quelqu’un aurait-il une réponse?

      Et le président du PLQ, en entrevue aux «Coulisses du pouvoir» de la SRC affirme qu’il ne s’agit que «d’individus» qui enfreignent la loi, entre autres par l’utilisation de prête-noms. Admettons. Mais alors, comment se fait-il qu’un même« individu» organise pas moins de cinq activités de financement pour la même personne? Les businessmen que je connais n’investissent jamais temps et argent à répétition si cela ne leur rapporte rien. Et ils ne courraient pas ce genre de risque avec les lois s’il n’y avait aucun bénéfice en vue.

      Alors, tout ce beau monde serait un peu naïf et ferait tout cela par conviction et par souci de contribuer à la démocratie? Super. Il est bon de savoir que l’on vit dans un monde idéal.

    • La dame a été vice-première-ministre du Québec. Avec le sens du jugement dont elle a fait part dans cette affaire, il y a de quoi être inquiet.

    • À vous lire tous et chacun, ce n’est pas les jeunes qui devraient se trouver dans la rue mais nous tous, cette belle bande de blogeur, je m’inclu, je m’inclu.

      La luxure nous retiens et notre nouvelle religion, la technologie, nous l’interdit ou ne fait que déformer une réalité au profit d’une autre, plus consommatrice.

      À genou peuple, honorez vos monuments, ceux avec les écrans-là;-)))))

    • @ chialeux48

      Vous devriez ouvrir votre dictionnaire pour chercher luxure… vous pourriez constater que ce n’est pas la même chose que l’avidité ou l’avarice.

    • J’ai déjà discuté avec un ancien ministre péquiste qui me disait qu’il avait des quotas à ramasser et qu’il avait aussi une liste de donateurs corporatifs qui utilisaient des prête-noms pour le financement du Parti québécois. Les deux principaux partis s’équivalent sur cette question. Accuser les partis de malhonnêteté ou de mauvaise foi ne règle pas le problème du financement des partis politiques. Si la loi est contournée si souvent et si facilement, c’est qu’elle n’est pas ou plus adéquate. Une loi, c’est fait pour régler des problèmes ou encadrer des actions ou des transactions selon une certaine réalité. Mais lorsque que la réalité, ou les valeurs ou les moeurs, évoluent, il vient un temps où la loi devient désuète. C’est là qu’il faut la mettre à jour ou simplement l’abolir si elle n’est plus nécessaire. Dans le cas du financement des partis politiques, la loi n’est plus adéquate. Il faut alors la modifier afin de permettre aux partis politiques d’aller chercher le financement qu’ils ont besoin. L’ancien DGE avait fait des propositions en ce sens (permettre le financement par des entreprises privées selon un encadrement stricte et transparent), mais elles ont été rejetées par tous (avec beaucoup d’aveuglement et de mauvaise foi). On préfère se défendre ou condamner plutôt que de faire face au problème et essayer de trouver des solutions. Et ça c’est faire preuve de mauvaise foi!

    • Suggestion à la FEUQ, la FECQ et à la CLASSE:

      Organisez des cocktail-bénéfice pour le PLQ et offrez des billets de spectacle à Line Beauchamp, vos demandes seront entendues et approuvées

    • J’espère qu’on est pas naîf au point de penser que ça se passe autrement ailleurs ?

      Déplorable mais universel.

      Jean Émard

    • Détails de la faillite du Parc Aventure Mont-Citadelle:

      http://www.infodimanche.com/index.asp?s=detail_actualite&ID=145610

      Christian

    • Culture corrompue typiquement libérale qui correspond avec quelque chose de profond de la culture québécoise. Je serais curieux de savoir ce qu’en pensent Céline et René.

    • Tout ceci encouragera l’évasion fiscale car la confiance envers nos élus, étant déjà fragile, va être dorénavant très difficile à remonter …

    • Mme Normandeau n’a JAMAIS reçu de pot-de-vin… sauf une fois au chalet… ;-)

    • Faut le faire quand même, réussir à écrire le nom de Nathalie Normandeau et jugement dans la même phrase, même si ce n’est que pour un titre, je l’ai trouvée bien bonne…

      Non mais, la dernière possibilité que quelqu’un puisse croire qu’elle ait du jugement s’est éteinte le jour ou elle a comparé un puit de gaz de schiste à une vache.

      Vraiment, tout ça me fait penser à un gang de rue ou à la mafia. Vous savez quand ils demandent aux recrues d’exécuter un crime pour s’assurer de leur loyauté et qu’il n’iront pas déballer leur sac. Disons que le fait d’exiger des ministres de récolter 100 000$ par année pour le parti a une certaine ressemblance à tout le moins.

      Mais bon, notre petit Jean et sa troupe s’occupent bien d’écraser nos étudiants, question de changer de sujet. il est très vigoureux pour ce faire. Pas mal plus que pour lancer une commission d’enquête. Des années pour arriver aux arrestations dont on a parlé à enquête et quelques jours pour les petits ”vauriens” d’étudiants. Pas qu’il faille accepter le grabuge, mais disons que côté dommages réels, on n’est pas dans la même catégorie….

    • Dans quelques années, on apprendra que Kraft Food Corp. le fabriquant du célèbre Kraft Dîner a offert l’intégrale de la collection des montres Shrek à madame Beauchamps. :-)

    • Voilà où va notre argent. Dans les poches des contributeurs du Parti Libéral. C’est pour ça qu’on en manque. Nous en avons tellement peu que ns sommes rendus à faire les poches des étudiants. Rappelons que c’est 200 millions que le gouvernement va chercher aux étudiants. C’est 0.3% du budget québécois. Eh oui pour 0.3% le bordel est pris depuis 2 mois et la ministre ne veut pas discuter avec un des regroupements étudiants parce que sa secrétaire a brisé ses lunettes lors d’une manifestation.

    • Est-ce que notre pourriture de gouvernement à Québec a songer à présenter ses plus sincères (o pely, un mot qu’il ne connait pas) excuses au magasine MC’leans?
      J’ai vraiment honte de Ma Belle Province…

    • Et c’est ce même gouvernement libéral qui joue la ligne dure avec les étudiants….Comment voulez-vous qu’on fasse confiance à ce genre de politicien qui patauge dans tous ces scandales. Et dire que ça n’est que la pointe de l’iceberg.
      L’autre question que je me pose… Est-ce que la commission Charbonneau sera à la hauteur et ira vraiment au fond de toutes ces magouilles qui écoeurent à peu près tout le monde, sauf ceux qui en profitent.

    • @ Mendell

      Oups! Merci et vous avez trouvez les bons mots.

    • Au président d,infrabec je dédie la chanson sur you tube. Taper la petite grenouille.

    • Je suis toujours étonné de constater à quel point des femmes puissent être aussi «corruptibles»…
      Je suis naïf, je sais, mais j’ai en tête cette équation : «mère=intégrité, protection etc..»..
      C’est sûr, j’oublie que Libéraux (fédéraux ou provinciaux) et corruption sont synonymes…, alors là, faut ajuster les consciences élastiques de ce gouvernement POURRI à l’os !!!
      Quand je pense qu’il y a encore des insignifiants (et je suis poli) qui souhaitent faire réélire le parrain..
      On fait dur en taba….
      Robert Alarie

    • Nathalie Normandeau n’a eu qu’à suivre l’exemple de Charest en ce qui a trait au manque d’éthique, aux cachettes et aux magouilles. Dans ce gouvernement, personne n’a jamais été imputable de rien et malgré les scandales à répétition que les journalistes déterrent depuis des années, toute cette racaille continue à nier, à faire comme bon lui semble et à se moquer des citoyens. Que voulez-vous, quand la tête est pourrie, il ne faut pas s’étonner que le reste suive!

    • “Est-ce que notre pourriture de gouvernement à Québec a songer à présenter ses plus sincères (o pely, un mot qu’il ne connait pas) excuses au magasine MC’leans?” roubaix

      ===

      Quelles excuses ? MacLeans nous ch*e dans la face et faudrait s’excuser. La corruption est endémique partout (Wall Street ça vous dit quelque chose ? ), ça n’a rien de particulier au Québec. C’est ça que MacLeans n’a pas compris– ou plutôt l’a très bien compris et l’a fait pareil.

      Jean Émard

    • Parions que Charest l’a tassé avant que la marmite explose. J’ai le gout profond de me corompre au maximum.

    • Il faut souhaiter que le gouvernement qui remplacera les libéraux ait le courage de tenir une commission d’enquête élargie. Du genre Commission Salvas qui a été mise sur pied pour juger le régime Duplessis. Après coup des accusations pourront être portées contre les libéraux corrompus.
      GTremblay
      Montréal

    • Moi si j’avais une enquête à faire je regarderai les trois amigos Nathalie Normandeau,Yvan Delorme et Jaques Dupuis ,ils sont pas mal bronzés ???

    • Monsieur Lagacé,

      Roche n’est pas la seule firme a avoir organisé des coktails de financement pour Nathalie Normandeau. Dans un reportage d’Enquete remontant à 2010, il était mention d’un coktail organisé par un haut placé de Dessau. À la question demandant si il était normal que des firmes de génie organisent ce genre de soirée elle avait répondu oui, qu’il s’agissait simplement d’une tape dans le dos pour lui signaler son bon travail de ministre!!! Ben cou donc, elle était vraiment bonne comme ministre Mme Normandeau avec tous ces coktails organisés en son honneur!

      Aussi, il est particulièrement interessant (ou plutot hilarant) de relire ce que Mme Normandeau disait au sujet de la création d’un poste de commissaire à l’éthique pour la ville de Mtl en 2009. Avec le recul c’est tellement cynique que ça donne le goût de vomir.

      L’ami de coeur de Mme Normandeau a quitté précipitament son poste de directeur au SPVM. Ce dernier aurait eu des liens avec BCIA et autres représentants de la communauté italienne. BCIA a des liens avec Tomassi. Tomassi a des liens avec Giuseppe Borsolino des Entreprises Garnier…On a juste à écouter Tomassi parler 5 min pour comprendre pourquoi il avait été nommé ministre. Eh non ce n’est pas à cause de son QI!!

      Ouf, ça donne mal à la tête, j’espère que la juge Charbonneau a de bonne réserve de Tylénol!

    • Z’êtes pas contents, les blogueurs ?
      Ben, tous dans la rue le 22 avril, pour un printemps québécois !

    • @bacchus99
      15h09

      LOL !!!!!

    • Avec un recul , je constate que les tentatives pour courtiser les politiciens afin d’obtenir des contrats, est une chose presque qu’inévitable alors le risque de déplacer le focus sur les vrais problèmes que sont les coûts amplifiés de façon douteuse, vers ces pseudos scandales de donations de jujubes-cadeaux, constitue un risque de dérapage et aussi une porte de sortie en or pour une commission d’enquête!

      Pour les cotas libéraux, c’est très évocateur d’un système qui favorise ses propres intérêt en premier.

    • @ dombou

      Et jacques Dupuis qui donne un permi d’arme au gars de BCIA, il démisionne plus tard comme Nathalie Normandeau et son chum Yvan Delorme je comprend pas les trois avaient les deux mains dans le plat à bonbons ?

    • de déplacer le focus ailleurs que…

      F…K !
      On peut pas éditer comme il se fait sur d’autres sites!

    • Ce qui m’écoeure ici, c’est que l’on nous dit que ça craque de partout, le gouvernement est cassé.
      On demande des hausses à la classe dites moyenne dans tout ce qui la concerne.
      La seule chose qui semble en santé financière au niveau de la gestion de ce gouvernement, c’est leur @#$% de parti politique.

    • Je suis très sérieux. Quand N. Normandeau a démissionné du gouvernement, je me suis dit qu’il y avait de quoi de croche qui l’amenait à démissionner. Mais à quelle école, de quel exemple ils ont appris tout ça ??

    • Imaginez tous les autres domaines, partout, autres que la construction où ils sont en train de faire des cocktails, vu que la construction c’est un peu sous les projecteurs hein ? L’informatique, l’énergie verte et les mines et bien sur tout ce qui touche de près ou de loin le re-développement du Nouveau-Québec.

    • Comment ce n’est pas de la corruption.
      C’est de la corruption que de recevoir pour environs 3000$ de billets à un show de Céline.

      Sinon, je peux donner des billets à un policier qui m’arrête, une infirmière de triage, à mon évaluateur lors d’un examen?

      Normandeau a avoué avoir été corrompue. Elle est dégoûtante.

    • Morale de l’histoire, quand t’embrasses la mairesse d’un village, tu sais jamais quel feu sauvage tu peux pogner. Pire, lorsque derrière l’église ça frenchait l’opposition pis la police itou!

    • nathalie normandeau et jugement, incompatible? pas par sa faute mais

    • excusez l’interruption je continue.

      mais peut-on comparer ces absences de jugement passagers à celui de piquer c’est voler? Bien voyons donc c’est pas grand chose c’est juste des billerts de spectacle. On est loin des enveloppes mais ça commence toujours par des petits morceaux pis….après ben……

      Peut-être mais la commande du chef à chaque ministre de récolter 100,000$ de dons est une encoche encore beaucoup plus sérieuse au code d’éthique qu’on est en droit de s’attendre de nos élus.

      Je me demande d’ou charest a t’il importé et adopté cette recette-stratagème inacceptable pour l’inculqué à ses ministres sans que cela se sache juste qu’à temps que les journalistes le mettent au jour?
      Il était ou le frisé avant d’aboutir ici?

    • En effet c’est Martin Patriquin du MacLeans qui doit s’étouffer de rire en voyant tout ce qui se déballe au Québec depuis son reportage. Hormis pour le bonhomme Carnaval, il était dans le mille pour tout le reste !!!

    • Bon matin,

      Quelles sont les différences réelles entre la corruption africaine et la corruption canadienne (québécoise)? Il y a trois différences majeures: Les sommes d’argent volées ou détournées ici sont beaucoup plus importantes qu’en Afrique. Durant l’hiver il fait au Canada -25 au lieu de +25 degrés. Enfin, la couleur de la peau n’est pas la même.

      Gaston Langlais – Gaspé.

    • Je corrigerais votre titre par, “pas de jugement”. Dire qu’il y en avait qui pensaient que la Normandeau serait une bonne candidate pour remplacer Charest.
      Elle devait avoir un très gros salaire comme ministre… Au moins assez de $$$ pour s’acheter ses propres billets!
      Pouais, ça pue. C’est dégoutant!

    • Donner des billets de faveurs, des cadeaux aux meilleurs clients pour qu’ils se souviennent de nous, c’est la méthode de travail en affaire tout court, quant à les donner à des premiers ministres ou des ministres, c’est normal de s’essayer, c’est à eux de faire la part des choses.
      Pour ce qui est de la classe politique, je suis entrain de lire un livre sur le langage corporel.
      Dans la section des politiciens on demande au lecteur quel est l’indice qu’un politicien est entrain de mentir: On voit ses lèvres remuer!!!
      Bonne journée :)

    • Grosse diversion ce matin, l’upac debarque a Mascouche pendant que le maire qui fait renove sa cabane gratos et deneiger ses bornes fontaine a $650 la copie est a Cuba et oui et oui on embarque aussi Tony Accurso.

      On a fait la meme chose a Boisbriand avec la mairesse St-Jean et M.Zampito, qu’est-il arrive depuis ca fait 2 ans??? La ministre est dans la Mer… accord de contrat quand son ministere n’est pas d’accord, des billets de spectacle, des cocktails et souper spaghetti pour ramasser son $100,000 obligatoire.

      Ca prennait vraiment une petite diversion et bien on l’a. On verra dans 2, 3, 4 ans ou cela aboutira. J’epere seulement une chose, que les gens se souviendront quand ils mettront leur X sur le bulletin de vote.

      Le fameux plan nord de charest, y pensez-vous a tous les $100,000 qu’ils vont ramasse, oui de la collusion et corruption ca a toujours existe mais au moins ils essayaient de se cacher un peu. Aujourd’hui ca se fait sans gene et nous les povres payeurs de taxes on regarde et constate les faits sans rien faire.

      J’arrete je sais plus quoi dire de plus, je pense que je vais mettre un carre rouge sur ma chemise et sortir avec les jeunes. Eux au moins on encore des convictions et se battent pour les faires valoir.

    • glanglais

      17 avril 2012
      05h47
      “Les sommes d’argent volées ou détournées ici sont beaucoup plus importantes qu’en Afrique”

      C’est une blague j’espère…

    • Pour faire amende honorable, le leader de la CLASSE devrait non seulement condamner les actes barbares commis pendant la grève, mais aussi offrir des billets pour un show de Céline Dion à Madame Beauchamp pour se faire pardonner son outrecuidance. Et si Monsieur Charest condamne, quant à lui, les actes illégaux de Madame Normandeau, je lui offre moi-même des billets pour le même show!

    • M.Zambito a été clair dans le reportage, les campagnes électorales coûtent trois fois plus cher que la limite des dépenses permises. C’est tout à fait vrai, je fais de l’organisation politique depuis plus de 30 ans. Les directeurs des élections (provincial-fédéral) ne font aucune enquête et se contentent du rapport présenté par l’agent officiel. Dans une élection fédérale au niveau locale, le maximum des dépenses est d’environ 80 000$ ce chiffre est établi en fonction du nombre d’électeurs. Il faut des affiches pour tout le comté et les comtés fédéraux sont grands.De la publicité dans les journaux souvent trois ou quatre hebdos, à la radio encore deux ou trois stations, une camionnette lettrée avec l’essence et son chauffeur pour le candidat. Deux à trois locaux dans chacune des villes d’importance avec téléphones et du personnel. Des gens qui font du pointage avec des téléphones. Un agent officiel,une personne pour les communications, un ou une responsable de l’agenda, réceptionnistes etc. Tout ça pour dire qu’un parti d’envergure qui fait une vrai campagne n’arrive pas avec le maximum. Un autre détail, toute les dépenses doivent être comptabilisées…mon oeil. Chaque député ou ministre sortant a du personnel à son bureau de comté et à son parlement. Lors d’une élection ils sont tous payés par le gouvernement pendant la campagne et offrent tous leurs temps pour leurs patrons respectifs. Dans le cas de l’article de M.Lagaçé, le personnel de Mme Normandeau n’a probablement pas fait exception. Le député qui est des fois ministre touche son salaire comme si il travaillait pour le gouvernement et ce pendant la campagne électorale, alors que ses adversaires se débrouillent pour leurs vies personnelles. Ces salaires ne sont pas comptabiliser et les DGE ferment les yeux. Actuellement l’idée de Mme Marois de limiter à 100$ par personne les contributions aux partis politiques va avoir l’effet contraire ou du gros “cash” va circuler davantage. Je viens de parler d’une campagne locale dans des comtés. Au niveau nationale qui payent les autobus des chefs, la publicité à la télévision, les locations des salles pour chaque évènement et des repas et le transport des militants-figurants lors des activités ou les chefs prononcent des discours à la télévision?Le palais des congrès c’est pas gratuit ni la salle des Chevaliers de colomb à st-Glin-glin.

      Les gens ordinaires ne contribuent pas aux partis politiques, par contre ceux qui ont des intérêts avec les gouvernements le font.

    • J’oubliais, allez faire un tour aux permanences des partis politiques lors des campagnes électorales. Vous allez faire la rencontre de comptables, d’avocats, d’ingénieurs qui font du “bénévolat” en plein après-midi de la semaine. Ça se pourrait-tu que les partis politiques comptabilisent pas ces “dons” de temps.

    • Ce qui est inquiétant, c’est ce que soulève la lectrice que M. Lagacé cite à la fin de son texte. Le siège de ministre est donné à celui qui vend le plus de cartes de bingo. Ça me fait peur.

      Oui elle aurait dû refuser les billets et suggérer au donateur d’avantager un organisme de charité (pas d’élus surtout) de sa communauté. Elle a, aujourd’hui, une belle position qui lui permette, osons l’espérer, d’acheter ses billets par elle-même maintenant.

    • J’ai croisé Mme Normandeau, au show de Paul McCartney, en juin 2011.
      Est-ce que ces billets-là étaient aussi un “cadeau” d’un autre “gentil organisateur” de levée de fonds pour le PLQ ?
      Elle va sans doute répondre : “mais c’était Paul McCartney quand même.”
      C’est beau vivre en démocratie. On va enfin pouvoir se débarrasser des Libéraux, d’ici quelques mois… Tenez le coup, ça s’en vient !

    • L’ampleur de son manque de jugement n’a d’égal que la hauteur de ses sourcils.

    • Bon je ne vois aucun mal a accepter des billets afin d’aller voir un spectacle de Celine Dion d’ailleurs ces pratiques etaient bien etablies au temps ou le PQ etait au pouvoir. Selon les confessions de Gilles Cloutier, ancien de Roche,de l’argent il en distribuait a tout le monde.
      Ca ne sers a rien de faire les hypocrites et de pretendre le contraire. Ce sont des pratiques qui ont toujours existes au Quebec.Alors pourquoi s’en offenser maintenant? Selon Chialeux 48 “Nommez-moi un politicien qui mérite que l’on se déplace le jour du vote. Néant!!!! Tous aussi corrompus, avide de luxure, menteur comme un arracheur de dent et hypocrite comme deux” haha
      et le peuple les suivent de pres LOL

    • @chialeux48. “Nommez-moi un politicien qui mérite que l’on se déplace le jour du vote”. Voterez-vous aux prochaines élections fédérales, municipales ou provinciales? Je comprends votre amertume; mais, quant à moi, je voterai malgré tout encore et encore. Il y a des gens honnêtes en politique, des gens dont les adversaires puissants peuvent être de leur propre parti.

    • @roubaix. “J’ai vraiment honte de Ma Belle Province…” Pas de quoi être fier, en effet. Mais est ce beaucoup mieux ailleurs, ou juste mieux caché?

    • @freejazz. “Nathalie Normandeau,Yvan Delorme et Jaques Dupuis ,ils sont pas mal bronzés ???” Comme des centaines de milliers de québécois qui ont passé une semaine dans le sud ! Ça fait beaucoup de suspects…

    • Depuis la première élection de Charest on a bien senti les influences des dirigeants de grosses compagnies qui sont obligées de financer le PLQ pour avoir des contrats, ce quota de 100.000 $ par ans et les nominations de juges fidèles aux agissements malsains du PLQ me donne le frisson, combien de mes taxes et impôts servent à financer des agissements qui ne sont pas digne de personne en si haute fonction…

    • Eh bien! je croyais que c’était les hommes gravitant dans les sphère d’influence, ou au pouvoir qui posaient problème de part le vaste monde. Entraînant guerre, corruption, destruction,et bien entendu malmenant les femmes… J’ai si souvent entendu dire: `”Aaah si les femmes dirigeaient, tout irait sûrement mieux!” À vous de voir messieurs, dames.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • TWITTER

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    avril 2012
    L Ma Me J V S D
    « mar   mai »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Archives